Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

15 octobre 2018 à 12:26:50

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Milora, ernya, Miromensil) » L’auto-stoppeuse.

Auteur Sujet: L’auto-stoppeuse.  (Lu 190 fois)

Hors ligne Dantël

  • Scribe
  • Messages: 74
  • Funambules ou jongleurs ?
L’auto-stoppeuse.
« le: 13 mai 2018 à 21:29:23 »
   Des images, des sons, des sensations. Tu te souviens. Des flashs, brumeux, tu te trouves dans un rêve.
   Une belle journée d’été, des montagnes éparses, des monts enneigés de verdure. ‘Fin bref, un jour de vacances particulièrement caniculaire.
   Ton regard, à travers la vitre, suit la courbe changeante de l’arête du corps que semblent former plusieurs massifs.
   L’air chaud se transforme en petit démon ; il te soufflette les joues et ébouriffe tes cheveux. L’altitude percute tes oreilles qui sifflent à la cadence d’une drums endiablée. Cette atmosphère opprime ton coeur.
   Ouaip, t’es dans une - ta ? - voiture, à l’arrière droite. Tu continue à regarder le paysage. Tellement de nuances : des pics, des rocs, du vert, du bleu et une lumière éclatante qui te fait plisser les yeux.
   Tu n’en peux plus. Ton coeur est prêt à exploser.
   Tu te sauves. De tes yeux. Tu les portes sur le bord de la route.
   Tu croises son regard bleu. Ton coeur s’arrête. Ses cheveux, blonds, te sauvent. Tu t’y accroches. Elle te sourit. Tu sens le bord de tes lèvres, tes joues se creuser, se déchirer pour lui sourire.
   Tu as arrêté de sourire. Elle n’est plus qu’un point, au loin.
   Ellipses. Quelques fragrances de noir entrecoupées par des éclats de noir. Le vide, l’oubli.
   Tu te réveilles. La bouche pâteuse. Tu regardes autour de toi. Tu sens le vomi. Tu te rendors.
   Tu marches dans la forêt. tu croises cascade et fées. Tu penses. En petite partie à la terre sous tes pieds, au bruit de la faune, à la senteur de la flore, en grande partie à elle. Tu te baignes. Tu cours. Tu veux redevenir primaire. En vain.
   Flash. Un éclair. Boum. Du tonnerre. Plouf. Non pas toi qui replonge dans le lac, mais des millions de gouttelettes qui en créent un.
   Retour en position arrière droite. Tu penses lui parler ou au moins la revoir. Que nenni.
   Il pleut toujours. Tu passes l’endroit béni. Béni par tes larmes, béni par la pluie.
   Tu penses à Verlaine. “Il pleure dans [ton] cœur comme il pleut sur la ville”.
Les nuages sont légèrement rosés - Le rosé m'envoient légèrement dans les nuages

En ligne Claudius

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 079
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #1 le: 13 mai 2018 à 22:54:49 »
 :mrgreen:

C'est enlevé, de belles images bucoliques.
Un rythme effréné parfois, mais j'ai eu du mal à lier tout le texte. J'ai l'impression qu'il y a une partie de réel et une partie de rêve, mais je n'arrive pas à bien les différencier.

En tout cas, je persiste j'aime bien ton style.

 :mrgreen: :mrgreen:
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Dantël

  • Scribe
  • Messages: 74
  • Funambules ou jongleurs ?
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #2 le: 14 mai 2018 à 17:37:44 »
Rebonjour !

"C'est enlevé" ? J'ai du mal à comprendre cet adjectif.

Justement ! C'est ça que je trouvais marrant ! L'état dans lequel nous sommes quand nous sommes alcoolisés est pas très logique, ne rend pas les situations cohérentes. C'est ce que j'ai voulu transmettre !

Je suis fier que tu persistes à l'aimer (surtout que j'ai aimé tes poèmes, et que je vais poursuivre l'exploration !)

En tout cas, merci pour tes commentaires, ils me mettent du baume au cœur.
Les nuages sont légèrement rosés - Le rosé m'envoient légèrement dans les nuages

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 023
  • Briseur.se de chaine, chef des Andales, etc.
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #3 le: 14 mai 2018 à 20:20:00 »
Ça fait un peu titre de porno, on va pas se mentir :mrgreen:

Plus sérieusement

Citer
   Des images, des sons, des sensations. Tu te souviens. Des flashs, brumeux, tu te trouves dans un rêve.

Je me plante peut-être, mais je vois une volonté de faire un peu "cinématographique" (ce n'est pas une critique, je fonctionne un peu comme ça aussi). Là, je trouve que ça marche pas trop trop. On n'est pas assez de dans (quelles images ? Quels sons, quelles sensations ?) Le "tu te trouves dans un rêve" est lourd, à mon sens. En début de texte, comme ça, "tu rêves" ça claque plus il me semble.

Citer
‘Fin bref, un jour de vacances particulièrement caniculaire.

"Enfin bref", ça résume ce qui précède en général. Là c'est pas trop le cas.

Citer
de l’arête du corps que semblent former plusieurs massifs.

Un corps, ça a pas trop d'arêtes, si ? Et me semble que le massif, c'est l'ensemble de la montagne. On en voit rarement beaucoup qui s'enchainent.

Citer
il te soufflette les joues

"il soufflette tes joues" ? le te me semble inutilement alourdir la phrase

Citer
d’une drums endiablée.

d'une quoi ?

Citer
à l’arrière droite.



(pardon)

Citer
Tu te sauves. De tes yeux. Tu les portes sur le bord de la route.

pas compris

Et euh, à partir de là, je crois, j'ai plus rien capté. C'est dommage parce que comme Claudius, je trouve qu'il y a du rythme sur cette partie du texte. C'est peut-être cette volonté de fonctionner par flash qui peut fonctionner très bien cinématographiquement, moins en littérature.
Déjà, pourquoi tous ces sauts de paragraphe ? ça fait des ruptures artificielles dans la lecture, je trouve.
"J'préfère crever d'amour debout que d'mourir seul sur l'champ d'horreur"
Les Tit' Nassels

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Olik

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 307
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #4 le: 14 mai 2018 à 22:18:12 »
sifflent à la cadence d’une drums endiablée.
de drums endiablés : masculin pluriel.
Ou bien batterie ? Tambour ? Djembé pour faire style ?

Citer
   Tu te sauves. De tes yeux. Tu les portes sur le bord de la route.
?
Tu perds pied et évites son regard ? Te replies ?

Je n'ai pas compris.
Tu es dans un rêve souvenir ?
Tu l'as perdue ?
Tu lui a fait quelque chose ?
Noyée dans le lac ?


Il y a effectivement du rythme. Le tambour ?
« Modifié: 14 mai 2018 à 22:39:05 par Olik »
“Tout romancier, tout cinéaste, a au fond de lui un nombril du monde à exhiber.”
Michel Audiard.

“Un artiste, c’est quelqu’un qui se penche par la fenêtre là où on ne le ferait pas, qui doit nous montrer des choses qu’on n’ose pas aller regarder.”
Tania de Montaigne.

Hors ligne Dantël

  • Scribe
  • Messages: 74
  • Funambules ou jongleurs ?
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #5 le: 14 mai 2018 à 22:47:40 »
Déjà, merci Olik pour tes longs commentaires !

Je n'y avais pas pensé, mais ta remarque est marrante ! Raison de plus pour conserver le titre !

C'est vrai que ça peut faire "cinématographique". Je voulais surtout relater une situation comme on pourrait la vivre, à vrai dire. Et, le problème, c'est que j'ai souvent le tic de développer plus dans ma tête qu'en paroles, ou en palabres. Donc, je peux comprendre pourquoi c'est pas très compréhensible. Hmmm. Peut-être. C'est vrai que je voulais retravailler ce texte, je n'en étais pas clairement satisfait. Tes remarques orientent mon insatisfaction x)

Je trouve justement que ça le résume en plus de donner quelques informations supplémentaires. Tu ne le lis pas comme ça ? (pour le 'fin bref)

ALORS ! Si, parce que j'ai déjà vu un massif qui semblait être continu, et sous cette forme ! C'est d'ailleurs à ce moment, dans ma voiture que j'ai commencé à élaborer (bon, penser serait plutôt le mot juste) cette nouvelle.

C'est vrai, c'est vrai. A vrai dire, je voulais que le texte sonne brut. Après, ce n'est peut-être pas agréable à lire ? (partie du soufflet endiablé)

Alors, j'ai précisément utilisé drums vu que le franglais est beaucoup utilisé en soirée. La drums étant le bruit de la sono à fond.

Bah, en gros, le surplus d'élément rend la personne nauséeuse, et donc, elle porte des yeux dans un coin qui serait sans doute moins surchargé. Ça ne te fait jamais cette impression ? Comme quand tu regardes un truc piquant qui te fait mal aux yeux (vu, qu'implicitement,tu l'imagines te les crever) par exemple.

Comment expliquer. En fait, la personne est totalement bourré, dort d'un sommeil agité, est, tout simplement, dans le mal. Voila pourquoi les scènes s'enchaînent sans réelle cohérence. Mais, d'après mon expérience, c'est ce qui se passe lorsqu'on est bourré. Après, c'est peut-être TROP incompréhensible. Pareil pour les sauts de ligne : c'est étriqué, la rupture artificielle rend un peu nauséeux, et, lorsqu'on est bourré, certains événements se passent sans réelle accordance avec ceux d'avant. Tout simplement parce que la moitié nous passe au travers.

Lorsque je suis alcoolisé, je sais que les surcharges de son, image, couleur, etc me rendent nauséeux, et qu'il me faut me concentrer sur un espace vierge pour reprendre le contrôle de moi-même. (ou vomir, mais ça, c'est une autre histoire)
C'est en essayant de reproduire cette sensation que j'ai fais déporté les yeux du protagoniste vers un endroit qui serait sûrement le plus défriché possible.

Le reste est un rêve. Avec quelques détails qui viennent de la réalité. Il y a des éléments qui font sens, d'autres pas. C'est le propre du rêve :)

Bonne nuit !
Les nuages sont légèrement rosés - Le rosé m'envoient légèrement dans les nuages

Hors ligne Olik

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 307
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #6 le: 14 mai 2018 à 23:09:19 »
Je comprend ton intention quand tu l'expliques, oui.
Du coup ça me donne la sensation de ne pas avoir eu une clé de décryptage. Ou d'être idiot pour ne pas avoir capté le sens.  :P
“Tout romancier, tout cinéaste, a au fond de lui un nombril du monde à exhiber.”
Michel Audiard.

“Un artiste, c’est quelqu’un qui se penche par la fenêtre là où on ne le ferait pas, qui doit nous montrer des choses qu’on n’ose pas aller regarder.”
Tania de Montaigne.

Hors ligne Dantël

  • Scribe
  • Messages: 74
  • Funambules ou jongleurs ?
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #7 le: 15 mai 2018 à 12:32:00 »
C'est à moi de le réécrire pour qu'il soit un peu plus compréhensible, dans ce cas ! On écrit peut-être avant tout pour soi, mais on écrit aussi pour être compris de ses lecteurs !

J'pense que l'idiotie n'a rien à voir là-dedans x)

Et, d'ailleurs, désolé ! J'ai pensé que les deux messages étaient écrit par toi, Olik ! J'ai simplement été trop vite en besogne. Donc, merci à toi aussi Loïc ! Normalement, je t'ai aussi répondu dans le long texte. Après, demande moi si tu as besoin que je les extrais.

Raphaël.
Les nuages sont légèrement rosés - Le rosé m'envoient légèrement dans les nuages

Hors ligne sirène

  • Tabellion
  • Messages: 29
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #8 le: 15 mai 2018 à 17:13:58 »
J'aime bien le rythme et l'on différencie bien le réel du rêve jusqu'aux 4 dernières lignes où je me perds un peu dans les brumes ...  ;)

Sinon:  les "monts enneigés de verdure." ... euh j'ai du mal à voir l'image.
J'écris les mots de mon âme à l'encre de mon coeur

Hors ligne Say

  • Aède
  • *
  • Messages: 150
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #9 le: 15 mai 2018 à 18:17:47 »
Salut Dantël !

Mon commentaire sera pas très précis mais j'aime bien, et je trouve important de le dire !
D'habitude j'aime pas trop le style "choc" qui enchaîne les phrases courtes, mais la ça marche vraiment sur moi, je ne sais pas trop pourquoi, peut être parce que tu ne l'utilises pas tout du long.

Après j'aime beaucoup la figure de la rencontre fugace sur la route aussi !

J'aime bien le mélange des tons, le côté "poésie un peu clichée" des deux premières phrases (que j'aime moins que le reste) qui enchaînent avec un "'fin bref" sans pression, et ça sur l'ensemble du texte.

A partir de "Ton regard", le texte me séduit. Il est triste, amoureux et sensuel à la fois, il y a un truc assez organique, au milieu de ses envolées lyriques.

Citer
Tu sens le bord de tes lèvres, tes joues se creuser, se déchirer pour lui sourire.
Ça j'aime beaucoup.

  En fait ça me plait que le texte mêle des phrases assez banales à des choses plus hermétiques, c'est ce qui a fait que je m'y suis retrouvé. J'ai l'impression d'avoir injecté pas mal de mes propres sentiments dans le texte, mais du coup ça le rend assez riche. Je ne prétendrais pas avoir particulièrement compris tes intentions réelles par contre !

Je ressens dans le texte cette sensation qu'on a quand une personne nous illumine tout à coup, comme une évidence, et éclaire pas mal de chemins tortueux qu'on a à l'intérieur et dont on a pas forcément connaissance, mais qu'il faut emprunter pourtant, pour espérer comprendre et décrire cette illumination.
 (ouaip c'est un peu perché, mais c'est comme ça que je l'ai lu : P)

Merci pour ce texte !

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 023
  • Briseur.se de chaine, chef des Andales, etc.
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #10 le: 15 mai 2018 à 22:41:46 »
Citer
Je trouve justement que ça le résume en plus de donner quelques informations supplémentaires. Tu ne le lis pas comme ça ? (pour le 'fin bref)

Non, parce que ce qui suit le fin bref n'a aucun rapport avec ce qui précède.

Citer
ALORS ! Si, parce que j'ai déjà vu un massif qui semblait être continu, et sous cette forme ! C'est d'ailleurs à ce moment, dans ma voiture que j'ai commencé à élaborer (bon, penser serait plutôt le mot juste) cette nouvelle.

Oui, je vois bien ce que tu veux dire, mais du coup ce ne sont pas les massifs qui s'enchainent.
(Du moins pas comme j'entends massif)
Ce serait plutôt les sommets qui s'enchainent, non ?

Citer
C'est vrai, c'est vrai. A vrai dire, je voulais que le texte sonne brut. Après, ce n'est peut-être pas agréable à lire ? (partie du soufflet endiablé)

Ouip c'est ce que je voulais dire ;)

Citer
Alors, j'ai précisément utilisé drums vu que le franglais est beaucoup utilisé en soirée. La drums étant le bruit de la sono à fond.

Jamais entendu, je t'avoue.

Citer
Bah, en gros, le surplus d'élément rend la personne nauséeuse, et donc, elle porte des yeux dans un coin qui serait sans doute moins surchargé. Ça ne te fait jamais cette impression ? Comme quand tu regardes un truc piquant qui te fait mal aux yeux (vu, qu'implicitement,tu l'imagines te les crever) par exemple.

Je crois que je comprends pas plus xD Mais ça doit être moi

Citer
Comment expliquer. En fait, la personne est totalement bourré, dort d'un sommeil agité, est, tout simplement, dans le mal. Voila pourquoi les scènes s'enchaînent sans réelle cohérence. Mais, d'après mon expérience, c'est ce qui se passe lorsqu'on est bourré. Après, c'est peut-être TROP incompréhensible. Pareil pour les sauts de ligne : c'est étriqué, la rupture artificielle rend un peu nauséeux, et, lorsqu'on est bourré, certains événements se passent sans réelle accordance avec ceux d'avant. Tout simplement parce que la moitié nous passe au travers.

Béh du coup pour le coupures moi ça marche pas du tout comme ça. Justement, quand t'es nauséeux ça s'enchaine. Là les coupures alourdissent le point je trouve.
Pour le reste, je comprends.

"J'préfère crever d'amour debout que d'mourir seul sur l'champ d'horreur"
Les Tit' Nassels

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Dantël

  • Scribe
  • Messages: 74
  • Funambules ou jongleurs ?
Re : L’auto-stoppeuse.
« Réponse #11 le: 16 mai 2018 à 21:09:20 »
Merci à toi Sirène ! Désolé, ton cri ne m'a pas ramener plus tôt !

Quant à ces 4 dernières lignes, il est vrai que je les avais quelque peu bâclées ; tout du moins, je ne me suis pas donné la peine de les rendre cohérente. Imagine des monts enneigés. A présent, remplace la neige par de l'herbe, des arbres, le tout, d'un vert saisissant. Après, comme l'expression "monts enneigés" est souvent utilisée, j'ai voulu la détourner.

Merci à toi aussi ô mon Say (n'aurais-tu pas pu t'appeler Frère ? :P ).

Si ton commentaire n'est pas très précis, les miens seraient l'image même de l'imprécision, alors. C'est peut-être le cas, n'empêche. Hâte de lire un de tes commentaires précis, en tout cas.

Heureux que ça t'a plu dans ce cas là. En fait, s'il t'attire, c'est parce que j'ai de pouvoirs magiques  ;D
Tu le qualifies de plein de truc dont je n'avais même pas pensé. C'est beau. Tes remarques me font prendre conscience de qualificatifs à propos de mon écriture. A présent, je connais mieux mon style, et pourrais donc mieux l'exploiter. Merci !

J'suis heureux que la lecture t'ai fait ressentir un sentiment aussi perché !

Mais, merci pour ton commentaire, Say.

Salutations Loïc ! Déjà, merci pour le temps que tu prends à m'expliquer ton point de vue.

D'accord, je ne dois pas bien comprendre la définition de ce groupe de mot, alors. Je le dénature, mais je l'aime bien placé là.

A vrai dire, c'est autant les sommets, que ce qui remplit le dessous. Comme une sorte d'ombre qui ne peut pas seulement être qualifiée par son extrémité. C'est un effet général, que j'ai peut-être eu du mal à retranscrire. Ce sont les mots qui m'étaient immédiatement venus à la tête, à l'époque, en tout cas.

Ah, désolé que ça ne te plaise pas comme ça dans ce cas-là.

Tu sais, je ne sais pas expliquer moi aussi. C'est peut-être pour ça que mon style est pas trop compréhensible, je reste trop dans l'implicite. Et, quand je m'aventure dans l'explicite, je fais de la merde.

On ne doit pas fonctionner pareil. Mais, c'est un point qu'il faut que j'explore. J'essayerai de réécrire avec un peu plus de fluidité.

PS : Je prendrai en compte tous vos commentaires pour améliorer ce texte, mais ce n'est pas ma priorité pour le moment.
Les nuages sont légèrement rosés - Le rosé m'envoient légèrement dans les nuages

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.08 secondes avec 22 requêtes.