Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 juin 2019 à 08:23:15

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » 1616

Auteur Sujet: 1616  (Lu 752 fois)

Hors ligne Léilwën

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 411
  • L'elfe au lapin roux
Re : 1616
« Réponse #15 le: 14 février 2019 à 00:20:51 »
Hey, donc je te réponds  ;)

C'est clair que ce n'est pas une fresque historique... Le texte est court et je ne crois pas avoir cherché à rendre les personnages attachants (j'en suis moi-même assez détachée je trouve)... Du coup je comprends que ça te déplaise !

Merci d'être passé !

:oxo:
Grammar nazi en désintoxication intensive

Tu débarques et tu es un peu perdu ? Je peux peut-être t'aider par ici

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 133
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : 1616
« Réponse #16 le: 06 mars 2019 à 15:51:22 »
Bonjour Léilwën,

J'avais lu précédemment ce texte, mais j'avais attendu que lectrices & lecteurs puissent le commenter avant mon propre retour pour ne pas déranger la lecture.

La première chose qui ressort de ce texte à mes yeux, c'est la force du thème que tu abordes au travers d'images passionnées et lyriques, il y a un quelque chose des légendes anciennes dans tes inspirations.

Citer
Au siècle du conformisme roi, les affranchis sont déjà morts. Bien sûr Isaure s'était fardée : elle avait suivi les foules, obéi à son père, feint l'ignorance... En vain. Elle ne vibrait pas ; elle ne vivait plus.

Ici, je trouve le thème très bien amené, tu dis en quelques mots en quoi l'obéissance peut devenir un enfer de privations, combien celle-ci ne peut convenir à une vie dont l'esprit recherche une croissance saine et consciente de la vie qui passe. Pour moi, une fois que tu es en mesure d'annoncer ces grandes thématiques, tu peux t'offrir la liberté de t'en écarter légèrement, de te donner les moyens de légèrement t'en éloigner pour ensuite revenir au cœur du sujet.

Donc je dirais qu'il m'a manqué dans le texte un quelque chose qui me permette de m'évader moi aussi, un quelque chose qui soit plus éloigné de l'excellente base que tu as su construire.

Citer
Quelques kilomètres plus loin, l'escadron se pose, la Mayeule reprend corps, l'épervier s'enfuit. « Je suis désolée, ton corps en fumée, tu n'auras point d'autre enveloppe ; mais te voici offert le don de la liberté : la pesanteur pour seule entrave. »

Ici, moins sur la narration et plus sur le fond ou le propos, je dirais que la fumée pour moi est comparable à l'effacement. Bon, c'est symbolique, il est possible que tu aies voulu t'en référer à d'autres symboles que moi-même alors je vais détailler mon propre sentiment sur la question.

Je dirais que vivre dans l'effacement pour regagner un semblant de liberté, c'est ne pas pouvoir assumer pleinement sa personnalité ou ses nombreuses aspirations. Je considère donc la nécessité de devoir se cacher non pas comme une liberté mais comme une restriction. La fumée serait quelque part cette image lointaine qui passe entre les feuilles des arbres sans en changer la forme, ce serait comme de parler de la transparence d'une vitre ou de la noirceur du voile, je n'y vois pas l'expression d'une liberté véritable.

Voici, donc, un questionnement qui émerge suite à ma lecture, le plaisir d'une découverte. Mon regard sur le texte est particulier, je sais que tu gardes ta propre écriture de ce texte pour toi, et que c'est une lecture singulière qui n'a pas vocation à contraindre en aucun cas, entendons-nous !

Merci à toi pour cette lecture ! Ça fait du bien, c'est riche et porteur de réflexions profondes.
« Modifié: 06 mars 2019 à 15:58:53 par Alan Tréard »

Hors ligne Dieter

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 897
  • Orthographe réformée = Histoire déformée
    • Dieter
Re : 1616
« Réponse #17 le: 06 mars 2019 à 17:36:44 »
Écrit par Léilwën, corrigé par Ashka, il est clair que je ne vais pas passer derrière.
Je regrette juste que ça termine mal. Le monde est pourri, alors si en plus l'imaginaire ne fait plus rêver...
On n'a rien inventé de mieux que la bêtise pour se croire intelligent.
Amélie Nothomb

jeannesansarc

  • Invité
Re : 1616
« Réponse #18 le: 06 mars 2019 à 17:50:02 »
Bonjour Léilwën

Cet un texte que je découvre il y a un petit quart d'heure ! j'ai aimé  ::) je suis rentrée facilement dans l'histoire. Je n'en ai fait pour l'instant qu'une seule lecture, j'y reviendrais plus tard, un autre jour.
Quand aux commentaires des uns et des autres mais quelle richesse  pour la novice que je suis  :coeur:
merci pour la lecture du conte et les coms associés  :)
« Modifié: 06 mars 2019 à 17:54:01 par jeannesansarc »

Hors ligne Léilwën

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 411
  • L'elfe au lapin roux
Re : 1616
« Réponse #19 le: 09 mars 2019 à 00:01:22 »
 :o :o :o Tout ça ! :o :o :o mais vous êtes fous ! (merci  :-[  _/-o_ _/-o_)

@Alan

Citer
Ici, je trouve le thème très bien amené, tu dis en quelques mots en quoi l'obéissance peut devenir un enfer de privations, combien celle-ci ne peut convenir à une vie dont l'esprit recherche une croissance saine et consciente de la vie qui passe.
=> je ne pense pas moi-même que l'obéissance soit un enfer de privation... Enfin, c'est trop large et trop réducteur "obéissance", ça ne veut rien dire... de l'obéissance à quoi parle-t-on ? Si on parle de lois, il y a certaines lois auxquelles il est bon d'obéir pour une "croissance saine" je crois... En l'occurrence, pour Isaure, sa désobéissance est liée à son incapacité à se fondre dans les attentes des mœurs de son siècle ; mais je ne suis pas sûre que sa "désobéissance extrême" (elle choisit une vie en marge de la société) lui ait été si bénéfique que ça...

Citer
Donc je dirais qu'il m'a manqué dans le texte un quelque chose qui me permette de m'évader moi aussi
=> personne ne s'évade de ce texte, pas même Isaure :mrgreen:

Citer
Je dirais que vivre dans l'effacement pour regagner un semblant de liberté, c'est ne pas pouvoir assumer pleinement sa personnalité ou ses nombreuses aspirations. Je considère donc la nécessité de devoir se cacher non pas comme une liberté mais comme une restriction. La fumée serait quelque part cette image lointaine qui passe entre les feuilles des arbres sans en changer la forme, ce serait comme de parler de la transparence d'une vitre ou de la noirceur du voile, je n'y vois pas l'expression d'une liberté véritable.
=> en fait "ton corps en fumée" est à prendre au sens littéral : son corps vient d'être brûlé, il est parti en fumée, perdu, elle ne pourra plus jamais le récupérer ; elle est "condamnée" à rester corbeau

Merci de ton passage et de ton commentaire :)

@Dieter

Citer
Écrit par Léilwën, corrigé par Ashka, il est clair que je ne vais pas passer derrière.
=> tu as tort mon cher Dieter ;) je trouve toute suggestion bonne à prendre et je pense que pour le coup, tu me surestimes beaucoup trop... la preuve, Ashka a trouvé pleiiiiiiiiin de trucs à dire  :D et c'est loin d'être la seule ;). Ça m'aurait donc beaucoup intéressée d'avoir tes avis détaillés ;)
Citer
Je regrette juste que ça termine mal. Le monde est pourri, alors si en plus l'imaginaire ne fait plus rêver...
=> c'est que je disais en incipit : je n'ai pas "imaginé" cette histoire, ça fait 6 mois qu'elle s'impose à moi (alors que je ne savais plus écrire :relou:) ... du coup à un moment, j'ai eu envie de la laisser sortir et puis tant pis si le style n'est pas top^^
Et donc pour la fin, ben c'est comme ça qu'elle s'est imposée, désolée :-[ (en vrai, ça ne se termine pas si mal que ça : l'âme d'Isaure est rescapée ; vu qu'on parle de magie/sorcellerie, rien ne dit qu'elle ne trouvera pas un moyen autre de finir sa vie en tant qu'humaine ! ou pas... :mrgreen:)

@ Jeanne (je peux me permettre de raccourcir ton pseudo ? :-[)

Je suis d'accord avec toi, il y a des fois je préfère même les coms et les interprétations du texte que le texte en lui-même ;)

Merci en tout cas d'être passée et d'avoir donné ton impression  :)

Je vous bisoute tous, fort. :oxo::oxo::oxo: Merci ! :coeur:
Grammar nazi en désintoxication intensive

Tu débarques et tu es un peu perdu ? Je peux peut-être t'aider par ici

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.051 secondes avec 23 requêtes.