Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

09 décembre 2019 à 08:11:47

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » écrire la joie

Auteur Sujet: écrire la joie  (Lu 356 fois)

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 879
  • Mon nu mental
    • pouet
écrire la joie
« le: 25 novembre 2019 à 17:14:07 »
parce qu'on en a parlé y a quelques jours avec ben.g... : est-ce que vous lisez des livres qui font se sentir bien ? en cherchez-vous ? est-ce que ça vous attire/parle d'écrire un texte non dramatique/grave ? si non, pourquoi pas ? est-ce que ça sonnerait faux ou pas forcément ?

Elle faisait allusion à une pluie dense et tiède qui a crépité toute la nuit sur les feuillages fauves et les fruits blets de l'automne (Tournier)

Hors ligne Elk

  • Chaton Messager
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 395
Re : écrire la joie
« Réponse #1 le: 25 novembre 2019 à 17:55:45 »
Citer
est-ce que vous lisez des livres qui font se sentir bien ?

Oui, je crois, des fois, même si j'ai du mal à en citer spontanément.

Citer
en cherchez-vous ?

Oui, souvent.

Difficile de répondre en fait sur mes lectures récentes parce qu'il y en a peu, mais le fait que je lise peu justement n'est pas sans lien avec la difficulté à trouver des livres qui me plaisent et qui "font se sentir bien".
Si on parle des romans et qu'on considère qu'un roman est un truc complexe en termes d'émotions produites, qui peut naviguer sur un large spectre entre "fait se sentir majoritairement mal" et "fait se sentir majoritairement bien", je crois que j'ai de plus en plus de mal (depuis plusieurs années en tout cas) à lire et à finir des romans qui tendent un peu trop du côté du négatif. J'ai beaucoup aimé par exemple Beloved de Toni Morrison, mais je n'ai toujours pas réussi à le terminer (même si techniquement je pense que j'ai dépassé les passages les plus difficiles du bouquin). J'ai lu mes premiers Zola et Dostoievski y a pas si longtemps et j'ai beaucoup aimé aussi, mais j'arrive pas à en lire/finir d'autres. Le dernier bouquin que j'ai commencé (Écoute la ville tomber, de Kate Tempest) a du potentiel (malgré une traduction de qualité inégale il faut le dire :mrgreen:) mais pareil, je bloque après les premiers chapitres notamment parce que je sens bien que ça va être la dégringolade pour les personnages.
Bref, voilà pour les textes plutôt négatifs : plein de trucs à lire mais pas tout le temps l'énergie de le faire.

Côté plutôt positif, j'en cherche souvent, mais j'ai vraiment du mal à trouver des romans qui me conviennent et me plaisent dans cette gamme-là. J'ai l'impression qu'on me propose surtout du pseudo-développement personnel, de la romance stéréotypée et... euh... voilà. Visiblement je ne sais pas bien chercher, aidez-moi :mrgreen:
En général je me lance plutôt dans de la littérature jeunesse en considérant que le ratio positif/négatif final sera plus équilibré pour une qualité qui me conviendra. Pour le ratio positif/négatif, clairement, ça ne marche pas à tous les coups. Je lis pas mal de BD sinon, où j'arrive mieux aussi à trouver des trucs globalement positifs.

Après check de mes lectures 2019, hors BD et nouvelles, côté positif de la balance, j'ai lu "Les tribulations d'Arthur Mineur" qui était sympa (ça parle de chagrins d'amour et de crise de la cinquantaine), et les deux premiers tomes de "Sauveur & Fils" qui étaient chouettes aussi (jeunesse, et malgré les cochons d'inde sur la couverture, il y est bien question de scarification, de tentatives de suicide et de deuil, entre autres, bref comme quoi les thèmes ne définissent pas forcément le résultat émotionnel).

Et donc, pour en venir à ce qui a l'air plus au cœur de la question ^^ cf le titre

Citer
est-ce que ça vous attire/parle d'écrire un texte non dramatique/grave ? si non, pourquoi pas ? est-ce que ça sonnerait faux ou pas forcément ?

Je pense que c'est hyper important de réussir à écrire des textes qui ne font pas se sentir mal. Pas forcément d'écrire que ça, mais d'arriver à le faire, justement sans que ça sonne faux, y compris en abordant des thèmes "graves". J'essaye globalement de faire ça ^^.
(Je dis plutôt "qui ne font pas se sentir mal" que "qui font se sentir bien" parce qu'encore une fois ça me parait trop connoté développement personnel/positivisme/whatever, c'est dommage mais bon, j'imagine que c'est ça que tu as en tête quand tu parles de "sonner faux" ? ou pas ?)

Sur toute cette question j'ai l'impression qu'il y a pas mal de rapprochement à faire avec le cinéma, où j'ai l'impression que c'est un peu admis que les meilleurs films sont souvent les plus dramatiques, que c'est plus difficile de faire une bonne comédie qu'un bon drame, etc.

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 879
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : écrire la joie
« Réponse #2 le: 25 novembre 2019 à 18:24:45 »
Ah c'est intéressant le côté "je n'ai pas l'énergie pour lire des trucs trop négatifs" oO perso je ne m'étais même pas rendu compte que je ne lisais presque que ça. Quand je vois ma PAL, tous sont très deep niveau psychologique.

Citer
J'ai l'impression qu'on me propose surtout du pseudo-développement personnel, de la romance stéréotypée et... euh... voilà.
Idem, et pour le coup je trouve que ça sonne faux... j'ai un recueil de nouvelles à lire, je crois que certaines sont pas trop portées vers la tristitude, on verra si c'est le cas huhu

En vrai j'ai probablement mal formulé le premier post d'emblée mais c'est parce que j'ai du mal avec la pure dichotomie joie/tristesse. J'essaie d'en parler autrement mais c'est sans doute bancal. Il y a des livres qui se terminent mal (mort d'un perso) qui m'ont fait me sentir heureuse à la fin, c'était le cas pour Le zéro et l'infini. C'est peut-être bizarre. Des romans à connotation triste, ou juste "profonds", me font sentir plus léger qu'un truc purement guilleret qui pourra plus m'agacer.

Citer
(Je dis plutôt "qui ne font pas se sentir mal" que "qui font se sentir bien" parce qu'encore une fois ça me parait trop connoté développement personnel/positivisme/whatever, c'est dommage mais bon, j'imagine que c'est ça que tu as en tête quand tu parles de "sonner faux" ? ou pas ?)
Mmmmm j'ai du mal à m'exprimer :mrgreen: Quelque chose qui te donne pas envie de déprimer quand il est fini, quoi ? aprèèèèès encore une fois... j'aime bien déprimer sur certains sujets que j'ai lus, j'en ressors mieux après, justement - et j'aime vraiment, comme quand je lis Cioran. Oui ça met dans un état pas très heureux mais ce qui succède à cet état-là c'est une sorte d'éclat très curieux que je ne rallie pas à de la tristesse.

Je voudrais arriver aussi à écrire des textes qui ne font pas se sentir mal après... et je pense que j'ai déjà essayé, mais justement, je ne crois pas avoir su écrire un passage de "joie pure", ni même avoir essayé, en fait, d'écrire un truc comme ça. Je crois que c'est parce que je me dis qu'il faudrait écrire un texte qui ne soit QUE joyeux alors que c'est probablement pas possible en soi

édit :  par le "sonner faux" je crois que c'est parce que j'ai participé à un atelier d'écriture où une consigne justement c'était d'écrire un texte hum pas négatif, disons. après, tout le monde a lu son texte. les gens souriaient et rigolaient en écoutant les textes. j'étais pas du tout dans le délire, j'arrivais pas à participer à la béatitude générale, après c'est peut-être parce que je suis trop exigeante sur la qualité des textes qui ont été lus, et moi-même j'étais pas très fière de ce que j'avais écrit à ce sujet. Je crois que la consigne c'était de raconter un souvenir heureux

(et oui je mélange clairement lire et écrire huhu)
« Modifié: 25 novembre 2019 à 18:28:08 par Miromensil »
Elle faisait allusion à une pluie dense et tiède qui a crépité toute la nuit sur les feuillages fauves et les fruits blets de l'automne (Tournier)

Hors ligne Milla

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 343
Re : écrire la joie
« Réponse #3 le: 25 novembre 2019 à 19:21:22 »
parce qu'on en a parlé y a quelques jours avec ben.g... : est-ce que vous lisez des livres qui font se sentir bien ? en cherchez-vous ?
oui ! j'adore quand je finis un livre avec la sensation d'un coup de fraîcheur douce au cœur, en général derrière je l'offre à tout le monde ! J’apprécie aussi énormément les livres qui me font rire, et pour le coup c'est pas forcément les romans qui se veulent humoristique qui y arrivent, si c'est un peu gros ou cliché ça marche pas du tout pour moi (on m'avait passé un Legardinier j'ai trouvé ça nuuul, ou le super connu "vieux qui fêtait son anniversaire" pareil j'ai déteste, etc), il me faut un truc plus dans la finesse ou l'autodérision je dirais.
Du coup, je regrette de pas trouver si facilement que ça des livres qui me donnent cette sensation. ça m'arrive + souvent dans les BD (comme disait Elk) ou bien dans les romans jeunesse que dans les romans "adultes" je dirai :\?


Citer
est-ce que ça vous attire/parle d'écrire un texte non dramatique/grave ? si non, pourquoi pas ? est-ce que ça sonnerait faux ou pas forcément ?
hmmm on peut avoir un contenu pas uniquement positif et joyeux, qui aborde du grave, dramatique, des problèmes, mais que ça baigne quand même le lecteur dans un sentiment de bien-être au final, non ?
je crois que j'ai globalement plutôt envie de mettre le lecteur sur une pente émotionnelle ascendante quand j'écris. Et d'ailleurs quand je lis, j'aime la tristesse, le drame, etc. quand c'est intense mais pas quand c'est glauque ou plombant.
Ou tu veux dire écrire du que joyeux où tout va bien ? La difficulté c'est plutôt l'ennui par manque de péripétie, rebondissement, réflexion, problème qui fait que quelque chose se passe, arrive... Sur un tableau ça peut sans doute être doux, mais sur la longueur :\? Mais du coup je trouve que ça c'est autre chose que "livres qui font se sentir bien"

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 22 requêtes.