Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

07 décembre 2019 à 08:37:16

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Romans, nouvelles » Si par une nuit d'hiver un voyageur (Italo Calvino)

Auteur Sujet: Si par une nuit d'hiver un voyageur (Italo Calvino)  (Lu 2839 fois)

Hors ligne Rosace

  • Scribe
  • Messages: 67
Si par une nuit d'hiver un voyageur (Italo Calvino)
« le: 13 juin 2014 à 08:52:50 »
 Italo Cavino est un écrivain italien (1923-1985) que j'ai découvert avec le roman "Le Baron perché". Déjà très impressionnée par son imagination et cette vision du monde où le l'incroyable peut surgir naturellement à tout moment, c'est "Si par une nuit d'hiver un voyageur" qui m'a le plus marqué.

Si je devais le résumer en une phrase, je dirais que c'est une sorte d'étude sur la lecture, mais alors on pourrait croire que c'est un essai plutôt ennuyant. En fait on suit un lecteur, ou plutôt l'auteur nous prend par la main et nous parle du roman qu'on est en train de lire puis "grave incident" le roman a été mal broché et le chapitre qui suit n'est pas la suite. Le roman est donc la pérégrination de ce lecteur à la recherche de la suite de son roman.
C'est une sorte d' "exercice de style" puisque dans cette recherche il découvrira tous les styles de roman... mais j'en dit trop.

C'est un livre que j'ai toujours voulu relire et rien que le début m'hypnotise:

"Tu vas commencer le nouveau roman d'Italo Calvino, Si par une nuit d'hiver un voyageur. Détends-toi. Concentre-toi. Ecarte de toi toute autre pensée. Laisse le monde qui t'entoure s'estomper dans le vague. La porte, il vaut mieux la fermer; de l'autre côté, la télévision est toujours allumée. Dis-le tout de suite aux autres: "Non, je ne veux pas regarder la télévision!" Parle plus fort s'ils ne t'entendent pas: "Je lis! Je ne veux pas être dérangé." Avec tout ce chahut, ils ne t'ont peut-être pas entendu : dis-le plus fort, crie : "Je commence le nouveau roman d'Italo Calvino!" Ou si tu préfères, ne dis rien; espérons qu'ils te laisseront en paix."
« Modifié: 13 juin 2014 à 08:54:38 par Rosace »
"Il n'est pas certain que tout soit certain"
Pascal

Hors ligne LeBossu

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 354
Re : Si par une nuit d'hiver un voyageur (Italo Calvino)
« Réponse #1 le: 13 juin 2014 à 13:41:35 »
Tiens, merci pour la fiche ! Ce qui m'amuse, c'est qu'on m'a suggéré cette lecture il n'y a pas longtemps, mais le hic c'est que je suis incapable de me rappeler comment ça se finissait... :-[
Et alors ?

Hors ligne Rosace

  • Scribe
  • Messages: 67
Re : Si par une nuit d'hiver un voyageur (Italo Calvino)
« Réponse #2 le: 13 juin 2014 à 17:10:46 »
Je ne dévoilerais pas la fin. Même si dans ce cas là ce n'est pas la fin qui est importante mais le cheminement.
C'est un tout, c'est mille histoires dans une... et pourtant ce n'est qu'un roman.

Je l'ai lu il y a plus de dix ans et le souvenir que j'en ai, est toujours aussi époustouflant.
"Il n'est pas certain que tout soit certain"
Pascal

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 843
  • Cas désespérant
Re : Si par une nuit d'hiver un voyageur (Italo Calvino)
« Réponse #3 le: 19 mars 2018 à 10:42:11 »
La présentation du roman, que j'ai écrite pour le Mout 10 :

Imagine, cher Lecteur, qu’à chaque fois que tu commences un livre, quelque chose t’empêche de le finir. Imagine si, dans ce dixième numéro du Mammouth Éclairé, nous n’avions proposé que le début de chacun des textes qui a été sélectionné.

C’est ce qui arrive au personnage principal de Si par une nuit d’hiver un voyageur : le Lecteur. Tout content de sortir de sa librairie préférée avec un bon livre, il se rend vite compte – et nous aussi, qui avions commencé le roman avec lui – que celui-ci n’est pas complet et que le début se répète encore et encore. Quand le lendemain il va à la librairie l’échanger, il découvre qu’il ne lisait finalement pas le livre qu’il avait voulu acheter. Surtout, il rencontre la Lectrice. Récupère son numéro, au cas où il y aurait un nouveau problème de livre ; et pour la revoir surtout.

Si par une nuit d’hiver un voyageur, c’est onze histoires en une. Celle du Lecteur et de la Lectrice, évidemment, mais aussi dix débuts d’histoire, de livres commencés et jamais terminés. Cet entremêlement d’histoires, bien que frustrant (la suite ! On veut la suite !) nous perd un peu parfois, mais c’est pour mieux nous surprendre, et surtout il donne toute sa saveur au roman qui parle à l’âme des lecteurs – la nôtre ! Les aventures du héros, souvent loufoques et absurdes, nous envoient dans un monde où les livres sont sacrés, même si ce n’est pas toujours pour ce qu’ils contiennent.

Car oui, en plus de tout ça – et de la belle écriture d’Italo Calvino –, ce qui se cache et se dévoile peu à peu, c’est une réflexion sur le roman et sur le statut de l’auteur et du lecteur. Pensez-vous, comme la Lectrice, qu’il ne faille jamais savoir comment sont fait les livres ?

Pas encore l’eau à la bouche ? Cet extrait devrait achever de vous convaincre de courir à la librairie ou à la bibliothèque la plus proche.

« C’est un bon exemplaire, au moins ?
— Je vais vous dire : je n’en mets plus ma main au feu. Si les maisons d’édition les plus sérieuses font de pareilles bourdes, à qui voulez-vous qu’on se fie ? Je vous dis comme je l’ai dit à la demoiselle. Si vous avez encore un motif de réclamation, vous serez remboursé. Je ne peux pas faire plus.
La demoiselle, il te l’a montrée : la demoiselle. Elle est là, entre deux rayons de la librairie, elle cherche dans les Penguin Modern Classics, elle fait courir un doigt léger et résolu sur le dos des livres aubergine pâle. De grands yeux rapides, une carnation chaude et de bon pigment, un flot de cheveux riche, vaporeux.
Voici donc : la Lectrice fait son heureuse entrée dans ton champ visuel, Lecteur, ou plutôt dans le champ de ton attention, ou plutôt c’est toi qui es entré dans un champ magnétique dont tu ne peux fuir l’attraction. Ne perds pas de temps alors, tu disposes d’un bon sujet pour attaquer la conversation, un terrain commun, pense un peu, tu peux faire étalage de tes lectures vastes et variées, allons, lance-toi, qu’est-ce que tu attends ?

[…]

Lecteur, il serait indiscret de te demander qui tu es, ton âge, ton état civil, ta profession, tes revenus. C’est ton affaire, à toi de voir. Ce qui compte, c’est ton état d’esprit à présent que, dans l’intimité, chez toi, tu essaies de retrouver le calme pour te plonger à nouveau dans le livre, allongeant les jambes, les repliant, les allongeant. Mais quelque chose a changé depuis hier. Ta lecture n’est plus solitaire : tu penses à la Lectrice qui, en ce moment même, ouvre le livre ; et voici qu’au roman à lire se superpose un roman à vivre, la suite de ton histoire avec elle, ou plus exactement : le début d’une possible histoire. Regarde comme tu as changé déjà : tu soutenais que tu préférais un livre, chose solide, qui est là, bien définie, dont on peut jouir sans risques, à toutes les expériences vécues, toujours fuyantes, discontinues, controversées. Cela veut-il dire que le livre est devenu un instrument, un moyen de communication, un lieu de rencontre ? Ce n’est pas pour cela que la lecture aura moins d’emprise sur toi : au contraire, quelque chose de nouveau s’ajoute à ses pouvoirs.

Ce volume-ci n’est pas coupé : premier obstacle sur lequel bute ton impatience. Muni d’un bon coupe-papier, tu t’apprêtes à pénétrer ses secrets. D’un large coup de sabre, tu te fraies un chemin entre la page de titre et le début du premier chapitre. Et c’est là que…

C’est là que, dès la première page, tu t’aperçois que le roman que tu tiens en main n’a rien à voir avec celui que tu lisais hier. »
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 375
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Re : Si par une nuit d'hiver un voyageur (Italo Calvino)
« Réponse #4 le: 04 mai 2019 à 15:52:26 »
J'ai trouvé ce roman pas mal intéressant ^^

Dans le sens où c'est une véritable expérience de lecture, qui se veut facilement accessible malgré tout, première fois que lis Calvino il parait qu'il change de style d'un livre à l'autre, ici il s'y est essayé dans un même roman (des styles légèrement différents, mais quand même dans le fond la même patte est derrière, ca se sent).
Au final c'était sympa mais c'était pas particulièrement une lecture fluide (du fait du concept en lui même), une expérience simplifiée je dirai, avec plein de curiosité attisée tout le long, mais j'ai pas pris mon pied non plus niveau style ou fluidité


(content da'voir enfin lu la lecture du mout 10 huhu, un bon livre comme d'hab dans les Lectures du mout ^^ )
«J'aurais beau me crever au travail, porter des chevaux sur les épaules, faire tourner des meules et des moulins, de toute façon, je ne serai jamais un travailleur. Mon travail, quelque forme qu'il puisse prendre, il n'est perçu que comme pure caprice, espièglerie, hasard.»
- Ossip Mandelstam

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 240
Re : Si par une nuit d'hiver un voyageur (Italo Calvino)
« Réponse #5 le: 31 mai 2019 à 18:47:28 »
c'est un peu conceptuel, calvino.
y a un côté, euh, conceptuel ouais.
faut aimer le concept.
moi ça me donne parfois envie de lui dire "tu voudrais pas faire directement un truc joli" :--)
c'est un performer, italo :--)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.066 secondes avec 23 requêtes.