Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

25 mars 2019 à 02:30:19

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'Atelier » Les Intérêts des écrivaines & écrivains

Auteur Sujet: Les Intérêts des écrivaines & écrivains  (Lu 2177 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 809
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« le: 08 avril 2018 à 18:27:15 »
Les Intérêts des écrivaines & écrivains

Bonjour tout le monde,

Je poursuis mes recherches sur ce qui fait l'écrit littéraire et une question évidente (et pourtant demeurée sans réponse) m'est tombée sur les idées : les intérêts.

À quoi servent les intérêts en littérature ?

Quand on dépeint le portrait de la femme qu'on adore, ne s'intéresse-t-on pas à elle ?

L'auteur ne joue-t-il pas avec l'intérêt du lecteur ? Et si oui, dans quel but ?

Un auteur souhaite-t-il juste se « rendre intéressant » comme un enfant qui s'amuse ?

Ne serait-ce qu'un vulgaire adage qui signifie : « Je ne lis que ce qui m'intéresse, » ou cela a-t-il plus de complexité que ça n'en a l'air ?

L'intérêt ne servirait-il qu'à avoir l'air intelligent ? Ou bien l'intérêt serait quelque chose qui exige une véritable consécration ? Peut-on faire une littérature sans intérêt ?
« Modifié: 08 avril 2018 à 18:29:42 par Alan Tréard »

Hors ligne mercurielle

  • Prophète
  • **
  • Messages: 698
  • Ceci-n'est-pas-un-chat-qui-lit
    • Des Précieuses aux Femmes des Lumières
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #1 le: 08 avril 2018 à 18:36:56 »
Ma réponse à moi sera simple :

- J'écris par égoïsme
- J'écris pour me débarrasser de moi
- J'écris parce que j'aime les mots
- J'écris pour respirer
- Bref, j'écris pour vivre.
_ _ _

Je lis ici ce qui ne m'intéresse pas a priori pour avoir une idée de la manière dont les autres écrivent. Pas mon style, pas dans mes capacités, bref pas moi.

Je note : je, je je et moi moi moi. Donc, l'écriture et la lecture sont deux actes parfaitement égoïstes.

Pour moi  ;)   
Ma page
"Connaître sert beaucoup pour inventer." (Mme de Staël).
http://ecrivaines17et18.e-monsite.com/

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 809
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #2 le: 08 avril 2018 à 19:04:55 »
D'accord, donc j'essaie à peu près de résumer ton regard (n'hésite pas à me dire si je me trompe).

Il y aurait dans l'écrit un intérêt pour soi, tout comme il y aurait dans la lecture un intérêt pour soi.

Il y aurait dans le livre tout un tas d'intérêts. L'intérêt serait comme un moteur de la langue.

Après tout, le langage est avant tout utile pour son propre intérêt, on sait combien celles & ceux qui n'ont pas accès au langage sont ennuyés.

Une question me vient alors à l'esprit : Si cet intérêt n'est pas le même pour chacune & chacun, que chacune & chacun écrit pour des intérêts différents ; y a-t-il encore un lien entre les lecteurs et les auteurs ? Est-ce qu'on serait en fait chacune & chacun sur le radeau perdu d'une mer d'intérêts propres ? Tels les rescapés de leur propre égo. Est-ce que l'intérêt serait un synonyme de solitude ?

Existe-t-il des intérêts partagés ?

Hors ligne mercurielle

  • Prophète
  • **
  • Messages: 698
  • Ceci-n'est-pas-un-chat-qui-lit
    • Des Précieuses aux Femmes des Lumières
Re : Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #3 le: 09 avril 2018 à 09:35:03 »
Bonjour Alan,


Il y aurait dans l'écrit un intérêt pour soi, tout comme il y aurait dans la lecture un intérêt pour soi.

=> Oui.

Il y aurait dans le livre tout un tas d'intérêts. L'intérêt serait comme un moteur de la langue.

=> Il y a des livres que l'on lit pour se détendre (lecture-plaisir) et des livres plus complexes (lecture-travail) + des livres qui ne correspondent ni à l'un ni à l'autre, dont le style / le sujet ne font pas forcément partie de notre univers personnel mais que nous lisons quand même par curiosité et parce que nous ne sommes pas complètement bouchés. Je déteste le style et l'univers de Céline par exemple mais j'ai lu Voyage au bout de la nuit, amère potion...Idem pour Ulysse, et tout ça. Effectivement, on pourrait dire que l'intérêt (quelle que soit son origine) est un moteur du langage.   

Après tout, le langage est avant tout utile pour son propre intérêt, on sait combien celles & ceux qui n'ont pas accès au langage sont ennuyés.

=> Communiquer est le facteur premier. Le langage a d'autres fonctions plus subtiles, que nous expérimentons ici.

Une question me vient alors à l'esprit : Si cet intérêt n'est pas le même pour chacune & chacun, que chacune & chacun écrit pour des intérêts différents ; y a-t-il encore un lien entre les lecteurs et les auteurs ? Est-ce qu'on serait en fait chacune & chacun sur le radeau perdu d'une mer d'intérêts propres ? Tels les rescapés de leur propre égo. Est-ce que l'intérêt serait un synonyme de solitude ?

=> Je crois fermement que nous aimons les livres qui nous ressemblent, où nous nous retrouvons, que nous aurions pu écrire. Je me sens en totale connivence avec certains auteurs. Ce sont mes fidèles amis. Une solitude partagée, dirais-je.

Quant à l'acte même d'écrire, c'est toujours dans la solitude. Comme d'ailleurs tous les arts. Ici, nous partageons. Mais avant de partager, nous avons été confrontés à nous-même, seuls devant notre feuille blanche. Il faut un énorme courage (ou une totale inconscience) pour écrire.   

J'ignore si j'ai répondu à tes questions. Bonne journée.  :)
Ma page
"Connaître sert beaucoup pour inventer." (Mme de Staël).
http://ecrivaines17et18.e-monsite.com/

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 809
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #4 le: 09 avril 2018 à 12:12:59 »
Bonjour mercurielle,

Merci pour ton retour contrasté sur la « solitude partagée avec tes amis auteurs », c'est à la fois surprenant et plein de vérités.

Je commence à creuser le sujet, et j'en viens peut-être à une nouvelle étape.

De ce que tu m'évoques ici, je retiens intuitivement que la lecture ou l'écriture seraient comme un refuge, ce serait comme un espace à soi de propriété intime.

Et j'en viens à sérieusement penser que le premier intérêt de la littérature, c'est la sécurité.

Une sécurité par rapport à quoi ? Je dirais une sécurité dans ses croyances ou ses idées, un refuge pour l'intimité, une sécurité pour son développement personnel ou ses préoccupations quotidiennes, une sécurité morale ou réfléchie, une sécurité pour son affiliation à d'autres propriétés.

Dans cette hypothèse, l'auteur serait comme un garant d'un espace d'expression individuel, une forme de complicité pour soi.

La littérature traiterait alors de tous les intérêts intimes ou intellectuels, les idées et les questions personnelles ou familiales, comme une juste revendication.

Bon, ma pensée sera encore amenée à évoluer, n'hésitez pas à intervenir si certains éléments de la discussion vous font réagir.

Hors ligne mercurielle

  • Prophète
  • **
  • Messages: 698
  • Ceci-n'est-pas-un-chat-qui-lit
    • Des Précieuses aux Femmes des Lumières
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #5 le: 09 avril 2018 à 16:41:44 »
Oui, Alan, tu parles juste (en ce qui me concerne du moins) : un espace de sécurité.

Je te laisse aussi méditer sur cette phrase que j'aime bien :  « Discerner le murmure des mémoires, le murmure de l’herbe, le murmure des gonds, le murmure des morts. Il s’agit de devenir silencieux pour que le silence nous livre ses mélodies, douleur pour que les douleurs se glissent jusqu’à nous, attente pour que l’attente fasse enfin jouer ses ressorts. Écrire, c’est savoir dérober des secrets. » (Léon-Paul Fargue, cité par Philippe Delerm in Un été pour mémoire).

Parce que j'aime le temps passé, l'Histoire et les vieilles lunes...
Ma page
"Connaître sert beaucoup pour inventer." (Mme de Staël).
http://ecrivaines17et18.e-monsite.com/

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 809
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #6 le: 09 avril 2018 à 17:01:05 »
Ah ! C'est très inspirant.

Hors ligne emma

  • Plumelette
  • Messages: 11
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #7 le: 04 octobre 2018 à 22:49:02 »
Les Intérêts des écrivaines & écrivains
Un auteur souhaite-t-il juste se « rendre intéressant »

oh yeah baby


( pour ma part du moins  8) )

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 809
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #8 le: 09 octobre 2018 à 16:42:37 »
Baby ? Oh, tu peux m'appeler Alan, tu sais.

Se rendre intéressant.e...

Il y a effectivement une réelle question d'intérêt dans la démarche de l'auteur, celle-ci a-t-elle le mérite d'attirer notre attention ? Y trouvons-nous de quoi satisfaire curiosité et goût ?

À ce moment-ci, est-ce à dire que travailler un écrit reviendrait à faire tout son possible pour se rendre intéressant ?

Avoir de belles formes, faire fructifier le fond, avec pour seul intérêt de donner à voir le meilleur de soi-même ?

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 641
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #9 le: 15 décembre 2018 à 18:34:59 »
Salut Alan :)
Ton sujet est 'intéressant' ^^

J'ai voulu me clarifier l'esprit à l'aide des bases linguistiques communes :

Citation de: Larousse
INTERET :

- Souci de ce qui va dans le sens de quelque chose, de quelqu'un, qui leur est favorable, constitue pour eux un avantage : Agir dans l'intérêt de la science.

- Ce qui importe, ce qui convient, est avantageux : Il sait où est son intérêt.

- Souci de ce qui est avantageux pour soi, et en particulier attachement exclusif à l'argent : Agir par intérêt. Mariage d'intérêt.

- Attention favorable, bienveillante, que l'on porte à quelqu'un : Témoigner de l'intérêt à ses collègues.

- Sentiment de curiosité à l'égard de quelque chose, de quelqu'un ; agrément qu'on y prend : Regarder une émission avec intérêt. Exciter l'intérêt de ses lecteurs.

- Ce qui, dans quelque chose, chez quelqu'un, retient l'attention par sa valeur, son importance : Film sans aucun intérêt.

- Somme que le débiteur paie au créancier en rémunération de l'usage de l'argent prêté.

à présent j'essaye de répondre une à une à tes questions :

Citer
À quoi servent les intérêts en littérature ?
ils servent de moteur, je suppose, c'est ce qui semble émaner pour moi des définitions du terme. en tant que finalité ou que moyen, je ne sais, mais je suppose qu'on peut complexifier l'articulation qui, visiblement, ne se soustrait pas si facilement de la réalité en faits
Citer
Quand on dépeint le portrait de la femme qu'on adore, ne s'intéresse-t-on pas à elle ?
bin si, j'vois pas où y'a un lézard ^^
Citer
L'auteur ne joue-t-il pas avec l'intérêt du lecteur ? Et si oui, dans quel but ?
pareil, faire fonctionner l'imaginaire, c'est susciter l'intérêt, je vois pas de lézard : l'écrivain est le stimulateur des valeurs de goût de l'univers mental du lecteur ; c'est un cuisinier en quelques sortes, mais y'a pas de but, c'est ça le but ! susciter l'intérêt. Avant d'être écrivain, j'étais lecteur... bin je lisais par intérêt... parce que ça m'intéressait... 'fin je sais pas comment dire comme je perçois ta question comme intérêtophobe (dsl ^^') alors que y'a pas de raison ! un lecteur, il se laisse prendre par la main dans sa lecture, c'est l'informel d'une forme de contrat littéraire entre acteurs de l'imaginaire... non ?
Citer
Un auteur souhaite-t-il juste se « rendre intéressant » comme un enfant qui s'amuse ?
bin... là je suppose qu'on nuance sur chaque auteur, et sur ses cibles... je vais parler de moi, mais je crois je suis pas le seul : j'écris en détresse d'intériorité, alors c'est moi que j'intéresse... càd que de deux côtés antagonistes, je suscite et réponds à l'intérêt que je ressens avec les mots... pour ce qui est de la part hors-moi de mon lectorat, c'est des lecteurs qui m'intéressent par leur perspective de mon travail... je respecte tous les intéressés
Citer
Ne serait-ce qu'un vulgaire adage qui signifie : « Je ne lis que ce qui m'intéresse, » ou cela a-t-il plus de complexité que ça n'en a l'air ?
ahoui, beaucoup plus complexe j'imagine, mais pourtant ici bien synthétisé
Citer
L'intérêt ne servirait-il qu'à avoir l'air intelligent ? Ou bien l'intérêt serait quelque chose qui exige une véritable consécration ? Peut-on faire une littérature sans intérêt ?
je te suis pas dans ton lien entre intérêt et intellect... pareil avec l'histoire de la consécration... mais faire une littérature sans intérêt... tu peux filtrer à mort les différents embranchements, genre créer un truc sans sens, ou fait pour déplaire, ou fait pour couter un max de thunes sans en rapporter, ou le tout à la fois si tu pars dans un zéro-intérêt le plus pur possible... mais pour répondre, j'ai qmm envie de dire que non, y'a jamais aucun intérêt. La question que tu poses est limitée par elle même : créer une littérature sans intérêt ne peut se soustraire à ce dernier intérêt : ne pas en avoir... tu vois le paradoxe ?

Bréfbréf, c'est intriguant de se demander ce qui nous motive, mais faut pas trop, après on agit plus x)
Enfin moi, en tout cas, qui me pose bcp de questions...
Scriptive Experience

"L'histoire s'écrit... et c'est moi qu'a le stylo... j'les baise... c'est la rue... pas d'prof de philo" - LACRIM

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 809
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #10 le: 16 décembre 2018 à 12:39:22 »
Bonjour cher ami,

L'objectif de ce fil reste de questionner le lien entre intérêt et littérature. Au-delà de la définition du mot lui-même, cela permet aussi de poser des questions tout à fait quotidiennes dans les milieux littéraires, ton intervention est donc naturellement bienvenue.

Les questions d'intérêt peuvent toucher de multiples sujets : argent, curiosité, bonheur, influence, besoins individuels, intérêt général, etc.

Ici, cependant, tu poses la question de ma propre perception de l'intérêt sans préciser en quoi cela déterminera ton opinion sur le sujet ; je ne sais pas si c'est une façon de m'accorder une forme d'influence (d'intérêt, pourrait-on dire) mais peut-être pourrais-tu préciser en quoi mon intervention joue dans ta propre opinion. Quel rôle jouent mes questions dans ton propre questionnement ? Mes réponses ne seront pas nécessairement des vérités, sache-le.



Citer
L'auteur ne joue-t-il pas avec l'intérêt du lecteur ? Et si oui, dans quel but ?
pareil, faire fonctionner l'imaginaire, c'est susciter l'intérêt, je vois pas de lézard : l'écrivain est le stimulateur des valeurs de goût de l'univers mental du lecteur ; c'est un cuisinier en quelques sortes, mais y'a pas de but, c'est ça le but ! susciter l'intérêt. Avant d'être écrivain, j'étais lecteur... bin je lisais par intérêt... parce que ça m'intéressait... 'fin je sais pas comment dire comme je perçois ta question comme intérêtophobe (dsl ^^') alors que y'a pas de raison ! un lecteur, il se laisse prendre par la main dans sa lecture, c'est l'informel d'une forme de contrat littéraire entre acteurs de l'imaginaire... non ?

Alors, ici tu me poses une question. Dans un premier temps, je ne vois pas en quoi un sujet qui s'intéresse à l'intérêt serait « intérêtophobe ».


Deux hypothèses :

Soit un sujet s'intéresse à l'intérêt, le questionne, cherche à le comprendre, cela signifie qu'il essaie de s'extraire de tout préjugé à l'égard de ce mot pour apporter une forme de considération philosophique ouverte qui s'interroge et comprend par abstraction.

Soit tu considères que ce fil est contraire à tes intérêts, et dès lors tu le ressens comme allant dans un sens contraire au tien, tu as même intérêt à intervenir dans ce fil pour des intérêts qui t'appartiennent et qui sont contradictoires (ce fil ne serait donc pas « contre les intérêts » mais contraire à tes propres intérêts).



Ce sont des hypothèses contradictoires, bien sûr. Et je n'ai aucun moyen de prouver que ces hypothèses correspondent à quelque vérité que ce soit.



Citer
L'intérêt ne servirait-il qu'à avoir l'air intelligent ? Ou bien l'intérêt serait quelque chose qui exige une véritable consécration ? Peut-on faire une littérature sans intérêt ?
je te suis pas dans ton lien entre intérêt et intellect... pareil avec l'histoire de la consécration... mais faire une littérature sans intérêt... tu peux filtrer à mort les différents embranchements, genre créer un truc sans sens, ou fait pour déplaire, ou fait pour couter un max de thunes sans en rapporter, ou le tout à la fois si tu pars dans un zéro-intérêt le plus pur possible... mais pour répondre, j'ai qmm envie de dire que non, y'a jamais aucun intérêt. La question que tu poses est limitée par elle même : créer une littérature sans intérêt ne peut se soustraire à ce dernier intérêt : ne pas en avoir... tu vois le paradoxe ?

Merci pour ton intervention qui retourne la question. S'il n'y a pas de littérature sans intérêt, et que même la littérature la plus innocente est faite de modestes intérêts, quelle est la relation entre littérature et intérêt ?

Existe-t-il des intérêts relatifs à la littérature dont nous n'aurions pas conscience ? Que sont-ils ? Et sont-ils plus nombreux que nous n'avons de temps pour les discuter ? Quel est notre rapport à l'intérêt ?


Bréfbréf, c'est intriguant de se demander ce qui nous motive, mais faut pas trop, après on agit plus x)
Enfin moi, en tout cas, qui me pose bcp de questions...

M'enfin, en littérature, écrire, c'est agir...

Merci pour ces réactions cher ami.

Hors ligne Erwan

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 344
Re : Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #11 le: 17 décembre 2018 à 10:59:30 »
Citer
L'auteur ne joue-t-il pas avec l'intérêt du lecteur ? Et si oui, dans quel but ?
pareil, faire fonctionner l'imaginaire, c'est susciter l'intérêt, je vois pas de lézard : l'écrivain est le stimulateur des valeurs de goût de l'univers mental du lecteur ; c'est un cuisinier en quelques sortes, mais y'a pas de but, c'est ça le but ! susciter l'intérêt.

C'est intéressant, ça me parle cette réponse (sur l'imaginaire, la stimulation et le but qui est l'intérêt). Notamment la notion de stimulation me semble pertinente. L'humain aime être stimulé, et l'intérêt c'est une stimulation, je crois... On peut se poser la question de l'intérêt de jouer au basket, et en fait la réponse sera je pense du même ordre : la stimulation. Moi aussi je dirais que j'écris pour stimuler (moi et les autres).

Et n'est-ce pas ce que tu fais toi-même ici en postant ce fil, Alan ? Stimuler, provoquer de l'intérêt, je veux dire.

Plus largement, et hors de la question de la simple littérature, agit-on souvent hors du cadre de l'intérêt ? Personnellement, je n'ai aucun exemple de ce type. Même quand je fais quelque chose sous la contrainte, j'ai un intérêt, qui est ma propre préservation (me protéger ou me garantir de quelque chose). Après, il y a l'intérêt de l'écrivain, et l'intérêt du lecteur, qui peuvent être différents. Mais pour moi, le trait d'union de tout cela, c'est bien la stimulation, j'abonde dans le sens de Dot Quote semble-t-il, sur ce point.

Citer
L'auteur ne joue-t-il pas avec l'intérêt du lecteur ? Et si oui, dans quel but ?

Un auteur souhaite-t-il juste se « rendre intéressant » comme un enfant qui s'amuse ?
Oui, mais pourquoi comme un enfant ? Un auteur rêve rarement de faire chier son lectorat, je suis d'accord. Mais la tournure de ta phrase peut sembler péjorative vis à vis de l'intérêt, se rendre intéressant est une expression qui peut suggérer l'égocentrisme ou le narcissisme. Est-ce pour cela que Dot Quote a écrit qu'il trouvait la question un peu intérêtophobe ? Je trouve qu'on peut vouloir être intéressant (intéresser l'autre), juste pour le stimuler, sans que ce soit une mise en avant narcissique ou un simple amusement. Et je suis d'accord aussi que l'intérêt est une chose qui est consistante en elle-même, comme la stimulation qui est un concept proche. On cherche la stimulation pour ... la stimulation! Il n'y a pas d'intérêt à l'intérêt, ni d'intérêt à la stimulation, ou de stimulation à l'intérêt, ça me paraît alambiqué comme notions ! De même qu'on a pas d'intérêt à vivre, et donc à respirer (on attend d'ailleurs pas de savoir pourquoi on respire pour respirer  :mrgreen:), le cerveau humain est avide de stimulations de manière structurelle, il est construit pour cela (comme on est construit pour vivre). Pour moi, c'est ça qui nous relie avec les lecteurs.
« Modifié: 17 décembre 2018 à 11:04:51 par Erwan »

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 809
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Re : Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #12 le: 17 décembre 2018 à 12:11:32 »
Bonjour Erwan,

L'humain aime être stimulé, et l'intérêt c'est une stimulation, je crois...

Si tu pars sur des notions purement dogmatiques, tout est affaire de stimulation. D'ailleurs, tout comme les Schtroumpfs, nous ne devrions pas dire : j'aime les jeux de sociétés, je vais m'acheter un sandwich, et je me demande ce qu'il me cache ; mais : je suis stimulé par les jeux de société, je suis stimulé par les sandwichs et je suis stimulé par ce qu'il me cache.

Il n'y a pas de secret, si tu réduis l'intérêt à une simple stimulation et que tu fondes un système sur la seule idée de stimulation, le mot « Dieu » sera remplacé par le mot « stimulation ».

Ainsi ce fil a vocation à t'inviter à t'élever à d'autres considérations que celles liées aux passions ou aux croyances, il s'agit des intérêts que l'on questionne, que l'on pense, que l'on réfléchit, que l'on mesure.

C'est donc l'affaire de la raison et de la discipline, et non celle de l'émotion, c'est cela qu'on appelle la philosophie.


Et n'est-ce pas ce que tu fais toi-même ici en postant ce fil, Alan ? Stimuler, provoquer de l'intérêt, je veux dire.

En ce qui me concerne, je suis intéressé par la philosophie, et je sais combien cet intérêt se partage. Dans ce cadre, il ne s'agit plus d'avoir des mots valorisants (stimulants) à l'égard d'autrui, mais de partager un dialogue qui fait appel à la raison, à l'abstraction et à la discipline. Ce que je dis ne va pas forcément te plaire, Erwan, mais c'est dans ton intérêt.

Peux-tu vraiment me prouver qu'il n'existe aucun intérêt lié à la raison ? Et s'il n'existait aucun intérêt sans passion, que signifie donc le mot « déraisonnable » ? Ta définition de l'intérêt ne serait-elle pas déraisonnable ?

Tu l'auras compris, je t'invite également à questionner ton propre vocabulaire qui ne manque pas de secrètes confusions.



Enfin je te remercie pour ton intervention qui me permet d'ouvrir un nouveau questionnement :

Citer
Un auteur souhaite-t-il juste se « rendre intéressant » comme un enfant qui s'amuse ?
Oui, mais pourquoi comme un enfant ? Un auteur rêve rarement de faire chier son lectorat, je suis d'accord.

Je retourne la question pour t'encourager à te questionner sur la littérature :

Est-il toujours dans l'intérêt du lecteur de lui dire ce qu'il a envie d'entendre ? L'éveil ne va-t-il pas dans l'intérêt de toutes & tous ? Dire la vérité : est-ce un intérêt toujours stimulant ? Éduquer l'enfant ne revient-il pas à questionner ses stimulations premières ? Éduquer ne revient-il pas aussi à dépasser la stimulation pour aller vers une certaine discipline littéraire ? Ne va-t-il pas dans notre intérêt de dépasser un certain état de sauvagerie primitive ?
« Modifié: 17 décembre 2018 à 12:13:43 par Alan Tréard »

Hors ligne Erwan

  • Troubadour
  • *
  • Messages: 344
Re : Re : Re : Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #13 le: 17 décembre 2018 à 13:35:42 »

Ainsi ce fil a vocation à t'inviter à t'élever à d'autres considérations que celles liées aux passions ou aux croyances, il s'agit des intérêts que l'on questionne, que l'on pense, que l'on réfléchit, que l'on mesure.

C'est donc l'affaire de la raison et de la discipline, et non celle de l'émotion, c'est cela qu'on appelle la philosophie.

[...]

Éduquer ne revient-il pas aussi à dépasser la stimulation pour aller vers une certaine discipline littéraire ? Ne va-t-il pas dans notre intérêt de dépasser un certain état de sauvagerie primitive ?

Il apparaît que tu fais la distinction classique raison / passion, mais cela a t-il un sens? Pour moi, la stimulation intellectuelle, c'est faire fonctionner nos capacités cognitives, comme nos jambes sont faites pour marcher, notre cerveau l'est pour réfléchir, et il aime cela. Je n'ai jamais dit que la stimulation était pour moi d'ordre purement émotionnelle, ou primitive, bien au contraire !

C'était aussi en rapport à ceci :
Citer
l'écrivain est le stimulateur des valeurs de goût de l'univers mental du lecteur ; c'est un cuisinier en quelques sortes, mais y'a pas de but, c'est ça le but ! susciter l'intérêt.
Que disait Dot Quote...

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 809
  • C'est osé de penser que je pense.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Les Intérêts des écrivaines & écrivains
« Réponse #14 le: 17 décembre 2018 à 14:08:41 »
Erwan, bavardage et indiscipline, non, non, non, ça ne peut pas marcher comme cela !!

 :ned:

L'objectif de ce fil est de questionner l'intérêt, le mot et sa définition ; son angle est l'intérêt dans la littérature, et ton post ci-dessus n'en parle plus.

Les philosophes qui s'égarent risquent d'atterrir sur Mars...

Allons. Revenons au sujet : à quoi servent les intérêts en littérature ?

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.054 secondes avec 22 requêtes.