Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

22 septembre 2019 à 18:52:42

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Jacky

Auteur Sujet: Jacky  (Lu 248 fois)

En ligne Léilwën

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 518
  • L'elfe au lapin roux
Jacky
« le: 10 septembre 2019 à 01:07:03 »
Jacky.
Avec un nom pareil, je comprends toujours pas comment ni pourquoi j'ai pu être autant attirée par toi...

Toi et moi, ça fait partie de ces histoires qu'on regarde en se disant qu'elles auraient jamais dû arriver, mais en fait on est quand même un peu maso et content d'y avoir vibré...
T'étais typiquement le genre de gars que je détestais : frimeur, trop sûr de lui... T'étais pas beau. Mais t'avais un charme fou. Et ça, ça m'agaçait. Parce que je sais gérer les gens beaux. La beauté c'est froid ; ça se regarde bien, et puis on passe à autre chose. Le charme par contre... Merde quoi, on aurait quand même dit que tu t'étais pris une agrafeuse en pleine tronche. Et puis t'avais un pif comme une patate. En plus t'étais trop musclé, et ça normalement, c'est rédhibitoire. Mais on était ados quand je t'ai rencontré, alors voilà.
Tu te foutais souvent de ma gueule, mais je buvais quand même tes histoires à la MacGyver où c'était toujours toi le héros. Parce que t'avais un truc quand tu jouais au plus fort, et puis j'aimais bien quand tu riais parce que même si t'étais moche, ben quand tu riais, t'étais vraiment beau.

J'avais jamais fantasmé sur toi. Parce que ça me serait pas venu une seule seconde à l'esprit que tu puisses être attiré par moi. Sauf qu'un jour t'étais triste parce qu'une fille t'avait quitté, et ça m'a rendu triste de te voir triste. Oui, ça fait beaucoup de "triste" ; mais de toute façon, notre histoire est triste... bref, t'étais triste, moi aussi. Du coup je me suis approchée de toi et je t'ai fait un bisou sur la joue - pourquoi ? je sais pas. Sauf que toi, tu t'es levé, et t'as fait comme dans les films : tu t'es levé, tu m'as prise dans tes bras avant que j'aie eu le temps de dire "ouf", tu m'as penchée en arrière, et tu m'as embrassée... J'ai mis 15 minutes à m'en remettre ; 15 minutes d'acouphènes ; 15 minutes hors du temps. Après, c'est les questions qui sont venues. Ah, mes questions. Ah. Ah. Ah. J'ai plus trop su comment me comporter pour le reste de la soirée ; c'était compliqué. T'y as remédié : en fin de soirée, t'as inventé un bobard à tes potes pour te retrouver seul avec moi (à la réflexion, t'étais quand même vachement fort : je sais pas ce que tu leur as sorti, mais ils étaient quand même 20 à t'attendre dehors sans moufter sous la pluie). Et de but en blanc tu m'as dit "tu veux un smack ?". Heureusement que tu t'es pas dégonflé devant mon haussement d'épaules faussement désinvolte. Putain, Jacky, y a des instants comme ça dans la vie qui semblent surréalistes et qui restent gravés. Je sais pas si t'imagines que 20 ans après, j'ai encore le cœur qui bat en pensant à ce moment-là ; je sais pas si t'imagines que 20 ans après, je me rappelle tes lèvres sur les miennes ; tes mains sur ma taille ; je sais pas si t'imagines que 20 ans après je.
T'as serré les mains un peu plus fort et un soupir est monté. J'ai eu honte, alors j'ai ri pour cacher le soupir qui est sorti. T'en as pas pris ombrage ; tu m'as même dit "tu veux que je reste ?" "je sais pas" "si je reste, c'est pas pour compter les étoiles". J'ai eu soudainement chaud. Et j'ai menti. Mon corps criait "OUIIIIIIIIIIIIIIIII", mais moi, j'ai menti. Quand t'es parti, je n'étais plus que désir en fusion, cœur désarticulé, et jambes en coton. J'ai voulu courir pour te rejoindre, te dire "si, en fait, reste" ; mais c'est ma tête qui a gagné. Ma putain de tête qui me disait que j'y connaissais rien, que j'allais saigner, que je serais nulle, que tu m'aurais humiliée, que tu te serais moqué et que t'aurais tout raconté aux autres. On ne perd pas sa virginité sans y avoir bien pensé. Ensuite, on s'est perdus de vue. Elle était nulle, ma tête. J'aurais mieux fait de m'écouter : je te désirais.

Alors tu comprends, quand Julien m'a donné ton numéro, 10 ans après, et qu'on a commencé à textoter jour et nuit, ça m'a fait tout drôle. Au départ, je pensais que j'hallucinais, alors j'ai arrêté d'écrire. Sauf que tu me harcelais jusqu'à ce que je te réponde. Alors j'y ai cru. C'était... particulier. Tu m'écrivais à toute heure du jour et de la nuit. Sur tout. Sur rien... sur rien, surtout. Je t'ai dit que je t'aimais, tu as changé de sujet. Je t'ai dit que je voulais te voir, tu as continué d'écrire. J'étais fébrile. Je me reprenais tout à la gueule, tout ce désir cadenassé, enfoui depuis des années, et puis toi qui me fuyais tout en me poursuivant. 2 000 textos sur ma facture ce mois-là, quasiment tous pour toi ; 3 500 le mois suivant - vivent les forfaits illimités ! Je t'ai reparlé de cette soirée. Tu m'as dit que tu t'en souvenais très bien. Je t'ai demandé pardon. Tu as changé de sujet.

J'ai coupé les ponts.

J'avais mal, mais c'était nécessaire.

J'ai pleuré et pleuré pleuré et pleu et ré leuré et p et et et pl leuré leuré pleur pleur é et pleu pleu leu et ré et pleuré et p et pleu et et et et et pleuré pleuré pl et ré et é et et leur leur et pleu ré é et et pleuré et pleuré et j'ai pleuré et pleuré pleuré et pleu et ré leuré et p et et et pl leuré leuré pleur pleur é et pleu pleu leu et ré et pleuré et p et pleu et et et et et pleuré pleuré pl et ré et é et et leur leur et pleu ré é et et pleuré et pleuré et          et       et    et
Mes parents ne me reconnaissaient plus. J'étais ailleurs. Survoltée. En. Permanence. Et puis au bout d'une semaine, tu as craqué : tu m'as écrit. Comme si de rien n'était "ça va ?". C'était inespéré... Perdu pour perdu, je t'ai demandé "pourquoi tu m'écris ?" "j'avais envie, je pensais à toi" ... perdu pour perdu "je te manquais ?" "peut-être". Et puis ça a recommencé : les tout, les riens, les je t'aime, les je veux pas d'amour, les changements de sujet, et ma conscience hors de la terre. Un soir, tu m'as dit "j'aurais aimé recommencer le sport" "fais l'amour avec moi xD" "tu es sérieuse ?" Merde. Désir en fusion, cœur désarticulé, jambes en coton... Tout. Plus plus plus. Et mon corps qui HURLAIT. Cette fois Lola, fais pas la conne "oui" 30 secondes d'acouphènes ; 30 secondes hors du temps "j'arrive" 30 minutes d'acouphènes ; 30 minutes hors du temps - changer les draps - se laver les dents - courir au distributeur de capotes - changer de culotte - tout ce qu'on pense mais qui ne se dit pas. J'ai bien cru que t'allais pas venir et que j'allais rester écartelée de désir. Mais t'as sonné.
On a discuté. Une heure. Et puis j'ai plus su quoi dire toi non plus j'ai dit "Jacky, tu sais, je sais pas comment on saute sur les gens" "moi non plus" ventre qui se tord "on peut peut-être aller dans ta chambre ?" chambre sombre draps propres tachycardie cœur au bord des lèvres celles du haut celles du bas "tu le sais Lola, que je t'apprécie mais que je veux pas d'amour et que je ne changerai pas d'avis ?" je t'ai embrassé tu m'as embrassée. Et puis j'ai tout donné. C'était moins bien que 10 ans auparavant mais putain qu'est-ce que ça faisait du bien. Ensuite, à la réflexion, c'était pas top non plus ; tu pensais surtout à toi. J'ai pas joui. Pourtant, faut le faire. Mais toi, tu l'as fait.

Je t'ai plus jamais revu ensuite et j'ai eu le cœur en miettes pendant des mois. Tu me répondais plus. J'ai tellement douté de ce qui s'était passé que j'ai été rechercher la capote dans la poubelle. J'ai fait ma Sainte Thomate je crois que ce que je vois : elle était pleine. T'avais éjaculé, j'avais pas rêvé. Je l'ai conservée. Je déconne pas Jacky quand je dis que j'ai eu le cœur en miettes : mon cœur déchiqueté je connaissais... enfin je croyais. Non parce toi, Jacky... Toi, t'as fait mal à des endroits de mon cœur que personne d'autre avait jamais atteints jusque là. J'ai voulu noyer mon chagrin. Je me suis inscrite sur Meetic, Tinder, Badoo, et d'autres que j'ai oubliés, et j'ai couché. J'ai couché ma peine, j'ai baisé mon chagrin. J'ai gardé toutes les capotes. Toutes. J'ai nargué ma tête qui m'avait dit On ne perd pas sa virginité sans y avoir bien pensé. On ne couche pas avec n'importe qui : tiens ma tête, tiens regarde, tu vois tout ça, tes principes, tu peux te les envoyer là où je pense.

J'ai eu mal comme je t'aimais : un mal de chien, une rage au ventre... et puis un jour, j'en ai eu marre de collectionner les capotes.

Il y a peu, Julien m'a parlé de toi, Jacky, au détour d'une conversation. Il m'a raconté tes histoires d'amour sordides et je me suis dit que tu m'aurais détruite. C'était moche de me l'avouer ; de me dire que je t'avais tellement désiré et que j'avais tant voulu que tu m'aimes pour en arriver à me dire "en fait, tant mieux". Mais parfois la vie ça semble moche, et puis avec le recul on se rend compte que finalement peut-être pas.

Il y a juste des fois, Jacky, où je me demande si tu m'aimais quand même un peu.
« Modifié: 18 septembre 2019 à 13:05:35 par Léilwën »
Grammar nazi en désintoxication intensive

Tu débarques et tu es un peu perdu ? Je peux peut-être t'aider par ici

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Jacky [explicite]
« Réponse #1 le: 10 septembre 2019 à 10:59:48 »
Bonjour Léilwën,

J'ai adoré ce texte, j'y ai trouvé une thématique pleine de vérités et traitée sous un angle valorisant.

Au niveau du choix d'écriture que tu as fait en écrivant l'histoire à la première personne avec un vocabulaire oralisé, je dirais que le risque soit que tu donnes trop d'éléments qui « fassent vrai » au point peut-être d'en oublier la simplicité de la narratrice.

Donc je dirais que si tu présentes une narratrice qui aborde un thème de façon simple, directe, le mieux aurait été encore de trouver plus de vocabulaire relatif à ses codes culturels (ou « socioculturels » :P ) plutôt que de laisser s'exprimer une trop vive émotion. La difficulté avec l'émotion, je dirais que c'est celle de donner vie à cette émotion sans trop forcer sur les mots, de faire ressentir une excitation ou une frustration avec des mots qui soient plus implicites moins explicites (pour ajouter en profondeur).

Je dirais que, même avec un langage populaire, tout homme et toute femme transmet au travers de sa personnalité une profonde sensibilité, et que tu pourrais trouver des tournures qui abordent cette profondeur avec moins d'émotions et plus d'expression ou de vocabulaire. Je pense que tu pourrais améliorer le texte à ce niveau-là.

Voici pour le style, mais pour en revenir au sujet, je tiens à souligner que j'ai vraiment trouvé ce thème essentiel, véritablement sensé, et c'est vraiment très agréable de découvrir un texte sur le besoin d'être ensemble non pas par nécessité, mais par écoute, empathie, amour, patience, réciprocité. Je me suis pleinement retrouvé dans ce que tu évoques.

Hors ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 069
Re : Jacky [explicite]
« Réponse #2 le: 10 septembre 2019 à 11:31:05 »
J'ai pas mal aimé. Je m'attendais à pas mal de banalités mais en fait j'ai trouvé ce texte plutôt original, de l'imagination dans l'écriture. Après je suis quand même tombé sur la technique du mot copié quarante fois mais à part ça, ça, va.
Au final c'était mieux que ce à quoi je m'étais attendu, nettement mieux. Bien joué !

Hors ligne derrierelemiroir

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 120
Re : Jacky [explicite]
« Réponse #3 le: 10 septembre 2019 à 11:43:17 »
Coucou Léli,

Au fil du texte:

Citer
mais je buvais quand même tes histoires à la MacGyver où c'était toujours toi le héros
:D

Citer
et puis j'aimais bien quand tu riais parce que même si t'étais moche, ben quand tu riais, t'étais vraiment beau.
:coeur:

Citer
Oui, ça fait beaucoup de "triste" ; mais de toute façon, notre histoire est triste...
c'est marrant, cette phrase me fait beaucoup penser à quelque chose que j'aurais tout à fait pu écrire ado

Citer
Oui, ça fait beaucoup de "triste" ; mais de toute façon, notre histoire est triste...
Le deuxième "Du coup" pourrait partir je trouve

Citer
tu m'as penchée en arrière, et tu m'as embrassée.
:D :coeur:

Citer
15 minutes hors du temps ; 15 minutes de présent
je crois que je comprends, à la première lecture j'ai aimé, mais en y revenant, je me dis qu'elles sont contradictoire, ces deux phrases

Citer
Ah, mes questions. Ah. Ah.
Le Ah. Ah. c'est entendu comme des soupirs? Ou un rire sarcastique? J'aime bien si c'est un rire, ça rend bien.

Citer
J'ai plus trop su comment me comporter pour le reste de la soirée ; c'était compliqué.
Oh j'aime bien cette utilisation du point virgule, je vais m'en inspirer.

Citer
Putain, Jacky
mais du coup c'est bien son nom à lui? Je comprends mieux le début du texte  :mrgreen:

Citer
je sais pas si t'imagines que 20 ans après.
:coeur:

Citer
alors j'ai ri pour cacher le soupir qui est sorti.
:coeur:

Citer
"si je reste, c'est pas pour compter les étoiles"
:D

Citer
que tu m'aurais humilié
humiliée?

Citer
Elle était nulle, ma tête.
:coeur:

Citer
et qu'on a commencer
commencé

Spoiler
[close]

Citer
perdu pour perdu "je te manquais ?"
:coeur:

Citer
tout ce qu'on pense mais qui ne se dit pas.
et qu'en est-il du déo?  :mrgreen:

Citer
j'allais rester écartelée de désir
:coeur:

Citer
Et puis j'ai plus su quoi dire toi non plus j'ai dit
Est-ce qu'il ne manquerait pas un "alors" avant le "j'ai dit"?

Citer
C'était moins bien que 10 ans auparavant mais putain qu'est-ce que ça faisait du bien.
Un des "bien" pourrait être remplacé

Citer
Ensuite, à la réflexion, c'était pas top non plus ; tu pensais surtout à toi.
:coeur:

Citer
Pourtant, faut le faire. Mais toi, tu l'as fait.
suis pas sûre d'avoir compris. Faut le faire, c'est-à-dire, il faut jouir pendant le sexe? Et le "mais", du coup ne me semble pas logique, j'aurais plutôt mis "Et".

C'est quoi Sainte Thomate?

Citer
J'ai couché ma peine, j'ai baisé mon chagrin
:coeur:

Citer
mon cœur était cool et j'ai stoppé ma collection de capotes.
:coeur:

Bon alors en général, j'ai bien aimé, parce que j'aime ces thèmes, et j'aime l'introspection, et j'aime l'adolescence, tout ça tout ça. T'as bien su le rendre, même si je me dis que peut-être, tu aurais encore plus pu te lâcher dans l'écriture, rendre le tourbillon d'émotions encore plus intense et chaotique. Et aussi, peut-être que l'écriture est trop simple par moment. Je ne me rend pas bien compte de l'âge de la narratrice, mais si elle dit "20 ans après", c'est qu'elle doit avoir un peu plus de 30 ans.

genre ça:

Citer
et puis j'aimais bien quand tu riais parce que même si t'étais moche, ben quand tu riais, t'étais vraiment beau.
J'aime beaucoup cette phrase, mais je l'aurais plutôt mise dans la tête d'une ado que dans la tête d'une trentenaire.

Donc je crois qu'en général, j'ai bien aimé, mais je pense que le flot de paroles, d'émotions, et leur complexité, pourrait par moment être encore mieux rendus.

Voilà, redis-moi ce que t'en penses,

dlm





"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

En ligne Manu

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 152
Re : Jacky [explicite]
« Réponse #4 le: 10 septembre 2019 à 13:34:41 »
Bonjour leilwen,

J'ai apprécié ce texte pour le style et les images originales sur les relations adolescentes.

Par contre j'ai eu du mal de me situer dans l'espace temps. Déjà parce qu'il m'a semblé y voir trois époques, ensuite parce que le style ne me semble calqué sur aucune de celles ci, car pour moi, la jeune femme semble parler comme quelqu'un de 18 à 22 ans.

Voilà, hormis cette dissonance, j'ai aimé cette lecture et les réflexions qui y sont exposées. Merci pour le partage.

Hors ligne txuku

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 110
    • BEOCIEN
Re : Jacky [explicite]
« Réponse #5 le: 10 septembre 2019 à 20:06:49 »
Bonsoir

Je tenais a dire que j ai beaucoup apprecie ton texte ! :)


Ta description de Jacky m a rappele le facies d un vieil ami pourvu d une personnalite attachante.......

Et des souvenirs de jeunesse non vraiment vecus puis revus.
Je ne crains pas d etre paranoiaque

En ligne Gramme

  • Tabellion
  • Messages: 48
Re : Jacky [explicite]
« Réponse #6 le: 10 septembre 2019 à 20:40:33 »
Coucou !

Comme extasy, je m'attendais plutôt à ne pas aimer, mais c'était une lecture plaisante en fait. Personnellement, les tournures très adolescentes ne m'ont pas dérangé parce que j'aime bien ça, même avec une narratrice plus âgée ça me dérange pas dans le sens où revivant ses souvenirs, il peut y avoir une sorte de contact au niveau du langage entre passé et présent.

Quelques petits jeux de rythme que j'ai aimé aussi, comme

Citer
J'étais ailleurs. Survoltée. En. Permanence.

ou

Citer
Sur tout. Sur rien... sur rien, surtout
effet ritournelle, le genre de petits détails qui infusent dans un texte.

En ligne Léilwën

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 518
  • L'elfe au lapin roux
Re : Jacky [explicite]
« Réponse #7 le: 13 septembre 2019 à 22:59:17 »
Coucou à tou.te.s :) merci beaucoup d'être passé.e.s  _/-o_ _/-o_ _/-o_

Je vous réponds à reculons :P

@Gramme : ouf, je suis soulagée que tu ressentes les choses comme moi ! Oui, elle doit avoir entre 35 et 40 ans mais pour moi, en se remettant dans ses souvenirs, elle replonge totalement dans l'époque passée.
Contente que ce texte t'ait plu et merci de ton passage :)

@txuku : merci  :-[

@Manu :
Par contre j'ai eu du mal de me situer dans l'espace temps. Déjà parce qu'il m'a semblé y voir trois époques, ensuite parce que le style ne me semble calqué sur aucune de celles ci, car pour moi, la jeune femme semble parler comme quelqu'un de 18 à 22 ans.
Mince, je pensais avoir situé pourtant... non, non, tu n'as pas rêvé, il y a bien 3 époques (mais avec la même histoire en fil conducteur) : au départ la narratrice dit qu'elle l'a rencontré dans son adolescence (je l'imagine entre 16 et 20 ans à l'époque, ce qui collerait au ton de la "jeune femme" comme tu dis), puis elle dit que 20 ans après elle s'en souvient (ce qui permet de la situer à l'époque "actuelle" 36-40 ans) et enfin elle raconte une péripétie qui arrive 10 ans après le moment initial (donc 26-30 ans). C'est p'têt pas très clair ?

Après, j'ai pris le parti de me dire que puisque le souvenir est intense, c'était plausible qu'elle soit en immersion totale quand elle le raconte (d'où le langage "adolescent" tout du long puisqu'elle est adolescente au départ, puis elle se reprend un relent d'adolescence 10 ans après). Peut-être que c'était un mauvais choix... mais j'ai peur que changer le ton du texte ne le rende moins "percutant".

T'as eu l'air d'y apprécier certaines choses quand même, du coup c'est cool, je n'ai pas tout raté  ;)

@DLM :
Le deuxième "Du coup" pourrait partir je trouve
Oui, je suis d'accord sur le principe... mais je trouve pas de connecteur logique remplaçant qui rentre dans le ton du texte (une idée ?) et vu que le texte est volontairement "oral" et qu'il y a des répétitions tout du long, je me dis que ça choque peut-être pas tant que ça... :-[

Citer
15 minutes hors du temps ; 15 minutes de présent
je crois que je comprends, à la première lecture j'ai aimé, mais en y revenant, je me dis qu'elles sont contradictoire, ces deux phrases
=> que trouves-tu contradictoire ?
(j'essaye de décrire cette impression que le temps s'arrête quand un truc comme ça t'arrive : le temps passe quand même (d'où l'histoire des 15 minutes), mais pendant que le temps passe, toi, tu restes suspendu.e au même moment, comme si t'étais dans un "éternel" présent. Tu vois ou pas ?)

Le Ah. Ah. c'est entendu comme des soupirs? Ou un rire sarcastique? J'aime bien si c'est un rire, ça rend bien.
A.Lors. :mrgreen: ATTENTION RACONTAGE DE LAIFEUH :mrgreen: : en écrivant, je me suis demandé comme toi si c'était un rire ou des soupirs. Et en fait, je crois que pour l'ado, c'était des soupirs, alors que pour l'adulte qui raconte, c'est devenu un rire sarcastique. En tout cas, j'avais bien perçu les 2 et j'aimais bien l'ambiguïté de la double lecture en fonction de l'âge (ou pas) et je me suis dit que je n'allais volontairement pas expliciter et que le lecteur y mettrait ce qu'il voudrait :mrgreen:

Oh j'aime bien cette utilisation du point virgule, je vais m'en inspirer.
:) feel free

mais du coup c'est bien son nom à lui? Je comprends mieux le début du texte  :mrgreen:
J'ai changé le début en :
"Jacky.
Avec un nom pareil, je comprends toujours pas comment ni pourquoi j'ai été autant attirée par toi...

Être ado, c'est pas ce que j'ai fait de mieux. Les sentiments contradictoires, les vents contraires, tout ça tout ça, c'était compliqué à gérer - note que je suis toujours pas sûre que ça s'arrange avec le temps... mais bref."

humiliée?
Oui, merci :-[

commencé
Oui, merci :-[

Spoiler
[close]

et qu'en est-il du déo?  :mrgreen:
y a des priorités dans la vie et j'imagine qu'elle ne savait pas quel temps lui était imparti avant qu'il n'arrive... elle a fait au plus urgent :D :mrgreen: :mrgreen:

Est-ce qu'il ne manquerait pas un "alors" avant le "j'ai dit"?
c'est volontaire : à ce moment-là, tout s'emballe et je voulais le faire ressortir dans le texte... je voulais virer un maximum de choses (ponctuation + mots non nécessaires à la compréhension) pour montrer l'"urgence" de la situation

Un des "bien" pourrait être remplacé

=>même sentiment que pour le "du coup" du début : j'ai l'impression qu'à répéter certains mots/tics de langage volontairement de manière rapprochée, les phrases s'ancrent mieux. Mais je me trompe peut-être :-[

suis pas sûre d'avoir compris. Faut le faire, c'est-à-dire, il faut jouir pendant le sexe? Et le "mais", du coup ne me semble pas logique, j'aurais plutôt mis "Et".
=> c'est une pique rétrospective de la femme adulte au goujat :mrgreen: "J'ai pas joui. Pourtant faut le faire." = "j'ai pas joui, pourtant faut le faire pour ne pas me faire jouir"/"Mais toi tu l'as fait." = "Oui, vraiment, t'étais pas doué" :mrgreen: :mrgreen: (c'est vraiment pas assez clair ? j'avais besoin de phrases courtes à cet endroit, je ne vois pas trop comment expliciter sans enlever le côté "cash" :-[)

C'est quoi Sainte Thomate?
=> euh, c'est mon humour débile :mrgreen: "Sainte Thomate" c'est le féminin de "Saint Thomas" (tu connais la référence ou pas ? (en fait je l'explique avec "je crois que ce que je vois"))

J'ai changé vers la fin en
"Je déconne pas Jacky quand je dis que je l'ai eu dure (et je parle pas de ta biiip) : le cœur crocheté au pied de biche, cambriolé, massacré, ratatiné, ecchymosé, tuméfié et plein d'autres rimes en "é", je connaissais... Mais toi Jacky... Non, toi, t'as fait mal à des endroits de mon cœur que personne d'autre avait jamais atteints jusque là."

Et j'ai viré "mon cœur était cool"

même si je me dis que peut-être, tu aurais encore plus pu te lâcher dans l'écriture, rendre le tourbillon d'émotions encore plus intense et chaotique.
=> comment ?
Et aussi, peut-être que l'écriture est trop simple par moment. Je ne me rend pas bien compte de l'âge de la narratrice, mais si elle dit "20 ans après", c'est qu'elle doit avoir un peu plus de 30 ans.
Je l'imagine plus aux alentours de 40

genre ça:

Citer
et puis j'aimais bien quand tu riais parce que même si t'étais moche, ben quand tu riais, t'étais vraiment beau.
J'aime beaucoup cette phrase, mais je l'aurais plutôt mise dans la tête d'une ado que dans la tête d'une trentenaire.
Comme expliqué à Manu, je me suis dit qu'elle était en immersion totale dans ses souvenirs :-[

Donc je crois qu'en général, j'ai bien aimé, mais je pense que le flot de paroles, d'émotions, et leur complexité, pourrait par moment être encore mieux rendus. 
=> comment ? pour l'instant, j'ai l'impression d'avoir donné tout ce que j'avais ><

Merciiiiiiii en tout cas :) :calin:

@Extasy : cool que tu aies été positivement surpris :)
Vous êtes 2 avec Gramme à être partis avec des a priori négatifs, c'est à cause de quoi ? le titre ? le début qui était un peu "bateau" ? (j'ai tenté de re-modifier un peu)
Et oui pour la technique du mot copié 40 fois... mais elle a vraiment beaucoup pleuré et je ne sais pas comment rendre ça autrement :mrgreen: :mrgreen:

Merci :)

@Alan : merci de ton passage et de ton commentaire :)
Si tu trouve qu'il y a des éléments qui "font vrai", c'est que je n'ai pas trop loupé mon objectif ;)
Donc je dirais que si tu présentes une narratrice qui aborde un thème de façon simple, directe, le mieux aurait été encore de trouver plus de vocabulaire relatif à ses codes culturels (ou « socioculturels » :P ) plutôt que de laisser s'exprimer une trop vive émotion. La difficulté avec l'émotion, je dirais que c'est celle de donner vie à cette émotion sans trop forcer sur les mots, de faire ressentir une excitation ou une frustration avec des mots qui soient plus implicites moins explicites (pour ajouter en profondeur).

Je dirais que, même avec un langage populaire, tout homme et toute femme transmet au travers de sa personnalité une profonde sensibilité, et que tu pourrais trouver des tournures qui abordent cette profondeur avec moins d'émotions et plus d'expression ou de vocabulaire. Je pense que tu pourrais améliorer le texte à ce niveau-là.
Mon but n'était pas d'atténuer ou de poétiser les émotions, mais effectivement de les envoyer "en pleine figure" au lecteur. Ce qui me fait penser que ça peut être très désagréable pour le lecteur qui n'a pas envie de recevoir des émotions "crues".
C'est un parti pris de ma part, et je suis désolée s'il t'a dérangé :-[, tout comme les mots simples. Je voulais que ce texte reste le plus simple possible pour que les émotions soient les plus "nues" possibles.
Contente que tu y aies quand même trouvé des éléments que tu as apprécié :)

Merci encore à tous  _/-o_
« Modifié: 13 septembre 2019 à 23:07:58 par Léilwën »
Grammar nazi en désintoxication intensive

Tu débarques et tu es un peu perdu ? Je peux peut-être t'aider par ici

Hors ligne derrierelemiroir

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 120
Re : Jacky [explicite]
« Réponse #8 le: 15 septembre 2019 à 12:16:24 »
Coucou Léli

Citer
Oui, je suis d'accord sur le principe... mais je trouve pas de connecteur logique remplaçant qui rentre dans le ton du texte (une idée ?) et vu que le texte est volontairement "oral" et qu'il y a des répétitions tout du long, je me dis que ça choque peut-être pas tant que ça... :-[
En fait tu pourrais effacer le premier et garder le deuxième, quelque chose du genre: "bref, t'étais triste, moi aussi. Du coup je me suis approchée de toi et je t'ai fait un bisou sur la joue", puisque tu as déjà expliqué plus haut de pourquoi elle était triste

Citer
que trouves-tu contradictoire ?
(j'essaye de décrire cette impression que le temps s'arrête quand un truc comme ça t'arrive : le temps passe quand même (d'où l'histoire des 15 minutes), mais pendant que le temps passe, toi, tu restes suspendu.e au même moment, comme si t'étais dans un "éternel" présent. Tu vois ou pas ?)
oui oui je vois très bien ce que tu veux dire. Seulement que pour moi, de dire "hors du temps" et puis "dans le présent", c'est contradictoire, puisque être dans le présent c'est être dans le temps. Mais je ne crois pas que ce soit très important, puisque en lisant, j'ai compris ce que tu voulais dire.

Citer
(c'est vraiment pas assez clair ? j'avais besoin de phrases courtes à cet endroit, je ne vois pas trop comment expliciter sans enlever le côté "cash" :-[)
Si je crois que c'était assez clair, c'est juste l'utilisation du "mais" que je n'ai pas trouvée logique.

Citer
=> euh, c'est mon humour débile :mrgreen: "Sainte Thomate" c'est le féminin de "Saint Thomas" (tu connais la référence ou pas ? (en fait je l'explique avec "je crois que ce que je vois"))
haha non je ne connais pas

Citer
=> comment ? pour l'instant, j'ai l'impression d'avoir donné tout ce que j'avais ><
mmh bonne question. Bon, du coup j'ai tout relu, et je moins eu cette impression. Peut-être qu'en commentant en même temps que je lis, ça casse trop le rythme. Là j'ai tout relu d'une traite et j'ai été mieux emportée. Un des seul truc qui m'est venu à l'esprit, c'est que peut-être que le rythme pourrait plus varier. Mais à la fin tu le fais. Donc peut-être qu'il n'y a rien à changer  >< haha pardon. J'ai vraiment plus aimé cette deuxième lecture  :coeur:

 :calin:
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.054 secondes avec 23 requêtes.