Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

14 décembre 2018 à 11:42:37

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: ernya, Ben.G, Rémi) » Éloge de l'inachevé

Auteur Sujet: Éloge de l'inachevé  (Lu 172 fois)

Hors ligne Lyhtela

  • Plumelette
  • Messages: 15
Éloge de l'inachevé
« le: 10 octobre 2018 à 19:37:28 »
Le soleil capricieux commence si tôt à s’enfuir
L’ombre arrive et, déjà, je ne peux plus écrire
Mes rêves et mensonges sur une page déchirée
En un instant, l’éphémère s’est envolé

Mais je n’éprouve étrangement aucune souffrance
Mon cœur et mon âme ne sont plus en transe.
Tous ces efforts ont à peine esquissé le chemin
Qu’il s’est enfuit, on ne saura jamais la fin.

Moi, je n’aime pas la fin, les tourments
Je préfère l’exaltation des commencements
Et quand je doute, j’oublie, j’aime mieux en rire,
Je préfère renaître cent fois et ne jamais mourir


----------------------
Et voilà, ma première publication. Bien curieuse d'avoir vos avis [ne soyez pas trop méchants  quand même ;) !]

Hors ligne B.Didault

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 283
  • L'éternel néophyte
    • Bernard Didault
Re : Éloge de l'inachevé
« Réponse #1 le: 11 octobre 2018 à 07:08:06 »
Lyhtela, bonjour

Je ne saurais être méchant ; je ne suis pas un expert.

Habituellement, je ne suis pas attiré par les textes mélancoliques, sauf si la fin s’ouvre sur de nouveaux horizons :
Citer
Et quand je doute, j’oublie, j’aime mieux en rire,

Je suis un éternel positif, et dans cette mélancolie des mots, il me semble qu’un positivisme acharné se cache :
Citer
Je préfère renaître cent fois et ne jamais mourir

Je vois dans ton texte un amour finissant, mais le combat pour continuer…
… C’est mon interprétation !

Voici donc pour le fond.

Quant à la forme, l’éternel néophyte que je suis ne saura que te dire :
     À quelques syllabes près tu avais des alexandrins.

Merci pour ce partage.
Bernard
La poésie est un art, une belle aventure, la dentelle de l’écriture.
Page Personnelle (Indiscrétions, Textes et Poésies)

Hors ligne Alan Tréard

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 965
  • Passons passons puisque tout passe
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Éloge de l'inachevé
« Réponse #2 le: 11 octobre 2018 à 13:54:50 »
Bonjour Lyhtela,

Enchanté de faire ta connaissance.

Alors, en ce qui me concerne, ton poème m'a touché parce qu'il propose un argumentaire simple et poétique, imagé et passionné, si bien que j'ai eu le sentiment que tu étais en capacité de poser ton sujet et de faire vivre ton expression. J'en retiens donc une note très positive.

En ce qui concerne la forme, en revanche, tes vers sont irréguliers, et le choix des quatrains reste, selon moi, à affirmer, à maîtriser.

Et voici pour ma lecture !!

Hors ligne Keanu

  • Scribe
  • Messages: 80
Re : Éloge de l'inachevé
« Réponse #3 le: 11 octobre 2018 à 14:35:35 »
Un poème qui évoque, je pense, la lumière de l'inspiration créatrice qui vient et s'en va aussitôt, à peine saisie, comme le "soleil capricieux". Cette chose si passagère qu'elle glisse entre les doigts du narrateur ne motive pas pour autant de l'amertume, au contraire il y perçoit le mouvement inéluctable et allègre des choses qui recommencent. Le "je" qui pourrait souffrir de cette mort précoce de la lumière qui s'était allumée en lui, se rend compte en fait qu'au-delà de sa fécondité ou stérilité subjective c'est le propre de la vitalité objective que de réinventer cycliquement et perpétuellement l'événement ou la matière — ainsi, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme, et le petit être humain qui en prend conscience peut en rire avec simplicité.

D'un point de vue philosophique et psychologique, je trouve réjouissante, réaliste et humble cette attitude du narrateur vis-à-vis de ses élans personnels.
Sur la forme, je suis plus dubitatif, j'ai eu du mal à rentrer dans le poème et à être touché par son propos ou son enveloppe en raison d'une prosodie bancale (je me fiche pas mal de la versification, mais j'ai le sentiment que la forme de ton texte s'inspire de formes classiques sans en avoir la rigueur syllabique, rythmique, mélodique), de rimes peu recherchées (s'enfuir/écrire, souffrance/transe, chemin/fin, rire/mourir...),  et surtout d'un lexique à mon sens vu et revu en poésie, qui manque d'originalité et qui n'est pas percutant, comme si en pensant "poésie" voire "écriture" inconsciemment te venaient des notions et une tonalité toutes faites : soleil/ombre, rêves, page déchirée, instant, mon cœur et mon âme, tourments... Ainsi, toujours selon mon point de vue, même les idées perdent de leur intérêt ou de leur puissance à cause des expressions éculées qui les déclinent : "en un instant, l'éphémère s'est envolé" (de plus, je trouve que les trois termes dans ce vers sont redondants), "Tous ces efforts ont à peine esquissé le chemin/qu'il s'est enfuit" ("enfui"), "exaltation des commencements", "Je préfère renaître cent fois et ne jamais mourir".

Peut-être pourrais-tu essayer d'aller vers une forme d'expression plus directe, plus naturelle et intime, plus alignée avec tes émotions, sans avoir une représentation trop désuète et cérémonieuse de la poésie, de travailler davantage le choix de tes mots, que ce soit en vers libres ou en prose ou avec des contraintes métriques particulières.
Encore une fois ce n'est que mon avis et en aucun cas il n'a valeur d'autorité et ne doit te causer du tort ou du découragement.

Hors ligne Lyhtela

  • Plumelette
  • Messages: 15
Re : Éloge de l'inachevé
« Réponse #4 le: 13 octobre 2018 à 21:03:16 »
Merci beaucoup à vous trois d'avoir pris le temps de répondre en donnant vos impressions de lecture. C'est la première fois que j'ai un avis sur ce que j'écris ici, c'est donc important pour moi (et étrange à la fois) !

Je suis ravie d'apprendre que globalement le thème et le ton sont pertinents. C'est l'essentiel pour moi, de transmettre une émotion (à minima une idée  ;D). De ce côté-là, je suis donc "rassurée".
 
Bien entendu, je ne suis pas experte en poésie, je m'attendais donc à des remarques sur la forme. Je vais me pencher sur vos différents commentaires, qui me semblent plus que pertinents. Maintenant, je n'ai pas la prétention de devenir poète !
 
Concernant le côté un peu classique, je plaide coupable. J'ai écrit ce poème il y a bien des années, je ne l'ai jamais retravaillé, il est sorti comme ça un jour. Ça me fait étrange d'y toucher à vrai dire ! Cela dit, réussir à optimiser mes écrits était un des objectifs de mon inscription, donc il va bien falloir que je retouche à tous ces textes qui dorment ^^.

Encore merci !

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 596
Re : Éloge de l'inachevé
« Réponse #5 le: 14 octobre 2018 à 00:37:06 »
mis à part le dernier vers qui me plaît, je trouve l'ensemble par trop descriptif.

"Il faudra qu'on me laisse vivre
Après m'avoir fait tant mourir"

deux vers de Théophile de Viau.
« Modifié: 14 octobre 2018 à 00:40:41 par Eveil »
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.044 secondes avec 23 requêtes.