Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

11 novembre 2019 à 22:57:55

Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Le petit salon » Art Plastique / Art Littéraire

Auteur Sujet: Art Plastique / Art Littéraire  (Lu 2546 fois)

milena-owein

  • Invité
Art Plastique / Art Littéraire
« le: 28 novembre 2017 à 16:21:07 »
J'ai toujours considéré l'écriture comme une forme d'art. Et même si tous les auteurs ne se sentent pas nécessairement artiste, je sais que dans mon cas, cette conception imprègne ma façon d'écrire.

Mais jusqu'à assez récemment, je voyais une distinction assez net entre les arts plastique, comme la peinture, la sculpture ou la photographie par exemple - dans laquelle la notion d'art nous saisi immédiatement - et les arts plus éthéré comme la poésie, le cinéma ou la littérature - dans lequel le facteur temps est nécessaire pour percevoir la dimension artistique.

Quand on regard une photographie, ou une peinture, la dimension artistique me semble bien plus immédiate qu'en littérature, où il faut prendre le temps de lire le texte, où la dimension artistique va se révéler petit à petit. Cette rupture (entre les arts plastique et les arts littéraire) était pour moi évidente.
Pourtant lorsque j'ai commencé à écrire le Okingar (récit historique sur les humains de mon univers) il s'est immédiatement accompagné d'une dimension plastique très marqué. J'ai changé de technique et d'outil d'écriture, j'ai incorporé des dessins et des cartographie, réfléchi à la composition de la page. Je pense que le texte était si complexe que j'avais besoin qu'il ait une réalisation graphique à la hauteur, pour me motivé, et c'était comme une satisfaction personnel d'aboutir à des lignes écrites main, caligraphie, bien droite et régulières. Je pense aussi que je savais que mon texte était trop complexe pour être lu, ou pour vraiment intéressé. Personne n'aurait put reconnaître l'ampleur du travail avec une version imprimé. Alors qu'avec une version graphiquement aboutit on retombait sur l'immédiateté de l'art : il devenait possible de réalisé quel travail avait été accomplis sans avoir besoin de lire.

Du coup je me demandais : est-ce que vous aussi vous avez déjà fait avancé conjointement l'aspect littéraire et l'aspect plastique/graphique ? Comment vous percevez la communication (ou l'absence de communication) entre ces deux formes ?

P.S : Il ne s'agit pas ici pour moi de débattre sur "la littérature, est-ce de l'art ?" ou "la photographie, est-ce toujours de l'art ?" ^^

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 625
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #1 le: 28 novembre 2017 à 16:51:23 »
J'en parle un peu dans une interview qui va sortir, notamment comment  mon art littéraire emprunte beaucoup au cinéma/ musique/ peinture,  comment je passe d'une forme visuelle à écrite etc. J'ai parlé aussi un peu de cette question de temporalité, dont l'immédiateté reste assez relative, j'avais fait le parallèle entre littérature et cinéma, mais en gros l'idée c'était que la littérature c'est comme entrer dans un musée avec des peintures accrochées sur les murs, il y a bien des images/peintures/photos qui s'imposent instantanément mais le promeneur se déplace de l'une à l'autre à son propre rythme, c'est ce qui crée cette impression d'évolution temporelle. Le cinéma c'est plus comme si t'es à bord d'une barque qui navigue dans une rivière, tu subi le rythme pendant que les images/peintures/photos défilent comme un diaporama (donc je ne suis pas tout à fait d'accord avec la notion de rupture). Du coup pour moi tout le travail consisterai plus à  traduire la dimension graphique et plastique en une dimension littéraire, en gardant la sensibilité qui s'impose immédiatement avec mes images et les lier entre elles pour créer un tout (et la temporalité).
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

En ligne Kanimp

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 005
  • mangeur de pop corn
    • page perso
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #2 le: 28 novembre 2017 à 18:48:26 »
J'y ai pensé et si je réalise les deux c'est pour dessiner la couverture.

Est-il utile d'ajouter des dessins dans le texte. Cela me tente surtout pour la carte du monde. Le plan d'une ville particulièrement pour mon monde médiéval fantastique.

Faire un dessin pour un plan précis, me tente aussi, mais me rechigne dans le même temps.

Car d'un côté cela me permet de montrer exactement ce que je veux dire.
D'un autre, je crains que le lecteur n'apprécie pas car il s'est forgé une version différente.

Pour l'instant, je n'ai pas encore tranché les questions.

Intéressé par Star Citizen. Utilisez le code STAR-6JJV-BSWP pour obtenir 5000 UEC.

Hors ligne intervalee

  • Scribe
  • Messages: 70
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #3 le: 28 novembre 2017 à 22:31:08 »
(commentaire supprimé)
« Modifié: 29 novembre 2017 à 06:31:36 par intervalee »

milena-owein

  • Invité
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #4 le: 29 novembre 2017 à 05:05:34 »
C'est intéressant ce que tu dis intervalee, mais c'est aussi hors sujet  :-\
Essayez de pas dévier, on a d'autres sujet qui parlent de la notion d'art.
Pour le reste je viendrais réagir sur les réponses de Weg et Kanimp quand j'aurais le temps ^^

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 363
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #5 le: 29 novembre 2017 à 17:55:32 »
En voilà un sujet qui m'interesse !!!!! ( et dont je ronge mes doigts depuis deux jours n'ayant pas eu le temps d'y répondre huhu Du coup ca va être long  :) )



J'ai envie de distinguer deux choses dans les propos que je vais tenir, avant de parler littérature


Déjà comme tu le décris Milé, ca me fait forcément penser à la forme que prend la littérature. Rien que choisir son découpage de chapitre, c'est à la fois un choix de fond et de rythme, mais aussi de forme (ouvrir un livre, voir plein de petits chapitres ou des gros pavés, ou des parties, ca change immédiatement des tas de paramètres dans l'esprit du lecteur, comme une matrice de rouages qui se met en place, même insconsciemment)
Et c'est vrai ce que tu dis, un livre qui a un forme attire forcément plus et fait plus rendre compte de ce qu'il represente. Ca peut paraitre trivial, mais c'est sur ce fait que s'est basé tout le marketing. Je dis marketing sans penser à mal hein, ca s'est basé là-dessus, la forme attire et si elle est en adequation avec le fond (tout comme la forme stylistique trouve une union avec le propos) eh beh la litterature prend une dimension physique, la troisième dimension de la littérature, c'est le livre.

Quand je vois des livres qui se décarcassent pour trouver des formes originales, des papiers, des faconnages, des cartes, des illutrations, même une simple couverture faite par un graphiste de bon goût avec une dorrure, je me fait avoir mais j'y prête plus attention. Bon en même temps je suis pas objectif c'est mon métier  :mrgreen: Mais quand cette forme, dans de petites maisons, est vraiment originale, faite avec une démarche artistique et artisanale, j'ai des étoiles dans les yeux parce que la littérature en plus d'être un art devient un objet d'art, et on peut énormément faire avec cette notion de livre-objet, énormément qui apporte au texte également (ca peut être eds jeux avec des feuilles de calques à l'intérieur, les folios de la horde du contrevent par exemple, excellent exemple !) et va au delà de simplement attirer le regard sur un livre, donner une dimension physique à la littérature.

Ca me fait poser une question : le livre peut-il être considéré comme de la littérature ?
J'ai envie de me répondre oui, mais non. Parce que au final, à travers le temps les formes s'oublient, se démodent, on ne retient que le texte qui sera à nouveau remouliné sous d'autres formes, sous d'autres idées d'éditeurs, on perdre sans doute l'édition originelle du livre... Sauf si cette forme fait part entière au texte par volonté de l'auteur, que ca intègre pleinement le livre. (encore qu'on peut toujours faire une édition d'un livre avec d'autres illustrations que celles de l'auteur, faire confiance à d'autres artistes, etc..)

Donc je crois surtout que le principal propos de ça, au delà de constituer une oeuvre graphique qui va avec le texte, c'est surtout un moyen de faire de s'approprier son propre texte. J'entends par là, des lignes de caractères noirs sur blancs, ca apartient à tout le monde et d'apparence rien ne les discerne d'autres ;  à partir du moment où tu fais des choix de mise en page, de typo très marqués, tu inscris une patte visible que ce texte est particulier, qu'il émane de toi, pour les autres mais aussi et surtout pour toi, tu n'as plus juste un manuscrit que t n'arrives plus à lire, tu as le spectre de ta propre forme littéraire intérieure qui est là sous tes yeux.


Ca m'amène gentiment à la seconde chose dont je voulais parler : les mots.
En fait cette notion de "littérature graphique" m'intéresse énormément. Et je crois qu'en allant dans cette direction je vais m'opposer à WEG dans ce qu'il dit (c'est à dire pas transcrire l'image en mots, l'écrit cinématographique, mais à l'inverse, partir des mots pour les rendre physiques, leur donner de la matière par leur rythme, leur impact, leur souffle, pas que les mots servent l'image mais que l'image serve à la matière et que les mots soient un vecteur) (mais en réalité je dis ça sans avoir encore réussi à l'appliquer dans mes textes, dans des formes plus graphiques sans doute, je sais que pas mal de membres aussi ici se sont essayé -et ont intégré- das leurs textes la desctructuration de page, les desassemblement de la forme pour donner une autre vision du texte, je dois dire que ca m'interesse énormément mais que je n'ai pas encore trouvé ma propre façon de le faire, de m'approprier la chose comme je disais plus haut)
En fait une des choses qui me passionne également, c'est le graffiti. En fait pour moi le graffiti c'est dans la directe continuité de la calligraphie des moines copistes, puis de la typographie venue avec l'imprimerie. (je conseille au passage chérubaille de Lo, qui joue super bien avec les typo. J'avais lu un receuil de poésie aussi sur ce principe, je me souviens plus du nom, j'avais peu accroché. En fait je trouve la démarche cool, mais à lire ca me fait toujours une impression d'un peu too much, forcé, du coup la destructuration de mise en page m'interesse plus)
Et là encore le marketing a très bien su comprendre la force des mots et des typographie, des couleurs, pour l'utiliser à ses fins dérivantes, meh. Mais même i c'est un exemple qui fout les boules, ca montre à quel point la communication entre mots et visuel est importante, CAPITALE même (ouaip c'est blague est bien trop forcée, mais je pense que c'était le moment de faire une blague  :huhu: )

Pour ceux qui ne comprennent rien au graffiti, il n'y a rien à comprendre. La base, c'est juste une distorsion artistique de notre alphabet, lié à un choix de sonorité personnel des noms écrits. Le coeur du truc une fois que les bases du lettrage sont acquises, c'est de savoir, par la couleur, les inclinaisons, savoir donner du rythme aux lettres en tant que lettres, mais aussi, de savoir les placer les positionner dans l'univers urbain pour que ce soit visible (il y a des endroits favoris pour les graffitis, comme des pages dans la rue qui leur semble le plus adéquat).
Pourquoi je dis ça ? Parce que en plus du graffiti il y a le street art en général, et là il y a des démarches hyper intéressantes de façon poétique. Je me souviens d'un street artist qui sévissait dans Paris en 2014 et qui mettait partout "regarde le ciel" Un jour de pluie triste, j'en ai vu un dans un angle improbable et ca a egayé ma journée. Dans cette logique il y a aussi Miss Tic et ses pochoirs accompagnés de jeux de mots poétiques. Bref, pour moi ca c'est une forme de littérature grandeur nature qui s'écrit et se réecrit de façon éphéméride (je me suis pas trompé de mot :p ), c'est sortir les mots de leurs cadres habituels, les livres, de leurs formes, pour les incorporer directement dans le réel avec des impacts aussi forts que de la poésie parfois (et si nos murs étaient faits en briques de poésie, de mots, ca serait putain de beau vous trouvez pas !)



Parler des livres, check, parler des mots, check, mais au final est-ce que je parle de littérature, ahem.
Vu que tu poses la question, je vais parler un peu de ce que j'ai déjà fait, c'est à dire des calligrammes. J'en ai posté que 2 ici (bon un et demie en vrai), j'irai poster le dernier que j'ai fait tiens. Ce que j'y essayer c'est vraiment d'utiliser les mots en tant que materiel à dessin, et tant pis si tout n'est pas lisible, et le dessin comme structure d'écriture, c'est pas encore au point (à mon goût) je tatonne, mais je tends vers certaines idées que j'aimerai bien réaliser un jour.
En fait je me dis que mettre des mots, seuls, faire dela poésie à travers des mots évocateurs, c'est déjà une idée graphique. A côté de ça pour mon texte n liste de courses, après de longues hésitations j'ai envie de ne garder que le texte et pas lui adapter une mise en forme esthétique avec des photos de vraies listes de courses par exemple, ou des jeux de typos et de couleurs, là pour le coup c'est la démarche inverse de rendre les mots physiques mais de retirer la structure physique qui devait s'appliquer à ces mots pour n'en garder que la substance, provoquer un décalage en la sortant du cadre (et à la fois, j'aimerai réaliser en physique toutes ces listes, mais là ca rentre dans l'oeuvre plasticienne et on tombe sur l'os avec lequel je voulais terminer ce looong message)


Du coup plutôt que de continuer du blabla, je vais plutôt citer des exemples
j'ai écumé pas mal de musées d'art contemporains en Europe cette année et je suis tombé de nombreuses fois sur des oeuvres qui utilisaient des phrases, des mots, de la poésie, j'ai trouvé que c'était de superbes idées, j'ai perdu le nom mais c'était une série de photographies avec des phrases qui s'incrustaient dedans, en d'autres typos, de loin ca ne se voyait pas mais en approchant on pouvai lire des histoires courtes qui se passaient dans ce lieu !
J'éditerai pour ajouter le nom parce que ma mémoire et google ne semblent pas d'accord, mais j'avais trouvé une artiste qui ne faisait que des toiles à base de composés de mots, dans plusieurs langues (des labyrinthes en mots, des horloges, des collages de coupures de magasines) et c'était hyper inventif et poétique, de la peinture qui se lit.
Récemment j'ai croisé un scupteur qui faisait écrire des phrases par des poètes de la maison d'édition Dernier télégramme, sur sur des têtes en céramiques
Ou encore, et là des exemple d'oeuvres graphiques dans l'intérieur des livres qui restent dans la littérature il y en a des tas (bien que ce ne soit pas toujours très connues) il y en a un qui est franchement impressionnant, c'est La maison des feuilles de Danielewski qui mêle 4 histoires, parfois sur la même page grâce à des mises en pages spéciales et des typographies différentes, tout s'entrêmele, y'a des coupures de presses de l'enquête, bref c'est fou !

Du coup voilà, si on pousse l'esthétique même des mots et des phrase, du "gris typographique" (le bloc de texte) on peu transformer la littérature en oeuvre esthétique à part entière, enfin pour moi la connexion est là et a un potentiel immense s'il st fait avec une démarche, s'il est fait avec un sens, s'il est fait avec coeur (c'est à dire, en s'appropriant véritablement le plastique au même titre qu'on s'approprie les mots, comme un style à part entière, qui peut être constant sur toutes ses oeuvres, ou ponctuel sur un livre, une idée, si cela ne donne pas trop un aspect de jeu..)
J'ai envie de dire, pour pas me perdre dans les considérations de, est-ce que on put considérer le plasticien qui utilise les mots comme un auteur ? Est-ce qu'on peut considérer un livre qui a été conçu littérairement comme un livre objet en tant qu'art graphique ? Est-ce que la littérature ne se trouve que dans les livres ? (pour aller à l'inverse de ma question tout là haut là haut), j'ai envie de dire pour éviter que mes questions basculent fatalement sur qu'est ce que la littérature et qu'est ce que l'art, que la littérature serait en quelque sorte le texte brut, et ses choix l'accompagnant innamovibles pour l'auteur, et conclure que j'ai déjà dit beaucoup de choses et que j'ai pas besoin d'e rajouter plus  :mrgreen:
«J'aurais beau me crever au travail, porter des chevaux sur les épaules, faire tourner des meules et des moulins, de toute façon, je ne serai jamais un travailleur. Mon travail, quelque forme qu'il puisse prendre, il n'est perçu que comme pure caprice, espièglerie, hasard.»
- Ossip Mandelstam

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 625
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #6 le: 29 novembre 2017 à 20:54:00 »
Quand je vois des livres qui se décarcassent pour trouver des formes originales, des papiers, des faconnages, des cartes, des illutrations, même une simple couverture faite par un graphiste de bon goût avec une dorrure, je me fait avoir mais j'y prête plus attention.
Dans les light novels les illustrations et parfois juste le nom de l'illustrateur ça peut avoir un sacré poids dans les ventes.

En fait cette notion de "littérature graphique" m'intéresse énormément. Et je crois qu'en allant dans cette direction je vais m'opposer à WEG dans ce qu'il dit (c'est à dire pas transcrire l'image en mots, l'écrit cinématographique, mais à l'inverse, partir des mots pour les rendre physiques, leur donner de la matière par leur rythme, leur impact, leur souffle, pas que les mots servent l'image mais que l'image serve à la matière et que les mots soient un vecteur) (mais en réalité je dis ça sans avoir encore réussi à l'appliquer dans mes textes, dans des formes plus graphiques sans doute, je sais que pas mal de membres aussi ici se sont essayé -et ont intégré- das leurs textes la desctructuration de page, les desassemblement de la forme pour donner une autre vision du texte, je dois dire que ca m'interesse énormément mais que je n'ai pas encore trouvé ma propre façon de le faire, de m'approprier la chose comme je disais plus haut)
On a sûrement déjà dû en discuter mais pour moi cette déstructuration de la mise en page n'a pas une finalité visuelle mais rythmique. Je sais que certains membres l'utilisent pour la dimension visuelle (cf. le dernier texte de Lial), mais en ce qui me concerne c'est plus un travail sur les espaces, laisser du vide ou non pour ralentir le tempo ou l'accélérer, aménager la contemplation ou forcer la frénésie, etc.
Je ne pense pas que l'on s'oppose forcément si l'on va dans cette direction, il faut juste envisager l'idée que les mots servent l'image, mais que l'image sert aussi les mots, une coopération et non pas un conflit. Comme je le disais, traduire les images en mots d'abord, en ressortir l'instantanéité propre à ce qui est visuel, puis prendre toutes ces phrases qui constituent le texte, et les désassembler à force de ponctuation et de mise en page, pour peindre avec des mots, ou peindre avec de la musique plus exactement.


Du coup plutôt que de continuer du blabla, je vais plutôt citer des exemples
j'ai écumé pas mal de musées d'art contemporains en Europe cette année et je suis tombé de nombreuses fois sur des oeuvres qui utilisaient des phrases, des mots, de la poésie, j'ai trouvé que c'était de superbes idées, j'ai perdu le nom mais c'était une série de photographies avec des phrases qui s'incrustaient dedans, en d'autres typos, de loin ca ne se voyait pas mais en approchant on pouvai lire des histoires courtes qui se passaient dans ce lieu !
J'éditerai pour ajouter le nom parce que ma mémoire et google ne semblent pas d'accord, mais j'avais trouvé une artiste qui ne faisait que des toiles à base de composés de mots, dans plusieurs langues (des labyrinthes en mots, des horloges, des collages de coupures de magasines) et c'était hyper inventif et poétique, de la peinture qui se lit.
Récemment j'ai croisé un scupteur qui faisait écrire des phrases par des poètes de la maison d'édition Dernier télégramme, sur sur des têtes en céramiques
Ou encore, et là des exemple d'oeuvres graphiques dans l'intérieur des livres qui restent dans la littérature il y en a des tas (bien que ce ne soit pas toujours très connues) il y en a un qui est franchement impressionnant, c'est La maison des feuilles de Danielewski qui mêle 4 histoires, parfois sur la même page grâce à des mises en pages spéciales et des typographies différentes, tout s'entrêmele, y'a des coupures de presses de l'enquête, bref c'est fou !
Et y'a aussi les peintures de David Lynch !
Spoiler
[close]


J'ai envie de dire, pour pas me perdre dans les considérations de, est-ce que on put considérer le plasticien qui utilise les mots comme un auteur ?
Oui !

Est-ce qu'on peut considérer un livre qui a été conçu littérairement comme un livre objet en tant qu'art graphique ?
Oui !

Est-ce que la littérature ne se trouve que dans les livres ?
Non.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 728
  • Lial' | Calamar placide
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #7 le: 30 novembre 2017 à 14:34:12 »
Bon Ben G a répondu entre temps parce que j'ai pas eu le temps de poster mais voici ma graine.

J'essaie de structurer un peu mes pensées mais c'est pas super au clair dans ma tête désolée :

- Déjà, il existe des livres avec des illustrations, donc des oeuvres qui allient "littérature et plastique".
En très axé dessins, on a les bandes dessinées et les mangas ; en plus axé texte, on a les albums (surtout jeunesse, mais pas que) et quelques romans illustrés.
Je pense en particulier à la version grand format de Quelques minutes après minuit : il s'agit d'un roman young adult, pas super long, mais illustré. Je trouve personnellement que les illustrations ajoutent vraiment au texte, lui donne une dimension supplémentaire.
Je crois me souvenir qu'il y a un (ou plusieurs ?) roman de Neil Gaiman qui existe en version illustré (peut-être L'étrange vie de Nobody Owens ?), où, là encore, les illustrations apportaient "plus" au texte.
Ceci étant, dans les deux cas, le texte pouvait être lu sans les illustrations (mais ils ont été pensé pour avoir les illustrations)

- Toujours dans les textes illustrés, mais textes courts pour adulte cette fois, je pense à :
-- Tout au milieu du monde, avec une mise en page et des illustrations qui vont avec le texte (j'ai été un peu déçue par le texte lui même mais le livre est un très bel objet, et les deux sont pour le coup indissociables)
-- je sais plus quel recueil de nouvelles d'Alain Damasio, où je crois me souvenir d'une mise en page adapté au texte également (et idem je crois que les deux sont pas trop dissociables)


Bref, si on fouille, il existe des textes illustrés/mis en page, avec un aspect très esthétique en plus du texte lui-même ! Mais ce n'est pas ce qui se fait le plus, sans doute parce que 1) c'est plus compliqué et 2) les illustrations, pour les français du moins, donnent j'ai l'impression un aspect moins "sérieux" et est donc surtout réservé aux littératures jeunesse et de l'imaginaire (de manière un peu idiote selon moi  :-¬?)


*


Dans mon cas personnel :
Ca dépend du texte.
Y'a des textes que j'imagine aller avec des dessins (genre lui mais je viens de voir qu'il n'y avait plus les dessins donc il faut que je les remette et il ne peut plus servir d'exemple, surtout que le texte n'a plus de sens sans les dessins -_-")
Y'a des textes que j'imagine avec une mise en page spéciale, genre lui où l'agencement des mots est surtout graphique mais, contrairement à ce que dit Weg, donne également un rythme.
Mais d'ailleurs on parle d'art plastique et d'art littéraire mais pas d'art musical. Pourtant dans mon cas, la littérature est plus musicale que graphique. C'est à dire que quand j'écris une phrase, très souvent je connais son rythme avant même de connaître sa signification. C'est pas mal hors sujet par rapport au topic, mais je tenais à le dire ^^

*

Je pense aussi aux "beaux livres" qui n'ont pas forcément beaucoup de texte. Je ne pense pas qu'on puisse dire que c'est de la littérature (l'art plastique passe vraiment avant le texte lui-même) mais on peut parfaitement imaginer une oeuvre où les deux aient part égale.

Et forcément ça fait penser aux cartoneras mais là c'est encore plus particulier car les couvertures sont uniques et généralement pas pensées au moment de l'écriture du livre et indépendantes etc (n'empêche que ça reste un art plastique qui se rajoute au texte) (mais du coup c'est "juste" une couverture)

*

Mais du coup effectivement, je me pose la question : quelle est la définition de "littérature" ? est-ce que l'objet livre en fait partie, ou bien est-ce uniquement le texte brut, auquel on peut ajouter une couche supplémentaire graphique ?
Et quand un texte "brut" a une mise en page très spécifique, où est la limite ?

Ca me fait penser à une conversation que j'ai eu avec quelqu'un qui bosse sur le format epub (les livres électroniques), et on discutait des nouveaux formats et de ce qui était prévu pour les furtures versions de l'epub et surtout ce qui concernait les livres électroniques "augmentés". Et bref je pense que ça concerne plutôt l'ajout de vidéo, d'images, etc, mais alors, qu'est-ce qu'on définira comme livre/littérature ?

Parce que pour l'instant on peut séparer le texte et disons le "corps" du livre, de l'objet livre en lui-même (=comme disait Ben G, ce qui perdure au fil du temps, immuable, de ce qui peut dépendre de l'édition). Mais si on a un format de livre électronique qui permet de définir toute une mise en page, ce sera ça, avec la mise en page définie, et les augmentations (dessins, musiques, etc) qui sera le "corps" du livre.
Ok pour l'instant la plupart des livres augmentés (avec des dessins, ou des musiques cf les bouquins de La Volte) peuvent être lus en ayant uniquement le texte brut, et ont justement des versions avec juste le texte. Mais si ça se fait plus facilement, c'est probable qu'il y ait de plus en plus d'oeuvres où le texte est indépendant du reste.




(ouais c'est fouillis désolée  :mrgreen:)
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 625
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #8 le: 30 novembre 2017 à 20:20:35 »
Y'a des textes que j'imagine avec une mise en page spéciale, genre lui où l'agencement des mots est surtout graphique mais, contrairement à ce que dit Weg, donne également un rythme.
Je ne dis pas le contraire, en fait je pars même du principe que le rythme et l'aspect graphique sont indissociables, à savoir que la mise en page va influer sur le rythme. Je mets juste la nuance en ce qui concerne la finalité de la démarche, qui peut plus tendre vers de la recherche graphique ou de la recherche rythmique. Après je me trompe peut-être, mais quand j'ai lu ton texte et qu'on en a discuté j'ai plus eu l'impression que tu étais dans la recherche graphique - les caractères qui se dispersent lorsque le personnage se disperse, la phrase en boule quand il s'assemble en boule,  les phrases rondes quand il vogue de planète en planète, etc. - qu'une recherche rythmique (mais oui, en jouant sur le graphique tu touchera forcément au rythme).

Mais d'ailleurs on parle d'art plastique et d'art littéraire mais pas d'art musical. Pourtant dans mon cas, la littérature est plus musicale que graphique. C'est à dire que quand j'écris une phrase, très souvent je connais son rythme avant même de connaître sa signification. C'est pas mal hors sujet par rapport au topic, mais je tenais à le dire ^^
Je pense que dès qu'on parle de structurer le texte la composante musicale s'impose (cf. peindre avec de la musique)

Et quand un texte "brut" a une mise en page très spécifique, où est la limite ?
Est-ce qu'un texte avec une mise en page spécifique peut encore être considéré comme étant "brut" ? Je qualifierai plus de brut quelque chose de complètement inaltérée.

Ca me fait penser à une conversation que j'ai eu avec quelqu'un qui bosse sur le format epub (les livres électroniques), et on discutait des nouveaux formats et de ce qui était prévu pour les furtures versions de l'epub et surtout ce qui concernait les livres électroniques "augmentés". Et bref je pense que ça concerne plutôt l'ajout de vidéo, d'images, etc, mais alors, qu'est-ce qu'on définira comme livre/littérature ?

Parce que pour l'instant on peut séparer le texte et disons le "corps" du livre, de l'objet livre en lui-même (=comme disait Ben G, ce qui perdure au fil du temps, immuable, de ce qui peut dépendre de l'édition). Mais si on a un format de livre électronique qui permet de définir toute une mise en page, ce sera ça, avec la mise en page définie, et les augmentations (dessins, musiques, etc) qui sera le "corps" du livre.
Ok pour l'instant la plupart des livres augmentés (avec des dessins, ou des musiques cf les bouquins de La Volte) peuvent être lus en ayant uniquement le texte brut, et ont justement des versions avec juste le texte. Mais si ça se fait plus facilement, c'est probable qu'il y ait de plus en plus d'oeuvres où le texte est indépendant du reste.
Ben, c'est le principe même des visual novel, non ?
Si tu enlève les dessins et la musique il ne te reste que le texte, si tu imprime ce texte sur du papier t'aura un livre (ou un livre à choix multiples, pour être plus spécifique). Maintenant l'inverse, si tu sors le texte de son livre, que tu rajoute la dimension dessin et musique, tu bascule sur un visual novel. Ce n'est plus un livre, mais c'est encore de la littérature, on est encore dans la lecture d'une oeuvre écrite.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne Greg

  • Buvard
  • Messages: 3
  • Etre ou devenir un artiste
    • Gregch
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #9 le: 13 avril 2019 à 10:50:53 »
C'est une question très intéressante! sur ce qui peut être nommé art ou plutôt pour être plus globale:  quelles formes d'expression artistiques peuvent être le plus considérée comme tel?  Pour tenter d'y répondre, il faut se référer au passé, aux artistes devenus éternellement des artistes; aux génies! Par exemple, Léonardo Da Vinci est devenu un artiste sans le vouloir, juste en pratiquant la peinture. Il était déjà devenu architecte et ingénieur, et pouvait même devenir docteur au vu de ses connaissances en anatomie. Il n'a pas décidé de devenir artiste, il l'était sans le savoir et sa peinture transcendante dans la recherche de la beauté était le reflet de toute son époque. Si il avait décidé de devenir artiste, sa production aurait été une série de chefs d'oeuvres. Mais, il n'en fut pas ainsi, car il était sans doute bien plus qu'un artiste...Certains chanteurs de notre temps avaient dit que leur art était mineur par rapport à l'architecture ou la peinture; je suis ni pour, ni contre, bien au contraire.. A mon avis, il est tout aussi important que l'artiste touche son public, même si cela demande moins de travail.

En amalgame à la rédaction de textes, la poésie est considérée comme un art depuis la Grec Antique et l'on peut dire d'une peinture: qu'elle est poétique. Ce qui les rejoint, c'est la création de représentations pour atteindre une forme de beauté par l'expression. De même qu'un acteur joue de ces expressions faciales et corporeles, pour arriver à atteindre une certaine beauté. Jouer avec les sens!  Certains écrivains(es), acteurs(trices), marquent leur époque, c'est pour cela qu'ils  sont devenus des artistes par leur art. D'autres le sont devenus sans l'être, leur gloire sera éphémère. Comme le dit le psychanalyste Jung, l'artiste est connecté à l'inconscient collectif de son époque. Il exprime souvent de manière rebelle son désaccords avec elle par son art. Pour finir avec une vision sociétale d'aujourd'hui, je dirai que si dans notre époque les personnes restent scotchées à l'intelligence artificielle comme les écrans, les actions quotidiennes seront facilitées au détriment de [L'EXPRESSION ARTISTIQUE !
Gregch

Hors ligne Erwan

  • Chaton Messager
  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 494
Re : Art Plastique / Art Littéraire
« Réponse #10 le: 13 avril 2019 à 12:26:03 »
J'ai toujours considéré l'écriture comme une forme d'art. Et même si tous les auteurs ne se sentent pas nécessairement artiste, je sais que dans mon cas, cette conception imprègne ma façon d'écrire.

[...]

Du coup je me demandais : est-ce que vous aussi vous avez déjà fait avancé conjointement l'aspect littéraire et l'aspect plastique/graphique ? Comment vous percevez la communication (ou l'absence de communication) entre ces deux formes ?

Je pratique autant la peinture et l'écriture, tant la peinture numérique, le sketch, que la gouache, l'encre, l'aquarelle, et j'écris donc des romans. Franchement, c'est très personnel cette notion du statut d'artiste. Pour moi, ça ne représente rien du tout, et je m'en tape complètement, à tel point que je serais bien incapable de répondre si je suis un artiste ou pas. Je peins, j'écris, mais le statut d'artiste me laisse totalement indifférent. Chacun son truc, quoi.

Sinon, je pratique en ce moment du concept-art, technique qui est utilisée dans le cinéma, en BD, jeux vidéo, etc. Je m'en sers pour mon roman. Voilà, autrement j'adore mélanger mes pratiques, parce que c'est naturel et rigolo (oui, je suis joueur  :D). Idem, les frontières entre les arts, moi je ne les reconnais pas vraiment. Je ne veux pas dire que je les nie, juste que je m'en fous.

Après, sur l'apport du concept-art sur la manière d'écrire, je ne sais pas, je n'ai pas assez de recul pour dire dans quelles conditions c'est vraiment utile. Je dirais que souvent, je peins dans ma tête, parce que c'est plus rapide, et à peine moins efficace. Comme je suis un peintre qui ne travaille que de mémoire où d'imagination, j'ai l'habitude de "fixer" mes images mentalement avant de me lancer. Mais je dois avouer que le croquis (pour le concept art) me semble le plus prometteur, les études plus poussées que j'ai faites en noir et blanc me semblent plus cosmétiques qu'utiles réellement. Les études de couleur et d'ambiance restent à explorer, et là ça pourrait être utile dans certains cas précis, je ne sais pas, je verrai bien. Après, la caractéristique du concept art, c'est que c'est une recherche d'auteur, mais en aucun cas le lecteur n'en voit la couleur. Ça m'aide à écrire, point.

Pour intégrer des illustrations dans mes textes, je suis encore bien trop nul comme peintre pour que ça ait un intérêt (je parle ici d'illustations à l'intérieur du texte, pas des couvertures etc). J'aurais peur de saloper mon travail plus que de l'améliorer  :-[
« Modifié: 15 avril 2019 à 15:46:50 par Erwan »

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 1.643 secondes avec 23 requêtes.