Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

21 juillet 2018 à 15:26:42

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Théâtre et poésie » [Poésie] Oeuvre poétique (Alejandra Pizarnik)

Auteur Sujet: [Poésie] Oeuvre poétique (Alejandra Pizarnik)  (Lu 68 fois)

Hors ligne Eveil

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 472
    • Voir le profil
[Poésie] Oeuvre poétique (Alejandra Pizarnik)
« le: 06 juillet 2018 à 19:56:35 »


Un fil où je la présente un peu : http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,27592.0.html

Ce livre regroupe tous ses recueils et tous ses poèmes publiés. Si Aragon est le feu, Pizarnik, influencée par les surréalistes après un bref passage à Paris, est la lumière, la grâce et le silence. Elle travaillait par élagage perpétuel, en taillant son bloc jusqu'à ce qu'il ne reste que quelques mots sur un carnet ou sur son tableau noir. C'est merveilleux en français, et sûrement meilleur en espagnol. C'est d'une très grande beauté, d'une très grande pertinence, je n'avais jamais rien lu de tel. A présent je me tais, et je vous recopie quelques morceaux :



La carence

Je ne connais pas les oiseaux,
Je ne connais pas l'histoire du feu.
Mais je crois que ma solitude devrait avoir des ailes.

*

Ombres des jours à venir

Demain
on me vêtira de cendres à l'aube,
on m'emplira la bouche de fleurs.
J'apprendrai à dormir
dans la mémoire d'un mur,
dans la respiration
d'un animal qui rêve

*

Le plus beau
dans la nuit de ceux qui s'en vont,
ô désiré,
c'est à jamais ton non-revenir,
fantôme toi jusqu'au grand jour.

*

Mais toi je veux te regarder jusqu'à ce que ton visage s'éloigne de ma peur comme un oiseau du bord tranchant de la nuit.

*

Comme une fillette de craie rose sur un mur très vieux subitement effacé par la pluie.

*

Comme à l'instant où une fleur s'épanouit et révèle le coeur qu'elle n'a pas.

*

Délices de se perdre dans l'image pressentie. Je me suis levée de mon cadavre, je suis allée en quête de qui je suis. Voyageuse de moi-même, j'ai marché vers celle qui dort dans un pays au vent.

*

La solitude ce n'est pas de se tenir debout sur le quai à l'aube en regardant l'eau avec avidité. La solitude c'est de ne pouvoir la dire, pour ne pouvoir la cerner, pour ne pouvoir lui donner un visage, pour ne pouvoir la rendre synonyme d'un paysage. La solitude serait cette mélodie fracturée de mes phrases.

*

Oui, l'ennui de la vie c'est qu'elle n'est pas ce que l'on croit mais non plus le contraire.

*

Seulement  signe

O allume
tes yeux
de la couleur de naître

*

Affiche

Je me suis tant efforcée
d'apprendre à lire
dans mes larmes

*

Mais ma nuit aucun soleil ne la tue.

« Modifié: 07 juillet 2018 à 00:38:13 par Eveil »
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.065 secondes avec 24 requêtes.