Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

06 mars 2021 à 23:50:06
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » L'Atelier » Une mystérieuse affaire de style

Auteur Sujet: Une mystérieuse affaire de style  (Lu 10045 fois)

Hors ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 101
Une mystérieuse affaire de style
« le: 21 juillet 2015 à 14:29:43 »
Salut !

C'est ici que vous pouvez mettre vos impressions concernant le style des Mdeins !
En fait, il ne s'agit pas forcément de style. Nous essayons de porter un regard aussi large que possible sur l'écriture des participants. Cela peut donc, éventuellement, se rapporter au style à proprement parler, mais également aux thèmes ou idées qui vous semblent récurrents, à la construction du récit, au de registre de prédilection, et que sais-je encore.
L'idée c'est d'essayer de dégager une sorte de zone de prédilection de l'auteur, et d'en parler. De voir comment chacun perçoit tout le monde. Savoir si quelque chose de général se dégage de nos remarques ou pas. D'essayer bien entendu d'apporter autant de d'idées constructives que possibles.
Bref, nous en sommes encore à une phase d'expérimentation, et c'est ce qui fait la difficulté mais aussi la beauté du truc. Personne ne sait ce que ça pourra donner. Et c'est parce qu'il n'y a pas de vraies règles que je tiens à rappeler qu'on n'est pas là pour critiquer. Et qu'il faudra essayer de ne pas flooder, ce qui ne sera peut-être pas si évident que ça.

Vous pouvez, en attendant de savoir ce qu'on fera des présentations, aller voir ces dernières ici : http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,17653.0.html

Comme ce n'est qu'un début, n'hésitez pas à y aller petit à petit, une simple remarque pouvant faire avancer la machine. Mais si l'envie vous prend de pondre un gros pavé, ce n'est pas moi qui vous en empêcherai   ;)


Liste des participants (Edit : j'ai essayé de regrouper les liens concernant un auteur. Pour l'instant c'est pas très représentatif vu qu'on en a pas encore beaucoup mais voilà ce que ça donne) :

Aphone
Batpiste
Ben.g : extasy, RDA, extasy
extasy
Loïc : Milora, RDA, Milora
MillaNox
Milora : World End Girlfriend, RDA
Miromensil : Loïc (voir en bas)
World End Girlfriend : extasy, RDA, Viviane
...
« Modifié: 25 juillet 2015 à 18:34:54 par extasy »

Hors ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 101
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #1 le: 21 juillet 2015 à 15:26:38 »
J'ouvre le bal et ma première victime sera... Ben.G !

Alors en fait, je voulais insister sur un élément en particulier, qui m'a semblé revenir dans ton écriture : il s'agit du rapport à la temporalité.
En règle générale, lorsque j'écris, l'action se déroule assez rapidement, en une journée, en un acte. Je peux bien sûr jouer un peu avec le temps, faire de petits retours dans le temps, mais avec toi Ben, c'est totalement différent et c'est parce qu'on est si différents que ça m'a tout de suite marqué. Voilà ce qui, selon moi, en fait un truc à toi, parce que je n'ai retrouvé ça chez personne d'autre pour l'instant :

-Pas de jeux temporels, c'est-à-dire que tu n'emploies pas spécialement de retours en arrière ou de projections dans le futur, etc.
-Mais néanmoins, il y a un caractère progressif dans la gestion du temps qui me fait dire "tiens, ça c'est du Ben.G". L'action est bien plus étendue en terme de temps que pour moi. Chez toi, ça peut durer des jours, voire des mois ou des années.
-J'ai l'impression que plusieurs éléments importants du récit sont introduits à travers cette progression temporelle.
-Moi je vois cette progression un peu comme ce qui se fait dans les contes.
-Bref, il me semble que tu entretiens un rapport étroit à la temporalité. Nous le faisons tous, c'est vrai, mais on dirait que chez toi, c'est fait d'une manière plus consciente, ou en tout cas plus spontanée. Il y a quelque chose qui fait que c'est toi dans le rapport entre progression et temporalité.

Sinon, cette idée de conte m'intéresse. J'ai vraiment eu l'impression, en lisant ton premier texte, celui du moinillon ( j'adore ce mot :D) que j'étais dans un conte pour "adultes" décalé/wtf. Genre "il était une fois, dans un monastère fort fort lointain, au milieu de la nature sereine et des jolis arbres... des moines pervers carburant aux magazines pornos et un moinillon qui voulait devenir Pape".
Mais ce qui est intéressant, en plus du côté décalé que je surkiffe, c'est le fait qu'il y ait, comme tu as dit, un fond de réflexion.

Les fins sont obscures. Ce n'est pas à prendre dans le sens négatif. Je veux simplement dire qu'encore une fois, c'est tellement différent de ce que j'ai l'habitude de faire, que je suis désarçonné. J'aimerais bien savoir comment tu vois la chose ?
« Modifié: 21 juillet 2015 à 17:33:07 par extasy »

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 087
  • Championne de fautes de frappe
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #2 le: 21 juillet 2015 à 16:41:21 »
En fait je suis en train de me dire que ce fil pourrait s'intituler "Gagner un Blind Text pour les Nuls" :mrgreen:

De mon côté, je vais attaquer par Loïc *attrape un gourdin et fonce sur Loïc avec un cri de guerre*. Parce que de tous les inscrits sur ce fil, c'est le seul dont j'aie déjà lu plusieurs textes ^^

Loïc,
Précision : j'ai pas lu tout ce que tu as posté et notamment, j'ai pas lu tes textes longs et Nanos, juste plusieurs de tes nouvelles.
Dans l'ensemble, ta marque de fabrique me semble être ton style combiné au type d'histoire choisie : un style sobre, très propre, très soigné et "neutre" (ce qui n'a rien de négatif) : le style est là pour se faire oublier, ce qui compte c'est ce qui est raconté, pas de fioriture ou d'effet de sonorités ou de jeux sur la langue. D'une manière générale, il me semble que tu te centres surtout sur les actes des personnages, voire leurs pensées, et sur les dialogues. On a souvent peu d'éléments de description ou d'ambiance, par contre, les dialogues sont développés et cherchent à retranscrire le langage oral des personnages, ils sont peu littérarisés (tu y mets volontiers des gros mots, des tournures orales, etc.)
En fait, je m'étais déjà dit que je te trouve un style assez "télévisuel" : simple, sobre, va à l'essentiel, sans accroc, qui présente souvent les scènes de façon externe, en laissant une large part aux dialogues et à l'action. Les pensées des personnages sont retranscrites avec une forme de distance qui fait qu'on les voit un peu de loin, comme dans un film. D'ailleurs, certaines fois, tu emploies des procédés vraiment cinématographiques ; je pense à ton texte avec la maison hantée ou à celui où les archéologues se retrouvaient en Transylvanie dans le passé. La façon de mettre en place la scène, de présenter les personnages, les effets visuels évoqués pour les phénomènes magiques ou les scènes d'actions, font très "audiovisuel", je trouve :)
Du coup ça se lit facilement et ça fait surtout ressortir l'intrigue et les personnages.
Au niveau des thèmes, j'ai pas su voir de marque de fabrique  :-[ Tu dis que tu écris beaucoup de fantasy mais je crois que je t'ai peu lu dans ce genre (à part le texte sur l'Elfe dans la forêt, avec les cartes ; et Alline). Je crois que je t'ai lu au moins deux fois écrivant une romance lesbienne, mais bon, de là à généraliser à partir de 2 textes, ce serait sans doute exagéré... Je n'ai pas remarqué que tes personnages féminins se ressemblent, à la différence de ce que tu relèves dans ta présentation (mais j'ai pas lu tes textes longs, aussi... )
En revanche, c'est toujours des textes à intrigue, et mêmes à aventure. Ils créent un univers ou au moins une suite de péripéties. J'ai du mal à mettre des mots sur cette impression, mais ça me donne vraiment l'impression, oui, de regarder un film ou une série, avec un schéma narratif clair, des scènes d'action (ou de confrontation, mais bref, il "se passe quelque chose", c'est jamais contemplatif ou introspectif), où on lit facilement sans avoir à fournir d'effort.
Ah, oui, et si jamais il y a écrit quelqu'un.e ou certain.e.s, t'es grillé, bien sûr  :mrgreen:

« Modifié: 21 juillet 2015 à 16:45:56 par Milora »
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 811
  • Jetzt Erst Recht
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #3 le: 22 juillet 2015 à 11:17:52 »
Vos deux analyses sont vraiment intéressantes à lire.

Citer
On a souvent peu d'éléments de description ou d'ambiance, par contre, les dialogues sont développés et cherchent à retranscrire le langage oral des personnages, ils sont peu littérarisés (tu y mets volontiers des gros mots, des tournures orales, etc.)

Ça me semble assez vrai, notamment pour ce qui n'est pas du ressort de la vue (cf. la suite de ton commentaire). Héritage de longues année de forums RPG. Pour les dialogues, je pense que c'est quelque chose d'assez récents. J'évitais beaucoup les dialogues au début.

Citer
En fait, je m'étais déjà dit que je te trouve un style assez "télévisuel" : simple, sobre, va à l'essentiel, sans accroc, qui présente souvent les scènes de façon externe, en laissant une large part aux dialogues et à l'action. Les pensées des personnages sont retranscrites avec une forme de distance qui fait qu'on les voit un peu de loin, comme dans un film. D'ailleurs, certaines fois, tu emploies des procédés vraiment cinématographiques ; je pense à ton texte avec la maison hantée ou à celui où les archéologues se retrouvaient en Transylvanie dans le passé. La façon de mettre en place la scène, de présenter les personnages, les effets visuels évoqués pour les phénomènes magiques ou les scènes d'actions, font très "audiovisuel", je trouve :)

C'est intéressant, tu arrives effectivement à mettre des mots sur une pratique d'écriture que j'ai. Quand j'écris certaines scènes, je les visualise effectivement manière télévisuelle avant de les écrire et même pendant.

Citer
Tu dis que tu écris beaucoup de fantasy mais je crois que je t'ai peu lu dans ce genre (à part le texte sur l'Elfe dans la forêt, avec les cartes ; et Alline)

Je sais pas ce que tu as lu précisément mais effectivement ça peut dépendre du corpus. Je compte les 3 textes longs, Alline, les deux textes du dernier BT, le texte sur les archéologues. Mais c'est vrai que j'en ai un certain nombre qui n'en sont pas ^^

Citer
Je crois que je t'ai lu au moins deux fois écrivant une romance lesbienne, mais bon, de là à généraliser à partir de 2 textes, ce serait sans doute exagéré...

Si on compte Toutes les cartes en main, y en a même trois (Le radeau, Alline, Toutes les cartes en main). J'y aurais pas pensé, tiens.

Citer
En revanche, c'est toujours des textes à intrigue, et mêmes à aventure. Ils créent un univers ou au moins une suite de péripéties. J'ai du mal à mettre des mots sur cette impression, mais ça me donne vraiment l'impression, oui, de regarder un film ou une série, avec un schéma narratif clair, des scènes d'action (ou de confrontation, mais bref, il "se passe quelque chose", c'est jamais contemplatif ou introspectif), où on lit facilement sans avoir à fournir d'effort.

Bien vu. Je crois aussi que ça explique en partie ma difficulté à bien finir mes textes. J'ai du mal à aller au-delà de l'aventure ou de la suite de péripéties.

Citer
Ah, oui, et si jamais il y a écrit quelqu'un.e ou certain.e.s, t'es grillé, bien sûr  :mrgreen:

Haha, je ne l'ai fait qu'une fois pour tester ce que ça pouvait donner, et sur un texte bien particulier en plus ^^

Exercice vraiment intéressant à lire. Faut que je m'y mette mais sans pc chez moi c'est pas évident ><



Edit : j'ai essayé de voir Miro.

J'ai lu les deux textes que j'ai commentés + le bureau des rumeurs et le blues du vent que je n'ai pas relus.

De ce que j'ai lu, donc, je retiens d'abord la thématique du vent et de la pluie qui reviennent beaucoup beaucoup. Moins sur le bureau des rumeurs, ou en tout cas ce n'est pas ce qui m'a marqué dedans. Je trouve aussi qu'au final, tes personnages, même centraux, ne sont pas ce qu'on retient. Ni même l'action. C'est plutôt l'ambiance que tu arrives à planter, l'onirisme dont tu parles dans ta description de toi. Du coup ouais, on est souvent dans une espèce d'ambiance de rêve.

Euh voilà c'est court, faut que je me fasse la main ^^
« Modifié: 22 juillet 2015 à 16:30:56 par Loïc »
"Partouzes partout, Covid nulle part."
Elk

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 087
  • Championne de fautes de frappe
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #4 le: 22 juillet 2015 à 16:39:34 »
Citer
Héritage de longues année de forums RPG.
Ah tiens, c'est marrant, j'y aurais pas pensé mais maintenant que tu le dis, c'est vrai qu'on peut y voir une résurgence de l'écriture de forums RPG ! (c'est intéressant ^^ * sort son calepin de psy et ajuste ses lunettes*)

Citer
Je sais pas ce que tu as lu précisément mais effectivement ça peut dépendre du corpus. Je compte les 3 textes longs, Alline, les deux textes du dernier BT, le texte sur les archéologues. Mais c'est vrai que j'en ai un certain nombre qui n'en sont pas
Ah, les archéologues je l'aurais mis en fantastique, pas en fantasy...
Pour être plus précise sur mon corpus :mrgreen: , j'ai lu de toi :
- Alline
- Comme en 40, sur les archéologues
- la maison hantée
- Toutes les cartes en mains, l'histoire de l'Elfe dans la forêt du BT
- des coin-coins dans le noir (si si, assume :mrgreen: En plus il m'a marquée et pendant un moment, quand je me demandais ce que t'écrivais, la réponse était ce texte :D)
- le début de ton roman avec Méduse
- Dernière danse
- La vache, le ver de terre et le fermier (même si j'ai pas trop centré mon analyse dessus :P)

Citer
Citer

    En revanche, c'est toujours des textes à intrigue, et mêmes à aventure. Ils créent un univers ou au moins une suite de péripéties. J'ai du mal à mettre des mots sur cette impression, mais ça me donne vraiment l'impression, oui, de regarder un film ou une série, avec un schéma narratif clair, des scènes d'action (ou de confrontation, mais bref, il "se passe quelque chose", c'est jamais contemplatif ou introspectif), où on lit facilement sans avoir à fournir d'effort.


Bien vu. Je crois aussi que ça explique en partie ma difficulté à bien finir mes textes. J'ai du mal à aller au-delà de l'aventure ou de la suite de péripéties.
Oh, je trouve pas que ce soit une gêne pour la construction d'histoire, cette caractéristique ! Il peut y avoir des romans très sympas écrits comme ça.
Après - mais peut-être que je sors du cadre de ce qui est attendu sur ce fil - je me dis que peut-être que pour dépasser ce problème, tu pourrais essayer de développer un peu plus l'immersion dans le personnage (qu'on le voie moins "de loin"), ce qui peut permettre de te donner l'impulsion, le moteur interne du texte (moteur qui devient alors la personnalité propre du personnage, ses motivations, non pas globales à l'échelle du roman, mais de scène en scène, pour passer de l'une à l'autre). Ce qui du coup, ferait de la trame de ton histoire non plus un scénario mais une chaîne. Je suis pas très claire et je sais pas si c'est le genre de discussion attendue ici, du coup je développe pas, mais c'est l'impression que j'ai eue, en lisant ta présentation et ensuite en réfléchissant aux traits communs de tes textes...
« Modifié: 22 juillet 2015 à 16:43:26 par Milora »
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 972
  • aka Proust Willis
    • Polygone Portail
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #5 le: 22 juillet 2015 à 21:21:45 »
Citer
En fait je suis en train de me dire que ce fil pourrait s'intituler "Gagner un Blind Text pour les Nuls" :mrgreen:
Grave c'est un centre d'entrainement béton au blind text  :D

@Extasy

Bin je voulais joindre une analyse de quelqun en te répondant, mais j'ai pas trop eu le temps malheureusement alors je vais te répondre quand meme :P

Waouh bon bah super interessante ton analyse!
Tout simplement parce que, bin tu relèves un élément important dont je ne me suis jamais vraiment rendu compte! Du point pas jusqu'à penser que ca pouvait me distinguer des autres!

En fait le rapport au temps que j'entretiens, c'est le fait de ne pas vouloir me fixer vraiment dans un temps donné, je préfère laisser les pensée/actes évenements du récit guider le temps sans revenir sans arrêt à quelque chose de dater et précis, c'est ce qui à mon avis donne cette impression.
Je pense que j'ai adopté cette narration au tout début (la nuit du mal est mon tout premier texte réecrit) parce que je ne savais pas m'y prendre justement pour raconter un récit niveau dates, c'est con hein, mais j'avais peur qu'en martelant à chaque fois du "deux jours plus tard" ou "3 heures avant" bin ca ralentisse le récit ou donne un coté trop simpliste, et comme je voulais avant tout mettre en avant des idées, c'est ce qui m'a paru le mieux, de ne surtout rien arreter de précis et tranché, et puis ca m'a bien plus et j'ai plus fait attention à ca  ^^

Citer
-Moi je vois cette progression un peu comme ce qui se fait dans les contes.
C'est pas faux, en fait je visualise plus le récit de loin comme une progression, que comme une scène en focale qu'on suit caméra à l'épaule. (faut que j'aille faire un tour sur tes textes pour voir ce que tu veux dire vraiment). Mais ouaip du coup c'est cool, je vois mieux ce qu'il faut faire si je veux sortir de ce cadre un jour héhé
Et du coup oui, pour moi les deux son étroitement lié, je me défini pas de plage temporelle (bon si bien sûr, je sais que telles choses se sont passée en 1 mois pour qu'il en arrive là,  je peux le dire mais) c'est surtout la progression de l'esprit du perso, ou meme son physique qui défini le temps (ou l'inverse hein, enfin normalement c'est ca :moment philo:  :mrgreen: )
Tu dis des années par exemple, pour moi ces deux textes ne se passent pas en plus de quelques mois, mais ca tend vers un passé et un futur quoi



Après pour le coté conte, je me rends compte que mes deux textes là commencent un peu de la même facon, je voulais pas trop mettre de lecture, mais je vais voir si j'en ai un autre pour pas trop qu'on se focalise la dessus. Meme si c'est vrai que c'est assez récurrent chez moi vu que j'aime me plonger dans l'imaginaire (y'a pas de temps dans l'imagination c'est connu lol). Et puis c'est pas facile les débuts.


Euh comment je vois la chose pour les fins? Tu peux m'en dire plus? (que je te dise pas des trucs trop bateaux )


Bon j'espère ca répond un peu à tes interrogations, hésites pas si t'en as d'autres ou si t'as d'autres remarques, et surtout merci beaucoup pour ta finesse de recherche!!!!!





PS: je pense que je vais utiliser ce message initial pour poster toutes mes analyses, ou je déplacerai des comm sinon, mais ca me parait mieux pour s'y retrouver si le topic devient plus gros ca serait pas cool de se taper des pages et des pages pour trouver toutes les analyses possible... Bon ca va faire des posts mastoc, mais laisser le reste à la discussion ca me parait pas mal.
« Modifié: 02 octobre 2015 à 02:08:30 par Ben.G »
Les poètes voyagent mais l'aventure du voyage ne les possède pas.
- Henri Michaux

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 087
  • Championne de fautes de frappe
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #6 le: 22 juillet 2015 à 23:02:22 »
En fait c'est super intéressant de lire la réponse de l'auteur aussi, je trouve ^^ Bref, bonne idée ce fil, Extasy !

Ceci dit, je me permets juste cette mini digression :
Citer
PS: je pense que je vais utiliser ce message initial pour poster toutes mes analyses, ou je déplacerai des comm sinon, mais ca me parait mieux pour s'y retrouver si le topic devient plus gros ca serait pas cool de se taper des pages et des pages pour trouver toutes les analyses possible... Bon ca va faire des posts mastoc, mais laisser le reste à la discussion ca me parait pas mal.
Normalement, le premier post du fil contiendra un index avec les liens vers tous les messages parlant de tel ou tel auteur, du coup ça devrait aller. Et je pense qu'en l'occurrence, on peut se permettre un double post (chaque post étant consacré à un auteur) pour plus de clarté, si vous voulez.
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 101
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #7 le: 24 juillet 2015 à 17:07:13 »
Alors à Ben : pour les fins en fait, c'est simplement que j'arrive pas trop à ressentir un effet de conclusion. Pour la nuit du mal c'est vrai que j'ai pas vraiment eu ce problème, mais c'est surtout la fin de l'histoire du moinillon que j'ai pas bien captée. Je vais devoir parler de moi pour essayer d'être plus clair  :D Je ne sais pas trop comment exprimer ça, disons que moi j'ai l'habitude (c'est pas toujours toujours le cas mais bon) de finir avec un truc clair qui laisse pas place au doute. En fait mes fins laissent place à une seule forme de réflexion, une seule pensée, qui est celle que j'ai envie de transmettre. Je ne laisse jamais je crois bien, l'auteur interpréter le texte à sa manière. Bref, c'est un truc fermé, rigide, et clair. Alors que pour l'histoire du moinillon, voilà je n'ai pas vraiment compris concrètement la fin, ça m'a pas fait l'effet d'une fin concrète tu vois ? C'est plus comme si tu terminais avec une paragraphe invitant le lecteur à la réflexion, bref je ressens pas concrètement l'effet de conclusion comme dit plus haut. Mais je pense pas que ce soit un défaut ! C'est plus perso ça, faudrait voir comment réagissent les autres à ce sujet.

Bye !
« Modifié: 24 juillet 2015 à 20:16:26 par extasy »

Hors ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 101
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #8 le: 24 juillet 2015 à 17:42:21 »
Et ma seconde victime sera le sieur World End Girlfriend !

Alors alors, que dire de toi ? En fait, j'ai décidé de te donner mon point de vue te concernant en plusieurs parties. Je précise que j'essaie de ne pas tenir compte de ta description sur l'autre fil, pour donner un avis vraiment perso, et si ça trouve, il y aura quelques redondances par rapport à ce que tu as déjà dit. Voilà :

1) L'écriture

Pour ce qui est de l'écriture, j'en profite avant toute chose pour te complimenter parce que ça me fait vraiment l'effet d'une écriture très travaillée et très élaborée ; t'es au point, et pas qu'un peu. Bref, et comme je te l'ai déjà dit à plusieurs reprises, j'aime vraiment ta façon d'écrire, je dirais même que je t'admire ;) Bon à présent les choses sérieuses.
Ton style d'écriture, mon cher WEG, ben je dirais que ça décoiffe comme de la dynamite. Donc notons déjà l'intensité qui se dégage de tes textes. Après comment gères-tu cette intensité ? Moi perso, je vois avant tout une sur-exploitation des sens. Les images, les sons, les odeurs, le toucher, et même le goût je crois bien. C'est assez énorme quand même, et je pense notamment à Snow in Summer et à Comme un vent de contemporain. Donc, sollicitation des sens chez le lecteur pour une profonde immersion dans le récit.
Ensuite, je dirais qu'il y a l'élément de la précision. C'est à dire que tu ne te contentes pas de balancer tes impressions visuelles, auditives, etc. comme ça. Je ne sais pas si c'est naturel ou travaillé, mais il y a beaucoup de précision dans tes descriptions. Vraiment beaucoup. Pour peu qu'on te lise attentivement, je pense qu'on se rendra compte que ce n'est pas simplement intensément décrit, mais intensément ET bien décrit. Je veux dire que je n'ai pas eu cette impression de flou général dans tes textes. Consciemment ou pas, tu sais où tu nous emmènes, et je ne me sens pas perdu dans de longues tirades pleines d'émotions et impressions non contenues et dispersées. Bref, c'est précis, c'est naturel.
Ensuite, je dirais qu'il y a une gestion du rythme qui te caractérise. En gros, ce que j'ai retenu, c'est que : tu es capable de capturer le flot de tes pensées. Parfois, surtout dans Snow in Summer, j'ai vraiment l'impression qu'il n'y a rien qui sépare l'écrit et le pensé. Un peu comme si tu arrivais à capturer tes pensées alors qu'elles sont encore pures, et les mots du coup sonnent plus vrais, plus sincères. Moi quand j'écris, je réfléchis aux mots que je dois choisir, et du coup je perds en naturel. Tout ce que j'écrirai ne sera jamais plus qu'une approximation de ce que je ressens. Toi, tu chopes tes idées alors qu'elles sont encore vibrantes d'énergie, tu arrives à réduire sensiblement la limite entre le pensé et le parlé. Enfin, c'est ce que j'ai senti perso.
Enfin, tout ce que j'ai dit plus haut nous amène à ceci qu'il y a une incroyable vitalité qui se dégage de tes textes. C'est vivant, ça bouge, ça vibre, ça sent, ça ressent. Donc je dirais beaucoup d'aisance dans l'écrit en général. Voilà pour l'écriture.

2) Les idées

Alors je parlerai des petites idées en particulier, pas des idées plus générales. C'est à dire que je ne fais pas référence aux thèmes que tu privilégies, au message que tu souhaites faire passer, etc. C'est plutôt des petites trouvailles, qui je trouvent sont caractéristiques de toi. Une façon de voir. Par exemple, encore dans Comme un vent de contemporain, les deux premières phrases ce sont :

"Au début est une note de piano.Puissante, car ne succédant qu’au silence, mais aussi fragile, puisqu’elle éclôt à peine."

Première note. Puissante car première, fragile car première. J'aime beaucoup cette façon de voir les choses. C'est vraiment pas facile à exprimer, mais voilà j'aime cette vision des choses. C'est comme une nouvelle façon de voir quelque chose que tout le monde connait. Jamais je n'avais pensé à une première note de cette façon. C'est un regard nouveau que tu proposes, un regard d'artiste j'ai envie de dire.
Autre exemple tiré de Compote de hamster :

"Le zeppelin se reconstruit, assimile débris et passagers, aspire une colonne de flammes sur son flanc. Anti-éclosion pyrotechnique qui gobe l'aveugle."

Je t'ai déjà fait cette remarque. Anti-eclosion pyrotechnique. Ou comment représenter quelque chose de non-violent de manière ultra-violente. Un peu comme si je disais : "un cataclysme de paix". Là encore, c'est nouveau comme regard, c'est original. C'est un procédé que je ne connaissais pas.

D'une manière générale, ça me fait un peu penser aux axiomes en science. Les axiomes ça peut pas être expliqué, c'est juste que c'est là, et qu'il faut que quelqu'un les relève. Donc voilà, des fois, j'ai envie de dire que tes idées sont pures comme des axiomes.

A titre purement indicatif : j'ai remarqué la présence d'éléments en apparence contradictoires dans ces idées. Puissante et fragile ; anti-éclosion et pyrotechnique ; cataclysme et paix. C'est peut-être une caractéristique générale de ce genre d'expressions. Mais bon c'est purement philo et abstrait comme questionnement, je faisais que relever.

Après j'aurais bien aimé discuter un peu du Vagabond qui ne trouvait pas sommeil, mais je t'avoue que je ne l'ai pas relu. Donc ça sera peut-être pour une autre fois. Puis j'espère que quelqu'un parlera un peu du fonds, de la thématique, etc. Moi je me sens pas de le faire, j'ai pas vraiment grand chose à dire dessus car j'y ai pas encore réfléchi assez profondément.


Donc en gros, beaucoup d'originalité dans la pensée et un style qui sert admirablement cette originalité.

Bye !
« Modifié: 24 juillet 2015 à 20:15:59 par extasy »

World End Girlfriend

  • Invité
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #9 le: 24 juillet 2015 à 20:44:23 »
Je vais de ce pas étudier le cas Milora  :)

T'as bien décrit ton style en disant que c'est neutre, j'ajouterai que c'est à la fois simple et léger, ça permet de mieux se concentrer sur l'histoire en elle-même. Je pense ne pas me tromper en disant que la forme pour toi c'est plus un outil au service du fond, quelque chose de secondaire qui accompagne ton message. En gros t'essaie de ne pas trop te faire remarquer, tu préfère la sobriété car tu t'y sens plus en confort justement. J'ai eu cette impression en lisant Bonhomme, Mamie Lucie, Jour de pluie dans une cuisine et Monologue, cette sorte de frilosité, cette peur d'un extérieur terrifiant et incompréhensible. Cela fait un peu (tu me passera le terme) vieux jeu. Tu as des valeurs très fortes, la famille surtout, l'entourage (Bonhomme parle des enfants de demain, Lucie des parents qu'on abandonne, Monologue englobe tout ça, Jour de pluie dans une cuisine implicitement)
J'ai dit que tu préférai la sobriété mais que c'était peut-être par peur de te lancer dans ce monde chaotique qui t'attendais dehors, en dehors du cocon familial quoi. C'est très visible dans Monologue d'une fin de mariage, c'est un vrai cri, tu te lâche un peu maladroitement mais tu lâche quand même, sauf que dans la conclusion tu n'arrive plus à assumer ce que t'as dit alors tu nous balance une chute comique, genre "haha non en fait c'était pour rire, ne faites pas gaffe à mes sentiments" avec un sourire nerveux qui montre bien que c'est pas le cas.
Jour de pluie dans une cuisine est sans doute ce que t'as fait de plus intime, déjà c'est écrit à la troisième personne, tu avais besoin de cette distance pour les raisons que j'ai cité plus haut. Ensuite on y trouve un onirisme enfantin, un besoin de se mettre à rêver à nouveau (d'où le blond dans Lucie, qui cristallise ce même besoin mais d'une manière différente). L'héroine est seule, livrée à elle même face au monde extérieur gris et sale, tu ne fais jamais mention de sa famille. C'est de loin celui que j'ai le plus aimé de toi, c'est vrai, c'est puissant, c'est beau quoi. La conclusion confirme mon idée, elle se détourne de ce méchant extérieur pour se cloîtrer dans son monde intérieur, et trouve de la chaleur/du réconfort en la personne de Pierre-Auguste, ce n'est même pas d'amour qu'à besoin ton héroine finalement, juste d'un lien tactile, une sorte de prolongement affectif qui viendrai se substituer à sa famille quand elle était enfant.

En résumé, je pense que tu gagnerai à écrire à la troisième personne, à explorer d'avantage ta relation avec la société. Cela te permettra de te poser les bonnes questions, de confronter tes personnages à leur malaise, c'est l'étape à suivre pour rendre ton fond plus intéressant, sinon tu risque de stagner sur les mêmes conclusions humouristiques ou utopiques.

Voilà voilà, première cible achevée  :P
« Modifié: 24 juillet 2015 à 21:51:35 par World End Girlfriend »

World End Girlfriend

  • Invité
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #10 le: 24 juillet 2015 à 21:49:39 »
Et vu qu'on a droit au double post je te réponds exta (j'éditerai pour la seconde partie  ;) )



Ton retour rejoins ce que j'ai dit sur mon résumé, donc c'est cool.
Histoire d'aller plus loin (et pour ne pas te faire un retour d'une phrase  :P ) je vais essayer d'expliquer pourquoi j'ai choisi d'écrire ainsi. Tout simplement, je pense que la littérature se doit d'évoluer avec son époque. Notre manière de vivre, de réfléchir actuellement n'a plus grand chose à voir avec le 18eme ou 19eme siècle, donc, écrire comme en cette période là n'a aucun sens pour moi. J'ai l'habitude de me faire chier avec les auteurs classiques, pour la simple et bonne raison que c'est lent, c'est gentillet, ça manque de tripes, je ne critique absolument pas, juste que c'est un style parfait pour un gentilhomme posé. Pour un geek qui vit dans une société hyper-rapide de surconsommation et où l'image est reine, c'est pas adapté, pas du tout.
Dans l'ensemble, le format écrit est trop fade pour notre époque, car c'est juste des caractères imprimés sur une page, compare ça au ciné, ça ne fera jamais le poids. SAUF QUE (oui monsieur  :mrgreen: ), si le ciné possède l'avantage de l'image, il n'a pas la même  capacité de profondeur d'une oeuvre écrite. En gros t'as plein de choses qui passent mieux dans un livre que dans un film, l'introspection d'un personnage par exemple. Regarde Game of Thrones, la série a beau être réussie, elle est très loin de retranscrire toute la complexité des personnages lorsqu'on lit le livre. Donc au final, beaucoup de gens préfèrent quand même la suite de caractères imprimés aux images qui bougent et parlent (je dirai que les deux formats se complètent au final).
Pour revenir à mon écriture, j'essaie de tendre vers cette image cinématographique car c'est ce qui manque à la littérature, l'introspection et la complexité est déjà acquise, elle découle du format lui-même, alors que la frénésie contemplative non, c'est la sauce de ton plat, tu dois l'ajouter.
La sensation de précision/pureté que t'as découle du fait que je sais comment je souhaite écrire. Mon style est clair, défini, c'est infiniment plus facile et ça empêche de douter sur la formulation et d'altérer la pensée ou l'image brute, comme elle se manifeste dans mon esprit.

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 087
  • Championne de fautes de frappe
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #11 le: 25 juillet 2015 à 00:12:07 »
Merci d'avoir pris le temps de cette analyse, WEG ! C'est amusant - et un peu déconcertant - de voir ses textes décortiqués par un autre à échelle plus large qu'un seul texte.
Bon par contre, j'avoue que je suis pas vraiment d'accord avec ce que tu dis, mais en même temps c'est souvent ce qui se passe quand on essaye d'analyser l'auteur à travers ses textes, sans le connaître initialement. Je pense pas qu'on puisse vraiment tomber juste, à mon sens c'est plus utile de se consacrer à un décorticage littéraire...

Je réponds pas tout à fait dans l'ordre, mais :
Citer
C'est très visible dans Monologue d'une fin de mariage, c'est un vrai cri, tu te lâche un peu maladroitement mais tu lâche quand même, sauf que dans la conclusion tu n'arrive plus à assumer ce que t'as dit alors tu nous balance une chute comique, genre "haha non en fait c'était pour rire, ne faites pas gaffe à mes sentiments" avec un sourire nerveux qui montre bien que c'est pas le cas.
En fait non, pas du tout. Je peux assurer - sans la moindre mauvaise foi, pudeur ou autres - qu'il n'y a rien, absolument rien de personnel dans Monologue d'une fin de mariage, et que je ne m'y suis absolument pas lâchée. C'est juste un petit texte pour répondre à un défi farfelu de Lo (la chute du texte, le reste n'est là que pour la préparer), et le développement touche plus à la caricature, pour amorcer la chute, qu'à quoi que ce soit de vraiment personnel. Je l'ai mis dans la liste parce que j'écris souvent (un peu moins ces derniers temps) des textes à chute dans ce genre, du coup j'aurais pu en mettre un autre, ça aurait été pareil... Désolée pour la fausse piste ! ^^

Citer
Jour de pluie dans une cuisine est sans doute ce que t'as fait de plus intime, déjà c'est écrit à la troisième personne, tu avais besoin de cette distance pour les raisons que j'ai cité plus haut.
Pareil : non, pour deux raisons. L'une est que je suis une fervente défenseuse de l'idée que la première et la troisième personne, c'est pareil au niveau distance. Je ne me sens absolument pas plus proche de mon perso quand j'écris en première personne, ni plus distante quand j'écris à la troisième. Je prends la première quand le texte implique un jeu de narration possible à la première personne (trouble de l'énonciation, doute sur l'identité de l'auteur, "voix" spécifique du personnage, narration sous forme d'un flux de pensées...). Dans Jour de pluie, j'ai pris la 3e pour deux raisons : 1- ça se voulait un conte gentillet (d'où usage de la troisième personne), 2- y a deux points de vue, et j'aime pas beaucoup les alternances de plusieurs points de vue à "je".
Non pour deux raisons, je disais. La deuxième c'est que Jour de pluie est pas vraiment ce que j'ai de plus intime, surtout dans la sélection que j'ai mise sur ce fil. C'est, sans la moindre hésitation, Mamie Lucie, le texte le plus intime que j'aie jamais écrit. Pour son thème, pour l'exercice de pensée que ça a supposé (essayer de se mettre à la place d'une personne atteinte d'Alzheimer - quand je l'ai écrite, je vivais avec ma grand-mère qui avait cette maladie), et parce que je l'ai initialement écrite par besoin de m'exprimer sur le sujet, d'en faire "quelque chose". Donc non, Jour de pluie est pas celui qui est le plus intime. En plus, j'ai écrit Jour de pluie avec l'idée que c'était un truc totalement banal et que tout le monde voyait les choses pareil, c'est seulement en lisant les premiers retours dessus que je me suis dit "ah tiens, y a des gens qui trouvent la fin triste"... :D

Citer
(Bonhomme parle des enfants de demain, Lucie des parents qu'on abandonne, Monologue englobe tout ça, Jour de pluie dans une cuisine implicitement)
Là aussi c'est marrant, parce que pour moi, Mamie Lucie ne parle pas du tout d'abandon, vu que j'ai justement tenté de mettre en scène une vieille dame qui n'est pas abandonnée par sa famille - qui vient la voir dès qu'elle peut - ni par la froideur des infirmières - qui au contraire sont gentilles avec elle (pour moi ça parle de la perte de sa propre identité et de sa propre conscience), Monologue n'a absolument aucun sens sous-jacent, et j'ai pas vraiment compris en quoi Bonhomme peut parler des enfants de demain :/ Mais du coup c'est drôle de voir que c'est ça que tu en as retenu ! :)

Bon et du coup, je suis pas d'accord avec ta conclusion, mais c'est parce qu'on voit pas la littérature - et la vie - pareil :P
Citer
En résumé, je pense que tu gagnerai à écrire à la troisième personne, à explorer d'avantage ta relation avec la société. Cela te permettra de te poser les bonnes questions, de confronter tes personnages à leur malaise, c'est l'étape à suivre pour rendre ton fond plus intéressant, sinon tu risque de stagner sur les mêmes conclusions humouristiques ou utopiques.
Ben je continuerai de "stagner" alors puisqu'à mes yeux, l'humour est un art qui doit se travailler tout autant que le triste, et l'utopie c'est ce qui fait tenir les hommes debout ^^ Et la 3e personne ou la 1e, je me sens pas spécialement plus à l'aise dans l'une ou dans l'autre, la première permet de davantage jouer avec la narration, donc je pense que je continuerai à la prendre, surtout pour des nouvelles, qui sont pas centrées sur la construction d'un personnage ^^

Désolée si je donne l'impression de réfuter en bloc  :-[ (c'est juste, sans doute, le sentiment d'urgence qui point quand on dit un truc de vous et que vous vous dites "non attends, c'est pas ça, je dois l'expliquer à a face du monde, qu'y a malentendu !").

Reste qu'en effet, tu as bien relevé certains thèmes que j'aurais pas identifiés comme tels ! :) Je sais pas vraiment ce qui t'a fait relever le sens de la famille dans les textes cités, mais dans d'autres textes en cours d'écriture, il s'y retrouve, oui (encore que...) ; l'onirisme enfantin et le besoin de rêver à nouveau (ou de ne pas oublier de rêver), aussi, carrément :) Je suppose que le monde extérieur hostile aussi (petite, j'adorais les histoires avec un héros traqué et seul contre tous qui devait rétablir la vérité pour renverser un groupe tout puissant :D Ça doit se retrouver dans certains schémas d'histoire - encore que je vois pas trop en quoi ça se retrouve dans Bonhomme ou Mamie Lucie... En fait j'ai l'impression que tu tires surtout tes éléments d'analyse de fond de Jour de pluie, non ?).
Et en tout cas, c'est marrant de lire l'analyse vue de l'extérieur !
Merci pour le temps passé dessus ^^
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Vivi

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 644
  • Pouponnière de Posts
Re : Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #12 le: 25 juillet 2015 à 17:55:17 »
C'est sympa votre truc. Si y'en a qui veulent se pencher sur mon cas (au risque de perdre leur santé mentale :D), n'hésitez pas :-*



Histoire d'aller plus loin (et pour ne pas te faire un retour d'une phrase  :P ) je vais essayer d'expliquer pourquoi j'ai choisi d'écrire ainsi. Tout simplement, je pense que la littérature se doit d'évoluer avec son époque. Notre manière de vivre, de réfléchir actuellement n'a plus grand chose à voir avec le 18eme ou 19eme siècle, donc, écrire comme en cette période là n'a aucun sens pour moi. J'ai l'habitude de me faire chier avec les auteurs classiques, pour la simple et bonne raison que c'est lent, c'est gentillet, ça manque de tripes, je ne critique absolument pas, juste que c'est un style parfait pour un gentilhomme posé. Pour un geek qui vit dans une société hyper-rapide de surconsommation et où l'image est reine, c'est pas adapté, pas du tout.
Dans l'ensemble, le format écrit est trop fade pour notre époque, car c'est juste des caractères imprimés sur une page, compare ça au ciné, ça ne fera jamais le poids.
j'aime bien cet argument sur l'évolution de l'écriture et l'interpénétration des différents formats de narrations (écrit, visuel, auditif.. sensitif ? <- y'a pas encore lol)

C'est vrai qu'il y a une grosse influence "ciné" dans tes textes, en plus de leurs ambiances très originales, sombres et poétiques à la fois. J'te kiffe ma couille :bisou:
Je suis capable du pire comme du meilleur, mais c'est dans le pire que je suis le meilleur (^.^)v

Hors ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 101
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #13 le: 02 octobre 2015 à 01:46:11 »
Okey, je viens de découvrir une auteur super douée. Je pense pas être capable d'écrire quelque chose de vraiment pertinent, mais voilà Anlor quelques impressions  ^^ :

- Style :
Tu es l'incarnation de l'élégante simplicité. Sans déconner, j'ai pas compris comment tu fais (enfin si un peu sinon ce que j'écris là n'a aucun sens :mrgreen:).
Déjà, le ton oralisé, que je ne supporte pas en règle générale, passe parfaitement, mais parfaitment, avec toi. Ca fait plaisir de lire des textes où je ne sais pas si c'est plus de l'écrit ou du parlé que je lis, tellement c'est joliment dosé. Le genre d'écriture où je me dis c'est vrai, pas besoin de poser des briques de mots lourds pour que ça percute dans la tête du lecteur (genre pas besoin de parler forcément de briques pour faire comprendre que c'est lourd quoi  :mrgreen:).
Donc voilà, perso je vois un langage simple et pur, avec ce qu'il faut de soutenu, ce qu'il faut de courant voire familier, et avec de superbes et simples figures de style.
Une lecture très très très rafraîchissante, et qui me donne l'impression d'être vraiment travaillée et soignée.
Bon, c'est pas vraiment constructif je sais, mais que veux-tu je te découvre à peine, moi, et je suis encore sous le charme.

-Personnages :
Oui, je mets une petite partie personnages parce que j'ai relevé quelques trucs que je trouve intéressants.
Dejà, le mode trio, avec le petit enfant, la fille plus grande et son ami. Je dis pas que les trois types de personnages ont la même importance, mais voila je note que ça revient au moins dans deux de tes textes. Dans Aurore, Charles n'a pas vraiment un gros rôle, ce qui ne t'a pas empêché de le créer. Du coup je me dis que c'est peut-être un reflexe que tu as, de conserver ce trio, même quand ce n'est pas aussi essentiel que dans Elle s'appelait Heure (eh oui, j'ai fait quelques lectures supplémentaires). Dans Les yeux noisettes, il manque la troisième personne, mais en même temps la fille a encore plus d'affection pour le petit garçon, et du coup l'énergie totale est conservée si on veut, avec cette attirance pour le petit qui aurait dû revenir à la tierce personnd absente (je dis ça mais en fait, c'est probablement une coïncidence :huhu:).
Après je dirais que les héroïnes d'Elle s'appelait Heure (décidément, tu aurais dû ajouter ce texte à la liste) et d'Aurore se ressemblent un peu. Pas dans leur façon de penser ça c'est sûr, mais de 1 elles ont toutes les deux été des victimes impuissantes, et de 2, elles ont toutes les deux un pouvoir qu'elles détestent, ce qui du coup les fait doublement souffrir, d'être impuissantes d'un côté et puissantes de l'autre. Cette exacerbation de la souffrance est assez impressionnante. D'ailleurs, tu remarqueras qu'Heure, qui est la plus pure et innocente des deux, en prend le plus.
Dernière remarque un peu inutile : Camille a les yeux noisettes et sent la vanille. Cette récurrence est-elle préméditée ?

- Le fond :
Très triste et très doux par endroits (Les yeux noisettes), parfaitement dépressif ailleurs (l'Epaviste. Déjà juste le concept !), il est pour moi toujours intéressant. Bon des fois les dialogues je les trouve pas tip-top, l'Epaviste et ses leçons de morale par exemple, mais il y a une impression de vrai qui me fascine. Chez l'Epaviste toujours, ce qui m'a frappé, c'est le sentiment insoutenable de voir en l'autre son propre reflet, et la violente réaction de rejet en conséquence, que je trouve vraimenh réalistes.
Puis il y a aussi tes chutes/concepts que j'adore. Pour les yeux noisettes, je fais partie de ceux qui n'avaient pas capté que Lou était aveugle (je fais d'ailleurs aussi partie de ceux qui comprennent pas pourquoi eux-deux et une grotte, mais ça c'est une autre histoire ;) ). L'Epaviste, c'est plus le concept qui m'a carrément halluciné. Puis la chute de Elle s'appelait Heure est sincèrement l'une des plus belles qu'il m'ait été donné de lire.

Bref, t'as remarqué que j'ai pas parlé de Hit maxhine ni de Brighton. Le premier parce que je l'ai pas encore lu, et le second parce que je n'ai pas trouvé grand chose à dire dessus (peut-être parce que je l'ai lu avex moins d'attention).

Bref, t'as aussi remarqué que c'était pas hyper constructif ; je répète, je suis encore en mode wah et je vois pas encore de points négatifs (enfin j'en vois quelques uns mais internes aux textes, pas un truc généralisé). T'as aussi remarqué que des fois c'était assez barré comme analyse ; ça c'est moi, j'aime bien voir dans les textes ce qui me plaît, même si c'est pas ce qu'il y a de plus important. T'as aussi remarqué que tout ça était un peu décousu ; en fait j'écris sur téléphone et comme l'écran est petit j'ai du mal à me relire.

Voilaaa. Je regrette pas d'être allé te lire. Même si le thème n'est pas toujours de ceux que je privilégie, le fond reste vraiment sympa et j'y retrouve toujours un ou deux éléments (voire même trois ^^) intéressants. Et surtout surtout, il y a cette écriture de oufff, qui a été une grosse révélation  :coeur:
C'est grâce à toi et quelques uns ici sur le fofo, que je comprends qu'il me faut faire plus d'efforts que ça, et surtout que j'en ai envie  :)

Edit : Vivane, je viens de remarquer ton commentaire où tu disais qu'on pouvait aussi sur ton cas. Si tu veux t'inscrire et nous donner quelques textes que tu trouves représentatifs, t'es le bienvenu :) et ça tombe bien ma santé mentale ça fait bout de temps que je l'ai laissée quelque part, je sais plus trop où ^^
« Modifié: 02 octobre 2015 à 01:56:09 par extasy »

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 811
  • Jetzt Erst Recht
Re : Une mystérieuse affaire de style
« Réponse #14 le: 28 janvier 2018 à 18:06:37 »
Yo !
Ça intéresse des gzns de relancer ça ?
"Partouzes partout, Covid nulle part."
Elk

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.026 secondes avec 22 requêtes.