Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

08 décembre 2021 à 11:41:21
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » Maya

Auteur Sujet: Maya  (Lu 1790 fois)

Hors ligne sonadoré

  • Troubadour
  • Messages: 287
Maya
« le: 18 février 2017 à 18:21:02 »
Supprimé.
« Modifié: 24 novembre 2021 à 16:33:35 par sonadoré »
Utopisme

Hors ligne Load

  • Tabellion
  • Messages: 56
Re : Maya
« Réponse #1 le: 21 février 2017 à 22:20:49 »
Une odeur de spleen, sans amertume ou même regret, juste un parfum. Ce parfum qui nous ramène dans le temps, une attache. Nous vivons dans le présent avec le passé que l'on a construit. On cherche alors à faire de son mieux pour les gens que l'on aime, surtout ceux appartenant au passé. J'ai aimé, je n'ai pas envie de décortiquer, c'était beau et ça m'a juste touché, merci.
« Modifié: 22 février 2017 à 22:13:11 par Load »

Hors ligne sonadoré

  • Troubadour
  • Messages: 287
Re : Maya
« Réponse #2 le: 22 février 2017 à 17:18:49 »
Merci Load, je tiens à préciser que cette lettre est purement fictive, bien qu'inspirée (forcément) par des événements réels.
Utopisme

Hors ligne andre48

  • Aède
  • Messages: 163
    • ajranc
Re : Maya
« Réponse #3 le: 22 février 2017 à 21:55:52 »
Très beau texte qui réveillera pour certains bien des émotions.
Moi aussi je ne veut pas décortiquer le texte, est-ce raisonnable de vouloir disséquer ce qui nous touche vraiment ?
« Quand on écrit, faut-il tout écrire ? Quand on peint, faut-il tout peindre ? De grâce, laissez quelque chose à suppléer par mon imagination ! » Denis Diderot

Hors ligne Nexwall

  • Prophète
  • Messages: 912
  • Hëlskaner le Lâche
Re : Maya
« Réponse #4 le: 22 février 2017 à 23:08:32 »
Citer
c'était une une des musiques que tu aimais

(Répétition de une)

Citer
Je l'avais violemment frappé au visage mais éviter de blesser mon propre corps.

La seule phrase qui m'ait gênée, je ne l'ai pas tout à fait comprise.

Citer
Quand l'intensité du manque sera trop grand

Grande*

Citer
Je te les ai montré Maya,

Montrés*



J'ai beaucoup aimé. Le genre de chose qui te fait regarder ton clavier quelques secondes, et te faire ralentir le temps l'espace d'un instant ...
"Le futur aussi. Le futur arrive sans cesse. Il est là sinueux, plein de possibilités et pourtant si limité ! Le présent le déstructure, le détruit petit à petit, puis il l’avale et le recrache en passé. "

N'hésitez pas !
https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=36823.msg584100#msg584100

Hors ligne Miansérine

  • Scribe
  • Messages: 65
Re : Maya
« Réponse #5 le: 23 février 2017 à 20:57:54 »
Je suis ivre, donc inapte à commenter convenablement ce texte  , mais si corrigeais les maladresses sus-mentionnées, ce serait un fort beau récit. Très touchée !

Hors ligne sonadoré

  • Troubadour
  • Messages: 287
Re : Maya
« Réponse #6 le: 24 février 2017 à 22:02:11 »
Merci beaucoup pour vos commentaires. J'ai corrigé que les erreurs d'inattentions que vous aviez relevées. J'écris pour transmettre, et avec ce texte-là, j'ai le sentiment que c'est un petit peu réussi, alors merci.
Utopisme

Hors ligne Juliao

  • Scribe
  • Messages: 98
Re : Maya
« Réponse #7 le: 24 février 2017 à 22:41:20 »
Hello,

J'ai trouvé cela très bien fait aussi. Je me suis laissé emporté par l'histoire, bien mesuré. Longue phrase bien faite qui ne laisse pas de lourdeur.

Hors ligne sonadoré

  • Troubadour
  • Messages: 287
Re : Maya
« Réponse #8 le: 25 février 2017 à 15:04:11 »
Merci beaucoup pour ton ressenti
Utopisme

anlor

  • Invité
Re : Maya
« Réponse #9 le: 31 mars 2017 à 11:55:47 »
Sonadoré, comme on s'retrouve !

Je suis tombé hier soir sur un joli morceau de piano dont j'ai instantanément reconnu la mélodie, c'était une des musiques que tu aimais autrefois à écouter le soir avant de t'endormir.
point avant "c'était" ?

Ta respiration prenait alors le chemin inverse et s'intensifiait à mesure de ta chute dans les abysses du sommeil.
je trouve cette phrase un peu lourde. J'ai l'impression que tu pousses trop l'image des montés et descentes simultanées

C'était un beau rituel qui s'inscrivait dans les effluves poétiques que ta vie dégageait parfois, qu'il s'agisse des angoisses de Baudelaire ou de l'amour de Ronsart, tes habitudes et tes paroles offraient de temps à autre un spectacle merveilleux auquel j'ai longtemps pris plaisir à assister.
point après "parfois" ? la phrase et très longue et on a du mal à respirer


.
Je me suis toujours demandé si tu avais conscience de l'intensité du mystère qui t'entourait, de sa beauté aussi. Tu étais ma sœur, une âme familière que j'avais l'habitude de côtoyer, un doux refuge où je pouvais me confier et fuir cette réalité que tu détestais encore plus que moi ; mais tu étais aussi insaisissable, phobique de certaines convenances, profondément dégoûtée par l'hypocrisie sociétale et en même temps terriblement effrayée par la sincérité des marginaux, tu ne savais pas vraiment te placer sur l'échiquier de la vie, et nous non plus.
cette phrase aussi est très très looongue. Est-ce que tu lis ton texte à voix haute, parfois ? Je me dis que ça peut aider à plus marquer les moments de pause (peut-être que tu ne veux pas de moment de pause en fait, et dans ce cas désolée pour la remarque :huhu: )

Il m'a fallu un an et le courage procuré par le piano pour oser t'écrire enfin. Le jour de ton enterrement, entouré de toutes ces personnes qui pleuraient abondamment, soit par véritable tristesse soit à cause du transfert d'émotion, j'ai observé papa face à ta tombe en train de lire ce qu'il t'avait écrit, puis mamie, puis le cousin Raf qui avait sans doute trouvé là une façon de se faire remarquer. J'ai senti les regards insistants portés sur moi, certains avaient eu les échos de mon talent d'écrivain, celui que tu aimais toi-même vanter malgré mes réticences à l'assumer. Ils attendaient patiemment que je déplie la feuille qui dépassait de la poche de ma veste et que j'entame ma lecture, aucun ne se doutait que le papier était entièrement vierge. Plus tard, les larmes ont brouillé leurs yeux et le poids s'est fait moins lourd, ou plus exactement, il s'est enfermé à l'intérieur de mon cœur. T'écrire aujourd'hui m'en libère un peu Maya, comme autrefois les moments passés avec toi. Pendant un an donc, j'ai déposé presque au hasard quelques mots sur des bouts de papier. Mes textes n'excédaient jamais deux ou trois phrases et pourtant ils étaient livides, maladroits, déformés, nauséabonds ; si loin de ce que je voulais en faire, si loin de ce que tu aurais mérité.
il est très beau, ce paragraphe


Quand l'intensité du manque sera trop grand,
grande


en faisant résonner dans le creux de mon esprit les notes musicales qui m'ont rappelées à toi.
"notes musicales", c'est pas très heureux

Ils sont forts, tes textes. Tu arrives à faire passer de jolies émotions, c'est chouette. J'allais te demander qu'elle était la part de réalité dans tout ça, parce que j'avais un doute sur l'identité du narrateur. J'ai lu dans les commentaires que c'était bien de la fiction, chapeau donc ; pour réussir à faire croire à une voix et des sentiments aussi, euh, réels (?). La seule petite chose, c'est au niveau du rythme. J'ai l'impression que parfois tu te perds dans des phrases à n'en plus finir. Je me demandais si c'était volontaire.

Bonne continuation en tout cas, et au plaisir de te relire !

Hors ligne sonadoré

  • Troubadour
  • Messages: 287
Re : Maya
« Réponse #10 le: 02 avril 2017 à 16:28:23 »
Salut Anlor !
Je partage ton avis sur le rythme un peu lourd, un peu long, qui se perd parfois. Je dirais qu'il est plus ou moins volontaire : comme je l'ai dit, c'est une fiction, cependant il fallait que j'essaie de m'imprégner de la douleur que l'on ressent au moment d'écrire un texte pareil et j'ai pensé que l'état relevait de la semi démence, un état dans lequel les codes ne sont pas une priorités et où la fragilité de nos émotions rend nos pensées instables.
Quoique, même cette phrase, elle est un peu longue...
En tout cas merci beaucoup pour tes annotations et ton commentaire, ça me touche beaucoup ;)
Utopisme

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.18 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 22 requêtes.