Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 février 2019 à 12:24:27

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'Atelier » Féminisme et écriture ?

Auteur Sujet: Féminisme et écriture ?  (Lu 1487 fois)

Hors ligne Mili Susjé

  • Scribe
  • Messages: 77
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #15 le: 19 janvier 2019 à 21:20:25 »
"L'idée serait que ça peut être trop difficile dans la peau de quelqu'un du sexe opposé pour l'écrire correctement ? (c'est une vraie question, pas de la rhétorique)."'

Alors, je suis pas d'accord (désolé j'ai tilt à sa)

Car déjà, en quoi être d'un autre genre nous empêcherais d'écrire sur un autre genre?
Déjà, il n'y à pas que femme et homme, et même si on prend que les deux, un homme peut ce sentir femme et inversement.

Pour moi, sa n'a rien à voir.

Sa dépend de ces expériences, de sa vision du monde. Du message, quel es le message de ton texte? La es la vraie question, veut tu parler du fait d'être dans un pays qu'on connait pas, ou on es perdu, comment prendre ses repères? L'héroïne que tu cite es alors parfaite !

Il faut penser à tes personnages comme de vraie personnes, en fonction de leur vécu, ils vont avoir des réactions différente, nous somme d'accord? Mais le fait que tel personnage prend tel choix, ne veut pas dire que tu es forcément d'accord avec celui ci, tout dépend de comme tu décrit ce choix.

Si tu veut que ton livre soit féministe, c'est bien ok d'accord, mais dans le féminisme c'est pas juste mettre des femmes fortes contre des hommes sinon sa aurait aucun sens, peut être qu'au lieu de penser si ton livre es féministe ou pas, essaye plutôt d'écrire une bonne histoire, de travailler le message que tu veut y transmettre. Et tu verra, qu'importe si il y à des femmes ou non, qu'importe si ce sont des hommes fort qui prend des décisions ou pas, tu va l'écrire de manière à dire ta pensée, pense surtout à te relire, et si toi même tu trouve que sa va pas, change, change ta façon de le dire, une formulation peut tout changer.
A vous, cher amis!

Hors ligne Plume dange

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 131
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #16 le: 19 janvier 2019 à 21:21:00 »

Oui, j'irai même plus loin en disant qu'une femme qui s'affirme n'est pas nécessairement féministe.

Cependant une femme soumise n'est pas tout à fait féministe, enfin dans les grandes lignes...

ça m'intrigue, en quoi ne serait-elle pas féministe dans ce cas ? :)

En ligne derrierelemiroir

  • Prophète
  • **
  • Messages: 845
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #17 le: 19 janvier 2019 à 21:23:34 »
Simplement parce que je me dis qu'en tant que femme/fille c'est un peu dommage de "laisser le beau rôle" à des personnages masculins vu qu'il y a déjà beaucoup plus de personnages masculins "intéressants" dans la littérature existante.
C'est certainement très bête voire un peu niaiseux  :/

Oooh je vois. Non c'est pas du tout bête ni niaiseux, et je crois que je comprends enfin ta question.

Mon conseil serait de ne pas créer ton personnage en fonction de ce que ton sexe te "dicterait" de faire, mais en fonction de son utilité dans ton histoire. Après, si tu penses que la manière dont tu construits tes personnages et leurs relations confère un message sexiste, et que ça ne te convient pas, tu peux changer ces relations évidemment

Citer
Cependant une femme soumise n'est pas tout à fait féministe, enfin dans les grandes lignes...
mmh je ne pense pas qu'on puisse dire qu'elle ne le soit pas. Être féministe, c'est aussi une question de conviction, pas seulement de comportement. Si tu es quelqu'un qui a de la peine à s'imposer, mais que tu penses avec conviction que tous les individus du monde ont les mêmes droits, ça pourrait faire de toi quelqu'un de soumis et de féministe
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Plume dange

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 131
Re : Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #18 le: 19 janvier 2019 à 21:26:11 »

"L'idée serait que ça peut être trop difficile dans la peau de quelqu'un du sexe opposé pour l'écrire correctement ? (c'est une vraie question, pas de la rhétorique)."'

Alors, je suis pas d'accord (désolé j'ai tilt à sa)

Car déjà, en quoi être d'un autre genre nous empêcherais d'écrire sur un autre genre?
Déjà, il n'y à pas que femme et homme, et même si on prend que les deux, un homme peut ce sentir femme et inversement.

Pour moi, sa n'a rien à voir.

Sa dépend de ces expériences, de sa vision du monde. Du message, quel es le message de ton texte? La es la vraie question, veut tu parler du fait d'être dans un pays qu'on connait pas, ou on es perdu, comment prendre ses repères? L'héroïne que tu cite es alors parfaite !

Il faut penser à tes personnages comme de vraie personnes, en fonction de leur vécu, ils vont avoir des réactions différente, nous somme d'accord? Mais le fait que tel personnage prend tel choix, ne veut pas dire que tu es forcément d'accord avec celui ci, tout dépend de comme tu décrit ce choix.

Si tu veut que ton livre soit féministe, c'est bien ok d'accord, mais dans le féminisme c'est pas juste mettre des femmes fortes contre des hommes sinon sa aurait aucun sens, peut être qu'au lieu de penser si ton livre es féministe ou pas, essaye plutôt d'écrire une bonne histoire, de travailler le message que tu veut y transmettre. Et tu verra, qu'importe si il y à des femmes ou non, qu'importe si ce sont des hommes fort qui prend des décisions ou pas, tu va l'écrire de manière à dire ta pensée, pense surtout à te relire, et si toi même tu trouve que sa va pas, change, change ta façon de le dire, une formulation peut tout changer.

Je n'ai pas dit que je pensais cela !!! Je me demande juste si c'est pour cette raison que l'auteur donnait ce conseil :) désolée si c'était formulé maladroitement.
J'avoue que je n'ose pas me lancer sur le terrain glissant des autres genres quand j'écris, je ne me sens pas du tout légitime à parler de ça.

Je ne veux pas particulièrement que mon livre soit féministe, à la base je m'interrogeais juste sur le fait de se forcer ou non à écrire tel personnage de telle façon :/ et c'est justement parce que je voulais (je n'ai pas la prétention de dire que j'ai réussi d'ailleurs) écrire une bonne histoire que ce glissement s'est fait. Parce qu'un des personnages masculins a graduellement pris de l'importance et que je trouvais que ça marchait mieux comme ça (et d'ailleurs c'est  à lui que je ressemble le plus, donc comme quoi...)

Bref désolée je digresse énormément :/


Simplement parce que je me dis qu'en tant que femme/fille c'est un peu dommage de "laisser le beau rôle" à des personnages masculins vu qu'il y a déjà beaucoup plus de personnages masculins "intéressants" dans la littérature existante.
C'est certainement très bête voire un peu niaiseux  :/

Oooh je vois. Non c'est pas du tout bête ni niaiseux, et je crois que je comprends enfin ta question.

Mon conseil serait de ne pas créer ton personnage en fonction de ce que ton sexe te "dicterait" de faire, mais en fonction de son utilité dans ton histoire. Après, si tu penses que la manière dont tu construits tes personnages et leurs relations confère un message sexiste, et que ça ne te convient pas, tu peux changer ces relations évidemment

Citer
Cependant une femme soumise n'est pas tout à fait féministe, enfin dans les grandes lignes...
mmh je ne pense pas qu'on puisse dire qu'elle ne le soit pas. Être féministe, c'est aussi une question de conviction, pas seulement de comportement. Si tu es quelqu'un qui a de la peine à s'imposer, mais que tu penses avec conviction que tous les individus du monde ont les mêmes droits, ça pourrait faire de toi quelqu'un de soumis et de féministe

Question qui était très mal posée désolée :/
Je pense qu'il faudrait que je fasse lire mes écrits pour être fixée sur le fait que ce soit sexiste ou pas.

Et je me retrouve un peu là dedans, je veux faire plaisir aux gens donc j'ai parfois du mal à hausser le ton, mais ça ne m'empêche pas de bondir quand j'entends "tu es une fille ne sors pas tard le soir"
et je digresse encore désolée...  :-[
« Modifié: 19 janvier 2019 à 21:31:48 par Plume dange »

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 633
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #19 le: 19 janvier 2019 à 21:31:18 »

Oui, j'irai même plus loin en disant qu'une femme qui s'affirme n'est pas nécessairement féministe.

Cependant une femme soumise n'est pas tout à fait féministe, enfin dans les grandes lignes...

ça m'intrigue, en quoi ne serait-elle pas féministe dans ce cas ? :)

Parce qu'elle ne se laisse plus dominer par ses passions, réussit à vaincre le mal avec sa propre force, etc.

Je pense que les femmes de caractère, de par leurs particularités, apportent au féminisme quelque chose que n'ont pas les autres femmes. Une femme que l'on confond avec une autre ne serait donc pas féministe.

 :\? C'est ma vision à moi, peut-être à tort ? Ça n'exclut pas différents points de vue.

Hors ligne Plume dange

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 131
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #20 le: 19 janvier 2019 à 21:34:11 »

Oui, j'irai même plus loin en disant qu'une femme qui s'affirme n'est pas nécessairement féministe.

Cependant une femme soumise n'est pas tout à fait féministe, enfin dans les grandes lignes...

ça m'intrigue, en quoi ne serait-elle pas féministe dans ce cas ? :)

Parce qu'elle ne se laisse plus dominer par ses passions, réussit à vaincre le mal avec sa propre force, etc.

Je pense que les femmes de caractère, de par leurs particularités, apportent au féminisme quelque chose que n'ont pas les autres femmes. Une femme que l'on confond avec une autre ne serait donc pas féministe.

 :\? C'est ma vision à moi, peut-être à tort ? Ça n'exclut pas différents points de vue.

Je pense que je vois l'idée... Mais je pense personnellement (ça n'engage que moi bien entendu) qu'il n'y a pas besoin d'avoir un "caractère bien trempé" pour être féministe, et que ce sont les idées qui comptent, pas le comportement :)

En ligne derrierelemiroir

  • Prophète
  • **
  • Messages: 845
Re : Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #21 le: 19 janvier 2019 à 21:38:10 »

Oui, j'irai même plus loin en disant qu'une femme qui s'affirme n'est pas nécessairement féministe.

Cependant une femme soumise n'est pas tout à fait féministe, enfin dans les grandes lignes...

ça m'intrigue, en quoi ne serait-elle pas féministe dans ce cas ? :)

Parce qu'elle ne se laisse plus dominer par ses passions, réussit à vaincre le mal avec sa propre force, etc.

Je pense que les femmes de caractère, de par leurs particularités, apportent au féminisme quelque chose que n'ont pas les autres femmes. Une femme que l'on confond avec une autre ne serait donc pas féministe.

 :\? C'est ma vision à moi, peut-être à tort ? Ça n'exclut pas différents points de vue.

Je pense que je vois l'idée... Mais je pense personnellement (ça n'engage que moi bien entendu) qu'il n'y a pas besoin d'avoir un "caractère bien trempé" pour être féministe, et que ce sont les idées qui comptent, pas le comportement :)
oui et heureusement, souvent les deux sont connectés
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 633
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #22 le: 19 janvier 2019 à 21:42:21 »
Je suis d'accord avec toi, Plume dange, je ne parlais pas tellement de force de caractère, plutôt de particularité.

« Être différente des autres », pour moi, cela ne veut pas rien dire, c'est ce qui fait la force de la personne, donc j'y vois une forme de féminisme, une forme de liberté (je ne suis pas comme les autres, et je l'affirme).

Je te dis vraiment le fond de ma pensée sur un sujet qui compte à mes yeux, je me demande si ce n'est pas la particularité d'une femme qui fait sa personne affirmée par elle-même, à sa façon, c'est ce que j'aime en le féminisme personnellement.

Hors ligne Ariane

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 620
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #23 le: 19 janvier 2019 à 21:45:28 »
Bonsoir,

Je sais pas si j'aurai grand chose à apporter mais juste pour dire que oui je trouve la question intéressante et plutôt délicate.

J'ai beaucoup de mal avec les expressions "femme forte" et "femme faible", il n'y a vraiment que ces options-là ? J'ai l'impression que rien qu'en utilisant ces concepts on est très très loin de s'extraire du sexisme (et de base, très loin de créer des personnages réalistes). Je me doute que vous les utilisez pour simplifier le propos mais c'est du coup pour moi impossible de répondre en utilisant ce genre de termes. On reste dans un champ lexical de combat, de domination / soumission, du coup pour moi on ne s'extrait pas du monde du sexisme. Paradoxalement pour moi la meilleure façon de s'éloigner des clichés c'est peut-être comme le disent certains de construire son personnage en fonction d'autre chose, de l'histoire, de surtout le rendre réaliste, nuancé, intéressant et vraiment personnalisé. Par contre ça me semble effectivement très utile de faire comme ce que tu fais :) , c'est à dire de temps en temps prendre du recul et regarder un peu de l'extérieur ce que ça peut donner comme image, et corriger certains traits si besoin. Parce que oui bien sûr on peut écrire l'histoire qu'on veut sans se soucier de ces questions-là ; cela dit oui on a ce risque de véhiculer des messages même s'ils n'étaient pas souhaités au départ. Du coup je trouve ça toujours intéressant de jeter un oeil aux messages qui risquent de passer de façon non désirée. Je pense quand même qu'un personnage vraiment bien investi, que tu peux "sentir", dans la peau duquel tu peux te plonger, a forcément une personnalité intéressante et dépasse les clichés (mais c'est peut-être une illusion de ma part).

Après au-delà d'un unique personnage ça me semble être des dynamiques de groupe, il n'y a que trois personnages dans ton roman ? Tout ne reposera pas sur eux, je pense que c'est aussi l'ensemble de l'oeuvre, même les personnages les plus secondaires / tertiaires / quaternaires... participeront à véhiculer des images. Bon c'est clair que les personnages principaux (je n'ai plus l'habitude de raisonner avec un seul personnage principal ^^ ) vont être déterminants, être dans la tête d'une cruche pendant plusieurs centaines de pages c'est claustrophobogène ^^ . Le fait que les personnages masculins aient + de présence ne rend pas non plus l'oeuvre nécessairement plus sexiste, s'ils sont eux-mêmes très humains et non clichés. Ce que je veux dire c'est que le sexisme ne se joue pas que dans la création des personnages féminins à mes yeux, c'est vraiment sur l'ensemble du tableau et au sein des hommes également. Je suis pourtant d'accord avec toi, ça me déçoit un peu de délaisser les femmes quand on voit que bien souvent elles sont déjà sous-représentées...

Après, une dernière chose : tes personnages vont sur certains points (leur psychologie notamment, je crois) véhiculer des images sur les hommes et les femmes ; sur d'autres points ils transmettront plutôt des positions sociales dans ton univers. Ce que je veux dire c'est que si tu dépeins un univers où les femmes ont peu de pouvoir, ce n'est pas humiliant pour elles de prendre peu de décisions et d'être en position de difficulté. Je pense que ça peut être intéressant de dissocier d'une part ce qui est lié à ton univers et d'autre part ce qui est lié au caractère des personnages. Et enfin, même les choses liées à leur caractère, tu peux dans ta façon de les raconter ne pas forcément les approuver. (Cette distinction totale entre caractère et influence de la société étant bien sûr factice  ::) mais ça peut aider à mieux se représenter les différents facteurs et affiner les messages que l'on fait passer).

Pour ce qu'écrivait Brandon Sanderson :
Il s'est lui-même plongé de façon approfondie dans des personnages féminins, que j'ai trouvés plutôt réussis et nuancés, donc je ne pense pas qu'il disait que c'était trop risqué ! mais peut-être qu'il ne fallait justement pas chercher à en faire des symboles de quoi que ce soit.
« Modifié: 19 janvier 2019 à 21:52:56 par Ariane »

Hors ligne sergent

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 252
  • Major d'homme à fables
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #24 le: 19 janvier 2019 à 21:45:40 »
Salut,
Ma petite contribution perso, à prendre avec des pincettes, vue que je suis un affreux goujat misogyne.
Dans mes histoires, il y a beaucoup de femmes, bon il est vrai qu’elles ont des rôles importants… mais disons spéciaux.
Ce que j’ai remarqué c’est qu’en général elles partent de très bas, voire de très, très bas. Mais elles évoluent jusqu’à prendre leur destin en main, par contre mes personnages masculins stagnent, ils ont en règle générale une progression linéaire. 
Mes personnages masculins sont moins complexes, ils agissent sans trop se poser de questions.  :guillaume:
Mes femmes… elles, elles doivent subir, analyser la situation, trouver des biais pour agir.  :kei:
Là où les hommes renversent la table… les femmes la débarrassent, souvent avec le sourire, mais le résultat est là… d’un coté des débris de la vaisselle cassée, de l’autre côté de l’ordre et de l’efficacité.
Donc trouver une solution féminine est souvent plus complexe.
Et puis c’est si amusant de les torturer.   >:D 

Hors ligne Mili Susjé

  • Scribe
  • Messages: 77
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #25 le: 19 janvier 2019 à 21:52:24 »
Sergent > j'ai du mal à comprendre ton message ? ^^"

Ariane > Je suis totalement d'accord, personnellement, je n'aime pas cette idée la, de femme forte, femme faible, c'est un humain, point. Pourquoi somme nous obliger de tout mettre dans une case?

Je veux bien que le féministe, y'a "féminin" dedans, mais sérieusement, ce n'est pas car y'a des femmes dans votre roman que sa sera féministe, ou même femme forte ou peu importe, une femme "faible" qui ce laisse faire sera pas une mauvaise "femme" sa sera juste un personnage ennuyant qu'importe son sexe ou son genre.

Y'a pas de bon ou de mauvais personnages de femmes. Il y à que de bon ou mauvais personnages tout court.
A vous, cher amis!

Hors ligne Plume dange

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 131
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #26 le: 19 janvier 2019 à 21:56:12 »
Je suis d'accord avec toi, Plume dange, je ne parlais pas tellement de force de caractère, plutôt de particularité.

« Être différente des autres », pour moi, cela ne veut pas rien dire, c'est ce qui fait la force de la personne, donc j'y vois une forme de féminisme, une forme de liberté (je ne suis pas comme les autres, et je l'affirme).

Je te dis vraiment le fond de ma pensée sur un sujet qui compte à mes yeux, je me demande si ce n'est pas la particularité d'une femme qui fait sa personne affirmée par elle-même, à sa façon, c'est ce que j'aime en le féminisme personnellement.

ooh d'accord je vois. Mais quid du cas où cette femme serait différente, et qu'en même temps elle a des attitudes "anti féministes" ? (je vais peut être chercher trop loin là...)

Bonsoir,

Je sais pas si j'aurai grand chose à apporter mais juste pour dire que oui je trouve la question intéressante et plutôt délicate.

J'ai beaucoup de mal avec les expressions "femme forte" et "femme faible", il n'y a vraiment que ces options-là ? J'ai l'impression que rien qu'en utilisant ces concepts on est très très loin de s'extraire du sexisme (et de base, très loin de créer des personnages réalistes). Je me doute que vous les utilisez pour simplifier le propos mais c'est du coup pour moi impossible de répondre en utilisant ce genre de termes. On reste dans un champ lexical de combat, de domination / soumission, du coup pour moi on ne s'extrait pas du monde du sexisme. Paradoxalement pour moi la meilleure façon de s'éloigner des clichés c'est peut-être comme le disent certains de construire son personnage en fonction d'autre chose, de l'histoire, de surtout le rendre réaliste, nuancé, intéressant et vraiment personnalisé. Par contre ça me semble effectivement très utile de faire comme ce que tu fais :) , c'est à dire de temps en temps prendre du recul et regarder un peu de l'extérieur ce que ça peut donner comme image, et corriger certains traits si besoin. Parce que oui bien sûr on peut écrire l'histoire qu'on veut sans se soucier de ces questions-là ; cela dit oui on a ce risque de véhiculer des messages même s'ils n'étaient pas souhaités au départ. Du coup je trouve ça toujours intéressant de jeter un oeil aux messages qui risquent de passer de façon non désirée. Je pense quand même qu'un personnage vraiment bien investi, que tu peux "sentir", dans la peau duquel tu peux te plonger, a forcément une personnalité intéressante et dépasse les clichés (mais c'est peut-être une illusion de ma part).

Après au-delà d'un unique personnage ça me semble être des dynamiques de groupe, il n'y a que trois personnages dans ton roman ? Tout ne reposera pas sur eux, je pense que c'est aussi l'ensemble de l'oeuvre, même les personnages les plus secondaires / tertiaires / quaternaires... participeront à véhiculer des images. Bon c'est clair que les personnages principaux (je n'ai plus l'habitude de raisonner avec un seul personnage principal ^^ ) vont être déterminants, être dans la tête d'une cruche pendant plusieurs centaines de pages c'est claustrophobogène ^^ . Le fait que les personnages masculins aient + de présence ne rend pas non plus l'oeuvre nécessairement plus sexiste, s'ils sont eux-mêmes très humains et non clichés. Ce que je veux dire c'est que le sexisme ne se joue pas que dans la création des personnages féminins à mes yeux, c'est vraiment sur l'ensemble du tableau et au sein des hommes également. Je suis pourtant d'accord avec toi, ça me déçoit un peu de délaisser les femmes quand on voit que bien souvent elles sont déjà sous-représentées...

Après, une dernière chose : tes personnages vont sur certains points (leur psychologie notamment, je crois) véhiculer des images sur les hommes et les femmes ; sur d'autres points ils transmettront plutôt des positions sociales dans ton univers. Ce que je veux dire c'est que si tu dépeins un univers où les femmes ont peu de pouvoir, ce n'est pas humiliant pour elles de prendre peu de décisions et d'être en position de difficulté. Je pense que ça peut être intéressant de dissocier d'une part ce qui est lié à ton univers et d'autre part ce qui est lié au caractère des personnages. Et enfin, même les choses liées à leur caractère, tu peux dans ta façon de les raconter ne pas forcément les approuver.

Pour ce qu'écrivait Brandon Sanderson :
Il s'est lui-même plongé de façon approfondie dans des personnages féminins, que j'ai trouvés plutôt réussis et nuancés, donc je ne pense pas qu'il disait que c'était trop risqué ! mais peut-être qu'il ne fallait justement pas chercher à en faire des symboles de quoi que ce soit.

C'était en effet pour simplifier, et c'était peut être beaucoup trop simpliste pour le coup, parce que je suis bien d'accord pour dire que c'est plus complexe dans la vraie vie ^^
Merci en tout cas de prendre le temps de développer autant :3
Pour répondre à la question sur le nombre de personnages, ce sont les trois plus importants on va dire, mais effectivement il y en a trois autres secondaires, plus quelques autres qui apparaissent plus sporadiquement, et à peu près autant de femmes que d'hommes.

Salut,
Ma petite contribution perso, à prendre avec des pincettes, vue que je suis un affreux goujat misogyne.
Dans mes histoires, il y a beaucoup de femmes, bon il est vrai qu’elles ont des rôles importants… mais disons spéciaux.
Ce que j’ai remarqué c’est qu’en général elles partent de très bas, voire de très, très bas. Mais elles évoluent jusqu’à prendre leur destin en main, par contre mes personnages masculins stagnent, ils ont en règle générale une progression linéaire. 
Mes personnages masculins sont moins complexes, ils agissent sans trop se poser de questions.  :guillaume:
Mes femmes… elles, elles doivent subir, analyser la situation, trouver des biais pour agir.  :kei:
Là où les hommes renversent la table… les femmes la débarrassent, souvent avec le sourire, mais le résultat est là… d’un coté des débris de la vaisselle cassée, de l’autre côté de l’ordre et de l’efficacité.
Donc trouver une solution féminine est souvent plus complexe.
Et puis c’est si amusant de les torturer.   >:D 


Donc le genre de tes personnages est "prédestiné" dès le début et ça ne serait pas envisageable de changer en cours de route ?


Désolée si je pose trop de questions, j'essaie un peu de voir comment font tous les autres pour refaire ma tambouille après :3

Hors ligne Ashka

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 005
  • NoWriWee chat noir chat blanc
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #27 le: 19 janvier 2019 à 21:57:20 »
 ;)

Citer
Oui, c'est vrai que ce n'est pas parce que ce n'est plus le personnage principal qu'elle n'a plus aucune valeur, je me disais surtout que je suis tombée dans le cliché du personnage féminin "passif".
Tu sais, je ne pense pas qu'il faille généraliser comme ça. Sur les clichés. Derrière les clichés souvent il y a une réalité trompeuse. Je ne suis pas de celles qui pensent que les femmes soient réellement passives et quand bien même, cette "passivité" n'est pas neutre, elle peut déclencher bien des choses, donc pour moi il faut se méfier du mot cliché et de cette réalité que quelques fois, il masque. En fait, pour moi, tout dépend de la profondeur de ton histoire, de la profondeur que tu sauras donner à tes personnages. Peut-être aussi, que les personnages ont leur vie propre et quelque part ce personnage t'échappe pour aller vers une direction que tu n'avais pas prévue et puis au fil de l'histoire tant que tu n'as pas mis le point final, peut-être tu ne sais pas ce qu'il va advenir de lui.

Citer
(je peux dire tu ?)

Oui, bien sûr  ;)
Citer
Dans ce cas de figure, est-ce que tu n'as pas peur que ce soit un risque de saboter l'histoire, ou que ça ait l'air artificiel ? J'ai pensé à transformer un des personnages masculins en fille (d'ailleurs à la base ça devait être une fille et j'ai changé d'avis en cours de route), et rien à faire, dans ma tête ça ne collait pas du tout et je n'arrivais pas à l'écrire en tant que fille.  Des astuces pour ça ? (désolée si j'en demande trop  :-[) Dans mon cas c'est difficile de "muscler" les personnages féminins, par rapport à leur rôle dans l'intrigue... mais pour des projets futurs j'essaierai sans doute de faire ça !
Si je peux donner un avis, c'est de laisser faire ton inspiration si tu le sens comme ça. Ne lutte pas, accompagne le mouvement, moi c'est ce que je ferais, je suivrais mon instinct.
Je pense que les personnages ont leur vie propre et mystérieuse. Une fois j'ai voulu re écrire une histoire en changeant le nom des personnages et ben je me suis retrouvée avec des personnages différents ! :o :D
Personnellement je laisse la bride à mon côté impulsif parce que sinon j'ai peur de brimer le tout et de me retrouver pour le coup avec un truc artificiel, mais bon, c'est ma façon de fonctionner, hein, je ne suis certainement une référence !
Bref, peut-être laisse  filer tout ça pour le moment, tu verras bien où ça te mène   ;)
« Modifié: 19 janvier 2019 à 21:59:13 par Ashka »

Hors ligne Plume dange

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 131
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #28 le: 19 janvier 2019 à 22:04:33 »
Sergent > j'ai du mal à comprendre ton message ? ^^"

Ariane > Je suis totalement d'accord, personnellement, je n'aime pas cette idée la, de femme forte, femme faible, c'est un humain, point. Pourquoi somme nous obliger de tout mettre dans une case?

Je veux bien que le féministe, y'a "féminin" dedans, mais sérieusement, ce n'est pas car y'a des femmes dans votre roman que sa sera féministe, ou même femme forte ou peu importe, une femme "faible" qui ce laisse faire sera pas une mauvaise "femme" sa sera juste un personnage ennuyant qu'importe son sexe ou son genre.

Y'a pas de bon ou de mauvais personnages de femmes. Il y à que de bon ou mauvais personnages tout court.

je me rends compte en te lisant que je donne peut être une impression complètement contraire à ce que je pense réellement  :o
Je ne cherche pas à catégoriser les choses... J'essaie juste de résumer ma pensée sans l'étaler sur 25 pages, visiblement c'est un fiasco, alors désolée...


Bref, peut-être laisse  filer tout ça pour le moment, tu verras bien où ça te mène   ;)

Bon visiblement il faut que j'arrête d'essayer de résumer ma pensée :/ Merci pour ta réponse, et oui c'est sûrement la meilleure chose à faire pour une abrutie dans mon genre. Essayer de finir ce fichu roman et voir ce que ça donne à la fin, plutôt que me poser des questions qui n'ont de toute façon pas de sens tant que tout n'est pas posé sur le papier.

Hors ligne Ashka

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 005
  • NoWriWee chat noir chat blanc
Re : Féminisme et écriture ?
« Réponse #29 le: 19 janvier 2019 à 22:16:04 »
Citer
Bon visiblement il faut que j'arrête d'essayer de résumer ma pensée :/ Merci pour ta réponse, et oui c'est sûrement la meilleure chose à faire pour une abrutie dans mon genre. Essayer de finir ce fichu roman et voir ce que ça donne à la fin, plutôt que me poser des questions qui n'ont de toute façon pas de sens tant que tout n'est pas posé sur le papier.

Ne t'inquiète pas. On se pose tous des tonnes de questions. Moi la première  ;). Je suis en plein doute existentiel sur plein de trucs sur un texte qui me tient à coeur (trop sans doute).
 Mais il y a une sorte de force qui pousse alors je pense qu'il ne faut pas la contrer, mais l'accompagner, voir effectivement ce qu'il en sort et après en tirer les conclusions, quelles quelles soient. Et revenir dessus pour corriger à la fin ou alors repartir sur un autre texte forte de l'expérience acquise.
(Ici il y a des gens qui arrivent à corriger leur texte, d'autres non, il passent à un autre.)

L'essentiel, c'est d'avoir du plaisir à écrire et que tu sois passionnée par ton histoire, si c'est le cas, fonce ! Courage  !   :guillaume:

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.043 secondes avec 22 requêtes.