Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 février 2019 à 06:20:53

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Romans, nouvelles » Detroit (Fabien Fernandez)

Auteur Sujet: Detroit (Fabien Fernandez)  (Lu 156 fois)

Hors ligne Marygold

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 218
  • marmotte aphilosophique
Detroit (Fabien Fernandez)
« le: 23 janvier 2019 à 12:05:22 »

J'ai découvert ce roman aux Imaginales en entendant parler l'auteur dans une table ronde sur les mythologies nord-américaines. J'ai bien aimé sa manière d'appréhender les villes américaines, je me suis vraiment retrouvée dans ce qu'il disait. Detroit n'est cependant pas un roman de SFFF !

Le résumé : Malmenée par les rixes des gangsters, les liquidations judiciaires et les combats de chiens, Detroit observe ses habitants parcourir son ossature de métal et de goudron, guette celui qui la sauvera de sa lente décrépitude. Pendant qu’Ethan, jeune journaliste new-yorkais fasciné par cette ville au passé industriel et musical glorieux, explore les quartiers de Motor City jusque dans ses bas-fonds, Tyrell attend fébrilement le moment où, son année de lycée terminée, il pourra enfin prendre son envol. Mais victime d’accès de colère incontrôlés, il peine à éviter les heurts avec les membres des Crips et l’expulsion scolaire. Quand ses recherches mettent Ethan sur la piste d’un détournement de fonds au sein de l’établissement de Tyrell, il soupçonne rapidement que l’affaire est sérieuse… Tous deux vont s’opposer comme ils le peuvent aux gangs qui règnent en maîtres à Motown. Nul ne sera épargné.


Le début était un peu difficile, j’ai tiqué sur plusieurs aspects : le journaliste new-yorkais qui me semblait assez cliché, les petites incohérences dans le point de vue de Motown (parce que je chipote toujours), et surtout les trop nombreuses notes de bas de page explicatives qui me donnaient l’impression de lire un roman jeunesse (heureusement elles disparaissent ensuite).

Mais quand l’intrigue se met vraiment en place et que le rythme s’accélère, je n’ai plus lâché le livre. Le choix du changement de point de vue est plutôt bon, j’ai fini par apprécier celui de Motown (c’était bien trouvé mais il m’a fallu un peu de temps pour lui trouver un véritable intérêt), et j’ai beaucoup aimé le personnage de Tyrell, et les quelques personnages secondaires qu’il croise. C’est finalement l’aspect « sans concession » du récit qui m’a le plus plu, porté par l’intrigue mais aussi le caractère des personnages autochtones, et certaines ambiances qui leur étaient associées – je n’ai par contre jamais pu vraiment accrocher au point de vue extérieur d’Ethan qui m’a toujours paru superficiel, un peu « deus ex » (mais, du coup, la surprise a été totale le concernant...).

En résumé, une bonne lecture pour les amateurs de romans un peu noirs, des américanophiles ou encore les urbanophiles (mais qui plairait sans doute aussi à plein d’autres gens !)

Oh yeah ! 8)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.044 secondes avec 22 requêtes.