Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 juillet 2019 à 14:05:14

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Essais, documents » La finalité de l'art (Henri Bergson)

Auteur Sujet: La finalité de l'art (Henri Bergson)  (Lu 5698 fois)

Hors ligne Kasprzak

  • Prophète
  • **
  • Messages: 626
    • Mike Kasprzak
La finalité de l'art (Henri Bergson)
« le: 17 décembre 2011 à 11:47:15 »
Voilà j'ai trouvé un texte sympa sur la finalité de l'art en général par Bergson, ainsi qu'une analyse faite par un prof de philo. C'est vraiment intéressant, et je me suis vraiment retrouvé là dedans. Il y a certains point discutable, mais ça dégage l'horizon sur le pourquoi de tout ça !

Bonne lecture !

je mets ici le texte en question, l'analyse c'est dans le lien

http://www.philolog.fr/la-finalite-de-lart-bergson/

À quoi vise l’art, sinon à nous montrer, dans la nature et dans l’esprit, hors de nous et en nous, des choses qui ne frappaient pas explicitement nos sens et notre conscience ? Le poète et le romancier qui expriment un état d’âme ne le créent certes pas de toutes pièces ; ils ne seraient pas compris de nous si nous n’observions pas en nous, jusqu’à un certain point, ce qu’ils nous disent d’autrui. Au fur et à mesure qu’ils nous parlent, des nuances d’émotion et de pensée nous apparaissent qui pouvaient être représentées en nous depuis longtemps, mais qui demeuraient invisibles : telle, l’image photographique qui n’a pas encore été plongée dans le bain où elle se révélera. Le poète est ce révélateur.

Remarquons que l’artiste a toujours passé pour un « idéaliste ». On entend par là qu’il est moins préoc­cupé que nous du côté positif et matériel de la vie. C’est, au sens propre du mot, un « distrait ». Pourquoi, étant plus détaché de la réalité, arrive-t-il à y voir plus de choses ? On ne le comprendrait pas, si la vision que nous avons ordinairement des objets extérieurs et de nous-mêmes n’était une vision que notre attachement à la réalité, notre besoin de vivre et d’agir, nous a amenés à rétrécir et à vider. De fait, il serait aisé de montrer que, plus nous sommes préoccupés de vivre, moins nous sommes enclins à contempler, et que les nécessités de l’action tendent à limiter le champ de la vision.

« Modifié: 18 octobre 2015 à 19:53:15 par Zacharielle »
"le public ne retient d'un écrivain, ou de ses écrits, que ce qu'il souhaite, et se moque du reste. or ce qu'il en retient lui est, la plupart du temps, le moins indispensable, alors que ce qu'il laisse filer lui ferait le plus grand bien."

http://www.lecafardheretique.fr/

Hors ligne Extrudation

  • Plumelette
  • Messages: 14
Re : La finalité de l'art, Bergson
« Réponse #1 le: 27 décembre 2011 à 01:59:31 »
Je trouve cela également intéressant mais peut être que cela la serait encore plus si tu donnais un avis plus détaillé sur ce que tu penses du texte en lui même ou de l'analyse.

Pour ma part une chose qui me gène dans le texte de Bergson est qu'il quantifie le rapport au réel de l'artiste par rapport au non-artiste:"Pourquoi, étant plus détaché de la réalité, arrive-t-il à y voir plus de choses"; alors que peut être il est plus question de "qualité" que de "quantité". Pour moi l'artiste ne voit pas "plus" ni ne voit le réel dans une plus grande complétude que le commun, il le voit différemment. D'autre part ce dévoilement du réel (pour reprendre les termes de l'analyse) suppose un réel monolithique et inébranlable qui attendrait que la perception [augmentée] de l'artiste vienne la découvrir. Mais on peut se demander si ce n'est pas autant la retranscription du réel dans l’œuvre que sa perception originelle qui constitue l'artiste. Car à mettre deux artistes devant le même paysage, objet, ou situation, on n'obtiendra jamais le même tableau.
Par moi l’on va dans la cité des pleurs ; par moi l’on va dans l’éternelle douleur ; par moi l’on va chez la race perdue. La Justice mut mon souverain Auteur : la divine Puissance, la suprême Sagesse et le premier Amour me firent.

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 678
  • Perle de bois-sorcier
Re : La finalité de l'art, Bergson
« Réponse #2 le: 27 décembre 2011 à 18:48:15 »
Je suis tout à fait d'accord avec ce que dit cet article de Bergson sur l'art. Ce qui me gêne un peu, à la limite, c'est plutôt le terme "finalité", car je suis d'accord pour dire que c'est ce que fait l'art, mais pas de "à quoi" cela vise.

Mais je me reconnais totalement dans la description effectuée des effets de l'art sur son récepteur. Proust a par exemple changé mon rapport au monde, ma manière de voir les choses, de m'y confronter, de comprendre le réel, enfin.

Extrudation, je ne suis pas d'accord : certaines personnes, comme Proust, par exemple, justement, voient "plus" de choses dans le réel que les autres, tout simplement parce qu'elles sont plus sensibles. Et cela se sent dans les œuvres qu'elles produisent, notamment en écriture.
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Extrudation

  • Plumelette
  • Messages: 14
Re : La finalité de l'art, Bergson
« Réponse #3 le: 28 décembre 2011 à 01:52:00 »
Je suis d'accord pour Proust mais pas pour généraliser. Que certains voient plus ne veut pas obligatoirement dire que l'artiste se définit par ce voir "plus". Comme je le disais dans mon précédent post la retranscription est aussi importante que la perception du réel. A l'instar de Nietzsche qui disait qu'un système philosophique n'était en quelque sorte que la biographie de son auteur, je pense que l'acte de création, malgré la possible objectivité absolue du matériaux d'origine (le réel cher Bergson par exemple), ne peut se départir d'une dose de subjectivité inhérente au processus de réappropriation d'une part et d'autre part l’extériorisation par l’œuvre est elle même tributaire des entrelacs de l'inconscient  d'avec le conscient (ça me fait penser à cette célèbre phrase d'Hegel où il parle de la beauté artistique comme deux fois née de l'esprit, même si ce n'est pas le propos ici).

Globalement j'ai un peu de mal avec les grandes théories esthétiques (Kant, Hegel, etc) car elles se montrent souvent aporétiques sur certains points. Il y en a tout de même une que j'apprécie, c'est celle de Schopenhauer (exposé dans le troisième livre du Monde comme volonté et comme représentation, d'ailleurs le commentaire qu'en a fait Clément Rosset est lui même assez original ). Bref, je préfère profiter de l'art que discourir dessus ^^.
Par moi l’on va dans la cité des pleurs ; par moi l’on va dans l’éternelle douleur ; par moi l’on va chez la race perdue. La Justice mut mon souverain Auteur : la divine Puissance, la suprême Sagesse et le premier Amour me firent.

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 112
Re : Re : La finalité de l'art, Bergson
« Réponse #4 le: 14 janvier 2012 à 20:41:56 »
cette célèbre phrase d'Hegel où il parle de la beauté artistique comme deux fois née de l'esprit, même si ce n'est pas le propos ici).

Globalement j'ai un peu de mal avec les grandes théories esthétiques (Kant, Hegel, etc) car elles se montrent souvent aporétiques sur certains points. Il y en a tout de même une que j'apprécie, c'est celle de Schopenhauer (exposé dans le troisième livre du Monde comme volonté et comme représentation, d'ailleurs le commentaire qu'en a fait Clément Rosset est lui même assez original ).

tu peux nous en dire un peu + Extrudation sur la théorie de l'art de schopenauer ? (et aussi pourquoi pas sur la phrase de hegel sur la beauté artistique comme deux fois née, j'ai pas capté :-)).

tout ça est stimulant en tout cas.

je suis assez d'accord extrudation quant à ce que tu dis sur le fait que l'artiste est celui qui voit autre chose, c'est sûr (pour paraphraser et transgresser le proverbe chinois, bien souvent quand le sage montre la lune, l'imbécile, mais aussi l'artiste (et l'enfant, et l'autiste) regardent le doigt). mais il ne voit pas forcément +.

dans à la recherche du temps perdu d'ailleurs, le narrateur évoque à un moment, en passant, le fait qu'il n'est pas du tout observateur. et de fait, son richissime imaginaire l'amène à voir en un caillou une forêt vierge, ou en un simple meuble un paquebot ; donc quand il entre dans une pièce où il y a mille choses dont un caillou ou un simple meuble, il en ressort une heure plus tard en n'ayant rien vu d'autre que, par exemple, un caillou et (tout droit sortie de son imaginaire) une forêt vierge; ou un simple meuble et (tout droit sorti de son imaginaire) un paquebot. bref le narrateur est à la fois bouleversant et très convainquant quand, au bout de pas mal de centaines de pages, il glisse en passant qu'il n'est pas du tout observateur.  peut-être dans ce débat donnerait-il raison à Extrudation quant au fait qu'il ne voit pas forcément + de choses mais des choses différentes. (même si bon en l'occurrence on sait par ailleurs que l'intelligence et la sensibilité de proust embrassaient beaucoup de choses, mais bref).  8)

et de fait, pour vivre et agir, il y a besoin de voir beaucoup de choses.

sinon, concernant le rapport au réel, on peut en effet considérer que le réel n'a pas une vérité qu'il recèle jusqu'à ce qu'un artiste la révèle; mais qu'il est plutôt quelque chose qu'il y a mille façons de s'approprier, de se représenter, dont des façons artistiques, qui diffèrent selon les artistes puisque chacun a son point de vue, sa subjectivité, son histoire, et aussi sa technique d'expression qui certes joue aussi un rôle dans la production finale   8)

d'ailleurs proust et bergson avaient à peu près le même âge, même époque, et il y a dans ce que dit bergson des choses qu'on retrouve chez proust (l'idée que l'art révèle une "vérité". proust parle beaucoup comme ça (moi je pense plutôt que l'art et la vérité sont liés comme un poisson et une pomme, bref rien à voir (cf. baudelaire "la poésie n'a aucun rapport avec la vérité")
« Modifié: 14 janvier 2012 à 20:51:47 par Meilhac »

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.052 secondes avec 22 requêtes.