Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

16 octobre 2019 à 13:07:35

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'Aire de jeux (Modérateur: Claudius) » Crowddisserting - dissert' participative philo

Auteur Sujet: Crowddisserting - dissert' participative philo  (Lu 2605 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #15 le: 03 janvier 2019 à 18:19:27 »
Alors, mon cher Meilhac, j'ai trouvé ton introduction sur le bonheur un peu courte, j'espérais que tu me guides, que tu m'orientes... !!

Pour trouver le bonheur, faut-il le chercher ?

 :\? Mmh, peut-on apprivoiser le bonheur ?

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 176
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #16 le: 09 janvier 2019 à 19:55:38 »
alors je suis tombé sur des trucs sur épicure

et d'après épicure, le bonheur c'est l'absence de troubles, c'est l'absence de manque, donc si on identifie les désirs débiles qui nous empêchent d'être heureux et qu'on cesse de chercher à les assouvir, on peut être heureux

après y a toute une tradition bouddhiste, méditation, etc, (et aussi montaigne) qui dit, "être heureux, c'est être dans le présent". or, peut on être dans le présent tout en cherchant quelque chose ? chercher (le bonheur ou autre chose) n'est ce pas déjà être dans le futur?

et sinon, tradition bouddhiste et compagnie là encore, il faut envisager le bonheur comme le centre d'une cible: pour l'atteindre, il ne faut pas passer son temps à se dire "faut que j'atteigne la cible faut que j'atteigne la cible". il faut au contraire oublier la cible (cf. "le zen dans l'art chevaleresque du tir à l'arc"), et se concentrer sur ses sensations, sans ne rien chercher, surtout

bref y a vraiment de quoi faire une dissert' nuancée, genre "faut identifier ce qui entrave le bonheur", (partie 1), "faut pas faire une fixette dessus" (partie 2), et puis une conclusion (ou une intro) dans laquelle dire en substance "euh attention y a pas que le bonheur dans la vie, et puis d'abord est ce que ça existe", etc.

j'ai envie de philo!

spinoza: le bonheur c'est de s'exprimer, c'es de s'exprimer via son corps, c'est d'être en harmonie avec ses affects.

il doit y avoir des kilotonnes de philosophes célébrissimes qui ne se sont pas penchés sur cette question

marx, il doit dire je suppose que le bonheur c'est de n'être pas aliéné? (mais le mot bonheur est il souvent sous la plume de marx?), un peu comme hegel, par exemple ? well!

bon moi perso j'ai choisi : le bonheur je ne le cherche pas. j'ai décidé de l'ignorer. le jour où je n'aurai rien à faire, je m'occuperai d'être. mais là j'ai à faire (ouais je ne suis pas complètement bouddhiste comme mec :--))



bon autre sujet : pareil j'en prends un au pif :



Peut-on renoncer à la vérité ?



vous avez quatre heures (mais  vous pouvez prendre quatre minutes)
youpi



 8)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #17 le: 15 janvier 2019 à 14:35:51 »
Coucou Meilhac,

Je ne suis pas sûr que tu aies pris le temps de lire mon message, donc je vais essayer de le reprendre de manière un peu moins implicite.

En fait, j'appréciais l'aspect ludique de la discussion dans laquelle on essayait de se donner des pistes de réflexion pour faire émerger des idées nouvelles, comme pour faire peau neuve.

bon moi perso j'ai choisi : le bonheur je ne le cherche pas. j'ai décidé de l'ignorer. le jour où je n'aurai rien à faire, je m'occuperai d'être. mais là j'ai à faire (ouais je ne suis pas complètement bouddhiste comme mec :--))

Je suis très heureux pour toi, je trouve cela très intéressant de découvrir ta culture à toi qui t'oriente dans tes choix au quotidien, pour moi, c'est aussi découvrir une part de ta personnalité que je ne connaissais pas auparavant, et sur le ton du jeu ou du partage des savoirs.

En fait, je me demande si l'aspect dialogue ne m'apportait pas une plus grande liberté d'échange que l'aspect dissertation qui ne me semble pas tout à fait justifié (vu qu'on est dans la section des jeux).

Donc voilà, une idée peut-être pour philosopher sans se prendre la tête, de manière à voir le quotidien autrement, de se donner des nouveaux outils de partage en tournant la philosophie à son aspect le plus humble.

Peut-on renoncer à la vérité ?

Qui est ce « on » ?
« Modifié: 15 janvier 2019 à 14:38:37 par Alan Tréard »

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 906
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #18 le: 04 juillet 2019 à 06:31:41 »
Peut-on renoncer à la vérité ?

On peut aisément se tendre personnellement une direction contre la vérité, surtout si elle se définit en tant que :
- idéal de l'information universelle (la Vérité avec un grand V, genre des trucs on pense à peu près être vraiment sûr : 'je perçois un bout d'univers', par exemple) celle indétrônable mais qui n'est pas assurée
- interprétation de cet idéal (la vérité officielle, on va dire, catégorisée par une masse de cerveaux la reconnaissant comme telle, genre 'la terre est ronde') celle qui a un trône parfois vacant
- gestion psy d'une représentation (ma vérité à moi en dedans de ma connaissance, celle que je me figure d'illusion, genre 'j'ai surement un intestin grêle un peu moche') celle sur laquelle je m'assoie

MAIS

En tant que produit ou objectif, poursuivit par la gestion de l'information, la vérité ne peut se destituer à une philosophie de la réflexion, ou de tout procédé de représentation de l'univers (la vérité étant une information représentative d'une catégorie de l'entendement universel, la plus fidèle qui soit)

DE FAIT

Je dirais à froid que la question est philosophiquement sans sens puisque :
- la Vérité est inateignable, donc oui ou non, la rechercher est une nuance déontologique propre à chacun
- la vérité est normative, donc oui ou non, pareil on peut on doit mais surtout on ne fait que nuancer des couleurs
- ma vérité est personnelle, elle m'appartient
En revanche, oui si, c'est philosophique toujours, dans cette déontologie que j'appelerais plus de la gestion psy, mais du coup qui demande de se mouiller et de diverger, forcément... donc personnellement :
- la Vérité je la cherche et j'y renonce
- la vérité je m'en fous et je m'en sers
- ma vérité heu...

...
mais c'est un axe de réflexion peut-être un peu trop pas assez neutre, j'ai eu du mal à me plonger dans un décisionnel philosophique...
un bon petit exercice du matin :)
expérience scriptive
page perso

Ciel bleu sous l'averse
Par-balles avec nous
(Lacrim)

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 176
Re : Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #19 le: 08 août 2019 à 14:53:48 »
Peut-on renoncer à la vérité ?

ah beau sujet ! merci Dot de relancer ça ! :)

un sujet qui appelle, entre autres, à distinguer la vérité de la réalité je pense

je reviendrai  ;)

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 906
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Crowddisserting - du temps de la réflexion
« Réponse #20 le: 10 août 2019 à 06:00:57 »
Mais de réalité objective, parlons peut-être de mesure du temps consacré à la réflexion, puisque j'y pense, à la réflexion... huhu

Une dissertation, c'est un exercice normé dans le temps, or je ne crois pas avoir pratiqué ici-haut le cadran L1 statistique... Et je me questionne : pourquoi bizarrement 4h de dissert dans des journées découpées en heures et demi-journées serait le meilleur moyen de faire une dissertation... non académique ici, de surcroit !! ? La vérité vient avec le recul, ai-je envie d'affirmer, conscient que je ne certifie pas cette conviction. J'en conclue ponctuellement que : quel que soit le temps octroyé à une réflexion, il réside en tant qu'outil technique incident sur le résultat final, puisque je n'ai du coup ni organisé ni produit dans les normes temporelles d'une dissertation (je me voyais pas passer quatre heure, et justement l'expérience que je décris ici m'intéressait et était consciente : voire ce que vaut une variation de ce paramètre qu'est la mesure du temps en exercice philo, le résultat ici : quelques moins de temps pour un résultat forcément différent mais qui se doit d'être achevé en tant que tel, comme toute bonne réflexion). Mais alors, je me perds : comment penser une vision de la vérité dans le temps et surtout, avec, le temps... Meilhac oui, la réalité est ici peut-être ! Nous incarnons la recherche de sens, si tant est que nous philosophions à cet effet... Or de progression linéaire vécue, je constate ici que : le temps est incident sur la vérité, dans son utilisation et non pas uniquement dans son écoulement. Eh oui, puisque nous la recherchons cette vérité, l'utilisons et la modifions par là-même. La réalité, dont nous faisons indubitablement partie, recèle en ses potentiels une telle quête que la vérité. Or le temps nous régit par son avancement solaire dirigé vers l'après, et c'est ainsi que se révèle l"'appréciation' de notre vérité, toujours relative. (En exemple, ce présent écrit qui ne peut visiblement étirer le même processus de réflexion, action de logique dans le temps et l'esprit, dans ce découpage différent des lieux de l'académie)

Quelques questions de relance un peu prescriptives, alors :
- Avons-nous le temps de réfléchir ?
- Prenons-nous le bon temps pour réfléchir ?
- Comment se repérer dans l'étirement du temps d'accès aux vérités ?

Et puis je penserais ouvrir après avec :
- Vers une psychologie déontologique ?

(Voilà, en réponse un peu rapide et un peu se justifiant elle-même tout en souhaitant inciter de la suite)
expérience scriptive
page perso

Ciel bleu sous l'averse
Par-balles avec nous
(Lacrim)

Hors ligne Feather

  • Aède
  • *
  • Messages: 167
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #21 le: 18 septembre 2019 à 09:12:37 »
Il me vient une simple définition spontanément.

La vérité serait une substance résultant d'une transformation.
Elle serait la réverbération des objets inconscients sur la conscience. Le déplacement d'une transversalité des évènements imaginaires, vers une objectivité symbolique devenue, par l'activation des énergies issues d'une réflexivité interne, une évidence (sens validé par le sujet).

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 906
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #22 le: 20 septembre 2019 à 10:01:58 »
En dehors de la notion de sujet, puisqu'elle le dépasserait en tant que substance...
Les opérateurs axiologiques fonctionnels qui marchent avec moi sont une association non phrasée (car non linéaire) de termes à associer genre :
REPRÉSENTATION du RÉEL
FRACTALE < edit : notion mathématique fort intéressante qu'on se figure facilement avec les formes des fougères... qui ont la particularité de se reproduire à différentes échelles spatiales, assez primordiale dans ma réflexion à propos de dimensions de la pensée, de la vérité et de la réalité...
PRÉCISION du MODÈLE
RAPPORT au TEMPS
EMBRANCHEMENTS
INCIDENCE PSYCHOSOMATIQUE
POIDS de la PENSÉE
etc...

Pour essayer d'articuler ça linéairement... :
"La vérité est représentation du réel en lui-même, ce qui constitue par fractalisation des essences, un modèle auto-imbriqué dans des dimensions... modèle dont la précision et les modalité s'embranchent dans le temps par ses sujets (admettons-le il en faut, même s'il faut à mon sens s'en extraire pour les prérogatives de la vérité : être commune)... sujets qui subissent une incidence de cette vérité sur leur être, un rapport évident, cérébral, et un autre plus complexe, corporel (si corps et esprit on bien des liens, et que la vérité est affaire d'esprit)... d'où un évident 'poids de la pensée', marque réel de l'incidence des acteurs sur la vérité...

0o
« Modifié: 20 septembre 2019 à 10:04:57 par Dot Quote »
expérience scriptive
page perso

Ciel bleu sous l'averse
Par-balles avec nous
(Lacrim)

Hors ligne Feather

  • Aède
  • *
  • Messages: 167
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #23 le: 20 septembre 2019 à 13:56:38 »
En y réfléchissant, ma définition démontre un système trop concentrique. Il manque une autre dimension pour que cela fonction. Mais je ne sais pas laquelle! Peut-être: le temps. Mais un temps différent, un temps extérieur au sujet qui viendrait donc externaliser les mouvements de ce système.

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 906
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Crowddisserting - dissert' participative philo
« Réponse #24 le: 21 septembre 2019 à 07:41:46 »
Ou au contraire des diffractions du temps normées autour de la ponctualité ?

en exemple :
la vérité 'la Terre est ronde' n'existe pas en dehors des faits, surtout pas avant que l'autre se demande à cause des ombres du soleil étout... et pourtant aujourd'hui des sujets pensent encore, comme avant ce type, dans le temps, que la terre est plate... le pire c'est que la Terre n'est pas plus ronde en 3d que plate en passé... que d'une forme inconcevable pour notre cerveau dans l'espace-temps relatif et quantique révélé par la science... et pourtant tout ces modèles sont pertinents : qui regarde l'horizon voit une ligne plate... qui observe le soleil voit des sphères...  qui pense les élémentaires se retrouve... ailleurs.

je veux dire donc, et d'après Arthur, pas le roi mais presque :
"Toute vérité passe par trois étapes , d'abord elle est ridiculisée , ensuite elle est violemment combattue et enfin elle est acceptée comme une évidence." - Arthur S.

Je vois ça un peu comme une bosse sur un tapis roulant : la vérité passe dans les esprits en tant que reflet d'un réel en mouvement...

Ceci dit je crois que le temps, Feather, est autant intérieur au sujet par sa perception, que extérieur par 'écoulement' (tel qu'on le perçoit actuellement, ce qui n'est pas assuré de justesse absolue...)
expérience scriptive
page perso

Ciel bleu sous l'averse
Par-balles avec nous
(Lacrim)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.058 secondes avec 23 requêtes.