Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

27 mai 2019 à 00:03:48

Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions (Modérateurs: Milora, Aube, Ben.G) » vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?

Auteur Sujet: vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?  (Lu 685 fois)

Hors ligne SimSam

  • Plumelette
  • Messages: 13
  • Je ne suis pas un robot
vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« le: 17 février 2019 à 12:05:22 »
Ce sujet s'adressent à ceux qui font partie de la "population active" et ceux qui s'apprêtent à entrer dans la "vie active".
Selon wikipedia, la population active désigne toutes les personnes en âge de travailler et disponibles sur le marché du travail… ce qui exclut tout de même pas mal de monde (étudiants non-salariés, retraités, enfants et ados, personnes ne recherchant pas d'emploi, artistes indépendants, zadistes…)

Cette année, si tout se passe bien, je termine mes études et me lance, avec enthousiasme et détermination, dans la vie active... ou pas.
Dans mon master création littéraire, qui n'est absolument pas professionnalisant, nous sommes confrontés à cette dure vérité : nos chances de trouver un emploi qui soit compatible avec nos aspirations artistiques sont très minces, et si en plus on ajoute à ces aspirations artistiques un désir d'être vraiment utile en contribuant, par exemple, au progrès de la société ou bien à la protection de l'environnement — hmm… la tentative désespérée de limiter la casse —, et bien trouver un tel emploi me paraît presque impossible.

Alors ? Faut-il revoir ses aspirations à la baisse ? mettre ses valeurs et ses principes de côté ? Ou bien se lancer à corps perdu dans la création artistique quitte à vivre dans une très grande précarité ? La réponse, bien sûr, dépend de chacun. Dans mon cas, je ne l'ai pas encore trouvée.

Qu'en est-il de vous ?
Parvenez-vous à concilier emploi lucratif et activité artistique ?
Avez-vous sacrifié vos aspirations pour une vie un peu plus stable ?
Êtes-vous prêts à tout quitter pour laisser libre cours à votre désir de créer ?
Que pensent vos proches de votre activité d'écriture ?


J'aimerais beaucoup avoir votre avis sur toutes ces questions !
Merci d'avance  :)

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 726
  • Lial' | Calamar placide
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #1 le: 17 février 2019 à 12:24:37 »
J'ai pas trop le temps, mais pour faire court :

- y'a très très peu d'auteurs qui ne vivent que de ça
- y'en a un peu plus qui arrivent à vivre en écrivant +en  traduisant (ça doit être une bonne part du salaire) et/ou en faisant des interventions, genre dans les écoles pour les auteurs jeunesse, ou des ateliers d'écriture

Et aussi, pour en vivre, à moins de sortir un super best-seller, il faut écrire beaucoup - 1 à 2 romans par ans, je dirais, à la louche. Il doit exister des informations à ce sujet sur le net, sur des blogs par exemple, en particulier dans le domaine de l'imaginaire.

Beaucoup ont un boulot (éventuellement pas à temps plein) à côté de l'écriture. Ensuite, c'est à toi de voir ce sur quoi tu peux/veux bosser.
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne SimSam

  • Plumelette
  • Messages: 13
  • Je ne suis pas un robot
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #2 le: 17 février 2019 à 12:35:50 »
Salut Kailiana !

Ce qui m'intéresse, c'est plutôt d'avoir votre ressenti par rapport à ces questions, de savoir comment vous vivez ça au quotidien…

Hors ligne Verasoie

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 950
    • Attendez-moi sous l'orme.
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #3 le: 17 février 2019 à 13:18:47 »
Perso j'ai choisi de vivre ma "vie active" au feeling et sans tenir compte des "cases" ou des "conseils de bon sens" prodigués par la société et/ou ma famille :mrgreen:

Du coup l'écriture reste un hobby 80% du temps, même si j'ai pu aussi gagner quelques sous avec des publications, et aussi l'intégrer de temps en temps à mon travail (je suis animatrice).

Le taf, je le choisis en fonction de sa praticité (horaires/lieu), de sa facilité d'embauche aussi (pour plus de tranquillité d'esprit / je bosse en restauration en intérim parce que ça embauche à balle) / d'opportunités qui se proposaient (mon taf d'animatrice c'est en allant  de petit job en petit job que j'en ai trouvé un très cool qui m'a plu longtemps !).

Quand un travail m'ennuie ou que je sens que je travaille contre mes valeurs, je change.

Les avantages c'est que je me dis quasiment jamais "pfff ma vie me convient pas". Jsuis carrément happy et je m'éclate sans regrets huhu.

Les inconvénients : je déménage tout le temps, mon profil ne met pas en confiance les agences immobilières, parfois j'ai pas de maison, parfois j'ai vraiment pu de sous, j'peux pas avoir de chat parce que je sais que je vais pas pouvoir m'en occuper...

C'est vraiment qu'un exemple perso ! Mais je trouve ce fil cool, quand j'étais au lycée je rêvais de la vie que j'ai maintenant et j'étais somehow persuadée qu'il était impossible que j'y arrive un jour oO. C'est rencontrer des saisonniers ici et là qui m'a donné assez de confiance pour continuer à faire ma tête de mule xD. Donc partager des modes de vie différents ça réconforte toujours, on se dit que sa vie rêvée elle est faisable : )


Edit parce que j'ai répondu un peu à côté en fait lol :


- du coup oui, j'arrive à concilier emploi et "vie artistique", parfois les deux vont de pair, parfois je fais l'un et l'autre séparément mais le même jour, parfois je fais l'un pendant un mois, l'autre le mois suivant
- j'ai pas sacrifié mes aspirations ni revu les choses à la baisse ; au contraire, je les ai suivies avec tellement d'entêtement que parfois ça m'a mise dans la galère :mrgreen: mais bon, tout le monde passe une partie de sa vie dans une galère ou une autre, peu importe le chemin choisi
- je pourrai jamais tout quitter pour écrire, jsuis pas assez passionnée d'écriture pour ça :mrgreen: j'ai besoin d'alimenter l'écrit avec le reste de la vie. C'est une partie de ma vie mais je veux pas sacrifier toutes mes parties à une seule, l'équilibre est trop important
- mes proches, sauf ceux d'ici, ne "voient" pas le processus d'écriture. Ils voient le résultat s'il y en a un (publication) et trouvent ça cool. Ils se représentent pas du tout le reste, ça les regarde pas trop d'ailleurs, je leur en parle pas plus que ça, sauf pour dire "hier soir j'ai écrit" à la grande limite, comme je dirais qu'hier j'ai joué à Civi ou été au bar ^ ^
« Modifié: 17 février 2019 à 13:30:40 par Verasoie »
Pendant des années la vie ne vous lâche rien que des mesquineries minables, et encore faut-il les lui arracher, sans compter la bonne humeur qu'on dépense à rester joyeux pour lui plaire, et tout à coup, sans raison, allez savoir pourquoi, elle vous balance sans prévenir des trésors dans les pattes.

Hors ligne Papillon

  • Tabellion
  • Messages: 45
    • Bulle de Papillon
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #4 le: 17 février 2019 à 19:06:38 »
Bonsoir Simsam,

Pour ma part, l'écriture à fait partie de moi peu après le début de ma vie active, suite à un événement douloureux. Je m'en suis approchée petit à petit, en parallèle de mon travail dans le domaine du droit (oui, rien à voir !), à temps complet, et de la gestion de mon "chez moi" et de ma fille à charge totale. Je concilie vie active et familiale comme je peux, mais aujourd'hui, je souhaite me rapprocher de l'écriture alors j'ai entamé des démarches pour que toute ou partie de la formation que je souhaite faire (lecteur/correcteur), me permette de cumuler deux emplois pour ensuite bifurquer, pourquoi pas, à temps complet vers un métier qui me plaît vraiment.

Le métier d'écrivain est effectivement contraignant. Un à deux livres à an, dans le meilleur des cas (?), c'est très stressant, je trouve. Est-il possible de trouver l'inspiration suffisante pour écrire quelque chose qui en vaille vraiment la peine quand le couperet des délais flotte au-dessus de la tête ? J'avoue que j'admire vraiment ceux qui en sont capables. Mais les "bons". Parce qu'écrire, c'est bien, mais écrire "juste" pour commercialiser tout en faisant de la crotte (désolée du terme), est-ce vraiment une bonne chose ?

Quoi qu'il en soit, et sans vouloir couper ton envol, dis-toi que vivre uniquement d'un métier qui inspire et plaît vraiment à 100%, surtout dans le domaine de l'écriture, je crois que c'est difficilement envisageable. A moins d'être né sous une vraie bonne étoile...
Il est possible, et vu tes études, tu peux le faire facilement, d'avoir un cercle de connaissances dans le milieu, et "faire son trou", petit à petit. Mais ne compter que dessus me semble... fragile.
Mais cela n'engage que moi, bien entendu...
« Modifié: 17 février 2019 à 19:10:28 par Papillon »
"Le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ?"
Edward Lorenz

Hors ligne Lo

  • ex Loredan
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 8 293
  • ancien roi singe
    • olig marcheur
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #5 le: 17 février 2019 à 19:28:43 »
Salut SimSam, merci pour la discussion !

Euh ben du coup je suis sorti de la vie active. Mais j'ai appris à la télé qu'en étant "actif à l'intérieur, ça se voit à l'extérieur", maxime que je m'acharne à mettre en pratique. Et chaque soir en m'endormant je me dis : "Ça va bien finir par se voir, merde..."

Bref je me sens plutôt passif dans la "vie active" parce que j'ai plutôt eu une activité type gagne-pain (même si elle m'intéressait). Mais clairement je n'aide plus à faire tourner l'économie française depuis un certain temps. (Je crois qu'elle me soule pas mal, l'économie française.)

Du coup j'ai pas grand-chose à concilier... Mes aspirations artistiques sont au beau fixe et mon inconfort économique ne me gêne pas du tout pour l'instant. (:
"Il était tard lorsque nous bûmes." (René Daumal)

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 535
  • Chercheur en causes perdues
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #6 le: 17 février 2019 à 20:00:34 »
Salut !
Si jamais, tu trouveras peut-être des infos intéressantes et/ou complémentaires dans ce fil.

Ensuite, pour resituer, puisque comme tu l'as dit, chaque situation est différente.
J'ai fini mes études en 2015 et après en gros un an de chômage et petits boulots, je bosse depuis septembre 2016 avec un salaire et une intensité soutenables, sans pression de précarité. Je fais 40h/semaine et ai 1h30 de transports (train + vélo)/jour.
D'un autre côté, j'ai jamais eu spécialement d'aspiration à la vie artistique :mrgreen:

Du coup, n'ayant jamais beaucoup écrit, ça n'a pas vraiment baissé mon rythme d'écriture. Le temps, je l'ai, c'est plutôt que je ne le prend pas (j'écris essentiellement le soir dans le train, de temps en temps sur d'autres évènements). C'est plus le MdE qui m'a gardé le pied à l'étrier grâce justement à ces évènements et défis qui poussent à écrire.
Du coup je pense qu'il n'est pas inenvisageable d'écrire en faisant un métier à côté (bien au contraire, j'ai plein de gens que je connais qui le font d'ailleurs), mais il faut de la discipline et un boulot qui prenne pas trop de temps (en transport et en taf), ni d'énergie (que ce soit en tant que taf ET en termes de précarité, notamment alimentaire).
Mais surtout de la discipline.

"The most human thing of all: attempt something futile with a ton of unearned confidence and fail spectacularly!"

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
A. Roy

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 599
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #7 le: 17 février 2019 à 20:07:38 »
Je suis assez serein dans le fait de concilier mon boulot + mon écriture.
Généralement le soir j'ai le temps de me poser dans un café avant de rentrer, sinon dans les transports en commun ou dès que j'ai un peu de temps je peux sortir mon carnet et avancer sur mes textes.
Vivre que de ça je ne suis pas sûr que ça me plairait, non seulement car c'est la grosse dèche financièrement (même en se vendant à presque 100 exemplaires j'ai gagné que dalle avec mon premier bouquin), mais je trouve aussi nettement plus stressant de devoir vivre de son écriture, je ne pourrais pas y prendre autant de plaisir, et pour un truc qu'il faudra faire à plein temps, j'en aurai vite très marre.
Du coup je ne pense pas qu'il y ait forcément un sacrifice en choisissant d'avoir une vie active, ça peut être une bonne bouffée d'air frais entre deux projets d'écriture. En tout cas je le vois comme ça.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile

Hors ligne Lo

  • ex Loredan
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 8 293
  • ancien roi singe
    • olig marcheur
Re : Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #8 le: 17 février 2019 à 21:10:31 »
Je suis d'accord avec Loïc sur l'importance de la discipline. Les deux nanos (défi consistant à écrire un roman pendant les 30 jours de novembre) où j'ai eu l'impression d'être le moins en galère, c'était les deux où j'avais un emploi du temps assez chargé (le premier, fac + nouveau taf à 20h/sem + grosses chouilles très régulières ; le deuxième, taf à 39h/sem). Du coup je savais qu'à l'heure du dej par exemple j'avais 40min pour écrire et je m'y employais quasi systématiquement. Et puis j'ai dû moins aller au bar le soir, ou y aller quand même et écrire rébou et être fatigué le matin, je sais plus :mrgreen:
Bref, j'ai souvent galéré pour les nanos où j'avais "rien d'autre à faire qu'écrire".

je trouve aussi nettement plus stressant de devoir vivre de son écriture, je ne pourrais pas y prendre autant de plaisir, et pour un truc qu'il faudra faire à plein temps, j'en aurai vite très marre.
Je suis aussi pas mal d'accord avec ça. Je sais pas si j'y trouverais moins de plaisir, mais en tout cas j'imagine vraiment cette situation comme une source de stress découlant sur un manque de sérénité face à l'exercice quotidien d'écriture, les remises en question, le manque de confiance quoi.
"Il était tard lorsque nous bûmes." (René Daumal)

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 642
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #9 le: 18 février 2019 à 00:45:44 »
C'est intéressant comme question ^^


Je peux moyennement te répondre vu qu'actuellement bah, je suis pas dans la vie active comme on dit... Mais j'y étais ahem. J'ai fait des études pour ça et, la façon/où ca me menait, bah au final ca m'a pas convenu (dans des bureaux, même si c'était dans le domaine que j'aimais, bah, nope). Et, j'avais voulu m'acharner là-dedans parce que c'était une partie de ce que javais prévu, mais c'était trop pesant au final, et à côté les exemples de gens qui vivent comme ils veulent et qui se sentent bien, comme Vera, m'avait apparus comme être largement plus... épanouissants personnellement, même si plus galère économiquement. Donc je crois qu'actuellement j'ai plus envie d'aller vers ça,ça me dérange pas perso de faire des petits jobs, faire du freelance ou des contrats courts dans le domaine que je connais quand je peux et ensuite, verrai bien ^^ Mais ouaip, je crois que le sacrifice était de l'ordre de ma santé mentale, et je suis pas prêt à mourir comme ça, trois ans là-dedans m'ont suffit pour savoir qu'à plein temps, non. Et ca fait mal au cul de s'être planté et d'essayer ensuite de faire autre chose, faut prévoir des plan b (et voir c et d, en vrai de vrai)
Et mes proches comprennent pas tellement ce que je fais/voudrai faire actuellement (puisque c'est pas encore concret), attachés au "vrai travail", mais dans tous les cas ils accepteront/soutiendront même si pas foncièrement pour donc ca posera pas de soucis ^^
Mais bref, c'est rassurant aussi de savoir que si t'es prêt à la galère, c'est pas impossible non plus

Après.. tout dépend comment tu te connais, j'ai envie de dire, tu peux toujours tester des trucs, y'a toujours des moments charnières de toute façon où même si le choix te paraitra préférable, faut voir toutes les causes et conséquences que ca entraine (est-ce que si j'accepte ce CDI je serai capable de pas m'encrouter et garder la même fougue créatrice, de quitter ce job si n jour j'ai envie ?), si t'as besoin de te fixer des limites pour faire le point, si t'es capable de yoloter sans angoisser ou plutôt, comment tu sais gérer tes angoisses pour savoir que même si c'est la merde tu vas réussir à retomber sur tes pattes (bref bref, je baragouine haha)
L'essentiel c'est de se connaitre et d'apprendre à se connaitre pour savoir la meilleure chose à faire (si tu t'en fous d'être malheureux, soit, tu peux écouter et te fixer des obligations, mais bon, c'est jamais très souhaitable ^^ )

un peu fouillis ma réponse mais bon ^^
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

Hors ligne Ariane

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 844
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #10 le: 18 février 2019 à 04:25:30 »
Bonsoir,

C'est intéressant de tous vous lire :) même si quand les métiers ou domaines professionnels ne sont pas nommés, ça me donne envie d'en savoir plus ^^ pour mieux me représenter les choses...

EDIT :
En fait j'avais raconté ma vie mais je supprime, ça me gêne et ça me semble inintéressant, désolée  :-[ ... Le résumé c'est que j'essaye de concilier au mieux loisirs et métier en me libérant de plus en plus de temps ; que c'était chouette le meeting 2018 parce que ça m'a donné envie de changer de mode de vie et que j'ai réussi à réadapter plein de choses suite à cette impulsion d'été ; que je pense que je serais très heureuse en ne faisant qu'écrire ; mais que je pense pas avoir le talent pour réussir ou me renouveler assez ; et que les proches qui me soutiennent beaucoup pour l'écriture, curieusement, sont aussi ceux qui pensent que je suis faite pour mon métier.
« Modifié: 18 février 2019 à 05:12:10 par Ariane »

Hors ligne SimSam

  • Plumelette
  • Messages: 13
  • Je ne suis pas un robot
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #11 le: 18 février 2019 à 12:47:16 »
Merci pour vos partages d'expériences, je vois déjà beaucoup de diversité et ça me rassure un peu :)

je pourrai jamais tout quitter pour écrire, jsuis pas assez passionnée d'écriture pour ça :mrgreen: j'ai besoin d'alimenter l'écrit avec le reste de la vie. C'est une partie de ma vie mais je veux pas sacrifier toutes mes parties à une seule, l'équilibre est trop important
Je trouve ça assez parlant. En fait l'idée de ne faire qu'écrire ne me paraît pas viable non plus, parce qu'on écrit souvent à partir de notre expérience de la vie. Après, perso, j'arrive à trouver plein d'autres choses qu'écrire pour m'occuper et m'épanouir en même temps ; c'est un peu plus problématique quand il me faut gagner de l'argent !

Bref je me sens plutôt passif dans la "vie active" parce que j'ai plutôt eu une activité type gagne-pain (même si elle m'intéressait). Mais clairement je n'aide plus à faire tourner l'économie française depuis un certain temps. (Je crois qu'elle me soule pas mal, l'économie française.)

Du coup j'ai pas grand-chose à concilier... Mes aspirations artistiques sont au beau fixe et mon inconfort économique ne me gêne pas du tout pour l'instant. (:
Merci Lo ! Je suis content de voir que tu arrives à trouver le moyen de créer malgré l'inconfort, ça ne doit pas être facile de trouver des moments de sérénité quand on est précaire, mais j'imagine qu'avec l'habitude et un peu de travail sur soi, on peut y arriver…

Et mes proches comprennent pas tellement ce que je fais/voudrai faire actuellement (puisque c'est pas encore concret), attachés au "vrai travail", mais dans tous les cas ils accepteront/soutiendront même si pas foncièrement pour donc ca posera pas de soucis ^^
Mais bref, c'est rassurant aussi de savoir que si t'es prêt à la galère, c'est pas impossible non plus
Ça me rappelle un peu ma situation. Mes parents ont un peu de mal à accepter que je n'avance pas en ligne droite, que je ne cherche pas à mener une carrière dans tel ou tel domaine mais que je préfère aller explorer à droite à gauche et faire les choses à mon rythme. Ça leur fait peur, et j'ai parfois du mal à me détacher totalement de leur point de vue. Je sais ce à quoi j'aspire vraiment et que je ne suis pas fait pour une carrière avec un emploi stable dans un bureau, ni aucune carrière d'aucune sorte — l'idée même de carrière me rebute —, sauf artistique, mais je me laisse encore beaucoup influencer par leurs propres peurs. Et comme ils me financent à cent pour cents, j'ai du mal à trouver ma propre voie sans me sentir complètement redevable, j'ai toujours l'impression de chercher des compromis pour à la fois me satisfaire et rassurer mes parents. Mais je sais que ça ne me convient pas. Je me dis que comme je suis plutôt intelligent et que j'ai pas envie de me laisser mourir, j'arriverai à trouver des solutions le jour où j'aurai à prendre mon indépendance... mais je n'ai pas encore vraiment été confronté à ça.

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 599
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #12 le: 18 février 2019 à 12:58:49 »
Tu sais t'es pas obligé de faire carrière ou de passer ta vie derrière un bureau.
Un job alimentaire à mi-temps sans trop de responsabilités ça peut faire l'affaire si t'es prêt à te serrer la ceinture h24 pour pouvoir gratter tes textes le reste du temps.
Je crois que la vraie question pour toi n'est pas trop en rapport avec le fait de vivre uniquement de l'écriture, mais plutôt de trouver ta place dans la vie active avec un job ou pas. Quoi que tu fasses, l'important c'est que tu t'y sente bien, tu verras que l'écriture suit toute seule après.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 642
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #13 le: 18 février 2019 à 14:15:00 »
Citer
Et comme ils me financent à cent pour cents, j'ai du mal à trouver ma propre voie sans me sentir complètement redevable, j'ai toujours l'impression de chercher des compromis pour à la fois me satisfaire et rassurer mes parents. Mais je sais que ça ne me convient pas. Je me dis que comme je suis plutôt intelligent et que j'ai pas envie de me laisser mourir, j'arriverai à trouver des solutions le jour où j'aurai à prendre mon indépendance... mais je n'ai pas encore vraiment été confronté à ça.

Ah oui, je comprends quand on n'a jamais pu encore se financer soi-même (ca fait chier cette question ed l'argent, mais pour gagner son indépendance faut y passer, parce que oauip, se sentir dépendant/redevable de quelqu'un en permanence, ca vampirise aussi) ca puisse faire flipper... Les compromis ca marche pas trop, surtout si tu penses que le compromis de "faire carrière" dans un job qui serait surtout alimentaire au final, tu sais que ca te conviendrais pas... Après voilà, ça dépend uniquement de comment tu le sens  (et si t'as pas envie de te laisser mourir, tout va bien tu trouveras toujours quelque chose :) )

Rencontrer des gens et avoir plein de retour là-dessus, comme tu fais là, pourrait t'aider aussi à savoir comment les gens font (ce qui m'avait aidé à ce niveau là, c'étiat de partir voyager quelques mois tout seul, ca débloque aussi dans le sens "savoir se débrouiller tout seul", enfin après tout le monde n'a pas le goût à ça donc c'est un conseil comme un autre, comme faire un job d'été, ou n'importe, un test quoi, s'autoriser à tester quelque chose temporaire, et sans devoir rien à personne juste pour soi )




Citer
Quoi que tu fasses, l'important c'est que tu t'y sente bien, tu verras que l'écriture suit toute seule après.
Je plussoie à l'infini !
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 726
  • Lial' | Calamar placide
Re : vie active… à quelle sauce vous faites-vous manger ?
« Réponse #14 le: 18 février 2019 à 14:53:45 »
Uh dans mon cas je sais pas trop quoi répondre parce que je suis en fin de thèse et que je sais pas encore trop ce que je veux faire après. Ce que je sais :

- faire que écrire toute ma vie ne me conviendrait pas (cf ce que disait Weg je crois)
- je sais que je veux pas être prof en collège/lycée
- je sais que je veux pas continuer en recherche académique pour tout un tas de raisons
- je sais que je veux pas un boulot qui empiète sur mon temps libre et qui m'oblige à ne faire que ça

Sinon euuuuh je sais pas. C'est pour ça qu'après la thèse je veux voyager pendant un temps pour me changer les idées  ::)

Mais de mon expérience limitée, avec un parcours pas direct (j'ai fait des maths car je voulais être prof de maths, ça m'a pas plus, j'ai repris des études en IA parce que ça alliait des trucs qui me plaisait (maths+informatique+cool) et ça m'a plu donc j'ai continué en thèse, mais en thèse finalement je me suis rendue compte que la recherche "pure" en académique, euh, c'est pas trop pour moi) : c'est dur de savoir sans tester des trucs. Il faut s'autoriser à se tromper, et ensuite à réfléchir sur ce qui a plu / ce qui n'a pas plu, et essayer d'autres trucs, et éventuellement se tromper encore

Après y'a le soucis financier  ::) Dans mon cas pour l'instant c'est pas trop un problème car 1) ma famille m'a aidée quand j'ai repris des études 2) je peux trouver du travail en donnant des cours particuliers ou en informatique si j'en ai besoin, donc ça me permet de me dire "on verra bien" sans avoir la boule au ventre niveau argent.

Pour les liens avec l'écriture : comme je sais plus qui, j'ai le plus écrit quand je n'en avais pas le temps  ::) :mrgreen: en classe prépa, puis pendant mon stage où je bossais pas mal, puis pendant la thèse juste après une deadline où j'ai bossé à mort pendant 2 semaines... Le temps pour écrire, on se le crée. C'est juste plus ou moins facile.

Mais la manière dont on construit sa vie est vraiment particulière à chacun, parce que chacun vit les choses de manière différentes.
Et puis dans mon cas, c'est peut être bizarre mais même si j'écris pas pendant un an voire deux, je ne considère jamais que j'ai arrêté d'écrire - juste que c'est une période où j'ai pas forcément envie d'écrire, puis ça reviendra, j'aime pas me forcer  :huhu: C'est aussi pour ça que je ne veux pas organiser toute ma vie uniquement autour de l'écriture
(mais après rien n'empêche que je change d'avis dans le futur)
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.562 secondes avec 23 requêtes.