Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

22 novembre 2019 à 11:19:53

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Ma chère Princesse, mon Amour.

Auteur Sujet: Ma chère Princesse, mon Amour.  (Lu 2361 fois)

En ligne derrierelemiroir

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 341
Ma chère Princesse, mon Amour.
« le: 22 avril 2018 à 12:07:25 »
Ma chère Princesse, mon Amour,

Voici ma lettre annuelle, ma confession. Le parcours de mes yeux, de mes veines, ma vie pour tes beaux cils. Le temps encore une fois a trahi mon espoir, il s’est envolé, m’a déséquilibrée le salaud, merde de temps qui vieillit mes idées, pâlit mes rêves, jaunit le monde. J’ai voulu le rattraper, impossible, c’est un beau lièvre, un lièvre supersonique, je suis restée en arrière, seule et j’ai eu peur. Car que faire de ces brins de phrases, esquisses de pensées commencées il y a désormais trop longtemps ? Qu’en faire quand le monde lui-même me crie c’est trop tard ?

Hier Marc m’a demandé ce que je voulais faire après mes études, la carrière que je visais, j’ai dit l’enfance. Moi ce que je veux c’est mon enfance, le sourire en avant, les mains grandes ouvertes, courir avec mes amours, inventer les mille mondes de l’univers, voler d’arc-en-ciel en arc-en-ciel, vivre en couleurs, et rire, oh oui, rire à gorge déployée, rire tellement fort que le monde lui-même en tremble de bonheur. Marc m’a regardée étrangement et puis m’a dit mais non je disais sérieusement idiote. Idiote. Idiote de vouloir jouer, rêver, quand maintenant, c’est apprendre à faire semblant de savoir, c’est teindre les murs en travail et argent, c’est faire des enfants pour qu’un jour ils soient adultes, c’est pourrir d’ennui. Marc lui il sera économiste. Ce n’est pas sa vie qu’il économisera. Quand il s’en rendra compte il sera déjà jaune papier journal et dira c’est la vie.

Et donc, toi qui me connais et me comprends, tu me diras si j’ai réussi. L’enfance. Je me souviens. Mes sœurs, mes frères et nos jeux. La transformation Ô combien bénite de notre environnement. Tantôt nous en faisions un repère de brigands, masques sur le nez, regards cruels et enjôleurs, bonbons-argent pleins les poches, tantôt une immense étendue où s’entremêlaient toutes sortes de bêtes aux étranges pouvoirs exacerbés. Chaque tableau de notre salle de jeu, rejetant son immuable image aux oubliettes, se transfigurait pour devenir la porte d’entrée d’un nouveau monde fantastique. Monde de flammes et de souffrance, monde bouleversé par nos yeux de jeunesse éternelle, portail magique menant à cette multitude de lieux terribles, où tout n’est plus qu’espoir et mélancolie. Nous qui défilions parmi ces trésors, sans plus remarquer le bruit des automobiles au-dehors, et des cloches de l’église. S’inventer reine les jours de pluie, quand l’envie des adultes, elle, traîne des pieds. À travers les nuages, voir resplendir les astres millénaires, regarder loin, plus loin encore que la vision claire des sages, et ressentir comme on ne ressent qu'à l’enfance, ce besoin urgent, pressant de vivre, de mordre dans le monde à mille dents, d’écarter les bras jusqu’à ce qu’ils se croisent dans le dos, de courir, courir, des ailes dans la bouche, haleine perdue, cheveux étincelants, d’aimer non pas à fleur d’envie mais pleinement, entièrement, les yeux hors du corps, l’esprit inondé. À travers les nuages s’inventer reine.

Pourtant, après cela, les gens me disent rêveuse et immature. Je n’ai pas encore la bonne couleur, cette teinte responsable qu’on dit sagesse et que j’appelle désillusion. Tout change, tout se transforme de l’autre côté de ce miroir. C’est vivre pour travailler et non plus le contraire, c’est plus tard je serai comptable et non plus astronaute, c’est le devoir qui bouffe l’envie, le paraître qui piétine le plaisir, qui crache sur tout, s’auto-proclame dictateur, c’est le prince charmant qui a enfin enlevé son beau masque, cloué sa perruque au mur, qui trompe Cendrillon avec Blanche Neige dont le manteau est rouge bordel, c’est Jasmine qui préfère Jafar et Aladdin qui crève seul dans la poussière. C’est la parade des coqs, les coquetteries des poules, roulement de hanches, paupières coquines, le plus beau coq sera vite remplacé quand son plumage aura lui aussi jauni etc. etc.

Alors je ne sais plus. Si parfois tu pouvais me répondre, me parler, peut-être serais-je rassurée dans mon envie, celle d’attraper un pinceau et d’écrire en très gros sur le monde HA! HA! HA! Le faire et m’évader. Quitter ce bureau où chaque jour je m’échine à déchiffrer ces conneries, connerires, m’enfuir avec mon ami-amant-enfant (dis-moi, est-il encore là, à côté de toi, à te chatouiller pour toucher ton sourire ?) et rejoindre le monde d’Alice ou alors le monde de Sarah, le tien ma princesse. Respirer enfin le vrai air, celui en dehors de l’humanité, celui qui n’est pas saturé de malice et d’ironie, mais de beauté et d’étincelles. Regarder et apprendre, cette fois par amour de cette vie hasardeuse et stupéfiante et non plus pour publier un stupide article dans un stupide journal. Les gens riront, diront elle est devenue complètement tarée, son cerveau a fait tilt. Moi je rirai, je dirai les gens sont restés complètement raisonnables, leur cerveau n’a rien fait de plus. Plus rien.

Car finalement le monde n’est qu’un regard, une compréhension, un choix. Le but de cette vie, une case vide, un stylo posé à son côté. Enfin, tu le sais mieux que moi. Du moins j’espère, que tu le sais encore. Que tu n’as pas baissé les bras, que tu n’es pas repassée de l’autre côté du miroir et n’a pas déposé ta couronne aux côtés du prince charmant qui déjà a délaissé Blanche Neige et court derrière Raiponce. Jure-le-moi ! Crie-le-moi très fort pour que ça se grave dans mes cellules, pour que jamais mes yeux ne changent de couleur et les couleurs ne s’estompent.

Mais si tel est le cas, si tu as dit non, alors cette lettre ne te parviendra pas, je l’aurai sûrement déjà oubliée ou brûlée et aurai disparu peu après. Voilà.

C’est tout pour maintenant.
« Modifié: 09 novembre 2018 à 10:55:57 par derrierelemiroir »
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Kathya

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 274
    • Page perso
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #1 le: 22 avril 2018 à 14:57:59 »
Bonjour !


Citer
jauni le monde.
jaunit

J'aime beaucoup le souffle du texte, et ce tourbillon d'émotions tout du long.

Je m'y reconnais pas, mais le texte n'y est pour rien et ça ne lui ôte pas sa force, je suis juste pas fan de l'enfance idéalisée à outrance. J'ai bien plus de liberté créatrice au sens large maintenant que quand j'étais gamine, et non, personnellement, je voudrais pas retourner à mes jeux d'enfants, ça n'aurait plus la même saveur.  ::)

Au plaisir de te relire. x)
"Je suis la serveuse du bar Chez Régis ! Ou un leprechaun maléfique barrant l'entrée d'un escalier imaginaire..."

Et puis la Nuit seule.
Et rien d'autre, et plus rien de plus.

Avant l'hiver, Léa Silhol

Espérance

  • Invité
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #2 le: 22 avril 2018 à 15:24:32 »
Je te comprends tellement, je me suis beaucoup retrouvée. Merci pour ce texte, spontané et vrai.

Hors ligne BleuAcier

  • Tabellion
  • Messages: 54
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #3 le: 22 avril 2018 à 15:30:10 »
Hello,
Tiens vu le titre, je m'attendais à autre chose... mais c'est une jolie surprise.  Ô temps béni de l'enfance ! J'aime beaucoup ton texte, il retrace assez bien ce sentiment.  Merci :)

Hors ligne Dieter

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 300
  • Orthographe réformée = Histoire déformée
    • Dieter
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #4 le: 22 avril 2018 à 16:10:00 »
Bonjour,

C'est la première fois que j'interviens sur un de tes textes. Il me faut désormais aller chercher les autres, car je il m'a beaucoup touché.
Non pas comme une ode à l'enfance, mais comme une accusation à ces adultes qui ont abandonné leur âme. en même temps, malheureusement, pour que les enfants puissent passer par cette période d'insouciance, il faut bien que les adultes puissent les protéger en étant sages.

Juste une remarque:
Monde de flemmes et de souffrance
flammes ou flemme : les deux font sens, à toi de choisir, mais la seconde proposition se doit d'être au singulier.
On n'a rien inventé de mieux que la bêtise pour se croire intelligent.
Amélie Nothomb

En ligne derrierelemiroir

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 341
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #5 le: 24 avril 2018 à 10:35:51 »
Merci à tous pour votre lecture et vos commentaires  :coeur:

@Kathya: merci pour ton gentil commentaire! Et j´ai corrigé l´erreur  :)
Oui, toutes les enfances étaient différentes. Et en vrai je me rends bien compte qu´on ne peut pas vivre enfant toute notre vie. Il faut prendre des responsabilités au bout d´un moment. Je pense que j´avais plutôt envie d´écrire comment cette prise de responsabilité allait de concert avec une perte d´excitation et de fascination pour les choses (pour moi). Que les questions d´argent, que la tournure pratique que prend la vie, tarissent sa beauté. Que les idéaux d´amour qu´on apprend à l´enfance ne sont souvent que ca, des idéaux, et que peut-être j´aurais préféré les conserver et ne pas voir l´aspect sordide de certaines choses. Mais je ne veux pas faire de généralités. C'était un flot d´émotion qui est sorti tout seul, c'est l´enfant en moi qui s´est rebellée un instant, parce qu´elle a réalisé que tous ses rêves ne pourraient être vécus. C'est l´enfant en moi qui a voulu arrêter le temps et s´en retourner en arrière, quand tout était encore possible. 

@Espérance: ca me fait plaisir. C´est magique, d´un certain côté, de jeter ses émotions, ses souvenirs et ses idées sur papier, de devoir les libérer pour mieux comprendre, et qu´en le faisant, ils se mélanges à ceux d´autres personnes, et créent une sorte de liane de compréhension, qui les relient, sans même se connaître.

@BleuAcier: Merci pour ton commentaire :) c'est vrai que ce titre n´en est pas vraiment un. C'est plutôt l´introduction de cette lettre de moi à moi. J´y ai pas vraiment réfléchi (même si je sais que le titre est très important  ><)

@Dieter: Merci à toi aussi! J´ai corrigé flammes  >< me disais bien que ca paraissait faux.
Citer
il faut bien que les adultes puissent les protéger en étant sages.
Oui, exactement. C´est pas vraiment une critique en fait, plutôt l´état des choses. On doit arrêter de rêver, prendre des décisions rationnelles, pour pouvoir construire autre chose que les châteaux de sable de notre enfance. Mais des fois ca pue.
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 311
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #6 le: 24 avril 2018 à 12:25:13 »
Beh il est vraiment super beau ce texte. (j'ai peut être pas tout lu de toi, mais là il me faire dire que c'est ce que j'ai lu de plus beau et bon de toi)


Citer
Sans oublier bien sûr, le confort qui massacre la beauté. Belle immondice de confort qui coûte moins cher, mais depuis quand la beauté se prostitue-t-elle ? Enfin, l’erreur est humaine. L’idiotie aussi sûrement.
Juste cette phrase que je trouve ajoutée un peu au chausse pied, un ajout, et un peu maladroite avec "Enfin, l'erreur est humaine", mais j'aime bien le fait que ca rende très dialogué, c'est dynamique et c'cool




Citer
Les gens riront, diront elle est devenue complètement tarée, son cerveau a fait tilt. Moi je rirai, je dirai les gens sont restés complètement raisonnables, leur cerveau n’a rien fait de plus. Plus rien.
:coeur:
(j'ai pas tout relevé parce que y'en a plein, mais celle là  :coeur: )


Citer
Car finalement le monde n’est qu’un regard,
J'aime pas tellement que la conclusion soit amenée par un "Car finalement" ca fait un peu trop ATTENTION conclusion, alors que si tu commencais direct par le monde n'est qu'un regard ca marcherai aussi bien (un peu comme gommer les traits de construction)





Mais bref


C'est qu'il y a dans ce texte, c'est tout ce que je te souhaite (et on y arrivera :) )
Merci pour ce partage

tcho  :calin:
«J'aurais beau me crever au travail, porter des chevaux sur les épaules, faire tourner des meules et des moulins, de toute façon, je ne serai jamais un travailleur. Mon travail, quelque forme qu'il puisse prendre, il n'est perçu que comme pure caprice, espièglerie, hasard.»
- Ossip Mandelstam

En ligne derrierelemiroir

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 341
Re : Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #7 le: 25 avril 2018 à 09:14:17 »
Merci Ben  :coeur:

Citer
Sans oublier bien sûr, le confort qui massacre la beauté. Belle immondice de confort qui coûte moins cher, mais depuis quand la beauté se prostitue-t-elle ? Enfin, l’erreur est humaine. L’idiotie aussi sûrement.
Juste cette phrase que je trouve ajoutée un peu au chausse pied, un ajout, et un peu maladroite avec "Enfin, l'erreur est humaine", mais j'aime bien le fait que ca rende très dialogué, c'est dynamique et c'cool
Je lai enlevée. Elle m´embêtait aussi, mais jusqu'ici j´avais pas osé l´effacer.

Citer
Car finalement le monde n’est qu’un regard,
J'aime pas tellement que la conclusion soit amenée par un "Car finalement" ca fait un peu trop ATTENTION conclusion, alors que si tu commencais direct par le monde n'est qu'un regard ca marcherai aussi bien (un peu comme gommer les traits de construction)
Je sais pas. J´ai enlevé le deuxième Car finalement. Mais le premier je le garde, la musique est plus jolie dans mes oreilles avec ce Car.

Citer
C'est qu'il y a dans ce texte, c'est tout ce que je te souhaite (et on y arrivera :) )
Merci pour ce partage

tcho  :calin:
:coeur: :coeur: :coeur: oui!
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 425
  • Miss Green Mamie grenouille
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #8 le: 25 avril 2018 à 11:32:40 »
 :coeur:

Que rajouter à tout ce qui a été dit, si ce n'est qu'il faut toujours garder son coeur d'enfant, grandir mais ne pas oublier, vieillir sans quitter son costume de rêves, ses souliers de vair, et sa cape de princesse.

Merci de ce retour sur image, j'ai beaucoup, beaucoup aimé !

Quelques coquillettes...

Citer
Nous qui défilions parmi tous ces trésors, sans plus remarquer le bruit des automobiles au dehors, et des cloches de l’église.
Au-dehors


Citer
Respirer enfin le vrai air, celui en-dehors de l’humanité, celui qui n’est pas saturé de malice et d’ironie, mais de beauté et d’étincelles.

en dehors (ahahah ! vive notre belle langue)

Citer
Jure-le-moi! Crie-le moi très fort pour que ça se grave dans mes cellules, pour que jamais mes yeux ne changent de couleur et les couleurs ne s’estompent.
Jure-le-moi ! Crie-le-moi (j'aurais mis "et que les couleurs ne s'estompent" mais c'est personnel, pas sûr que ce soit la bonne formulation)

 :mrgreen: :mrgreen:

 
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Rôdeuse

  • Tabellion
  • Messages: 25
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #9 le: 25 avril 2018 à 11:51:01 »
Eh bien moi aussi j'ai beaucoup aimé. C'est un texte qui a du souffle, il emporte.

Juste : peut-être "teinte responsable" n'est-il pas très heureux ? C'est pour faire la fine bouche !

Merci.

En ligne derrierelemiroir

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 341
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #10 le: 25 avril 2018 à 19:20:23 »
@Claudius: merci pour ton commentaire  :coeur: oui, coeur et yeux d´enfant! Et merci pour les coquilles... ><

@Rôdeuse: merci à toi aussi  :coeur:
Pourquoi "teinte responsable" nest-il pas heureux?
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Majaix15

  • Plumelette
  • Messages: 13
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #11 le: 25 avril 2018 à 23:33:53 »
J'ai trouvé ce texte absolument renversant! Empli d'une fureur de vivre qui emporte tout sur son passage. J'ai été très touchée par ce texte, cette ode à l'enfance.
Bonne journée ou soirée.
"Le ciel est partout, il commence à tes pieds."
Jandy Nelson, Le ciel est partout

En ligne derrierelemiroir

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 341
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #12 le: 26 avril 2018 à 11:57:57 »
Merci beaucoup Majaix15, je suis vraiment contente de lire que j´ai pu toucher des gens au travers de ces mots!
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Rôdeuse

  • Tabellion
  • Messages: 25
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #13 le: 27 avril 2018 à 13:22:33 »
Alors, peut-être parce que je visualise mal l'idée d'une teinte qualifiée par une vertu.

Mais c'est un point de détail. ^^

Hors ligne Fourmisdefeu

  • Scribe
  • Messages: 76
  • Humanité tu cours plus vite que tes pieds.
Re : Ma chère Princesse, mon Amour.
« Réponse #14 le: 27 avril 2018 à 22:46:26 »
Je ne m'attendais pas cela, j'avoue même être venu sans conviction, mais je me suis beaucoup retrouvé dedans, ça emporte.
Je me demande du coup ce que l'on qualifie d'adulte et responsable, il semble y avoir des enfants plus mûrs que des adultes, parfois sur certains sujets, parfois dans leur entièreté, nous mettons des frontières, peut être pour normé. Et puis il y a les gens responsables, a petite échelle on identifie facilement et clairement cette notion ( quoique je généralise ) mais a grande échelle il semblerais que ça frise le mensonge et la légende personnelle mais bon bref... Je trouve que c'est un beau texte. 

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.054 secondes avec 23 requêtes.