Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

11 décembre 2019 à 22:15:15

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Une vie pour une vie

Auteur Sujet: Une vie pour une vie  (Lu 2418 fois)

Elysta

  • Invité
Une vie pour une vie
« le: 13 mai 2007 à 16:52:43 »
(Texte court écrit en guise d'exercice sur le thème "une vie pour une vie, telle est la loi immuable".)

___________________________

Ce matin-là, tout le camp s'éveilla aux cris farouches du jeune Vershen dont la soeur aînée, Aïna, était sur le point d'enfanter. Le gamin dans sa tunique rapiécée dansait devant la tente familiale, ses sandales matraquant la poussière avec excitation.

- Il arrive ! Il arrive ! criait-il au sujet du bébé, tandis que le futur père, Tagân, un grand brun sec et noueux, se tenait devant la tente à bavarder avec son frère.

L'effervescence du petit ne tarda pas à gagner tout le camp. Des femmes partaient puiser de l'eau, des hommes se rassemblaient près de la tente où l'événement était sur le point de se produire. De la foule soudain se détacha une femme entre deux âges, aux yeux noirs comme des pruneaux, aux cheveux grisonnants, qui brandissait un bâton sinueux. Elle en frappa plusieurs fois le sol aride, rétablissant le silence.

- Ce jour sera jour de recueillement ! affirma-t-elle avec une calme autorité.

Un imperceptible murmure d'assentiment parcourut la foule. Une naissance était toujours un jour de recueillement, chez les Tersènes de la planète Aïendra. Une autre silhouette se détacha de l'assistance, vieille femme aux cheveux épars et aux épaules voûtées, à la peau parcheminée et tâchée par le soleil des steppes.

- C'est mon tour, dit-elle avec un mélange de fierté et d'appréhension, nul ne peut le contester. Je suis ici la plus vieille, moi qui ai vécu plus de quatre-vingt années sous le ciel d'Aïendra, attendant en vain le retour des Anciens. Aujourd'hui, je sais que les Anciens ne reviendront pas.

Quelques protestations angoissées interrompirent son discours, mais la femme au bâton, qui était leur chef et leur guide, leur intima de se taire.

- Non, les Anciens ne reviendront pas ! s'exclama l'aïeule de sa voix grêle. Et vous seriez fou de le croire. Ils nous ont asservis, assujettis, puis ils sont repartis vers leur monde pour des guerres futiles au-delà des étoiles, dont ils ne sont jamais revenus. Ils ont été vaincus, je le sais au fond de moi. Et ils ne reprendront jamais possession d'Aïendra. Nous devrons continuer à appliquer éternellement la loi immuable qu'ils nous ont léguée...

Un soupir s'échappa de ses lèvres racornies. Elle était assez vieille pour se rappeler des Anciens quand ils avaient atterri sur ce monde dans leurs vaisseaux brillants. Ils n'avaient pas perdu de temps à faire connaissance avec les indigènes, ils les avaient soumis et réduits en esclavage, la pire forme d'esclavage concevable. Avec le temps ils leur avaient appris à parler leur langue, pour être sûrs de se faire comprendre, et ils leur avaient appris qu'ils étaient les Croisés de l'Empire Terrien. Ils tenaient à leur transmettre leur foi, mais les Tersènes avaient leurs propres croyances et ils avaient fait semblant d'accepter pour ne pas être persécutés.

Dans la tente, la femme en couches gémissait et criait.

- Je suis prête maintenant, dit la vieille femme.

Elle ôta ses quelques bijoux et les distribua à de jeunes filles de la tribu. Au bout d'un moment, les cris cessèrent, des pleurs stridents retentirent, et la grand-mère de l'enfant à naître sortit de la tente, tenant dans ses bras le nourrisson rouge et emmaillotté, qu'elle tendit au jeune père. Aussitôt, la vieille femme qui avait parlé s'avança. Elle ouvrit sa tunique, révélant sa peau sèche et ridée. Au creux de sa gorge brillait une perle d'acier qu'elle saisit et tira en gémissant, délogeant une sorte d'aiguille fine et scintillante.

- Une vie pour une vie, dit-elle, c'est la loi immuable.

Elle s'effondra dans les bras de la chef de la tribu tandis que le père du nouveau-né se hâtait de ficher l'aiguille dans le corps de son fils, juste au point vital prévu par les Anciens. L'enfant cria, puis respira une grande goulée d'air et s'apaisa.

- Une vie pour une vie, répéta le père en caressant les cheveux du bébé, c'est la loi immuable.

On porta en grand honneur le corps de la vieille femme dans la steppe où il fut brûlé selon l'antique coutume.

Dans leur cruelle ingéniosité, les Terriens avaient conçu le moyen d'empêcher les Tersènes de survivre en modifiant leur code génétique ; seul cet instrument argenté, fruit des nanotechnologies les plus pointues, les empêchait de suffoquer et de mourir. Les Terriens exerçaient ainsi le contrôle le plus total qui soit sur la population asservie d'Aïendra, car il y avait exactement autant d'aiguilles de vie que de Tersènes sur la planète. Pour qu'un enfant survive une fois sorti du ventre de sa mère, il fallait donc qu'un homme ou une femme lui fasse don de son artefact, sacrifiant sa vie pour la sienne.

Ainsi en allait-il depuis plus de soixante hivers. Et ainsi en irait-il à jamais sur Aïendra : une vie pour une vie, c'était la loi immuable.


Hors ligne DarkMarius

  • Clochard céleste
  • Prophète
  • **
  • Messages: 989
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #1 le: 13 mai 2007 à 17:00:56 »
J'aime bien ton texte. Le sujet est intéressant et l'histoire bien raconté (à mon gout du moins :) )

Bzzzz Bzzzz

Hors ligne Lo

  • ex Loredan
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 8 717
  • ancien roi singe
    • olig marcheur
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #2 le: 13 mai 2007 à 17:02:08 »
C'est trop court. Et comme c'est trop court, certains passages sont à la limite du "cours magistral", comme si tu nous déballais l'Histoire et coutumes d'Aïendra, volume IV ;)
Il faudrait que tu dilues ces informations, qui sont intéressantes et nécessaires, mais qui sont trop compactes dans un texte aussi court. Et pour diluer, je n'vois qu'une solution : rajouter des lignes^^ fais un dialogue. Ce que rappelle la vieille femme, le peuple le sait. Ca fait un peu "prétexte pour informer le lecteur" ::)

Et... les Tersènes n'ont jamais pensé à... se suicider dès qu'ils commencent à vieillir ? Comme ça, ils stockent des aiguilles pour que les générations suivantes n'aient pas à se tuer...

Donc, d'un côté, il faut diluer, et de l'autre, éclaircir certains points ;) Allez au boulot !

Mais sinon, c'est plutôt bien écrit^^ J'ai pas envie que mon avis passe pour une critique acerbe, parce que c'est pas ce que j'veux dire.
"Il était tard lorsque nous bûmes." (René Daumal)

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 665
  • Perle de bois-sorcier
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #3 le: 13 mai 2007 à 17:38:22 »
Un peu comme Loredan, j'aurais moi aussi préféré des informations plus "diluées". Là, elles arrivent trop vite, le lecteur a à peine le temps de les assimiler que l'histoire est achevée...

En revanche, j'aime beaucoup le concept de ton histoire, et ce mélange des genres.  ::) Tu écris bien, même si ce texte est tout de même trop court. Mais je suis sûre qu'il gagnerait à être retravaillé et étoffé...
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 726
  • Lial' | Calamar placide
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #4 le: 13 mai 2007 à 17:42:01 »
L'idée est ... non pas "sympathique" (bah, oui, jpeux pas dire que j'aimerais que ça nous arrive  :P) mais intéressante^^ Par contre, c'est vrai que tout va un peu vite, ça fait "expédié", il faudrait ralllonger le texte.

Citer
du jeune Vershen dont la soeur aînée, Aïna, était sur le point d'enfanter
C'est p'têtre moi qui ai l'esprit bizarre, mais sur le coup j'ai pensé que Aïna était en train d'enfanter Vershen - son frère  ??? Ca m'a fait un choc XD
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Elysta

  • Invité
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #5 le: 13 mai 2007 à 18:31:13 »
C'est volontairement expédié en effet ;D Je suis impatiente avec les exercices "imposés" ^^ Critiques fort justes, ce qui me fait plaisir (s'il y a bien un truc dont je suis gavée, c'est les forums où la moindre ligne d'écriture pondue par un membre est louée comme un chef-d'oeuvre 8))

Faudra que je vous livre quelque chose d'un peu plus long et soigné à l'occasion. :) Mais le format nouvelle m'est peu familier. Quand je commence à écrire, faut que j'invente un monde, et un monde, ça prend de la place.

Hors ligne louve

  • Tabellion
  • Messages: 46
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #6 le: 13 mai 2007 à 18:34:56 »
Citer
Ce matin-là, tout le camp s'éveilla aux cris farouches du jeune Vershen dont la soeur aînée, Aïna, était sur le point d'enfanter

Peut-être serait-il bon de modifier ta phrase parce qu'elle donne un sens contraire à ce que tu voulais dire. En fait c'est le "dont la soeur aînée" qui donne cette idée là  ;)

Citer
devant la tente familiale,
Citer
se tenait devant la tente
Citer
des hommes se rassemblaient près de la tente

Attention aux quelques répétitions  ;)

Citer
une calme autorité.

J'ai du mal à m'imaginer sa manière d'être autoritaire. L'autorité n'est pas calme. Elle est sec, rude, franche et tombe comme une lame.

Beaucoup de répétitions " femme, vieille, anciens, camp."

Y'a une chose qui me gêne dans ce texte. Le peuple est angoissé que les Anciens ne reviennent plus et pourtant ils reprochent d'être devenus leurs esclaves, ils ont fait semblant d'être d'accord avec eux pour ne pas être persécutés. Alors pourquoi une telle deception de savoir qu'ils ont été vaincus et qu'ils ne reviendront pas?


Citer
à de jeunes filles de la tribu

des jeunes filles de la tribu ça colle mieux que de ;)

Sinon j'aime beaucoup l'intrigue que tu as donné à ton texte. Le fait de se sacrifier pour permettre à un nouveau-né de vivre c'est une excellente idée  ;)
74464][/URL]

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 726
  • Lial' | Calamar placide
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #7 le: 13 mai 2007 à 19:57:11 »
Euh, pour calme autorité jsuis pas d'accord, j'aime bien, pis c'est très possible d'être calme et autoritaire, jvois pas le problème que ça pose  :P C'est peut-être possible de trouver une expression plus parlante, mais l'autorité n'est pas forcément rude.

Citer
affirma-t-elle avec une calme autorité.
C'est peut-être plutôt le "avec" qui est moyen, l'expression complète ... mais pas "calme autorité", selon moi  ;)
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne Lo

  • ex Loredan
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 8 717
  • ancien roi singe
    • olig marcheur
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #8 le: 13 mai 2007 à 19:59:46 »
Peut-être "d'un ton calme mais sans réplique" ?
"Il était tard lorsque nous bûmes." (René Daumal)

Hors ligne louve

  • Tabellion
  • Messages: 46
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #9 le: 13 mai 2007 à 20:34:13 »
Le truc c'est que quand quelqu'un est autoritaire, il a de la force dans la voix bien souvent, il y met de la prestence. Parce que je vois mal caliméro autoritaire parce que justement, il est toujours calme. Après ce n'est qu'un point de vue que d'autres ne prendront peut-être pas de cette manière  ;)

Mais il est vrai que le "avec" est gênant et je crois, c'est ce qui me pousse à douter de l'image que l'auteur veut ainsi donner  ;)
74464][/URL]

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 665
  • Perle de bois-sorcier
Re : Une vie pour une vie
« Réponse #10 le: 13 mai 2007 à 21:58:59 »
Citer
affirma-t-elle avec une calme autorité.
Effectivement, ici j'ai plutôt été gênée par le "avec", qui fait un peu mauvaise traduction anglaise, que par cette calme autorité. J'imagine très bien ce concept. C'est une autorité sûre d'elle, qui est stable et à la fois sans réplique, comme celle d'un père, par exemple. Je te conseillerais de conserver cette expression, Elysta.

Citer
à de jeunes filles de la tribu
Contrairement à Louve, je pense que "de" va très bien, car "des" fait pour moi un peu trop parlé...

Et puis cela rejoint ma critique précédente, mais le "génétiquement modifié" de la fin ne passe pas, je trouve... Trop technique, trop moderne par rapport à l'atmosphère installée. L'idée est très intéressante, mais il faudrait que tu l'expliques sans te servir de ces termes, je pense...
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 22 requêtes.