Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 juin 2019 à 11:57:42

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'antichambre de l'édition » Auto-édition

Auteur Sujet: Auto-édition  (Lu 6764 fois)

Hors ligne Vergüenza

  • Plumelette
  • Messages: 19
Re : L'auto-publication avec Amazon
« Réponse #15 le: 22 janvier 2013 à 12:31:21 »
Merci, Ned. Je m'y rends donc.
"La villanìa es perdonable, la ingratitud nunca."

Hors ligne Ned Leztneik

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 989
  • Ressentir ou jouer ? C'est vous qui voyez !
    • La page de Ned
Auto-édition
« Réponse #16 le: 20 février 2013 à 07:38:18 »
Un site intéressant à visiter pour ceux qui veulent franchir le pas, et qui fait un tour des lieux concernant la formule d'autoédition (notamment)

c'est ici
« Modifié: 20 février 2013 à 07:57:50 par Ned Leztneik »
Il est dit parfois que toutes les guerres ne sont que des guerres de religion. Alors dites-moi le nom de ce Dieu qui les autorise à tuer l'amour. (apologue d'Alegranza)
----------
http://www.facebook.com/NedLeztneik

Anlor

  • Invité
Re : autoédition: vu sur le portail du livre
« Réponse #17 le: 20 février 2013 à 07:54:48 »
Chouette article, Ned. Ça mériterait presque d'être épinglé en haut de la section, histoire d'éviter pas mal d'interrogations !




Bonne idée, fait !
« Modifié: 20 février 2013 à 08:07:00 par Zacharielle »

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 073
Re : Re : autoédition: vu sur le portail du livre
« Réponse #18 le: 22 février 2013 à 15:26:10 »

Avec tous les membres du site, il serait facile de monter notre propre boîte d'édition, notre comité de lecture etc... dommage d'attendre le bon vouloir des autres ?
 
ça pourraît être sympa en effet. 
par quoi faudrait-il commencer à ton avis?
l'idée est sympa mais j'y connais pas grand-chose à comment il faut faire concrètement   8)

Hors ligne jdsetls

  • Scribe
  • Messages: 99
Re : autoédition: vu sur le portail du livre
« Réponse #19 le: 19 mai 2013 à 13:32:38 »
Les sociétés d'auto édition ne refusent pratiquement jamais de livres.
Ils ne corrigent pas les fautes d'orthographe.
 
Cela reste valable peut-être  chez l'Harmattan, un des rares à offrir une visibilité.
Il est d'ailleurs diffusé par Amazon.
Piètre élève qui ne dépasse pas le maître (Léonard de Vinci). Mon dernier livre paru :
http://www.bibliocratie.com/produit/le-grand-mesa-circus/

Anlor

  • Invité
Re : autoédition: vu sur le portail du livre
« Réponse #20 le: 19 mai 2013 à 13:46:26 »
Euh, mais l'Harmattan n'a rien à voir avec de l'auto-édition  :o

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 914
  • Championne de fautes de frappe
Re : Re : autoédition: vu sur le portail du livre
« Réponse #21 le: 19 mai 2013 à 14:45:18 »
Euh, mais l'Harmattan n'a rien à voir avec de l'auto-édition  :o
Je crois qu'ils font de la quasi-auto-édition aussi, en fait. Des forums d'écriture comme Brouillon d'écriture font éditer leurs recueils chez eux et j'ai vu ça sur plusieurs concours aussi. J'avais cru comprendre qu'ils avaient une branche braie édition, et puis après une branche moins regardante qui faisait un peu comme lemanuscrit.com et ce genre d'organismes.
Ou je me trompe ?  :-X
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Anlor

  • Invité
Re : autoédition: vu sur le portail du livre
« Réponse #22 le: 19 mai 2013 à 14:53:17 »
Ah bah au temps pour moi alors, je ne connais que la partie sciences humaines/édition classique

Hors ligne jdsetls

  • Scribe
  • Messages: 99
Re : autoédition: vu sur le portail du livre
« Réponse #23 le: 19 mai 2013 à 15:05:00 »
L'Harmattan fonctionne à deux vitesses.

Certains ne paient rien notamment lorsqu'il s'agit d'un sujet enseigné à l'université et dont les ventes sont évaluables. Dans ce cas les 500 premiers exemplaires sont vendus au bénéfice de l'Harmattan.

De ce fait ils possèdent un véritable comité de lecture.

Sinon on vous demande une participation modeste en général.

Avant de répondre à ce mail j'ai téléphoné à un de mes élèves, doctorant en droit, à qui j'enseigne le latin médiéval et qui écrit sur le thème des procès d'animaux. Il est satisfait de l'Harmattan.
Piètre élève qui ne dépasse pas le maître (Léonard de Vinci). Mon dernier livre paru :
http://www.bibliocratie.com/produit/le-grand-mesa-circus/

Anlor

  • Invité
Re : autoédition: vu sur le portail du livre
« Réponse #24 le: 20 mars 2014 à 18:47:44 »
je réponds à ça :

Non, tu n'as pas à acheter quoi que ce soit.  C'est si tu veux, tu peux acheter des followers. Je crois que Gumroad prend 5% sur les ventes. Les tarifs de Twaffic.net sont tout à fait abordables, et c'est l'annonceur qui fixe son prix. Quand tu t'inscris on te donne 20 crédits.
De plus, sur l'interface de Gumroad, il y a un bouton Twitter. Donc, si un lecteur a aimé ton livre, il tweete ton book. Tu as de la pub gratuite. Pour plus d'info : http://urlz.fr/hOY. C'est vrai que mes propos pourraient trouver leur place à 'auto-édition', mais comme c'est pas évident de trouver un éditeur, j'ai pensé que je pouvais communiquer ici les infos.

Concrètement, quelle différence avec de l'auto édition ? Oui, ils te l'impriment sans te faire payer. C'est cool. Mais éditeur mais pas seulement l'intermédiaire entre l'auteur et l'imprimeur. Il travaille sur ton livre, t'aide à l'orienter, à atténuer ses failles et, surtout, fait la pub. En gros, tu as ça à ta charge. Forcément, pour lui c'est cool. Mais faire de la pub par le biais des réseaux sociaux, c'est peu comme se poster en plein milieu de la gare, à l'heure de pointe. Ca ne sert strictement à rien, parce que ce n'est pas de la pub ciblée.
Après, je suis d'accord avec toi, Polka. Trouver un éditeur c'est dur. En comparaison, trouver un mauvais éditeur est facile. Mais qu'est ce qui est le plus important : voir ton nom sur la couverture d'un livre qui ne sera pas lu ou patienter jusqu'à ce qu'il puisse l'être ?

Je n'aime pas l'auto-édition, vous l'aurez compris. Et j'aime encore moins les maisons d'édition qui présentent leur méthode d'auto-édition comme si elles ne l'étaient pas.


Pour nuancer le propos d'Aphone, j'ajouterais que la démarche d'un auteur qui cherche un éditeur et celle d'un autre qui voudrait s'auto-publier sont complètement différentes.

Pour l'auto-publication (je parle bien d'un auteur qui chercherait à faire connaitre son livre du grand public, pas de quelqu'un qui voudrait un joli roman relié pour offrir à tata Jeannette), tu considères déjà que ton livre mérite d'être connu du public et tu veux instaurer une relation directe entre toi et tes lecteurs. Pour moi, ça implique d'avoir déjà une grande confiance en ce que tu fais et de prendre le temps de travailler tout seul la forme de ton livre et sa diffusion. Je trouve l'auto-édition intéressante lorsqu'elle se rapproche du livre d'artiste. En gros, quand l'auteur pense son livre entièrement et que sa démarche est justifiée par son livre même (il n'y a aucun dénigrement là-dedans, mais pour un roman disons tout ce qu'il y a de plus classique, je ne comprends pas l'intérêt de l'auto-publication, à moins d'être un monstre niveau communication et marketing pour en faire "une affaire qui marche")

De l'autre côté, passer par l'édition classique (et donc là je parle bien d'un éditeur à compte d'éditeur qui fait sont travail sérieusement), c'est soumette son manuscrit à un regard professionnel et travailler avec quelqu'un/un groupe pour "l'améliorer" (je mets entre guillemets parce que l'amélioration, ça peut être subjectif, m'enfin c'est le but normalement). Je l'ai déjà dit, mais je le répète : l'éditeur c'est aussi quelqu'un qui va inscrire ton manuscrit dans une ligne éditoriale, qui va prendre des risques pour le faire connaitre et surtout qui va le défendre. C'est aussi quelqu'un qui aura (si la maison est en bonne santé) des moyens de production et de diffusion beaucoup plus élevés que ce que l'on peut se permettre en tant que particulier. Et enfin, au moment de la sortie du livre, ce sera aussi un "gage de qualité" pour le lecteur. C'est peut-être une déformation professionnelle, mais quand je trouve un livre cool, je regarde l'éditeur, et j'ai un à priori positif sur les autres bouquins de son catalogue, ce ne sont pas juste "des livres d'auteurs inconnus".

(désolée si ça fait pavé, mais voilà, je pense que les deux se justifient, je vais pas cracher sur l'auto-publication parce qu'il y a des trucs vraiment sympa qui s'y font, mais pour moi, si on veut que ce soit intéressant dans tous les sens du terme, il faut que ce soit un choix justifié et pas juste un choix par défaut)
« Modifié: 31 mars 2014 à 15:16:51 par Anlor »

Hors ligne Aphone

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 657
  • La peur de son ombre
    • Bavardages d'un aphone
Re : Auto-édition
« Réponse #25 le: 22 novembre 2014 à 16:15:24 »
Je vais quelques peu revenir sur les propos que j'avais tenu à propos de l'auto-publication.

Au moment de donner mon avis, je confondais Edition à compte d'auteur et auto-publication. Cet article publié sur Espaces Comprises m'a bien éclairé à ce sujet. Je ne reviendrai pas sur ce que j'ai dit plus haut, qui concernait, sans que je le sache, l'édition à compte d'auteur. Mais j'aimerais avoir votre avis sur l'auto-publication.

Je parle par là surtout de l'utilisation de plate-forme telles que Kobo by Fnac ou Amazon. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, il s'agit de sites internet marchands qui proposent la publication sous forme d'Ebooks de votre roman, en qualité de diffuseur, et non de maison d'édition. Il est possible de convertir son texte en format epub, le format qui convient à la plupart des tablettes/liseuses/smartphones, de le mettre en ligne et de suivre ses ventes en direct et, bien entendu, de toucher un pourcentage plus important (environ 70%) sur les ventes.

J'avoue réfléchir à cette alternative. Simplement parce qu'elle permet de tout gérer (couverture, contenu, distribution, communication), sans avoir à quémander le bon vouloir de tel intermédiaire ; comprendre par là un éditeur. Et, je l'avoue, aussi parce que j'en ai marre de recevoir les mêmes lettres-type qui prétendent que mon roman ne convient pas à une ligne éditoriale que j'ai étudiée en profondeur avant de sélectionner les éditeurs à qui j'envoie mon roman.

Je vois ce système comme une solution de secours face aux refus des éditeurs classiques.

Mais je m'interroge sur certains points ?

Juridique
Qu'en est-il des droits ? Conserve-t-on la totalité des droits afférant à l'oeuvre ? Exemple. Je poursuis mes envois aux éditeurs alors que mon e-book est en ligne sur Kobo. Ô miracle, un éditeur me répond que mon roman lui plait et qu'il veut me publier. Peut-il le faire alors que je suis sur Kobo ? Peut-il le faire seulement en format papier ? Puis-je retirer mon e-book de ces plate-formes à tout moment, sans incidence ?

Technique
Ces sites sont-ils si simples à utiliser qu'ils paraissent ?

Comm'
Elles offrent une grande possibilité de visibilité. Mais qu'en est-il vraiment ? Comment ne pas se fondre dans la masse des millions d'oeuvre ? Faut-il être une vache-à-lait pour être vu ?

Concrètement, j'ai besoin de vos avis, savoir ce que vous pensez de ces outils. Ceux qui les utilisent, bien entendu. Mais ceux qui ne les utilisent, et pourquoi.

Merkiii  ;D
Mon blog : Lueurs d'encre
Mon twitter : Twitter

Ces plaies d'où suppurent un cri.

Nemton Hills
Une ville. Sept vies.

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 574
  • Cas désespérant
Re : Auto-édition
« Réponse #26 le: 22 novembre 2014 à 16:30:45 »
Citer
Qu'en est-il des droits ? Conserve-t-on la totalité des droits afférant à l'oeuvre ? Exemple. Je poursuis mes envois aux éditeurs alors que mon e-book est en ligne sur Kobo. Ô miracle, un éditeur me répond que mon roman lui plait et qu'il veut me publier. Peut-il le faire alors que je suis sur Kobo ? Peut-il le faire seulement en format papier ? Puis-je retirer mon e-book de ces plate-formes à tout moment, sans incidence ?
La première chose à faire est de lire les conditions d'utilisation des plate-formes en question. Après, Zach' ou Anlor corrigeront si je dis des bêtises mais tout dépend de l'éditeur et du contrat qu'il veut faire (exclu numérique, papier seulement, etc.). Ca se discute au moment du contrat. Je ne pense pas que ça dérange un éditeur qui ne fait que du papier par exemple.

Citer
Technique
Ces sites sont-ils si simples à utiliser qu'ils paraissent ?

Les sites ne doivent pas être si difficile. Par contre faut réussir à faire soi-même toute la correction, y compris grammaticale/orthographique et la transformation en e-book. Il me semble que ce ne sont que des plate-formes de vente/d'hébergement. Ca inclut la couverture, aussi.

Citer
Comm'
Elles offrent une grande possibilité de visibilité. Mais qu'en est-il vraiment ? Comment ne pas se fondre dans la masse des millions d'oeuvre ? Faut-il être une vache-à-lait pour être vu ?

Faut savoir faire de la comm' qui prend, comme la fabrication, du temps qui n'est pas passé à écrire. Savoir communiquer, accepter de baisser son prix, répondre aux lecteurs/trices...

Pour le reste, mon avis est à peu près le même que celui d'Anlor un peu plus haut.
(Et vu le peu que j'achète en numérique, je risque pas d'acheter de l'autopublié ^^)
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 871
    • au bord du littéral
Re : Auto-édition
« Réponse #27 le: 23 novembre 2014 à 09:56:05 »
Yop. Je complète un peu ce qu'a répondu Loïc.

Citer
Juridique
Qu'en est-il des droits ? Conserve-t-on la totalité des droits afférant à l'oeuvre ? Exemple. Je poursuis mes envois aux éditeurs alors que mon e-book est en ligne sur Kobo. Ô miracle, un éditeur me répond que mon roman lui plait et qu'il veut me publier. Peut-il le faire alors que je suis sur Kobo ? Peut-il le faire seulement en format papier ? Puis-je retirer mon e-book de ces plate-formes à tout moment, sans incidence ?
Ton éditeur te proposera sans doute un contrat à la fois papier et numérique, mais il peut y avoir des exceptions. Si c'est bien le cas, tu devras à ce moment-là retirer la version numérique de toutes les plateformes de distribution (tu as aussi Google ou Apple qui proposent de diffuser tes propres contenus), ce qui n'est pas plus compliqué que de le mettre en vente. Par contre, tu ne pourras pas récupérer les ouvrages qui auront été vendus, mais en même temps c'est normal.

Citer
Technique
Ces sites sont-ils si simples à utiliser qu'ils paraissent ?
Oui ils sont très simples, à condition que tu aies tout ton matériel de prêt : le fichier au format epub, bien sûr (ces sites je crois proposent des services de conversion, payants, je ne sais pas ce qu'ils valent ; à noter qu'Amazon transformera ton epub en mobi, format propriétaire Amazon) mais aussi les métadonnées. C'est-à-dire le titre, le résumé, la couverture, le prix aussi... Tout ce qui tourne autour de livre et qui va permettre aux utilisateurs de l'identifier rapidement. La couverture est primordiale. C'est le lien visuel entre le potentiel lecteur et toi. S'il y a une chose à travailler un max, après le bouquin en lui-même, bien sûr, c'est ça. Quitte à demander l'aide d'un pro.

Citer
Comm'
Elles offrent une grande possibilité de visibilité. Mais qu'en est-il vraiment ? Comment ne pas se fondre dans la masse des millions d'oeuvre ? Faut-il être une vache-à-lait pour être vu ?
C'est sûr que c'est plus facile quand tu es chez un éditeur qui a des contacts depuis des années et qui envoie régulièrement des programmes de mises en avant, sur un large catalogue. A ton échelle, tout ce que tu peux faire, à ma connaissance, c'est compter sur le bouche-à-oreille pour être visible. Mais ça ne se fait pas forcément n'importe comment, plutôt que de noyer les gens sous les "achetez mon livre !" essaye des offres ponctuelles à un prix bas, fais circuler des petites communications chiadées qu'on peut diffuser facilement, je ne sais pas. Il faut garder la foi, être patient, et ne pas s'attendre à récolter tout le fruit de sa peine. En tout cas, les auteurs autoédités cartonnent sur Amazon, mais ce sont quelques uns sur... beaucoup.


En espérant avoir pu t'aider :)

Hors ligne Aphone

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 657
  • La peur de son ombre
    • Bavardages d'un aphone
Re : Auto-édition
« Réponse #28 le: 23 novembre 2014 à 16:25:22 »
Citation de: Loïc
La première chose à faire est de lire les conditions d'utilisation des plate-formes en question
Oui. Sauf que j'ai une légère méfiance envers les sites en question, ce qui m'amène au frein principal qui m'empêche, pour l'instant, de mettre mon roman sur ces plate-formes. Ce sont des sites marchands, des super-structures dont le but est de gagner du fric. J'ai donc du mal à croire qu'il soit possible de mettre en ligne son e-book comme ça, gratuitement. Alors certes, ils prennent un pourcentage sur les ventes, mais c'est tout ? Hm.

Citation de: Loïc
Par contre faut réussir à faire soi-même toute la correction, y compris grammaticale/orthographique et la transformation en e-book
Ce point ne me dérange pas. Ce qui m'attire, c'est juste de garder la main-mise sur tous ces éléments. J'ai des correcteurs dans mon entourage et ma conjointe dessine et utilise les logiciels genre Photoshop depuis des années. En lisant la présentation des sites, il est proposé une transformation en epub. Sauf qu'ils ne précisent pas si cela a un coup. Si c'est payant, là, il faudra que j'approfondisse mes connaissances.

Citation de: Loïc
Et vu le peu que j'achète en numérique, je risque pas d'acheter de l'autopublié
Tu mets là le doigt sur un point important. Pourquoi acheter de l'auto-publié ? Qui le ferait ? Et pourtant, de ce que j'en sais, certains arrivent à vendre par ce biais. Il faut réussir à intéresser avec le roman en lui-même, avec un bon résumé, une bonne couv'...

Citation de: Zacharielle
Ton éditeur te proposera sans doute un contrat à la fois papier et numérique, mais il peut y avoir des exceptions. Si c'est bien le cas, tu devras à ce moment-là retirer la version numérique de toutes les plateformes de distribution (tu as aussi Google ou Apple qui proposent de diffuser tes propres contenus), ce qui n'est pas plus compliqué que de le mettre en vente. Par contre, tu ne pourras pas récupérer les ouvrages qui auront été vendus, mais en même temps c'est normal.
Donc, concrètement, si l'éditeur classique est 100% papier, il peut très autoriser la diffusion de l'oeuvre numérique, même après y avoir apporté des modifications ? Je ne pensais pas que c'était possible, mais tant mieux. Je pensais que le fait que Kobo, par exemple, diffuse le roman numérique lui donnait un droit particulier et qu'il fallait pouvoir le récupérer. Mais la suppression de l'e-book supprime ce droit ? Il n'y a pas de conditions particulières ?

Citation de: Zacharielle
C'est le lien visuel entre le potentiel lecteur et toi.
On est bien d'accord  :) Et j'aime particulièrement l'idée d'avoir la main dessus. Je crois que je supporterais mal la couverture imposée par un éditeur qui serait à cent lieues de l'ambiance de mon livre.

Merci beaucoup à tous les deux. Vos commentaires m'ont déjà éclairé  ^^
Mon blog : Lueurs d'encre
Mon twitter : Twitter

Ces plaies d'où suppurent un cri.

Nemton Hills
Une ville. Sept vies.

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 914
  • Championne de fautes de frappe
Re : Re : Auto-édition
« Réponse #29 le: 23 novembre 2014 à 17:44:46 »

Citation de: Loïc
Et vu le peu que j'achète en numérique, je risque pas d'acheter de l'autopublié
Tu mets là le doigt sur un point important. Pourquoi acheter de l'auto-publié ? Qui le ferait ? Et pourtant, de ce que j'en sais, certains arrivent à vendre par ce biais. Il faut réussir à intéresser avec le roman en lui-même, avec un bon résumé, une bonne couv'...

Juste une parenthèse sur ce point : j'ai vu que tentait de se mettre en place un prix littéraire de l'auto-édition. Ça peut être un élément de "tri" et de promotion, tri entre les romans auto-publiés par choix ou parce qu'ils sont hors norme d'un côté, et ceux qui se sont auto-publiés parce qu'ils n'avaient pas le niveau pour une "vraie" publication, de l'autre. Ça peut être une piste, même si j'ai l'impression que c'est une initiative isolée qui ne s'est pas encore développée.
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.066 secondes avec 22 requêtes.