Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 avril 2019 à 03:52:47

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Wolfgang

Auteur Sujet: Wolfgang  (Lu 375 fois)

Hors ligne BettYY

  • Tabellion
  • Messages: 40
Wolfgang
« le: 21 mars 2019 à 01:35:28 »
Une pièce, deux pièces, et d'autres. Elles s'enchaînent, à chaque fois, il salue, bien droit, les yeux dans les creux. Elle sourit. De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre et parfois disparaît, et parfois est surprise. Elle est inconstante, Shakespeare l'a dit, mais qu'elle est noble, qu'elle est belle. Un teint resplendissant, elle luit et reluit, se pare des regards qui la couvrent, elle lui montre toujours sa meilleure face, sous son meilleur jour, elle tournoie, danse, avec grâce, captive, ceux qui la voient. Elle, captive de sa solitude. Évidemment que Beethoven devait arriver. Mais elle ne s'en lasse pas, il en est ravi. Un coup de vent, les étoiles s'éclipsent, ils frissonnent, elle se voile. Il la prie de rester encore un peu, de ne pas partir tout de suite, il n'a pas fini, il doit encore lui parler, encore quelques phrases, encore quelques lignes, quelques notes. Dans la foule brumeuse, il la perd, il crie, hurle, les yeux fermés et la gorge tendue. Comme à chaque fois, elle s'en est allée. Ses pensées se brouillent, la Terre tourne. À l'horizon, une clarté fend le ciel et son cœur. La nuit est chassée, sa Dame s'est enfuie, le jour l'a traquée, son cœur est de suie. Nuage noir, amour consumé, il est l'ombre du désespoir, de ce qui ne fut consommé.
« Modifié: 25 mars 2019 à 21:50:53 par BettYY »

Hors ligne Chapart

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 961
Re : Wolfgang
« Réponse #1 le: 24 mars 2019 à 06:00:51 »
Salut salut,

D'abord les détails:

De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre et parfois disparaît, et parfois est surprise.

Je trouve que la répétition de "et/est" rend la phrase un peu lourde… J'ai dû la relire pour comprendre la fin. "De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre et parfois disparaît, parfois surprend" (c'est juste un exemple, je pense qu'on peut trouver beaucoup mieux) sonnerait mieux, je trouve.

Un teint resplendissant, elle luit et reluit, elle se pare des regards qui la couvrent, elle lui montre toujours sa meilleure face, sous son meilleur jour, elle tournoie, danse, avec grâce, captive, ceux qui la voient.

J'aime bien le rythme. Je me demande si la répétition de "elle" est bien nécessaire.

Elle, captive, de sa solitude.

je crois que j'enlèverais la deuxième virgule

Évidemment que Beethoven devait arriver.

 :coeur:

Mais elle ne s'en lasse pas, il en est ravi.

j'aime bien ces changements de sujet en cours de phrase. ça souligne l'interaction.

Un coup de vent, les étoiles s'éclipsent, ils frissonnent, elle se voile.

à quoi se rapporte ce "ils" ?

Spoiler
[close]

Une lecture agréable, qui m'a interpellé. Merci du partage !  :)

Chapart

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 028
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Wolfgang
« Réponse #2 le: 24 mars 2019 à 21:07:31 »
Hello,

Citer
De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre
D’un jour à l’autre ?

Citer
De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre et parfois disparaît, et parfois est surprise.
Le « parfois est surprise » me semble maladroit, où est le sujet dans la phrase ?

Citer
elle se pare des regards qui la couvrent
Joli

Citer
elle tournoie, danse, avec grâce, captive, ceux qui la voient.
« devant » ceux qui la voient ?

Citer
elle tournoie, danse, avec grâce, captive, ceux qui la voient. Elle, captive, de sa solitude
X2 captive, ça s’entend à la lecture
la 2e virgule me semble de trop

Citer
Un coup de vent, les étoiles s'éclipsent, ils frissonnent, elle se voile. Il la prie de rester encore un peu
T’as « ils » dans la phrase d’avant et puis « il » dans la phrase d’après… c’est qui, le sujet ?

Pas très fan de la dernière phrase.

Sympa ce texte qui se lit comme en coup de vent mais y a plusieurs choses qui m’ont gênée, comme les pronoms ou les phrases au sujet lointain. Il y a des moments où la poésie m’a semblé forcée, comme par exemple « une clarté fend le ciel, fend son cœur ». Sinon le fond du propos ne m’a pas emporté, le « elle » est trop lisse pour que j’y adhère/y croie vraiment.

++ !

Hors ligne BettYY

  • Tabellion
  • Messages: 40
Re : Wolfgang
« Réponse #3 le: 25 mars 2019 à 20:32:29 »
Salut Chapart !

Merci beaucoup de m'avoir donné ton avis !! (J'appréhendais pas mal mon retour sur le forum, ça fait un petit bout de temps que je m'en étais éloignée.)

Elle sourit. De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre et parfois disparaît, et parfois est surprise.
En fait ici j'ai voulu induire que le croissant de lune = elle sourit, et la pleine lune = un O comme la forme d'une bouche sous la surprise. Du coup pour la répétition des "et" je vais essayer de trouver autre chose si c'est si lourd...

Un teint resplendissant, elle luit et reluit, elle se pare des regards qui la couvrent, elle lui montre toujours sa meilleure face, sous son meilleur jour, elle tournoie, danse, avec grâce, captive, ceux qui la voient.
Je vais effectivement enlever un "elle" ici haha

Elle, captive, de sa solitude.
Mmh tu es sûr(e) ? En même temps que je joue sur la polysémie du mot entre les deux phrases, je voulais ici instaurer un doute...

Mais elle ne s'en lasse pas, il en est ravi. Un coup de vent, les étoiles s'éclipsent, ils frissonnent, elle se voile.
Là les deux phrases s'expliquent ensemble : dans la première je les rassemble dans une même phrase, mais les sépare d'une virgule, je trouve que ça donne une impression de lointain rapprochement, d'inaccessible ; dans la seconde, le "ils" est pour les unifier véritablement une unique fois dans mon texte, unification qui annonce la rupture qui suit.


Merci d'avoir relevé le rythme ! Comme ça parle de musique...  :noange:

Spoiler
[close]


Hello Miromensil !

Je te remercie aussi beaucoup de m'avoir donné ton avis !!

De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre
J'aimais bien l'idée d'empilement, du poids du temps que le "sur" me permettait d'induire, mais si ça choque je peux changer.

De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre et parfois disparaît, et parfois est surprise.
C'est le sourire qui est surprise (comme une grimace est tristesse), j'ai voulu garder la connotation méliorative de la surprise. Je vais essayer de trouver autre chose mais j'avoue que j'ai déjà pas mal cherché pour arriver à et être satisfaite par cette tournure :')

elle tournoie, danse, avec grâce, captive, ceux qui la voient.
Ici je ne peux pas mettre de "devant", car elle captive ceux qui la voient, elle les hypnotise.

Un coup de vent, les étoiles s'éclipsent, ils frissonnent, elle se voile. Il la prie de rester encore un peu,
Le "il" est mon protagoniste principal, le "ils" l'unifie à sa Dame.

Moi non plus je ne suis pas fan de ma dernière phrase, elle fait trop artificielle, mais je n'ai pas encore trouvé de meilleur moyen de conclure le tout.
... Je ne comprends pas du tout ce que tu veux dire par les pronoms et phrases au sujet lointain  :'(  ça signifie qu'il y a une impression de trop vague ?
Je pense changer pour "une clarté fend le ciel et son cœur".
Peut-être que le "elle" est trop lisse car je l'ai trop caché... J'ai voulu faire quelque chose de subtil mais visiblement ça l'est trop puisque ce n'est pas compréhensible. I still have a long way to go.

Hors ligne Chapart

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 961
Re : Re : Wolfgang
« Réponse #4 le: 26 mars 2019 à 09:42:12 »
Coucou,

Salut Chapart !

Merci beaucoup de m'avoir donné ton avis !! (J'appréhendais pas mal mon retour sur le forum, ça fait un petit bout de temps que je m'en étais éloignée.)

Bon retour parmi nous, alors !  :)

Mais elle ne s'en lasse pas, il en est ravi. Un coup de vent, les étoiles s'éclipsent, ils frissonnent, elle se voile.
Là les deux phrases s'expliquent ensemble : dans la première je les rassemble dans une même phrase, mais les sépare d'une virgule, je trouve que ça donne une impression de lointain rapprochement, d'inaccessible ; dans la seconde, le "ils" est pour les unifier véritablement une unique fois dans mon texte, unification qui annonce la rupture qui suit.

Ah oui, en relisant en fait, je trouve que ça fait sens. Je crois qu'en commentant j'ai buté "localement" sur cette phrase détachée du reste, mais je crois qu'en relisant le tout d'une traite on comprend à quoi ça se rapporte.

Spoiler
[close]

Spoiler
[close]



Hors ligne BettYY

  • Tabellion
  • Messages: 40
Re : Wolfgang
« Réponse #5 le: 27 mars 2019 à 00:00:06 »
Coucou !

C'est vrai que cette sonate n'est pas celle qui le représente le mieux, mais comme tu l'as dit, dans la culture populaire c'est celle qui lui est le plus associée, donc la référence touche plus de personnes... (Vu que tu es un fanatique ....... l'allegretto de la Sonate 17 en ré mineur par Kempff  :coeur: )

Les références pas forcément évidentes sont voulues, j'aime l'image de l’iceberg : on en voit une partie, on sait qu'il y en a une beaucoup plus grosse cachée dessous, mais on ne la voit pas, on ne peut que la deviner. J'ai voulu laisser une part d'insaisissable, mais c'est la première fois que je tente ça donc c'est plus ou moins réussi haha. Puis, ce texte est un extrait d'un tout (pas encore terminé hhhh), donc c'est vrai que posé comme ça il doit manquer de fond.

Merci encore pour ton avis !  :noange:

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 028
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Wolfgang
« Réponse #6 le: 28 mars 2019 à 10:19:21 »
Re ^^

Citer
... Je ne comprends pas du tout ce que tu veux dire par les pronoms et phrases au sujet lointain     ça signifie qu'il y a une impression de trop vague ?

Autant pour moi, je me suis mal exprimé. Je pense que j’ai dû comprendre ton texte de travers à cause de cette histoire de sujets :

Citer
Une pièce, deux pièces, et d'autres. Elles s'enchaînent, à chaque fois, il salue, bien droit, les yeux dans les creux.

Elles = les pièces. Qui sait « il » ? Ca va être Shakespeare ? C’est bizarre dans la même phrase « elles » comme sujet + « il » alors qu’on ne sait pas qui c’est… mais ça passe encore, on comprend.

Citer
Elle sourit. De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre et parfois disparaît, et parfois est surprise.

Là j’imagine une femme sur scène
(et le "et parfois est surprise" me semble toujours aussi étrange u_u)

Citer
Un coup de vent, les étoiles s'éclipsent, ils frissonnent, elle se voile.

Là c’est qui, « ils » ? Les spectateurs ?

Citer
Il la prie de rester encore un peu, de ne pas partir tout de suite, il n'a pas fini, il doit encore lui parler, encore quelques phrases, encore quelques lignes, quelques notes.

Là je vois pas qui est « il » mais j’imagine que c’est Beethoven. En fait je trouve ça un peu dur de s’y retrouver entre tous les sujets, pour voir à qui ils se rapportent. Ce serait plus facile si le vrai sujet (« Beethoven ») était rappelé dans la phrase juste avant parce qu’alors je saurais que le « il » de la phrase d’après se rapporte à lui, tu vois ? C’est un espèce de conseil mais on peut ne pas être d’accord u_u

Citer
Dans la foule brumeuse, il la perd, il crie, hurle, les yeux fermés et la gorge tendue. Comme à chaque fois, elle s'en est allée. Ses pensées se brouillent, la Terre tourne.

Donc là on parle toujours bien de Beethoven j’imagine (je suis un peu perdue). Et idem pour le reste du texte.

Voilà grosso modo j’ai eu du mal avec les pronoms et les sujets, voir à quoi ils se rapportent directement. J’espère que c’est plus clair démontré comme ça ^^ Et pour la signification au sujet de la musique je suis passé complètement au-dessus perso
« Modifié: 28 mars 2019 à 10:21:09 par Miromensil »

Hors ligne BettYY

  • Tabellion
  • Messages: 40
Re : Wolfgang
« Réponse #7 le: 31 mars 2019 à 21:26:06 »
Coucou Miromensil !

Mmh, je vois que ce que j'ai voulu être fin et subtil n'est en réalité que très confus  :'(

Citer
Une pièce, deux pièces, et d'autres. Elles s'enchaînent, à chaque fois, il salue, bien droit, les yeux dans les creux.

Elles = les pièces. Qui sait « il » ? Ca va être Shakespeare ? C’est bizarre dans la même phrase « elles » comme sujet + « il » alors qu’on ne sait pas qui c’est… mais ça passe encore, on comprend.
"Elles" signifie bien les pièces, mais "il" signifie celui qui regarde la lune. Je ne le désigne que vaguement car la personne qu'il est n'importe pas, il peut être lui ou un autre. Shakespeare n'est qu'évoqué que pour la référence à une réplique de Roméo et Juliette, tout comme Beethoven plus tard, qui n'est qu'évoqué que pour sa Sonate dite Au Clair de Lune.

Citer
Elle sourit. De ce sourire qui change d'un jour sur l'autre et parfois disparaît, et parfois est surprise.

Là j’imagine une femme sur scène
(et le "et parfois est surprise" me semble toujours aussi étrange u_u)
C'est le but ! J'ai voulu la personnifier jusqu'au doute, voire la confusion. En fait, il faut lire la phrase "De ce sourire qui [...] parfois est surprise." (sinon bah pour l'étrangeté euh j'ai pas encore trouvé de solution  :-X )

Citer
Un coup de vent, les étoiles s'éclipsent, ils frissonnent, elle se voile.

Là c’est qui, « ils » ? Les spectateurs ?
Non, "ils" sont la lune et celui qui la regarde (comme le texte a une focalisation interne et que mon protagoniste est amoureux de la lune... elle est sa Dame).

Il la prie de rester encore un peu, de ne pas partir tout de suite, il n'a pas fini, il doit encore lui parler, encore quelques phrases, encore quelques lignes, quelques notes.
Du coup ici, le "il" reste mon protagoniste sans identité. Quand je dis plus haut "Évidemment que Beethoven devait arriver.", je signifie que, sans surprise, la sonate 14 a été jouée.

Dans la foule brumeuse, il la perd, il crie, hurle, les yeux fermés et la gorge tendue. Comme à chaque fois, elle s'en est allée. Ses pensées se brouillent, la Terre tourne.
"Il" reste mon protagoniste, "elle" est toujours la lune, et "ses" revient à celui qui la regardait.

Bon, je vais tâcher de mettre moins de flou la prochaine fois, à trop vouloir noyer le poisson... il m'a échappé.
(Pour la musique, il y a quelques petites références plus ou moins cachées, j'aime écrire ce qu'on lit mais qu'on ne voit pas haha)
Merci encore pour tes retours !

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 028
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Wolfgang
« Réponse #8 le: 01 avril 2019 à 14:32:38 »
Citer
"Elles" signifie bien les pièces, mais "il" signifie celui qui regarde la lune. Je ne le désigne que vaguement car la personne qu'il est n'importe pas, il peut être lui ou un autre. Shakespeare n'est qu'évoqué que pour la référence à une réplique de Roméo et Juliette, tout comme Beethoven plus tard, qui n'est qu'évoqué que pour sa Sonate dite Au Clair de Lune.

Ah yep, bonne idée, mais j'ai relu et... le mot "lune" n'apparait nulle part dans le texte, ça aurait été difficile de la visualiser du coup ^^ Quant au protagoniste sans identité, impossible de le lire aussi... (pour moi)

Bonne chance dans la suite de tes écrits ! (si ça se dit haha)

Hors ligne Nacas

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 553
  • Dragon d'encre
Re : Wolfgang
« Réponse #9 le: 01 avril 2019 à 21:52:57 »
J'aime énormément, enfin, raisonnablement, mais au-tout-fin du raisonnable.
J'm'en fiche, les sons sont jolis les murmures sont murmures et le chuchotis les fait cris ; enfin, je ne suis pas trop à chercher qui et qui ont dit et fait quoi ou qu'était-ce – alors j'ai simplement beaucoup aimé.
En fait, je pense que je pourrais en lire des paragraphes et des terres, sans m'en lasser juste en suivant la ligne, l'une après son avatar passée, plus haut, le temps que tu esquisses sa suivante – ce que tu fais drôlement bien.

Alors, merci à toi ! À la prochaine pour d'autres notes, que j'irai survoler.


Hâle vôtre,
Nacas.
Maybe there's a reason, maybe there's a rhyme
Maybe I'll figure it out, some other time...

Hors ligne BettYY

  • Tabellion
  • Messages: 40
Re : Wolfgang
« Réponse #10 le: 03 avril 2019 à 21:47:25 »
Coucou Nacas,

Je suis super touchée que ça t'ait plu ! Et je sens que tu as lu ça comme le songe que j'ai cherché à transcrire donc ça me rassure.

Merci pour tes encouragements !!

Hors ligne Skid

  • Plumelette
  • Messages: 16
Re : Wolfgang
« Réponse #11 le: 03 avril 2019 à 21:55:32 »
Décidément, sacrée lune!

Où se situe Tyler là dedans. A moins qu'il ne s'agisse du Maître et de sa Marguerite?

Hors ligne BettYY

  • Tabellion
  • Messages: 40
Re : Wolfgang
« Réponse #12 le: 03 avril 2019 à 22:47:00 »
Haha nan aucune allusion à Wolf, mais mon "il" est précisément sans identité ... donc qui sait ce qu'il est et ce qu'il n'est pas.
"Le Maître et Marguerite" ? Connais pas  :-\

Hors ligne Skid

  • Plumelette
  • Messages: 16
Re : Wolfgang
« Réponse #13 le: 03 avril 2019 à 22:59:25 »
Ahhhh ok! alors bravo d'avoir capté ma référence de niche :)
Et réjouis toi de ne pas encore connaître l'intrigue folle de cette queue de la comète russe que fut Boulgakov! Mais le parallèle avec le ressenti de ton court texte est frappant. D'autant plus qu'il se centre aussi sur la lune. Comme mon texte( pub gratuite), The Shining, The dark side of, Alice, Cyrano (vers l'infini).

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.073 secondes avec 24 requêtes.