Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

09 avril 2020 à 02:39:40
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Aube, Ben.G, Claudius) » Éoliennes dans la brume.

Auteur Sujet: Éoliennes dans la brume.  (Lu 1238 fois)

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 787
  • Homme incertain.
Re : Éoliennes dans la brume.
« Réponse #15 le: 23 janvier 2018 à 16:13:26 »
Salut Fried, voisin champenois !

Je te remercie d'être passé par ici. Tu les connais mes éoliennes, A5 ou A31... Tu as dû passer plus d'une fois à l'ombre de leurs sémaphores.

J'ignorais que les éoliennes étaient en fait responsables du vent qu'il fait.  :) L'image me plaît et explique, vu leur nombre croissant, certains dérèglements atmosphériques.
Tu as raison en tout cas, il y a de l'espoir tant que l'éolienne est debout.

Merci encore !

Même les grandes joies vous laissent un peu de regret, il y a un fond de manque dans tout ce qu'on vit.

Pierre Lemaitre ; Au revoir là-haut.

Hors ligne Majaya

  • Tabellion
  • Messages: 44
Re : Éoliennes dans la brume.
« Réponse #16 le: 04 février 2018 à 11:46:19 »
C'est sublime, je m'imagine sur la route, voyant defiler les éoliennes que tu décris ^^ Ça me donne envie de partir !

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 787
  • Homme incertain.
Re : Éoliennes dans la brume.
« Réponse #17 le: 04 février 2018 à 12:26:15 »
Bonjour Majaya !

Il en va des éoliennes de ce texte comme des kaléidoscopes ou de certaines taches sur le papier peint : chacun y voit quelque chose de différent et y apporte sa propre profondeur.

Je suis ravi que cela t'ait plu et te remercie de ton passage et de ton enthousiasme !

bonne route alors !!  ;)

Même les grandes joies vous laissent un peu de regret, il y a un fond de manque dans tout ce qu'on vit.

Pierre Lemaitre ; Au revoir là-haut.

Hors ligne Keanu

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 374
Re : Éoliennes dans la brume.
« Réponse #18 le: 23 janvier 2020 à 20:04:31 »
Je crois que mon moment préféré c'est en plein jour, et dans l'autre sens : au détour d'un virage de l'autoroute, elles se superposent en enfilade, mélangeant dans la perspective leurs bras et leurs fûts.
Une hydre sur la colline  ?
Shiva dans le ciel ?
Les corolles complexes de grandes fleurs givrées buvant les nuages ?

Tellement bien écrit ce passage  :coeur: :coeur:

Au début tu ne les aurais même pas perçus si tu ne les avais cherchés.

Je comprends bien l'importance que peut avoir cette phrase mais je la trouve un chouïa moins fluide que le reste. Certainement à cause de la double négation et de "perçus" qui est un peu raide.

Du blanc insoutenable au gris ardoise en passant par la neige sale, la perle, la tourterelle, le ciel d'orage, tournent les pales dans un bel ensemble, un rythme coordonné.

Au cas où ça te dérange, il y a déjà "rythment" un peu plus haut.

Un ample mouvement noble et plutôt élégant et plein d'une puissance [...]

Pour moi c'est un peu lourd tous ces adjectifs, mais c'est une question de goût !

Tu perçois à présent très distinctement que le battement des falots rouges se complique à chaque fois que l'une des pales passe devant l'une ou l'autre des lumières.

Au cas où ça te dérange, il y a déjà ce verbe plus haut.
Tu la vois, la troisième sur ta droite ?
Son œil rouge bat tout comme les autres.
Mais contrairement à ses voisines qui brassent vigoureusement l'air nocturne,


elle ne tourne pas.


Je suis cette éolienne dans la brume.
Ne t'y trompe pas.
La pulsation régulière qui m'anime par convention peut faire illusion, mais sache-le...


je suis désormais totalement immobile.

Très beau "dénouement".

Je n'ai rien à dire sur ce texte parfaitement mené, très calme et doux, mystérieux aussi.
Tu décris avec beaucoup de soin, de précision et de grâce les éoliennes, les images et les sentiments qu'elles laissent en toi.
Je suis très sensible aussi à ces grandes dames grises ou blanches qu'on rencontre en bord de route, à leurs lumières la nuit, à leur mouvement perpétuel et silencieux. Elles me semblent venues d'un monde futuriste ou extraterrestre, et déjà enfant elles intriguaient mon imaginaire. Des structures animées dont tu restitues parfaitement la poésie industrielle, énigmatique et brumeuse.
Un texte que je reviens souvent lire, merci beaucoup beaucoup gage pour ce partage.

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 787
  • Homme incertain.
Re : Éoliennes dans la brume.
« Réponse #19 le: 24 janvier 2020 à 11:14:14 »
Bonjour cher Keanu !

C'est un privilège que ton passage sensible ici.

J'ai modifié le texte pour essayer de gommer les deux répétitions que tu pointais. Mais j'ai beaucoup de mal à prendre assez de recul pour juger de l'effet, et si le tout reste homogène.

Je n'ai pas modifié le reste, qui était effectivement une question de choix : j'aime ensevelir le lecteur sous les adjectifs, et les phrases boudinées :D

Merci beaucoup en tout cas de faire revenir à la lumière ces éoliennes qui tournent depuis plus de deux ans maintenant. Et puis je suis très touché par tes compliments, et d'apprendre que tu y reviens de temps en temps.

À très bientôt, ici ou là !
Même les grandes joies vous laissent un peu de regret, il y a un fond de manque dans tout ce qu'on vit.

Pierre Lemaitre ; Au revoir là-haut.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.