Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

20 novembre 2019 à 22:36:14

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Aventures au long cours » RAVOR [journal de bord]

Auteur Sujet: RAVOR [journal de bord]  (Lu 1558 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
RAVOR [journal de bord]
« le: 09 octobre 2019 à 14:05:09 »
Il me faut un journal de bord il me faut ?
Pour ce début de roman que je ne sais pas ce qu'il vaut. Pour le continu d'un moment que je ne sais pas s'il s'étire ou se ponctue. Pour les mots auxquels il est dévolu. Rendre un compte, rendu comme je vomis ce contre-unanime de la vie.


En me souhaitant tout ce qu'il y a de réalisable pour ce projet-roman...
_____________________________________________
EN UN MOT :
Ravor

EN UNE PHRASE :
Les métaphysiques de l'imaginaire s'incarnent enfin

EN UN PARAGRAPHE :
Roland Deschain entend bien réunir les univers par la Tour, dont la quête achevée par delà des vies immortelles l'a laissé sur sa faim. Il parcourt donc à travers les portes, ces univers auxquels s'ajoutent des personnages incidents dans cette réunification, cette universion qui promet de tout renverser dans les conceptions admises comme réfutées...
_____________________________________________
A PROPOS :
Cet écrit est sensé rassembler les univers qu'il incarne, qu'il récite, qu'il reprend ou qu'il invente, surtout. La plupart de mes fictions vont s'y retrouver autour de cette universion, point central encore flou de ce qui motive mes écrits. L'universion. Un concept qui se développe, mûrit, grandit et vieillit en même temps qu'il meurt et vit... Je n'en sais pas plus à son sujet ici, mais...
_____________________________________________
L'HISTOIRE :
Guillaume Revel est un atypique rêveur. Il ne sait pas encore tout-à-fait, dans le premier chapitre, s'il rêve un mauvais cauchemar où s'il est réellement entre les rayons de la Tour, avec ce héros issu d'un livre incarnant tout le potentiel de réalisation de l'Ultra, de l'Extra, du Méta... ces choses qui enserrent les univers et suintent par des pores impossibles à tracer... ce que se promet pourtant de faire Roland, le croit-il lorsqu'il séquestre Guillaume dans le non-temps afin qu'il lui indique la piste à suivre pour retrouver le nouvel écrivain qui écrit sa vie, lui le cowboy imaginaire. Car de cet écrivain serait probablement intériorisé l'âme-de-trop de l'univers. L'unité individuel de ces pores du paradoxe créationnel...
_____________________________________________
LES PERSONNAGES :
Tirés de l'imaginaire collectif, ils servent à la réalisation du caractère humain. Ouverts par les portails de Roland, ils sont fictifs, réels, personnels ou mutuels, connus ou non, et tous... existent. Il y aura comme il y a eu, le Docteur Emett Brown, qui permet le voyage dans le temps nécessaire à toutes ces histoires. Il y a déjà dans le premier chapitre, un Kevin Spacey et un Bill Murray. On en attend d'autres, tous spécifiés par l'image qu'ils véhiculent plus que par l'individu passé qui les incarna. C'est eux et eux-même au delà de l'identité, que l'on se figurera l'appartenance universelle de la pensée, vers quoi...
_____________________________________________
LES LIEUX :
Je n'ai pas encore décidé de grand chose. On va se balader d'univers en univers avec les clones de Guillaume, à la rechercher du Rémy qui n'existe pas, celui qui s'absente contre toute attente et pince la réalité là où elle ne devrait pas. Là où cela fait mal. Là où rien ne survit où repart. En tout cas il y aura la mer, ou l'océan... En tout cas de l'eau salée, pour des vagues en dentelle, et surement d'autres endroits terrestres plus ou moins de réel réalisme. Pour l'instant au chapitre premier, il n'y a que la ferme ; la grange dans le désert du non-temps, à l'horizon de faroueste pour servir les conditions du pistolero. Roland.
_____________________________________________
AUTRES ANNEXES :
à préciser
- Scalès
- Amortels
- FalR
- autres...
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #1 le: 10 octobre 2019 à 07:05:39 »
II - Rapport à 5k
_____________________________________________
Un premier chapitre qui s'étire en segments d'une narration à propos d'un non-temps, ce lieu où rien ne meurt mais rien ne vit. Roland y a ligoté Guillaume qui doit alors se souvenir de ses mémoires culturelles afin de débloquer la lecture du Métaphysique de l'Imaginaire.
Roland explique un peu la nature de sa quête à la poursuite de l'écrivain de sa vie, il reste néanmoins soumis à l'aléatoire du grimmoire.
L'état de semi-stase ressenti à l'écriture de ces premiers mots sont probablement le reflet de ce brouillard décisionnel que j'insufle à mon univers qui est libre de se construire au-delà de moi...
_____________________________________________
EN DEVENIR :
- Les clones de Guillaume à travers les différents portails.
- La recherche du Rémy absent à l'universion.
- Les métaphysiques incarnées.
_____________________________________________
UN ROMAN :
- Sur mesure
- Sur le fil
- Sûr de rien
- Surement pas trop moins plus que bien
- Surtendu de je-ne-sais-pas
_____________________________________________
QUI :
Amène l'idée que l'ère de la fiction est dépassée : place à la réalisation. Marre des personnages fictifs, marre des personnes superficielles qui rêvent de caractères virtuels. Il faut. Réaliser.
_____________________________________________
LIER L'IMAGINAIRE ET LE REEL :
Là est tout le propos de l'histoire. Comment faire pour incarner. Pourquoi. Qui...
_____________________________________________
UN DEPART EN TROMBE :
Je me suis hâté, sous l'effet rêvescent de l'idée nouvellement formulée, de la préhension du concept, de l'élaboration du projet, du lancement des processus actifs. J'ai précipité un début. Mais je vais, sinon m'essoufler, au moins retomber sur un probable rythme de croisière, si je veux continuer la teneur quantitative qu'il me plairait d'atteindre. Un roman, c'est quelque chose de probablement comparable à un marathon ; il faut de l'endurance. Je ne peux pas partir en sprint et continuer jusqu'à la fin dans ces conditions. Néanmoins il me fallait une impulsion, un décollage, un détonateur.
_____________________________________________
PAS DE FICHES PRIVEES :
Tout le travail qui s'effectuerait autour de références dans cet ouvrage, et il y a des cas, tout ce travail est on ne peut plus transparent... dans ce qu'il se manifeste consciemment et volontairement ! C'est-à-dire que... je préciserai plus tard.
_____________________________________________
A RETROUVER AUTOUR DE :
Tout les univers...
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #2 le: 10 octobre 2019 à 23:40:25 »
III - Rapport à presque 3j
_____________________________________________
M'étreint ce phénomène dont j'appréhendais l'advention : le ralentissement qui peut m'être fatal. Celui, dû probablement à la mise en confrontation des réels enjeux des tenants et aboutissants du projet, de son objet, à savoir l'intrigue du roman, les actions à dérouler, les paramètres incidents qui cloisonnent par choix une réalité qui est décrite soi-disant volontairement par un écrivain un peu dérangé par son propre dérangement...
_____________________________________________
Le chapitre premier s'éternise un peu. Selon la régularité du truc et sa durée, cela pourrait donner une fourchette approximative d'un format convenable pour ce qu'on appelle un livre, un roman ici en particulier.
_____________________________________________
MAIS :
Il y a frein. Il y a égarement.
Que décider réellement de cette narration qui n'a pas encore décollée sur les péripéties ? Comment incarner quoi que ce soit d'incarné envers et contre toute résilience personnelle à apparaître aussi fortement dans un contenu qu'en tant qu'écrivain...
_____________________________________________
PAR APPLICATION :
Je me questionne, ici présentement, afin de formuler ce que je n'arrive pas à penser : la solution. Débloquer la scription vers ce qui se ferait de mieux pour ce roman que je poursuis...
_____________________________________________
DE FAIT :
Guillaume, séquestré jusqu'au chapitre deux, se doute déjà qu'il va voyager avec Roland à travers les métaphysiques. En l'état, il sait que le livre est devenu la dictée du pistolero. Sera-ce l'un des enjeux du texte ; montrer le rapport incident des mots écrits sur les actes réalisés ? Roland addict à ce que lui écrit le grimoire, pour penser et pour agir dans ce qu'il croit être sa juste voie. Guillaume, de son côté, sera sûrement l'anti-héros clé-de-voûte malgré lui, dans ce qui apparait comme le défilé de son rapport artistique à la culture générale...
_____________________________________________
EN CONCLUSION DE COMMENCEMENT :
Il me faut incarner une réalité applicable dans la sécurité du respect des intériorités publiques des personnages. C'est-à-dire prendre en compte l'intimité comme valeur à remodeler dans un contexte précis de narration. Par ailleurs, le défi pour moi relève de la partie matérialiste de tout ceci, le rapport à un environnement créé par l'esprit ou d'après modèle... On ne saurait.
_____________________________________________
A VISER :
Un craftage de situations qui servirait un fil scénaristque conducteur autour duquel articuler un contenu à la fois rationnel de réflexion, à la fois émotionnel pour véhiculer ce qu'est sensé véhiculer un roman de loisir, et à la fois ce but global d'incarner les métaphysiques... Quelle obscure locution n'est-il pas !
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #3 le: 16 octobre 2019 à 18:58:16 »
IV - Rapport jusqu'à 10k ou 10j
_____________________________________________
En tant que point de raccroche à ma motivation, ce rapport vient me chercher lorsque je fuis mes responsabilités... C'est-à-dire : m'interpelle cette ambition de réaliser l'histoire de Guillaume et Roland, mais il me faut quelque chose qui fasse en sorte que je le fasse ! Je ne sais pas être plus clair ; si cela ne tenait qu'à moi dans toute mon omnipotence, je claquerais des doigts et apparaîtrait devant moi le livre idéal reflétant mon envie ponctuelle de raconter quelque chose, d'en voir la manifestation physique, ce roman qu'il faut tavailler durant du temps, et du temps, infini, indéfini... bon sang que c'est rude, la réalité !
_____________________________________________
Une idée à propos d'un caractère prophétique envisagé par certains produits internes au roman ; envisager l'advention pondérée et avertie du réel par incarnation de capsules axiologiques servant à sa prédiction, c'est une prophétie. C'est plus que de la divination : au delà de voir l'avenir, il s'agit de l'agir. Roland cherche probablement cet effet, tout comme d'autres avant lui...
_____________________________________________
Le chapitre deux a débuté. Nous allons rencontrer le peuple Granite, ceux qui, en souterrainconfinés, ont évolué dans une sorte de déchéance de survie. Ils pourraient avoir la peau blanchie par les cavernes ; les yeux globuleux et lactescents oui ; des postures tordues par les cavités les stalactites, les infractuosités, les tortueuseries en somme, de leur environnement millénaire. Ce sont des Gollums en groupe, organisés, sociaux... Que va-t-il advenir ? Je ne sais.
_____________________________________________
Alors, à propos du titre, qui m'interroge. RAVOR. Je me souviens l'avoir longtemps cherché, et pourtant il ne m'évoque rien. Je l'ai trituré, commencé d'un modelage extrêmement moelleux, l'ai palpé, déformé, étiré, condensé, repatpaté, et ainsi de suite jusqu'à ce que, peut-être, sa substance s'en voit transparencifiée d'opacité... Je n'ai plus aucune idée des capsules axiologiques que j'ai laissé d'empreinte à la malaxe, tant elles se sont recouvertes les unes sur les autres. En résulte ce titre qui ne m'évoque rien. Et en fait malgré tout le malaise relatif à cet effet... et bien je vais le garder.
_____________________________________________
Un jour presque entier à ne pas avancer. J'ai l'impression qu'aucune trame scénaristique ne saurait emmener des reliefs satifaisant à mon désir d'aventure. Je ne sais pas inventer cette palpitation spécifique à une narration d'un contenu réfléchi pour susciter l'émoi. Tout au mieux factuelle, ma prose qui se permet souvent une passivité d'action par le biais de sa réflexion intérieure, a ici du mal à créer les ressors d'une bonne histoire. Du coup je me dis que ça sert à rien de poursuivre cette scription romanesque, puisque le but du roman est de fournir un divertissement que je ne parviens pas à produire... Et pourtant je me dois de continuer, pour  quoi !
_____________________________________________
Lendemain de toujours rien. Je suis préoccupé par l'idée du rythme et de la présence que je me dois d'assurer dans le long terme ; aller, revenir, continuer, s'accrocher... comment cela s'articule-t-il ? J'écoute de la musique, je fume... et le projet ne me quitte pas. C'est de cette saturation que nait probablement la page blanche, alors je me mets en place des outils pour 'ne plus penser'. Ecrire, déjà, par définition, et même si cela se tient à une réflexion, n'est pas une action de l'ordre de l'intériorité. Et comme il s'agit d'extérioriser ce qui occupe mon esprit, alors je viens là sur ce journal, pour ne plus penser à ce qu'il accompagne. C'est paradoxal.
_____________________________________________
Et ce néant qui perdure. Ai-je à nouveau abandonné ? Qu'y serait à l'origine ? Je veux dire... Il faut juste que je m'y mette à nouveau, non ? Non. Visiblement il y a du chemin à parcourir pour arriver à la continuité. Alors je creuse, ici, un rien d'absolu. Peut-être y verrai-je plus clair ? Peut-être cela me décidera-t-il ? Comment parvenir...
_____________________________________________
Et la voilà qui se débloque un peu la scription, il m'a fallut cette pause ; bon, c'était pas un flot ouf... c'était pas un truc méga-top. Je suis presque même pas trop content de ce qui sort. Mais je crois qu'il faut que je m'accroche, et ce malgré les passages qui me seraient moins significatifs. En l'occurrence je pense pouvoir rattraper l'action. L'effet d'une réincarcération du protagoniste alors séparé de son héros : on questionne qui ou quoi. Ou on devrait. Car je le fais. Et je le dois. Pourquoi ? Qui ? Presque bientôt fini le checkpoint.
_____________________________________________
Lorsque quelque chose se débloque et que les eaux du barrage se libèrent, dans un potentiel à écrire libéré par un noeud d'incidences...
_____________________________________________
Bon... 10k... 10j... ce sera pareil au final, à peu de brouettes près. C'est extrêmement curieux comme je suis émotionnellement le parcours du récit. Lorsqu'il s'emballe, je m'emballe, et lorsqu'il se calme, moi aussi. A moins que ce ne soit l'inverse...
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #4 le: 20 octobre 2019 à 19:13:28 »
Petite pause à peine consciente... j'ai strictement même pas pensé à cette histoire depuis 4 jours
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 778
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #5 le: 20 octobre 2019 à 20:20:35 »
Et bah, mets-toi y !

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #6 le: 20 octobre 2019 à 20:49:25 »
point à temps ce qui se citera par ma plume
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #7 le: 24 octobre 2019 à 05:09:06 »
V - Rapport à je-ne-sais
_____________________________________________
En vrai il est étrange de rendre un compte de l'histoire que je construis, car qui lirait ce journal aurait alors, à la fois des clés de compréhension du texte encore interminé et donc inconnu, et à la fois des spoilers sur ce produit qui n'est pas encore diffusé. De fait je ne sais pas ce que je dois faire, considérer ce journal public en tant que public c'est-à-dire servant la production finale, ou au contraire en tant que journal c'est-à-dire d'outil de construction de ladite production... ahem.
_____________________________________________
Et à je-ne-sais, effectivement, je ne sais : des jours ont coulés, peu certes, mais juste assez pour que j'en aie oublié le goût de la température colorée de cette mélodie... RAVOR. Il faudrait au mieux, mais c'est peu, que je relise pour me plonger à nouveau dans le bain... Mais à quoi bon ? Eh bien je verrai, si je le fais ou non.
_____________________________________________
Le lendemain, toujours rien. Une voix dans mes oreilles me lance un appel, dehors, et je viens ici pour signifier ma bredouille. Rien, pas un morceau de sucre, pas une cacahuehuète, oserais-je oser une pépite que non, tout ne serait que dérision, déraison, dératisation de mes asphyxions... J'arrête donc d'expirer, et inspire... Inspiration.
_____________________________________________
En vrai, il ne faudrait pas trop que je traîne, et pourtant je le fait. Quelle nécessité de repos m'impose à Roland et Guillaume cette pause dérisoire et anxiogène ? Peut-être celle de me tester à abandonner ou non, cette propension à l'éphémère, je ne sais...
_____________________________________________
Une réflexion après l'autre, peut-être débloquerai-je la scription, l'invention, l'inspiration... Mais en attendant, eh bien, ce journal, oui comme ça je ne m'éloigne pas trop, je me raccroche à ce Roland qui cherche un écrivain absent de la Tour elle-même en fait, ah bon ? Eh bien, s'il n'est pas localisé dans les univers que Roland parcourt... c'est qu'il n'a peut-être juste pas encore trouvé... hmm !
_____________________________________________
Guillaume, là-dedans, n'est pas qu'un serveur de métaphysiques. Mais je ne sais plus trop ce qu'il est d'autre...
_____________________________________________
Ah oui, et il y avait, suis-je bête je l'oublie depuis le début, ces univers notamment, avec First Comet, ou les Amortels, et toutes ces conneries ! Ils se doivent d'intervenir, mais comment, moi je dois y réfléchir !
_____________________________________________
C'était ça qu'il me fallait débloquer probablement : mon univers scriptif à intégrer dans la fiction de ce roman faisant partie de mon univers scriptif ! Ca parait con de redondance, dit comme ça, mais ouiii non, la redondance n'est pas l'évidence !
_____________________________________________
Donc, RAVOR... j'espère un nouveau départ ! Et sur ce je clos non pas les yeux, non pas l'affaire, non pas de François, mais bien je-ne-sais-quoi à un truc interne qui fait n'importe-quoi !
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #8 le: 25 octobre 2019 à 13:15:42 »
Bonbonbon... je n'avance ni ce journal ni le roman qu'il concerne... enfin, de manière concrète.
Par contre... j'y réfléchis, je crois, et j'ai commencé un pouême en l'honneur de Roland !

Il s'appelle : 'Roland' x)

Et comme il se voudrait un listing imagé et presque énigmé des Métaphysiques de l'Imaginaire...
Il apparaitrait sous la forme d'un long truc un pu iliadesque je crois, mais je n'ai que le début que voici...
Ce sont des personnages connus qui sont représentés dans chacun des paragraphes, à vous de les retrouver...
(je ne sais pas ce que deviendra, donc je poste en l'état...)

Roland
Hell, oh ! L'enfer c'est les autres
Sur mon trône d'outre-tombe je salue tous ces apôtres

Par qui commencer
Lequel de ces insensés
Saurait penser
Tout-à-fait comme j'ai pensé

Le premier
De la liste
Ouvrirait toutes les pistes
Un fermier
Ou son fils
Contre un chauve au crâne lisse
Il craindrait
Selon sources
La verdure de la grande ourse
Envolé
L'homme d'acier
C'est lui qui lance la grande course

Pour le suivre
Le poursuivre
Dans cet épuisant marathon
Un serpent
Dans un livre
Qui sussure du barratin
D'une dent
Dont enivre
La morsure au croc-venin
Un éclair
Cicatrice
Contre toi petit gamin

Ou gamine
Au lapin
Montre-en main et grise mine
Dans le rêve
Incertain
Duqu'elle se réveillera demain
Une trêve
Tyranique
A la grêve de la logique
Suce la sève
Organique
De ce rêve psychédélique

Ainsi donc commence
L'hitoire même de la romance
Entre deux mouvances
Celle qui fait et celle qui pense

Ecrivain
Sans public
J'incarne la métaphysique
Un matin
Sur un banc
A l'aube d'un jour blanc
Comme une page
Un peu sage
Qui verrait se dérouler
Mes cris
Mes écrits
Mes pas prêts-à-fouler

Hell, oh ! L'enfer c'est les autres
Sur mon trône d'outre-tombe je salue tous ces apôtres

Un jouet
Animé
Par la vie souffle-pensée
Une histoire
Racontée
D'après historicités
Un cowboy
Spationaute
Mélangé du moule à gauffres
Synthétique
En plastique
Virtuel même c'est si cruel

Face au roi
Légendaire
Qui ne meure dans l'imaginaire
La recherche
D'un calice
Fait de lui une crême-câlin
Immortel
Le malin
Au fil d'une douce caresse
Celle d'acier
Fer forgé
Par l'ultime divinité

Alors qu'est commencée
Une mélodie désincarnée
Référant à la Tour
Ce que je m'en vais lui penser

Pistolet
Pourquoi pas
Quatre à quatre ils marchent au pas
Rayés jaune
Rayés noir
Les arizones payent l'espoir
Attaque
De banque
Six coup y'en a un qui manque
Pour le coup
Chanceux
Du chapeauté cavalier
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #9 le: 26 octobre 2019 à 16:48:15 »
VI - Rapport à reprise I
_____________________________________________
Pour raccrocher le fil :
Les axes scénaristiques s'ouvrent, avec mes propres métaphysiques autant que celles de l'imaginaire collectif. En l'occurrence, Roland et les deux Guillaume vont aller chercher des informations auprès du Mérovingien... Parallèlement ou succintement, je ne sais encore, il faudrait chercher et trouver l'anneau Pi...
_____________________________________________
Devrait s'ensuivre pour la quête, les incarnation de Pi donc, ainsi que Varpenir, les Amortels, First Comet et Scalès...
_____________________________________________
Tout ceci pour un glitch final que j'ai envisagé une ou deux fois mais que je ne sais pas trop s'il sera narré ou non...
_____________________________________________
D'une dynamique évolutive et permissive peut-être un peu trop, je ne sais, toujours est-il que je poursuis une libre action de la métaphysique elle-même, au sein de cette fiction sensée la justifier dans le monde physique.
_____________________________________________
Je ne sais pas encore comment articuler tout ceci, mais ce n'est ni un unique moi ou un énigmatique divin qui me sussurrerait ces mots à mes doigts... que suis-je dans tout ça ? Même pas un délire d'écrivain à la recherche vaine de mots, mais bien un être réflexif qui se pose des questions lui apparaissant sensées et pertinentes... à propos de quoi ? D'un roman, de lui, de l'entendement, d'autrui, de la logique et de tout un tas de métaphysiques...
_____________________________________________
RAVOR... C'est un peu comme une formule conceptuelle. Ce n'est pas un titre, c'est un nom.
_____________________________________________
L'humain créateur d'une entité non vivante n'est-il pas plus démiurge que le parent au produit infiniment trop humain... Ou est-ce la création de l'humain qui fait de dieu, Dieu ?
_____________________________________________
RAVOR... C'est un objet presque religieux pour moi. Je vais y trouver ma propre version des faits métaphysiques.
_____________________________________________
Rapport à reprise, oui.
Bon, j'ai écrit quelques centaines de caractères. C'est pas ouf de ouf non plus. Mais comme je continue ce petit journal, que j'ai écrit le début de l'ôde à Roland, et que mes idées s'assemblent un peu... eh bien, je peux peut-être... peut-être... continuer dans un avenir qui verrait quelque espoir de réalisation.
_____________________________________________
Mais en attendant, motus. Chut. Bouche décousue, on aurait lu quelque dévolu au texte, quelque mot en prétexte d'un paratexte. Alors quoi ?
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #10 le: 29 octobre 2019 à 19:03:51 »
VII - Rapport au début du chapitre 3
_____________________________________________
Je ne sais vraiment pas comment partir.
Tout me semble incertain. Vacillant. Je n'ose poser cette réalité qui ferait exister un Roland dans l'implication que mes mots se permettent. C'est effrayant de paranoïser à demi-sérieusement sur cette éventualité. Et je bloque... Je ne sais pas comment les faire agir ces personnages, et tant que je n'ai pas choisi, tout reste possible.
_____________________________________________
Par ailleurs, je crois avoir peur de continuer jusqu'à la fin. Si tant est que j'arrivai à faire les bons choix scénaristiques, ou tout simplement à faire des choix scénaristique, tout court, eh bien je n'en serais pas mieux loti en ce qui concerne mon ambition de mener à bien ce projet. Quelle triste mort que celle de l'élaboration du dévoilement d'un secret...
_____________________________________________
Et pourtant. Il y a dans ma scription quelque chose de salvateur, autant que d'inéluctable. Je crois poursuivre quelque tapis roulant, courir sans vraiment en avoir le choix, puisque quoi, je respecte à peu près mes principes en me tenant à mon travail, et la rigueur qu'il impose, sans pour autant me renier par l'aliénation. Et donc ce journal.
_____________________________________________
RAVOR. Comme un tendre morceau de chair à déguster.
_____________________________________________
En l'occurrence, je crois que je préfère le journal de ce roman que le roman lui-même. C'est souvent un mien effet : j'articule les annexes en principales et les principales en annexes. Ce qui a pour découlement tout un tas de réattributions de valeurs, qui s'autodéterminent par égalisation systémique à l'aléatoire de m... et donc, je m'enfonce dans le récit du récit, comme je l'ai déjà fait dans le passé, et puisque je considère qu'un être se doit d'être accompagné de son ontologie phénomonologée...
_____________________________________________
Bon, ce chapitre trois, il se passe quoi ? Eh bien le Mérovingien. J'ai bien sûr une effayante angoisse à l'idée de devoir salir cette icône. Tout au plus de reluisage sale, humainement arriverai-je à faire ressortir quelque relief qui ne seraient pas trop désaccointants avec l'idée elle-même, encapsulée dans l'irréel, et que je tente d'extraire avec tant de difficultés...
_____________________________________________
Donc, le Mérovingien, les Granites, Roland et les Guillaume, pour l'instant quelque quoi... Comment introduire la scène ? Quel lieu ? Que décrire et que penser pour que s'agite devant l'oeil du lecteur cette illusion de l'esprit qu'il y aurait une histoire qui déborderait de pixels de papier ? Muh !
_____________________________________________
Toujours est-il que s'il fallait articuler des choses et d'autres, ces réflexions autour d'un produit que je me dois de terminer... alors oui si tout ce que je pense à propos de ce roman est inscrit ici ou ailleurs, dans ce cas je n'écris que spontanément, sans y réfléchir... et pourtant tout n'est pas inscrit. Je voudrais qu'il le soit. Je voudrais. C'est obsessionnel oui.
_____________________________________________
RAVOR. Un emblême, un blason, un écu ou... Synonyme épique de stagnation, il est le reflet de ce centre-miroir de ce quoi que quoi.
_____________________________________________
Début de chapitre trois, et je fuis ici pour ne pas écrire ce truc.
_____________________________________________
J'écoute de la musique.
_____________________________________________
Le frigo grésille.
_____________________________________________
La lumière de la nuit.
_____________________________________________
Clos dans ma phobie.
_____________________________________________
Alors, justement, je crois que je vais écrire, mais non, vraiment, je l'ai écrit alors que je n'y crois pas, je ne crois pas, non. Alors qu'en est-il de mon entendement, de ma volonté, de mon unicité, de mon moi dans ce qui se fera ou pas ? Horrible d'avoir à se poser la question. Celle qui fait que nos mots doivent parfois avoir raison. Ou non. RAVOR, ce qu'il en reste, c'est l'effort qui atteste que je ne teste que quelque autre retors système matriciel... C'est un roman mais ce n'est pas que l'iceberg qui a la partie immergée du titanic. RAVOR.
_____________________________________________
J'ai même pas envie d'y penser, j'avais mon micro-flash d'une demi-seconde, genre 'RAVOR, l'histoire de...' trois petits points. 'Qui se déroulerait ainsi', faut-il ajouter. Et développer, genre avec des trucs que je m'en fous complètement, si Roland ou Guillaume iront jusqu'à sauver Stephen ou pas dans un passé de non-temps ou pas, une humanité périmée, je ne sais pas, mais toujours oui, que quoi que ce soit ça me gave d'avoir à le faire, et pourtant... principe à tenir, un projet.
_____________________________________________
Là je me déchaine simplement. J'écris sans écrire, parce que RAVOR au final ne saurait être solipsiste dans mon temps scriptif. Et comme j'ai autre chose à faire que le développer, je me libère de mon activité prospérant ma quiétude à la fois sur ce terrain et sur autre chose de plus vomitif. Ce journal pas vraiment serpillère...
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 012
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : RAVOR [journal de bord]
« Réponse #11 le: 02 novembre 2019 à 18:16:52 »
VIII - Rapport à rien
_____________________________________________
Merde. Et si je perdais volontairement le conrôle...
dans ce passé à peine parfait, ce début de je-ne-me-rappelle-pas...
pour trouver les mots, ceux qui m'animent moi...
pas envie de lire, pas envie d'écrire...
penser, à peine, dépenser si j'ose dire, mais surtout mourir...
par vie appliquée évidemment ou pas c'est là que...
dans le temps de quelque rien...
je cherche Roland avec des mots pour l'illustrer...
et comme il est avc moi, l'un mène à l'autre, et incarnent...
de fait.
Rien.
_____________________________________________
RAVOR. Rien à voir.
_____________________________________________
En tous cas...
"J'fais ma prowmo", baragouine SCH dans mon enceinte bluetooth...
_____________________________________________
Et pourquoi pas admettre un retard un peu trop just oui, mais non, cette histoire c'est donc trop passé, et le contrôle je l'ai perdu déjà déjà...
_____________________________________________
Perdues les idées, elles valaient pour elles-mêmes, sans autre volonté que d'exister et briller, le temps d'un scintillement et tout ce qui vaut comme aboutissant d'une miraculeuserie médullosurrénale, jamais là, jamais, il m'aura fallu tomber quelques moments avant de toucher terre, mais qu'en est-il toujours du temps présent ?
_____________________________________________
Et puis la playlist continue de me hanter. En réfère, à l'autre monde d'un procès, un procès.
_____________________________________________
Echolalie, oui. Syllabolalie, s'il aurait fallut d'autres sismographies de mes vertêbres, je ne sais ce que truffe. Mais bon, pourquoi quelque moi n'aurais pas le droit de faire quoi que ce soit de ce que quoi ? J'ai jamais rien compris aux romans que je lisais, il faut l'avouer, c'est pas la fiction que je cherchais, c'était le réel.
_____________________________________________
Et RAVOR. Ne peux être un roman que s'il mêle les deux pans monisés monétisés monialisé monologosé, et autres trucs un peu arythmétriques...
_____________________________________________
Bon, dans tout ça j'ai un vieux trucs à écrire, ça me soule parce que je suis pas du tout romancier, pas du tout écrivain, moi je voulais juste... c'est con... je voulais 'rêver'...
_____________________________________________
Bèh ouais. Comme quand tu dors, en vrai, dans la réalité, et s'enfuire... c'est pas beau ou agréable... pour moi c'est utile.
_____________________________________________
J'en ai besoin. Il me faut ma dose de ce processus cérébralement prouvé et mystiquement admis, le fait que je pense, et que même si je voulais arrêter, je crois que je n'y parviendrais pas.
_____________________________________________
Bon, et ce roman, pourquoi je dois l'écrire ?
_____________________________________________
Un principe à tenir.
_____________________________________________
Sinon quoi, tout s'effondre et il n'y a plus rien ?
_____________________________________________
RAVOR. Roland et les clones vont voir le Mérovingien, donc je dois faire une scène... disons une intro en ascenseur pour rappeler le film... et puis un diner dans un environnement totalement différent, à l'inverse... Donc... le personnage comme l'environnement et la référence font immédiatement du contexte quelque chose de conversationnel autour de notions conceptuelles, philosophiques... elles se doivent pourtant de refléter au mieux la qualité et la profondeur de tout ce qui implique... bin pourquoi pas une suite du dialogue sur la causalité ? Je risquerais des choses, et ce ne serait pas très original, et pourtant.
_____________________________________________
On verra bien.
Pis là... à chaque fois que je me dis, 'je vais plus loin dans la réflexion'... un autre moi me dis 'non, développe ce que tu as'... pis bin on verra.
_____________________________________________
Donc, donc donc donc...
Roland est quand même le personnage principal, mais je n'ai aucun souvenir ou presque de ma lecture de la septalogie, et bien sûr je ne prenais ni de notes ni d'analyse ni de synthèse ou d'un quelconque compte rendu travaillé ou non à propos de celle-ci...
_____________________________________________
Donc, donc donc donc...
Roland sera très largement largemé...
_____________________________________________
Pis sinon. Eh bien, ah oui... ah oui. La seconde fois que je repense à ces métaphysiques de l'imaginaire oui ! Donc : ils vont chercher Pi, parce que le Mérovingien leur a dit d'aller chercher l'anneau. Mais qu'est-ce que cette connerie ? Eh bien heu j'ai la flemme de m'expliquer.
_____________________________________________
Et ensuite ?
Peut-être un truc genre Varp... suis pas sûr d'y voir quelque chose d'utile, mais au moins les amortels ? Comment ! Hen tous cas, il y aura... Le rémy absent de l'universion, probablement quand même, mais à la toute fin. Et après la fin ? Et entre ?
_____________________________________________
Tout va bien vite lorsque les mots sortent sans réflexion... je repense aux Ents de ce cher monsieur Tolkien. Pareil pour ce truc : j'ai retenu un détail qui repope : le parlé lent, le temps pour prendre les choses, selon cette race... Genre :
_____________________________________________
Tourner sept fois sa langue avant de parler.
_____________________________________________
Qui fait ce truc ?
_____________________________________________
Il faut répondre, engager la conversation, ne jamais la voir s'essouffler... Rien à voir avec l'opposé non plus, en revanche oui, ne pas se taire...
_____________________________________________
Mais lentement, développer, prendre le temps.
_____________________________________________
C'est valable pour RAVOR.
_____________________________________________
Un processus un peu mécanisé me révèle à moi-même, et alors ? Ces mots sont déliropathes mais je m'y retrouve peut-être mieux par ponctuation de l'intraçabilité de mon instant.
_____________________________________________
Donc... Donc, donc, donc :
Il faut quelque chose, je dois fournir un contenu artistique qui me reflète en tant qu'artistiquation de l'humanité instituée, par romancerie annexée, par déliropathie oui...
_____________________________________________
Mais.
Où ?
_____________________________________________
Que ? Quoi ? Pourquoi ? Comment ? Les éternelles question qui vraiment... me gavent.
_____________________________________________
La raison et ses raisons...
expérience scriptive
page perso

" -"Barney, take me back to solitary confinment
Cause this little lamb has just been silenced"
- H.Lecter"
- ERB

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.059 secondes avec 23 requêtes.