Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

18 novembre 2019 à 17:38:00

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Une peinture sur un mur

Auteur Sujet: Une peinture sur un mur  (Lu 405 fois)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 419
  • Miss Green Mamie grenouille
Une peinture sur un mur
« le: 17 octobre 2019 à 22:20:04 »
Bonsoir

J'ai écrit ce texte lors d'un défi Tic-Tac, donc en une heure. J'aimerais l'améliorer un peu et vos avis me seraient utiles. N'hésitez pas à être francs. Merci d'avance.

J'ai laissé l'image sous spoiler pour la compréhension de l'histoire.

Spoiler
[close]

V2
Il était là, sur le trottoir d'en face. Il me semblait si seul, si désemparé. Sa cane blanche battait l'air, comme pour chercher un objet auquel se rattacher, un mur pour le guider. Je me suis approchée, je l'ai regardé sans parler, juste un sourire et je lui ai tendu la main. Je sais, sourire à un non-voyant cela parait absurde, mais j'étais sûre qu'il le sentait. Je l'ai pris par le bras et lui ai proposé de l'aider :

— Voulez-vous vous appuyer sur moi pour traverser ? Vous semblez perdu.

C'est à ce moment précis que j'ai pris un grand coup de canne sur la tête, une volée d'injures sifflant à mes oreilles. Je l'ai lâché et j'ai reculé d'un bon mètre.

— Foutez-moi la paix, je n'ai besoin de personne, je peux me débrouiller seul ! Cela fait des années que je me débrouille seul !

J'ai voulu lui répondre, mais je n'ai pas su. J'ai fui, lâchement. Suis-je si faible ?

Je suis partie en courant, j'ai tourné le coin de la rue et j'ai pleuré. Comment peut-on refuser l'aide de quelqu'un ? Comment peut-on réagir si violemment quand l'intention est louable ? Non, je ne suis pas faible, je n'ai pas su répondre, je n'ai pas su comment réagir devant cette situation hors de la logique. S'il s'était agi d'une autre personne, j'aurais pu me défendre, rétorquer. Je ne l'ai pas fait parce qu'il était non-voyant. Je n'ai pas osé parce je l'ai jugé plus faible que moi : je l'ai traité comme un homme diminué.

Le lendemain je l'ai revu, au même coin de rue, dans une situation identique, battant l'air de sa canne blanche. J'ai répété la scène de la veille. Il a réagi de la même manière, j'ai esquivé le coup de canne et cette fois j'ai répondu :

- Pourquoi refusez-vous l'aide que l'on vous propose ? Il n'y a rien de déshonorant ni de rabaissant à accepter un geste de solidarité, qui que l'on soit, valide ou non valide, voyant ou non-voyant, handicapé ou pas. Alors que vous le vouliez ou non, je vais vous accompagner pour traverser.

Il n'a rien répondu, s'est contenté de grogner et nous avons rejoint de concert l'autre côté de la rue. J'ai pris congé et j'ai fait mine de partir, il m'a retenue par la manche.

— Merci.

— Vous n'avez pas à me remercier. J'ai appris à être aimable, je considère qu'il est normal d'apporter son appui à toute personne qui en a besoin.

— Je ne vous remercie pas pour l'aide, mais pour la leçon que vous venez de me donner. Votre persévérance malgré mon geste déplacé d'hier, votre amabilité et votre détermination.

Il continuait à marcher, testant de sa canne les obstacles possibles, et sans m'en rendre compte je l'accompagnais. Nous avons discuté longtemps, de tout, de rien, de la vie, des gens. Mais ni de lui, ni de moi. Il parlait beaucoup, ne perdant jamais le fil, quand il s'arrêta et me demanda :

— Que voyez-vous sur ce mur ?

Je me retournais pour découvrir une peinture murale. Une petite fille aux longs cheveux blonds attachés en couettes ornait un vieux mur dans le coin d'une maison. Elle tenait une rose.  Je n'eus pas le temps de répondre, il ajouta :

— Elle est jolie n'est-ce pas ? C'est moi qui l'ai peinte, c'est ma petite fille. Il tourna les talons, monta l'escalier sur le côté et disparut de ma vue avant que j'aie pu esquisser une réponse. 

C'est le seul détail de sa vie qu'il m'a confié. Je ne l'ai jamais revu. Je n'ai jamais su qui était cet homme, pourquoi il était aveugle, et pourquoi il m'avait entraînée jusqu'à cette peinture. Mais est-ce important ?

Certaines rencontres éphémères sont le fruit du hasard. Elles permettent parfois un retour sur soi-même. Chacun de nous porte en lui une sorte d'infirmité, qu'elle soit visible ou non, physique ou morale. Un faiblesse que nous ne voulons pas dévoiler. Sachons vivre avec, sans oublier que nous ne sommes pas seul.

V1
[close]
« Modifié: 20 octobre 2019 à 22:04:04 par Claudius »
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Léilwën

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 676
  • Léli, elfe au lapin roux
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #1 le: 17 octobre 2019 à 23:25:35 »
Coucou Clau :coeur:

Citer
Il était là, sur le trottoir d'en face, il me semblait si seul, si désemparé.
=> j'aurais séparé la phrase par un point à la place de la virgule après "face"
Citer
comme pour chercher un objet à quoi se rattacher
=> à quoi auquel ?
Citer
courant,  j'ai
=> espace surnuméraire
Citer
Comment peut-on refuser l'aide de quelqu'un,
=> "?" à la place de la virgule
Citer
comment peut-on être aussi violent devant un geste de gentillesse
=> je trouve ça bizarre "être violent devant un geste"... (mais c'est p'têt moi, j'ai tendance à lire de manière trop littérale) ; je propose quand même : "comment peut-on renvoyer aussi violemment un geste de gentillesse ?"
Citer
situation incongrue hors de la logique
=> pléonasme : "incongrue" = "hors de la logique"
Citer
J'ai pris congé et j'ai fait mine de partir, il m'a retenue par la manche.
=> j'aime bien l'emploi de la virgule ici ! :)
Citer
Il continuait à marcher testant de sa canne les obstacles possibles et sans m'en rendre compte je l'accompagnais.
=> je buggue sur la ponctuation : "Il continuait à marcher, testant de sa canne les obstacles possibles, et sans m'en rendre compte je l'accompagnais."
Citer
Mais jamais ni de lui, ni de moi
=> j'aurais enlevé le "jamais" ("jamais ni", c'est un peu redondant)
Citer
Une petite fille, aux longs cheveux blonds en couette attachés
=> "Une petite fille, aux longs cheveux blonds attachés en couettes attachés" (c'est plus simple que d'expliquer :-[)
Citer
et disparu de ma vue
=> disparut
Citer
C'est le seul détail de sa vie qu'il me confia, je ne l'ai jamais revu
=> j'aurais remplacé la virgule par un point

À la fin tu passes tout d'un coup au passé simple alors que jusque-là tu étais au passé composé et que le récit ne me semble pas mériter de changement de ton. Ça m'a fait un peu bugguer.

L'histoire est bien menée, plausible ; vu la contrainte de temps, c'est pas mal ! Juste la phrase de fin me semble peut-être un peu trop "bateau".

À bientôt ! :oxo:
Grammar nazi en désintoxication intensive

Tu débarques et tu es un peu perdu ? Je peux peut-être t'aider par ici

Hors ligne flulu

  • Aède
  • *
  • Messages: 150
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #2 le: 18 octobre 2019 à 08:17:17 »
Ce qui m'a plus dans ce texte c'est la contradiction entre la fresque et la cécité
L'a t'il peinte avant la perte de sa vision ou mieux encore de mémoire dans la lumière de sa mémoire...
Pour le reste c'est un peu trop plein de bons sentiments trop exposés.

Mais ce n'est qu'une opinion personnelle et en plus c'est un reproche que l'on fait souvent à mes propres textes...
carpe diem

Hors ligne BAGHOU

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 481
  • Reflet de l'humeur du moment
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #3 le: 18 octobre 2019 à 09:16:42 »
Bonjour Claudius,  8)

Petite pause au bureau, alors je passe par le forum pour lire un petit quelque chose.

Ce texte est très beau, simple dans la plus noble des acceptations, fluide dans ses phrases, je n'oublie pas les contraintes dans lesquelles il devait être écrit et j'en tiens compte, je félicite donc son auteur. ;)
Les personnages sont décrits juste comme il faut pour qu'on se les approprie. Je voudrais savoir écrire ainsi, l'essentiel en quelques mots. ::)

Mon imagination a fait le reste, je me suis retrouvée aussi dans cette ruelle, sur le trottoir d'en face à observer discrètement les deux personnages, puis je me suis arrêtée pour regarder longuement cette fresque murale …

Merci pour ma pause, elle n'est pas toujours autant réussie. ;)
"La critique, art aisé, se doit d'être constructive." Boris Vian dans l'Herbe rouge.

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 419
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #4 le: 18 octobre 2019 à 21:19:00 »

@Léli.

Tu sais bien que je suis fâchée avec la ponctuation mais j'ai de la chance : une virgule bien placée  :D :D
Merci pour tes remarques judicieuses, j'ai tout corrigé.
J'ai un peu changé la fin, mais je n'en suis pas vraiment satisfaite il faut que ça mûrisse. Tu peux me dire ce que tu en penses stp ?
Je me disais aussi que je pourrais étoffer un peu.
En une heure, il faut trouver l'idée, et écrire. On n'a pas trop de marge, du coup c'est un peu léger je trouve.

@Flulu
Merci pour ta lecture et ton commentaire. Oui c'est un peu trop sentimental, je te l'accorde, donc je réitère ce que je dis au dessus. Je vais étoffer un peu et revoir le tout.

@Baghou
Tu vas me faire rougir ! C'est un commentaire vraiment gentil et élogieux, je ne sais si je mérite autant de compliments. En tout cas, grand merci à toi pour ton passage sur mes mots. Et je suis ravie d'avoir rendu ta pause agréable (ça me ramène quelques années en arrière ! je faisais souvent des pauses  :D :D)

 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:



Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Léilwën

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 676
  • Léli, elfe au lapin roux
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #5 le: 18 octobre 2019 à 22:31:17 »
Oui, j'ai trouvé ça plus maîtrisé en 2e version :)

Juste
Citer
valide ou non valide, voyant ou non-voyant, handicapé moteur ou pas
=> je trouve que "valide ou non valide" est redondant avec "handicapé moteur ou pas" (ou alors p'têt juste supprimer le "moteur" ?)
Citer
Mais  ni
=> espace surnuméraire
Citer
Une petite fille, aux longs cheveux blonds attachés en couettes ornait un vieux
=> la virgule est de trop (ou alors il faut en rajouter une 2ème après "couettes" pour faire office de parenthèses), elle sépare le sujet de son verbe
Citer
et disparut de ma vue avant que je puisse
=> j'ai trouvé ce qui me chiffonnait ! la concordance des temps ! "avant que j'aie pu"
Citer
Certaines rencontres éphémères sont le fruit du hasard. Elle permette parfois
=> Elles permettent

Oui, la fin est plus étoffée, elle fait plus "morale de conte" que phrase qui se balade toute seule :)
Grammar nazi en désintoxication intensive

Tu débarques et tu es un peu perdu ? Je peux peut-être t'aider par ici

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 419
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #6 le: 20 octobre 2019 à 22:05:20 »


J'ai corrigé mes erreurs d'étourdie que je suis.

Merci Léli d'être repassée me lire  :coeur: :coeur:
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

En ligne Manu

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 301
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #7 le: 21 octobre 2019 à 13:08:09 »
Bonjour Claudius,

V2.

Un détail : je ne sais pas si faire mine de partir est utilisé à bon escient, car le narrateur voulait partir, simplement il a été retenu.

Sinon, il me semble qu'il y a 2 passages où tu pourrais rentrer un peu plus dans la narration pour nous préparer à la fin.

- la réponse de l'aveugle dans le dialogue qui commence par je ne vous remercie pas pour l'aide... Il a fallu une journée au narrateur pour dépasser ses émotions, et seulement quelques mètres pour l'aveugle. C'est possible, bien sûr, mais j'aurais aimé mieux le comprendre.
- mais est ce important ? Dans la vie, non certainement, mais pourquoi ne pas laisser le narrateur se perdre en quelques conjonctures avant la belle conclusion ?

Au final, j'ai beaucoup aimé l'ambiguïté des sentiments des 2 personnages. En la traitant plus longuement, il sera possible de voir plus clairement la belle conclusion. Voilà mon petit avis.

Au plaisir de te lire.
« Modifié: 21 octobre 2019 à 15:11:11 par Manu »

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 860
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #8 le: 21 octobre 2019 à 15:29:21 »
Comme dit Claudius, n'hésitez pas à être franc.
Comme dit BAGHOU, c'est un très beau texte.
Mais comme dit flulu, un peu trop plein de bons sentiments trop exposés.
Comme dit Léilwën, le conseil de fin est peut-être un peu trop bateau.
Comme dit encore Léilwën, l'histoire est plausible.
Mais comme je dis moi, elle prend tout son intérêt si elle est véridique.
Mais si elle est vraie, dans quel quartier de la ville s'exprime-t-on comme ça ?

Hors ligne Elhora

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 575
Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #9 le: 21 octobre 2019 à 17:59:19 »
Bonjour  ;D

Très joli texte. Vraiment. Charmant, frais, doux, très agréable à lire.

Se suffit à lui même ou pourrait être le début d'une histoire. Finalement, je suis plus intriguée par le héros qui souhaite absolument aider celui qui ne veut pas de son aide et qui s'exprime avec beaucoup de distinction, que par ce vieil homme mal embouché.

Un peu déçue par la conclusion, j'avoue. Quel dommage de rajouter une leçon à cette histoire. Je trouve que ça enlève la possibilité d'imaginer la suite et que ça infantilise un peu le lecteur. L'histoire en elle-même raconte suffisamment de choses pour ne pas nécessiter de conclusion, me semble t-il.

Au plaisir,

 :mafio:
"...C'était le plus vaste silence des trois."... "Il était lourd comme une grosse pierre polie par la rivière, comme l'écho résigné d'une fleur coupé, d'un homme qui attend la mort."
Patrick Rothfuss

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 419
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Re : Une peinture sur un mur
« Réponse #10 le: 21 octobre 2019 à 18:36:02 »


Manu, tout d'abord merci pour ton retour.

Citer
Un détail : je ne sais pas si faire mine de partir est utilisé à bon escient, car le narrateur voulait partir, simplement il a été retenu.
Tu as raison, je vais rectifier cette phrase



Citer
Sinon, il me semble qu'il y a 2 passages où tu pourrais rentrer un peu plus dans la narration pour nous préparer à la fin.
- la réponse de l'aveugle dans le dialogue qui commence par je ne vous remercie pas pour l'aide... Il a fallu une journée au narrateur pour dépasser ses émotions, et seulement quelques mètres pour l'aveugle. C'est possible, bien sûr, mais j'aurais aimé mieux le comprendre.
- mais est ce important ? Dans la vie, non certainement, mais pourquoi ne pas laisser le narrateur se perdre en quelques conjonctures avant la belle conclusion
C'est intéressant ce que tu me dis là, et ça va m'aider à étoffer la version 3. Cela sera sûrement compliqué, car l'aveugle ne parle pas vraiment, seule la narratrice raconte... je ne rentre pas dans les réflexions de l'homme. Peut-être devrais-je revoir ça.

Champ
J'avoue avoir du mal à te suivre, mais ce n'est pas nouveau.
Aucun quartier, je suis une campagnarde confirmée  :D :D
Merci quand même de ce commentaire haut en couleurs ! Et non elle est entièrement imaginée, le Tic-tac est un exercice de rapidité et ne permet pas toujours d'élargir son sujet et de l'approfondir. C'est pour cette raison que je l'ai posté ici, afin d'essayer d'en sortir quelque chose de plus construit.
 :mrgreen:

Elhora, merci à toi, je suis très touchée.

Oui, j'ai du mal avec la chute, tu as peut-être raison, laisser l'histoire filer sur une ouverture non-dite.  Je ne voulais pas vraiment une morale, mais une prise de conscience de la narratrice par rapport à la situation. Je vais y réfléchir, ton commentaire m'est précieux aussi, ça m'aide beaucoup à voir le texte sous un autre angle.

Merci à tous de votre intérêt, les retours sont toujours une aide précieuse, quels qu'ils soient.

 :) :) :)



Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.121 secondes avec 23 requêtes.