Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

16 septembre 2019 à 14:45:59

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Recevoir la critique

Auteur Sujet: Recevoir la critique  (Lu 508 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Recevoir la critique
« le: 04 septembre 2019 à 13:57:04 »
Bonjour,

Comment recevez-vous la critique ?

La littérature a toujours été accompagnée de ses critiques, de ses contradicteurs, de ses commentateurs. Cela fait partie de la vie des œuvres et de leur parcours.

Parfois certains contradicteurs peuvent être très virulents, voire agressifs, quand d'autres se montrent plus modérés ou plus enthousiastes.

Acceptez-vous de recevoir tous les types de critiques/commentaires ou faites-vous des choix ? Faites-vous au cas par cas ou favorisez-vous ce qui semble le plus à même de répondre à vos attentes ?

Avez-vous un certain seuil de tolérance ?

À ce propos, des avis sur la critique en général ?

Hors ligne Erwan

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 410
Re : Recevoir la critique
« Réponse #1 le: 04 septembre 2019 à 14:32:09 »
Il y a souvent le narcissisme d'un auteur, derrière une réaction violente face à une critique (elle-même violente ou pas). Personnellement, je ne crains pas la critique, car je la prends que si elle me sert, je la laisse de côté si elle ne m'apporte rien. Et puis, il faut différencier le jugement de goût négatif et une faiblesse d'un texte qui ne relève pas de cela. Le seuil de tolérance, je m'en fous. Un type peut me gerber dessus via un texte interposé ou autre chose, je l'ignorerais simplement si je ne trouve pas sa critique fiable (excessive, non construite, bref inexploitable...). Après, je suis mon premier critique, et souvent le seul d'ailleurs, car cela reste rare pour moi d'avoir besoin d'autres personnes pour voir les faiblesses de mes œuvres. J'ai produit beaucoup de merde dans mon parcours artistique, il y en aura encore beaucoup d'autres, ça ne m'inquiète pas, ni qu'on me le dise, ni de le constater moi-même. L'échec participe au processus d'apprentissage, je suis rodé à cela. Après, je n'ai jamais trouvé aucune de mes œuvre parfaite et non critiquable, et tant que j'en vois les faiblesses, je suis content, car ça me permet d'explorer et d'apprendre plus avant.

Après, j'essaie de raisonner en tant que professionnel sur le plan artistique, ce qui change beaucoup ma manière de penser par rapport à avant. Je voyais toujours mes textes et peintures comme étant "pas mal", je les vois maintenant pour ce qu'ils sont professionnellement, à savoir insuffisants. Dont acte, ça me motive pour travailler, explorer... En peinture, c'est pareil, je me professionnalise à gros bouillons, mais je n'y suis pas, définitivement pas. Mais ça viendra, jour après jour, y compris grâce aux critiques.

Ce débat me semble intéressant. C'est vrai que le tout n'est pas de recevoir des commentaires et critiques, mais de savoir qu'en faire et comment les exploiter utilement. C'est la part la plus compliquée, je pense. Perso, je prends tous les retours quand j'en demande (ce qui est rare), mais aussi quand j'en demande pas  (moins rare :D).  Je privilégie le retour de personne précise, soit en face à face, soit dans des situations pro (plus riches comme retour). La qualité vaut mieux que la quantité. Pour avoir un retour du public, seule la mise en situation réelle vaut (en gros, savoir si un texte ou une image plaît au public, à l'éditeur, etc), les avis des proches et connaissances sur la question ne valent rien.

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Recevoir la critique
« Réponse #2 le: 04 septembre 2019 à 16:59:29 »
Parfois certaines critiques sont favorables, parfois elles sont défavorables, et ainsi va la vie...

Le plus souvent, lorsque je reçois des commentaires ici ou ailleurs, des ressentis ou des émotions de lecture, j'essaie au mieux de les replacer vis à vis de la lecture en question, comme une continuité à mes écrits reçue en écho à une publication ou à un partage.

Il a pu m'arriver de recevoir des attaques personnelles qui pouvaient très bien sembler prendre l'écrit pour prétexte et l'auteur pour véritable cible des critiques ; cependant je privilégie toujours le rapport à l'écrit, y compris lorsque la critique paraît se tourner vers ce qui n'a pas été écrit, ou bien vers ma personne en particulier.

En fait, c'est ma philosophie à l'égard de la critique : je considère toujours que le texte n'est pas un prétexte pour parler de l'auteur, mais que l'écrit est véritablement le thème de discussion du commentaire, peu importe qui je suis vraiment, peu importe le fond du problème.

Pour moi, en puisant ses sources dans le texte lui-même, y compris lorsqu'elle a l'air hors-sujet par rapport au partage ou à la publication, la critique est naturellement influencée par la lecture du texte, et donc se rapporte automatiquement à l'écrit et non à la personne elle-même.

C'est ainsi que je fonctionne, mais peut-être à tort, la question reste en suspens au final.

En ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 852
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Recevoir la critique
« Réponse #3 le: 04 septembre 2019 à 18:45:07 »
Cool sujet que voilàn !

Pour tenter une réponse sur mon vécu, par rapport à ta question :

- Mon principe, comme vous apparemment, est de chercher à accepter la critique qui s'amène ; avec au moins une pertinence sur un moyen que je n'avais pas envisagé ; c'est-à-dire, prendre du recul sur ce que peut soulever mon produit (d'un point de vue phénoménologique qui me serait absent)... en d'autres termes, je cherche le regard de l'autre, à voir dans ses yeux...
- Du coup, se distinguent dans ce qui m'intéresse, des styles, des niveaux, des palettes et types de commentaires dont je ne saurais rendre un compte qu'approximatif et volontairement libre (vis-à-vis de moi-même)... De l'égogène 'merci' ou 'bravo' à l'effet le plus incongru des interprétations qui montrerait un éclairage nouveau de mon travail, j'imagine que le plus dur pour moi est lorsque la critique vise une interprétation dont je ne vois pas les liens...
- En effet, le propos doit être suffisamment clair, à mon goût (à mon sens), à la fois pour retranscrire la singularité du lecteur/commentateur, et le reflet qu'il perçoit de l'ouvrage et/ou de l'artiste en son travers.
- De l'un ou de l'autre (artiste/ouvrage), il n'est pas encore question de distinction je crois, la généalogie de l'idée étant très peu remise en question autrement que par des 'ça me fait penser à ça' dans ce que je retiens...
- D'où que je me dis que la critique m'apporte le plus souvent un retour sur leur impact direct, mais je commence à me perdre.
- Je termine donc en absolu avec ma crainte que je pense un peu partagée, celle de ne jamais vraiment savoir ce que valent les intentions des désaccords que soulèvent parfois les critiques, avec le sujet même, concerné. Comment savoir si la critique est une attaque ou une aide ? Au feeling de chacun...

A voir ce que je n'ai pas su formuler en l'état.
Au plaisir
expérience scriptive
page perso

La France m'a mise une fiche, un danger monsieur l'agent
Madame je n'suis pas riche, j'suis juste un pauvre qui a de l'argent
Lacrim!

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Recevoir la critique
« Réponse #4 le: 04 septembre 2019 à 20:06:24 »
Je trouve que cette difficulté à saisir la portée de la critique est parfois déstabilisante.

Et finalement, cela ne dépend pas de la volonté de la personne avec laquelle on échange : on voit très bien qu'il en est de même dans la réception des œuvres par les lecteurs dans les librairies.

Bien sûr, on peut s'en tourmenter, ou alors s'en détourner, voire on peut s'y faire, s'y habituer. J'ai le sentiment qu'il n'y a pas véritablement de règle à ce sujet...

Voici ce qu'en dit Lamartine dans la préface des Nouvelles Méditations poétiques :

« J'ai éprouvé ensuite, dans tout le cours de ma vie littéraire, politique, oratoire, poétique, le même phénomène. Toujours, et par une sorte d’intermittence aussi régulière que le flux et reflux de l'Océan, le flux ou le reflux de l'opinion et du goût s'est caractérisé envers moi par une faveur ou par une défaveur alternative. Toujours, on s'est armé d'un volume contre un autre, d'un premier genre de mes actes contre un second, de l'applaudissement soulevé par un de mes discours contre le discours qui suivrait. Ainsi est faite l'opinion publique : elle ne veut pas reconnaître longtemps même son plaisir. Il faut qu'elle construise et qu'elle démolisse sans fin, pour reconstruire après, même les plus insignifiantes renommées. Elle finit par une suprême raison quand ses jouets sont morts, et qu'elle s'appelle la postérité ; mais pendant qu'ils vivent, elle n'est réellement pas encore l'opinion : elle est le caprice de la multitude. »

Hors ligne yukilot

  • Aède
  • *
  • Messages: 163
  • Il y a mille ans, c'est hier.
Re : Recevoir la critique
« Réponse #5 le: 05 septembre 2019 à 05:48:53 »
Salut Alain,


Les critiques sont bienvenues dans mon cas. La plus "virulente" voire intentionnellement méchante et clairement rabaissante, s'est manifestée pour moi en forme d'éloge de mon "travail". Elle est venue de la part d'un éditeur professionnel, et de renom de surcroît, qui se serait senti - ainsi que je l'ai perçu, peut-être je me trompe - en manque de moyens non pas pour apprécier mais pour superviser ce que j'écrivais, à savoir pour avoir un contrôle sur moi. "Quel travail!" n'eut-il de cesse de s'exclamer, "c'est colossal, c'est ambitieux, on sent que vous avez donné votre vie à posséder tant de connaissances". Il poursuivait ensuite : "curieusement en littérature, l'ignorance gagne souvent." Comme je suis sûre, après tant d'années à avoir publié dans le monde académique et étudié les corpus littéraires qui datent de plusieurs centaines d'années en des langues différentes, et aussi anciennes les unes que les autres, que le talent se mesure au poids de la tradition qu'il a été capable de s'assimiler, et jamais à la couleur d'une espèce de feu follet  qu'il émet de temps en temps, je ne suis pas atteinte de ce genre de sarcasme et de méchanceté.

Il faut être capable de formuler son esthétique et sa position en tant qu'écrivain dans la tradition littéraire de son pays ou de sa nation. Cela pare contre toutes les critiques injustes.

Y.
« Modifié: 05 septembre 2019 à 05:56:21 par yukilot »

Hors ligne Erwan

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 410
Re : Re : Recevoir la critique
« Réponse #6 le: 05 septembre 2019 à 11:57:42 »
[...] que le talent se mesure au poids de la tradition qu'il a été capable de s'assimiler, et jamais à la couleur d'une espèce de feu follet  qu'il émet de temps en temps, je ne suis pas atteinte de ce genre de sarcasme et de méchanceté.

C'est là qu'on perçois, je crois, comme il est difficile de critiquer et d'être critiqué de manière constructive. Personnellement, j'ai une vision artistique assez opposée à la tienne visiblement. J'aime les feux follets  :mrgreen:, moins la tradition et le savoir sévère. Aucune des deux visions n'est mauvaise, ni bonne, c'est juste différent. Je ne pense pas que cet éditeur voulait te blesser en disant cela, il ne t'a pas compris, ni la nature de ton travail. Je pense que c'est impossible d'être compris(e) par tout le monde. Après, si ce genre de critique ne t'apporte pas grand chose, c'est vrai qu'il faut la laisser glisser sur soi sans la retenir. Après, je ne crois pas que ce soit rabaissant d'être incompris dans son travail, mais c'est sûr que c'est frustrant de se donner autant de mal pour que ça tombe complètement à côté de l'effet espéré. C'est la vie  ;).

Hors ligne Lilyma

  • Tabellion
  • Messages: 22
Re : Recevoir la critique
« Réponse #7 le: 05 septembre 2019 à 12:41:34 »
J'avoue ne pas avoir les messages au dessus du miens un peu en diagonale, alors j'espère ne pas répéter ce qui a déjà était dit.

Comme d'autre l'ont dit, il est bien sûr très important de savoir accepter la critique mais parfois, et surtout en ce qui concerne les arts il peut être très difficile de comprendre ce qui doit être corrigé et ce qui fait parti de notre style personnel que l'on veut garder et même, peut-être, pousser encore plus. C'est d'autant plus vrai quand on est immature dans un domaine comme je peux l'être pour le moment dans l'écriture.
Je n'ai jamais beaucoup montré mes textes à d'autres personnes et donc il est difficile pour moi de parler de ce sujet là. Cependant je dessine beaucoup et dans ce contexte aussi, la critique peut-être parfois difficile à accepter mais avec les années, je pense que j'ai appris à faire la part entre ce qui relève du gout personnel des personnes autour de moi, et la critique plus techniques.

Personnellement, en ce qui concerne l'écriture, je peux être éponge, j'ai tendance à toujours donner raison à la personne qui me critique quoi qu'elle me dise car je ne suis pas assez sûre de moi pour défendre mon point de vue.

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Recevoir la critique
« Réponse #8 le: 06 septembre 2019 à 22:31:14 »
Bonjour yukilot,

Oh ! Tu me dis si je me trompe, mais je sens une âme sensible derrière tes mots.

Je réagis vis à vis d'une chose que tu disais, qui me fait donc réagir car j'ai ma propre expérience à ce sujet.

Il faut être capable de formuler son esthétique et sa position en tant qu'écrivain dans la tradition littéraire de son pays ou de sa nation. Cela pare contre toutes les critiques injustes.

J'ai essayé un peu de tout en poésie, du plus traditionnel au moins académique. Aujourd'hui je peux affirmer que je préfère largement tenter des choses nouvelles, expérimenter la langue et les formes, et sortir réellement de mes propres habitudes pour progresser vers l'inconnu.

En revanche, je prends beaucoup plus de plaisir à m'inscrire dans une certaine tradition quand j'écris des contes. Va savoir pourquoi, le fait d'écrire dans un genre différent m'amène à le ressentir de façon tout à fait différente. Je prends même plaisir, lorsque j'écris quelque chose de très conventionnel, à exacerber malicieusement les petites inventions de mon cru. C'est comme si je récitais quelques clichés pour soudainement faire sortir un lapin du chapeau, c'est un plaisir d'écriture difficile à décrire, très particulier, et que je ne ressens que pour la féerie.

Au final, tu peux remarquer que mon sentiment n'a rien à voir avec la critique ; ou du moins le rapport à la réception d'un extrait inventif ou plus conventionnel, la critique face à quelque chose de plus original ou de plus traditionnel, je ne m'y sensibilise pas encore ; peut-être que je ressentirai la même chose que toi lorsque j'aurai finalisé mon manuscrit et l'aurai plus largement partagé.

Pour l'instant, ma philosophie est plutôt celle qui dirait qu'il faut faire ce que l'on aime : s'inscrire dans des codes ancrés dans les mœurs comme des traditions, il vaut mieux le faire avec plaisir plutôt que de se sentir obligé de le faire par dépit. C'est ma façon de concevoir mon écrit (disons que la critique qui dirait : « c'est trop inhabituel » ou au contraire « c'est trop cliché », je peux l'anticiper, elle n'est pas imprévue, elle dépend de si j'ai bousculé les codes ou non). Après, comme toute philosophie, peut-être que l'expérience m'amènera à penser comme toi à l'avenir, je ne saurais dire. Ta pensée envers la critique m'a fait réagir ainsi.

Hors ligne Marcel Dorcel

  • Aède
  • *
  • Messages: 223
Re : Recevoir la critique
« Réponse #9 le: 10 septembre 2019 à 04:51:05 »
La critique peut revêtir un caractère dangereux, voire ravageur s'il on n'y prendre garde. Selon que le texte soit détruit ou encensé, les conséquences sont grandes.
Je pars du postulat que toute critique est forcément subjective. Toute création littéraire, à fortiori toute création artistique ( mais qu'est-ce que l'art ?) n'est pas critiquable.
Un exemple, j'achète une bagnole neuve, le jour où je viens la chercher, en voulant ouvrir la porte, je m'aperçois qu'elle s'ouvre mal et je dis au concessionnaire qu'il y a un défaut de fabrication ( grammaire, orthographe etc... ). Cette bagnole m'a plu de suite, son style sportif, sa couleur, peu importe. Mon voisin du dessus trouve que la nouvelle bagnole que je viens d'acheter est complètement ringarde. Qui a raison ? Qui a tort ? Au fond, personne.
Les auteurs publiés, bons ou non, ne publient plus sur les forums une fois un contrat juteux signé avec l'éditeur. Un très bon écrivain qui n'écrit plus que de mauvais livres se fiche pas mal de la critique. Sur un forum, personne n'est à même de faire l'impasse. Malgré la relation entre membres, pouvant comporter des relations d'amitié ou autre renvoi d'ascenseur, la critique restera juste.
Combien d'auteurs, s'ils envoyaient leur ouvrage pour première publication ( sous couvert d'anonymat ) seraient renvoyés à leurs chères études ? Beaucoup, beaucoup trop.
Si je décide de publier sur un forum, c'est que j'envisage d'être soumis à la critique, ni d'être vilipendé, ni admiré.

De là, je n'ai aucune conclusion définitive à tirer.
Parfois, 'on se trouve bon là où tout le monde vous trouve mauvais, le contraire arrive peu souvent. Se protéger oui. Mais sans se voiler la face.
Si Max Brod, contre la volonté de Kafka, décide de ne pas brûler les manuscrits de l'auteur pragois, le destin, si le même Brod avait respecté à la lettre les volontés du défunt, nous aurait fait échapper à l'un des plus grands écrivains de tous les temps.
Allez savoir si vous, moi, ou un autre sur ce forum ne sera reconnu un jour ?
C'est un sujet complexe car la critique inclue des normes de pensée tellement différentes selon chaque individu. Ces normes de pensée qui nous arrangent mais qui n'ont aucune valeur.
La notice d'un médicament pharmaceutique peut être envisagé dans sa forme poétique. Après tout, qui suis-je pour dire le contraire ?
Comme dirait l'autre, la glorieuse incertitude du sport...et l'incertitude de l'art ?
Un imbécile ne s'ennuie jamais il se contemple
De Gourmont

Tout dire ou se taire
J Green

 Croyez-vous que je me sois donné la peine de me lever tous les jours de ma vie à quatre heures du matin pour penser comme tout le monde 
J Hardouin

Tout ce qui est atteint est détruit
Montherlant

Hors ligne Erwan

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 410
Re : Re : Recevoir la critique
« Réponse #10 le: 10 septembre 2019 à 11:41:34 »
[...]
Je pars du postulat que toute critique est forcément subjective. Toute création littéraire, à fortiori toute création artistique ( mais qu'est-ce que l'art ?) n'est pas critiquable.
[...]

Qu'est-ce qu'on met derrière le mot critique ? Si c'est un jugement de goût, par exemple, j'informe l'auteur que je n'aime pas ci ou ça dans son texte, alors oui, le texte est critiquable, mais c'est évidemment subjectif. Si on pense qu'il existe des canons de qualité littéraire, alors on pourrait prétendre à l'objectivité. Je ne pense pas que ce soit le cas, pourtant le fait est de constater qu'il existe une loi, un règle, qui est celle du public. Certains écrivains vont provoquer un fort engouement, même sans campagne de promotion majeure, d'autres non. Certains livres vont trouver leur public, d'autres non. Donc, si toute critique individuelle est subjective, ce que je pense aussi, il existe aussi une réalité artistique qui est la relation avec le lectorat. Un écrit qui ne génère que des retours négatifs et aucun engouement, c'est un écrit qui ne plaît pas au public, et ça, ça n'est pas "subjectif", c'est une réalité issue de notre monde. C'est là, je pense, que certains écrivains ont du mal, du mal à accepter cette réalité. Et quand on parle de bosser pour s'améliorer, c'est aussi en rapport à cette même réalité-là. Quand on veut devenir professionnel (en vivre, quoi), ça devient même une réalité objective indépassable (ton bouquin se vend ou pas, point), encore qu'on soit dans une dimension plus économique qu'artistique, dans ce cas.

Après, la question insoluble, c'est de savoir si l'art doit forcément avoir un public. Si non, alors l'art n'est pas critiquable, comme tu le dis, parce qu'au pire, tout le monde s'en foutra, ignorera le travail de l'artiste, mais ça n'aura pas d'importance. Moi parfois, j'écris pour moi, d'autres fois pour les autres. Les deux sont possibles, je pense. Je pense qu'on demande un retour (des critiques), surtout quand on écrit pour les autres, pour toucher un lectorat, sinon je ne verrais pas trop l'intérêt.
« Modifié: 10 septembre 2019 à 11:43:11 par Erwan »

Hors ligne Gramme

  • Tabellion
  • Messages: 37
Re : Recevoir la critique
« Réponse #11 le: 13 septembre 2019 à 15:44:31 »
Je passe apporter ma petite contribution à la discussion ;
Au début, je réagissais mal à la critique. Pas que je la jugeais inepte ou que je la rejetais, mais elle me faisait tout simplement mal. C'est que j'avais passé plus de temps à écrire tout seul dans mon coin qu'à partager mes textes, et c'est mon ego qui ramassait. Et recevoir des critiques neutres (à défaut d'être objectives) m'a fait beaucoup de bien à terme. Maintenant, je peux entendre quelqu'un qui me dit qu'il a détesté mon texte, je ne dis pas que ça m'enchante, mais j'ai mûri sûrement, je ne le prends pas pour moi, juste pour le texte, qui n'est qu'un texte. Presque toujours, une critique négative permet de s'améliorer, de voir des problèmes. Il m'arrive de ne pas être d'accord avec des éléments qu'on me donne, et c'est ainsi, c'est la vie. On fait ses choix, in fine, y'a que l'auteur(e) du texte qui peut trancher, en son âme et conscience.

Je rejoins ceux qui disent que tout critique a une part (souvent grande) de subjectivité, c'est juste que ça ne la rend pas irrecevable, bien au contraire.

Hors ligne Feather

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 115
Re : Recevoir la critique
« Réponse #12 le: Hier à 20:55:46 »
Je ne parlerai pas de critique mais d'observation. Une réalisation artistique s'offre gratuitement et ne peut-être, selon moi, sujette au jugement. Elle interpelle notre regard artistique sur les évènements et les affects qu'elle suscite. La force expressive peut déranger, bouleverser et entraine des déplacements subjectifs interrogeant notre rapport au monde.

En ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 852
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Recevoir la critique
« Réponse #13 le: Aujourd'hui à 00:28:01 »
Mais d'expression d'un concept, l'artiste entend-il révéler une part à questionner, ou juste se délester de quelque trouble dont il garderait jalousement le secret afin d'en vivre ? L'art conceptuel oppose ces conceptions entre interprétativité de l'oeuvre et transmission d'un quelque chose par l'artiste... Ne s'embourberait-on pas à vouloir se faire un avis sur tout, en gardant la distance de la liberté hermétique de pensée ? Et puis, 'impossible de ne pas être affecté', narrait un type, alors pourquoi nier ce qui fait l'émois, ou l'essence de l'art de milliers de générations nous précédant ?
expérience scriptive
page perso

La France m'a mise une fiche, un danger monsieur l'agent
Madame je n'suis pas riche, j'suis juste un pauvre qui a de l'argent
Lacrim!

Hors ligne Feather

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 115
Re : Recevoir la critique
« Réponse #14 le: Aujourd'hui à 08:26:35 »
Effectivement, cependant, l'intentionnalité de la pensée vient, selon moi, après la production. Il y a un désintéressement dans la création pour coller à une congruence entre l'éveil de l'auteur et son sujet.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.079 secondes avec 23 requêtes.