Le Monde de L'Écriture

24 avril 2019 à 14:02:45

Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Le petit salon » De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument

Auteur Sujet: De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument  (Lu 272 fois)

En ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 022
  • Mon nu mental
    • pouet
Yo,

J'ouvre ce topic suite à une remarque qu'on m'a fait, disons, directement ou pas... et qui pourrait être balayée d'un revers de main mais qui soulève des questions intéressantes quand même. Quelqu'un disait, au fond, qu'il était triste de voir le nombre de personnes qui cherchaient à faire original dans leurs créations sans bien réussir. Donc selon lui, ils échouent. Il terminait en affirmant (encore) qu'il trouvait ces échecs de tentatives de faire original fort tristes.

On peut relativiser son propos en disant que s'il parle d'échec -> ça veut dire qu'il a en tête ce que c'est un poème (par exemple) réussi et qu'il a toute une échelle de critères pour jauger de la pertinence d'un texte par rapport à ces critères plus ou moins inconscients. Mais il maintient la porte ouverte en disant quand même que si certaines personnes échouent à le faire, ça doit être possible quand même (et qu'il faut s'en réjouir parce que la majorité n'y arrivent pas à côté, ce qui est plutôt triste).

Et l'échec/réussite ça renvoie à des normes, à un idéal de beau peut-être et blablabla, j'ai perdu le fil.

Mais vous en pensez quoi ?


En ligne Ariane

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 724
Re : De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument
« Réponse #1 le: 11 avril 2019 à 09:12:18 »
Coucou,

(Je vais exprimer un avis super biaisé parce que je sais de quel texte il est question, et moi, il m'a plu ce texte, dans sa fraîcheur et son originalité.)

Dans l'expression "vouloir faire original à tout prix", implicitement, j'imagine quelque chose de forcé, de pas naturel, dont le but serait d'être meilleur que les autres, ou qqch comme ça. Je sais pas si tu vois ce que je veux dire. J'imagine quelque chose qui sonnerait faux et une prétention déplacée. Alors que faire original parce qu'on le sent comme ça, parce qu'on a, sans prétention, envie d'essayer des trucs, parce qu'on est curieux, dans mon univers à moi ça ne peut être que positif. Et de mon point de vue ton texte appartenait clairement à la deuxième catégorie (même si j'aime pas "catégoriser" les démarches - c'est schématique). Dans tous les cas c'est toujours une prise de risque et tu peux facilement tomber sur des gens méprisants mais je pense pas que les mots qu'il a employé reflètent vraiment ta démarche.

Voilà désolée si je réponds de façon plutôt ciblée sans extrapoler assez.

Au plaisir de te lire, avec toute ton originalité :)
« Modifié: 11 avril 2019 à 09:24:21 par Ariane »

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 591
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument
« Réponse #2 le: 11 avril 2019 à 09:42:53 »
Réussir c'est subjectif, une œuvre n'est pas forcément faite pour tout le monde.
T'as des réalisateurs comme Nicolas Winding Refn
ou David Lynch qui ont une démarche hyper esthétisée auquel beaucoup de gens reprochent que c'est juste original pour faire original et que ça ne raconte rien. Mais tant que c'est assumé et que t'as un public derrière je ne vois pas le problème en fait.
Et même sans forcément parler de réussite, pour moi des films comme The Neon Demon ou Inland Empire sont loin d'être dénués de défauts, mais ça a au moins le mérite de proposer quelque chose de différent. Et puis je ne suis pas dans leur tête pour juger qu'ils ont forcé le truc pour être original à tout prix, alors à quoi bon ?
Ce qui est triste c'est qu'un artiste ait peur de faire dans l'originalité (à cause de gens comme ton gus) par peur d'échouer (notion subjective). Ce qui est triste aussi c'est qu'un artiste se sente obligé de faire original pour se démarquer, par peur d'être juste quelqu'un comme un autre. L'important du coup c'est que l'artiste soit en paix avec lui-même, qu'il sache ce qu'il souhaite faire et comment, le reste n'est qu'un bruit de fond.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile

En ligne Ariane

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 724
Re : De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument
« Réponse #3 le: 11 avril 2019 à 09:57:01 »
(Oui j'ai pas rebondi sur le "sans bien réussir", pour moi c'est une évidence que c'est subjectif...).

Citer
Ce qui est triste c'est qu'un artiste ait peur de faire dans l'originalité (à cause de gens comme ton gus) par peur d'échouer (notion subjective). Ce qui est triste aussi c'est qu'un artiste se sente obligé de faire original pour se démarquer, par peur d'être juste quelqu'un comme un autre.
Je suis absolument d'accord.

En ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 953
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument
« Réponse #4 le: 11 avril 2019 à 11:56:41 »
Il faut du courage, de la patience, de la curiosité et de la bonne humeur !! ^^

Bon courage, surtout.

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 483
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument
« Réponse #5 le: 11 avril 2019 à 20:20:48 »
Moi y'a des cas où je trouve ça triste (je commence ce message comme ça, je suis d'accord avec ariane et weg en totu sinon)
En fait c'est quand certains sont persuadés de faire original, alors qu'en fait ils font que se conformer à un autre moule. En fait je crois que c'est avant tout une question de démarche. En fait je pense au fait qu'il y a très souvent tout plein de gens qui font des textes trash/choc/rentre dedans et qui sont persuadés de faire subversif dans la lignée des Celine et Desproges. Ca peut être bon ou pas bon, j'ai toujours un peu l'impression qu'ils essayent plus de conformer leur écriture à un idéal qu'à leur ton propre. Ils veulent à tout prix se démarquer en faisant original alors qu'ils rejoignent juste un autre groupe de gens qui pensent pareil. Bref, je prenais cet exemple là... Juste pour dire que vouloir tendre vers un idéal, on y arrive pas uniquement en faisant un seul type d'écrit, en voulant absolument caser son écriture dans un idéal voulu alors que ce vers quoi on tend peut utiliser un autre chemin, plus naturel, pour arriver jusqu'à cet idéal.

En fait je pense que cette personne ne voit que le "faire" et pas assez le chemin. En fait ça n'a rien de triste de "rater", à partir du moment où pour toi ça s'ancre dans ton parcours d'évolution, que t'as appris inconsciemment des choses en faisant quelque chose de nouveau, bah même si ça a pas un résultat transcendant, déjà 1 la prochaine fois tu pourras améliorer encore le concept, 2 t'as entrainé ton esprit à avoir de nouvelles logiques et ça te seras que positif, et puis j'ajouterai même en 3 que des gens aimeront de toute façon, ou aimeront au moins l'idée que tu as eu et au pire, pourront t'aider à en améliorer la forme (cc nous) ;)



Donc la conclusion à ce superbe laius argumenté sera : fuck les rageux
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

Hors ligne barnacle

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 216
Re : De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument
« Réponse #6 le: 11 avril 2019 à 22:04:15 »
J'ai perso certainement ce travers de juger des livres avec la notion de "avoir voulu XXX sans y réussir", ce qui est pas très bien mais bon, c'est plus facile d'évaluer pourquoi quelque chose ne marche pas en essayant de deviner ce que ça essayait de faire marcher.
Après bon,  je fais ce jugement dans mon coin. J'essaye d'être assez malin pour ne pas aller dire à quelqu'un "t'as voulu faire ça". Mais pareil, "il me semble que il y a..." ça peut être utile pour expliquer ce qu'on pense.
Donc ultimement, dire "il me semble qu'il y a un désir d'expérimenter, mais pour moi ça ne va pas jusqu'au bout/ça manque du coup de XXX/ça ne me suffit pas", ça me paraît acceptable comme remarque.
Le truc est que ça n'est pas sans doute pas la même chose que "c'est original pour faire original" ou je ne sais quel était le mystérieux message déclencheur de ce sujet.

Hors ligne Erwan

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 357
Re : De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument
« Réponse #7 le: 12 avril 2019 à 15:00:02 »
Et l'échec/réussite ça renvoie à des normes, à un idéal de beau peut-être et blablabla, j'ai perdu le fil.

Mais vous en pensez quoi ?

Ben moi, l'échec et la réussite, je la comprends surtout dans un cadre professionnel, dans le cadre d'un art purement social, donc. Un écrivain ou un peintre qui veut vivre de son art, il doit plaire à assez de gens, il ne peut pas juste leur dire "ta gueule, je fais ce que je veux" sans risque de dormir sous un pont. S'il ne provoque pas l'engouement, ce qu'il a fait est juste merdique (professionnellement parlant, hein). Ça n'a aucune valeur (professionnelle). Un artiste pro est condamné à se diffuser, à attirer l'attention, à être aimé, au pire détesté, mais jamais laisser indifférent.

Après, je ne sais pas dans quel cadre tu te situes toi, mais en tant qu'amateur, je ne me pose pas toutes ces questions. J'ai fait des écrits, des poèmes, des peintures et croquis qui étaient de véritables merdes ambulantes sur un plan professionnel, et qui en tant qu'amateur étaient rigolotes à faire, et satisfaisantes, qui plus est. Après l'élitisme dans le monde amateur, moi je ne comprends pas. Je m'autorise toujours à être un gros nul de débutant en tant qu'amateur. Le professionnel n'a aucune chance de survie dans un monde artistique aussi compétitif en raisonnant comme cela, mais l'amateur a ce luxe. Je dirais que moi, j'en profite de ce luxe, autant que possible en tout cas...

Et sinon, pour finir, oui la réussite c'est un peu subjectif, mais pas totalement non plus, dans le sens de succès populaire (en gros, 20 000 personnes ont acheté un roman, pour l'auteur, ça c'est pas du subjectif, c'est du flouze et de la renommée, de la diffusion de son œuvre, laquelle vit donc). Voilà, et enfin, le succès populaire et la qualité artistique ont des liens assez ambigus, qui fait qu'on ne peut pas garantir que l'un va toujours de pair avec l'autre (et ça, c'est sans doute à cause de la subjectivité du sujet observant, je pense).
« Modifié: 12 avril 2019 à 15:19:55 par Erwan »

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 722
  • Lial' | Calamar placide
Re : De la volonté (navrante ?) de vouloir faire original absolument
« Réponse #8 le: 17 avril 2019 à 16:38:05 »
Je suis d'accord avec tout ce qui a été dit précédemment ^^

Et je rajouterais que parfois, faire un truc "original pour faire original", ça peut en partie rater pour cette fois (du moins pour certaines personnes, parce que subjectivité etc), ou du moins ne pas être aussi bien fait que ça aurait pu l'être ; mais que ça permettra par la suite de faire des trucs qui sont moins "original pour l'original", et plus "j'ai un truc à dire, et tiens justement j'avais testé cette technique précédemment et je pourrais l'utiliser/m'en inspirer, et hop".

Je pense en réalité que pour faire un truc original "bien" qui puisse plaire à plus qu'un nombre limité de personnes, il faut avoir fait auparavant des trucs qui sortaient des normes sans trop se soucier de si ça fonctionnerait ou pas (ou que d'autres l'aient fait). Mais du coup ce nouveau truc (je dis truc parce que ça peut être un texte mais pas que, et que "oeuvre" je trouve ça grandiloquent) ne paraitra pas forcément aussi original parce qu'il coulera mieux.

Enfin je suis pas encore certaine de mon avis sur la question. Mais moi je ne suis jamais triste de voir un truc original "échouer", je préfère en apprendre. Je suis par contre davantage triste quand il y a une bonne base ou de bonnes idées mais que ça n'est pas allé assez loin / que ça s'est limité à des schémas trop habituels.
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

 


SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Paques' Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.583 secondes avec 23 requêtes.