Le Monde de L'Écriture

24 mai 2018 à 21:10:17

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Fait-on semblant de choisir ?

Auteur Sujet: Fait-on semblant de choisir ?  (Lu 99 fois)

En ligne Alan Tréard

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 405
  • Je vous prends en flagrant délit d'immobilisme !
    • Voir le profil
    • Alan Tréard, c'est moi !
Fait-on semblant de choisir ?
« le: 16 mai 2018 à 18:13:32 »
Bonjour à toute la compagnie !

Je poursuis mes recherches et tombe sur un obstacle assez évocateur.

Fait-on semblant de choisir ?

Vous allez me dire que cette question est étrange dans une discussion littéraire, mais pas du tout. Dans les différents textes qui sont proposés à la lecture, les auteurs font souvent des choix entre telle et telle préférence, voire parfois refusent la proposition que quelqu'un fait en commentaire.

Est-ce qu'on fait semblant de choisir une formule plutôt que l'autre pour avoir l'air de savoir ce qu'on veut ? Est-ce juste une manière détournée de cacher le fait qu'on est complètement paumé ?!

Et si choix il y a, à quoi sert-il dans un monde où « tout est possible » ?

Je veux dire, tout le monde peut prendre son stylo est raconter n'importe quoi à qui mieux mieux, alors à quoi bon choisir ?

Ne serait-ce pas une simple galanterie vouée à se donner des airs précieux ?

Alors je me demande enfin : Que viennent faire les choix dans la vie des auteur.e.s ?

Hors ligne Ben.G

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 497
  • Parallaxe funambule
    • Voir le profil
    • J'irai lire chez vous
Re : Fait-on semblant de choisir ?
« Réponse #1 le: 16 mai 2018 à 18:36:04 »
Citer
Je poursuis mes recherches et tombe sur un obstacle assez évocateur.
Tu les écris tes recherches ? non parce que dit comme ça on dirait que tu prépares un dossier, alors qu'en fait t'y pensais juste quoi (mais as-tu vraiment choisi d'utiliser ce terme ou t'es "complètement paumé "?)
Sinon oui c'est toujours une bonne reflexion quoiqu'un peu bateau et déjà discutée au travers de plein de fils


Citer
Vous allez me dire que cette question est étrange dans une discussion littéraire, mais pas du tout.
Ca l'est on y pense t'inquiètes



Ca me rappelle des vieilles discussions qu'on a eu tous les deux où je te soutenais qu'un bon texte n'a pas besoin de texte d'explication en plus, ou des explications de l'auteur pour être compréhensible ( tu dois t'en rappeler)
Ca rejoint les discussions sur le style

Une bonne dose d'instinct et de soi-même : beaucoup de formules sortent d'elles-mêmes et on se rend compte après coup de leur richesse. Et c'est là le propre du retravaille dérrière, on corrige pour apporter du neuf. A côté on peut aussi réfléchir à des formules, des approches plus techniques à replacer un jour (lire peut donner des idées et fournir l'inconscient)
Ensuite, plus tu travaille, plus toutes ces réflexions s'imprègnent en toi et ressortent naturellement, et on en revient au début de ce petit paragraphe que j'écris
Donc oui c'est utile de réfléchir (ah)
Et la sur-reflexion après coup, avec des termes techniques ou des surinterpretations, c'est de la branlette.
Parce que en fait, écrire c'est fournir un materiau de base à la reflexion : plus ce matériau sera riche, plus la réflexion sera riche aussi, mais dans le sens où elle duplique la phrase de base en des dizaines et des dizaines de solutions et niveaux de complexité, plus la phrase est bonne, plus ca parait infini à plusieurs degré. Et c'est là aussi que le talent et le travail opère.
Mais oui si tout n'est pas réfléchis de base ca veut pas dire que c'est innocent non plus, ce qui compte c'est à un moment de comprendre comment et pourquoi on fait ça et agir en conséquence



Et toi t'en penses quoi ? Comment tu choisis les phrases que tu fais ? T'as bien une piste en regardant ta façon de faire non ?



Je me sentais si fort, que n'ai-je désiré ?
Pour chaque rêve, hélas ! une fosse était prête.
- Christo Botev

Mon paradoxe de singe

En ligne Alan Tréard

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 405
  • Je vous prends en flagrant délit d'immobilisme !
    • Voir le profil
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Fait-on semblant de choisir ?
« Réponse #2 le: 16 mai 2018 à 19:04:20 »
Oui mon cher Ben.G, l'idée serait par la suite de me pencher sur des essais ou des écrits qui puissent apporter les outils de base à tout un chacun.

Mais pour cela, il me faut une base commune, une base qui soit partagée par à peu près tout le monde, et je trouve parfois bien des différences entre les perceptions des uns et celle des autres qui m'amènent à demander quelques précisions.

Je ne vous sollicite pas pour rien, mais je ne vous oblige pas pour autant à participer aux discussions, bien entendu.

Remarque, ton intervention me permet d'assimiler une valeur importante que je n'avais pas perçue précédemment. Je crois que j'ai enfin compris !

Le choix serait la trace réelle de toute une démarche d'élaboration.

Pas de choix, pas d'ouvrage.

Si je parviens à peu près à synthétiser ton propos : on travaille au fur et à mesure, on se penche sur ce qui paraît constructif, et on sait enfin pourquoi l'on en arrive à faire tel ou tel choix.

Il y a évidemment une très grande difficulté à suivre le parcours d'écriture, celui-ci n'est jamais le même pour les uns ni pour les autres, il y a des carnets qui se dessinent, des publications de droite et de gauche, et l'on se perd rapidement dans les méandres des écrits. C'est la raison pour laquelle la valeur du choix prend toute son importance !!

Ainsi, le choix resterait la trace réelle de l'élaboration de l'écrit, c'est ce que m'évoquent tes mots.

On reconnaît le travail de l'écriture à la part de choix que l'on y trouve.

Le choix d'écriture serait la partie émergée de l'iceberg, si je puis me permettre cette métaphore.

On ne sait choisir que quand on a suffisamment progressé. On ne peut faire un choix que si l'on maîtrise vraiment ce que l'on publie.
« Modifié: 16 mai 2018 à 19:06:37 par Alan Tréard »

Hors ligne avistodenas

  • Prophète
  • **
  • Messages: 787
    • Voir le profil
Re : Fait-on semblant de choisir ?
« Réponse #3 le: 16 mai 2018 à 20:52:39 »
Lorsqu'on fait un choix, le cerveau a déjà choisi une fraction de seconde avant que l'on ait arrêté son choix. Qui donc est celui du cerveau avant même toute réflexion.

La plupart de nos processus cognitifs, à l'origine de nos actions et de nos pensées, relèvent de l'inconscient. Des neuroscientifiques à l'Institut Max Planck ont d'ailleurs découvert en 2008 que le cerveau s'active plusieurs secondes avant que l'individu ait consciemment décidé d'agir.

En ligne Alan Tréard

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 405
  • Je vous prends en flagrant délit d'immobilisme !
    • Voir le profil
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Fait-on semblant de choisir ?
« Réponse #4 le: 16 mai 2018 à 21:06:59 »
Je ne suis pas convaincu qu'une expérience scientifique puisse faire évoluer la littérature, disons qu'il me faudrait plus d'éléments me permettant de constater qu'on écrit mieux depuis que la science existe.

En ligne Olik

  • Aède
  • *
  • Messages: 237
  • Ex L_aï_au_lit
    • Voir le profil
Re : Fait-on semblant de choisir ?
« Réponse #5 le: 16 mai 2018 à 23:08:07 »
Le choix vient à mon avis de plusieurs facteurs. La réflexion, la relecture, l'expérience, l'humeur, les circonstances, la sensibilité à la critique, le copinage, etc.
Mais analyser ce qui vient de telle ou telle chose au moment de la rédaction serait la stériliser.
Et a posteriori cela me semble difficile de retracer son cheminement. En tout cas, je sais que je n'en suis pas capable.
Il me semble alors que les réponses à ton questionnement ne peuvent que rester au niveau des généralités.
“Tout romancier, tout cinéaste, a au fond de lui un nombril du monde à exhiber.”
Michel Audiard.

En ligne Alan Tréard

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 405
  • Je vous prends en flagrant délit d'immobilisme !
    • Voir le profil
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Fait-on semblant de choisir ?
« Réponse #6 le: 16 mai 2018 à 23:27:25 »
Je trouve ta réaction intéressante dans le fait où tu évoques le risque de trop s'emprisonner dans des généralités. Finalement, le risque, ce serait de spéculer pendant des heures sur l'origine du choix.

Non, ma première question était la suivante : Fait-on réellement des choix ?

Que représente un choix pour soi ?

Pourquoi dira-t-on : « je préfère garder le texte en l'état » ou bien « ici, j'ai plutôt choisi d'appliquer ta proposition parce qu'elle faisait sens à mes yeux » ?? « Pourquoi » dans le sens : qu'y trouve-t-on ? En a-t-on besoin ?

Enfin, s'il y a bien un choix, peut-on en retenir quelque chose d'important ?

Si je partais de ma seule expérience, peut-être que j'en reviendrais à ne défendre que mes propres choix sans le savoir ; les autres font-ils ou font-elles comme moi ?

Le choix vient à mon avis de plusieurs facteurs. La réflexion, la relecture, l'expérience, l'humeur, les circonstances, la sensibilité à la critique, le copinage, etc.

Effectivement, ça fait beaucoup de raisons de faire des choix, ça montre que le sujet est très complexe.

On a parfois du mal à se justifier, mais on sait quand même ce qu'on veut, on sent que c'est le bon choix, même sans savoir le justifier réellement. On choisis ce qu'on veut trouver dans ses propres publications.

On sait au moins qu'écrire mérite de faire des choix, qu'il y a donc un choix à faire quand on écrit, que cela fait partie de l’œuvre (on sait, dans le sens, on admet communément ce fait).

En ligne Olik

  • Aède
  • *
  • Messages: 237
  • Ex L_aï_au_lit
    • Voir le profil
Re : Re : Re : Fait-on semblant de choisir ?
« Réponse #7 le: 16 mai 2018 à 23:49:14 »
Je trouve ta réaction intéressante dans le fait où tu évoques le risque de trop s'emprisonner dans des généralités. Finalement, le risque, ce serait de spéculer pendant des heures sur l'origine du choix.

En fait, c'était surtout pour dire que de ne pas pouvoir faire l'historique des choix ne permettrait pas une analyse fine et donc condamnerait à rester à un niveau général.
Pour le "pourquoi" du choix, on n'aurait alors pas les moyens de savoir.
Pour nuancer mon propos, il est possible qu'un auteur arrive à savoir quel est le poids de tel ou tel facteur dans son choix. Mais est-ce que l'analyse valable pour un choix serait valable pour tous ?
Est-ce que l'auteur dans ce cas analyse bien les raisons de son choix ou est-ce une rationalisation de celui-ci ?
L'auteur croirait se connaitre mais ne ferait que se justifier. Ou bien il se connait vraiment. Dans combien de cas cela est-il vrai ?
“Tout romancier, tout cinéaste, a au fond de lui un nombril du monde à exhiber.”
Michel Audiard.

En ligne Alan Tréard

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 405
  • Je vous prends en flagrant délit d'immobilisme !
    • Voir le profil
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Fait-on semblant de choisir ?
« Réponse #8 le: 17 mai 2018 à 00:03:26 »
Ce qui nous amène a penser que la littérature est suffisamment vaste pour ne pas être résumée en une seule phrase.

Et que de résumer la littérature en une seule phrase, ce serait déjà anticiper que l'on est dans l'erreur.

Une phrase, cela ne serait qu'un détail, une vague erreur de ce qu'on croit être la littérature.

Et pourtant, on écrit cette phrase, même si l'on a fait le mauvais choix, on le revendique.

Et l'on se dit : voilà ce que c'est, pour moi, la littérature, et que pourtant ce n'est pas vraiment ça.

Eh oui, j'ai fait le mauvais choix ; mais au moins, moi, j'ai choisi !
« Modifié: 17 mai 2018 à 00:05:16 par Alan Tréard »

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.062 secondes avec 25 requêtes.