Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 mars 2019 à 11:13:02

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » L'océan est plus grand que nous

Auteur Sujet: L'océan est plus grand que nous  (Lu 111 fois)

Hors ligne Hadrien

  • Buvard
  • Messages: 5
L'océan est plus grand que nous
« le: 15 mars 2019 à 16:31:08 »
J'ai enfin fini un texte dont je suis assez satisfait pour réussir à le poster ! C'est une nouvelle assez courte et j'aimerai bien avoir des retours... Ce texte a trouvé sa forme finale et je ne le retravaillerai sans doute pas, mais je suis quand même preneur pour des critiques de fond/forme pour que le prochain soit encore meilleur !

C'est de la SF et c'est là : [lien supprimé par la modération, merci de poster directement le texte sur le forum]

Edit : Oups j'aurais dû poster directement le texte, donc je le met en dessous !



Les poissons d'argent ont des sacs et des sacs d'oeufs dans leurs ventres. Les poissons d'argent ils nagent, ils nagent, ils nagent dans la nuit sans fin de leur océan. Au coeur de cette obscurité on peut à peine découper leurs formes élancées, noires sur fond noir. Sans repère vous croiriez observer des ombres immobiles dans l'espace immobile. Il n'y a rien ici, hors du temps, il ne se passe rien et soudain le sombre cortège approche. Ils passent et s'évanouissent dans la distance. Il n'y a rien ici. Il n'y a peut être jamais rien eu que le passage des poissons d'argent.

Si c'est tout ce que vous avez vu d'eux, vous ne comprendrez pas le nom, ni la nature des poissons d'argent. Il faut les voir à la lumière d'un soleil ! Il faut les voir danser autours d'une étoile pour nourrir de ses rayons leurs ventres de silicium. Le banc entier se brise en mille éclats irisés et chacun s'écarte, se rapproche, accélère, ralentit, prend un angle soudain dans sa course. Soudain, tous sont en pleine lumière et pas un des poissons d'argent n'est laissé dans l'ombre. Ils tournent, tournent, tournent et l'un d'entre eux rompt la magie, et un autre se détache, et un autre, et ils sont déjà repartis. Ils sont tous repartis comme ils sont venus, dans la nuit de l'espace.

Les poissons d'argent, ils jouent dans la marée entre les terres et les soleils. Il y fait sombre et froid pour vous qui n'avez pas leurs yeux et leur peau, et leurs écailles. Ils flottent dans ce rien du tout comme s'ils y étaient nés, sauf que bien sûr ils viennent d'un étang de lumière et de vie. Rien ne peut éclore dans les profondeurs, même pas les poissons d'argent.

Est-ce qu'ils rêvent de la prochaine danse, tous ces poissons d'argent quand ils filent dans le vide qui est le leur ? Est-ce qu'ils imaginent ce point de lumière au loin réchauffer leurs ventres et leurs dos quand ils avalent les kilomètres à grandes goulées ? Pensent-ils parfois à la fin du voyage ?

Là, ils sont encore baignés des derniers rayons de l'étoile de leur dernière danse, si petite maintenant, et si pâle, mais qui donne à chacun l'air d'une traînée de mercure sur le ciel étranger d'une planète glacée aux franges d'un système solaire sans nom. Les poissons d'argent n'ont pas trouvé ici ce qu'ils cherchaient ; ils sont déjà partis vers le prochain îlot.

Que pensez-vous qu'ils feront, tout ces poissons d'argent quand ils auront trouvé ce qu'ils sont partis chercher, quand ils auront déposé leurs oeufs dans la lumière ? Iront-ils ensemble parcourir l'obscurité encore, sans autre but que leur course vif argent ? Peut-être resteront-ils atterrés, morts, échoués pour offrir à leurs enfants un sanctuaire de leurs carcasses de titans. Ils laisseraient leurs petits grandir dans leurs crânes et leurs nageoires, ces petits qui avaient dormis au chaud de leur ventre l'éternité d'un voyage.

Les enfants des poissons d'argent construiraient leurs premières maisons avec les os de leurs parents, et ils amèneraient leurs propres enfants au cimetière d'acier et leurs diraient : "voici nos pères, voici nos mères". Ce serait comme une cérémonie.

Mais si, ayant accompli leur devoir et déposé leur sperme sur un roc ou un autre, ils retournaient dans le noir ; que seraient-ils alors ? Déchaînés de leur devoir, libre de toute destination, ils pourront enfin être les éclairs irisés du vide. Nageant pour nager, flottant pour flotter, courant pour courir d'étoile en étoile et de voie lactée en trou noir. Il s'arrêteront un instant pour observer la naine blanche qui dévore la matière de sa jumelle. Ils feront une grande danse au feu gargantuesque d'un quasar. Ils se sépareront et se retrouveront dix mille ans plus tard pour échanger les histoires de leurs explorations dans la beauté tragique d'une nebula.

Les poissons d'argents rêvent d'une éternité de jeux dans la marée entre les terres et les soleils.

Dans le ventre des poissons d'argent, cent et cent mille humains dorment. Sûrement qu'ils rêvent aussi dans leurs casiers bien alignés. Les humains rêvent de la fin du voyage.

Traînées d'acier, explorateurs du vide, les poissons d'argents rêvent d'un voyage sans fin.


« Modifié: 16 mars 2019 à 14:13:02 par Hadrien »

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 405
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : L'océan est plus grand que nous
« Réponse #1 le: 15 mars 2019 à 17:11:05 »
Bonjour Hadrien,

Nous allons supprimer ton lien vers Wattpad,  il est plus commode de lire (et pouvoir faire des copier coller) directement sur l'espace de notre forum, il est en effet fait pour ça :)

Bienvenue ^^ N'hésites pas si tu as des questions
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

Hors ligne Hadrien

  • Buvard
  • Messages: 5
Re : L'océan est plus grand que nous
« Réponse #2 le: 16 mars 2019 à 14:16:58 »
C'est corrigé ! J'ai édité mon premier message pour y intégrer le texte  ;D

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.056 secondes avec 22 requêtes.