Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

03 juin 2020 à 22:03:19
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes mi-longs » La soiré de trop (dans le genre fantastique) faite pas trop gaffe à mes fautes

Auteur Sujet: La soiré de trop (dans le genre fantastique) faite pas trop gaffe à mes fautes  (Lu 107 fois)

Hors ligne S3nsei3

  • Buvard
  • Messages: 4
La chose

Chapitre 1 : Je suis fou ?

« C’est seulement à quinze heure que je me réveillais sur mon lit, en sueur. Repassant sans cesse cette histoire dans ma tête, me demandant si j’étais devenu fou...
Ce que je m’apprête a vous raconter va en laisser bouche bée, certain diront que je suis fou, d’autre porterons la réflexions plus loin et chercherons une explication à ces phénomène, mais ce qui va suivre s’est réellement passé… du moins d’après moi.

Le 16 juillet 2019, oui, c’est se jour ou tout à commencer, ce jour la qui a chamboulé toute ma vie alors que je n’étais encore âgés que de 16 ans, ce jour affreux que je regrette amèrement.

Ma mère n’étais pas à la maison sachant qu’elle avait divorcer avec mon paternel et qu’il ne vivait plus chez nous. Je me retrouvais donc seul, chez moi, n’ayant qu’une grande sœur mais qui ne logeait plus chez nous. Elle s’appelait Loubna était  âgés de 26 ans. Elle vivait a Grenoble avec son maris et son fils .
J’étais une jeune adolescente plutôt petite de taille. Mon visage laissait facilement apparaître mes expressions, il étais arrondi et ma peau rebondissait. J’avais un teint lumineux et un esprit vif. Mes long cheveux châtains brillait à la lumière du jour et retombait sur mes étroite épaule. Mes amies disaient souvent que ma taille fine traduisait ma souplesse et mon dynamisme mais je dirais plutôt qu’elle reflète mon fainéantise et ma curiosité.
Ce mardi 16 juillet étais un jour qui me semblais êtres comme les autres. Je me réveillais avec peines vers onze heures, je me lavais, je déjeunais et alors que je m’apprêtais à me poser sur le canapé afin de regarder ma série Netflix préféré, le téléphone fix avait sonné. Toujours en râlant je m’en allais répondre . Au bout du fils : -Allô ?
-Oui allô c’est qui ?
- Allô mélania c’est toi ? Je reconnu tout de suite la voix de mon amie Jade
-Jade ! Oui c’est moi sa va ? qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi tu appelle sur mon fix alors que tu as mon numéro de portable ?
-Tu n’est pas sérieuse ?! Faut absolument que tu me rejoigne tu ne répondais pas sur ton tel. Mathieu fait une soirée chez lui se soir parque c’est parents sont partis en voyage et ils nous invitent tous ! Ca va être le feu !
-Je ne sais pas… il faut d’abord que je prévienne ma mère…
-C’est bon, tu la préviendra sur le chemin »
C’est comme sa que je me suis retrouvé entraîné dans la soiré de Mathieu. Après avoir rejoins mon amie Jade chez elle, et après m’être préparé d’une robe courte assez décolleté et d’une mini sac à main qui faisait à peine rentré mon téléphone et mes clés, nous arrivâmes chez Mathieu.
Mathieu n’étais pas trop mon pote mais tout le monde disait qu’il faisait les meilleurs soirées du lycée.
La soiré se passait plutôt bien jusqu’au moment ou je me suis retrouvé seul. Pas seul chez Mathieu car il y avait encore beaucoup de monde, mais seul sans Jade. Les personnes qui m’entourais, je ne les connaissaient pas du tout, et plus je les regardaient plus je me demandaient s’ils étaient vraiment dans le lycée. Je n’avais jamais vu de tel tête. Une tension étrange s’empara de la pièce ou je me trouvais. Je me perdais à chercher Jade tans bien que mal.
Au bout d’un moment je me retrouvais dans une pièce, qui à première vu semblais être les toilettes mais en trébuchant, je m’appuyait contre un mur et c’est à ce moment précis que je ressentis l’étrange sensation qu’une main venait de s’attacher à mon bras. J’avais de plus en plus de mal à respiré comme si l’on me mettais sa mains sur ma bouche afin de m’empêcher de parler. Puis des douleurs atroces m’envahit le ventre et la tête, la lumière me semblait clignoté. Lorsque mon cœur battait au plus fort, je sentis clairement une main s’appuyer contre mon épaule, par peur je reculais en hurlant et à ma grande surprise je retrouvais Jade qui ne comprenais pas mon état d’âme. Je me décidai à rentré car il commençai  a se faire tard.
Vers 01h15 du matin, j’étais sur la route en train de rentrer à pied étant donné que Jade avait refusé de me suivre et voulait « profiter de sa jeunesse » disait-elle.
Les rues étaient sombres, j’avais froid avec ma tenu et pour couronner le tout j’avais perdu mes clés. Ma mère allais me tuer !
Durant tout le trajet de chez mathieu à chez moi, je n’ai cesser de ressentir une présence, je me disait que cela devait être dû a la fatigue, mais je la sentais réellement… comme si quelqu’un ou quelque chose me suivait depuis la maison de Mathieu, je n’avait jamais ressentis cela auparavant. De plus mon bras me brûlais, je ressentais d’énorme douleurs au niveau d’où j’avais sentis la main m’attraper, l’étrange sensation de cette main sur moi ne disparaissait pas. Mes membres étais lourd mais j’arrivai enfin chez moi avec plus de peur que de mal.



Chapitre 2: Rumeur

Une semaine est passé depuis la soiré de Mathieu. Je suis tombé malade un jour après. Ma mère m’avait interdit de sorti et de téléphone, il faillais bien cela pour se que j’avais fait. Je toussais énormément, j’étais en proie à la douleur au niveau de ma tête qui me faisait atrocement souffrir ainsi que mon ventre. Je ne songeais plus à cette main sur mon bras. J’avais l’impression d’avoir une vie normal. Lors d’une visite chez le médecin, celui ci ma certifié que j’avais une simple toux et qu’il me faillais seulement me reposer . Pour moi c’était plus qu’une simple toux mais je me suis tus et je souffrais en silence. J’avais également remarqué que j’avais pris abondamment de poids or que je ne mangeais pas tans que sa .
Après un mois, je ne pouvais plus du tout bougé de mon lit tellement la douleurs étais présente. Ma mère étais partis à Marseille pour un travail et comptais y rester encore un mois. Un jour lorsque je surfais sur le web, toujours cloîtré sur mon lit, je remarquais un lien qui m’attira. Je cliquais dessus et je tomber sur un article qui parlais de Mathieu. Curieuse je me mise à lire;

« … Toujours aucune trace du jeune Bobby Dunbar un adolescent âgés de 16 ans, disparus lors d’une soiré agité chez son amis Mathieu. Sa riche famille à tous mis en place pour le retrouvé et même après 2 mois, ils ne perdent pas espoirs. Tout le monde pense que le jeune homme s'est enfui, mais plusieurs semaine plus tard, un témoin raconte que le soir de cette fameuse soiré, Bobby semblais être devenu fou, il aurais bafouillé des choses qui n’aurait aucun sens. Mais une des phrase rapporter par ce témoin à laissé les policier sur une traces. Les paroles exactes sont les suivantes : Il m’entraîne vers lui… aidez moi… Ils sont trop puissants pour nous… lâchez moi… hein… ma peau… elle… elle...elle s’arrache !
La police s’est basé sur cette piste même si d’après ce même témoin, Bobby aurais été dans un état second à ce moment la, due à la drogue qu’il aurai consommé. … »

L’article dit que l’on à jamais retrouvé cette homme et cela date seulement de deux mois.
Je continuais a regarder et je retrouvais d’autre article similaire avec d’autre ado mais jamais de bonne fin. Parmi cette masse d’article, un m’a particulièrement intrigué . Celui ci disait;

« Natasha Ryan, 17 ans aujourd’hui, disparaît de sa petite ville natale après une soiré entre potes qui vire au cauchemars. Cette jeune fille qui n’étais âgés que de 14 ans à cette période, rentrais chez elle d’une soiré qu’elle avait passé chez son ami mathieu. Elle arrive chez elle  vers deux heure du matin et paraissais d’après les dires de ses parents dans un autre monde .
Elle tombe malade quelques heures après être rentré et ne s’arrête pas de vomir. Elle disait souffrir d’un mal de tête et de ventre qui la rendait folle et n’arrêtais pas de parlé toute seule . Ses parents la prenais en effet pour une folle lorsqu’elle protestais parler à une créature qu’elle nommais comme étant sa vie . Elle aurai dit plein de choses insensés se qui à un peu effrayer ses parents. Après plusieurs mois comme sa, on l’a retrouve morte, dans sa chambre, le sang qui gissait par terre. Ses membres étais arrachés et tailladé. Le médecin légiste a conclu cela comme un suicide mais sa famille reste persuadé que cela est un meurtre et que l’auteur n’est autre que l’Homme qui parlais avec leur fille de l’époque, cette homme ou cette créature que leur fille nommais comme sa vie. … Aujourd’hui, elle aurais fêter ses 17 ans ...»

Je commençais à paniqué, reconnaissant les symptômes de cette Natasha en moi. J’ai de suite appelé Jade pour savoir pourquoi elle ne m’avait parlé de rien et elle me répondis que tous cela n’étais que des rumeurs fondé par des gamins qui s’ennuyait. Elle me rassura en me disant que même si je voulais aller chercher l’auteur de ces article ou même la famille des victimes, je ne retrouverais personnes car il n’existaient pas. Et en effet après avoir demandé à plusieurs personnes qui avait l’habitude d’aller au soiré de Mathieu, aucun d’entre eux n’avaient jamais entendu parlé de ces adolescent qui ont disparus. Je me résignais donc à oublier toute cette histoire.

Chapitre 3 : Rêve ou réalité ?

Quelques jours sont passés, je me sentais mieux mais mon poids n’étais plus du tout le même, je me reconnaissait à peine. J’étais devenue ronde. Je reprenais le cours de ma vie ; Réveil, déjeuner, Netflix canapé, téléphone avec Jade, dîner, réseau sociaux puis dodo. J’en avait presque oublié mon bras.
Mais un soir, dans ma chambre, lors d’une pleine lune, un peu près vers 23h j’entendis un bruit. Pas un bruit naturelle, mais un bruit de pas… il étais impossible que cela puisse être ma mère sachant qu’elle se trouvais encore à Marseille. Mon père ? Non ! Jamais il ne remettrai les pieds ici sans prévenir avant. Ma sœur peut être ? Elle possédait les doubles des clés. Oui, c’est sûrement elle ! Mais que viendrait t-elle faire ici à une heure pareille… . Je commençais à prendre peur sachant que les bruits de pas se rapprochais lentement. Je me décidait à envoyer un message à ma sœur pour savoir ou elle étais. Je n’aurais peut être pas du car sa réponse ne correspondait pas. Elle se trouvais chez elle, avec sa famille. La peur de savoir qu’un inconnu se trouvais chez moi me glaçais le sang. J’étais pétrifié, le fait même de bouger mes jambes pour aller verrouiller la porte de ma chambre nécessitais d’énorme effort. Le bruit de la porte qui se verrouilla stoppa net ceux de pas.
Pendant 30 minutes, puis 1 heures je restais dans mon lit sans bougé. Quelqu’un étais t-il donc rentré chez moi ? Dans quel but ? Serais-ce mon imagination qui me joue des tours ? Étais-je en train de rêver ? Les questions se bousculait dans ma tête et je restais ainsi, sans bougé pendant un peu près 2 ou 3 heures, peut-être. Je ne me souviens plus de se qui s’est passé après, je mettais endormis, du moins c’est ce que je pensais.
Le jours suivant, j’étais restée toute la journée dans ma chambre, sans manger ni boire, sans me laver ni me changer. Toujours sur mon lit, dans la même position que la veille. Vers 17 heures mon téléphone sonne. C’était Jade. On avait l’habitude de s’appeler tout les jours et de rester 2 à 3 heures. J’adorais ces heures passés au téléphone car on se marrais toujours énormément. Mais ce jour la je n’avais aucune envie de répondre . J’attendis donc qu’elle raccroche… La sonnerie de mon téléphone sonnait, d’une cadence assez rythmé . Une fois… deux fois… trois fois…puis un long silence sifflait dans ma chambre. Après 2 minutes la sonnerie retentit de nouveau trois fois puis un silence s’installa.
Les heures s’écoulait comme des minutes et les minutes comme des secondes. Je ne distinguait plus le jour et la nuit j’ignorais à quels date on se trouvais. J’essayais malgré tout de me repérer par rapport aux appels de Jade qui étais pour la plupart du temps à 17heures. Après de longue heures resté ainsi qui ont certainement duré plus de 2 jours, je me décidai à me lever .
J’avais à peine poser un pied à terre que mon bras était comme attirer vers mon lit. Me voila que je me retrouvais de nouveau  sur cette gracieuse couche. J’étais comme attiré vers le fond de ce matelas moelleux avec qui j’avais passé les dernières heures, il m’engloutissait...non...c’était mon bras qui attirais le reste de mon corps. Ce même bras la sur laquelle une main c’était poser . Je retroussais ma manche et se que j’y vis me fi presque perdre connaissance.
Une énorme trace de main étais la… sur mon bras...cette tache noirâtre qui donnais l’impression que ma peau était arraché. J’étais horrifié. Les êtres invisible existaient t-il donc ? Cette blessure n’étais t-il pas que le fruit de mon imagination ? Des fantôme? Serais-ce des fantôme? Ces êtres dont on dit ne voir qu’une ombre dans la nuit. Ces âmes perdues qui rôde et restes dans notre monde jusqu’à trouver la paix. Non ! Je n’y croyait pas ! Je n’étais pas assez folle pour croire en ces histoires… . Je suis rester ainsi pendants des heures, puis mon téléphone à sonné. Le son de cette mélodie me réveilla de ces cauchemars. Je pouvais de nouveaux bouger . Je me levai de mon lit, tout mes membres étais engourdies je venais de passer plus de 3 jours sur mon lit . J’avais faim, j’avais soif, je dégageai une mauvaise odeur mais ce qui me tracassais le plus étais mon bras.
Je m’empressai d’aller ouvrir les fenêtres, les rayons de soleil m’aveuglais. Je relevai la manche de mon pyjama et j’ai vu. Oui, j’ai vu que la marque étais encore la mais il faillai vraiment s’approcher pour la voir, rien d’autre n’y apparaissait. Pas de tâches noirâtre, pas de trace qui montrais que ma peau à été arrachés. Rien de tous cela. Étais-ce donc un rêve ? Un mirage ?


Chapitre 4 : Désespoir

C’est histoire me trottais dans la tête, le soir je n’osait plus entré dans mon lit. A chaque fois que je franchissait la porte d’entré de ma chambre, je sentais cette présence. Ce n’étais plus ma chambre désormais. Il se l’étais approprié. J’évitais donc cette pièce et je dormais dans celle de ma mère. La nuit de temps en temps, j’entendais des bruits de pas et le matin je remarquais que la porte de ma chambre étais entrouverte . J’essayais tous de même de trouver des explications à ces nombreux phénomène anodin . Du matin au soir, du soir au matin1, je n’arrêtais pas de penser.
Je commençai à vouloir raconter ces événements à ma meilleur amie Jade et puis je me disait que prendre un peu d’air me ferait du bien. On s’est vite rejoint dans un fast food. Elle me demanda pour commencer pourquoi j’étais injoignable pendant presque 1 semaine. Après avoir mûrement réfléchie je lui répondais :

- « Jade… tu sais pas quelle truc de dingue il m’est arrivé !
Je vous rappelle qu’à cette période j’avais seulement 16 ans, je m’exprimai donc comme une adolescente .
- Dit moi, qu’est-ce qui c’est passé ?Tu me fait peur la.
- Enfaîte… J’ai peur que tu ne me crois pas
-Ne t’en fait pas pour sa je ne te jugerais pas, je suis ta meilleur amie après tout !
Ces paroles me ravivèrent le cœur, je pris donc mon courage à deux main et dit
-Je ne sait pas exactement se que c’est, mais une entité encore inconnue par l’espèce humaine c’est installé chez moi… je sais que sa peut paraître halluciné mais je suis sûr de se que je te raconte.
Elle me regarda fixement pendant une trentaine de seconde puis se mis à rire .
- C’est une bonne blague mais elle n’est pas du tout crédible. Dit-elle en ricanant
Je me sentis offensé face à sa réaction surtout qu’elle venait juste avant de me rassurée sur le fait qu’elle ne me jugerait pas.
- Je t’assure que c’est vrai. Lui dit-je d’un ton irritable. Mais en repensant à ce que je
venait de raconter je me rendit compte que ce n’étais pas rationnel cependant se que j’avais ressentis étais réelle. Je poursuivais donc mon récit
- Depuis qu’on est allée chez Mathieu, je sens une présence constante.
Jade ignorait ma détresse et changea de sujet prenant sûrement se que je racontais comme étant une blague.
-Depuis quand est-tu devenue aussi corpulente ?
-C’est vrai que j’ai pris quelques kilos mais ce n’est pas le plus important ! Jade? Jade?! Tu m’écoute ?
- Oui, oui pardon je vient de recevoir un message important je doit y aller. C’est étrange j’ai l’impression que je te connais pas. Bon à plus !
Était-ce la ma meilleur amie ? Cette impression de m’oublier, cela m’est parvenue très clair dans mon esprit. C’était un de ses coups. Il etais arrivé la même chose aux autres adolescents dont j’avais lu les articles. On les oubliais tous. Que se soit Mathieu ou le reste de leurs familles, personnes ne se souvenaient d’eux. Comme si leurs existence avaient été effacer. Cette entité possédait donc des pouvoirs divin ?  Était-ce la le sort qui m’étais réserver ? Je marchais l’air angoissé dans la rue en laissant mon regards se baladé de gauche à droite et de bas en haut. Je tentais de faire de grands pas malgré mes petites jambes. J’accélérais ma marche, j’étais prise de panique. Une fois rentré chez moi je pensais pouvoir me calmer, mais c’est tous l’inverse qui se produisit. Savoir que cette chose étais sous le même toit que moi me rendait vertigineuse. J’étais impuissante et seul . Ma meilleur amie venait de m’abandonner et ma mère ne me donnait plus aucune nouvelles. J’espérais tellement que Jade me soutienne, quelle déception. J’étais impuissante face à cette divinité dont je ne connaissais rien. Attendre la mort. C’était la seule solutions que j’avais trouvé. Qu’avais-je à perdre après tout, plus personne ne se souviendra de moi. C’était peut être ma destinés bien que je ne crois pas à ces choses. Après ce que j’ai vécues j’ai l’impression de ne rien connaître en ce bas monde, toutes mes croyances sont remise en cause. Je ne suis même pas sûr que tout cela soit bien réelle.
Je restais là, devant la porte d’entré. Cela me rassurai car je pensais pouvoir m’échapper par cette porte au moindre soucis. Je décidai d’appeler ma mère afin de lui expliquer ma situation mais comme à son habitude elle ne répondait pas. Au fur et à mesure que le temps passaient je me calmais. Je marchais vers la cuisine me chercher un paquet de chips mais je n’en trouvais aucun. J’étais pourtant sur qu’il y en avait. J’avais même fait exprès de ne pas les manger pour les garder pour plus tard. Mais alors que je me résignais à ne plus en avoir j’allais jeter un mouchoirs dans la poubelles mais la dedans se trouvais les deux paquets de chips que j’avais soigneusement gardés. Je les avait sûrement mangé et je m’en souvenait plus. Le samedi venue j’allais donc m’en acheter des nouveaux. En tout j’en ai pris sept afin de ne pas ravoir à retourner en acheter. Le lundi je voulu en prendre un mais les chips avait déjà été consommé. Ce même spectacle se reproduisit jusqu’au retours de ma mère . Je n’essayais même pas de comprendre comment cela étais possible, j’avais accepter mon destin et attendait mon heure.

Chapitre 5 : Naissance

Ma mère étai donc de retours mais son comportement étais complètement différent. Pour commencé, elle ne me regardait plus dans les yeux, ne m’adressait plus la parole et lorsque je lui parlais, on pouvait ressentir sa gêne. Elle semblait irrité à chaque apparition de mon visage. Elle ne m’appelais plus pour manger, ne me grondait plus, elle m’ignorait complètement.
Le 2 septembre, durant notre dîné à peu près vers 20 heures, je décidait de lui en parler car cette situation m’attristait. Je la regarda fixement dans les yeux et lui dit :
- Maman ?
Après une hésitation, elle releva son regard de son assiette et le porta vers moi d’un air désintéressé.
- Oui ?
-Il s’est passé quelques chose à Marseille ? J’ai fait quelques chose de mal ? Tu semble m’en vouloir.
Un air surpris mais vite remplacé par de l’inquiétude venais de s’installer sur le visage de ma mère
- Comment savez-vous pour Marseille ? Je n’est dit à personne que j’y été allé ?
Elle se m’y à me fixer comme pour déchiffrer chacune de mes prochaines paroles qu’elle attendait.
Je me mis à rire nerveusement, je ne comprenais pas pourquoi elle agissait comme sa.
Je répondis toujours en riant :-Parceque je suis votre fille
En entendant cela, ma mère étais redevenue normal. Une vague de joie m’envahit le corp.
-Je suis désolé mélania, je ne sait pas se qui m’est arriver, j’avais l’impression d’être en compagnies d’une étrangère, je suis vraiment désoler.
Je lui sautait dans les bras, quelque larme glissait sur son visage se qui me fit également pleuré, elle répétais qu’elle étais désolé de ne pas m’avoir reconnue. Elle comme moi ne comprenions pas la situation. Le reste de la soiré se passa bien, on avait discuter jusqu’à une heures du soir puis nous somme allé dormir. Je n’avait encore rien raconté à ma mère de se qui m’étais arriver, j’étais trop émue pour le faire. Une fois ma mère dans sa chambre, je me retrouvais devant la miennes, face à moi. Elle paraissait me défier. Je n’étais plus retourner dans ma chambre depuis se qui s’y étais passé. Je marchais au ralentit. Une fois devant la porte, je m’apprêtais à l’ouvrir mais mon geste ne fut pas nécessaire, la porte s’ouvrit d’elle même. Je reçue un courant d’air et en tournant la tête, je remarquais que ma fenêtre étais entrouverte. Je la fermais, puis je fit mon lit, me changea et alla me coucher. Je réussi à fermer mais mes yeux mais j’ai malgré tous des souvenirs de cette nuit la .
Ma vision étais brouillé mais se soir la quelque chose s’est passé. Je n’avais plus de couverture sur moi et je ne pouvait pas bougé. Peut être parce que j’étais à moitié endormis ou simplement une paralysie du sommeil. Je pouvais voir mon ventre qui bougeait de l’intérieur. Mes souvenirs ne sont plus très clairs, mais une chose semblai sortir de mon ventre et y avait laissé un énorme trou. Je ne ressentais aucune douleurs. Ensuite plus rien… c’était le noir complet mais se dont je suis sur, c’est que depuis cette nuit, ma vie tout entière venais de changer.


Chapitre 6 : Ilumination

Je  me levai le matin peu après 11heures, cela me sembla bizarre de ne pas entendre ma mère me crier dessus pour me réveiller comme elle avait l’habitude de le faire avant son départ à Marseille. J’allai me préparer à manger mais il n’y avait aucun bruit dans la cuisine ni dans le salon, j’émis la conclusion que ma mère devait être encore au lit. Les heures passaient. A l’heure du déjeuner je remarquais que ma mère ne s’était toujours pas levé, j’allai donc vérifier dans sa chambre et à ma grande surprise elle n’ étais pas la. Je me suis alors dit qu’elle étais sûrement partis faire des achats pour la rentré des classe qui arrivait à grand pas, ou encore mieux, peut être étai-elle partis m’acheter un cadeau pour mon anniversaire qui devrait se dérouler le 9 septembre.
La journée passait et à 17heures j’appelai Jade mais elle ne répondait pas. Un peu décu je repartais dans ma chambre pour me reposer avant le retours de ma mère. Sans même m’en rendre comte, il étais déjà 21heures. J’allais dans ma cuisine me préparer à manger puis à 23heures je repartais dans ma chambre me plongé dans un profond sommeil. Le jour suivant je fus surprises de ne toujours pas revoir ma mère . Je commençais à m’inquièté.  Je me suis donc mise à l’harceler d’appel mais elle ne repondais pas. Je couru directement au poste de police le plus proche afin de poser un avis de disparition. Une fois dehors je fus frappé par le silence qu’il y avait. Je ne percevais aucun son. Il n’y avait personne. Pas de voitures qui roulais dans les rues ni de passant qui bavardaient entre eux. Tous semblais figé, il n’y avait aucune traces de vie à l’horizon. Toutes les boutiques étaient fermer. Rien, absolument rien ne venait cassé ce silence qui devenais perçant. Malgré cela, je poursuivais ma course mais une fois devant le commissariat, je remarquais que celui ci était fermer. Je retournais chez moi toujours en courant car je ne me sentais pas à l’aise dans cette environnement dénué de vie . J’arrivais chez moi toute transpirante et haletante après une vingtaine de minutes de course à pieds . Je ne savait pas quoi faire . Je décidait d’appeler ma sœur afin de savoir si elle avait eu des nouvelles de notre mère. Alors que je m’apprêtais à raccrocher après 5 longues minutes d’appels, quelqu’un répondit :
-Allô ?
-Oui allô, c’est moi Melania ! Maman ne t’aurais pas appeler récemment ?
-Euh… Excuser moi, mais vous devez sûrement faire erreur…
- C’est pas le moment de rigoler loubna ! Lui dis-je d’un ton limite accusateur. Maman à disparu, je ne sais pas où elle pourrais être, je suis morte d’inquiétude !
Après un long silence, loubna répondit
-Je suis désoler je ne voit vraiment pas qui vous êtes, mais je peut peut-être vous aider à retrouver votre mère, mon maris travaille dans la police il pourra sûrement faire quelques chose pour vous. Et puis ma mère à beaucoup de contact on peut vous aider à la retrouvé, je peut savoir son nom sil vous plais ?
-Roxanne… elle s’ appelais Roxanne…
-Qu’elle coïncidence ma mère à le même prénom et en plus elle vient juste de venir nous voir, je suis certaine que ta mère va bien et que …
A mesure qu’elle parlais ma tête s’ enflammais, je comprenais peu à peu la situation,… mon existence disparaissait petit à petit de ce monde, bientôt plus personne n’aurai plus le moindre souvenir de moi. Je me précipitais vers la sortie sans même savoir ou j’allais, j’entendais toujours ma sœur au téléphone n’ayant pas pris la peine de raccrocher. Une fois dehors, je fus frapper par la silence brutal de la ville. Je stoppa net ma course, et c’est à ce moment que je me rendit compte de l’effroyable vérité dont je me trouvais. C’étais horrible. Un trop grand silence c’étais installé dans les rues, créant à lui seule d’insupportable acouphènes. Normalement un tel silence n’existe pas, il y a toujours un minuscule petit bruit qui vient le rompre et en gêner la suprématie.
Le vol d'un moustique en été, la mélodie des battements du cœur dans une nuit profonde et solitaire. Mais la il n’avait absolument rien, pas même les battements de mon cœur. C’était si étrange. Tous semblais si différent mais à la fois si réel du monde dans lequel je vivait. L’air étais comme un froid qui me brûlait la peau. Je me rendit compte qu’il faisait sombre. Comment ne l’avais-je pas remarquer plus tôt. Il y avait une obscurité éblouissante qui régnait dans le ciel. Il étais donc trop tard… c’étais trop tard pour me sauver . Je priais pour que tous cela puissent n’être qu’un cauchemar mais après plusieurs pincement dans mes bras, toute espoirs venait de s’envoler. Tous cela étais réel! Mais comment ce peut être possible ! Je doit sûrement halluciné . Quand j’étais encore toute jeune, on m’avais diagnostiquer schizophrène, mais après réflexion, les médecins on retirer leur verdict car c’étais tout bonnement improbable que j’ai cette maladie puisqu’elle se développe le plus souvent dès l’age adulte ou l’adolescence et à cette période je n’était encore qu’une enfant. De plus je n’avais jamais fais de crise de paranoïa et je n’ai jamais été isoler. Mais la tout me paraîssait différent, je suis  schizophrène, c’est sur, lorsque ma mère ma laisser seul, ma maladie à pris le dessus ! C’est la seule explication à tous cela.  Je remettais de l’ordre dans mes penser en me persuadant que j’étais malade et je rentrais chez moi puisque ce n’étais plus la propriété de cette entité, puisque tout cela n’étais que dans ma tête et puisque j’avais décider que j’étais atteint de  schizophrénie.

Chapitre 7 : Retours

Des jours, des mois ou même des années sont passée depuis cette événements. Cela peut vous sembler étrange, mais je n’arrive plus à identifier le temps qui passe. Aujourd’hui je vous ai raconté tous se qui m’est arrivé ces derniers temps. La rentré scolaire à sûrement déjà du avoir lieu, j’ai tenter d’aller dans mon établissement mais il n’y avait personne, tous comme dans les rues. Je suis depuis rester chez moi. Je dois dire que depuis ce qui c’est passée la nuit du 2 septembre j’ai repris mon poids d’avant, je suis même devenue un peu plus mince. Je continue à vivre malgré ma maladie… rester toute seule...pardon je voulais dire avoir l’impression d’être seule ce n’est pas facile. Cette solitude me force à faire face à ma propre compagnie, je ne cesse d’y criée, non pour réveillé ceux qui dorment, mais pour que mon cri me réveille de mon imaginaire captive. J’ai décidé d’écrire tous cela avant que je ne perde la raison, afin que mon existence ne soit complètement oublié et qu’une trace de moi puissent perduré. Je n’arrive plus a lire. Chaque fois que je souhaite entamer une lecteur c’est comme si on plaçait un rideau devant mes yeux et lorsque je force un peu, j’ai une grosse migraine qui apparaît. J’ai l’impression que le soleil ne se lève jamais, l’obscurité est omniprésente. Ma peau est très pale et ne dégage aucune chaleur. J’ai aussi remarqué que des rides m’étais poussé sur le visage et que mes muscles sont devenue fébrile. Chaque pas que je fait me fatigue énormément. Des cheveux blancs sont aussi apparu d’où le fait que je ne sache pas combien de temps s’est écouler. Je suis peut être déjà une grand-mère, mais je n’est plus peur maintenant car je sais que ma mère est là à s’inquiète pour moi, c’est pour cela aussi que j’ai décidé de faire comme si je la voyait. Chaque fois que je sort de ma chambre je l’imagine me parlé et j’entame une discussion entre mère et fille. Je descend pour aller grignoter des gâteaux qui traînaient par ci par la et je m’imagine que mon téléphone sonne, je vais donc simulé un appel avec jade et cela pendant une heure durant puis je retourne dans ma chambre.
Jours X : Aujourd’hui, je me lève suite à un gros bruits assourdissant qui vient de dehors, malheureusement je ne saurais vous dire la date ni l’heure mais il faisais encore sombre . Je feint une courte conversation avec ma mère puis me précipite à la source du bruit. Plus je marche et plus je voit une lueur blanche apparaître sur la route. Je continue à avancer mais la lumière m’aveuglait. La seule chose que je cru entendre est le klaxon d’une voiture, puis le visage de jeunes adolescents sont apparus devant moi et enfin l’image d’une chambre d’hôpital. Je me suis empresser de rédiger ces quelques notes sur mon carnet et je doute qu’il y en ai  d’autre. Je voudrais vous qui avez lu jusque la, vous vous souveniez de moi, que vous ne m’oubliez pas et que vous raconter mon histoire. »

Et voila c’ étais tout, ce sont les derniers écrit de mélania, au moins elle à pu rejoindre Maman, reposez en paix. Je me demande quand même comment elle à pu écrire tous cela dans son carnet alors qu’elle est rester dans le coma pendant 43 ans. Je suis désoler petite sœur… je suis désoler que tu est du subir tout cela. Lorsque tu est rentré de la soiré de Mathieu, tu a foncé sur la route et n’a pas vu la voiture qui arrivais à toute vitesse. Tu a mis maman dans tous ces état mais lorsqu’elle à aperçue ton corps, allongé par terre, la peau arraché et le sang qui coulais à flots, son coeur venait de se briser. Elle étais depuis, incapable d’éprouvé de la joie ni le moindre signe de gaîté. Les traits de son visage étais affaissés et son regard sans éclats mais malgré sa dépression elle continuais de croire que tu allais te réveillerais un jour, elle bossait comme une acharné pour payé les frais médicales. Malheureusement elle nous à quitté hier à cause de la fatigue… elle est morte d’épuisement à cause de toi! Regarde dans quelle état tu nous as mis...je suis abattue mais je n’ai même plus de larme tellement j’ai pleurer. On ta déconnecté aujourd’hui  sous ma demande… j’espère que tu ne m’en veut pas trop… tu dira à maman que je l’aimais et dit lui aussi de m’attendre car je vous rejoindrai dans pas longtemps. J’ai l’air ridicule à te raconter tous cela, mais attendez moi, j’arrive. C’est bon docteur, vous pouvez emmener le corps.

Hors ligne Jryber

  • Plumelette
  • Messages: 6
Bonjour S3nsei3 !

Je vais te faire un retour sur le fond car la forme a besoin d'un bon retravail. Comme tu le dis dans le titre, les fautes et maladresses sont nombreuses et j'ai eu du mal à suivre le texte par moment. Maintenant que tu as fini ton premier jet, prend le temps de repasser dessus et au passage te réapproprier les règles de français :)

Pour ce qui est de l'histoire, j'ai vraiment apprécié. Le mystère reste entier jusqu'à la fin et tu arrives à nous tenir en haleine.

Pour moi ce qu'il faudrait améliorer:

- Je trouve que sa réaction devant le premier oubli de sa mère est trop léger. A ce moment là elle devrait être dans un état de panique assez grand car le phénomène est pas anodin. Au lieu de ça elle discute tranquillement avec elle et va se coucher. Le lendemain elle a des conclusions trop naïves en comparaison de ce qui lui est arrivé.

Citer
Je  me levai le matin peu après 11heures, cela me sembla bizarre de ne pas entendre ma mère me crier dessus pour me réveiller comme elle avait l’habitude de le faire avant son départ à Marseille. J’allai me préparer à manger mais il n’y avait aucun bruit dans la cuisine ni dans le salon, j’émis la conclusion que ma mère devait être encore au lit. Les heures passaient. A l’heure du déjeuner je remarquais que ma mère ne s’était toujours pas levé, j’allai donc vérifier dans sa chambre et à ma grande surprise elle n’ étais pas la. Je me suis alors dit qu’elle étais sûrement partis faire des achats pour la rentré des classe qui arrivait à grand pas, ou encore mieux, peut être étai-elle partis m’acheter un cadeau pour mon anniversaire qui devrait se dérouler le 9 septembre.

- Le passage dans les toilettes chez Mathieu est un peu trop rapide et pas assez décrit, j'ai eu du mal à intégré ce qui se passait. Il y a plusieurs passages comme celui ci ou tu passes trop vite sur les évènements pour que le lecteur ait le temps de s’imprégner de ton texte (Les fautes et maladresses ajoutent aussi à cette impression)

Citer
Au bout d’un moment je me retrouvais dans une pièce, qui à première vu semblais être les toilettes mais en trébuchant, je m’appuyait contre un mur et c’est à ce moment précis que je ressentis l’étrange sensation qu’une main venait de s’attacher à mon bras. J’avais de plus en plus de mal à respiré comme si l’on me mettais sa mains sur ma bouche afin de m’empêcher de parler. Puis des douleurs atroces m’envahit le ventre et la tête, la lumière me semblait clignoté. Lorsque mon cœur battait au plus fort, je sentis clairement une main s’appuyer contre mon épaule, par peur je reculais en hurlant et à ma grande surprise je retrouvais Jade qui ne comprenais pas mon état d’âme. Je me décidai à rentré car il commençai  a se faire tard.

- Le passage suivant manque de logique

Citer
Je me demande quand même comment elle à pu écrire tous cela dans son carnet alors qu’elle est rester dans le coma pendant 43 ans.

Effectivement je me pose aussi la question. Je me doute que tu n'as pas de réponse logique mais il ne faut pas se dire que parceque la nouvelle est fantastique, certaines choses ne doivent pas être détaillées. Je pense qu'il faudrait au moins expliquer comment et ou sa soeur a trouvé cet écrit, et aussi développer son ressenti par rapport à ça. Sinon ça donne l'impression qu'elle a trouvé une lettre de sa soeur, qui n'a aucun sens et qu'elle l'accepte sans se poser aucune question ni avoir une quelconque réaction "normale".

- Je trouve que l'idée de la schizophrénie arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Même si elle est adolescente ça ne me semble pas être une explication logique à ce qui lui arrive et elle se l’approprie un peu trop rapidement à mon goût.

- La dernière phrase devrait être dans une ligne de dialogue, pas intégrée dans la description.

Ce qui est intéressant :

- Les personnages sont bien décrit et ont chacun leurs caractères ce qui permet un certain attachement.

- L'idée de se repérer aux appels de son amie pour évaluer le temps passé est intéressante.

- Je pensais au début que son changement de poids n'apportait rien à l'histoire. Mais en y réfléchissant le côté adolescent donne un sens à cette préoccupation qui semble à première vue futile comparé au reste.

- J'ai bien aimé que l'entité s'approprie la chambre. Et plus largement le passage où elle est confronté à ce "fantôme" reflète bien la solitude du personnage. On s'attache à elle car la pauvre ne semble pas avoir une famille très proche d'elle. Est plus ou moins abandonnée par sa mère et sa sœur, livrée à elle même face à ce cauchemar.

- La fin m'a vraiment pris de court. Je ne m'attendais absolument pas à ce retournement de situation. Bien joué.

En conclusion, je trouve le texte prometteur mais encore une fois il faut que tu travailles la forme car elle lui porte préjudice. La ponctuation, la grammaire, l'orthographe,... permettraient d'apprécier ton intrigue et tes personnages au niveau qu'ils méritent.

Bon travail en tout cas et bon courage pour le retravail !!

Hors ligne S3nsei3

  • Buvard
  • Messages: 4
Merci pour ton avis sa m'a fait plaisir , je suis en train de corriger mes fautes et d'améliorer certains point.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.043 secondes avec 22 requêtes.