Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

07 décembre 2019 à 08:37:50

Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » L'orchestre du bar » NEUROSIS

Auteur Sujet: NEUROSIS  (Lu 1834 fois)

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 824
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
NEUROSIS
« le: 29 juin 2018 à 13:49:01 »
Névrosé ?

Au début des années 80 la famille du metal comptait de nombreux sous genres, heavy metal (Motörhead, Judas Priest, Iron Maiden), thrash (Metallica, Slayer), hardcore (Madball, Merauder) qui semblaient tous tendre vers un but : passer le mur du son tant en terme de décibels que de vitesse de tempo. Au cour de la décennie, on vit l’apparition du death metal (Death, Carcass), du black metal (Impaled Nazaren, Immortal) et du grind (Napalm Death), tous plus rapides et bourrins les uns que les autres. Et au milieu de ces formations, un groupe nommé NEUROSIS (névrose en anglais) va venir s’y démarquer.

Groupe obscur de hardcore californien, ils vont être dans les premiers à ralentir le tempo pour donner plus de corps à leur musique. Si leur premier album Word as law (1989/1991) est un peu anecdotique et poussif et sans grande originalité pour l’époque, il jette tout de même les bases d’un style qu’ils n’auront de cesse de pousser au plus loin, inventant tout un courant de metal lent et lourd appelé sludge metal.
En 1992 sort Souls at Zero qui annonce clairement la couleur : sombre et oppressant. Et pour cela, le line up de base (guitares/chant, basse/chant, batterie) se voit augmenté d’un clavier qui, au contraire des groupes de l’époque où les claviéristes s’obstinaient à pondre des mélodies sautillantes ou envahissantes avec des sons parfois très cheap, va s’atteler à créer des ambiances et des textures épaisses et collantes, voire malsaines et donner un terreau propice à l’élaboration d’une musique d’une lourdeur et d’une puissance évocatrice alors quasiment inconnue. On notera même la participation de violoniste, flûtiste, violoncelliste et trompettiste sur ce disque de post-core !
C’est à partir de l’album suivant au titre équivoque, Enemy of the Sun, que NEUROSIS trouve enfin la formule idéale. Dès lors, leur nom prend toute sa signification. La musique s’approche dangereusement de la folie clinique, du délire interne, de la schizophrénie et toutes anormalités psychiques. Ils enfonceront le clou de la démence avec Through Silver in Blood qui sort en 1996 et confirmeront leur maîtrise musicale. A l’heure où les groupes de black metal extrêmes jouissaient d’une réputation de noirceur et de violence infernales, NEUROSIS était en fait bien plus profondément enfoui dans les arcanes des ténèbres et avait depuis longtemps dépassé l’enfer pour accéder à la source primaire de toutes les peurs et tous les cauchemars.
Il semble toute fois qu’ils aient pu en revenir. Lorsqu’en 1999 arrive Time of Grace, l’oppression et la noirceur sont toujours de mise mais teintées d’épique et de mysticisme d’origine celte et viking. Pour une fois une certaine beauté dans la douleur apparaît et une petite pointe de positivisme semble presque se deviner. On retrouvera, en plus poussé, ce genre d’atmosphères sur l’excellentissime A Sun That Never Sets produit en 2001 et qui s’ouvre sur un morceau particulièrement déstabilisant avant d’enchaîner sur un de leur plus beau titre : The Tide. Sur ce disque, l’évocation de la mort y est sublimée, la rage en devient palpable et pourtant point de réel désespoir, ici. Non. On y est témoin de tragédies mais comme pour mieux nous préparer à celles qui peuvent nous tomber sur le coin de la figure.

Parallèlement à leur exploration toujours plus poussée de l’exacerbation de nos émotions par leur mur sonore massif, ils s’offrent le luxe d’expérimenter des choses folles. En effet, comme si leur créativité était sans limite, ils fondent un side project appelé Tribe of Neurot qui s’éloigne du metal pour accoucher d’une musique atmosphérique et oppressante. Jusque là, rien de bien exceptionnel en soi. Sauf que l’album qu’ils enregistrent avec ce projet (Grace) se trouve être prévu pour être joué en simultané avec leur album Time of Grace. Munissez vous de deux lecteurs CD et lancez les deux albums synchro ou alors cliquez là. A noter que les pistes de chaque album n’ont absolument pas les même durées. Il en résulte une expérience hors norme, qui, à ma connaissance, n’a pas été réitérée. Avec l’album A Sun That Never Sets, Tribe of Neurot expérimente un concept datant des années 30 : diffuser dans une pièce et réenregistrer en acoustique plusieurs fois de suite des morceaux de musique jusqu’à obtenir un résultat indescriptible faisant disparaître des sons et poussant à leur paroxysme certaines harmoniques. Déroutant, tout simplement. Pour se faire, ils ont été jusqu’à diffuser et réenregistrer trente fois le même morceau.
En 2004, une nouvelle phase s’annonce. Moins violent, plus mélodique mais toujours aussi sombre, The Eye of Every Storm vient consolider la discographie de NEUROSIS qui va poursuivre dans cette voie avec Given to the Rising en 2007 et Honor found in Decay en 2012. Après trente années d’existence le groupe maîtrise toujours son univers et les différentes formations qui ont été influencées par leur musique ne parviennent pas à leur damer le pion. En 2016, un nouvel album Fires within Fires est sorti, mais je n’ai pas encore eu le temps de me le procurer.

En 2003, NEUROSIS fricote avec Jarboe, la chanteuse des Swans. Il en résulte un album intense et magnifique qui donnerait envie qu’ils recommencent ce genre de collaboration NEUROSIS & Jarboe.

Une dernière chose que j’ai failli oublier : en concert, NEUROSIS joue parfois à contre jour de sorte que les musiciens n’apparaissent que comme silhouettes anonymes laissant alors la place à la musique et à des vidéos psychédéliques qui achèvent de vous faire pénétrer de plein pied dans leur univers. Vu deux fois, cela reste mes expériences de concerts les plus mémorables avec Einsturzende Neubauten.

Voilà, désolé pour le pavé, mais c’est un de mes groupes préférés, je ne pouvais pas faire moins.

Et pour les plus flemmards deux titres au hasard : Tomorrow’s Reality et Rehumanize
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 327
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : NEUROSIS
« Réponse #1 le: 12 décembre 2018 à 17:02:24 »
Bonjour Vinz,

Je tenais à te remercier pour cette découverte que tu nous as apportée récemment.

Ton écriture détaillée permet toujours de se faire une idée précise de ce que l'on peut trouver en contenus et genres. Je vois que tu ne laisses aucun détail nous échapper.

Je ne connaissais pas Neurosis et c'est un véritable plaisir de mettre un bon vieux groupe de métal bien sinistre dans mes playlists. Je dois avouer qu'il y a de quoi pleurer d'horreur : névroses, bruitages inquiétants et musiciens déchaînés, tout ce qu'il faut pour un petit bain de tourmente.

C'est une mise en scène marquante à mes yeux.

D'ailleurs, je suis surpris que tu aies survécu à toutes ces écoutes...

 >:D

La composition est intéressante en mêlant émotions et mise en scène, tu as le don pour trouver ce qui retourne l'estomac. Je crois que les membres du groupe ont déjà traversé le pire, ils nous montrent l'autre visage du gouffre.

J'espère bientôt que tu nous feras découvrir de nouvelles tendances, je suis notamment un bon gros amateur de Rock'n'Roll.

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 824
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : NEUROSIS
« Réponse #2 le: 13 décembre 2018 à 13:36:38 »
Yep !

Content de voir que tu aies survécu... Héhéhéhéhéhé...
Pour les avoir vu en live par deux fois, je le redit : c'est une expérience hors du commun. Surout la deuxième fois où la pluie leur obéissait presque....
Si tu aimes le genre, il y a d'autres groupes dans ce style, mais dans ceux que je trouve les plus valables il y a Cult of Luna.

Si le "O" est fait par qui de droit, j'ai déjà la lettre P en stock et pour sûr, une découverte qui ne devrait pas passer inaperçu.
Avec des Si on fait de la musique monotone...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.037 secondes avec 24 requêtes.