Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

18 juin 2019 à 18:47:19

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » La vie Lente Ment

Auteur Sujet: La vie Lente Ment  (Lu 466 fois)

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 531
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
La vie Lente Ment
« le: 07 janvier 2019 à 00:39:12 »
La vie Lente Ment
À la vue d’un volant, ce veau lent s’est imposé à mon clavier.
Il m’a compté son histoire monotone que je vous résume ici.
Tout de même, la morale est d’importance : en voiture, toujours ouvrir l’œil, mais pas l’œil de bœuf.
(les deux, ce serait mieux)
Tout ceci n’a ni queue ni tête. Pas le bœuf, mais ce que j’écris !

~~~~~~~

Il n’aimait pas qu’on le presse, ce jeune veau. Ce n’était pas son souhait de retarder le troupeau, mais tout cet herbage le déprimait.
         « Vert, toujours du vert ! Et cette terre molle, toujours molle, souvent retournée ! »
L’entendait-on marmonner à longueur de journée.
Étrangement, il préférait le gris, celui du ciel ou pire le gris sombre des routes et leur illusoire velouté. Tristement sa mère, ne connaissait pas l’origine de son abattement, sa nonchalance, son indolence. Elle s’inquiétait, le regardait vivre au ralenti et tentait de le distraire :
« Admire ce bouquet d’herbe fraîche et douce ! Tu n’as pas envie de le dévorer ? Vois comme il est beau, plein de jeunes pousses !
        - Oui Maman. »
Pour satisfaire sa mère, lentement, il brouta la touffe d’herbe. Doucement, il releva la tête et reprit sa démarche nonchalante. Toujours dans cette triste verdure. Toujours dans cette terre jamais dure. Le troupeau rapidement s’éloignait. Il ne sentait aucune nécessité à presser le pas. Le temps lui était insignifiant.
« Regarde cette botte de foin bien sec, de soleil gorgé, elle ne te fait pas envie, ne veux- tu pas la manger ?
        - Oui Maman. »
Sans se presser il s’approcha du gerbier, en goûta quelques bouchées qu’il mâcha tranquillement.
Voyant le troupeau dans le lointain, se mère lui demanda d’accélérer le mouvement. Balançant la tête avec lenteur, au rythme de son pas d’arpenteur, il répondit doucement :
        « Je me presse Maman ! »
Quand soudain, au détour d’un buisson, il la vit. Cette large route plate, d’un gris sombre, bordée de grands arbres, fuyant vers l’infini.
                                    Il eut envie de l’approcher.
                                    Il eut envie de la fouler.
                                    Il eut envie de la suivre.
Sa mère ne comprenant pas sa soudaine fébrilité le vit courir vers ce grand boulevard, y gambader et s’enfuir.
 
Moralité :
Au veau lent l’avenue c’est l’envie !
 
« Modifié: 07 janvier 2019 à 00:43:01 par B.Didault »
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Lavekrep codaraque

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 284
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #1 le: 07 janvier 2019 à 09:30:23 »
Salut Bernard,
Pauvre Veau,
Un veau au heures mornes
On rit de de Veau
On se paye la tête de Veau
Une histoire qui glisse sur  du veau lourd
Un peut dire que ça veau le détour
A bientôt,
Je prends ça comme un défi

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 531
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #2 le: 07 janvier 2019 à 10:43:22 »
Merci Lavekrep pour ton passage.
Je suis heureux que ce simple texte, un peu déjanté, t'inspire.
Tous les Veaux ne se valent pas !
Nous en connaissons tous un, bûcheron de son état, joli comme un cœur et attirant.
Il est connu pour ne faire qu'un petit tas de bois à chaque coupe, c'est à çà qu'on le reconnaît.
Nous avons tous entendu parler du mini stère de Beau Veau !

Après ces jours de fêtes et avoir reçu les vœux du veau, prenons le veau lent pendant que le veau dort !

Au fait ! Tous mes Veaux pour cette nouvelle année, que les astres s'alignent et te soient favorable.
Que les mots s'alignent et te soient mémorable.
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne elisabeth beaudoin homps

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 357
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #3 le: 07 janvier 2019 à 11:01:13 »

Bonjour,
J'adore les quelques mots en langue des oiseaux qui sont présents dans ton texte (veau lent / volant) et dans ton titre, si la vie lente ment alors l'enfer me ment aussi ... ;) tu as peut être oublié le cerf veau lent dans toute cette affaire... le pauvre du coup, doute de sa valeur et se demande s'il veau encore quelque chose..
Bonne année et merci pour ce texte qui sort des sentiers battus  :)

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 531
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #4 le: 07 janvier 2019 à 11:19:43 »
Elisabeth,

C'est vraiment l'étiquette accolée sur la vitre arrière d'un véhicule qui m'a flashé... à moins que ce ne soit un radar, puisque je roulais à 54km/h et non 50. Je méritais vraiment quelques années de bagne après avoir eu la tête tranchée.
Aussi je me suis vengé sur ce pauvre jeune bovin qui ne faisait que paître dans un pré voisin.

J'aurais aimé un texte veau tif, mais je n'ai pas trouvé de perruque qui lui sied bien.
Donc j'ai écrit ce pastiche (avec 3/4 d'eau ch'est meilleur) et rendu ce texte après ce veau mis !

Merci pour ton passage.
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 025
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #5 le: 07 janvier 2019 à 18:02:31 »


Un veau lent, quelle idée aussi sotte que grenue, mais j'ai bien ri !

Pauvre bête quand même, différent par sa lenteur et son goût prononcé pour le gris (ah ! le gris !) alors qu'il semble que la gent de sa race ne voit pas les couleurs.

 :D :D Merci pour ce moment succulent de détente.

 :mrgreen: :mrgreen:
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 531
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #6 le: 07 janvier 2019 à 18:25:40 »
Merci Claudius pour ta lecture.

C'est bien triste pour ce jeune Beau Vin, mais il se repait d'herbe c'est mieux qu'un veau qu'a bu l'air !
Est-ce qu'un veau qui s'attache à sa mère est un veau lierre ?
Il est certain que l'on fait de la place au Beau Veau et on clos les veaux laids, mais ce pauvre veau lutte, il cache son désarroi, le veau le terre.

Je m'arrête ici, je ne sais pas si ça veau le coup !
(ridicule ce dernier)

P.S.
Les yeux des bovins sont pauvres en cônes (responsables de la sensibilité chromatique), mais ils en ont.
Donc ils voient les couleurs mais pas les différences subtiles de ton, et non plus lorsque ces couleurs bougent trop vite.
Définitivement un "œil de bœuf" ne sert qu'à voir au travers !  ;D
« Modifié: 07 janvier 2019 à 18:43:22 par B.Didault »
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 025
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #7 le: 07 janvier 2019 à 18:45:20 »
 :D :D :D

on pourrait aller bien plus loin et risque que le veau cale, mais après tout j'aime bien quand il suit la route, le veau gai, laissant sa mère le veau là ! Il a du recevoir un sort le veau doux, bien veau, race noble.

On pourrait encore voir plus loin, mais ce serait un veau de ville.

 :) :)


Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 531
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #8 le: 07 janvier 2019 à 18:57:51 »
C'est un jeu comme un autre.

Mais au milieu de ce troupeau, ma morale n'a plus le moral, nous l'avons oubliée.
Je suis certain que cet avis de la sécurité routière serait mieux enregistré s'il était présenté par un tel texte. Ainsi :
      Les automobilistes cochons, laissant leurs vitres et éclairages sales, ou à l'éclairage agressif pour les yeux des autres, penseraient au veau
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne andre48

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 141
    • ajranc
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #9 le: 08 janvier 2019 à 06:05:01 »
Bonjour Bernard.
Un jeu de mots qui devient une petite histoire originale, cela m’a bien plus, merci.
Ce veau des champs se met en route vers de nouvelles aventures, des amours, un veau de ville en perspective.
Y aurait-il une allusion, un conseil pour nos jeunes gens ?
Laisser famille, sécurité et train-train quotidien pour tailler la route et aller voir ailleurs ; quitter la mollesse pour du dur et une pitance assurée pour de nouvelles saveurs ?
« Quand on écrit, faut-il tout écrire ? Quand on peint, faut-il tout peindre ? De grâce, laissez quelque chose à suppléer par mon imagination ! » Denis Diderot

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 531
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #10 le: 08 janvier 2019 à 06:19:00 »
Bonjour André,

Je n'avais pas pensé à cette symbolique, sans doute trop obnubilé par la signification routière.

On peut même aller plus loin en mixant l'étiquette originale et cette métaphore :
Citer
Laisser famille, sécurité et train-train quotidien pour tailler la route et aller voir ailleurs ; quitter la mollesse pour du dur et une pitance assurée pour de nouvelles saveurs ?
..., d'être attentifs, vigilants et garder le yeux ouverts.

Merci pour ta lecture
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne yvonrichebourg

  • Tabellion
  • Messages: 22
  • Je danse ma vie !
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #11 le: 08 janvier 2019 à 12:21:58 »
B.Didault,

Cela m'a fait pensé à la chanson de Johnny : Veau d'or, Vaudou, mais sans les jeux de mots, donc ça n'a rien à voir.

Désolé pour ce commentaire lamentable d'un nouvel arrivant,

Tu m'as fait rire et c'est le principal,

Yvon
Modération : ce compte a été mis sous silence comme étant un double compte d'une personne bannie .
Merci de votre compréhension...

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 531
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #12 le: 08 janvier 2019 à 13:48:59 »
Bonjour Yvon,

Aucun commentaire n'est vraiment lamentable.
Comme tu le dis :
Citer
Tu m'as fait rire et c'est le principal
Une simple commentaire est un remerciement appuyé.

Beaucoup de mes textes contiennent quelques miettes d'humour, souvent un peu rassies, mais jamais elles ne grattent.
Comme je le laisse supposer dans ma signature, j'adore l'humour, pas le sarcasme.

Merci pour ton passage
Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 148
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #13 le: 08 janvier 2019 à 17:29:59 »
Bonjour Bernard,

Alors, tu vas dire que je suis un peu lent, mais c'est vrai que je me suis égaré dans les méandres des éléments du texte...

Je vais faire un retour critique pas forcément fidèle au texte, mais avec l'espoir de donner quelque chose en plus, d'enrichir.

J'ai eu le sentiment que tu souhaitais poser des images fondamentalement symboliques (au-delà des jeux de mots qui stimulent l'esprit, sont ludiques), comme pour poser des valeurs auxquelles tu aspires.

Je ne doute absolument pas que ces valeurs ont mérité un texte, que tu as trouvé super important de les transmettre à l'écrit, que tu y trouves à redire, cependant pour moi ça fait trop d'éléments à prendre en compte pour t'apporter un retour vraiment construit.

Beaucoup de mes textes contiennent quelques miettes d'humour, souvent un peu rassies, mais jamais elles ne grattent.
Comme je le laisse supposer dans ma signature, j'adore l'humour, pas le sarcasme.

Je ne doute pas que la morale soit quelque chose comme « il ne faut pas prendre cette histoire au sérieux, c'est juste pour rire » comme certains disent ça quand ils lancent des sarcasmes humiliants, comme pour questionner le contraste humour/sarcasme ou ce genre de choses. Cette histoire est-elle sarcastique ou satirique ? et si oui en quoi ? et si non en quoi ? etc, etc, ce sont des questions malgré tout importantes.

Mais, bon, ça peut devenir prise de tête, à force, je trouve, je me demande donc si tu ne cultives pas volontairement incohérences et contradictions, comme pour ne pas à avoir à mettre d'ordre dans tout ça, c'est une impression qui m'est restée à la lecture, comme une absence de méthode. Je n'ai pas eu l'impression que tu portais ton idée jusqu'au bout, comme dans une démarche inaboutie.

J'espère que tu ne t'offusqueras pas de mon commentaire, j'essaie de t'apporter deux trois pistes d'impressions qui, je l'espère, te seront utiles, que tu puisses profiter d'un retour de lecture contrasté même si pas forcément éclairé sur le véritable sens du texte.

Hors ligne B.Didault

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 531
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : La vie Lente Ment
« Réponse #14 le: 08 janvier 2019 à 18:57:30 »
Bonsoir Alan,

Tout d'abord une parcelle de coutume : Je te présente mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année, qu'elle te soit riche en inspirations.

Sans flagornerie aucune, j'apprécie énormément tes commentaires.
Comme j'ai dû te le dire je ne suis pas un littéraire, de formation j'entends, ni "d'exploitation" ( si d'être salarié c'est vraiment être exploité). Je suis un ancien ingénieur réseaux par accident, les études d'informatique n'existaient pas à l'époque et les sociétés avaient leurs propres écoles.

J'avais une écriture en gestation depuis plusieurs années, quelques petits souvenirs gravés sur le papier, puis quelques documents techniques, dont un livre assez conséquent créé au Canada (c'est là où j'ai reçu une teinture Word, fort utile maintenant). Grâce à mes proches et une amie, j'ai décollé doucement il y a cinq ans. Je ne voyage pas à haute altitude et je plane beaucoup, mais j'avance. Je suis un forçat de la plume (au moins du clavier) et ce n'est pas toujours transcendant, mais au moins j'écris !

J'aime les mots , mais eux n'apprécient pas toujours ma présence et se dévoilent rarement.
J'ai donc décidé de verser dans l'humour, pas toujours très fin mais c'est ma porte d'entrée dans ce monde merveilleux de l'écriture.
Tout ceci pour t'expliquer que je n'ai pas ta puissance d'analyses des textes.
Tu découvres des interprétations des miens auxquelles je n'avais jamais songé, et je tombe sous le charme.
En bref je suis plus attentif à la forme qu'au fond.

Pour en revenir à ce pauvre bovin, comme souvent l'idée de départ est très loin d'être philosophique, c'était un simple jeu de mots, un peu à la manière d'Allais, en restant conscient de ne jamais atteindre que l'épaisseur de son buvard (en avait-il un d'ailleurs). Aussi, je t'en prie décris-nous tes interprétations possibles. Elles pourront assurément expliquer un peu ce qui ce trame dans ce vieux cerveau branlant qui semble exprimer plus que son "logeur" ne souhaite dire.

Tous les textes sont interprétables, Umberto ECO dans "Les Limites de l'Interprètation" en fait la démonstration. Je crois que c'est avec "Le Pendule de Foucault" qu'il a tenté un texte écrit de telle manière que le lecteur devait comprendre exactement ce que l'auteur voulait dire. Après une question d'un étudiant il comprit que ce n'avait pas été le cas.

Citer
J'espère que tu ne t'offusqueras pas de mon commentaire, j'essaie de t'apporter deux trois pistes d'impressions qui, je l'espère, te seront utiles, que tu puisses profiter d'un retour de lecture contrasté même si pas forcément éclairé sur le véritable sens du texte.
Non Alan, il n'y a jamais offense à donner son avis tant qu'aucune agressivité ne vient tout gâché. Je suppose que le "ton" dans l'écriture est souvent donné par l'usage de certains mots. Alors, que le ton de la parole peut adoucir la dureté du langage.

Tes commentaires me seront toujours utiles.

Merci pour ton passage.


Bernard
- La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
- La haine est le venin de l’amour,
  Le sarcasme est celui de l’humour.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.044 secondes avec 23 requêtes.