Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

19 mars 2019 à 08:49:48

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Aube, Ben.G, Claudius) » Versants impavides.

Auteur Sujet: Versants impavides.  (Lu 463 fois)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 679
  • Miss Green Mamie grenouille
Versants impavides.
« le: 17 février 2019 à 18:49:14 »
Il y a longtemps que je n'ai pas posté de poésie, celui-ci j'aimerais avoir vos avis, d'une part sur le fond mais aussi sur la forme. Je l'avais inclus dans un hiver précédent, il s'ennuyait tout seul  :D


Sur la veine brûlée des montagnes arides
Le vent caresse en vain les ridules du temps
Cherchant sous les cailloux en ce jour de printemps
La source de l'espoir nourrissant les rapides.
 
Entre les rochers noirs, les lits demeurent vides
Le feu dans sa fureur a depuis bien longtemps
Tari l'eau des sentiers, tué sans contretemps
Les fleurs et les bosquets des versants impavides.
 
O Terre ! Éveille-toi ! Lance tes représailles,
Fais jaillir de ton sein le lait de tes entrailles
Le fluide nourricier, le ruisseau salvateur.
 
Blessée tu sais parfois laver tous les outrages
Pour combattre sans peur, tu sors de tes rivages
Et ton ventre se tend en flot dévastateur.
« Modifié: 22 février 2019 à 15:20:48 par Claudius »
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 356
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : Versants impavides.
« Réponse #1 le: 18 février 2019 à 15:08:39 »
wesh !


Citer
Sur la veine brûlée des montagnes arides
j'aime bien ce premier vers, il est solide et me plait, même s'il fait déjà déjà lu plein de fois

Citer
Tari l'eau des sentiers, tué sans contretemps
il faut faire la diérèse de sentiers pour avoir 12 (mais du coup ca fait tomber l'hémistiche sur la diérèse et c'est pas très gracieux)

Citer
O Terre ! Éveille-toi ! Lance les représailles,
hm, normalement une ponctuation après un e muet ne fait pas prononcer ce e muet ? ô Terreuh ! éveilleuh-toi (ca ferait 13, et pas très joli non plus je trouve)



A part ces vers, tout le reste me semble niquel sur la forme, bravo d'avoir géré les hémistiches ^^
Et pour le fond aussi, c'est une solide description de nature, bien que très classique comme image le lait nourricier de la terre, ça fonctionne quand même bien et y'a une certaine puissance qui s'en dégage



A plus :)

Les belles pensées s'oublient mais ne disparaissent pas.
- Publilius Syrus

Mon paradoxe de singe

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 679
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Versants impavides.
« Réponse #2 le: 18 février 2019 à 15:47:09 »


Coucou Ben, merci pour ton passage.

Tu m'as fait douter.

La poésie neo-classique admet deux écoles, la diérèse et la synérèse. On peut opter pour l'une ou l'autre des formes, à condition d'être cohérent tout au long du texte.

J'opte souvent pour la synérèse.

Il y a pourtant des exceptions pour certains mots, dont la diphtongue et difficile à lier. Comme ceux ayant ces terminaisons : jouer, muer, duo ... la diérèse s'impose d'elle-même.

Dans ce vers là j'ai bien 12 pieds, en synérèse et la césure au sixième.

Ta - ri - l'eau - des - sen-tiers / tu -é - sans - con - tre - temps
 1      2      3         4        5       6       7    8    9        10       11      12

O Terre ! Éveille-toi ! Lance les représailles,

Non Ben, la ponctuation n'exclue pas la liaison et j'ai bien 12 syllabes.

 ;) ;) ;)



Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 356
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : Versants impavides.
« Réponse #3 le: 18 février 2019 à 16:21:59 »
ah oui tu le fais sur tué...... j'avais pas capté  :facepalm: (je suis pas spécialiste en classique non plus j'avoue ^^ )

D'acc, j'étais persuadé que les virgules excluaient de fait la liaison (ce qui me semblait logique en vrai que c'est une pause), mais les points d'exclamation et suspension c'est vrai que parfois plus souple (est-ce qu'il faut pas mettre éveille en minuscule et pas muscule ?)
Enfin peut-être que comme tu dis y'a toutes les liaisons avec les ponctuations, j'ai sans doute de mauvais souvenirs ><
Les belles pensées s'oublient mais ne disparaissent pas.
- Publilius Syrus

Mon paradoxe de singe

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 679
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Versants impavides.
« Réponse #4 le: 18 février 2019 à 16:30:26 »


Pour avoir une idée. Un exemple classique, tiré de Phèdre de Racine.


Juste ciel ! Tout mon sang dans mes veines se glace !
Ô désespoir ! Ô crime ! Ô déplorable race !
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 495
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : Versants impavides.
« Réponse #5 le: 19 février 2019 à 14:31:19 »
Bonjour Claudius,

Très joli sonnet !
Brutal, émouvant...
Mère nature dans toute sa splendeur !
J'ai eu l'impression de lire l'histoire de Pompéi, à partir du second quatrain.

Merci pour ce partage.
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Become

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 290
Re : Versants impavides.
« Réponse #6 le: 20 février 2019 à 18:58:36 »
Je passais par là et puis j'étais pas sûre d'avoir déjà lu de la poésie de toi, et je pense pas que je pourrais donner un avis très constructif, n'étant pas une férue des règles de la poésie haha

Citer
Le vent caresse en vain les ridules du temps
j'aime bien les ridules du temps

Citer
Le feu dans sa fureur
hmm je sais pas, feu dans sa fureur ça fait un peu redondant ou lourd

Citer
O Terre ! Éveille-toi ! Lance les représailles,
Fais jaillir de ton sein le lait de tes entrailles
Le fluide nourricier, le ruisseau salvateur.
 
Blessée tu sais parfois laver tous les outrages
Pour combattre sans peur, tu sors de tes rivages
Et ton ventre se tend en flot dévastateur.
je trouve aussi qu'il y a une puissance qui se dégage de ces vers comme dit Ben, j'aime bien l'image du lait nourricier, enfin ça donne un côté charnel qui va bien avec le thème de la nature

Pour moi, le poème fonctionne bien :)
Vivons d'humour et de crème fraîche

Hors ligne MERL1

  • Tabellion
  • Messages: 25
  • Sakafoutr'
Re : Versants impavides.
« Réponse #7 le: 21 février 2019 à 07:53:31 »
Entre les rochers noirs, les lits demeurent vides
dEUmEUrEU est moche.


Lance les représailles
ce "les" est bien seul entre tous ces tutoiements. Pourquoi ne pas mettre "tes" (il est plus naturel dans le contexte)


À part ça, ça roule tout seul ^^


Spoiler
[close]


J'aime bien thème feu/eau, bien exploité, tant dans le vocabulaire que les idées évoquées.



Par contre, je voudrais rectifier des bêtises proférées impunément dans les commentaires précédents :
Ben.G : il faut faire la diérèse de sentiers pour avoir 12 (mais du coup ca fait tomber l'hémistiche sur la diérèse et c'est pas très gracieux)
Claudius : Dans ce vers là j'ai bien 12 pieds, en synérèse et la césure au sixième.

Tout d'abord "sentier" fait naturellement 2 syllabes [sã/tje], donc on ne peut pas faire de synérèse sur ce mot ; juste une diérèse sur la deuxième syllabe qui entendra le mot a 3 syllabes (Sen/ti/é)
La synérèse, c'est comprimer deux voyelles contiguës pour en faire une seule. Ex : po/é/sie [pɔ/e/zi] deviendrait poé/sie [pwe/zi]
En cherchant la lecture phonétique des mots, on trouve rapidement le nombre de syllabes (unité phonétique) qui composent un mot (1 diphtongue = 1 syllabe).
Enfin, il n'y a pas de pieds en poésie française, juste des syllabes.
Merci pour votre attention :)
« Modifié: 21 février 2019 à 08:20:51 par MERL1 »
Quand on s'attend à rien, on ne peut pas être déçu !

Hors ligne Fried

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 715
Re : Versants impavides.
« Réponse #8 le: 21 février 2019 à 08:43:32 »
Hello Claudius, j'ai aimé la simplicité du vocabulaire les images suscitées et l'énergie la fougue de la nature.
Merci pour la lecture.

Hors ligne elisabeth beaudoin homps

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 267
Re : Versants impavides.
« Réponse #9 le: 21 février 2019 à 16:19:16 »
Bonjour Claudius
J'ai bien aimé cette poésie, une promenade en terres aride qui me rappellent les garrigues assoiffées en été, tout est nu, les lits sont vides et puis brusquement l'eau jaillit en un flot effectivement dévastateur sur cette terre si sèche qu'elle ne peut pas l'absorber. J'aime l'idée de tension dans le ventre de la terre qui m'évoque des craquelures sur une peau tendue comme celle d'un tambour avant qu'elle ne sorte de ses gongs.
Lance "tes" représailles me paraitrait plus dans le ton du texte que "les" représailles" et poursuivrait le tutoiement.
A +

Hors ligne Lavekrep codaraque

  • Aède
  • *
  • Messages: 248
Re : Versants impavides.
« Réponse #10 le: 22 février 2019 à 14:41:24 »
Salut Claudius,
j'ai beaucoup aimé.
Pour ce qui est de la technique ( d'ailleurs je ne suis même certain d'employer le bon terme), d'autres, plus érudits que moi s'en sont chargés.
Personnellement, je suis tombé dans le piège de la liaison (innocente) du " ! ". Comme quoi, il me reste bien du chemin à parcourir avant d'oser me rendre coupable de la moindre critique à ce sujet.
A+

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 679
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Versants impavides.
« Réponse #11 le: 22 février 2019 à 15:19:20 »


Bernard merci pour ta présence fidèle.  ;D

Become merci à toi aussi pour cette première fois. Le feu dans sa fureur, j'ai voulu appuyer sur la force des incendies, surtout en montagne. J'y penserai pour changer peut-être.

Merl - je vais finir par me poser des questions, tu viens si rarement et toujours pour mette ton petit grain de sel sous mes écrits. Que dois-je en conclure ?

pour te répondre, je crois que tu dis différemment ce que je disais d'une manière plus concise.

Lorsque deux voyelles se suivent c'est une diphtongue. Si on les sépare il y a diérèse sinon c'est une synérèse. C'est simple non ?
Oui tes représailles, je corrige
Mais je te remercie des tes considérations et de l'honneur d'être sur la sellette du sieur Merle un peu moqueur.  ;D

Fried merci de ta gentillesse :)

Elisabeth, merci c'est tout à fait ça, ici aussi nous vivons ces extravagances de la nature. Je corrige tes représailles. Merci en tout cas de ton commentaire.

Lavekrep, oui on peut parler de technique, et oui on fait la liaison sans tenir compte de la ponctuation en milieu de vers.
Merci à toi également.

 :mrgreen: :mrgreen:


Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne MERL1

  • Tabellion
  • Messages: 25
  • Sakafoutr'
Re : Re : Versants impavides.
« Réponse #12 le: 25 février 2019 à 10:16:13 »
Merl - je vais finir par me poser des questions, tu viens si rarement et toujours pour mette ton petit grain de sel sous mes écrits. Que dois-je en conclure ?
Si tu te considères persécutée, je m'abstiendrai. Pas de ma faute si y'a que ta poésie qui me parle...



Lorsque deux voyelles se suivent c'est une diphtongue. Si on les sépare il y a diérèse sinon c'est une synérèse. C'est simple non ?
Je crains qu'on ne parle pas de la même chose. Je parle de voyelles phonétiques, et non de voyelles écrites.

1) Les syllabes phonétiques comportant une des 3 semi-voyelles du français (j dans payer & fille ; w dans oui & loi ; ɥ dans huit) ont la valeur d'une seule syllabe (alors qu'il y a orthographiquement entre 1 et 3 voyelles) ; par conséquent, elles ne sont concernées que par la diérèse (di=diviser) afin d'en faire 2 syllabes (pai-ié ; fi-yeu ; ou-i ; lo-a ; hu-it). DONC, on NE peux PAS faire de synérèse, puisqu'il n'y a QU'UNE SEULE SYLLABE a la base (phonétiquement s'entend).

2) La synérèse est l'opération inverse : fusionner 2 voyelles phonétiques (de valeur unitaire une syllabe) contiguë un seule syllabe (et donc générer une semi-voyelle la ou il n'y en n'avait pas avant). Mon exemple : po/é/sie [pɔ/e/zi] devient poé/sie [pwe/zi].

Dans tous les cas, je ne pense pas qu'on puisse choisir de faire une diérèse ET une synérèse sur une même syllabe, ce que ta phrase que j'ai citée sous-entend. Soit la syllabe a une valeur naturelle de 1 divisible en 2 (une synérèse sur un syllabe, ca ferait une demi-syllabe ?) ; soit on a 2 syllabes/voyelles contiguës que l'on fusionne (une diérèse sur 2 syllabes, ca fait 4 ? ou une des 2 pour en avoir 3 ? Naaaannn...)


EDIT : petite précision supplémentaire avec le mot duo.
À l'écrit, il comporte 2 syllabes (du-o) ; dans ce cas-la on ne peut faire qu'une synérèse (dɥo)
Phonétiquement, il comporte la demi-syllabe ɥ (dɥo) et donc ne comporte qu'une syllabe phonétique ; on pourra donc appliquer une diérèse en 2 syllabes phonétique (du-o)
Cela ne dépend pas du mot mais de la façon dont tu le considères (écrit/phonétique).
Stricto-sensu, on peut choisir faire une synérèse sur les syllabes orthographiques de "duo" ou bien une diérèse sur la syllabe phonétique de "dɥo". Donc pour être correct, il faut considérer tout le poème soit selon l'orthographe/écrit, soit selon la phonétique/parle. Perso, je suis de la deuxième école (lire à voix haute). Si tu es de la première, on sera toujours en décalage :mrgreen:

Signé le Merlu, qui radote car ça l'botte (en touche lol)
« Modifié: 25 février 2019 à 12:19:46 par MERL1 »
Quand on s'attend à rien, on ne peut pas être déçu !

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 679
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Versants impavides.
« Réponse #13 le: 03 mars 2019 à 14:12:40 »
 ;D ;D

Bon je suis d'accord avec toi,  pour le premier exemple, mais là n'était pas mon propos dans le cas présent.

Je disais simplement que l'on peut faire un choix pour les diphtongues, diérèse ou synérèse, mais que dans certains cas on devait obligatoirement séparer les deux syllabes comme dans "duo, jouer, etc..." et les mots qui s'y apparentent. Je n'aurais pas l'idée de ne considérer que deux syllabes à poésie, pour moi po-é, doit être séparé c'est presque logique "pouet ! pouet!" poète.

Je ne vois pas en quoi ma phrase incite à mêler synérèse et diérèse. Ce n'est pas du tout ce que j'ai dit.

Il me semblait avoir été claire, deux voyelles = diphtongue. Considérons : piété - si on sépare - pi-é-té c'est une diérèse, si on ne sépare pas -pié-té - c'est une synérèse.

Je reprends ma phrase :
Lorsque deux voyelles se suivent c'est une diphtongue. Si on les sépare il y a diérèse sinon c'est une synérèse. C'est simple non ? Où tu vois le mélange des deux ? C'est l'un OU l'autre.

Je pense que nous parlons de la même chose, mais tu l'as dit avec bien plus de précision que moi.

Pour ma remarque sur ton passage en poésie, c'était un pied de nez (ou une boutade)...

Bonne continuation et merci de ces précisions hautement détaillées.
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Angieblue

  • Tabellion
  • Messages: 32
  • Je suis parolière de chansons à textes (poétiques)
    • Easyzic
Re : Versants impavides.
« Réponse #14 le: 05 mars 2019 à 20:52:42 »
Bonsoir,

C'est un très beau poème avec de belles allitérations, comme celle en "v" contenue dans le titre et dans tout le texte.
Il y a aussi une belle personnification des différents éléments, comme le vent ou le feu, et j'aime beaucoup la métaphore qui établit une analogie entre la terre et une mère nourricière et salvatrice.
Le texte est musical, fluide, et l'emploi de l'impératif lui donne de la personnalité ainsi qu' un caractère incantatoire.
Vous avez vraiment une belle plume, c'est à la fois technique et inspiré.
Angie

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.055 secondes avec 23 requêtes.