Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

11 novembre 2019 à 23:34:53

Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Le petit salon » Citations

Auteur Sujet: Citations  (Lu 33234 fois)

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 861
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : Citations
« Réponse #195 le: 23 juillet 2019 à 15:30:00 »
 Voici les premières lignes de la préface de Bret Easton Ellis pour son dernier livre, "WHITE". J'aurais pu les écrire.

Quelque part au cours de ces dernières années — et je ne peux pas définir quand exactement — une irritation vague, mais presque insurmontable, irrationnelle, a commencé à me démanger, peut-être une douzaine de fois par jour. Cette irritation concernait des choses apparemment mineures, vraiment, bien en dehors de mon domaine de référence, au point que j'étais surpris par le fait d'avoir à respirer à fond pour anéantir cette frustration et ce dégout entièrement provoqués par la stupidité des gens : adultes, connaissances et inconnus sur les réseaux sociaux qui toujours présentaient leurs opinions et leur jugements inconsidérés, leurs préoccupations insensées, avec la certitude inébranlable d'avoir raison. Une attitude toxique semblait émaner de chaque post ou commentaire, ou tweet, qu'elle ait été réellement présente ou pas. (...)

WHITE- Bret Easton Ellis – 2019 – Robert Laffont – 290 pages – 21,50€


Hors ligne Marcel Dorcel

  • Aède
  • *
  • Messages: 232
Re : Re : Citations
« Réponse #196 le: 24 juillet 2019 à 14:41:04 »
Voici les premières lignes de la préface de Bret Easton Ellis pour son dernier livre, "WHITE". J'aurais pu les écrire.

Quelque part au cours de ces dernières années — et je ne peux pas définir quand exactement — une irritation vague, mais presque insurmontable, irrationnelle, a commencé à me démanger, peut-être une douzaine de fois par jour. Cette irritation concernait des choses apparemment mineures, vraiment, bien en dehors de mon domaine de référence, au point que j'étais surpris par le fait d'avoir à respirer à fond pour anéantir cette frustration et ce dégout entièrement provoqués par la stupidité des gens : adultes, connaissances et inconnus sur les réseaux sociaux qui toujours présentaient leurs opinions et leur jugements inconsidérés, leurs préoccupations insensées, avec la certitude inébranlable d'avoir raison. Une attitude toxique semblait émaner de chaque post ou commentaire, ou tweet, qu'elle ait été réellement présente ou pas. (...)

WHITE- Bret Easton Ellis – 2019 – Robert Laffont – 290 pages – 21,50€


C'est étrange mais je ne l'ai jamais lu. Plus encore, étrange le fait d'avoir lu bon nombre d'auteurs y faisant référence ( à Ellis), le considérant comme essentiel. Je m'en suis tenu à Hubert Selby Junior jusqu'à présent.
Merci Champdefaye de ton conseil éclairé.
Un imbécile ne s'ennuie jamais il se contemple
De Gourmont

Tout dire ou se taire
J Green

 Croyez-vous que je me sois donné la peine de me lever tous les jours de ma vie à quatre heures du matin pour penser comme tout le monde 
J Hardouin

Tout ce qui est atteint est détruit
Montherlant

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 861
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : Citations
« Réponse #197 le: 09 août 2019 à 20:15:58 »
Je ne suis pas absolument certain de vouloir vraiment conseiller la lecture de White, suite de chroniques de Bret Easton Ellis sur l'air du temps. Si quelques analyses de l'impact effrayant des réseaux sociaux sur les individus en particulier et sur la société en général sont acérées et intéressantes, l'air du temps dont il parle est le plus souvent celui d'une société si éloignée spacialement et temporellement de celle dans laquelle je vis que j'ai l'impression de lire des chroniques martiennes sans intérêt, pas comme celles de Bradbury.
Par contre, j'ai lu il y a quelques mois "Moins que zéro", premier roman de BEE. Au cours de ma lecture, après l'avoir détesté pendant la première moitié ou même plus, je pense avoir fini par le comprendre et l'apprécier comme une oeuvre aussi originale qu'a été à une autre époque l'Attrape Coeurs. J'en ferai une critique prochainement.

Hors ligne Versus1

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 485
Re : Citations
« Réponse #198 le: 19 août 2019 à 22:57:04 »
« Quarante après la mort de François (d’Assise), Jacques de Voragine, dominicain, futur archevêque de Gènes, écrit La Légende dorée – recueil de vies de saints. C’est un livre qui ne ressemble à rien, sinon à un dessin d’enfant. L’enfant qui dessine va droit à l’essentiel. Si la vie est empêchée, on ne met pas de porte à la maison. Si la vie est chantante, on multiplie les fenêtres, les fleurs et les soleils. Il en va de même des miniatures du Moyen Âge où la robe de la châtelaine est plus grande que son château, où l’œil d’un cheval rivalise avec l’ovale d’une lune. Ce n’est pas qu’il y ait une petite enfance de l’art, une misère infantile de la main. C’est que l’on suit une autre perspective que celle, indifférente, géomètre, de la raison. On suit la perspective du cœur qui dessine ce qui n’est pas, pour mieux voir ce qui est. »

Le Très-Bas, Christian Bobin

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 338
  • serviteur de Saturne
Re : Citations
« Réponse #199 le: 20 août 2019 à 21:37:21 »
Cela fait écho en moi à ce passage de Baudelaire :

« Je désire être ramené vers les dioramas dont la magie brutale et énorme sait m’imposer une utile illusion. Je préfère contempler quelques décors de théâtre, où je trouve artistement exprimés et tragiquement concentrés mes rêves les plus chers : Ces choses, parce qu’elles sont fausses, sont infiniment plus près du vrai ; tandis que la plupart de nos paysagistes sont des menteurs, justement parce qu’ils ont négligé de mentir. » Curiosités esthétiques
« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

Hors ligne JustinePRR

  • Plumelette
  • Messages: 19
Re : Citations
« Réponse #200 le: 20 août 2019 à 21:41:48 »
Pour ma part ma citation préféré si s'en ai une,  :-¬?

Quand on veut, on peut...  :P

J'ai vu que sur internet c'était de Napoléon Bonaparte mais je n'en suis pas sur.



Quand on veut, on peut ;)

Hors ligne Quaedam

  • Aède
  • *
  • Messages: 188
  • Critique de bon aloi
Re : Re : Citations
« Réponse #201 le: 20 août 2019 à 22:27:13 »
« Quarante après la mort de François (d’Assise), Jacques de Voragine, dominicain, futur archevêque de Gènes, écrit La Légende dorée – recueil de vies de saints. C’est un livre qui ne ressemble à rien, sinon à un dessin d’enfant. L’enfant qui dessine va droit à l’essentiel. Si la vie est empêchée, on ne met pas de porte à la maison. Si la vie est chantante, on multiplie les fenêtres, les fleurs et les soleils. Il en va de même des miniatures du Moyen Âge où la robe de la châtelaine est plus grande que son château, où l’œil d’un cheval rivalise avec l’ovale d’une lune. Ce n’est pas qu’il y ait une petite enfance de l’art, une misère infantile de la main. C’est que l’on suit une autre perspective que celle, indifférente, géomètre, de la raison. On suit la perspective du cœur qui dessine ce qui n’est pas, pour mieux voir ce qui est. »

Le Très-Bas, Christian Bobin

Oh je ne connaissais pas. J'aime beaucoup la chute de ce paragraphe. Je m'attendais à quelque chose de plus... hum... masturbation intellectuelle que celle-ci, et cela me plait. :D

Ma préférée:
"Le plus grand plaisir qu’il soit après l’amour, c’est d’en parler."
Louise Labé. Je la trouve incroyablement vraie. Que ça soit en tant qu'autrice amatrice ou que personne, être amoureux donne envie d'en parler, de crier sur tous les toits notre sentiment.

Une qui m'a beaucoup touchée en tant que lectrice et autrice:
"Je veux que l'amant, frappé du même trait que moi, reconnaisse, en me lisant, le feu qui le dévore, et qu'après un long étonnement il s'écrie : "Comment ce poète a-t-il connu le secret de mes amours ?"
Ovide (bon, j'avoue, je me souvenais d'une traduction un peu différente... xD)

Je ne pensais pas que les deux seules citations que j'aime et que je retienne de mes études soient sur l'amour. Je suis plus fleur bleue que je ne le pensais xD

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 861
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : Citations
« Réponse #202 le: 21 août 2019 à 20:41:45 »
L'amour a ceci de commun avec le crime : après, que faire du corps ?

Auteur inconnu

En ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 339
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Citations
« Réponse #203 le: 12 septembre 2019 à 13:54:59 »
Je souhaitais me renseigner rigoureusement sur la complexité des anciennes langues pour la comparer avec la langue française (afin de me faire une idée de la vérité plutôt que de sombrer dans de terribles préjugés...).

Et j'ai trouvé ce chapitre vraiment frappant : la langue grecque était d'une extrême complexité dans l'Antiquité, c'est tout bonnement édifiant !!

Chapitre issu de La Poétique d'Aristote.



Citer
CHAPITRE XXII: De l’emploi de la glose, de la métaphore de l’ornement, etc.

I. La qualité principale de l'élocution, c'est d'être claire sans être plate.

II. L'élocution la plus claire est celle qui consiste en termes propres, mais qui est terre à terre. La poésie de Cléophon et de Sthénélus en est un exemple.

III. Elle est élevée et s'écarte du style vulgaire lorsqu'elle fait usage de termes étrangers ; or j'appelle "termes  étrangers"  la  glose,  la  métaphore,  l'allongement  et  tout  ce  qui  est  à  côté  du  terme propre.

IV. Maintenant,  si  l'on  employait  de  telles  expressions  indistinctement,  il  y  aurait  énigme  ou barbarisme; énigme, si elles étaient empruntées à des métaphores, barbarisme, si elles l'étaient à des gloses.

V. En effet, une forme de l'énigme, c'est de relier entre elles des choses qui ne peuvent l'être pour énoncer des faits qui existent ; or il n'est pas possible de faire cela par l'alliance des noms, mais il est  permis  de  le  faire  par  métaphore.  Exemple:  « J'ai  vu  un  homme  qui,  au  moyen  du  feu, avait  appliqué  l'airain  sur  la  peau  d'un  autre  homme ; » et  autres  expressions  analogues.  Des gloses peut résulter un barbarisme. Il faut donc les employer dans certaines conditions spéciales.


VI. En effet, la glose, la métaphore, l'ornement et les autres formes précitées ôteront au style la vulgarité et la bassesse ; le terme propre lui donnera de la clarté.

VII. Une  chose  qui  contribuera  grandement  à  la  clarté  et  à  l'élévation  du  style,  ce  sont  les  allongements,  les  apocopes  (coupures)  et  les  altérations  (des  noms);  car  (un  mot),  présenté  comme forme insolite, perdra de sa vulgarité en devenant autre que le terme propre, tandis que 1a clarté d'un terme aura pour cause sa participation à la propriété d'expression.


 VIII. Aussi  c'est  faire  un  reproche  mal  fondé  que  de  critiquer  un  tel  mode  de  langage  et  de  tourner  en  ridicule  le  poète  qui  l'emploie ;  comme  Euclide  l'Ancien  qui  prétendait  qu'il  était  facile  de  faire  de  la  poésie,  du  moment  que  l'on  accordait  aux  poètes  la  faculté  d'allonger  (les  noms) autant qu'ils le veulent et qui les raillait en citant ce vers: Je vis Épicharès marcher sur Marathon... et cet autre: Lui qui n'aurait pas aimé son ellébore... (128).

IX. Il serait ridicule d'employer ce procédé d'une façon quelconque, et la mesure doit être gardée dans  toutes  les  parties; en  effet,  se  servir  des  métaphores,  des  gloses  et  des  autres  formes  sans  observer la convenance, ou s'appliquer à faire rire, ce serait aboutir au même résultat.

X. Pour voir jusqu'à quel point la convenance est observée, il faut considérer la question dans les vers en faisant entrer les noms dans un mètre. Pour la glose, pour la métaphore et pour les autres formes, en y substituant le terme propre, on pourrait reconnaître que nous disons la vérité. Ainsi Euripide  et  Eschyle  mettant  le  même  vers  ïambique,  l'un,  en  changeant  un  seul  nom  et  faisant  une  glose  à  la  place  du  terme  propre  employé  habituellement,  donne  à  ses  vers  une  belle  apparence, tandis que l'autre est tout simple ; car Eschyle, dans son Philoctète, voulant dire : L'ulcère  qui  mange  (¡syÛei)  les  chairs  de  mon  pied,  au  verbe  (¡syÛei)  a  substitué  le  mot  yoin#tai (se repaît). Et encore :
Mais maintenant lui qui est exigu, et sans valeur aucune et sans vigueur, il m'a...

Si l'on voulait substituer les termes propres, on dirait:
Mais maintenant lui qui est petit, débile et laid, il m'a....
ou (au lieu de):
Après avoir déposé à terre un misérable siège,  et une modeste table,
Après avoir déposé à terre un mauvais siège  et une petite table;

 ou cette expression:
 Le rivage mugit,
 au lieu de celle-ci:
Le rivage crie .

XI. Ariphrade, en outre, raillait les auteurs tragiques de ce qu'ils emploient telles façons de parler que personne ne ferait entrer dans la conversation, comme par exemple, dvm‹tvn #po, et non pas Žpò dvm‹tvn (134) ou les formes s¡yen (135), ¤gÆ d¢ nin (136) ƒAxill¡vw p¡ri et non pas perÜ ƒAxill¡vw (137),  ou  d'autres  formes  analogues.  Comme  elles  ne  rentrent  pas  dans  les  termes  propres, elles ôtent au style sa vulgarité, et c'est ce que cet Ariphrade ne voyait pas.

XII. Il  n'est  certes  pas  indifférent  de  faire  un  emploi  convenable  de  chacune  des  formes  précitées,  noms  doubles  et  noms  étrangers  ou  gloses:  mais  le  plus  important,  c'est  d'avoir  un  langage métaphorique; car c'est le seul mérite qu'on ne puisse emprunter à un autre et qui dénote un  esprit  naturellement  bien  doué;  vu  que,  bien  placer  une  métaphore,  c'est  avoir  égard  aux  rapports de ressemblance.

XIII. Parmi  les  noms,  ceux  qui  sont  doubles  conviennent  surtout  aux  dithyrambes,  les  mots  étrangers à la poésie héroïque et les métaphores aux ïambes (138). Dans la poésie héroïque, tous les moyens expliqués plus haut sont applicables. Dans les ïambes, comme on y cherche surtout à imiter  le  langage  ordinaire,  les  noms  les  plus  convenables  sont  ceux  dont  on  fait  usage  dans  le  discours parlé, c'est-à-dire le terme propre, la métaphore et l'ornement.

Poétique, Aristote.       Traduction de Jules  Barthélemy-Saint-Hilaire

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 861
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : Citations
« Réponse #204 le: 16 octobre 2019 à 15:30:26 »
Dans cet extrait de ses Chroniques de La Montagne, Alexandre Vialatte parle de Georges Simenon tout en citant Dubuffet, Verlaine, Chardonne et La Bruyère. L'idée générale est qu'en écriture, le style doit être absent ou invisible. Le conseil qui résume tout vient de La Bruyère qui recommandait ceci : "Pour dire : il pleut, dites donc : il pleut". Et maintenant, prions en coeur pour qu'il soit entendu.

" (...) Il en va de lui (Simenon) comme, en peinture, de Dubuffet, qui dit : "Il faut peindre comme tout le monde", et qui répond, quand on lui objecte qu'il peint justement comme personne ne le fait : "C'est parce que je suis le seul à peindre comme tout le monde." Simenon est le seul à écrire comme tout le monde. Mais, avec sa phrase de tout le monde, il se bâtit un monde à lui, qui ne ressemble à celui de personne. C'est le propre du grand artiste.
(…)
Quant à sa phrase, si elle est neutre, elle n'est pas plate. Elle se méfie simplement de l'éloquence, du pittoresque personnel. "Prend l'éloquence et tord lui son cou", disait Verlaine. "Pas de pittoresque", dit Chardonne. Et Stendhal prenait son modèle dans la froideur du Code civil, qui n'a jamais visé à la littérature. "Pour dire : il pleut, dites donc : il pleut", dit La Bruyère, Simenon se méfie tellement de tout ce qui peut orner, ajouter, ou diéser, qu'il ne veut même pas se relire, de peur de déformer le premier jet, l'intuition ;  au point de laisser subsister les fautes, même dans les choses rééditées. En revanche, il ne tombe jamais dans le lieu commun. Il ne note que du vrai, de l'utile, du nécessaire. En somme, il suit la règle d'or de l'écrivain qui veut faire vrai tout en restant intéressant."

Entre Aristote (voir le post précédent) et La Bruyère, il va falloir faire un choix. Le mien est fait.
« Modifié: 20 octobre 2019 à 08:52:01 par Champdefaye »

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 861
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : Citations
« Réponse #205 le: 29 octobre 2019 à 17:37:09 »
Les livres ne se font pas comme les enfants, mais comme les pyramides, avec un dessein prémédité, et en apportant des grands blocs l’un par-dessus l’autre, à force de reins, de temps et de sueur, et ça ne sert à rien ! Et ça reste dans le désert ! Mais en le dominant prodigieusement. Les chacals pissent en bas et les bourgeois montent dessus, (…)

Gustave Flaubert

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.057 secondes avec 23 requêtes.