Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

18 novembre 2019 à 17:20:34

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Aube, Ben.G, Claudius) » Poèmes hors raison

Auteur Sujet: Poèmes hors raison  (Lu 324 fois)

Hors ligne Chapart

  • Modo
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 258
Poèmes hors raison
« le: 20 octobre 2019 à 18:19:53 »

Spoiler
[close]



I

                                                                        Déconstruire. Boucher les
                                                                        ornières, briser l'habitude —
                                                                        le réflexe.
                                                                        Prendre cet autre sentier pour
                                                                        une fois ; voir le soir s'offrir,
                                                                        s'ouvrir comme un éventail.
                                             Fermé c'était une direction qu'il donnait, une
                                             directive, presque un ordre.
                                             Ouvert il enveloppe la berge d'un autre ciel.
                  Une abeille pique et meurt comme l'étoile qui met fin au jour,
                  feu au papier. Feu une reine au milieu d'un amas sablonneux.




II

        Il faut la nuit pour dénoncer l'automne.
        L'arbre se maintient, se retient, serre encore la rivière dans ses
        bras ; la laisse dans son lit.
                        Pas encore aboli le soleil milliardaire comme une
                        bague enlace les méandres.
                        Il n'est plus le soir chu sirène en rue.
                                        Seul le vent en rumeur
                                        demeure, apeure.
                                                        Délit.                             Fugue.




III

    Sans fin comme un canyon la rue relief de nuit.
    Droite comme une poutre, tout juste dos d'âne ;
                      Déserte, pas même un remords en support au silence.
                      Un balcon, vinyle, sans sa gargouille.
            Volets fermés les yeux vague
            Regard noir autrefois dense
                                Une cave béate, subite lueur, libère un air gras
                                Y entrer c'est rouge noir et guitare.




IV

                                                                             Reconnexion…
                                                 Un deux trois points clignotent
                                 Ça va ? Dans leur élan on voudrait croire
                   Et toi ? qu'ils ôtent l'ambiguïté. Que dans l'instantané
          Tu confonds ! répété ils oblitèrent l'émoi des mois.
                                                     La page "et toi" ne répond pas…
        Toi-même ! Pourtant défaitistes ils se résignent ils se raisonnent
             Hahaha ! Tu ris est-ce l'ironie c'est toujours là, garantie !
                    J'ai pas compris. Ton rire me manque. Ton bleu
                              Ça a l'air curieux. J'admets on s'y noie.
                                         La prochaine fois ! Tu crois ?
                                                         Déconnexion en cours...





V

                                                              Oraison.
                                                              Que le chant sur une note
                                                              Jusqu'à floraison s'isole !
              Une corde qui n'en finirait plus de vibrer et quand bien même
              A l'orée d'un soupir elle oserait se taire
                                                              S'immoler en éther
                                                              Ailleurs je l'entendrais encore.
                                                                                    Hors raison.





VI

                                Sur le platane en rue
                                Plane à vive allure
                L'angoisse du dépouillement.
                Etoile rouillée danseuse en sang
                Esquisse une pirouette
                Vol d'adieu le long du tronc où
                                 Résignés
                                 Desséchés
                                 Survivent quelques îlots d'écorce.




VII

                            Sinon déserte
                            Un peu de terre hors des pots tout
                                                                          au plus
                            Giflée d'eau la place
                            Vaste mais trop vide pour qu'on
                                                     la croie dévastée
       Sans rayure ni éclats
       Pudique, expose en son sein comme témoin
                            Relique de tempête, seule
                            Une chaise au sol.




VIII

                         S'arrêter là ?
                         Au sol, la rigole où slalomer
         Nerf de la rue, gobe un pas puis l'autre
         Me pousse, le vent pour bras droit,
         Chuchote un ballet maladroit, non !
                                   Ruisseler d'une traite de loin régulière
                                   Réverbères pour barres de mesure
                                                        Jusqu'à l'escalier
                                                        Cadence qu'enserrera
                                                                           Un silence de sable
                                                                           Une cendre d'océan. 





IX

                                                                 Une poche, que dis-je une pelote
                                                                 Enclavée dans un carré d'hiver
                                                  Ecrin de chaleur, cœur d'une cellule de bleu
                                                  Que seul jusque là ravivait un radiateur dément
                                   Bouge, s'étire, s'octroie les fantaisies d'un fil conducteur
                                   Qui ondule, caresse, invite, là où bâillonnent les tentacules de gel
                  Baiser de coton, cocon de patience
                  Fil suspendu ; bientôt rompu ?





X

                         En fermant l'œil
                         Faire disparaître le lac
          Laisser la pensée semer du sel dans l'air
          Bruissement.
                                                                 
                                                                        Pousse un arbre aux bras d'écume
                                                               Avec pour feuilles des gondoles de sable
                                                                                            Gris de vent
                                                                                                 Réveil à pic

En ligne Manu

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 300
Re : Poèmes hors raison
« Réponse #1 le: 21 octobre 2019 à 15:55:48 »
Bonjour Chapart,

Juste avant de commenter, j'imagine que, si tu les publies à la suite, il y a une raison. Alors, voyons voir.

1
Boucher les ornières. Ici, à moins que je n'ai rien compris, il y a contresens. Peut-être : creuser les ornières.

2
Il faut la nuit pour dénoncer l'automne. :coeur:

3
Un balcon, vinyle, sans sa gargouille.  Ici, j'aime bien l'image des balcons modernes et des gargouilles en chair et os. Même si je n'ai pas compris vinyle

4
Sur ce poème, je sens l'expérience des exilés. ;)

5
J'aime beaucoup celui-ci. Je la suis, cette note, même si elle semble disparaître et s'étioler, je la suis encore.

6
Ici, je suis perdu. :(

7
J'aime beaucoup cette place. Les places, comme les sentiers, sont propices aux rêves, même quand elles sont dévastées comme la tienne.

8
J'ai beaucoup aimé les images proposées jusqu'à l'escalier, mais ensuite je n'a pas compris la fin. :coeur:

9
Pas accroché au fil.

10
Laisser la pensée semer du sel dans l'air :coeur:

Alors, au final, pas vraiment de suites dans ces poèmes, si ce n'est l'imaginaire.
Et je trouve que ce n'est pas juste. Tu n'es pas juste avec tes poèmes de les proposer comme une liste de supermarchés, car voilà, je fais immanquablement des comparaisons et je te dis que j'ai beaucoup aimé le 5, le 7 et le 8.

à plus.  :)

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 759
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Poèmes hors raison
« Réponse #2 le: 21 octobre 2019 à 19:33:49 »
Coucou Chippo !

Alors déjà, la mise en page <3 j’adore quand du texte envahit l’espace ! pour se l’approprier… ou je ne sais.

J’ai plus beaucoup de concentration pour aujourd’hui du coup je creuse un peu le premier.

Citer
Déconstruire. Boucher les
ornières
Le rythme fait un peu télescopé/télécommandé je trouve, ainsi coupé

Citer
briser l'habitude —
                                                                        le réflexe.
Là par contre l’enjambement + le tiret renvoie bien à l’idée de brisure et ça marche

Citer
Prendre cet autre sentier pour
une fois
Je suis plus mitigée là aussi… non en vrai ça va….

Citer
voir le soir s'offrir,
                                                                        s'ouvrir comme un éventail.
Les sonorités sont très chouettes

Citer
Fermé c'était une direction qu'il donnait, une
                                             directive, presque un ordre.
Là aussi je trouve le rythme trop saccadé avec le saut à ligne, là

Citer
                                             Ouvert il enveloppe la berge d'un autre ciel.
C’est déployé, ça rend bien :)

Citer
          Une abeille pique et meurt comme l'étoile qui met fin au jour,
                  feu au papier. Feu une reine au milieu d'un amas sablonneux.
:love :
même si je vois pas trop pourquoi y a du sable tout à coup

Quand le rythme est maitrisé, ça rend très bien. Et le propos me parle, l’idée avec l’abeille aussi… peut-être que l’ordre dans lequel tout est amené pourrait être revu (l’exemple avant la définition, en somme), mais sinon c’est chouette en l’état !
(en fait je l’aurais bien vu déployé dans tout l’autre sens en commençant par la fin mais voilà)

Hors ligne Chapart

  • Modo
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 258
Re : Poèmes hors raison
« Réponse #3 le: 22 octobre 2019 à 20:04:41 »

Kou les poudous,

@Manu : merci de ton retour ! C'est chouette de me livrer tes impressions.

Citer
Juste avant de commenter, j'imagine que, si tu les publies à la suite, il y a une raison.

Spoiler
[close]

Je pensais vraiment à "boucher les ornières" comme on bouche un trou. Dans un sens figuré, dans le sens de "cesser d'emprunter toujours les mêmes chemin" (image de l'ornière, c'est marrant maintenant que je décompose je sais exactement d'où cette image me vient  ^^).

Spoiler
[close]

Merci beaucoup, ça m'est très utile ; pas de retouche dans l'immédiat parce que je laisse tout ça macérer, c'est en chantier et je mettrai à jour petit à petit.

@Miro

Coucou,

Merci pour ce super commentaire ! C'est vraiment cool, ça me fait vraiment réfléchir au texte. Cool que certains passages t'aient parlé. Concernant les ruptures / le rythme, est-ce que c'est mieux comme ça ?

proposition de réorganisation
[close]

Spoiler
[close]

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 759
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Poèmes hors raison
« Réponse #4 le: 27 octobre 2019 à 17:42:25 »
ah je trouve le rythme beaucoup plus fluide comme ça ! il a une vraie voix singulière ce poème

t'as raison, en vrai il est bien comme ça...
(j'espère que tu auras d'autres avis tout de même)

par curiosité, voir ce qu'il donne à l'envers
[close]

(j'aime bien dans ce sens aussi haha)

(et bien vu pour le sable dans le ciel)

Hors ligne Feather

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 298
Re : Poèmes hors raison
« Réponse #5 le: 27 octobre 2019 à 22:25:38 »
Bonsoir Chapart,
J'adore toujours autant, tu as un telle façon de créer des silences , d'offrir des espaces à l'imaginaire, la pensée se cristallise bien autour de tes propositions. Et puis il y a une délicatesse faussement timide qui révèle une grande maîtrise méticuleuse, pouvant devenir peut-être obsédante pour l'auteur (?) La présentation est sympa mais je regrette l'ancienne, je peux comprendre la contrainte.
Merci  beaucoup.
« Modifié: 09 novembre 2019 à 21:11:40 par Feather »

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 759
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Poèmes hors raison
« Réponse #6 le: 28 octobre 2019 à 12:57:11 »
Je reviens pour le II

Citer
        Il faut la nuit pour dénoncer l'automne.
Oh, ah

Citer
L'arbre se maintient, se retient, serre encore la rivière dans ses
        bras ; la laisse dans son lit.
Au niveau de l’image visuelle que j’en ai, j’ai l’impression que tu parles des racines… la rivière est au sol, le lit aussi, mais pas les bras, du coup j’ai un bug en lisant ce vers
(puis je crois qu’un arbre se retient et se maintient surtout grâce à ses racines)
Citer
                        Pas encore aboli le soleil milliardaire comme une
                        bague enlace les méandres.
Je comprends l’envie de se passer du « il n’est pas encore aboli… »… mais ça sonne étrange après les 2 premiers verbes ou y a un verbe conjugué. Pas qu’il faille à tous prix des phrases avec verbe, je suis bon public des phrases sans. Mais chépa ça manque d’un truc en l’état. Le soleil milliardaire : cool !, mais « une bague enlace les méandres »… on dirait que l’image est pas tout à fait creusée. Bague, enlace et méandre, je vois les liens entre les mots mais ça manque aussi de quelque chose pour que l’ensemble fasse mouche. Mentalement je vois des méandres qui passent dans des bagues mais c’est peut-être pas ça que tu as voulu dire.
Et j’ai aussi un peu du mal à faire le lien entre la métaphore, à partir du « comme », et le soleil milliardaire – mais séparément déjà +
Enfin j’ai du mal avec l’ensemble : le soleil est comme une bague qui enlace les méandres et il faudrait l’abolir parce que… ? (déso pour cette façon beauf et peu subtile de commenter un poème haha)

Citer
                        Il n'est plus le soir chu sirène en rue.
Ah celui-là j’ai rien à dire <3 les sonorités sont très belles
(et pour le coup « il n’est plus » fait beaucoup)

Citer
Seul le vent en rumeur
                                        demeure, apeure.
Plus simple et les 3 « eur » heurtent un peu je trouve

Citer
                                                        Délit.                             Fugue.
Fait bien écho avec le premier vers ^^

j'ai du mal à donner un sens général ou une image distincte à celui-ci mais il a sa petite voix interpellante tout de même



Hors ligne Chapart

  • Modo
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 258
Re : Poèmes hors raison
« Réponse #7 le: 09 novembre 2019 à 19:06:51 »

Coucou Miro,

Merci beaucoup pour cet autre commentaire super détaillé. Et désolé d'avoir tardé à te répondre.

Alors déjà sur ton deuxième commentaire du premier : j'aime bien aussi ta réécriture

Spoiler
[close]

le seul souci que j'ai avec ça, c'est que "ouvert il enveloppe la berge d'un autre ciel" se rapport à l'éventail, qui est défini après…

Je crois que je vais peut-être garder ma deuxième version, mais je suis pas encore certain. Mais c'est vrai que c'est plus percutant de commencer par cette "fin", peut-être, et du coup la première strophe donne un peu l'impression de s'effacer et ça marche peut-être mieux à cet endroit-là... à voir. En tous cas je pense qu'une réécriture dans ce sens-là est peut-être possible.

Ensuite sur le deuxième. C'est cool, ça me permet de voir ce qui marche pas du tout dans ce poème !

Suggestion de réécriture
[close]

Citer
L'arbre se maintient, se retient, serre encore la rivière dans ses
        bras ; la laisse dans son lit.

Je réalise avec ton commentaire que l'image que j'avais en tête ressort très mal de ce vers  :mrgreen:

Spoiler
[close]

Citer
Pas encore aboli le soleil milliardaire comme une
                        bague enlace les méandres.

Spoiler
[close]

Bonjour Feather,

Merci de ton passage !  :) content que ça te plaise.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.141 secondes avec 22 requêtes.