Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

19 novembre 2019 à 08:16:45

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Deux heures ne suffisent pas

Auteur Sujet: Deux heures ne suffisent pas  (Lu 360 fois)

Hors ligne BAGHOU

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 481
  • Reflet de l'humeur du moment
Deux heures ne suffisent pas
« le: 01 octobre 2019 à 08:35:43 »
Deux heures ne suffisent pas

Depuis quinze jours, peut-être trois semaines, je croisais tous les matins un vieux Monsieur, vietnamien certainement, dans ce quartier de la ville, cette communauté y était importante. Naturellement, je lui souriais, sans pour autant qu’il fasse de même. Ce matin, l’improbable se produisit, je ne souriais pas, en passant à mes côtés j’entendis dans un français approximatif : « Vous … allez pas bien Mademoiselle ?» «Non, il y a des matins comme ça. » Un sourire crispé et je passais mon chemin.

Deux heures ne suffisent pas …

Hier, 21 h 39, selon une expression bien connue « la messe est dite », aucun évènement précurseur pour m’alerter et pourtant, j’avais pris des précautions encore une fois. Elles ne sont que des leurres. Cette messe avait un relent de déjà vu, les mots sont presque identiques et même répétés pour certains. Mais cette fois-ci, le clou est enfoncé avec force et détermination, la douleur couplée à la peine est inattendue. L’effet de surprise est tel que le KO n’est pas loin.

Deux heures ne suffisent pas …

Je me croyais blindée par des années de froideur protectrice et protégée par des murs infranchissables. Je me croyais incapable de ressentir de nouveau cet appel du néant et pourtant je l’entendais distinctement cette version masculine du chant des sirènes. Maintenant,  je me trouvais devant ce gouffre, je le connaissais pour y être déjà tombée et je savais qu’il me serait quasiment impossible de remonter. Bascule, bascule pas, bascule,…

Deux heures ne suffisent pas …

Je me suis laissé tomber consciemment. Il me fallait  vivre de nouveau cette expérience de la chute pour que cette nouvelle souffrance que je m’infligeais en connaissance de cause amenuise celle reçue plus tôt. La Douleur plus forte que la douleur, la Peine plus forte que la peine. La descente n’est pas si rapide, si vertigineuse, elle se fait par paliers sur plusieurs heures. Je suis freinée par quelque chose ou par quelqu’un, impossible de savoir et cela ne m’intéresse pas. Mon but arriver en bas et tout oublier dans le noir du néant.

Deux heures ne suffisent pas …

Je n’arriverai jamais complètement en bas et pourtant j’y étais presque. Certaine encore que cette solution était la bonne, la plus simple, la plus logique et surtout la plus radicale.  Le doute pas mon ami d’habitude est venu à ma rencontre. Alors, sans autre choix et pour ne pas rester entre deux états, j’ai entamé ma remontée à la force des bras en m’accrochant à certaines parois qui n’existaient pas auparavant.

Deux heures ne suffisent pas …

De retour à la surface, il me faudrait faire des choix et prendre des décisions. J’avais commencé pendant ma remontée, mais cela n’était pas suffisant. Le sommeil m’aiderait …

Deux heures ne suffisent pas …

Au réveil, j’étais à nouveau debout, encore sonnée par cette nuit et peu vaillante, mais la journée m’apporterait d’autres réponses et d’autres signes.

(Ailleurs … de l'autre côté du miroir)


                                Le temps ne suffira pas, l'amour devra m'y aider

Depuis deux mois, peut-être trois, j'allais tous les jours à la messe. Je priais, avec ma coreligionnaire, certain que de cette manière, nous trouverions le paradis après avoir risqué l'enfer. Imaginant qu'elle pensait que je perdais la foi, j'ai répété mes vœux. Et pourtant, ce matin, l'improbable se produisit : je suis au purgatoire. Mon Dieu, qu'ai-je fait ? Voulais-je demander. Mais ma voix, usée de chanter les louanges, ne porte plus vers le Ciel.

Le temps suffira-t-il ?

Hier, 21h39, selon l'expression consacrée "ainsi soit-il", sans prévenir, je souscrivais à notre croyance. Elle n'y a pas cru. Cette confession, je la voulais sincère, avec des mots venus du cœur, les mêmes que j'avais déjà écrits. Mais cette fois-ci, je les disais à voix haute, avec force et détermination, la compréhension et la joie en étaient attendus. L'incompréhension surgit, la force des mots est allée trop loin.

Le temps suffira-t-il ?

Je croyais avoir franchi les murs du château qu'elle avait érigé comme des remparts. Je la croyais prête à ressentir de nouveau cet appel de la vie et pourtant elle n'entendait que les cris des guerriers de l'Apocalypse. Maintenant, nous nous trouvions devant l'Enfer, nous le connaissions pour y avoir déjà brûlé et je savais qu'il nous serait impossible d'en ressortir. Tomber, ne pas tomber, tomber…

Le temps suffira-t-il ?

Elle a basculé et je l'ai suivie consciemment. Il me fallait entrer de nouveau dans les flammes pour que cette nouvelle souffrance qu'elle nous infligeait en connaissance de cause amenuise celle causée plus tôt. La douleur contre la rédemption, la peine contre le pardon. Le gouffre est sans fond, je ne cesse de me cogner aux parois qui me meurtrissent, des heures durant. J'essaie de ralentir notre descente, je l'appelle, je supplie, mais elle ne me répond pas et ne me comprend pas. Elle veut tout brûler et tout oublier.

Le temps suffira-t-il ?

Elle n'a pas réussi à nous détruire. De toute manière, je ne l'aurais jamais permis. Certain qu'un avenir commun est la bonne solution. Ni la plus simple, ni la plus logique, mais la plus sûre. Le doute qui s'accrochait avant à moi cette fois-ci ne m'a pas effleuré. Si elle avait refusé de faire demi-tour, je l'aurais rattrapée et l'aurait obligée à remonter en m'accrochant à certaines branches qui sont prévues depuis toujours.

Le temps suffira-t-il ?

De retour à la surface, il me faudra entendre ses choix et ses décisions. Elle avait commencé pendant la remontée, mais cela n'est pas suffisant. J'espère que l'amour l'y aiderait…

Le temps ne suffira pas…

Il me faudra aussi faire preuve d'amour. Aujourd'hui, j'étais à nouveau debout, encore sonné par cette nuit et hésitant, mais ce sentiment me guiderait vers mon destin : je veux l'unir au sien.


(De retour de ce côté du miroir)

                                              Et si… j’avais écrit une suite

Le lendemain matin, je croisais à nouveau le vieux vietnamien, incroyable, son hochement de tête, j’ai esquissé un sourire en retour.

Ainsi la vie reprenait son cours normal, les flots chargés de boue et de branchages avaient laissé d’importantes traces. Deux petites heures de sommeil ne suffisaient pas, mais c’était un début.

Reprendre les automatismes d’une journée standard est une gageure.

L’estomac se crispe devant la nourriture pas la peine d’insister. La tête rumine ses dernières idées noires avant d’opérer sa réinitialisation et son redémarrage. Le cœur est étrangement oppressé, le point de douleur ressenti gêne la respiration. L’état général intérieur ne semblait pas glorieux mais pas non plus catastrophique.

Le miroir de la salle de bain renvoie une image sortie d’outre-tombe, seul signe extérieur que les coups reçus ont été rudes. Mais, les coups de qui en fait ? Les miens, les siens. Cette première question méritait une réponse. Et objectivement, les miens m’apparaissaient plus violents, voire extrêmes. Pourquoi ? Les réponses étaient multiples : colère, peur, déception, découragement, … un mélange de tout.

Marcher dans la rue me fait du bien, les lignes de mon texte commencent à me trotter dans la tête avec un leitmotiv. Cette première étape consistant à coucher mes états d'âme sur un cahier me permettra de retrouver les bases fondamentales et les repères habituels, curseurs indispensables pour avancer.

J'attendais un appel ...

… La suite restera privée… du moins pour l'instant.


« Modifié: 04 octobre 2019 à 07:38:49 par BAGHOU »
"La critique, art aisé, se doit d'être constructive." Boris Vian dans l'Herbe rouge.

Hors ligne txuku

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 234
    • BEOCIEN
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #1 le: 01 octobre 2019 à 10:44:24 »
Bonjour

Oui mais c est un peu court comme demarrage ! :o

Un nouveau style ?
Pour l instant les temps sont corrects.........
Juste une lourdeur et des alliterations du meme tonneau :
Citer
sans pour autant qu’il en fasse autant
suivi de pourtanty et passant.........

Pardonnes moi d etre un peu lourd aussi - il me manque un cafe ! :-[
Je ne crains pas d etre paranoiaque

"Le traducteur kleptomane : bijoux, candelabres et objets de valeur disparaissaient du texte qu il traduisait. " Jean Baudrillard

Hors ligne True Duc

  • Tabellion
  • Messages: 53
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #2 le: 01 octobre 2019 à 13:56:44 »
Bonjour Baghou,

Le nietzschéen"chaos en soi pour accoucher d'une étoile", le besoin d'être en bas pour remonter.
J'ai bien aimé cette histoire de chute dépressive, c'est tellement universel.
J'y vois la conséquence d'une rupture brutale...de plus. Mais mon interprétation est subjective. (normal, quoi)

Si je peux me permettre, à brûle pourpoint:
-l’Intérêt du Monsieur Vietnamien ? Pour boucler l'histoire, je pensais qu'il allait réapparaître pour le final apportant réponses et/ou signes .
-approfondir sur le champ lexical, de métaphores autour du sommeil pour bien souligner implicitement les "deux heures de sommeil à venir"
-plus "d'actions, de supense" pour la remontée m'aurait plu

Citer
Je suis freinée par quelque chose ou par quelqu’un, impossible de savoir et cela ne m’intéresse pas
Ah ben si, z'veux savoir, moi.

« Modifié: 01 octobre 2019 à 13:59:52 par True Duc »
"Un vrai duc, un vrai baron, violent depuis les couilles du daron"  (Elie Yaffa)

Hors ligne BAGHOU

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 481
  • Reflet de l'humeur du moment
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #3 le: 01 octobre 2019 à 14:48:16 »
Bonjour Txuku,  8)

J'ai encore les yeux dans les vapeurs d'une nuit trop courte,  ::) 8) Toi, tu es étonnamment au taquet, même sans le dosage de café habituel. En plus ton œil de lynx voit ces quelques malfaçons bancales. :-¬? Je suis donc impressionnée. 8)

Citer
Un nouveau style ?
Ai-je vraiment un style d'ailleurs ? :o Effectivement c'est inhabituel et j'espère ne pas y revenir. :noange:
Citer
Pardonnes moi d etre un peu lourd aussi
Aucune lourdeur chez toi, assurément. 8) :P

Bonjour True Duc, 8)

Citer
Mais mon interprétation est subjective. (normal, quoi)
La réalité n'est pas si éloignée et aussi tellement proche. :-¬? :-¬?
Citer
l’Intérêt du Monsieur Vietnamien ?
Rien de plus vrai, je l'ai croisé ce matin comme tous les jours précédents. Il trouve donc ici sa juste place. Peut-être que demain nous nous croiserons et alors effectivement, je rajouterai une ligne pour qu'il conclut à sa façon ce texte.
Citer
-plus "d'actions, de supense" pour la remontée m'aurait plu
Effectivement, j'aurais pu, mais il me faudrait alors aller au-delà de ce que je voulais livrer. Compliqué, mais je garde l'idée. 8) Merci.
Citer
Ah ben si, z'veux savoir, moi.
Toute curiosité ne peut être satisfaite. ;) :) et je m'en excuse.


"La critique, art aisé, se doit d'être constructive." Boris Vian dans l'Herbe rouge.

Hors ligne True Duc

  • Tabellion
  • Messages: 53
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #4 le: 01 octobre 2019 à 15:18:16 »
Autant pour moi. Tu viens déposer  ici du réalisme, de l'auto(fiction), du monologue intérieur.
Ainsi, en effet,  le vieux monsieur vietnamien ne peut pas être remplacé par un nourrisson suédois,et, trop d'action surfaite dénaturerait ton entreprise.

True Story cathartique Ça fait du bien d'en écrire/d'en lire.
Je ne veux pas en savoir plus. Clin d'oeil.
« Modifié: 01 octobre 2019 à 15:21:40 par True Duc »
"Un vrai duc, un vrai baron, violent depuis les couilles du daron"  (Elie Yaffa)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 420
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #5 le: 01 octobre 2019 à 21:00:25 »

Citer
Hier, 21 h 39, selon une expression bien connue « la messe est dite », aucuns évènements précurseurs pour m’alerter et pourtant, j’avais pris des précautions encore une fois.
aucun événement précurseur me semblerait mieux... aucun moins qu'un

Citer
Je me suis laissée tomber consciemment.
je me suis laissé tomber... on n'accorde pas le participe passé à la forme pronominale -

J'ai lu et relu ce texte, je l'ai ressenti comme un moment de déprime, de solitude intérieure. Un texte qui n'a pas vraiment de logique mais d'où ressort cette idée première : tomber au plus bas pour remonter.

Je ne sais que dire d'autre, sinon que j'aime bien ce monsieur Vietnamien  ;) ;)

Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Eddiedu49

  • Scribe
  • Messages: 80
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #6 le: 02 octobre 2019 à 21:39:56 »
Bonsoir Baghou,

Un texte triste qui démontre une perte de moral, qui amène à un état dépressif
J'ai bien apprécié cette lecture ! Mais je m'attendais à ce que le Mr vietnamien ait plus de place  ;)

Merci pour ce partage  :)

Hors ligne txuku

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 234
    • BEOCIEN
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #7 le: 02 octobre 2019 à 22:15:55 »
Bonsoir

Il me semble que ce  vietnamien rit jaune........ ;D
Je ne crains pas d etre paranoiaque

"Le traducteur kleptomane : bijoux, candelabres et objets de valeur disparaissaient du texte qu il traduisait. " Jean Baudrillard

Hors ligne BAGHOU

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 481
  • Reflet de l'humeur du moment
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #8 le: 03 octobre 2019 à 07:52:20 »
Bonjour Txuku,  ;) 8)
Bonjour Eddiedu49,  :-¬?
Bonjour Claudius, 8)

Citer
Mais je m'attendais à ce que le Mr vietnamien ait plus de place

Citer
Il me semble que ce  vietnamien rit jaune........ ;D
Il est revenu comme tous les matins Eddiedu49  ;) et effectivement son rire doit être intérieur Txuku ;).

Alors, la suite écrite hier midi pendant ma pause est apparue certes en version incomplète ici, mais c'est mieux ainsi pour l'instant.

J'en ai profité pour corriger les coquilles.

Merci à tous et bonne journée. :)
"La critique, art aisé, se doit d'être constructive." Boris Vian dans l'Herbe rouge.

Hors ligne Dieter

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 296
  • Orthographe réformée = Histoire déformée
    • Dieter
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #9 le: 03 octobre 2019 à 10:22:02 »
Un texte sombre, mais prenant. Il aurait peut-être été intéressant, Baghou, que tu publies, à la suite, un autre texte, sur le même schéma, comme un jeu de miroir, avec lequel on pourrait lire, à travers ses yeux, ce qu'a vécu celui qui a prononcé ces mots à 21h39. Celui dont tu attendais l'appel, ce matin-là. Un appel qui a du arriver, allez, au hasard, disons à 9h46.

Edit : merci  :coeur:
« Modifié: 03 octobre 2019 à 15:47:36 par Dieter »
On n'a rien inventé de mieux que la bêtise pour se croire intelligent.
Amélie Nothomb

Hors ligne derrierelemiroir

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 315
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #10 le: 20 octobre 2019 à 12:10:05 »
Bonjour BAHGOU,

Au fil du texte:

Citer
Depuis quinze jours, peut-être trois semaines, je croisais tous les matins un vieux Monsieur, vietnamien certainement, dans ce quartier de la ville, cette communauté y était importante.
Il y a quelque chose d'étrange avec le jeu des virgules ici, j'aurais peut-être mis un point virgule après "ville".

Citer
Ce matin, l’improbable se produisit, je ne souriais pas
Pareil ici, j'aurais mis un point ou deux points après "produisit"

Citer
en passant à mes côtés j’entendis dans un français approximatif : « Vous … allez pas bien Mademoiselle ?» «Non, il y a des matins comme ça. » Un sourire crispé et je passais mon chemin.
ici aussi il y a des choses qui arrêtent ma lecture. "En passant à mes côtés j'entendis", c'est pas logique. La première partie fait crois qu'on va parler de lui, mais au final tu continues avec "j'entendis".  Et puis il y a une répétition du verbe "passer" que je ne trouve pas nécessaire et qui alourdit un peu le texte.

Citer
cette version masculine du chant des sirènes
je suis curieuse: pourquoi masculine?

Citer
Bascule, bascule pas, bascule,…
j'aime bien

Citer
La Douleur plus forte que la douleur, la Peine plus forte que la peine.
Je ne suis pas sûre de comprendre ça, tu m'expliques?

Citer
Mon but arriver en bas et tout oublier dans le noir du néant.
deux points après but? Ou une virgule?

Citer
  Le doute pas mon ami d’habitude est venu à ma rencontre
Je crois qu'il y a un espace en trop avant le début de la phrase, et j'ajouterais une virgule ou deux points après "Le doute"

Citer
Elle a basculé et je l'ai suivie consciemment. Il me fallait entrer de nouveau dans les flammes pour que cette nouvelle souffrance qu'elle nous infligeait en connaissance de cause amenuise celle causée plus tôt. La douleur contre la rédemption, la peine contre le pardon. Le gouffre est sans fond, je ne cesse de me cogner aux parois qui me meurtrissent, des heures durant. J'essaie de ralentir notre descente, je l'appelle, je supplie, mais elle ne me répond pas et ne me comprend pas. Elle veut tout brûler et tout oublier.
j'aime bien cette deuxième partie, même si je ne m'y attendais pas du tout après la première. On ne ressent pas que quelqu'un la suit (si j'ai bien compris).

Citer
en m'accrochant à certaines branches qui sont prévues depuis toujours
j'aime bien ça, ces branches, c'est beau.

Citer
L’estomac se crispe devant la nourriture pas la peine d’insister.
virgule après nourriture?

Alors en général. Je crois que j'ai préféré à partir de la deuxième partie. Ça a rendu le texte plus compréhensible. Et la fin aussi. Au niveau des émotions par contre, je n'ai pas ressenti grand chose, mais je ne sais pas exactement dire pourquoi. Peut-être parce que tout est assez vague. Je comprends qu'une sorte de dépression, d'angoisse se saisit d'elle, mais puisque je ne comprends pas laquelle, pourquoi (sauf très très très vaguement par des mots), comment, et bien j'ai de la peine à m'y identifier et à ressentir. Donc ton texte, je l'ai plus compris par logique d'action que par des émotions.

Au niveau de l'écriture, c'est bien écrit, même si parfois le jeu des virgules me surprenaient et dérangeait la fluidité de ma lecture et de ma compréhension. Au niveau des verbes, des temps, j'ai été surprise par moment. On passe du passé au présent au passé, tout d'un coup il y a des futurs et puis des conditionnels.

Voili voilou, merci pour le partage :)

"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Elhora

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 576
Re : Deux heures ne suffisent pas
« Réponse #11 le: 21 octobre 2019 à 17:42:41 »
Me voilà bien embêtée.

J'aime beaucoup ton début, le rythme de ton texte, la rencontre avec le vieux vietnamien, la messe etc. Mais, je m'attendais à une nouvelle, une histoire. J'ai pensé que l'héroïne avait un accident ou qu'elle allait voir quelque chose de choquant (la mort brutale du vietnamien par exemple) ou...

Mais non.

Alors, du coup, je n'ai pas compris.  :s

Je suis passée à côté, je crois. D'après ce que je lis des commentaires, c'est simplement un texte introspectif? Si c'est le cas, je suis un peu déçue parce que je suis rentrée très facilement dans tes descriptions et j'attendais vraiment une histoire.

En tout cas, c'était prenant.

 :mafio:
"Nous avons terminé la vaisselle en partageant le silence qui s'était installé entre nous. Parfois, c'est tout ce que l'on peut partager."
Patrick Rothfuss

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.055 secondes avec 23 requêtes.