Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 août 2019 à 09:25:01

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Les amants de Rougefée [romance-5000 mots] V2

Auteur Sujet: Les amants de Rougefée [romance-5000 mots] V2  (Lu 1102 fois)

Hors ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 759
  • Craie-Pulsive
Les amants de Rougefée [romance-5000 mots] V2
« le: 30 septembre 2018 à 03:56:50 »
La sorcière fut avertie de sa venue dès qu’il eut franchi la lisière de la forêt. Les aubépines frémirent les premières lorsque leurs branches pleines de cenelles caressèrent sa cuirasse au gorgerin défait. Elles l’annoncèrent aux saules, aux pins et aux érables qui, de racine en radicelle, portèrent la nouvelle aux chênes séculaires et aux frênes vénérables. Bientôt s’éleva dans le bois un chœur secret et profond. La nuit vibrait de cette onde qui parcourait la sève, jusqu’au creux des ombres où était blottie la cabane de la sorcière. Elle était en train d’arracher les derniers plants d’angélique du clos minuscule adossé à sa masure. La lampe-tempête suspendue au seuil de sa demeure traçait une clairière de lumière au milieu des pins. Lorsque le nom de l’intrus lui parvint, murmuré avec une pudeur pleine d’égards par les grands arbres, elle sentit son ventre se tordre. Refermant derrière elle le portillon du petit jardin, elle se tendit et ôta ses gants. Son premier réflexe fut de préparer un sortilège de perdition, pour le laisser errer entre la nuit et les arbres jusqu’à l’aurore. Elle entendit la course d’un renard se perdre dans les ténèbres, là où les troncs dansaient et s’emmêlaient à la lueur de sa lanterne. Déjà, tapie dans les effluves de l’humus, de la résine et de l’automne, elle sentait la boue des sagnes qu’il avait traversées… et le parfum secret de sa peau qu’elle avait effacé de ses rêves. Sans comprendre pourquoi, et malgré l’angoisse qui la nouait de l’intérieur, elle décida de le laisser venir à elle. Se défaisant de son chaperon écarlate, elle se retira dans sa loge pour l’y attendre.
Elle reconnut le choc sourd de son gantelet contre le battant et à nouveau, des remous agitèrent son ventre. Elle prit quelques instants pour écouter les crépitements de l’âtre, avant de se lever pour lui ouvrir. Il lui semblait encore plus grand que dans son souvenir. Il ne portait pas de heaume et ses longues boucles brunes cascadaient sur ses épaules. Sa barbe lui donnait un air fauve que contrastait la douceur de son regard. Dès qu’il la vit, il esquissa un sourire dont elle se détourna. L’émotion menaçait de rompre le masque plein de morgue qu’elle s’était appliquée à plaquer sur ses traits. Elle s’immobilisa au milieu de la pièce, à quelques pas du feu qu’elle fixa du regard. En l’entendant risquer un pas au-delà du seuil, elle éleva la voix.
« Je ne vous ai pas invité à entrer. »
Comme s’il s’attendait à une pareille défiance, le chevalier répondit immédiatement.
« Veuillez m’excuser, madame. La fatigue de la route m’aura rendu trop empressé. Dois-je comprendre que vous me refusez l’hospitalité ? »
Sa voix épousait presque le craquement des flammes. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux tandis que les souvenirs affluaient. Son cœur, qu’elle aurait voulu glacé et plein d’épines, battait trop fort dans sa poitrine. Cela ne fit qu’attiser sa colère. Sans quitter l’âtre des yeux, elle répliqua :
« J’ignore si je dois vous laisser entrer. La discourtoisie dont vous faites preuve en bravant ma réclusion me contrarie. Si j’avais voulu vous revoir, je vous l’aurais fait savoir. »
Elle l’entendit soupirer dans son dos et ce soupir, elle ne le reconnut que trop bien.
« J’ai conscience d’avoir pénétré votre domaine sans votre consentement, madame. Pardonnez l’atteinte que j’ai portée à vos sentiments en me présentant à votre porte. Il s’agissait seulement de  m’enquérir de vos nouvelles, et de vous donner quelques-unes des miennes si vous le souhaitiez. Je voulais également entendre de votre voix vive que vous renonciez à vos vœux d’amitié avec moi, en espérant quelques explications à ce sujet. »
« Je n’ai pas besoin de vous fréquenter pour avoir de vos nouvelles. J’ai été avertie que vous vous portiez bien et j’en suis soulagée. Pour autant cela ne vous donne pas le droit d’importuner ma retraite. Vous êtes loin d’être étranger à cet exil que je me suis choisi. »
Un silence accueillit ses dernières paroles. Elle trouva la force de se retourner pour l’affronter.
« Je ne veux plus ouvrir ma maison à des gens de votre sorte. » dit-elle en espérant que cela le blesse suffisamment pour qu’il renonce. Il n’en fit rien. Il soutint son regard, et eut même l’orgueil de sourire. Ils s’affrontèrent ainsi pendant de longs instants, accompagnés par les sons du feu qui couvait sous les bûches.
« Dois-je repartir, madame ? » demanda-t-il d’une voix flottante. Son regard traçait un lent parcours qui embrassait l’intérieur de la cabane, comme pour le fixer dans un souvenir qu’il pourrait ensuite visiter à sa guise. Ses yeux d’un gris d’orage s’arrêtèrent sur le chaperon écarlate. Ils poursuivirent vers l’âtre et le bac d’eau qui reposait non loin. Ils accrochèrent les ossements de chevreuil, les pierres colorées, les étagères qui croulaient sous de lourds volumes. Ils s’attardèrent sur les bocaux de teinture d’aconit et ceux où, flottant dans le vin, les mandragores étaient enveloppées d’étoffe. Ils examinèrent le petit autel sur lequel reposaient un crucifix et une branche d’olivier. Ils caressèrent comme des trésors les roses séchées et les brins de lavande fixés au mur. Ils terminèrent en se posant sur elle, attendant patiemment sa réponse. Elle déglutit et, une fois certaine qu’il lui laissait le choix sans s’imposer à elle, elle céda.
« Il serait ridicule de vous congédier alors que vous avez parcouru une si longue route pour me rendre visite. Sachez cependant que vous repartirez avant l’aube. »
« Cela me convient, madame. Je vous remercie d’être conciliante. »
Son maintien se détendit lorsqu’il ajouta :
« J’ignore en réalité si les forces qu’il me reste auraient suffi à me porter hors de votre vue. »
Il se défit de son manteau et de sa cuirasse, qu’il laissa au sol. Elle eut l’impulsion de lui indiquer un endroit plus adéquat, mais elle n’en avait aucun à lui proposer. Une fois la porte fermée, il avança vers le centre de la pièce en se massant les épaules. Il semblait avoir gagné en carrure. La sorcière se réprimanda intérieurement lorsque son regard fut attiré par ses lèvres. Elle recula pour ne pas se trouver trop proche de lui, puis croisa les bras.
« Au moins ne vous êtes-vous pas présenté chez moi un bouquet à la main, cette fois-ci. » piqua-t-elle.
Le chevalier observa un instant les fleurs séchées, mais s’abstint de commenter leur présence.
« Ni lys ni poème, madame. Je me présente à vous uniquement paré de mon insolence et de ma foi en votre amitié.»
Dans le ventre de la sorcière, un animal ne cessait de courir, faisant éclore dans sa gorge une nausée poisseuse qui menaçait de la rendre mal. La tension entre l’affection et l’angoisse la contraignait à une réserve froide et faussement désinvolte. La distance qui la séparait de son chevalier était le seul garde-fou qui l’empêchait de sombrer à nouveau vers ses ténèbres. L’incertitude lancinante face à ses propres réactions la tenaillait. Que ferait-elle s’il s’approchait d’un pas ? S’il la rejoignait pour la serrer contre lui ? Aurait-elle la force de le repousser ?
« Eh bien ? Vous voilà chez moi. Vous devez bien avoir quelque question pour vous brûler les lèvres et qui justifierait votre indélicatesse, n’est-ce pas ? »
Il prit une inspiration si profonde qu’il en ferma les yeux. Les odeurs d’encens, de terre et de bois brûlé qui habitaient la petite cabane devaient avoir pour lui la saveur d’étreintes qu’il avait oubliées. Il ouvrit les paupières et elle y surprit l’éclair fugace d’un désir réprouvé.
« En effet, madame. Les échos de votre réclusion m’ont déconcerté et aucun de ceux qui vous connaissent n’aura su m’éclairer à propos de vos motifs. Si nos silences, sur lesquels nous nous étions entendus, provenaient d’un dessein mutuel, le mien a toujours eu pour vocation d’être rompu par le temps. J’avais cru comprendre que c’était également le cas du vôtre. Or, une saison est passée et ma sorcière ne donne toujours pas signe de vie. J’apprends qu’elle s’est exilée jusque dans ses terres natales et qu’elle ne souhaite plus entretenir la moindre proximité avec moi. En effet, madame. Je suis venu vous demander pourquoi, et pour cela j’ai défié tous vos vœux.»
L’animal poursuivait sa course folle à l’intérieur de son ventre. L’indignation lui fit monter les larmes aux yeux et elle eut toutes les peines du monde à ne pas les laisser rouler vers la terre battue. Lorsqu’elle lui répondit, sa voix tremblait.
« Imaginez-vous seulement l’épreuve que ce fut d’être à vos côtés ? De vous voir infailliblement mettre en doute les gages de mon affection ? De demeurer impuissante face aux accès de douleur qui vous affligeaient ? De supporter que, chaque fois, vous retourniez dans les bras de votre dame, si belle, si malade ? D’endurer vos reproches lorsque j’avais l’audace de vous tenir à distance pour protéger ce que notre passion me laissait de liberté ? Qu’importent la douceur et l’amitié dont nous avons joui ensemble. Vous m’avez éreintée, et même le soleil d’été n’a pas su estomper la fatigue que votre fréquentation a coulée dans mon cœur. Vous me demandez pourquoi j’ai fui vers cette forêt où votre inconvenance vous a conduit ? C’est parce que vous avez fini par me rendre malade. Je n’ai cure du nom savant avec lequel les médecins de la ville ont affublé la lèpre qui empoisonne votre esprit. Je ne veux plus jamais lutter pour votre affection, ni connaître ces nuits d’angoisse, grises et visqueuses, où le venin qui hante votre chair reprenait le dessus… Revoir vos yeux, votre visage, entendre vos mots, ne fait que raviver chez moi la douleur de cet amour tordu que nous nous sommes voués pendant de trop longs mois. Oui, les ténèbres de vos pupilles m’ont séduite autant que la vie qui vous habite. Oui, la confiance que j’avais en vous était totale. Non, vous ne l’avez jamais trahie. Mais aujourd’hui, je dois vivre avec la mémoire de votre souffle paniqué que je m’évertue à apaiser dans le noir. Je dois vivre avec cette bête que vos accès de colère froide et de détresse silencieuse ont nichée contre mes tripes, et qui depuis, ne veut plus me quitter. Elle court en ce moment même dans mon ventre et me laboure les entrailles depuis que les pins qui entourent ma maison chuchotent votre nom dans la terre et le vent. Je n’ai pas pour habitude de laisser voir ma faiblesse, et je sais quel rôle j’ai joué devant votre carcasse brisée : celle d’une statue imperturbable à la vue de votre sang. À l’intérieur, j’ai saigné autant que vous. Je me suis leurrée moi-même lorsque j’ai invoqué de mes vœux une amitié plus chaste. Vous avez drainé mes forces et je refuse de vous en consacrer d’avantage. »
Tandis qu’elle parlait, les flammes avaient enflé jusqu’à avaler la plus grosse bûche de l’âtre. La figure du chevalier s’était d’abord murée dans une réserve impassible, mais ses yeux finirent par s’agrandir et son expression par se défaire, trahissant une tristesse profonde et honteuse. Lentement, il se laissa choir sur la terre battue. Assis en tailleur, il entreprit de défaire les lanières de ses gantelets. Il libéra ses longs doigts qu’il étira, aériens, à la lumière dansante du feu. La sorcière peinait à contenir les sanglots qui montaient de sa poitrine, et son souffle saccadé n’était caché que par les crachotements du foyer. Elle crut un instant que le chevalier resterait cloîtré dans un mutisme irrévocable, qu’il allait attendre de reprendre des forces avant de repartir dans le silence. Mais il finit par parler, et lorsqu’il le fit, elle eut peine à reconnaître sa voix. Plus ouverte, plus sereine, plus pleine, elle vibrait néanmoins des échos de vieux chagrins qu’enfin il s’autorisait à libérer.
« Madame. Oh, madame. Mon amie. Qu’il est étrange de sentir en son cœur deux humeurs si dissemblables. Le chagrin de vous avoir fait souffrir rivalise avec le soulagement d’enfin vous découvrir vulnérable. Oui. Vous m’aviez entretenu d’illusions. Je pensais que tout glissait sur votre peau qui, pareille à celle d’une sirène, était faite d’écailles qui ne saignent pas. Ce faux-semblant n’a dû persister que parce qu’il nous soulageait tous deux du poids véritable de notre amour. Je le vois maintenant ! Vous vous teniez le ventre des deux mains. Je vous vois. Vous étiez penchée sur mon corps nu, prostré dans le noir, en proie au mal invisible qui hantait mon sang. Vous murmuriez dans la pénombre, de votre voix adorée, des mots pour me calmer. Malgré la fatigue, malgré mon silence. Non, non, madame. Ne cachez plus vos larmes. Laissez-moi les voir. Quelle folie d’avoir tissé tant d’illusions entre nous… Pourquoi ces scrupules à me montrer vos faiblesses ? Pourquoi toute cette défiance dissimulée dans cette fausse confiance que vous m’accordiez ? »
Elle l’interrompit, les yeux brûlants.
« Parce que vous étiez lié à une autre dame. Parce que vous me demandiez une affection sans réserve alors que je n’avais personne d’autre que vous. Parce que je devais me protéger de vos sentiments, si nobles fussent-ils en intentions, sans quoi la plaie que vous auriez laissée en moi en me faisant défaut aurait saigné trop fort et trop longtemps. Je n’étais pour vous qu’une césure hors de votre ordinaire. »
Une tendresse insupportable était en train de naître dans les yeux du chevalier. La sorcière ferma les siens alors que revenait à sa mémoire le beau visage pâle de la dame qui partageait la maison de son amant. Tout dans ce visage attisait la haine qu’elle nourrissait contre elle-même. La dame ne portait ni arrogance, ni cruauté. Pourtant, à la bienveillance soucieuse de son autre compagne, le chevalier semblait avoir préféré la violence et l’orgueil de sa sorcière. Rien ne la mortifiait plus que de se rendre responsable d’une trahison si sacrilège.
« Madame. Sorcière. Je sais que vous avez souffert de ne pas avoir été aimée à l’exclusion de toute autre. Je sais que vous aviez vos raisons lorsque vous mettiez vos amants entre vous et moi. Cette seconde dame, j’étais liée à elle par les Enfers. Je vous ai évoqué cette histoire de trop nombreux soirs… Vous le savez, c’est là-bas que j’ai commencé à l’aimer, alors que j’étais à peine plus qu’un enfant. Là-bas que nos noms ont été maudits. J’ai partagé sa maison et sa vie pendant de nombreuses saisons, mais malgré mes efforts, elle restait malade. Oh madame, vous n’avez jamais contemplé un mal pareil, et toutes vos potions seraient impuissantes à le soulager. Je ne connais que trop bien la douleur que vous a valu d’être à mes côtés. Cette impuissance migraineuse, accablante, vous l’avez vécue six lunes, je l’ai vécue six ans. Lorsque je vous ai rencontrée, madame, j’étais tiraillé entre ma loyauté pour elle et mon amour pour vous, vous, qui sembliez alors si dangereuse, si fière, si frivole. Je me suis attelé à l’impossible exercice de ne causer aucun tort à personne. J’ai échoué, et je m’y suis brisé. Il était inimaginable pour moi de renoncer à vous, tout comme de trahir la dame malade à laquelle le destin m’avait lié. Malheureusement, je ne suis parvenu qu’à blesser nos trois cœurs. Je dois vous confesser que ma peur de vous perdre recelait, en plus de l’horreur ordinaire d’un amour disparu, la terreur d’une existence solitaire et funèbre au chevet de celle qui partageait ma maison. Cette perspective m’a fait sombrer dans la folie, et c’est ainsi que vous m’avez retrouvé chez vous, livide et rouge de la saignée que j’avais moi-même pratiquée pour drainer un mal illusoire hors de mes veines. La honte de vous avoir infligé cette épreuve compte parmi les regrets les plus amers qui pèsent sur ma conscience. Sachez que c’est l’ultime sursaut de ce cauchemar enterré. Plus jamais vous ne verrez cette démence s’emparer de moi. »
La sorcière s’appliquait à demeurer interdite. Son chevalier sondait son visage, comme s’il s’agissait du lit d’une rivière. Il cherchait en elle l’indice d’une indulgence et d’un pardon, en vain. Il continua.
« J’ai fait comme je vous l’ai annoncé lors de notre dernière entrevue. Je suis allé trouver les médecins de l’hospice, malgré mes soupçons et mes réserves. La nature du mal qui m’affligeait obligea les docteurs à me garder confiné dans une cellule. Je vous rassure, elle n’avait rien à envier à une véritable chambre. Dans les cellules voisines se trouvaient des lunatiques, des désespérés et des hommes trop fantasques pour ce monde. Les aliénistes se trouvèrent désemparés face à mon cas, tout comme les prêtres. Le vampirisme fut évoqué dès le commencement de mon séjour, mais les crises ponctuelles que je réfrénais à grand peine rappelaient plutôt la lycanthropie. L’hypothèse de la possession fut bien sûr abordée, mais l’exorcisme infructueux qu’on m’infligea écarta également cette hypothèse. Madame, aucun de ces docteurs ne sut me soulager autant que le plus bénin de vos onguents. Je débitais d’un air morne les détails de mes crises nocturnes, des phénomènes qui me visitaient depuis mon retour des Enfers. Pendant qu’ils prenaient note de mes symptômes, votre souvenir me déchirait. Oui madame, même si cette colère s’est éteinte depuis longtemps, je vous en ai voulu de renoncer à notre amour au moment où je succombais. Mais qu’importe, l’idée de vous faire le moindre reproche aujourd’hui est à des lieues de mon esprit. Oh madame, chaque nuit, une torche brûlait près de ma fenêtre. Je regardais le ballet hypnotique de ce que je prenais pour une compagnie de lucioles. Il m’a fallu dix nuits pour comprendre qu’il s’agissait de phalènes qui, par centaines, venaient se brûler les ailes. Elles ne se transformaient en lucioles qu’à l’instant de leur agonie, et ce que je prenais pour une danse n’était qu’une ronde désespérée pour échapper à la morsure du feu, qui prenait fin avec leur vie. Oh madame, comme j’aurais aimé partager avec vous ce spectacle secret, où la mort et la beauté se chevauchaient sans que je ne puisse rien faire d’autre que de les contempler. Madame, sorcière, qu’elles furent froides ces nuits sans toi où je t’imaginais dans les bras de tes amants, tandis que les racines d’aconit qu’on m’administrait pour tuer un loup invisible me faisaient trembler et cracher. »
Il s’interrompit et eut un rictus amer.
« Écoutez-moi me plaindre comme un misérable. Cette époque est derrière moi. L’aconit a effectivement calmé les crises mystérieuses dont je souffrais et les médecins ont jugé le traitement probant. Ils m’ont renvoyé de l’hospice. En réalité, les décoctions de racine que j’ingérais chaque jour me laissaient trop faible pour que mes symptômes se manifestent. Je restai alité au domaine de ma famille pendant un mois, incapable de m’adonner à autre chose qu’aux lettres. Alors que mon état empirait, je décidai de cesser ces médications délétères. C’est à cette période que je fis mon retour en ville. Un courrier me l’avait appris : la dame à qui j’étais lié avait eu un nouvel accès de mélancolie et fut transportée à l’asile où elle séjournait d’habitude. La nuit de mon arrivée, alors que je regagnais ma maison après deux mois d’absence, le mal frappa comme jamais. Je perdis l’esprit pendant deux jours et deux nuits au cours desquels, pour la première fois, je dus faire face en solitaire à cette malédiction qui m’habitait. J’ignore précisément ce qu’il s’est passé alors. L’aconit avait-il fini par faire effet ? Était-il parvenu à tuer l’esprit du loup qui me hantait ? Ou bien, au contraire, sans décoction, sans votre amour, ma sorcière adorée, sans la présence narcotique de ma jeune dame malade, sans contention aucune, cet esprit pouvait-il enfin jaillir de moi comme un fauve enragé ?
Quoiqu’il en soit, lorsque je revins à moi, il était parti. J’étais guéri, et jamais, même entre vos bras, je ne m’étais senti aussi libre. Le poids terrible du mal diabolique qui me rongeait depuis des années s’était évanoui. Depuis ce jour, madame, j’arpente ce monde comme un homme libre et sain. J’ai renoncé à mes vœux de fidélité envers celle à qui j’étais lié. Cela me condamne au titre de parjure, mais cela me convient. Je n’ai de chevalier que le nom, sans fief, ni blason. Comme j’existe ! Plus rien ne me paraît impossible, et la peur a disparu de mon cœur. Ne m’effraient plus ni la mort, ni la vie, ni l’amour, ni moi-même. Après quelque temps, votre souvenir m’est revenu, tout en tendresse et sans colère. J’ai su que je voulais vous revoir, que ce souhait n’était motivé par rien d’autre qu’une affection sincère. Je comprends que vous ayez besoin de temps pour cesser de me voir comme une source intarissable de troubles. Je vous conjure de vous souvenir de nos moments complices. Ne les laissez pas s’inhumer sous l’angoisse d’un mal qui n’a plus cours. Je suis toujours le même, et vous connaissez mon âme pour l’avoir sondée du bout de vos ongles. Je suis toujours votre amant hivernal, votre ami trop sérieux, qui a réappris à sourire. Vous n’avez pas besoin de cacher vos larmes, vos blessures, votre cœur. Madame, je vous regarde dans les yeux. Vous voyez tout de moi. Vous me connaissez aussi bien que cette forêt dans laquelle vous vous êtes retirée. Je ne vous nuirai jamais de mon plein gré, vous le savez. Jamais je n’utiliserai ces larmes contre vous. Vous vous méfiez de moi comme d’un ennemi, mais je vous aime. Vous avez revêtu tant de masques inutiles lorsque nous nous fréquentions, alors que c’est le visage qu’ils étaient destinés à cacher qui était l’objet de mon admiration et de mon adoration. »
La sorcière, soudain, en eut assez. Elle l’interrompit sèchement, sans prendre la peine d’essuyer les perles d’eau salée qui ruisselaient sur ses joues.
« Cessez ! Cessez d’utiliser ces mots comme si nous nous étions quittés hier. Vous ne pouvez pas décemment entrer ici pour me tenir un tel langage. Votre effronterie est-elle donc sans limite ? Assez de vos formules mielleuses ! Sachez que j’ai rencontré un autre homme dont je suis amoureuse, et qu’il m’aidera certainement à soustraire mon esprit de l’influence pernicieuse à laquelle vous le soumettez. »
Le chevalier aux yeux gris lui lança un regard perçant.
 « Vous avez raison madame. Veuillez pardonner mon audace. Les jours qui nous séparent de nos dernières étreintes sont loin d’être insignifiants, et je me comporte comme s’ils n’avaient pas eu lieu. Si je dois vous dire vrai, ainsi soit-il. Malgré le fait que l’amour que je vous porte soit intact dans sa force, il me serait insupportable de faire prévaloir le tumulte qui m’anime sur votre propre équilibre. Je ne suis pas venu ici en espérant ranimer le brasier auquel nous nous sommes tous deux brûlés. Qu’importent les amants rencontrés depuis que nous avons renoncé l’un à l’autre. J’aimerais seulement retrouver la sœur que j’ai connue et avec qui il restait tant à vivre lorsque je l’ai quittée. »
La sorcière se détourna, se saisit d’un tison et raviva les flammes du foyer. Dehors, un vent d’automne se levait. Le chevalier était toujours assis à quelques pas. Il ne la quittait pas des yeux.
« Et que nous restait-il à vivre, selon vous ? » lui jeta-t-elle, froide et guindée.
Il répondit doucement.
« Je crois me souvenir d’un bon nombre de voyages que nous nous étions promis. »
« Les sorcières ne promettent jamais. » rétorqua-t-elle en continuant de s’occuper du feu.
« Je devais vous apprendre à manier l’épée. »
« Qu’importe, dans ces bois. »
« J’aurais aimé porter vos couleurs, lors d’une joute, alors que vous m’observeriez depuis les gradins. »
« Je n’ai pas de couleurs. »
« L’écarlate que vous portez toujours. À moins que vous ne préfériez le vert de vos forêts. »
« On ne porte pas les couleurs d’une sorcière lors d’un tournoi. »
« C’est précisément pour cela que je l’aurais fait. »
« Taisez-vous. »
« Nous n’avons jamais pratiqué la magie ensemble, comme nous en parlions. »
« Ce fut pour le mieux. »
« Avez-vous vu la lune rouge du mois dernier ? »
« Vous demandez-vous avec qui j’ai accompli le rituel ? »
« Non, et dans ce cas, je n’espérerais rien d’autre qu’on vous ait honorée comme vous le désiriez. »
« … »
« Madame, vous rappelez-vous notre nuit en mer ? »
« … »
« Ces boucles d’oreille, vous les avez fabriquées, n’est-ce pas ? Elles vous vont à ravir. »
« … »
« J’aimerais lire à nouveau avec vous. Et écrire, bien sûr. »
Elle se redressa soudain, le dos raide, et il se tut. Lui aussi se leva.
« Excusez-moi. Je ferai mieux de cesser. Pardonnez-moi d’avoir troublé votre retraite. Je vais prendre congé, je… »
La sorcière se retourna pour se diriger vers lui, franchissant les quelques pas qui les séparaient depuis qu’il était entré chez elle. Le parfum de sa peau l’accueillit comme une rêverie dérobée. Elle se dressa sur la pointe de ses pieds nus, prenant appui du bout des doigts sur les épaules du chevalier. Elle ne l’embrassa pas. Elle chercha le creux de son cou, et voulu l’y mordre, plus fort qu’elle ne se l’était jamais permis. Il se tendit, contractant chacun de ses muscles. Puis, au dernier instant, elle suspendit sa colère, son désir. Elle inspira profondément, comme pour se rassasier une fois pour toute de son odeur. Elle sentit ses doigts effleurer ses cheveux courts. Malgré la douleur qui lui serrait le cœur, elle s’écarta de lui, les yeux obstinément rivés sur le feu. Elle refusait de le regarder.
Elle s’approcha du bac d’eau qui reposait à côté de l’âtre et se défie de sa robe sans lui prêter attention. Elle commença à se laver à l’aide d’un pain de savon, tandis qu’il restait comme suspendu sur le pas de la porte, prêt à partir, mais toujours immobile.
« Je suis las de nos luttes incessantes, sorcière, madame. J’aurais aimé que nous nous retrouvions sans éprouver le besoin d’entrer en opposition. L’amitié que je vous offre par ma visite se propose d’avoir pour socle la bienveillance la plus absolue. »
La sorcière hocha la tête et ne dit rien. Les mots de son amant étaient sincères, mais bien creux face à sa résolution. Elle avait enduré ces retrouvailles redoutées, dont l’ombre avait couvé une saison entière, et pour elle, l’heure était enfin venue d’être maîtresse de son destin. Les ténèbres du chevalier étaient un courant agité dans lequel elle n’aurait pas la faiblesse de plonger à nouveau.
Elle poursuivit sa toilette, stoïque.
« Savez-vous, madame, que c’est par la foi que je me suis présenté à vous ce soir ? Je vous vois sourire. Ce mot, dans ma bouche, doit vous sembler inconvenant. Vous me savez impie, et Dieu ne connaît pas même mon nom. Mais je persiste, il n’y a que la foi pour m’avoir poussé à braver l’orée de votre domaine. Lorsque vous priez, vous m’avez soutenu que Dieu vous répondait. Qui me répond, alors, lorsque je demande au vide si je dois traverser ces contrées qui me sont inconnues pour vous revoir ? Qui me répond, alors, lorsque je regarde en moi pour ne trouver que le souvenir de votre voix et de vos yeux comme seul augure m’indiquant la route que je dois suivre ? Pardonnez-moi si je blasphème, mais comment expliquer autrement l’instinct qui me pousse sans cesse vers vous, malgré les écueils que nous affrontons et la raison qui me désavoue ? Comment expliquer autrement l’assiduité avec laquelle mon cœur s’entête à vous trouver belle ? Non, je ne nomme pas cette voix qui me pousse vers vous, mais pourtant c’est par foi que je l’écoute. Une foi à laquelle j’ai failli renoncer, par cynisme, par crainte. Je suis à présent guéri et ma force se déploie de concert avec ma volonté. J’ai pris la décision de l’écouter à nouveau. Et c’est ici qu’elle m’a conduit, devant vous. »
La sorcière laissait à présent la chaleur du feu lécher sa peau humide. Elle savait qu’il n’allait pas tarder à partir. Invoquer la sacralité de leur lien figurait parmi ses derniers stratagèmes. Elle le savait acculé. Elle connaissait son chevalier par cœur. Il prit un air rêveur.
« Les aubépines à la lisière de votre forêt… Je me suis arrêté un instant pour les contempler. Quel mot magnifique… aube-épine. S’il s’était avéré que je fusse un vampire, j’aurais péri réjoui de savoir que c’est le bois de cet arbre qui me pourfend le cœur. »
Elle revêtit sa robe sans se retourner vers lui. Elle l’entendit sangler sa cuirasse. Il ramassa ses gantelets et les serra sur ses poignets. Le chevalier ajusta son sombre manteau. Il guettait un regard d’adieu qui n’apparaissait pas. Résigné, il ouvrit la porte pour sortir dans la nuit.
« Chevalier ? »
« Oui madame ? »
La sorcière sortit avec délicatesse septante-huit lames de vélin d’une besace suspendue au mur.
« Accepteriez-vous que je vous tire les cartes ? »


***


Elle ne dit jamais à personne quels furent les arcanes que leurs mains choisirent cette nuit-là.
La forêt continua d’accueillir la sorcière rouge pendant quelques temps. Elle apprit à calmer le renard fou qui courait dans son ventre. Elle devint aussi puissante que sage, et ne succomba plus qu’aux colères qui lui étaient nécessaires.
Le chevalier déchu, quant à lui, retrouva l’esprit infernal qui l’avait hanté si longtemps. Il s’agissait d’un louveteau mort-né, qu’il choisit d’élever à ses côtés. Toute sa vie durant, ses amantes lui demandèrent de raconter l’histoire du tatouage qui ornait le côté gauche de son dos, derrière son cœur. Une étoile rouge marquée des chiffres XV, XIII et XVII.
Il ne répondait que par un sourire triste et tendre, jurant avec l’incendie couvant au fond de ses yeux gris.

Spoiler
[close]

V1
Spoiler
[close]
« Modifié: 09 janvier 2019 à 18:30:01 par Aube »

Hors ligne Lila

  • Prophète
  • **
  • Messages: 812
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #1 le: 30 septembre 2018 à 08:57:52 »
bien le bonjours chevalier

Malgré que je n'ai pas compris pourquoi elle la mordu  :D j'ai bien aimé, l'histoire et légère et bien romancer, malgré que je pensais qu'ils allaient s'embrassé, j'attend la suite s'il y a une bien entendu
les plus beaux mots sont les plus simples
Venez me lire et me commenter :)

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 659
  • Cas désespérant
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #2 le: 30 septembre 2018 à 11:07:15 »
Le mec balance c'est 5000 mots comme ça, tac.

:mrgreen:

Le premier paragraphe m'a fait frissonner, tiens !

Citer
Il lui semblait encore plus grand que dans son souvenir. Il ne portait pas de heaume. Ses longues boucles brunes cascadaient sur ses épaules.

On a trois phrases courtes assez semblables là, alors que le fond justifie pas cette courteur ; du coup ça sonne un peu lassant, trouvé-je.
(Ou alors c'est moi qui me lasse vite)

Citer
Ce mensonge n’a du persister



Citer
du poids de la réalité. Je le vois maintenant !

J'ai du mal à m'imaginer cette intonation. Virgule à réalité et point simple à maintenant ?

Citer
Ou du moins, celles qui sont nées des graines que j’avais par mégarde inhalées en partageant son souffle.

Je trouve cette phrase assez lourde

Citer
vous, qui sembliez alors si dangereuse

Cette virgule me semble de trop

Citer
Cette perspective m’a fait sombré dans la folie,

sombrer

Citer
. Qu’importe les amants que vous avez rencontrés

A priori la forme la plus usuelle est celle de l'accord, donc qu'importent
(mais qu'importe reste valable)

Citer
nous avons renoncés l’un à l’autre

renoncé

Citer

La sorcière se détourna, se saisit d’un tison et raviva les flammes du foyer. Dehors, un vent d’automne se levait. Le chevalier était toujours assis à quelques pas. Il ne la quittait pas des yeux.

« Et que nous restait-il à vivre, selon vous ? » lui jeta-t-elle, froide et guindée.

Super effet, je trouve

Citer

« Madame, vous rappelez-vous de notre nuit en mer ? »

Se rappeler est transitif direct => vous rappelez-vous notre nuit en mer

Sur l'ensemble j'ai beaucoup aimé. Tu campes bien tes persos, et leur ton est bien en concordance avec l'ambiance du texte. Perso j'étais rivé à l'écran, et je vivais avec eux je pense.
Avant de lire le spoiler, j'aurais dit qu'il y avait ptet un peu trop de ces longs monologues (même s'ils sont tout à fait justifiés) quand on voit la qualité des descriptions, mais ça se vaut ptet pour l'objectif assigné au texte.
À voir.
La fin... en même temps je la trouve très bonne, en même temps je me demande si elle termine vraiment le texte.

Merci pour le partage.
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 759
  • Craie-Pulsive
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #3 le: 30 septembre 2018 à 14:51:05 »
Merci de ta lecture Lila ;)

Citer
Malgré que je n'ai pas compris pourquoi elle la mordu
Je pense que la sorcière est un peu folle, tu sais. Mais c'est pour ça que le chevalier est amoureux je crois.

Citer
l'histoire et légère et bien romancer
Légère ? ^^ Ah. Tant mieux, j'avais un peu peur que ce soit trop amer.

Citer
malgré que je pensais qu'ils allaient s'embrassé
Mmmh, ch'sais pas franchement. Elle est amoureuse d'un autre mec et tout maintenant, c'est chaud quand même.  :neutre:

Citer
j'attend la suite s'il y a une bien entendu
Yen a sûrement une mais je la connais pas, là de suite. On va devoir se contenter de ça pour un bon moment au moins.

Merci beaucoup d'être passée !

---------------
Loïc !!!
Mais que de gentillesses ! Merci beaucoup ! Je redoutais ta lecture parce que tu n'es d'ordinaire pas fan des phrases à rallonge. J'espère que ce n'était pas simplement une bonne humeur passagère et que je me suis réellement amélioré dans la fluidité ^^ ;) :mrgreen:

Citer

On a trois phrases courtes assez semblables là, alors que le fond justifie pas cette courteur ; du coup ça sonne un peu lassant, trouvé-je.
(Ou alors c'est moi qui me lasse vite)

Oui, à la relecture j'ai été plusieurs fois d'accord avec toi.

Citer
Merci


Citer
J'ai du mal à m'imaginer cette intonation. Virgule à réalité et point simple à maintenant ?
Je vais voir ce que ça donne à l'oral dans les deux cas dès que j'ai ramassé plus de relectures et avis.

Citer
Je trouve cette phrase assez lourde
Vrai
Citer
Cette virgule me semble de trop
Un peu emphatique, oui.

Merci pour les quelques fautes !

Citer
La fin... en même temps je la trouve très bonne, en même temps je me demande si elle termine vraiment le texte.
J'avais un gros doute sur ce point, si elle fonctionne ainsi je vais la laisser comme ça je pense.

Vraiment content que ça t'ait plu !! C'est un exercice très nouveau pour moi tant dans le rythme que l'ambiance que l'action que les persos... Je suis content que tu le juges efficace. :) Merci beaucoup de ta lecture.


Hors ligne Verasoie

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 963
    • Attendez-moi sous l'orme.
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #4 le: 30 septembre 2018 à 16:37:30 »
Citer
Les aubépines frémirent les premières lorsque leurs branches pleines de cenelles caressèrent sa cuirasse au gorgerin défait

Si on compte le fait que je confonds complètement aubépine et églantier (c'est à cause des vosgiens qui appellent l'églantine "gratte-cul") y'a deux mots et demi que je comprends pas ici  :mrgreen:
EPIC FAIL du post précoce MDR je continue j'éditerai

Citer
Elles l’annoncèrent aux saules, aux pins et aux érables qui, de racine en radicelle, portèrent la nouvelle aux chênes séculaires et aux frênes vénérables.

J'ai l'impression que le pin est un intrus dans cette forêt, c'est un arbre qui pousse pas au même endroit que les saules, érables, chênes et frênes, si ?

Citer
jusqu’au creux des ombres où était blottie la cabane de la sorcière.

Baba Yaga ? <3

Citer
une clairière de lumière au milieu des pins. Lorsque le nom de l’intrus

Inconsciemment tu le savais.

Citer
Refermant derrière-elle

pas de tiret

Citer
, elle se défit de ses gants et se tendit.

j'opterais pour simplifier (elle ôta ses gants ?), et par contre juste "se tendre" pour moi c'est une action réflexe, pas une action volontaire qu'on peut faire après avoir enlevé ses gants. Tendre l'oreille ?

Citer
. Déjà, tapie dans les effluves de l’humus,

HOUMOUS

(Moi humus ça me rappelle houmous ou mucus donc j'aurais été moins précise et choisi "effluves de mousse" je crois. Mais en même temps là on est sur le détail... t'as vu j'ai pas encore relevé de virgule !)

Citer
Elle reconnut le choc sourd de son gantelet contre le battant et son ventre se serra de plus belle.

Oh dommage qu'on revienne à son ventre qui se serrait, "de plus belle", j'aurais préféré un autre symptôme d'anticipation !

Citer
Sa barbe lui donnait un air fauve que contrastait la douceur de son regard.

Je sais pas si on peut utiliser "contraster" comme ça (A contraste B, ça me paraît étrange)

Citer
« Je ne vous ai pas invité à entrer. »

Du coup on est fixés, c'est pas un vampire !

Citer
« Veuillez m’excuser, madame. La fatigue de la route m’aura rendu trop empressé. Dois-je comprendre que vous me refusez l’hospitalité ? »

Oh arrête de faire le malin toi hein
(Vera a pris le parti de la sorcière. Lol)

Citer
Sans quitter l’âtre des yeux, elle répliqua :

On parle vraiment un peu trop du feu, genre cette fois-là c'est celle de trop. Soit moins insister dessus, soit parler d'autres éléments de décor (je meurs d'envie de savoir ce qu'il y a chez la sorcière :3 un brûleur de sauge, du quartz, des poignées de cheveux ?)

Citer
Je n’ai pas besoin de vous fréquenter pour avoir de vos nouvelles. J’ai cru comprendre que vous vous portiez bien, j’en suis soulagée pour vous.

C'est parce qu'elle a "ses propres moyens" de savoir ce qu'il devient ? Si oui je trouverais ça trop cool mais du coup "j'ai cru comprendre" me laisse entendre que c'est via un tiers (ou la rumeur) qu'elle a les nouvelles, c'est pas ce que j'imaginais :3

Citer
Ses yeux d’un gris d’orage s’arrêtèrent sur le chaperon écarlate. Ils poursuivirent vers l’âtre et le bac d’eau qui reposait non loin. Ils accrochèrent les ossements de chevreuil, les pierres colorées, les étagères qui croulaient sous de lourds volumes. Ils s’attardèrent sur les bocaux de teinture d’aconit et ceux où, flottant dans le vin, les mandragores étaient enveloppées d’étoffe. Ils examinèrent le petit autel sur lequel reposaient un crucifix et une branche d’olivier. Ils caressèrent comme des trésors les roses séchées et les brins de lavande fixés au mur.

Tu as tenu ta promesse  :coeur:

Citer
Son maintien se détendit

Pas très intuitif comme formulation

Citer
« J’ignore en réalité si les forces qu’il me reste auraient suffi à me porter hors de votre vue. »

Qui me restent ? (ça revient au même cela dit)

Citer
Il se défit de son manteau et de sa cuirasse, qu’il laissa au sol. Elle eut l’impulsion de lui indiquer un endroit plus adéquat, mais elle n’en avait aucun à lui proposer. Une fois la porte fermée, il avança vers le centre de la pièce en se massant les épaules.

C'est pas chelou d'avoir des gantelets, mais pas de cotte de mailles ou d'armure ?

Citer
« Au moins ne vous êtes-vous pas présenté chez moi un bouquet à la main, cette fois-ci. » piqua-t-elle.

PO PO PO

Citer
« Imaginez-vous seulement l’épreuve que ce fut d’être à vos côtés ? De vous voir infailliblement mettre en doute les gages de mon affection ? De demeurer impuissante face aux accès de douleur qui vous affligeaient ? De supporter que, chaque fois, vous retourniez dans les bras de votre dame, si belle, si malade ? De vous voir consumé par votre propre mal en ignorant quelle part elle y prenait ? D’endurer vos reproches lorsque j’avais l’audace de vous tenir à distance pour protéger ce que notre passion me laissait de liberté ? De supporter que vous m’attribuiez les origines de vos souffrances, m’enjoignant même à me croire malade à mon tour ? Qu’importe la douceur et l’amitié dont nous avons joui ensemble. Vous m’avez éreintée, et même le soleil d’été n’a pas su estomper la fatigue que votre fréquentation a coulée dans mon cœur. Vous me demandez pourquoi j’ai fui vers cette forêt où votre inconvenance vous a conduit ? Vous me demandez pourquoi je n’entretiens plus aucun souhait de proximité avec vous ? C’est parce que vous avez fini par me rendre malade. Je n’ai cure du nom savant avec lequel les médecins de la ville ont affublé la lèpre qui empoisonne votre esprit. Je ne veux plus jamais lutter pour votre affection, ni connaître ces nuits d’angoisse, grises et visqueuses, où le venin qui hante votre chair reprenait le dessus. Plus jamais. Revoir vos yeux et votre visage, entendre vos mots, cela ne fait que raviver chez moi la douleur de cet amour tordu que nous nous sommes voués pendant de trop longs mois. Oui, la confiance que je vous avais accordée était totale, et vous ne l’avez jamais trahie. Oui, vous m’avez séduite autant par la vie qui vous habite que par les ténèbres de vos pupilles. Mais aujourd’hui, je dois vivre avec la mémoire de votre souffle paniqué que je m’évertue à apaiser dans le noir. Je dois vivre avec cette bête que vos accès de colère froide et de détresse silencieuse ont niché contre mes tripes, et qui depuis, ne veut plus me quitter. Elle court en ce moment même dans mon ventre et me laboure les entrailles depuis que les pins qui entourent ma maison chuchotent votre nom dans la terre et le vent. Je n’ai pas pour habitude de laisser voir ma faiblesse, et je sais quel rôle j’ai joué devant votre carcasse brisée : celle d’une statue imperturbable à la vue de votre sang. Voilà la réalité, à l’intérieur, j’ai saigné autant que vous. Je me suis leurrée moi-même lorsque j’ai invoqué de mes vœux une amitié plus chaste. Vous avez drainé mes forces et je refuse de vous en consacrer une once supplémentaire. »

 :coeur:

Citer
Tandis qu’elle parlait, les flammes enflaient alors qu’elles avalaient la plus grosse bûche de l’âtre.

tandis que + alors que, pas bon

Citer
Assis en tailleur, il entreprit de défaire les lanières de ses gantelets.

Ah je croyais que c'était nécessairement métallique. Mais du coup il en avait déjà ôté un pour montrer la bague de la sorcière non ? Et il a réussi à enlever manteau et cuirasse en gardant les gantelets ?

Citer
Le chagrin de vous avoir fait souffrir rivalise avec le soulagement d’enfin vous découvrir vulnérable

 :coeur:

Citer
Cette impuissance migraineuse, accablante, sisyphéenne, vous l’avez vécue six lunes,

Ça me dérange toujours un peu une référence culturelle (Sisyphe = les Grecs) alors qu'on est dans un autre contexte. Genre ça ôte le doute qu'on pouvait avoir (sont-ils de notre monde et de notre timeline ?).

Citer
Cette perspective m’a fait sombré dans la folie

Sombrer

Citer
Madame, écoutez-moi. Madame.

Tu connais la chanson Madame, de Jack Simard ?
(je crois que je préférerais "ma dame" tant qu'à le répéter beaucoup)

Citer
Le vampirisme fut évoqué dès le commencement de mon séjour,

Nan mais tkt il entre sans être invité y'a pas de risque toubib

Citer
Madame, sorcière, qu’elles furent froides ces nuits sans toi où je t’imaginais dans les bras de tes amants tandis que les racines d’aconit qu’on m’administrait pour tuer un loup qui n’existait pas me faisaient trembler et cracher. »

Tutoiement qui disparaît après, c'est voulu ?

Citer
L’aconit a effectivement calmé les crises mystérieuses dont je souffrais et les médecins ont jugé le traitement probant. Ils m’ont renvoyé de l’hospice. En réalité, les décoctions de racine que j’ingérais chaque jour me laissaient trop faible pour que mes symptômes se manifestent.

Mdr j'allais le dire, "c'est bon les gars on l'a mis dans le coma il fait pu de crise"...

Citer
La sorcière, soudain, n’en puis plus.

N'en put plus, je crois ?

Citer
Il me serait insupportable de prioriser une quelconque passion sur votre propre sérénité.

Bof la formulation

Citer
« Et que nous restait-il à vivre, selon vous ? » lui jeta-t-elle, froide et guindée.

Hehehe je l'adore

Citer
La sorcière sortit avec délicatesse soixante-douze lames de vélin d’une besace suspendue au mur.

« Accepteriez-vous que je vous tire les cartes ? »

Oh ouiiiii je suis trop contente de cette fin.





Alors :

Je ne trouve pas ça trop mielleux, mais verbeux, oui. Cela dit ça doit être lu à voix haute et joué, donc ça change un peu la donne !

Dans le début, je trouve que ce qui manque c'est plus de précision sur l'anticipation de la sorcière. Ou plus de "variété". J'ai l'impression qu'elle a mal au ventre dès qu'elle sait qu'il va revenir, mais je savais pas comment elle se sentait, alors que le mal de ventre était plusieurs fois répété.

J'ai trouvé leurs premiers échanges très guindés, bizarres. Un peu trop poussés dans le médiéval. Ils ont un langagé très châtié et ça c'est cool, mais peut-être trop alambiqué pour être crédible dans de premiers échanges, un début de dialogue. Genre, je retrouve le passage : "La discourtoisie dont vous faites preuve en bravant ma réclusion m’irrite." c'est vraiment too much je trouve. Par contre "« Veuillez m’excuser, madame. La fatigue de la route m’aura rendu trop empressé. Dois-je comprendre que vous me refusez l’hospitalité ? »" c'est approprié. L'autre trop longue à mes yeux c'est "Cela ne vous donne pas le droit d’importuner ma retraite alors même que vous êtes loin d’être étranger à cet exil que je me suis choisi. »". Je pense que si tu enlèves ces deux-là tu allèges et naturalises déjà beaucoup le dialogue.

J'ADORE les deux personnages. Les piques de la sorcière sont super cool haha. T'as l'impression que tu vas être dans un schéma où elle retombe sous l'emprise du beau chevalier mais NAN ! Elle tombe et se relève et retombe. C'est vraiment trop cool. Des fois t'as envie de dire "aw laisse-lui sa chance finalement" et d'autres elle le remet à sa place et moi je pom pom derrière mon écran. YOU GO GIRL THAT'S MY WITCH YO.

Le chevalier, pareil. Je suis partagée entre l'envie de le secouer et celle de le rassurer. Le moment où il dit "Le chagrin de vous avoir fait souffrir rivalise avec le soulagement d’enfin vous découvrir vulnérable" je m'identifie beaucoup.

Après j'ai l'impression de lire une grande métaphore filée de beaucoup de choses ou un parallèle assez criant avec des situations vécues. Je sais pas à quel point j'extrapole ou à quel point c'est volontaire. Je pense que j'en aurais une lecture un peu différente si je te connaissais pas, en fait. Surtout, je trouverais probablement les passages concernant "l'autre dame" très flous, abstraits. J'aimerais bien un peu plus de détail... Comme on est en focalisation interne sur la sorcière, avoir des passages où elle "repense à l'autre" et où on la voit par ses yeux, par exemple ? Pendant la lecture, la narration aussi sera lue j'imagine ? Faire un portrait plus précis et concret de cette autre et de ses implications, on va dire, en profitant du point de vue interne de la sorcière qui y songe...

Dernière chose, pour la morsure je crois que j'aurais préféré autre chose, je KIFFE qu'elle le morde parce que THATS MY WITCH BITCH mais ça fait trop vampire pour moi, ça m'a un peu bousculée dans un autre imaginaire, see what i mean ?

Voilà, j'espère ne pas avoir été trop éparpillée dans la lecture. Merci pour ce texte  :coeur:
« Modifié: 30 septembre 2018 à 17:20:10 par Verasoie »
Pendant des années la vie ne vous lâche rien que des mesquineries minables, et encore faut-il les lui arracher, sans compter la bonne humeur qu'on dépense à rester joyeux pour lui plaire, et tout à coup, sans raison, allez savoir pourquoi, elle vous balance sans prévenir des trésors dans les pattes.

Hors ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 759
  • Craie-Pulsive
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #5 le: 01 octobre 2018 à 01:11:43 »
Citer
Si on compte le fait que je confonds complètement aubépine et églantier (c'est à cause des vosgiens qui appellent l'églantine "gratte-cul") y'a deux mots et demi que je comprends pas ici  :mrgreen:
Cenelle c'est juste le fruit de l'aubépine :)

Citer
J'ai l'impression que le pin est un intrus dans cette forêt, c'est un arbre qui pousse pas au même endroit que les saules, érables, chênes et frênes, si ?
Alors, si, dans les forêts du sud on voit les pins parasols dans les forêts, mais ils ressemblent pas à des épineux de loin, leur silhouette étant plus large que haute.
Citer
j'opterais pour simplifier (elle ôta ses gants ?), et par contre juste "se tendre" pour moi c'est une action réflexe, pas une action volontaire qu'on peut faire après avoir enlevé ses gants. Tendre l'oreille ?
Très vrai
Citer
Oh dommage qu'on revienne à son ventre qui se serrait, "de plus belle", j'aurais préféré un autre symptôme d'anticipation !
Vi

Citer
Je sais pas si on peut utiliser "contraster" comme ça (A contraste B, ça me paraît étrange)
Si si t'inquiète qu'on peut.

Citer
On parle vraiment un peu trop du feu, genre cette fois-là c'est celle de trop. Soit moins insister dessus, soit parler d'autres éléments de décor (je meurs d'envie de savoir ce qu'il y a chez la sorcière :3 un brûleur de sauge, du quartz, des poignées de cheveux ?)
Je vais voir ce que je peux faire, mais c'est dur de toucher à cette partie là, j'arrive pas à faire un truc qui fasse naturel.
Citer
C'est pas chelou d'avoir des gantelets, mais pas de cotte de mailles ou d'armure ?
Citer
Ah je croyais que c'était nécessairement métallique. Mais du coup il en avait déjà ôté un pour montrer la bague de la sorcière non ? Et il a réussi à enlever manteau et cuirasse en gardant les gantelets ?

Oui c'est vrai c'est vrai. J'imaginais des gantelets qui ne couvrent que le dos de la main et les premières phalanges, avec la paume libre et les doigts qui peuvent se replier à l'intérieur. Tu vois ?

Citer
Ça me dérange toujours un peu une référence culturelle (Sisyphe = les Grecs) alors qu'on est dans un autre contexte. Genre ça ôte le doute qu'on pouvait avoir (sont-ils de notre monde et de notre timeline ?).

ça je comprends... je ne saurais pas t'expliquer pourquoi je tiens à garder cet adjectif. Mais je vois ce que tu veux dire.
Citer
Tu connais la chanson Madame, de Jack Simard ?
(je crois que je préférerais "ma dame" tant qu'à le répéter beaucoup)
Hahaha, c'est pas le même madame, en effet ^^

Citer
Tutoiement qui disparaît après, c'est voulu ?
Oui, comme un accès de familiarité provoqué par l'émotion du souvenir et tout, comme une rupture, une faiblesse. ça passe pas ?

Merci énormément de ta lecture et de ton relevé !! J'ai modifié les passages maladroits.

Dans la version de demain je vais essayer de retravailler :
1- l'anticipation, mais je sèche un peu
2- les dialogues du début comme tu me l'as conseillé
3- donner un peu plus de substance à l'autre dame, ça va être un peu délicat à intégrer mais je vais essayer

Pour la morsure, je laisse. Tant pis pour les vampires. ^^

Merci beaucoup beaucoup, je suis très content de tous les compliments que tu m'as fait ! J'avais vraiment peur qu'on s'ennuie devant la passivité effective des personnages, mais si ça tient en haleine, je suis très satisfait !

:)
« Modifié: 01 octobre 2018 à 11:08:04 par Aube »

Hors ligne Verasoie

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 963
    • Attendez-moi sous l'orme.
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #6 le: 01 octobre 2018 à 08:53:53 »
Citer
Alors, si, dans les forêts du sud on voit les pins parasols dans les forêts, mais ils ressemblent pas à des épineux de loin, leur silhouette étant plus large que haute.

Je voyais tous les autres arbres vachement plus dans le nord c'est pour ça haha, mais nos climats nationaux sont a priori plein de surprises :mrgreen:

Citer
Oui c'est vrai c'est vrai. J'imaginais des gantelets qui ne couvre que le dos de la main et les premières phalanges, avec la paume libre et les doigts qui peuvent se replier à l'intérieur. Tu vois ?

Oui je vois ! Si ça n'a dérangé que moi, y'a pas de souci je pense !

Citer
ça je comprends... je ne saurais pas t'expliquer pourquoi je tiens à garder cet adjectif. Mais je vois ce que tu veux dire.

Y'avait une autre référence après, ou un élément du texte je sais plus, qui m'a fait me dire "bon en fait le sisyphéen de tout à l'heure" est justifié :mrgreen: (peut-être "lycanthropie" je sais pas) alors ça va finalement  :mrgreen:

Citer
Oui, comme un accès de familiarité provoqué par l'émotion du souvenir et tout, comme une rupture, une faiblesse. ça passe pas ?

si si carrément ! (j'ai relevé pour être sûre que t'avais vu mais ça a carrément l'effet que tu dis)

Bon retravail : D
Pendant des années la vie ne vous lâche rien que des mesquineries minables, et encore faut-il les lui arracher, sans compter la bonne humeur qu'on dépense à rester joyeux pour lui plaire, et tout à coup, sans raison, allez savoir pourquoi, elle vous balance sans prévenir des trésors dans les pattes.

Hors ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 759
  • Craie-Pulsive
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #7 le: 01 octobre 2018 à 12:06:38 »
Bon, j'ai vraiment bossé trois heures pour rien ^^

Pour l'anticipation, je voulais garder le focus du ressenti sur le ventre, parce que la sorcière est quelqu'un qui se coupe beaucoup de ses ressentis, et il n'y a que son ventre pour trahir ses états d'âme. Je ne suis pas parvenu à le faire passer d'une façon naturelle... mais j'ai modifié la formulation afin d'éviter une trop forte redondance.

Pour le dialogue, après moult tergiversations, j'ai modifié un mot et ajouté un point, j'ignore si ça fait plus naturel... ^^

Pour "l'autre dame"... je me suis pris la tête en long et en large, je ne parviens pas à conserver l'équilibre du texte (dont je suis assez satisfait) en incluant un passage qui détaille ce troisième personnage en arrière-plan... J'ai conscience que c'est une réelle lacune du texte, mais vu que je dois le lire et l'envoyer incessamment sous peu, je ne me sens pas les tripes de prendre le risque d'opérer à un ajout si lourd... je me sens un peu lâche, mais j'ai vraiment peur de "casser" le texte actuel. Mh... : s

Je prends les derniers avis aujourd'hui et j'envoie ensuite !!! Merci beaucoup à tous les lecteurs qui s'arrêtent ici pour commenter ! ça m'aide beaucoup.

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 603
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #8 le: 01 octobre 2018 à 21:26:51 »
Coucou,
Je passe en vitesse pour dire que j'ai trouvé la forme solide (registre un peu trop verbeux à mon goût parfois, mais vu l'ambiance du texte je peux comprendre, et en oral je gage que ça va pétouiller tranquille  :huhu:), mitigé sur la fin ouverte, d'un côté je trouve ça cool et logique, mais d'un autre je peux pas m'empêcher de me demander ce que ça peut donner sur un truc plus tranché, plus marquant.
Après il n'y a qu'une chose qui m'ait vraiment dérangé, enfin pas dérangé mais que j'ai trouvé dommage, c'est de ne pas complètement masquer les émotions de la sorcière au début. Je crois que j'aurais bien plus accroché si j'avais été plongé dans le doute comme le chevalier, à ne pas savoir comment interpréter sa froideur, comme ça ensuite lorsqu'elle craque, ben bim, ça fait grave effet. Donc perso (mais c'est juste moi), j'aurai viré tous les signes avant-coureur sur les émotions de la sorcière.
Sinon j'ai bien kiffé oui, ça change de ce que tu fais d'hab  :D
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile

Hors ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 759
  • Craie-Pulsive
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots] V2
« Réponse #9 le: 30 décembre 2018 à 19:24:56 »
Yo WEG merci des compliments !
J'ai posté une V2 en vue d'un AT, tout nouveau commentaire est le bienvenu !

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 659
  • Cas désespérant
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots] V2
« Réponse #10 le: 03 janvier 2019 à 19:41:40 »
Je l'ai relu hier mais j'ai perdu le commentaire.

Donc globalement, attention, quelques fautes d'accord se sont glissées dans cette nouvelle version. En tout cas il n'y a rien qui m'a sorti de ma lecture, même si je connaissais l'histoire et je crois que les nouveautés sont dans l'ensemble bienvenue.
Par contre j'aurais bien aimé pouvoir comparer  les deux fins, mais la précédente n'est pas complète. Si je trouvais classe le moment où la sorcière demande un vers, le poème était peut-être bien plutôt quelconque dans le contexte.
Peut-être, au niveau de la mise en page, mieux séparer les points de vue, à la fin ?
« Modifié: 03 janvier 2019 à 19:44:58 par Loïc »
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 338
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots] V2
« Réponse #11 le: 03 janvier 2019 à 19:46:00 »
Spoiler
[close]
Sur la montagne patapouffe
Vivent des gens patapoufs
Qui, avec des cuillers patapouffes
Mangent des soupes patapouffes !

Hors ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 759
  • Craie-Pulsive
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots] V2
« Réponse #12 le: 06 janvier 2019 à 18:32:19 »
Merci Loïc pour ton commentaire ! Je vais relire tout ça plus attentivement (et j'ai malheureusement perdu la fin de la V1 dans cette fausse manip... à jamais ^^')

EDIT : j'ai retrouvé la V1, il manquait que quelques lignes :)
« Modifié: 06 janvier 2019 à 19:20:57 par Aube »

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 231
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots-urgent]
« Réponse #13 le: 06 janvier 2019 à 20:36:45 »
Bonjour Aube,

Je me suis finalement plongé dans tes Amants de Rougefée, j'ai trouvé le style de la romance assumé, et pour moi c'est important que tu assumes de cette façon ce que tu as voulu transmettre comme émotions afin de pouvoir se poser la question éventuelle de : comment les transmettre mieux ?


J'ai trouvé leurs premiers échanges très guindés, bizarres. Un peu trop poussés dans le médiéval. Ils ont un langagé très châtié et ça c'est cool, mais peut-être trop alambiqué pour être crédible dans de premiers échanges, un début de dialogue.

J'ai relu les commentaires pour essayer d'éviter les redites et je vois que celui de Verasoie insiste sur un point que je souhaitais soulever.

Pour moi, si tu aimes écrire comme cela dans un ton très soutenu avec des images et métaphores particulièrement élaborées, tu dois le mettre en valeur ; en ce qui me concerne, je n'ai pas réussi à apprécier cet aspect illustré par des beautés multiples (à toi de trouver progressivement les moyens de me les faire aimer). Je pense qu'en cherchant ton style, tu devrais trouver les moyens de me faire apprécier cette préciosité autant que tu l'apprécies toi-même en tant qu'auteur.


Dans la continuité de la scène, un passage m'a marqué :

Citer
« Imaginez-vous seulement l’épreuve que ce fut d’être à vos côtés ? De vous voir infailliblement mettre en doute les gages de mon affection ? De demeurer impuissante face aux accès de douleur qui vous affligeaient ? De supporter que, chaque fois, vous retourniez dans les bras de votre dame, si belle, si malade ? D’endurer vos reproches lorsque j’avais l’audace de vous tenir à distance pour protéger ce que notre passion me laissait de liberté ? Qu’importent la douceur et l’amitié dont nous avons joui ensemble. Vous m’avez éreintée, et même le soleil d’été n’a pas su estomper la fatigue que votre fréquentation a coulée dans mon cœur. Vous me demandez pourquoi j’ai fui vers cette forêt où votre inconvenance vous a conduit ? C’est parce que vous avez fini par me rendre malade. Je n’ai cure du nom savant avec lequel les médecins de la ville ont affublé la lèpre qui empoisonne votre esprit. Je ne veux plus jamais lutter pour votre affection, ni connaître ces nuits d’angoisse, grises et visqueuses, où le venin qui hante votre chair reprenait le dessus… Revoir vos yeux, votre visage, entendre vos mots, ne fait que raviver chez moi la douleur de cet amour tordu que nous nous sommes voués pendant de trop longs mois. Oui, les ténèbres de vos pupilles m’ont séduite autant que la vie qui vous habite. Oui, la confiance que j’avais en vous était totale. Non, vous ne l’avez jamais trahie. Mais aujourd’hui, je dois vivre avec la mémoire de votre souffle paniqué que je m’évertue à apaiser dans le noir. Je dois vivre avec cette bête que vos accès de colère froide et de détresse silencieuse ont nichée contre mes tripes, et qui depuis, ne veut plus me quitter. Elle court en ce moment même dans mon ventre et me laboure les entrailles depuis que les pins qui entourent ma maison chuchotent votre nom dans la terre et le vent. Je n’ai pas pour habitude de laisser voir ma faiblesse, et je sais quel rôle j’ai joué devant votre carcasse brisée : celle d’une statue imperturbable à la vue de votre sang. À l’intérieur, j’ai saigné autant que vous. Je me suis leurrée moi-même lorsque j’ai invoqué de mes vœux une amitié plus chaste. Vous avez drainé mes forces et je refuse de vous en consacrer d’avantage. »

 >< Ouch ! La tirade...

Le fait que cela tombe comme cela d'un seul coup est, selon moi, révélateur de la confiance que la sorcière porte au chevalier. J'aurais eu beaucoup de mal à imaginer une sorcière qui se méfie de lui aller comme cela se confier dans son intimité la plus sincère.

Pourtant la suite me contredit, donc je suis un peu mal à l'aise dans ma compréhension des enjeux.

La tirade du chevalier m'a paru plus logique, celui-ci est venu pour se confier car c'est ce qui compte le plus pour lui. Je conçois absolument qu'il puisse préférer se lancer dans ses aveux plutôt que d'attendre que la sorcière ne le jette dehors... Finalement, c'est le dialogue qui m'a le plus plu, je vois enfin la réticence de la sorcière à parler, ses doutes et ses souffrances.

Fuir comme l'a fait la sorcière est un immense sacrifice, si j'ai bien compris, j'imagine qu'elle a des raisons plus graves encore d'avoir fait ce choix que celles qu'ose nous avouer le chevalier...

Ce que je cherche, ce sont les secrets, ceux qu'on trouve entre les lignes, c'est ce qui me plaît à la lecture.


Citer
La sorcière laissait à présent la chaleur du feu lécher sa peau humide. Elle savait qu’il n’allait pas tarder à partir. Invoquer la sacralité de leur lien figurait parmi ses derniers stratagèmes. Elle connaissait son chevalier par cœur. Il prit un air rêveur.

Ici, le fait qu'elle connaisse le chevalier, je n'y ai pas vraiment cru.

Je m'explique : pour moi, le chevalier joue un rôle pour plaire à la sorcière, lorsque je vois ses tirades et ses exigences, je m'imagine alors qu'il serait prêt à cacher ses pires côtés pour ne laisser transparaître que les plus beaux aspects de sa personne ; je m'imagine très mal un homme de confiance qui ne mentirait point et que l'on fuirait pourtant, je crois aussi que j'ai besoin de voir en ton personnage une personnalité complexe et secrète. C'est la raison pour laquelle je crois, suite à ma lecture, que le chevalier a préféré cacher bien des choses à cette sorcière, que celle-ci se persuade de le connaître, mais qu'elle ne connaît en fait que l'image qu'il accepte de lui montrer.

Je ne dis pas que les relations entre homme et femme sont toutes les mêmes, mais c'est bien ce que j'ai trouvé pendant ma lecture qui a nourri l'imaginaire que je te présente ci-dessus.

Disons que c'est une lecture très personnelle que je te propose, mais je crois qu'il faut des motifs à la méfiance, car se méfier sans raison ne me semble pas suffisamment justifié dans le fil de l'histoire.

Enfin la fin m'a plu, à moi, elle me suffit.


La conclusion serait que je trouve tes personnages très bien ancrés, avec chacun sa personnalité, des particularités marquées. J'ai pris un grand plaisir à me plonger dans ce petit bout de vie romancé.

Hors ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 759
  • Craie-Pulsive
Re : Les amants de Rougefée [romance-5000 mots] V2
« Réponse #14 le: 07 janvier 2019 à 12:31:40 »
Bonjour Alan,

Merci pour la critique quant au style et les encouragements, je tâcherai de progresser !

En effet tu n'as pas tort, pour moi non plus le chevalier est loin d'être franc. La tension entre la posture de sincérité et la posture de séduction est ce qui le caractérise le plus, à mon sens, dans cette scène. Cette lecture personnelle que tu as eu éclaire ce texte d'une nouvelle façon pour moi. Est-ce vraiment étonnant qu'il ait échoué dans son objectif initial de reconquête d'une amie ? Hahaha, ceci met en perspective cela n'est-ce pas.

Quoiqu'il en soit, il n'a plus qu'une vocation littéraire à présent. Merci encore de ta lecture fine et de ton commentaire détaillé.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.661 secondes avec 23 requêtes.