Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

07 décembre 2019 à 07:22:44

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Une mythologie intérieure?

Auteur Sujet: Une mythologie intérieure?  (Lu 660 fois)

Hors ligne agamefr

  • Buvard
  • Messages: 5
Une mythologie intérieure?
« le: 20 septembre 2019 à 13:03:27 »
Est-ce que vous remarquez l’apparition permanente de certains noms et adjectifs dans vos textes ? Des thèmes récurrents ? Des notions hypertrophiées ? Une tendance à toujours utiliser les mêmes segments de phrases ? 

Je crois que tout le monde a un réseau d’image qui le caractérise au fond de lui.
On s’est tous formé une mythologie intérieure au cours de notre vie. On possède des images « piliers » qui influent sur notre vision du monde et notre façon d’écrire. Ces images, on les respecte et on les « vénère » inconsciemment. Elles sont profondes et impressionnantes comme des mythes.

Selon moi, il y a deux facteurs importants qui forment cette mythologie :
-La psychologie et la personnalité. On est humains et tous forgés par notre vie et notre expérience du monde. Je crois que c’est cet aspect est exploré par Charles Mauron et ses "métaphores obsédantes". Il s'en sert pour analyser les textes, mais est-ce qu'on pourrait s'en servir à l'autre bout du processus, dans l'écriture?
-La lecture. Je pense qu’on est tous concernés. Quand on écrit, on ne se base pas sur la réalité comme on le croit, mais sur la version déjà « littérarisée » du monde. On ne fait que des réécritures d’un réel déjà mis en mot. (c’est la théorie d’un auteur mais je ne sais plus qui, quelqu’un voit de qui je parle ?).

Cette mythologie a ses avantages et ses inconvénients. Souvent, les notions qui en résultent nous apaisent et on a du plaisir à les invoquer dans l’écriture. Elles caractérisent notre individualité.
D’un autre côté, elles peuvent être bloquantes, obsédantes, et dures à éliminer parce qu’elles sont un organe de notre écriture.  Elles sont à l’origine de nos tics. On est hésitant quand il faut les modifier, parce qu’elles semblent définir ce qui nous rend unique.

Qu’est-ce que vous en pensez ? Je pense que si on arrive à analyser ces notions de façon pertinente, on peut s’en servir pour améliorer notre processus d’écriture ! Est-ce qu’il y a des tics que vous avez déjà remarqué chez vous ? Vous avez des conseils pour les repérer?
Quel est votre « mythe » intérieur, vos grandes notions piliers à la source de votre écriture ? On pourrait mettre certains de nos extraits et les soumettre à l’analyse des autres ?

« Modifié: 21 septembre 2019 à 14:04:40 par agamefr »

Boreec

  • Invité
Re : Une mythologie intérieure?
« Réponse #1 le: 22 octobre 2019 à 21:07:25 »
Bonjour, le sujet est intéressant !

Citer
Est-ce que vous remarquez l’apparition permanente de certains noms et adjectifs dans vos textes ? Des thèmes récurrents ? Des notions hypertrophiées ? Une tendance à toujours utiliser les mêmes segments de phrases ? 
Pour ma part c'est le cas, surtout lors de mon premier jet, quand les idées me viennent et que je me contente de les écrire sans réfléchir au vocabulaire. C'est en relisant que je m'aperçois alors que mes phrases sont redondantes, que les mots employés sont sensiblement les mêmes d'une phase à l'autre. Du coup lorsque je retravaille mes phrases, je passe une bonne partie à chercher des synonymes, des manières détournées et sublimées de raconter. C'est loin d'être toujours simple, mais je pense que c'est nécessaire pour se tirer vers le haut et dissimuler ses erreurs d'écriture aux lecteurs. Pas évident de ne pas appeler un "chat" un chat, mais il faut trouver des images, des comparaisons pour éviter les répétitions. Ainsi désigner le chat par "le félin", "l'animal", "le mammifère aux coussinets humides" ou que sais-je encore.

Quant aux thèmes des textes, je pense qu'ils sont forcément récurrents, surtout lorsque l'inspiration vient de notre for intérieur et non pas d'un thème imposé. Par exemple Lovecraft est connu pour ses œuvres autour du macabre et de l'horreur cosmique. On a tous des préférences, des affinités avec certains thèmes et il est naturel d'y revenir. Mon opinion est de ne pas se forcer à changer de thème radicalement entre deux textes, mais de magnifier les thèmes qu'on aime et cela sous différents angles.

Hors ligne Feather

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 327
Re : Une mythologie intérieure?
« Réponse #2 le: 25 octobre 2019 à 10:03:46 »
Les mots utilisés connotent parfois une humeur, une expression qui nous rapproche de nos émotions. Lorsqu'ils sont spontanément employés, je pense qu'ils colorent la signification poétique de notre inconscient. Il y a des personnes qui se retrouvent en osmose avec cet élan mental pour lequel le vocable vient toucher des affects et non l'inverse. L'écriture devient une prolongation de soi, et peut donc être conditionnée par des influences, en définissant l'effet et l'intention romanesque, poétique.. Avant l'impulsion d'écrire, on peut selon moi, cadrer davantage et maîtriser les automatismes. Autre chose, il est important aussi, mais c'est personnel, d'adresser son écrit, c'est à dire ne pas perdre de vue le lecteur futur. Ce n'est pas toujours évident à appliquer.
Les larmes sans pleurs sont une lanterne.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 23 requêtes.