Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 mai 2019 à 23:34:33

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'Atelier » Au sujet des éléments trop inspirés

Auteur Sujet: Au sujet des éléments trop inspirés  (Lu 1598 fois)

Hors ligne Krapoutchniek

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 158
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Au sujet des éléments trop inspirés
« le: 23 mai 2018 à 20:57:42 »
Salut,

Je pense que la question a déjà été posée sur le forum (par moi en l'occurrence) mais je la repose tout de même, faute de la retrouver :

Comment gérez-vous les éléments de vos oeuvres lorsque vous vous rendez compte qu'ils se retrouvent à peu près dans une autre oeuvre ?

Exemple 1 : vous inventez une super histoire qui met en scène une bague maléfique qui doit être détruite à tout prix.
Exemple 2 : vous inventez un super personnage qui s'appelle Aragurn...

Bref, vous voyez de quoi je veux parler, ces éléments que vous intégrez à votre histoire mais qui vous rappellent étrangement quelque chose. Vous en faites quoi ? Vous les virez et redémarrez votre background/scénario sur de nouvelles bases ? Vous modifiez légèrement pour vous éloigner suffisamment du matériau de base ? Ou alors vous vous en foutez, vous laissez les choses telles quelles, de toute façon vous écrivez pour vous et pour personne d'autre ?

Edit : Je ne me pose pas la question au hasard. En ce moment (moment qui a commencé il y a presque un an et demi) j'élabore un nouvel univers, mythologie, etc. J'ai conscience que je suis pas mal inspiré par le Legendarium mais ce n'est pas tellement le sujet. J'ai déjà tranché la question et je m'en fous. Par contre, pour des petits détails, je ne parviens pas à trancher justement. Et dernièrement, j'ai commencé à élaborer un personnage nommé Glaudrung. Et je me suis rendu compte tout à l'heure que le nom était très clairement inspiré de Glaurung, dragon de Tolkien.
« Modifié: 23 mai 2018 à 21:02:15 par Krapoutchniek »
Un Nano pour les gouverner tous...

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 060
  • Mon nu mental
    • pouet
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #1 le: 23 mai 2018 à 21:12:46 »
Perso, je le prends hyper mal. Le titre de mon premier nano était "Azimut". Quelques temps après je me promène à la fnac, et que vois-je, une BD steampunk qui s'appelle Azimut. J'aimais plus mon nano, après (pour d'autres raisons aussi). Je dois être un peu extrême mais j'ai une sainte horreur de me dire que ça ressemble trop, à quelque niveau que ce soit, à un autre truc écrit. Je sais que la nouveauté totale c'est pas possible etc, qu'on recréé des trucs déjà créés, ouioui, mais je l'ai trop mauvaise de savoir que j'ai copié sans le faire exprès.

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 726
  • Lial' | Calamar placide
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #2 le: 24 mai 2018 à 11:31:34 »
Y'a Patrick Ness (mon auteur adoré chouchou de ces dernières années que j'aime trop) qui a écrit sur le sujet ici. (en anglais désolée)

Pour résumer : C'est pas grave. Ton travail t'es tant personnel et tu y penses tellement que tu peux voir des similarités avec tout et n'importe quoi. Et c'est pas grave parce que pour reprendre sa manière de dire "tu es un chanteur, pas une chanson". C'est à dire que tu auras toujours une manière personnelle d'écrire ton livre et c'est pour ça que les lecteurs vont le lire, pas parce qu'il y aura ou pas des similarités avec d'autres oeuvres.


Mon point de vu perso :
- d'un côté je suis d'accord avec Patrick Ness.
D'ailleurs il suffit de regarder les oeuvres existantes : c'est impossible de faire un truc qui ne s'inspire pas un minimum d'autres oeuvres. Et parfois ça peut avoir du bon de partir d'une base connue. Genre, le manga Hunter x Hunter part d'une base pas originale très "copiée" de Dragon Ball, et par ensuite dans plein de trucs différents (qui à leur tour s'inspirent d'autres mangas d'ailleurs, mais c'est la manière dont c'est fait qui fait que c'est trop bien).
Pareil pour l'Assassin Royal : y'en a combien, des héros orphelins / princes cachés / etc ? Des liens avec les animaux ?

- d'un autre, parfois je trouve que gênant si c'est trop ressemblant. Si un nom est le même qu'un autre (connu) à une ou deux lettres près : change-le si ça te gène. Si niveau scénario j'ai l'impression de vraiment rien lire de nouveau, je vais m'ennuyer (mais tous les lecteurs n'ont pas déjà lu les mêmes livres... )

Bref je pense que ça dépend ce dont il s'agit. Si c'est des trucs que tu n'aimes vraiment pas une fois que tu as vu la similarité et que tu peux changer, je vois pas pourquoi tu ne le ferais pas. Mais si ça touche au fond de ce que tu fais : de toute façon, tu y mettras ta touche personnelle.
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 715
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #3 le: 24 mai 2018 à 14:30:21 »
J'avoue que je fais le maximum pour me tourner vers le plus original possible pourtant, j'ai découvert récemment un auteur d' Heroic Fantasy dont la démarche est très proche de la mienne..
Mais au final, nos univers, nos enjeux d'intrigue et notre façon d'écrire sont tellement différents que ça ne me gêne pas plus que ça.
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Hors ligne O.J MAN

  • Plumelette
  • Messages: 19
  • Bonjour et bienvenue...
    • O.J MAN
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #4 le: 24 mai 2018 à 22:58:32 »
Fan de citations (tjs le pb de mémoriser l'auteur !), j'ai depuis des années en tête "on n'écrit que ce qu'on a lu". Je suis retombé très récemment sur l'un de mes tous 1ers débuts de roman : J'avais 13 ans et j'imaginais pendant la seconde guerre mondiale 2 espions qui traversaient l'Europe. J'avais réalisé leur trajet sur une carte (merci "tout l'univers" à la maison à la place du net). J'ai souri en relisant mon plan d'ouvrage et le prologue. Je me suis souvenu précisément du livre que je venais de terminer : l'arme à l'œil de Ken Follet (2 espions à travers l'Europe pendant la seconde guerre mondiale. Sélection France Loisirs à l'époque (Damart, Vedette et autres marques caractérisent cette période!!!)
L'amour, la vie, la mort, le sexe et le pouvoir (sous toutes ses formes) doivent constituer à eux seuls le sujet de fond de 80 % de la production mondiale (de romans hors livres "à thèmes"). Je pense que 5 autres sujets doivent permettre de couvrir 80 % de ceux qui restent (soit 96 % en 10 sujets) etc.. (99.2 % avec 15 sujets !!!). Dès lors qu'un consensus s'établirait sur ce postulat, il deviendrait évident que c'est "le style" (la façon de raconter, de monter son histoire, etc..) qui va donner de la valeur au livre.
Pour ceux qui regardent la TNT le soir, il y a pléthore de nanars à la télé (genre steven seagal) là où l'histoire n'est fondamentalement pas éloignée d'un John Ford ou d'un Tarantino.
J'ai toujours été mathématiquement stupéfait que 8 notes permettent une telle infinité de mélodies, chacune unique et pourtant tant si proches et par ailleurs  tellement différentes.
2 bras, 2 jambes (pour les + chanceux), 1 tête : Rien ne ressemble plus à un homme qu'un autre. Nous sommes 7 milliards et nous n'avons jamais vu notre semblable (les jumeux monozygotes se trouvent différents !).
Celui qui aurait l'œil absolu (s'il a l'oreille, il est bon pour la musique, la langue l'emmènera en cuisine) et qui connaitrait tous les livres parus pourrait (de mon point de vue) toujours trouver un roman existant "très proche" de celui que l'on est en train de créer sans que nous n'ayons pour autant jamais lu ce roman.
Nous subissons tous des influences. l'homme qui marche sur la lune, le 11 septembre etc.. forment un "inconscient collectif" dans lequel nous plongeons joyeusement. Dans la mesure où il est collectif, il semble assez naturel que des similitudes se retrouvent dans différentes œuvres.
Il faudrait un orphelin (juste après la naissance) d'une mère ermite dans des lieux à l'écart du monde pour avoir quelqu'un sans aucune influence tierce. Cette personne ignorerait qu'elle a des semblables. Pourquoi aurait-elle envie d'écrire, c'est déjà une bonne question (OK, à Lascaux, ils ont bien eu envie de peindre !). Tiens, ça ferait une bonne idée de roman. Personne n'a jamais écrit là dessus non ? Allons, vous connaissez surement un roman proche... je vous écoute !
Au revoir et Merci !

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 715
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #5 le: 25 mai 2018 à 13:52:16 »
En musique, il y a déjà 12 demi tons (sept notes en fait Do Ré Mi Fa Sol Si et leur altérations Do#  Ré# Fa# Sol# La# [et ce dans la gamme tempérée occidentale]). Dans le reste du monde nous trouvons les gammes micro tonales (musique orientale principalement Arabe et Indienne) et les gammes pentatoniques ou pentaphoniques (Afrique et Asie principalement).

Fin de ma petite parenthèse musicale.
Avec des Si on fait de la musique monotone...

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 535
  • Chercheur en causes perdues
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #6 le: 30 mai 2018 à 19:34:46 »
Yo !
J'avais lu ce fil quand tu l'as posté et pas pris le temps de te répondre.

Citer
Exemple 2 : vous inventez un super personnage qui s'appelle Aragurn...

ça m'a fait penser à ça :mrgreen:

Plus sérieusement.
Pour les noms, j'ai plus ce souci depuis que je prends des vrais noms. Un ptit tour sur Behind the name selon les consonances que je cherche et le problème est réglé, pour ainsi dire.
Pis ça évite les clichés des g et des k.

Pour un nom en général, je le change sans état d'âme. Ils bougent de toute façon pas mal pendant l'écriture, soit parce que je m'en souviens pas (true story :mrgreen:) soit parce qu'à l'écriture ils ne me plaisent plus autant.

Quand c'est des bouts d'histoire — ça m'est arrivé avec les Récifs de Licine — soit j'essaie d'infléchir dans un sens ou dans l'autre, soit je vire. Dans ce cas là, ça a ptet participé au blocage et à l'abandon, je sais pas.

Citer
Pour résumer : C'est pas grave. Ton travail t'es tant personnel et tu y penses tellement que tu peux voir des similarités avec tout et n'importe quoi. Et c'est pas grave parce que pour reprendre sa manière de dire "tu es un chanteur, pas une chanson". C'est à dire que tu auras toujours une manière personnelle d'écrire ton livre et c'est pour ça que les lecteurs vont le lire, pas parce qu'il y aura ou pas des similarités avec d'autres oeuvres.

Amen

Citer
Bref je pense que ça dépend ce dont il s'agit. Si c'est des trucs que tu n'aimes vraiment pas une fois que tu as vu la similarité et que tu peux changer, je vois pas pourquoi tu ne le ferais pas. Mais si ça touche au fond de ce que tu fais : de toute façon, tu y mettras ta touche personnelle.

Pas mieux.

En revanche, pour ne pas trop se rapprocher de quelque chose, mon conseil serait, quand t'es sur un projet d'écriture, de ne pas lire quelque chose qui soit dans le même genre.
"The most human thing of all: attempt something futile with a ton of unearned confidence and fail spectacularly!"

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
A. Roy

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 715
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #7 le: 31 mai 2018 à 13:26:49 »
Ne pas lire ce qui est du même genre, oui. Mais le connaître quand même.

En musique, j'ai quasiment toujours joué dans des groupes qui pratiquaient un style que je n'écoutait pas ou très peu. De sorte que j'arrivai avec mes propres références.
Maintenant, ça n'a plus trop d'importance car j'ai développé mon pore style de jeu. En écriture, je n'y suis pas encore (enfin je crois).
Avec des Si on fait de la musique monotone...

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 535
  • Chercheur en causes perdues
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #8 le: 31 mai 2018 à 13:53:10 »
Ah non, on s'est mal compris.
Je parlais de pendant le processus d'écriture, pas en général
"The most human thing of all: attempt something futile with a ton of unearned confidence and fail spectacularly!"

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
A. Roy

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 715
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #9 le: 31 mai 2018 à 14:11:40 »
Merci de préciser.
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Hors ligne Krapoutchniek

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 158
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Re : Au sujet des éléments trop inspirés
« Réponse #10 le: 03 mars 2019 à 21:01:01 »
Je remonte mais je peux enfin trancher définitivement cette question qui me taraude depuis un bon moment :

Citer
Nord, Sud, Ouest, Est, Nár, Nýi, Niði,
Voleur, Dvalinn, Nípingr, Náinn,
Bifurr, Bafurr, Bömburr, Ánn, Nori,
Mjöðvitnir, Ánarr, Óinn, Dáinn,

Extrait du début de l'Edda poétique, plus le fait que le cycle de l'Anneau de Wagner met en scène un anneau maléfique perdu au fond de la flotte (au début). Donc si même Tolkien est très fortement inspiré, je ne pense pas que ce soit vraiment un mal de s'inspirer aussi  :)
Un Nano pour les gouverner tous...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.564 secondes avec 22 requêtes.