Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

12 novembre 2018 à 19:16:48

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'antichambre de l'édition » Arnaques, crimes et édition

Auteur Sujet: Arnaques, crimes et édition  (Lu 49912 fois)

Hors ligne Kerena

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 456
  • Générateur d'improbabilités
    • Dans les nuages
Re : Arnaques, crimes et édition
« Réponse #150 le: 14 septembre 2016 à 15:23:14 »
Citer
Après leur avoir versé 1.600€, ils se chargeront de la correction, de la mise en page et de l'impression d'un certain nombre d'exemplaires.
Jusqu’à là, tout va très bien Madame la Marquise.

Euh, de base, rien de va.
Un éditeur, "un vrai", ne demandera JAMAIS à un auteur de verser de l'argent pour son propre livre. Jamais.

Le cas contraire, c'est une arnaque.
Je crois qu’il y a dans le cœur des hommes une place créée pour l’émerveillement, une place endormie qui attend de s’épanouir. ~ Ambre, Les aventuriers de la mer, R. Hobb

En ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 366
  • Championne de fautes de frappe
Re : Re : Arnaques, crimes et édition
« Réponse #151 le: 14 septembre 2016 à 18:39:44 »
Le cas contraire, c'est une arnaque.
Techniquement, c'est pas une arnaque (qui est un délit). C'est du compte d'auteur (qui est légal, mais pas du tout recommandé).

Désolée pour cette mauvaise expérience, Jackske  :(

Si tu veux participer au forum, n'oublie pas de passer par les Présentations et cérémonies de bienvenue, pour qu'on te connaisse un petit peu mieux ! :)
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne cat38

  • Scribe
  • Messages: 94
Re : Re : Arnaques, crimes et édition
« Réponse #152 le: 08 avril 2018 à 14:44:48 »
Citer
Après leur avoir versé 1.600€, ils se chargeront de la correction, de la mise en page et de l'impression d'un certain nombre d'exemplaires.
Jusqu’à là, tout va très bien Madame la Marquise.

Euh, de base, rien de va.
Un éditeur, "un vrai", ne demandera JAMAIS à un auteur de verser de l'argent pour son propre livre. Jamais.

Le cas contraire, c'est une arnaque.
Bonjour, j'ai les éditions Sydney Laurent qui m'ont adressé un message comme quoi mon manuscrit a été retenu. Après une communication avec le directeur de publication, l'édition est gratuite mais ils font payer 750 euros de correction/relecture. Je ne trouve pas cela normal pour une maison d'édition à compte d'éditeur (c'est marqué explicitement sur leur site). Je n'ai pas donné suite.  Pour ce qui est de lulu.com où mes livres sont aussi publiés, ils ne s'occupent absolument pas de la correction mais leur  couverture est correcte et le livre est bien fait.

Hors ligne Kath

  • Prophète
  • **
  • Messages: 928
  • Eternelle tête en l'air
Re : Arnaques, crimes et édition
« Réponse #153 le: 08 avril 2018 à 15:17:49 »
On a déjà parlé de cet éditeur ici.

Au passage, si tu as besoin d'un correcteur, c'est mon métier, et je doute, sauf si tu as pondu un énoooorme pavé, atteindre les 750€. Il est vrai que je pratique des prix tout doux et que je n'ai pas de structure à financer derrière, mais par principe même, la correction par une maison d'édition à compte d'éditeur ne doit pas être payée par les auteurs, son financement doit se faire sur les ventes.

IL existe d'autres plateformes de publication, comme theBookeditions, sur lequel j'ai eu déjà deux excellents retours (ils proposent un service de relecture/correction, mais je ne saurais dire ce qu'il vaut ni les tarifs, surtout que ce sont des clients qui m'en ont parlé). Et pour avoir eu un bouquin édité chez eux dans les mains, la qualité est plus que correcte. (mais celle de nos recueils édités chez Lulu en format poche est pas mal non plus)
Relectrice-Correctrice pro, et fière et enthousiaste correctrice du Mout'!

Hors ligne cat38

  • Scribe
  • Messages: 94
Re : Re : Arnaques, crimes et édition
« Réponse #154 le: 09 avril 2018 à 13:48:19 »
On a déjà parlé de cet éditeur ici.

Au passage, si tu as besoin d'un correcteur, c'est mon métier, et je doute, sauf si tu as pondu un énoooorme pavé, atteindre les 750€. Il est vrai que je pratique des prix tout doux et que je n'ai pas de structure à financer derrière, mais par principe même, la correction par une maison d'édition à compte d'éditeur ne doit pas être payée par les auteurs, son financement doit se faire sur les ventes.

IL existe d'autres plateformes de publication, comme theBookeditions, sur lequel j'ai eu déjà deux excellents retours (ils proposent un service de relecture/correction, mais je ne saurais dire ce qu'il vaut ni les tarifs, surtout que ce sont des clients qui m'en ont parlé). Et pour avoir eu un bouquin édité chez eux dans les mains, la qualité est plus que correcte. (mais celle de nos recueils édités chez Lulu en format poche est pas mal non plus)
En vous lisant je crois que j'ai bien fait de ne pas donner suite à  cette maison d'édition. :) Thebookedition je connais, c'est bien mais je ne savais pas qu'ils proposent un service de correction certainement payant parce que j'ai un budget très serré. Je garde tes coordonnées si j'ai besoin d'un correcteur. Merci pour les réponses. :)

Hors ligne O.J MAN

  • Plumelette
  • Messages: 19
  • Bonjour et bienvenue...
    • O.J MAN
Re : Arnaques, crimes et édition
« Réponse #155 le: 18 mai 2018 à 22:18:38 »
Sujet inspirant sur lequel, je pense, chacun se renseigne... Et si je vous proposais une autre vision : La nature a horreur du vide. Un besoin crée une offre (d'autres pensent que c'est l'inverse). Notre monde tourne ainsi, pour notre plus grand plaisir de trouver ainsi une réponse à nos besoins.
ici quel besoin est exprimé : J'écris et ce serait formidable que mon livre captive le plus grand nombre. Solution 1 : les grandes maisons d'édition. Hyper sollicitées. Elles ne choisissent donc logiquement qu'un sur 1000, 10.000, 100.000 et si elles font de bons choix, elles durent dans le temps. Si elles se trompent, elles "coulent" : loi du marché, loi de la nature.
Il reste donc les 9999 qui sont refusés. Ils ont toujours le même besoin et il n'est toujours pas satisfait.
Qui irait s'insurger contre la présence des Casino, du loto, de télécrochets... C'est le même principe. Qui pourrait reprocher à Jennifer ou Julien Doré d'avoir tenté sa chance. Ils ont eu raison et leur vie en a été changée. Idem pour celui qui mise sur le bon numéro ou qui remplit la bonne grille. Bon évidemment, là aussi, les perdants (toujours motivés) tentent encore le coup par la suite..
J'en reviens à mes 9.999 autres qui ont eu un refus d'éditeur "classique". Il serait stérile de renvoyer le même titre la semaine suivante (différence avec le loto). Bilan : Besoin identique mais plus aucun moyen de le satisfaire.
Je ne veux en aucun cas m'ériger en défenseur d'horribles et ignobles éditeurs véreux dès lors que l'on s'entend sur la définition de ce mot. Me parait être "véreux" celui qui "truque" le marché, qui garantit une promesse qu'il ne tient pas etc... le patron du Casino ne me semble pas plus véreux que n"importe quel vendeur de n'importe quel produit. Celui qui dénigrerait son produit ou son service se tirerait une balle dans le pied. Personne n'est choqué que chacun vante son produit.
En l'occurrence, le produit vendu par "le faux" éditeur (= il demande de l'argent) est le roman de celui  qui a toujours son besoin inassouvi.
C'est là que la notion de "crédulité facile" apparaît. Qui irait accorder du crédit à celui qui se plaindrait d'avoir perdu au loto ? Hormis un enfant, il parait peu crédible qu'un auteur inconnu puisse penser que son livre se vendra à plusieurs milliers d'exemplaires (là, il ne faut pas oublier JK ROWLING refusée par un paquet d'éditeurs !).
Au final, l'auto-édition permet à minima de se retrouver avec "son" livre. Il devient physique, palpable, présentable à des tiers (qui, en logique, devraient l'adorer puisque ce sont des proches !). L'exposition sur un site ou dans une vitrine au milieu de milliers d'autres se rapproche à nouveau du loto. Celui qui en émergerait pourra se féliciter d'avoir tenté et les autres auront eu leur moment de rêve.
Je trouve au final très positif d'attirer l'attention des plus crédules sur les faibles probabilités de succès commercial.
Je trouve aussi très bien que tout un chacun puisse, au final, se faire imprimer son livre. Pour les plus anciens, il y avait le plaisir d'aller chercher des photos chez le photographe (avant l'ère du numérique). Chacun y mettait le budget de son choix et prenait le nombre de photos en fonction de ses possibilités. Fort heureusement, il ne fallait pas s'appeler Truffaut ou Spielberg pour avoir ainsi le plaisir de ramener ses photos (ou films au camescope !). C'est là la limite. Parmi tous ces amateurs photos, sans doute l'un est devenu cinéaste etc...
Le 1er ouvrage que j'ai été capable de terminer a été un ouvrage personnel. Je suis passé via un site d'auto-édition. J'ai eu mon livre et j'ai pu l'offrir à celles et ceux (moi compris) pour qui je l'avais écrit. Je suis heureux "qu'il soit".
Pour mes 3 romans, je voulais pouvoir rester "maitre" de mes potentiels droits. Je me suis promené sur différents sites et j'ai fini chez un imprimeur qui m'a réalisé 50 exemplaires de chaque. Ils sont maintenant "chez moi" + 1 cousine dans l'univers internet qui a fait mon site (sœur d'un cousin artiste cher à mon cœur). Au final, je suis content d'avoir "mes" livres et "mon" site...
il ne faut pas oublier ce paramètre. Celui qui "vend" cette possibilité vend du "rêve" comme un tour de manège pour un enfant, un jour à Disneyland etc....Nous achetons souvent des choses "futiles". Toutes celles qui ont capacité d'apporter du plaisir sont à savourer...
Voilà, il y a des "véreux" et il y a des "crédules" : Ce n'est pas un scoop, on en revient à cette fameuse "loi de la nature" !
Au revoir et Merci !

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 051
  • Briseur.se de chaine, chef des Andales, etc.
Re : Arnaques, crimes et édition
« Réponse #156 le: 18 mai 2018 à 22:24:47 »
Il y a tout une ribambelle de vrais éditeurs entre les gros éditeurs et l'auto édition ou le compte d'auteur.
(Y a un début de liste ici)

Et je pense que s'il y a un besoin inassouvi d'être publié (de se publier), faut chercher le problème autre part.

Edit :

Citer
Je trouve aussi très bien que tout un chacun puisse, au final, se faire imprimer son livre. Pour les plus anciens, il y avait le plaisir d'aller chercher des photos chez le photographe (avant l'ère du numérique). Chacun y mettait le budget de son choix et prenait le nombre de photos en fonction de ses possibilités. Fort heureusement, il ne fallait pas s'appeler Truffaut ou Spielberg pour avoir ainsi le plaisir de ramener ses photos (ou films au camescope !). C'est là la limite. Parmi tous ces amateurs photos, sans doute l'un est devenu cinéaste etc...

Personne ici n'a de problème avec le fait de se faire imprimer son livre. Pour les recueils du forum, on passe par Lulu qui ne prétend pas être chose qu'un imprimeur et pour lequel on paie à l'exemplaire au moment de l'achat. Payer pour du compte d'auteur, c'est céder ses droits, payer cher et ne rien avoir au final.
Et l'éditeur a compte d'auteur est un faux éditeur parce qu'il ne fait pas son travail (sélectionner, retravailler, corriger, publier, défendre...)
« Modifié: 18 mai 2018 à 22:27:32 par Loïc »
"J'préfère crever d'amour debout que d'mourir seul sur l'champ d'horreur"
Les Tit' Nassels

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 068
  • Passons passons puisque tout passe
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Arnaques, crimes et édition
« Réponse #157 le: 18 mai 2018 à 23:06:27 »
Voilà, il y a des "véreux" et il y a des "crédules" : Ce n'est pas un scoop, on en revient à cette fameuse "loi de la nature" !

Je trouve ton commentaire intéressant, car je remarque que, derrière cette idée du « numéro gagnant » comme si le livre était une affaire de numéros, tu évoques l'idée que le travail de promotion d'un contenu, que le rapport de l'auteur à son sujet et que l'éthique de la recherche et du développement ont été oubliées au profit d'un regard enfantin où tout est simple, tout est accessible.

Comme des friandises.

En fait on remarque que cette dérive touche aujourd'hui tous les corps de métier, la particularité du savoir-faire s'est délitée au profit d'un certain isolement. Malgré tout, l'un des rôles de l'écriture, c'est justement le divertissement ; donc les auteurs ont aussi cette force importante entre leurs mains, c'est une responsabilité à part entière.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 1.071 secondes avec 22 requêtes.