Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

10 avril 2020 à 00:21:50
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Avoir peur de son ombre

Auteur Sujet: Avoir peur de son ombre  (Lu 4652 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 774
  • 💡
    • mordelang
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #15 le: 28 septembre 2012 à 11:35:52 »
Citer
Or, un texte, c'est pas une dissection de toi : c'est une expression, tu racontes quelque chose, tout ce que tu mets de toi dedans est forcément masqué

Mais invariablement, c'est régi par des règles qui te sont propres, et ce même si elles sont évolutives. Personnellement à la relecture d'une production, j'avoue que certains passages me semblent assez peu personnels, tandis que d'autres me renvoient directement à une image de moi même.
Je me dis alors 'effectivement, si une telle situation s'était produite, j'aurais surement réagit comme ce personnage', justement parce que ce personnage est fondamentalement sorti de ma logique.
Après, il est d'autant plus vrai que la construction se fait avec un certain regard sur autrui : je décris parfois des actions en déformant une scène que j'ai vu en vrai, ou avec des caractéristiques de personnes que je connais ou que je rencontre.

Citer
C'est plutôt que c'est un thème qui tient à coeur - et qui, nécessairement, vous correspond, du coup - et que vous voulez exprimer, qui vous intéresse...

c'est bien une manière de se dévoiler, en quelque sorte.
🗝✉🎈

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 11 079
  • Championne de fautes de frappe
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #16 le: 28 septembre 2012 à 11:39:42 »
Non mais je suis d'accord : je veux juste dire que ça, il n'y a quasiment que toi qui peux le voir, le comprendre, savoir ce qui renvoie à ton moi profond ( :mrgreen: ) et ce qui est invention, savoir ce qui fait sens à tes yeux et ce qui ne fait pas sens.
Tu te dévoiles au sens où tu livres quelque chose qui est mêlé à ta personnalité ; mais tu ne livres pas directement ta personnalité ou ta sensibilité ou ta vie.
Donc, oui, forcément c'est laisser de côté une certaine pudeur que de montrer ses textes. Mais qu'on te lise n'implique pas qu'on te connaisse ou qu'on découvre sur toi des choses que tu ne voulais pas voir révélées ^ ^.
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Moyen Moyen

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 150
  • Appelez-moi Moy
    • Expericulum
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #17 le: 28 septembre 2012 à 11:49:52 »
Mouai m'enfin en définitive qu'avez-vous tous donc tant à cacher?

N'avez-vous pas le sentiment que pour paraphraser le Chrémès de Térence, nous sommes tous humains et que rien de ce que nous somme ne nous est étranger?

Et puis pour les parfaits inconnus qui te lisent, ici ou dans un livre, comment faire le tri entre ce qui vient de toi et ce qui est le fruit de ta réflexion.. ce que tu as écrits pour répondre aux besoins de ton histoire et ce que tu as écrit par instinct?

Non vraiment aucune chance pour le savoir, et même si c'était le cas aucune raison d'en rougir!
Si tu veux tout savoir, moi aussi.
Jette-lui la pierre dans le doute.

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 11 079
  • Championne de fautes de frappe
Re : Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #18 le: 28 septembre 2012 à 11:56:40 »


Et puis pour les parfaits inconnus qui te lisent, ici ou dans un livre, comment faire le tri entre ce qui vient de toi et ce qui est le fruit de ta réflexion.. ce que tu as écrits pour répondre aux besoins de ton histoire et ce que tu as écrit par instinct?

Oui, voilà, c'est ce que j'essayais de dire mais que j'avais mal dit ^^
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 774
  • 💡
    • mordelang
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #19 le: 28 septembre 2012 à 12:02:06 »
Citer
Tu te dévoiles au sens où tu livres quelque chose qui est mêlé à ta personnalité ; mais tu ne livres pas directement ta personnalité ou ta sensibilité ou ta vie.

Je suis d'accord, non seulement le lecteur anonyme ne pourra jamais saisir la totalité du fonctionnement interne de l'oeuvre, mais l'auteur lui même n'en aura pas toute la signification (ou pourra être éclairé par des avis extérieur pointant du doigt un phénomène réfléchi qui lui serait venu instinctivement).

Citer
N'avez-vous pas le sentiment que pour paraphraser le Chrémès de Térence, nous sommes tous humains et que rien de ce que nous somme ne nous est étranger?

Je suis un étranger, même pour moi. Je dirais même : qui a la prétention de parfaitement se connaitre, qui pourrait défier le spontané de notre être, les multiples paramètres de nos expériences. L'humeur est vraiment un truc indiscernable, même si on peut la contrôler (du moins, en partie)

Citer
Mais qu'on te lise n'implique pas qu'on te connaisse ou qu'on découvre sur toi des choses que tu ne voulais pas voir révélées ^ ^.

Pas dans une mesure absolue, mais je suis certains que chacun d'entre vous parvient à se figurer quelques différences de personnalités entre Stephen King et Jean Claude Mourlevat, entre Aldous Huxley et Corneille, entre Jules Vernes et Anne Rice...
🗝✉🎈

Hors ligne Moyen Moyen

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 150
  • Appelez-moi Moy
    • Expericulum
Re : Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #20 le: 28 septembre 2012 à 12:31:26 »
Citer
N'avez-vous pas le sentiment que pour paraphraser le Chrémès de Térence, nous sommes tous humains et que rien de ce que nous somme ne nous est étranger?

Je suis un étranger, même pour moi. Je dirais même : qui a la prétention de parfaitement se connaitre, qui pourrait défier le spontané de notre être, les multiples paramètres de nos expériences. L'humeur est vraiment un truc indiscernable, même si on peut la contrôler (du moins, en partie)

Attention de ne pas te méprendre.
Je connais la théorie des cordes, pourtant je ne la comprends pas.

La pire des choses, la plus lamentable des hontes.. je la connais aussi, sans forcément la comprendre.
Mais je sais qu'elle est en moi, que si un homme l'a vécu ou fait, j'aurais tout aussi bien pu la vivre ou la faire.

Le sens de ma phrase n'était pas de prétendre me comprendre (et encore moins l'humanité).
C'était juste d'amener l'idée que n'importe quel humain un minimum éclairé sait que "lui aussi"...
et que donc il n'y a pas de raison d'éprouver de la gêne à raconter quoi que ce soit.

En tout cas, par rapport a ce que tu dis, je crois que le fait d'avoir conscience de la puissance, de l'emprise de nos humeurs sur nos comportements, c'est déjà un peu commencer à maîtriser la bête non?
Si tu veux tout savoir, moi aussi.
Jette-lui la pierre dans le doute.

Hors ligne Krapoutchniek

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 247
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #21 le: 28 septembre 2012 à 14:58:40 »
Oulà, heureusement que je prends du recul quand j'écris, vu certains textes que j'ai déjà pondus  :mrgreen:

Bien sûr, certains éléments sont "réels", nous correspondent. Dans mon cas ça m'est même déjà arrivé d'écrire consciemment des choses qui me correspondent. Mais dans la plupart des cas, ce que j'écris ne me ressemble pas. D'ailleurs j'ai déjà écrit des textes lourds, tristes, etc. en étant de bonne humeur et vice-versa. Donc les états d'âme n'interviennent pas. Enfin, cela dépend de chacun évidemment.



Edit : Et donc, pour répondre à la question, non je n'ai pas peur d'écrire. Enfin, pas dans le sens où je risquerais de dévoiler des choses intimes. Plutôt dans le sens où j'ai souvent l'impression d'écrire des choses médiocres et ternes après coup. Mais c'est un autre débat  :huhu:
Un Nano pour les gouverner tous...

Hors ligne Become

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 352
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #22 le: 05 octobre 2012 à 21:26:47 »
Wow j'allais presque laisser de côté ce sujet, ça faisait tellement longtemps que je l'avais posté. C'est bien toutes vos réponses. C'est vrai qu'on devrait pas avoir peur de l'avis des autres, ce qu'on écrit nous appartient. Les autres n'ont d'autant moins le droit de le critiquer ou de le jusger qu'ils n'ont le droit de juger notre personalité. Enfin, quand je disais avoir peur de son ombre, c'est nous-mêmes avoir peur de ce qu'on écrit. C'est toi qui as peur d'écrire car justement tu sais que cet écrit révélera des choses sur toi et tu n'es pas sûr de pouvoir les affronter. C'est pas des autres dont tu as peur, mais de toi-même. Le lecteur que tu redoutes, c'est toi, et pas tes voisins. C'est comme si il y avait deux parts en soi: une qui veut écrire ( l'auteur) et ne pense pas à ce qu'elle écrit, une qui réfléchit (le lecteur) et par exemple interprète ce que ça révéle sur toi et tes sentiments en ce moment. Les blocages peuvent être différents mais celui qui en est le responsable, c'est la part en soi qui est lecteur. Enfin bref, je sais pas si c'est plus clair.
Mais j'aime bien l'idée que quelques uns ont évoqué plus tôt, sur les thémes qui réapparaissent souvent, un style, un personnage, une scène ou un évènement particulier. Je ne pense pas que ça soit choquant, bien au contraire c'est logique. Cette récurrence, ce n'est pas une répétition ou un manque d'idée, mais plutôt reflète notre personalité. Par exemple, on aime la science fiction alors on va souvent lire des livres science fiction. Pareil avec l'écriture. On aime écrire des histoires science fiction, parce qu'on aime sa créativité et le surnaturel. Après il y a des cas plus précis. On aime certains types d'héros ou plutôt les anti-héros loser, alors on va se baser sur ce genre de personnages. C'est bénéfique je pense. On ne peut pas écrire de tout. On perfectionne son style de cette manière et nous permet de retravailler des types de personnages déjà explorés, d'améliorer le rendu de cet anti-héros qui est dans pas mal de nos histoires, le rendre plus riche, plus vivant.
Vivons d'humour et de crème fraîche

Étincelle

  • Invité
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #23 le: 08 octobre 2012 à 21:05:59 »
 Je traîne sur le forum et je suis tombé sur ce sujet délaissé depuis quelque jours. En vrai touriste je viens donc donner mon opinion.
La partie que je préfère chez moi, c'est celle que je dénie. Celle qui me fait parfois honte, celle qui me fait peur et surtout celle qui donne un sens à ma vie. La partie de moi que je vous dévoile.
Je trouve beaucoup de filles de mon école pathétique à leur façon de ne s'attacher qu'à des choses superficielles. Les filles qui parlent de mec et de vêtements toute la journée. Mais quand j'y pense, hormis le fait qu'on me connait aussi comme étant la fille qui passe sa vie à dessiner, les gens pourrait aussi me considérer comme ce genre de personne. C'est bizarre d'avoir peur de se dévoiler, d'autant plus que les personnes capable de s'assumer(surtout dans de tels domaines) et qui reste, en toute circonstances, elle même sont pour moi de véritables exemple.
Je pense que les gens craignent le fait de sortir de la norme, de s'extirper de leur vie toute tracée. Peur de montrer au autres qu'ils ont une vision différentes des choses. Et j'ai parfois beaucoup de mal à l'assumer moi même. Sinon bonsoir, sympa le sujet ^^

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 278
  • Mon nu mental
    • Mimerions
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #24 le: 21 février 2020 à 10:23:02 »
Je crois que je compte sur les textes pour me révéler l'ombre que j'aurais mis dedans justement  :\? Et oui je pense que j'en ai peur d'une certaine façon, mais ça m'empêche pas d'écrire : mais de les relire, oui. C'est ma façon de me voiler la face. Je sais plus qui m'a dit qu'on ne pouvait pas mettre de soi dans ses textes (vous, surement), plus ou moins consciemment, donc c'est un fait. Mais je voudrais quand même pas qu'il n'y ait que ça. Ou disons que ce qui m'intéresse c'est l'ombre totalement inconsciente qui resurgirait quand même, so.

Mais c'est pas ça le pire. Ce ce que je crains vraiment, avec un recueil publié, c'est que.. genre surtout ma famille, essaie de chercher les causes ou les tenants psychologiques de certains textes. Rien que pour ça, "publier", pour tout l'aspect "se rendre public", ça me freine un peu. Quitte à avoir peur de son ombre, autant se vautrer dedans avec les rideaux cachés. Mais voilà publier c'est ouvrir la porte, les rideaux, la fenêtre, que les gens entrent et lisent... je dis ça parce que des proches ont essayé de me psychanalyser à partir d'une nouvelle qu'ils m'avaient demandé de lire, ça m'avait refroidi. Heureusement ma famille n'est pas partout  :ninja:

Tout ça pour dire que oui j'ai peur de mon ombre, mais pas que, je suis très curieuse de la rencontrer malgré tout, surtout.

Hors ligne Hindi

  • Plumelette
  • Messages: 17
Re : Avoir peur de son ombre
« Réponse #25 le: 25 mars 2020 à 01:01:34 »
Bonsoir à tous,

Dans toutes les réponse, je vois écrite "peur d'écrire", mais dans le même temps, vous parlez de votre peur de ce que vos lecteur vont voir de vous ou en tout cas vont penser de vous.
Personnellement, je pense que c'est comme pour la mode, il suffit de se connaitre.

Un exemple tout bête: Vous vous foutez de la mode actuelle et des marques, mais vos amis ne jurent que par les vêtement de marque... Vous allez donc baliser à chaque fois que vous les rencontrez. On ne sait jamais, des fois qu'ils vous fassent une réflexion sur votre façon de vous habiller.
A contrario, une personne qui se fout royalement du regard des autres pourrait sortir en pleine rue en sous-vêtement sans rougir!

Pour l'écrire, je pense que c'est pareil: une personne qui sait pourquoi elle écrit, pourquoi elle fait lire son texte et qui connait son niveau (professionnel ou novice) n'aura ni peur d'écrire, ni peur du regard des autres.
Une personne comme moi, qui fait beaucoup de fautes d'inattention et le sait, elle dira juste à ses lecteur de ne pas prendre garde aux fautes de grammaires. celui qui écrit un texte très personnel comme exutoire et qui le fait lire, il faudra qu'il sache pourquoi il veut le faire lire! Personnellement, j'en ai publié un mettant en scène ma grand-mère qui est décédée en 2015: à l'époque c'était un exutoire, aujourd'hui je pense qu'il pourrait devenir un roman.

En gros, je pense qu'on laisse forcément une trace dans ce qu'on écrit, au sens large: que ce soit le mail au patron ou notre roman.
A nous de savoir si on est capable de s'ouvrir aux autres et d'accepter que les autres entrent dans l'intimité de nos textes et de nos personnages...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.058 secondes avec 23 requêtes.