Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

13 décembre 2019 à 11:18:14

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Aube, Ben.G, Claudius) » La farouche

Auteur Sujet: La farouche  (Lu 1035 fois)

Hors ligne Adagio_7:42

  • Plumelette
  • Messages: 16
La farouche
« le: 27 novembre 2011 à 20:28:01 »
Bonjour ! Voici le premier texte que je poste sur ce forum, un poème en l'occurrence, écrit dans un moment de colère et de tristesse mélangée. J'espère qu'il vous plaira, bien qu'il soit assez tordu, et que vous le comprendrez.
A mon lycée, nous étudions actuellement la poésie, de la Pléiade aux écrivains surréalistes. Ce sonnet est à mi-chemin entre le classicisme de sa forme et l'abstraction de son sujet, et s'apparente au courant symboliste -en tous cas, c'était le but, en plus avant-gardiste-.
Bref, je me tais, bonne lecture !

La farouche

Le cours d'eau vagabond torturait le soleil
Et ma tête rouge en arrière s'élançait,
Et mon front suintant d'eau pourrie scintillait
Demandant au Dieu inexistant des merveilles.

Je pestais contre père et terre et mon parti
J'aurais bouffé la Lune, et Saturne, et Mercure
Sans envie, et sans joie. J'aurais été plus pure :
Aurait-on regretté mon arrogante vie ?

La colère est âpre dans ma bouche, et mes dents
Veulent trancher l'espace et gagner quelque chose.
J'aurais bien plus tôt fait d'enlaidir chaque rose...

L'univers est trop petit pour moi, mais trop grand
Pour ma mâchoire. Donne ta main, vieille mère.
Traite-moi quelques temps en enfant, comme hier.


... Voilà ! J'espère qu'il vous aura plût !  Je suis ouvert à toute critique, et cherche à m'améliorer. Merci d'avance !
« Modifié: 27 novembre 2011 à 21:34:45 par Adagio_7:42 »
A la recherche du bonheur...

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 707
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : La farouche
« Réponse #1 le: 27 novembre 2011 à 21:07:33 »
Citer
Le cour d'eau vagabond torturait le soleil
cours

Citer
Je pestais contre père et terre et mon parti
J'aurais bouffé la Lune, et Saturne, et Mercure
Sans envie, et sans joie. J'aurais été plus pure :
Aurait-on regretté mon arrogante vie ?
ça fait un peu gros mélange de plein truc différent, non ? relation familiale, le parti (?), les planètes

Citer

Donne ta main, vieille mère.
Traite-moi quelques temps en enfant, comme hier.
cette fin est assez chelou... on doit l'interpréter comment ? :P

J'ai bien aimé le comique qui ressort de ton texte, l'univers trop petit mais trop grand à avaler surtout, je pense que t'aurais pu plus jouer sur ça et j'ai l'impression que la première partie de ton poème n'a pas grand-chose à voir avec la seconde à moins que j'aie loupé une référence quelque part.

Ah et sinon je sais pas trop ce que tu comptais faire avec la métrique, mais ça fait pas toujours 12 syllabes.

Voilà, j'attends ton prochain.
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Adagio_7:42

  • Plumelette
  • Messages: 16
Re : La farouche
« Réponse #2 le: 27 novembre 2011 à 21:18:16 »
Si, si, douze syllabes partout. Tu as oublié certaines diérèses.

Sincèrement pour les mélanges de plein de trucs, comme tu dis, j'aime bien. Je trouve que ça met en parallèle plein d'éléments du poème : "père, terre, mon parti" => les origines ; "lune, saturne, mercure" => l'espace, donc le symbole de l'ailleurs, de la découverte. Pourtant le personnage n'est jamais satisfait. Et se pose en même temps la question : "Devrais-je être moins rageuse pour être aimée ?"

Le premier quatrain met d'abord en évidence une situation donnée, le cadre : la nature, avec le cours d'eau et le soleil, la chaleur. Puis on part sur "l'imaginaire", Dieu, et ensuite dans la pensée du personnage. C'est tout réfléchi.

Le but du poème, sinon, n'est pas du tout comique. J'ai du mal à voir où tu vois ça.

Et pour la fin, haha... A toi de voir :p
A la recherche du bonheur...

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 707
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : La farouche
« Réponse #3 le: 27 novembre 2011 à 21:27:33 »
J'aime pas les diérèses, XD.
Citer

J'aurais bouffé la Lune, et Saturne, et Mercure
Sans envie, et sans joie. J'aurais été plus pure :
Aurait-on regretté mon arrogante vie ?

L'univers est trop petit pour moi, mais trop grand
Pour ma mâchoire. Donne ta main, vieille mère.
Traite-moi quelques temps en enfant, comme hier.
faut que je prenne vraiment ça au sérieux ? ??? Pour moi, c'est pour ça que le texte comprend du "comique". Léger, certes. Mais je me vois pas dire ça sérieusement pour ma part.
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Adagio_7:42

  • Plumelette
  • Messages: 16
Re : La farouche
« Réponse #4 le: 27 novembre 2011 à 21:32:06 »
Euh, oui, c'est sérieux.
Ce n'est pas parce que j'ai mis le mot un peu courant de "bouffer" que ces deux strophes doivent sembler comiques. Bien au contraire, elles montrent le questionnement du personnage, son angoisse, son mal-être. Après elle le prend avec un peu d'humour, mais d'humour grinçant, elle n'a pas du tout envie de rire. C'est juste un personnage farouche, donc arrogant, et crâneur avec son humour d'adolescent vache. C'est donc difficile à voir ?
A la recherche du bonheur...

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 707
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Re : La farouche
« Réponse #5 le: 27 novembre 2011 à 21:38:38 »
Citer
Bien au contraire, elles montrent le questionnement du personnage, son angoisse, son mal-être. Après elle le prend avec un peu d'humour, mais d'humour grinçant, elle n'a pas du tout envie de rire. C'est juste un personnage farouche, donc arrogant, et crâneur avec son humour d'adolescent vache. C'est donc difficile à voir ?

ben perso, j'ai pas vraiment ressenti d'angoisse ni de malaise, non. Je ne la trouve pas non plus méga arrogante ou farouche. Si ton poème avait été plus long, peut-être que j'aurais mieux senti son caractère. Là, je trouve de toute façon ça un peu court pour cerner la personnalité de ton personnage. Mais bon, c'est mon point de vue ^^
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Adagio_7:42

  • Plumelette
  • Messages: 16
Re : La farouche
« Réponse #6 le: 27 novembre 2011 à 21:45:48 »
Bon. Je pensais pourtant qu'à travers le lexique utilisé ("pester", "pourrie", "suinter", "vagabond", "torturer"...) on rentrait naturellement dans la colère. Elle parle de ses parents ("père" et "mère"), on peut penser qu'elle est jeune (+dualité origines et inconnu, on pense à l'envie de grandir). Jeune et en colère... En général, cache un malaise. Et la dernière phrase est juste une régression, la fille qui cherche à nouveau l'attention de sa mère, malgré tout. Mais j'ai dus me gourer.

Après tu dois avoir raison, c'est un peu court pour bien comprendre tout ça. J'ai du mal à me mettre à la place du lecteur, tout est déjà très clair dans ma tête à moi. Mais j'aime bien la forme du sonnet, faudra que je trouve un moyen...
A la recherche du bonheur...

Anlor

  • Invité
Re : La farouche
« Réponse #7 le: 27 novembre 2011 à 22:02:32 »
Le cours d'eau vagabond torturait le soleil
Et ma tête rouge en arrière s'élançait,
Et mon front suintant d'eau pourrie scintillait
Demandant au Dieu inexistant des merveilles.
personnellement, je ne suis pas fan du "en arrièreuh"  ni du "suhintant"
et franchement, relier Dieu à l'imaginaire, même pour des athées convaincus, je trouve ça un peu léger...

Je pestais contre père et terre et mon parti
c'est la luuuuuuuuuuuuuuuutteuh finaaaaaaleuh... (pardon)
J'aurais bouffé la Lune, et Saturne, et Mercure
ah polysyndète, quand tu nous tiens!...
Sans envie, et sans joie. J'aurais été plus pure :
Aurait-on regretté mon arrogante vie ?
"père et terre", ça sonne comme un clin d’œil à Clair de terre, non?

La colère est âpre dans ma bouche, et mes dents
Veulent trancher l'espace et gagner quelque chose.
J'aurais bien plus tôt fait d'enlaidir chaque rose...
veuleuh! arch!
le quelque chose, c'est parce que t'avais plus d'idée? ça sonne bizarre

L'univers est trop petit pour moi, mais trop grand
Pour ma mâchoire. Donne ta main, vieille mère.
Traite-moi quelques temps en enfant, comme hier.
Comme Ernya, je n'ai pas compris cette dernière strophe


Alors, personnellement, je n'ai pas accroché du tout. Il me semble que sous une sous une pseudo catégorie "nan mais tu vois, c'est du baroque transcendantal à la façon d'Homère chez les surréalistes", tu nous proposes un pot-pourri d'images soit disant conceptuelles.
Cela donne l'impression que tu prends ton lecteur de haut.

(tu as dit que tu étais ouverte aux critiques, alors je me suis permise...  :mrgreen: surtout ne le prends pas mal, il s'agit de ton texte, pas de toi bien sûr.)
« Modifié: 27 novembre 2011 à 22:58:10 par Anlor »

Hors ligne Adagio_7:42

  • Plumelette
  • Messages: 16
Re : La farouche
« Réponse #8 le: 27 novembre 2011 à 22:14:21 »
Oh... Ah non, je suis désolée si c'est ce que tu as ressentie. Peut-être que je me croyais encore en cours de français. On fait ça toute la journée, de l'analyse tordue de textes, alors j'ai juste voulu essayer de faire pareil. Pardon... v.v
J'ai bien travaillé ce poème, mais le nombre de pieds m'a bien emmerder en effet. J'ai du mal à trouver des vers qui se calent bien, du coup y a des "e" bizarrement accentués.
Pour le "Dieu", je parlais plus de "Dieu inexistant" quand je le relie à l'imaginaire, qui appuie encore le caractère pessimiste du personnage. Et je n'avais pas pensé à Clair de Terre, tiens.
Le quelque chose, c'est fait exprès. C'est la fille qui ne sait pas ce qu'elle cherche.
Et pour la dernière strophe, bah. Laisse tomber.
La prochaine fois je n'essaierai pas de me hisser trop haut.
A la recherche du bonheur...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.022 secondes avec 22 requêtes.