Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

12 novembre 2018 à 18:47:05

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Milora, ernya, Miromensil) » Éveillée

Auteur Sujet: Éveillée  (Lu 310 fois)

Hors ligne Ocubrea

  • Aède
  • *
  • Messages: 198
Éveillée
« le: 28 octobre 2018 à 17:09:12 »
Bonjour !
Un court texte qui n'a rien à voir avec mes écrits habituels…
Je sais que j'ai déjà posté quelque chose ici il y a peu de temps mais j'ai écrit ceci hier soir et j'ai peur de ne plus oser le soumettre à vos commentaires et critiques si j'attends trop longtemps.
Bonne lecture ! :)



      J’ouvre les yeux.

      Parfois, sans crier gare, j’ouvre les yeux. Un appel muet sort mon esprit du cocon dans lequel il évolue, de l’espace harmonieux orné de peintures aux couleurs douces qui me sont soufflées par quelque âme charitable. Ma prison de mots et d’illusions vole en éclats. Je me réveille dans le froid vide d’une masure de bois vibrant sous les assauts du vent, toujours la même, ce lieu aux angles bruts juste assez grand pour contenir un lit de paille.
      Un frisson me parcourt, mes bras enserrent d’eux-mêmes mon ventre. Ma peau contre ma peau a la texture du marbre : je suis nue. Vulnérable. Des jambes atones qui ne me semblent pas miennes glissent sur le sol et me portent à peine lorsque je me relève, et j’ai beau chercher autour de moi, rien qui ne puisse me couvrir, me protéger - me cacher à moi-même. Malgré moi, je me dirige alors invariablement vers la porte et l’ouvre, et son lent grincement sinistre me remplit de terreur tandis que j’en franchis le seuil. Dehors, tranquille, la pénombre s’installe comme un loup repus dans sa tanière.
      J’ai encore manqué le soleil.

      Mes pieds nus s’enfoncent dans l’herbe givrée, butent sur un sol dur et inégal, et une sourde douleur glacée remonte en pointes dans mes mollets tandis que je m’approche d’une étendue d'eau miroitant au loin, guidée par quelque instinct morbide.
      Juste au-dessus de ma tête, de grands oiseaux sombres tournoient dans une ronde inlassable, effleurant par moments mes cheveux, me griffant les épaules. Leurs cris stridents me martèlent leurs vérités – mes vérités - inarticulées et pourtant évidentes. Mes bras, trop occupés à enserrer ma taille dans une vaine tentative de conserver un peu de chaleur, ne peuvent en protéger mes oreilles.
      De toute façon, même sourde, je les entendrais encore.

      La nuit est là, à présent.

     C’est chancelante que j’atteins enfin la surface pure et lisse du lac qui m’attire comme le feu une mouche. Je m’agenouille sur son rivage, les genoux léchés par l’eau fraîche, le corps tremblant. Je me penche vers un reflet aux traits flous dont la silhouette est couronnée par l’auréole factice d’une lune pleine dans mon dos. La panique m'étreint : c'est pour bientôt. Je connais ce moment, je l'ai vécu des milliers de fois sans jamais pouvoir en changer le cours. Je sais ce qui m'attend.
      Lorsque j’approche le visage de la surface, l’image enfin prend forme.

      Et je vois
      un monstre.

      Mon hurlement perce la nuit en silence.
« Modifié: Hier à 16:28:09 par Ocubrea »
“Il y a un proverbe chinois qui ne dit rien. Il m’arrive de le citer quand je n’ai rien à dire…" - Philippe Geluck.

Hors ligne Kurisu

  • Buvard
  • Messages: 5
Re : Éveillée
« Réponse #1 le: 28 octobre 2018 à 21:19:21 »
Bonsoir !
Je ne vais pas pouvoir vous aidez avec des critiques de qualités.. Mais j'aime beaucoup ce texte, c'est le premier que je lis ici et je le trouve bien écrit avec une ambiance bien posée, même si c'est assez malsain en vrai  :???: C'est cool d'avoir osé le publier.
Bonne soirée  :D (Vous devriez écrire des choses plus joyeuses le soir  :-\ )

Hors ligne fulgiras

  • Plumelette
  • Messages: 14
Re : Éveillée
« Réponse #2 le: 30 octobre 2018 à 15:26:39 »
Salut,
 je détaille un peu plus comme personne ne l'a encore fait.

Citer
Ma peau contre ma peau a la texture du marbre
Pas fan de la tournure.
Citer
J’ai encore une fois manqué le soleil.
le une fois me parait de trop.
Citer
Mon hurlement perce la nuit en silence.
je comprends pas trop le hurlement /en silence.
Citer
J’ouvre les yeux. Parfois, sans crier gare, j’ouvre les yeux.
 
Citer
comme un loup repu dans sa tanière.
repus


Il y a quelques phrases qui sont trop longues pour être lues d'une traite. Essaye de les redécouper:
Citer
. Je m’agenouille sur son rivage, les genoux léchés par l’eau fraîche, et me penche vers mon reflet aux traits flous dont la silhouette est couronnée par l’auréole factice d’une lune pleine dans mon dos
Citer
Un appel muet sort mon esprit du cocon dans lequel il évolue, cet espace grandiose orné de vives peintures oniriques soufflées par quelque âme charitable, et ma prison de mots et d’illusions vole en éclats


Sinon, il y a certaines idées intéressantes dans ton texte: le jeu sur les sensations et le corps qui agit contre sa volonté, les oiseaux menaçants, le froid. De mon point de vue, L'histoire gagnerait en substance si tu prends un peu plus de temps pour décrire les scènes et les sensations.

Merci du partage.





Hors ligne Ocubrea

  • Aède
  • *
  • Messages: 198
Re : Éveillée
« Réponse #3 le: 30 octobre 2018 à 16:38:45 »
Bonjour, bonjour !

@ Kurisu
Tu peux me tutoyer, comme je crois tout le monde le fait avec tout le monde sur ce forum ;) Je me permets donc de faire de même avec toi. Merci beaucoup pour ton commentaire ! Heureuse d'avoir pu transmettre un peu de l'ambiance que j'avais en tête… Ah, les soirs ne se ressemblent pas tous, heureusement ;)

@ fulgiras
Merci d'avoir pris le temps de lire et d'analyser mon texte, et d'en relever toutes les imperfections (enfin, certaines en tout cas, je suis sûre qu'il en reste un bon paquet !).

Citer
Citer
Ma peau contre ma peau a la texture du marbre
Pas fan de la tournure.
Citer
J’ai encore une fois manqué le soleil.
le une fois me parait de trop.
Pour la première phrase, je comprends qu'on n'accroche pas, mais je ne vais peut-être pas l'enlever tout de suite parce que moi j'avoue que je l'aimais plutôt bien ! hihi ^^
Le "une fois" par contre n'a pas particulièrement d'importance pour moi, donc je l'enlève ! Je trouvais que ça donnait plus de rythme à la phrase.

Citer
Citer
Mon hurlement perce la nuit en silence.
je comprends pas trop le hurlement /en silence.
Je comprends ta perplexité mais ici aussi, je vais garder la phrase telle quelle pour le moment. En fait, j'avais une idée très précise en écrivant ce texte et cette phrase est en fait cohérente si l'on suit cette idée :huhu:

Merci pour le "repus", qui m'avait échappé !
Pour le redécoupage, je vais essayer de trouver un moyen de faire ça :)

Merci encore pour ton passage ! A plus !
“Il y a un proverbe chinois qui ne dit rien. Il m’arrive de le citer quand je n’ai rien à dire…" - Philippe Geluck.

En ligne Ashka

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 579
  • Quand nous ne marcherons plus nous volerons
Re : Éveillée
« Réponse #4 le: 09 novembre 2018 à 00:18:25 »
Hello  Ocubrea ;)

Citer
Un appel muet sort mon esprit du cocon dans lequel il évolue, cet espace grandiose orné de vives peintures oniriques soufflées par quelque âme charitable.
Ici, c'est personnel, mais je trouve que le style de cette phrase ne colle pas au style/ton du reste du texte.
 
Citer
Je me réveille dans le froid vide d’une masure de bois vibrant sous les assauts du vent, toujours la même, ce lieu aux angles bruts juste assez grand pour contenir un lit de paille.
      Un frisson me parcourt, mes bras enserrent d’eux-mêmes mon ventre. Ma peau contre ma peau a la texture du marbre : je suis nue. Vulnérable. Des jambes atones qui ne me semblent pas miennes glissent sur le sol et me portent à peine lorsque je me relève, et j’ai beau chercher autour de moi, rien qui ne puisse me couvrir, me protéger - me cacher à moi-même. Malgré moi, je me dirige alors invariablement vers la porte et l’ouvre, et son lent grincement sinistre me remplit de terreur lorsque j’en franchis le seuil. Dehors, la pénombre s’installe tranquillement, comme un loup repus dans sa tanière.
      J’ai encore manqué le soleil. 
J'aime bien tout ça, c'est intrigant de finir par la dernière phrase :coeur:  par contre pas mal d'adverbes en "ement".
Citer
Des jambes atones qui ne me semblent pas miennes glissent sur le sol et me portent à peine lorsque je me relève, et j’ai beau chercher autour de moi, rien qui ne puisse me couvrir, me protéger - me cacher à moi-même. Malgré moi, je me dirige alors invariablement vers la porte et l’ouvre, et son lent grincement sinistre me remplit de terreur lorsque j’en franchis le seuil.
Ici des répétitions
     
Citer
Mes pieds nus s’enfoncent dans l’herbe givrée, butent sur un sol dur et inégal, et une sourde douleur glacée remonte en pointes dans mes mollets tandis que je m’approche d’une étendue d'eau miroitant au loin, guidée par quelque instinct morbide.

La tension monte, on est avec la narratrice ! :coeur:
Citer
Je dois savoir à tout prix, et je sais que ça me détruira. Aucune importance. Je n’ai pas le choix.
ici, c'est peut-être avancer trop vite, c'est presque dommage, pour garder la tension je crois que j'enlèverai cette phrase ce qui permettrait ainsi de garder un mystère. Mais c'est personnel ;)
   
Citer
  Juste au-dessus de ma tête, de grands oiseaux sombres tournoient dans une ronde inlassable, effleurant par moments mes cheveux, me griffant les épaules. Leurs cris stridents me martèlent leurs vérités – mes vérités - inarticulées et pourtant évidentes.
J'aime bien ça ! :)
Citer
Mes bras, trop occupés à enserrer ma taille dans une vaine tentative de conserver un peu de chaleur, ne peuvent en protéger mes oreilles.
      De toute façon, même sourde, je les entendrais encore.
:coeur:
     
     
Citer
C’est chancelante que j’atteins enfin la surface pure et lisse du lac qui m’attire avec autant de fermeté que des chaînes.
Je comprends l'image, mais je ne sais pas, la tournure, il me semble qu'il y manque un je ne sais quoi.  :\? Peut-être parce que les chaines pour moi ont une fonction de rétention de contenir et pas d'attirer, mais ce n'est que moi !
Citer
Je m’agenouille sur son rivage, les genoux léchés par l’eau fraîche. Tout mon corps tremble tandis que je me penche vers mon reflet aux traits flous dont la silhouette est couronnée par l’auréole factice d’une lune pleine dans mon dos.

Ici, le "tout" en début de phrase est nécessaire ? Ça alourdit peut-être un peu ? et trois fois "mon" dans cette phrase.

Citer
La panique m'étreint : c'est pour bientôt. Je connais ce moment, je l'ai vécu des milliers de fois sans jamais pouvoir en changer le cours. Je sais ce qui m'attend.
      Lorsque j’approche mon visage de la surface, mon image prend enfin forme.
C'est comme un cauchemar qui revient, c'est pas mal fait ! Encore deux fois "mon" dans la deuxième phrase.

     
Citer
Et je vois
      un monstre.

      Mon hurlement perce la nuit en silence.
J'aime bien l'espace entre les phrases.

Voilà, intéressant petit texte, il me semble qu' il y a là des choses qui ont envie de se révéler et c'est chouette !  :) :coeur:


                       
Les entraves jetées aux vents d'ouest

Hors ligne Ocubrea

  • Aède
  • *
  • Messages: 198
Re : Éveillée
« Réponse #5 le: 09 novembre 2018 à 20:13:50 »
OH :coeur:
C'est la première réaction que j'ai eue en lisant ton commentaire, Ashka ! Il est super constructif et toutes tes remarques sont très bien vues !

Citer
Citer
Un appel muet sort mon esprit du cocon dans lequel il évolue, cet espace grandiose orné de vives peintures oniriques soufflées par quelque âme charitable.
Ici, c'est personnel, mais je trouve que le style de cette phrase ne colle pas au style/ton du reste du texte.
C'est ton seul retour que, sans contester le moins du monde, j'ai eu du mal à comprendre totalement… Le but était effectivement de créer le contraste entre le "rêve grandiose", et la "réalité froide"... Mais j'entends en tout cas que ça ne va pas avec le reste !

Pour les adverbes en "-ement" et les répétitions, merci, je vais relire tout ça et tenter d'en éliminer le maximum !

Citer
Citer
Je dois savoir à tout prix, et je sais que ça me détruira. Aucune importance. Je n’ai pas le choix.
ici, c'est peut-être avancer trop vite, c'est presque dommage, pour garder la tension je crois que j'enlèverai cette phrase ce qui permettrait ainsi de garder un mystère. Mais c'est personnel ;)
Mmmh oui, tu as p'têt bien raison. Je vais voir ce que ça donne une fois que je le supprime.

Citer
Citer
C’est chancelante que j’atteins enfin la surface pure et lisse du lac qui m’attire avec autant de fermeté que des chaînes.
Je comprends l'image, mais je ne sais pas, la tournure, il me semble qu'il y manque un je ne sais quoi.  :\? Peut-être parce que les chaines pour moi ont une fonction de rétention de contenir et pas d'attirer, mais ce n'est que moi !
Non, ce n'est pas que toi, cette phrase me démangeait aussi… Je vais réfléchir à autre chose.

Citer
Citer
Je m’agenouille sur son rivage, les genoux léchés par l’eau fraîche. Tout mon corps tremble tandis que je me penche vers mon reflet aux traits flous dont la silhouette est couronnée par l’auréole factice d’une lune pleine dans mon dos.
Ici, le "tout" en début de phrase est nécessaire ? Ça alourdit peut-être un peu ? et trois fois "mon" dans cette phrase.

Citer
La panique m'étreint : c'est pour bientôt. Je connais ce moment, je l'ai vécu des milliers de fois sans jamais pouvoir en changer le cours. Je sais ce qui m'attend.
      Lorsque j’approche mon visage de la surface, mon image prend enfin forme.
C'est comme un cauchemar qui revient, c'est pas mal fait ! Encore deux fois "mon" dans la deuxième phrase.
Bien vu, bien vu et bien vu.

Merci encore pour ton retour, ça a été un vrai plaisir de lire ton commentaire, de savoir que certains passages t'avaient plu et d'y voir plus clair sur ceux qui demandent encore un peu de travail de ma part !
A plus ! :)
“Il y a un proverbe chinois qui ne dit rien. Il m’arrive de le citer quand je n’ai rien à dire…" - Philippe Geluck.

En ligne Ashka

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 579
  • Quand nous ne marcherons plus nous volerons
Re : Éveillée
« Réponse #6 le: 10 novembre 2018 à 00:42:40 »
 ;)
Citer
Citer
Citer
Un appel muet sort mon esprit du cocon dans lequel il évolue, cet espace grandiose orné de vives peintures oniriques soufflées par quelque âme charitable.
Ici, c'est personnel, mais je trouve que le style de cette phrase ne colle pas au style/ton du reste du texte.
C'est ton seul retour que, sans contester le moins du monde, j'ai eu du mal à comprendre totalement… Le but était effectivement de créer le contraste entre le "rêve grandiose", et la "réalité froide"... Mais j'entends en tout cas que ça ne va pas avec le reste !

En fait c'est juste ces mots ci :

"cet espace grandiose orné de vives peintures oniriques soufflées par quelque âme charitable."
Dans le choix de ces mots par rapport à ceux choisis dans le reste du texte, mais encore une fois c'est un avis personnel. ;)

Tu sais, parfois c'est difficile/délicat de modifier un texte, un mot change et c'est tout un nouvel éclairage qui surgit. Alors, il faut prendre le temps, laisser reposer parfois.

En tout cas, je t'attends encore sur un prochain texte, cherche encore, reviens, je te lirai avec attention, tu tiens quelque chose, ne lâche pas ;)
Les entraves jetées aux vents d'ouest

Hors ligne Ocubrea

  • Aède
  • *
  • Messages: 198
Re : Éveillée
« Réponse #7 le: Hier à 19:47:19 »
Merci d'être revenue préciser ta pensée ! J'ai modifié légèrement le passage (il est important donc je ne veux pas le supprimer complètement), j'espère que c'est mieux comme ça :) Et j'ai également tenté de prendre en compte tes autres remarques. Je trouve le résultat meilleur maintenant et je t'en suis reconnaissante ;)

A plus !
“Il y a un proverbe chinois qui ne dit rien. Il m’arrive de le citer quand je n’ai rien à dire…" - Philippe Geluck.

En ligne Ashka

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 579
  • Quand nous ne marcherons plus nous volerons
Re : Éveillée
« Réponse #8 le: Hier à 21:48:29 »
 ;)

Oui, je trouve le tout mieux aussi  :) il y a peut-être encore ici :

Citer
j’ai beau chercher autour de moi, rien qui ne puisse me couvrir, me protéger - me cacher à moi-même. Malgré moi...,






« Modifié: Hier à 21:54:50 par Ashka »
Les entraves jetées aux vents d'ouest

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.096 secondes avec 23 requêtes.