Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

29 mai 2020 à 01:57:59
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Aube, Ben.G, Claudius) » Ohm

Auteur Sujet: Ohm  (Lu 739 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 138
  • 💡
    • mordelang
Ohm
« le: 08 octobre 2019 à 02:50:12 »
Ohm

Fante
Mots, dîmes ensemble
Un nous rassimilé
A ce noir en cendres
Au goût acidulé
Décadence

S'anime le corps
Des mélodies
D'une onde de choc
Félonnie
Chateaux forts
Harmonie
De nos cors

Lecture éclectique
De mes bitures à bourriques
L'horticulture au tic
Tactique de mes horlogeries
N'est pas ce que plurent les pluies

Je ne sais pas
Toujours pas
Pourquoi ce qui chante vibra
En un centre de ce quoi que ce soit

Va-donc, chère cible
La flèche te suit si c'est toi la souris
Et le chat dans tout ça
Se lèche autrui
Pouah, ça fuit ça luit ça nuit, quel drible
Dirigeable à souhait dans ce qui se fit d'illusoire
Je ne sais ce que je passoire
Toujours pas le soir

Car le matin au carrelage de satin, est un curieux tapis pour un chauffement de barratin : des sons, des rimes, du rire sur le chagrin, je ne puis présentement dire ce qui vint ou non à l'origine de ce monceau de mots, ces rots de mon cerveau en bulles à chapeau, en tulle de tutu ou tuer n'est pas jouer, puisque n'est-il soufflé ? Ce riz, ce rire, cette démentiation qui me tient, qui s'affirme alors que rien, ne confirme ou ne dépeint l'infirmité de mes mains qui agités de mouvement se lance dans le renouvellement de ce que je n'entends. C'est. Pourtant. Désaccointant.

Alors, je migre.
Moi l'ogre.
Dénigre.
La gare.
De mes loges.
Au hasard.
Qu'un navire.
En dérive.
Aurait gravelé.
Pour gravir.
La vague.
L'agrypnie en vrac.
De mes hystéripséités.
Espérances à l'authenticité.
Transparente.
Sans conscience puisque.

Non c'est un non-sens.

"Il n'y a pas plus de lui qu'il n'y a de quoi, alors pourquoi ce petit quoi que ce soit aurait dit ou écrit, je ne sais pas, qu'il fallait que se poursuive quelque régulation de production. Non, il en invoque ce petit personnage, il ne sait pas dans quoi il nage, et pourtant lorsqu'il tourne la page, c'est qu'il se noie au lieu de faire ce que partagent les poumons, les poumons de Fante respirent sous contrainte, oui, non, c'est nous les plus à plaindre, c'est nous qui atomisons les grandes entités, alors..."

Fante...

Dans un cockpit.
Se dépite.
A lui-même.
Lorsqu'orbitent.
Ses blasphèmes.

Or donc... hoquette...
La trempette !
Exclamette, je ramette dans les mammisphères, l'eau c'est en océan qu'au séant de mes sentiments, je sens ce fulminement, bullant, trucculent univers oui, intransigeant, instantané, lambinant contre denrée, démembrée, à l'encontre d'un Fante qui... oh... ce serait téléporté !

"La pense..."

Une note, de silence
Loupiote, dans l'absence
De spot, à incandescence
Le son...
De mes frottement, forcément, entre les atomes de l'entendement, ce dont est fait le cosmos de mes idées, celui que je parcours pour le consturire, en tout petit, dans mon moi de quoi...
Leçon...
A mes intentions

Non.

Ne pas découvriller.
Ne pas valillusionner.
Ne pas démonologuer.
Ne pas dropiniatreter.

Mais...

Déverre ouille et
Valsil usin non est
Comme on ne log ces
Drôles de panier traités

Dabulimarticulécémos
Le phameux
Le plat-mèche
L'affaminé
Des artifesses
Feu aux folles
Lait des pistoles
Balles contre bol
Bulles contre bal
Billes contre bill
L'enfant bien sûr, qui de signature aurait transparu dans la nature de ce qui se fait d'humain, c'en est certain...

Une mélodie.
Encore.
Parce que ces mots durs, ces mots à dire, ces mots d'y-verra-t-on un mot-direction, un mot-dicton ?

Je ne sont.
Sommes s'ils font.
Un somme à l'oraison.
Qu'en somme nous suivons.
Sans que personne.
N'en puisse dire non.
Pourquoi l'heure sonne.
Pourquoi la seconde des noms.
Se prononce à Perséphone.
Reine de nos démons.
Ces consonnes.
Ces tromblons.
Que l'on se donne.
Contre bon don.
C'est ça qui nous assome.
Lorsqu'il n'y a plus que fond.
Sans autre son qui résonne.
Que.
Tes diamants
Sèche-les

- SCH -

Hors ligne ortoolski

  • Aède
  • *
  • Messages: 237
Re : Ohm
« Réponse #1 le: 10 octobre 2019 à 18:33:30 »
Slt Dot Quote!

Tellement original que je ne sais pas quoi en penser si ce n'est que tes écrits me font penser à du Damasio par moment!
Et que tes néologismes m'ont bien fait marré😁

Pour Fante tu pensais à Dan ou à John ou au deux?😉

Hors ligne Aleshanee

  • Tabellion
  • Messages: 32
Re : Ohm
« Réponse #2 le: 18 octobre 2019 à 10:30:12 »
Ton texte m'interloque. N'est-il que musique et fantaisies ou bien y a t il un fil conducteur ?
Si ce n'est pas indiscret, j'aimerais bien savoir de quoi parle "concrètement" ce texte. Enfin, en substance. J'ai des pistes, mais qu'en pense l'auteur?

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 138
  • 💡
    • mordelang
Re : Ohm
« Réponse #3 le: 19 octobre 2019 à 11:12:07 »
hey salut à vous, vos impression me font chaud au coeur

Ortoolsy : excuse moi du retard, je ne savais pas comment répondre à ta question sans passé pour un aculturé... Fante, c'est mon personnage désincarné qui, dans son premier récit publié (pas ici), n'agissait jamais en tant que sujet d'un verbe... il n'est référence qu'à lui-même : c'est un fante homme !

Aleshanee : hihi c'est beaucoup de fantaisies et de musique, je dois le reconnaitre. Après, pour cerner 'un' propos au texte, 'un' fil conducteur... je crois que ce serait une erreur. D'une parce que mes textes se rassemblent en un univers qui est lui, peut-être, à considérer ainsi en tant que travail d'art total gratuit et généreux. De deux parce que selon moi tout est lié et je ne peux pas aborder, par exemple, la déréalisation de Fante, sans partir dans un maelstrom peu concret. De fait, je crois pas que mon texte 'parle' de quelque chose, il a beau divulguer une substance, ce n'est ni moraliste ni engagé ni quoi que ce soit qui imposerait une vision au lecteur. Au contraire, je cherche à le laisser libre et ne pas lui imposer la tyrannie de mes mots.

J'ai conscience de répondre un peu flou,
Excusez-m'en je ne peux mieux,

Au plaisir
Tes diamants
Sèche-les

- SCH -

Hors ligne ortoolski

  • Aède
  • *
  • Messages: 237
Re : Ohm
« Réponse #4 le: 20 octobre 2019 à 11:52:09 »
ah ok autant pour moi j'avais pas pensé à ça😁

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 138
  • 💡
    • mordelang
Partiellement lui
« Réponse #5 le: 14 décembre 2019 à 19:06:47 »
Partiellement lui
Conflits d'un monde unicosmique.
Sur une étiquette un nom, et à côté une sonnette. Fante est le bouton du dernier au sommet de l'immeuble. Derrière la porte, des doigts clavecinent...
Une partie obscure du cerveau à balancé d'une résistance de courant, dans quelque synapse qui transmet alors un passage de flux. Un mot sort, dans l'écran de la conscience. 'Fou'. Et en un rien de temps le mot se pare d'une phrase autour de laquelle s'articuler. Mais il est parti avant, et voyage vers le clavecin. La colonne vertébrale est vite dépassée, à l'épaule, droite, puis gauche. En parallèle le long des bras jusqu'aux coudes posés, qui effectuent un angle, un virage pris à toute vitesse en direction des poignets. 'Fou' n'a pas le temps de se raisonner, il brise les phalanges d'un ballet que lui-même n'a pas compris. Il est ces trois lettres qui en un rien de temps ont marquées les caractères appuyés. A l'écran, un mot, dans le cerveau quelque part, une phrase se lance, mais les mots s'éclatent. Il faut un avant, avant 'fou'... et un après. Bras gauche, bras droit. Azerty, c'est des automatismes dans les désaxes de nos symétries. Et dans un siège, un dos pense qu'il va devenir fou, vautré ainsi. Un dictionnaire rempli la définition de la norme, et à côté un livre d'histoire retrace la généalogie.
Echap.
- Non, ce n'est pas ça la phrase, laisse moi faire.
Une voix n'est rien, elle n'est pas. Ce sont des mots qui s'assemblent, qui résonnent, qui tremblent dans la caverne de ce fantôme, ce bonhomme d'atomes concaténés et groupés depuis fécondation.
- N'est fou que celui qui...Non, c'est pas ça.
Les doigt frémissent.
Un coude voudrait répliquer une douleur. L'épaule une faute. Les jambes haussent des chaussons, dans lesquels les orteils ont quelque éventail à imiter.
La musique porte quelque scription dont les relevats intérieurs auraient quelque chose d'atroce. Une électrocution à la limite du létal. Les phalanges craqueraient bien dans leurs gonds. Les articulations pincent des nerfs enflammés par les mots à décider, dont chacun veut choisir sa direction.


Alors les mots frémissent
Et de leur gémissement
Se titre mon enfermement
Les prémisses d'un naugrage
L'ivresse des trop-sages
Se referme la page
Tes diamants
Sèche-les

- SCH -

Hors ligne Cheeseback

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 118
Re : Ohm
« Réponse #6 le: 15 décembre 2019 à 07:00:26 »
Yup !
C'est chaud le morning de s'atteler à un truc pareil... Mais j'ai eu une pensée (dès fois ça arrive...) A force de jouer avec les mots, les mots se jouent de nous... Je reviendrai plus longuement sur le contenant et peut-être le contenu quand les zones nécrosées de mon cerveau voudront bien s'éveiller à la Thorazine, mais une fois de plus c'est riche...

I don't leave my hat on

Anna

Hors ligne Feather

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 497
Re : Ohm
« Réponse #7 le: 15 décembre 2019 à 09:51:17 »
Dot Quote,

Ton poème se prête bien à une lecture orale. Tes enchaînements sont fluides et transparents, on n'y décèle un déroulé finalement tangible.
On se prend aux mots, c'est intéressant de percevoir ces butées, ces idées entrelacées qui définissent la complexité de ta pensée qui ne reste jamais suspendue mais qui trouve des sorties algorithmiques.

Les larmes sans pleurs sont une lanterne.

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 138
  • 💡
    • mordelang
Re : Ohm
« Réponse #8 le: 15 décembre 2019 à 23:33:10 »
yopiyap !

les mots ne sont que les illusions avec lesquels nous nous servons la réalité, je crois affirmer...

oui Feather, tu remarques bien comme j'aime à oraliser l'écrit : après tout si scinder le vocal et le manuel est devenu il y a peu une mode pour distinguer les modes d'expression, tout de même à la base je reste persuadé que l'incarné remplissait bien une fonction de traduction de l'éphémère... du coup j'aime tracer ces courbes qui se rejoignent entre conserver l'ambiance qui sied à l'écriture, et garder un lien avec ce qui résonne dans la tête, le plus souvent une voix pour prononcer les mots :)

au plaisir !
Tes diamants
Sèche-les

- SCH -

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 22 requêtes.