Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

20 août 2019 à 11:35:31

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Faire une trouvaille, à quoi bon ?

Auteur Sujet: Faire une trouvaille, à quoi bon ?  (Lu 1510 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« le: 24 mai 2018 à 15:25:49 »
Bonjour tout le monde,

Je vous sollicite une dernière fois sur des questions de termes techniques parce que je me trouve confronté à un dernier obstacle dans mes recherches, l'ultime mais pas des moindres, le boss final...

Si je m'en réfère à des adages populaires, la littérature serait le lieu où l'on peut tout se permettre, où l'on plonge dans la liberté infinie de la fiction et du grand bonheur. En gros, ce serait le domaine de l'illusion ou du faux-semblant, l'endroit de l'impossible ou du rêve. On serait face à une page blanche comme au début de sa vie, on pourrait tout s'offrir, tout s'inventer, tout se réinventer.

Dans une telle hypothèse, je ne vois pas trop à quoi peut bien servir une trouvaille...

Je veux dire : Pourquoi faire une recherche de style ? Pourquoi s'ennuyer à codifier ? Pourquoi faire des recherches documentées ? Pourquoi prendre en compte l'avis d'autrui ? Pourquoi considérer qu'il y a du mieux et du moins bon ? Pourquoi tout cela si l'on peut tout se permettre ?

Et j'insiste : un bon dieu dans son univers, tout lui est offert, il n'a vraiment pas besoin de faire d'effort pour que tout soit à sa portée !! L'écrivain est-il se grand oiseau qui plonge dans le ciel sans aucun plafond pour l'en arrêter ?

Si l'auteur est ce même dieu dans son œuvre, a-t-il vraiment besoin de chercher quoi que ce soit ? N'est-il pas en mesure de trouver tout et n'importe quoi à sa portée tant sa liberté est infinie ?

Pour apporter tous les éléments qui permettent de désigner l'obstacle, j'exposerai la question de cette manière simple et évidente :

Faire une trouvaille, à quoi bon ?

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 768
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #1 le: 24 mai 2018 à 17:27:32 »
Faire une trouvaille, c'est justement ce qui déclenche la passion, le début de l'aventure. Non ?
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #2 le: 24 mai 2018 à 18:37:31 »
Ah ! Mon cher Vinz, tu as un don pour synthétiser ta pensée qui s'apparenterait aux mots d'esprit des belles époques !!

Faire une trouvaille, c'est justement ce qui déclenche la passion, le début de l'aventure. Non ?

Intéressant, quelque part cela évoquerait que la trouvaille serait celle qui met fin à la liberté absolue...

Non, ce que j'entends ici, c'est qu'on pourrait penser que dans cet empire de pages blanches ou de pages noircies par l'ennui, ce serait la petite trouvaille qui donnerait un sens nouveau à ce qui était au même endroit auparavant.

Comme si dans un état précédent d'égarement, on tomberait sur une trouvaille remarquable et inattendue, et que cela serait le déclencheur d'un état de création.

Mmh... Il faut encore que je revois la chose, ce que j'y trouve pour le moment, c'est l'idée que face à l'immensité de possibilités qui s'offrent à l'auteur, la trouvaille serait ce qui apporte une distinction entre les différentes pistes.

Comme si l'on n'écrivait plus pour exprimer sa toute puissance sur l’œuvre, mais pour qualifier et pérenniser la trouvaille.

De cette façon, entre l’œuf et la poule, ce serait la trouvaille qui serait celle qui donne lieu à la recherche, et non l'inverse...

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 659
  • Cas désespérant
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #3 le: 24 mai 2018 à 21:02:14 »
J'ai pas compris, c'est quoi que tu appelles une trouvaille ?
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #4 le: 24 mai 2018 à 21:12:36 »
J'ai pas compris, c'est quoi que tu appelles une trouvaille ?

Une formulation élégante ou un projet d'écriture stimulant ? Un mot d'esprit ou une idée qui passe ?

CNRTL : lien vers la définition

Trouvaille :

Citer
    TROUVAILLE, subst. fém.
    TROUVAILLE, substantif

A. −

1. Fait de trouver avec bonheur, d'une manière fortuite ou non. La découverte des bécasses l'avait amené bientôt à la trouvaille dans un petit lac voisin d'écrevisses que personne ne mangeait (Goncourt, Journal, 1894, p. 542).Plus les trouvailles de fossiles humains se multiplient, plus leurs caractères anatomiques et leur succession géologique s'éclairent (Teilhard de Ch., Phénom. hum., 1955, p. 203).
− Loc. Faire une trouvaille. Trouver, découvrir d'une manière heureuse et fortuite. Faire une trouvaille aux Puces. Chaque région de Paris est célèbre par les trouvailles intéressantes qu'on peut y faire. Il y a des perce-oreilles dans les chantiers des Ursulines, il y a des mille-pieds au Panthéon (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 687).Bréval, en déroulant sa couverture, faisait des trouvailles dans la paille: « Un journal de chez nous! s'écria-t-il joyeusement... Je vais lire au lit, comme dans le temps... » (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 154).
2. Chose considérée comme intéressante ou exceptionnelle, découverte fortuitement ou non. Milord, milord, le sarcophage est intact! (...) Bonheur inouï! chance merveilleuse! trouvaille inappréciable! (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 174).Un berger (...) vous trouva jadis, sur une colline, exposé aux bêtes féroces. Il était pauvre; il porta sa trouvaille à la reine qui pleurait de n'avoir pas d'enfant (Cocteau, Mach. infern., 1934, IV, p. 125).

B. −

1. Dans le domaine intellectuel ou artist.Fait de découvrir par un effort de l'esprit ou de l'imagination ou grâce à une heureuse inspiration. Trouvaille d'une épithète. Les costumes donnés, il reste véritablement si peu de soie à découvert, que cette garniture presque ancienne nécessite la trouvaille de dessins et d'un mode tout autres de l'appliquer (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 729).Ta vérité se fera lentement car elle est naissance d'arbre et non trouvaille d'une formule (Saint-Exup., Citad., 1944, p. 652).
− P. anal. (dans un autre domaine). Il avait le goût de l'entreprise et puis le béguin des inventions... de toutes les trouvailles mécaniques, ça le turlupinait (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 350).
2. Image, idée, mot ainsi inventé(e). Trouvailles d'expression; trouvaille de laboratoire; trouvailles de l'imagination; trouvaille charmante, exquise, ingénieuse. La sainte Thérèse, telle que le peintre l'a représentée (...), est une des plus heureuses trouvailles de la peinture moderne (Baudel., Salon, 1845, p. 34).Aussi bien la plupart de ces sectaires de la forme (singulièrement Gide) valent-ils bien davantage par des trouvailles de mots que par des constructions de phrases (Benda, Fr. byz., 1945, p. 123).
3. P. antiphr., péj. Idée saugrenue. Synon. invention.Quelle trouvaille! en voilà une trouvaille! quelle est sa dernière trouvaille? Que prétends-tu faire? Séduire une jeune fille en huit jours? Faire le galant sous un nom supposé? La belle trouvaille! (Musset, Il ne faut jurer, 1840, I, 1, p. 112). − (...) Et si vous voulez me permettre d'exprimer un avis, je garde de notre entretien (...) l'impression que... que votre infortuné malade est moins... − Moins fou qu'il ne le veut paraître, acheva le docteur d'une voix sarcastique. Admirable trouvaille! Singulière pénétration! (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1523).

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 659
  • Cas désespérant
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #5 le: 24 mai 2018 à 21:24:38 »
Bah du coup je comprends pas ta question.
Pouvoir tout faire ça ne s'oppose pas à faire le mieux possible, non ?
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Lila

  • Prophète
  • **
  • Messages: 812
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #6 le: 24 mai 2018 à 21:28:37 »
Bonsoir
si tu ne fais aucune trouvaille a quoi bon d'écrire ?
J'aime trouvailler ça permet d'avancer et de comprendre certaine chose dans l'écrit non ?
les plus beaux mots sont les plus simples
Venez me lire et me commenter :)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #7 le: 24 mai 2018 à 22:04:14 »
Bah du coup je comprends pas ta question.
Pouvoir tout faire ça ne s'oppose pas à faire le mieux possible, non ?

Plénitude et recherche, ce sont deux notions très contrastées.

Expose-nous un peu ta vision des choses, cela peut permettre de comprendre ce que tu entends par ta propre position.

Bonsoir
si tu ne fais aucune trouvaille a quoi bon d'écrire ?
J'aime trouvailler ça permet d'avancer et de comprendre certaine chose dans l'écrit non ?

« Et Dieu dit : Tu ne trouveras point. »

Hors ligne Lila

  • Prophète
  • **
  • Messages: 812
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #8 le: 24 mai 2018 à 22:09:51 »
dieu dit plein de chose mais faut-il l'écouter ?
les plus beaux mots sont les plus simples
Venez me lire et me commenter :)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #9 le: 24 mai 2018 à 22:50:17 »
Dieu n'a pas besoin de trouvailles, lui, au moins ! :ned:

Hors ligne Olik

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 265
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #10 le: 24 mai 2018 à 22:59:01 »

Si je m'en réfère à des adages populaires, la littérature serait le lieu où l'on peut tout se permettre, où l'on plonge dans la liberté infinie de la fiction et du grand bonheur. En gros, ce serait le domaine de l'illusion ou du faux-semblant, l'endroit de l'impossible ou du rêve. On serait face à une page blanche comme au début de sa vie, on pourrait tout s'offrir, tout s'inventer, tout se réinventer.

Dans une telle hypothèse, je ne vois pas trop à quoi peut bien servir une trouvaille...

Je suis peu instruit de la littérature et je m'avance quand même témérairement : je ne suis pas d'accord avec l'hypothèse qui t'amène à présenter ainsi cette question.
Cela me semble même l'inverse : l'écriture est pleine de contraintes et l'art consiste à les respecter pour les faire oublier au lecteur.
Du coup la trouvaille serait un moyen d'être plus 'artiste".
“Tout romancier, tout cinéaste, a au fond de lui un nombril du monde à exhiber.”
Michel Audiard.

“Un artiste, c’est quelqu’un qui se penche par la fenêtre là où on ne le ferait pas, qui doit nous montrer des choses qu’on n’ose pas aller regarder.”
Tania de Montaigne.

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #11 le: 24 mai 2018 à 23:41:45 »
Bonsoir Olik,

Merci pour ton intervention qui me semble très construite et proche de ce que ressentent de nombreux artistes.

Il est vrai qu'il existe deux perceptions de l'art très distinctes, entre l'une qui verrait en l'art le domaine des libertés, de l'inspiration et de la bohème, et l'autre qui y trouverait le domaine du savoir-faire, des codifications et de la technicité.

Je ne voudrais pas tellement trancher entre ces deux perceptions pourtant bien séparées l'une de l'autre, mais je m'évertue à les questionner.

Enfin, peut-être existe-t-il une autre forme de perception, celle-ci tu sembles l'évoquer sans vraiment la définir dans son entièreté ; et cette dernière perception, c'est celle de créer un espace commun dans lequel auteur et lecteur ne seraient pas séparés.

Et s'il existait un tel espace dans lequel il n'y aurait plus d'un côté un auteur qui maîtrise une technicité et de l'autre un lecteur naïf, cela ne formerait-il pas une nouvelle hypothèse ?

On y croirait presque que l'auteur n'est qu'un bougre comme les autres !

Hors ligne Lila

  • Prophète
  • **
  • Messages: 812
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #12 le: 25 mai 2018 à 09:03:27 »
"Dieu n'a pas besoin de trouvailles, lui, au moins ! :ned:"

OK papi Alan

Mais même si dieu n'a pas besoin de trouvaille, car il c'est tout, comment fait-il pour tout savoir ?

Il faut faire des trouvailles pour savoir, mais jusqu'à ou faut-il faire des recherches ?

Pour éviter que dieu lui-même se fend la poire en nous regardent a essayé a faire une nouvelle trouvaille

alors sherlokoms que vas-tu me dire  :prout:
les plus beaux mots sont les plus simples
Venez me lire et me commenter :)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #13 le: 25 mai 2018 à 12:20:11 »
 :ronchon: Sherlock Holmes était protestant, lui, au moins !! ...  :\? Enfin, je crois... mais pas sûr, faudrait vérifier.

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 768
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : Faire une trouvaille, à quoi bon ?
« Réponse #14 le: 25 mai 2018 à 13:26:43 »
La trouvaille ne mettrait pas fin à la liberté absolue, au contraire, elle la canalise pour qu'elle puisse se partager.
Quant aux contraintes, elles sont justement le terreau de la création. Sans contrainte, on ne fait rien, on ne créé rien.
La page blanche en soi est déjà une contrainte. Peut-être que si elle était grise, rouge ou bleue cela induirait une autre approche et donc une autre "trouvaille".
De même que nous somme limité (contrainte encore) par les mots. Nous pouvons certes en inventé de nouveaux, mais il nous faut alors les expliciter pour être compris (contrainte là encore et pourtant, création).
De toute façon, la liberté comme la perfection sont deux notions totalement abstraites qui ne sont là que pour nous pousser à faire le mieux possible. Il est impossible de faire quelque chose de parfait comme il est impossible d'être totalement libre. Mais avec nos limites personnelles, rien nous empêche de nous évader et de rechercher cette liberté supposée.
Avec des Si on fait de la musique monotone...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.274 secondes avec 22 requêtes.