Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

17 février 2020 à 23:16:45

Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Les fins désagréables

Auteur Sujet: Les fins désagréables  (Lu 282 fois)

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 11 077
  • Championne de fautes de frappe
Les fins désagréables
« le: 16 janvier 2020 à 21:39:13 »
Le fil de Miro sur écrire la joie combiné à la fin du bouquin que j'ai terminé de lire l'autre jour m'ont donné envie d'ouvrir un fil sur les fins douloureuses :putainlafaute:

L'idée est pas de tomber dans l'éternel débatpour ou contre les happy ends, mais de parler des bouquins qu'on referme en se disant "je me sens mal, dis donc". Ce qui est pas forcément le cas de toutes les fins malheureuses, et qui peut arriver avec une fin qui se veut heureuse, d'ailleurs.


Je crois qu'il y a deux types de fins qui me donnent un sentiment désagréable :
a- les fins qui ne résolvent pas les enjeux qu'a planté le livre, et qui laisse sur une désagréable sensation que ça n'est pas fini, ou que ça ne s'est pas fini comme ça devrait. Ce peut être une fin maladroite, mais ça peut être aussi tout à fait volontaire.

b- les fins qui résolvent certes bien les enjeux, mais qui le font en brisant ce que le livre avait construit. Pas forcément en faisant tout exploser de façon hollywoodienne. Mais, par exemple, en arrachant aux personnages principaux ce qui les faisait tenir debout, ou en transformant les personnages de sorte qu'ils ne se ressemblent plus, et que du coup on n'a plus l'impression de lire le même livre qu'au début, avec l'impression que quelque chose a été irrémédiablement brisé.

Du coup, en pensant à ça l'autre jour, je me disais que ce qui charge une fin en sentiments agréables (apaisement) ou désagréable (sensation de malaise), ça n'est pas du tout que la fin soit heureuse ou non, que les personnages meurent ou non, soient heureux ou non.
Mais que c'est, au contraire, une pure question de construction d'histoire  :\?

Spoilers les fins suivantes (qui sont pas forcément des fins malheureuses, hein, c'est pour des comparaisons) sur :  Villette (C. Brontë), les tragédies de Racine et de Shakespeare (bon ok c'est pas un gros spoil si je vous dit que Roméo et Juliette finissent pas bien), Un roi sans divertissement (J. Giono), Bartiméus (J. Stroud), Hunger Games (S. Collins), À la croisée des mondes (P. Pullman) La Passe Miroir (C. Dabos), Harry Potter (JK Rowling), Le nom du monde est forêt (U. Le Guin).

Spoiler
[close]

J'ai l'impression d'enfoncer des portes ouvertes :D

Mais bref, c'est quoi, les types de fin qui vous laissent sur un sentiment désagréable ?


NB. J'exclus de la discussion les fins qui laissent sur un sentiment désagréable parce qu'elles sont ratées, hein. Il me semble que c'est pas tout à fait la même question.
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 482
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Les fins désagréables
« Réponse #1 le: 16 janvier 2020 à 23:42:36 »
Ah ! Oui...


Ça, c'est un vrai sujet, voilà le sujet que j'ai attendu si longtemps pour y déverser bile et rancœur !! :huhu:

spoiler Chemins de Katmandou /!\
[close]


La conclusion de cette fin (décrite ci-dessus en spoiler) est la suivante : par pitié, n'écrivez jamais un livre contre toute une génération, ça rend malheureux de pauvres lecteurs comme moi. Pensez aux fragiles consciences qui n'aiment pas qu'on règle ses comptes via des bouquins, écrivez contre des idées ou des modes, jamais contre une génération tout entière !!


Un sujet qui défoule et fait débat ! ^^
« Modifié: 16 janvier 2020 à 23:46:49 par Alan Tréard »

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 11 077
  • Championne de fautes de frappe
Re : Les fins désagréables
« Réponse #2 le: 16 janvier 2020 à 23:47:52 »
Haha, je t'avais jamais lu aussi enflammé, Alan !  :D

T'as raison, ça fait un troisième tiret (un petit c) à ajouter à la liste : les fins dont la "leçon de morale" nous hérisse...


(merci pour le spoil-résumé du bouquin en tout cas : ça me dissuade complètement de le lire ^^ )
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 472
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Les fins désagréables
« Réponse #3 le: 18 janvier 2020 à 00:33:28 »
En vrai j'ai jamais été lecteur pour la lecture, si ce n'est avant mon fameux coup d'envie d'écrire grâce à Jules Vernes...
Donc désolé, mais ici en fait je ne peux que parler de ces deux seules fins que j'ai savourée en tant que lecteur, de souvenir :
- Cinq semaines en ballon
- Le tour du monde en 80 jours
Pour le reste, je ne dirais pas que j'ai un oeil critique d'écrivain, parce que ce serait abuser du fait que j'ai une pratique non-académique de la langue... mais franchement, je ne me suis intéressé à aucune fin, aucun récit, aucune trame que ce qui m'avait troublé en tant que spectateur à l'époque, car je voulais focaliser mon attention sur les méthodes diverses et effets divergents, qui m'avaient touché au point que je veuille faire pareil, en mieux.
Après j'ai peut-être tendance à oublier l'apothéose ou comment l'amener, et ton sujet m'intrigue... est-ce si important de finir ? Je veux dire... je sais pas en vrai, juste j'ai lu des truc, c'était pluss pour apprécier la narration que pour refermer le bouquin et me dire "ah bah lui il finit comme ça, ok"...

Très surpris de ce questionnement qui pourtant paraît tout-à-fait valable
Voici mon maigre apport :,/
expérience scriptive

"Parce que la vérité
ne ressemble à rien,
tu me ferais marcher
sur les mains.
Si tu me demandais
de croire en demain,
je me retournerais
contre mon destin."
- Pierre Garand

Hors ligne Ebianava

  • Plumelette
  • Messages: 6
Re : Les fins désagréables
« Réponse #4 le: 18 janvier 2020 à 17:19:17 »
J'ai eu le poil qui s'est hérissé rien qu'en lisant les types de fins désagréables que tu décris, Milora. C'est tout à fait ce que j'ai pu ressentir en finissant certaines lectures, notamment Hunger Games.  ;D

Tout ça, ça me fait directement penser à la fin d'Harry Potter. J.K. Rowling avait elle-même avoué avoir décidé de la fin de son histoire plusieurs tomes avant d'arriver à la fin de la saga et qu'elle s'était littéralement forcée à s'y tenir. Finalement, elle avait regretté sa décision. Malheureusement, ce qui est écrit est écrit. Le fait est que  beaucoup de lecteurs ont remarqué que la fin n'est pas naturelle, que quelque chose clochait. Pour ma part, c'est le sentiment d'inachevé qui a primé sur la joie d'avoir conclu la saga ayant rythmé mon enfance. Du coup oui, ce n'est pas forcément une sensation agréable qui prend le dessus quand tu refermes le livre, surtout pour la dernière fois.

Tout ça pour dire que parfois l'histoires, les personnages, finissent par dévié un peu de ce qui était prévu à l'origine pour grandir à leur façon.  Les fins où les auteurs tentent de les restreindre pour se tenir à un concept déterminé d'avance peut faire plus de mal que de bien, surtout si l'auteur lui-même se force et ne ressent pas le plaisir qu'il devrait à clore son récit.

@Dot Quote

Je comprends ce que tu veux dire, parfois l'essentiel d'une lecture ne réside pas dans sa conclusion mais dans son déroulement. C'est tout à fait compréhensible de ne pas accorder trop d'importance si le voyage a été appréciable.  :D

Je suppose que ça dépend de personnes, mais ça dépend aussi de ce qui a motivé notre lecture dans un premier temps. Parfois on commence une lecture pour avoir une réponse (une quête, une découverte ?), parfois juste pour apprécié une bonne écriture et on se laisse porter peu importe ce qui arrivera. Dans un cas la fin a plus d'importance que dans une autre.

Après, je pars peut-être un peu trop loin mais je crois que c'est aussi très humain d'être attentif "à la fin". Sans dire que ceux qui n'y portent pas attention sont bizarres, évidemment. C'est juste que tout, absolument tout autour de nous, a un début et une fin (la vie déjà, par exemple) ce qui rend compréhensible d'apporter une attention particulière à ces notions, parce qu'elles sont encré en nous, quelque part. Pour preuve, tout ce qui est intemporel a tendance a fasciné le grand public (l'immortalité). C'est pas forcément évident de parvenir à s'en détacher, quoique certains y arrivent forcément mieux que d'autres.

Hors ligne Julien-Gracq

  • Tabellion
  • Messages: 55
Re : Les fins désagréables
« Réponse #5 le: 18 janvier 2020 à 17:30:34 »
Pour ma part, les livres qui me marquent vraiment me laissent toujours un sentiment douloureux sur la fin. Comme une aventure, ou une petite rêverie qui se clôt. J'éprouve toujours ce sentiment au sortir d'une oeuvre lyrique, notamment. Une mélancolie profonde, à la fois délectable et désagréable, qui me fait du mal mais que je me refuse à amenuir en m'astreignant à d'autres activités, par exemple, tant j'aime dans le fond cette petite douleur.

Un peu comme un blanc sec, si vous voulez. Il est vivifiant et rafraichissant les premières secondes, puis devient brûlant lorsqu'on le coule dans la gorge. Et longtemps après, la sensation de brûlure et le souvenir des premières caresses demeurent.

Hors ligne txuku

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 364
    • BEOCIEN
Re : Les fins désagréables
« Réponse #6 le: 18 janvier 2020 à 21:06:57 »
Bonsoir

Je n aime pas les fins ecrites par un deus ex machina - cela heurte mon cote faux pessimiste...........

La je pense au film L Incroyable Destin De Harold Crick ! :)
Je ne crains pas d etre paranoiaque

"Le traducteur kleptomane : bijoux, candelabres et objets de valeur disparaissaient du texte qu il traduisait. " Jean Baudrillard

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.039 secondes avec 23 requêtes.