Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

19 septembre 2019 à 17:28:01

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » Une élite d'écrivains ?

Auteur Sujet: Une élite d'écrivains ?  (Lu 1433 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Une élite d'écrivains ?
« le: 20 octobre 2017 à 14:58:15 »
Bien le bonjour Mesdames et Messieurs,
Littéraires et curieux,

Je trouve souvent du beau monde qui voit les écrivains comme une forme d'élite, comme tout droit issus de la classe supérieure de nos sociétés. Et parfois on finit par s'y prendre, on se dit que, peut-être, écrire n'est pas chose aisée.

Ce sont des images populaires qui reviennent souvent, et qui font de l'écrivain un individu appartenant à une élite, tel un métier de prestige réservé à quelques grands bonhommes.

Vouloir devenir écrivain, ce serait donc comme vouloir appartenir à une élite ? On chercherait à atteindre un niveau supérieur de la société ?

Et vous ? Qu'en pensez-vous ?

Est-il possible qu'un écrivain ne soit pas nécessairement issu d'une élite ? Et qu'il soit quelqu'un de tout à fait banal ?

Bien sûr, je dis « grands bonhommes » parce qu'il y a souvent trop de sexisme dans les milieux littéraires, mais la question se pose également aux femmes.

Qu'en pensez-vous ? Aspirons-nous à constituer une élite ?

Hors ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 761
  • Craie-Pulsive
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #1 le: 20 octobre 2017 à 16:27:54 »
Tout le monde est un créateur potentiel, son medium de prédilection, qu'il soit l'écriture, le jeu, la danse ou le dessin, sera choisi en fonction de ses aspirations et de ses talents innés. Le reste, il s'agit de technique, d'expérience et d'exercice aux sens les plus larges. Vient ensuite la sanction de la société : si tu peux vivre en partie de tes créations, tu es alors écrivain ou artiste. Pareil si tu marques l'histoire de la culture humaine (ou juste la tienne), mais parfois à titre posthume.

Ecrivain ou artiste, c'est un titre, une marque de reconnaissance et d'acceptation de la société envers ton activité créatrice comme suffisamment importante pour justifier ta place en son sein. A ses propres yeux.

Quant au paradigme actuel, qui dit société marchande dit culture à vendre.

La revendication du titre d'écrivain ou d'artiste, en l'absence de critères satisfaisant la société (oeuvres expérimentales/avant-gardistes/peu rentables), s'appuiera alors sur un public de pairs (cinéastes, écrivains, etc.) dont le prestige sociétale dépendra de la perception et du prestige du medium.

Une élite ? La création existe transversalement, parmi toutes les couches de la société. Depuis les graffitis associés aux classes populaires jusqu'à la littérature blanche qui leur est inaccessible, le titre reste une marque d'acceptation de la société. Quelqu'un qui prend le rôle du créateur joue le rôle de témoin de l'imaginaire de sa caste sociale. Il dépendra d'autres facteurs : l'argent souvent, peut aider un écrivain médiocre à se faire un nom tandis qu'un créateur plus singulier restera cantonner à l'anonymat durant son vivant, peut-être après aussi.

Les écrivants voulant devenir écrivains ne cherchent pas à devenir une élite, mais ils cherchent une reconnaissance sociétale (aujourd'hui quantifiée par l'argent), par des pairs/spécialistes, ou au contraire combattent pour des revendications contraires à cette société. Parmi ces trois items, certains ont assez de talent et d'acharnement pour en remplir deux, ou les trois.

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #2 le: 20 octobre 2017 à 17:29:00 »
Ce que tu dis es intéressant ; maintenant n'oublions pas que les choses changent, et que le métier d'auteur change également. Chaque génération apporte sa pierre à l'édifice, et transforme notre vision de la littérature. On n'a pas fini d'inventer.

Une chose dont je suis bien certain aujourd'hui, c'est que le métier d'écrivain est utile à l'intérêt général et que personne ne pourra le contester véritablement.

Est-ce à dire pour autant qu'on fabrique des élites ? Je ne sais pas.

Hors ligne Dot Quote

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 855
  • Grabugeur limbique
    • Rémy Revel - Expérience Scriptive
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #3 le: 20 octobre 2017 à 18:32:33 »
Une élite pour celui qui trouve le milieu digne mais hermétique... une secte pour celui qui ne voit pas la dignité... un fantasme pour celui qui ne voit pas l'hermétisme... un fantôme pour celui qui ne voit pas les deux.

Sinon... oui, le terme 'élite' sonne prétentieux dans tes propos, comme si les gens reprochaient aux écrivains d'être volontairement inaccessibles... bien sûr, de mon point de vue interne, je vois qu'il en est exactement l'inverse et que tout le travail de l'écrivain consiste à faire valoir ses mots... cette connotation à l'hermétisme prout prout vient elle d'un égo de l'écrivain qui s'enorgueillit du pouvoir de ses mots que semblent ne même pas envisager les lambdas ? En tous cas effectivement, les statuts changent, le poète maudit n'existe que pour ceux qui soutiennent encore le passé... remplacé par quoi ? Par le roman de gare, la fan fiction, le témoignage, le récit, le blogging, le billet d'humeur, l'article, la chronique, le slogan, le mot clé. Pour ce qui est de l'écrivain non exceptionnel, mais toujours élitiste, bien sûr... vraiment ?

En tous cas c'est le terme "élite" plus que le concept qui me dérange ici pour formuler une réponse adéquate : toute discipline est élitiste, dans l'absolu. On est obligé de se spécialiser, et la spécialisation apporte l'utilisation de code spécifiques inaccessibles aux non initiés... définition d'élite. Pourquoi donc décrier le fait que le savoir-faire soit partagé ? Si on va dans ce sens, les maçons sont vachement élitistes, y'en a pas un qui m'a appris à monter ma maison ! Et ces banquiers qui me laissent pas calculer moi-même mes intérêts... Et ce docteur minable qui poste ses diagnostic sur google pour que je me soigne seul...

Ecrivain, c'est rêver des mots... et il ne faut pas s'attendre à ce que le public soit écrivain dans ce monde, sans quoi il ne serait pas public, et l'écrivain pas plus écrivain que les autres...

Mais je réponds spontanément sans réfléchir, excuses si ma réponse est si floue :/
expérience scriptive
page perso

La France m'a mise une fiche, un danger monsieur l'agent
Madame je n'suis pas riche, j'suis juste un pauvre qui a de l'argent
Lacrim!

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #4 le: 20 octobre 2017 à 19:21:13 »
Non, ne t'inquiète pas, il ne s'agit pas d'accuser malencontreusement les écrivains de constituer une élite, ni de les culpabiliser, ni de les stigmatiser.

L'élitisme, c'est aspirer à donner raison à l'élite, rien qu'à l'élite. Ce n'est pas exactement ce qui stimule mes doutes.

Ce qui me questionne, ce serait plutôt de savoir s'il existe une élite littéraire, et si oui, saurait-elle partir de ce principe pour tolérer ses différences avec les autres métiers ?

Lorsqu'il existe une élite, il existe nécessairement "autre chose", c'est-à-dire des personnes qui ne font pas partie de cette élite, et qui existent en tant que tel. Nous avons raison d'être ce que nous sommes parce que d'autres ne le sont pas, et ça va dans les deux sens, selon moi.

Chacune et chacun doit pouvoir trouver sa place en restant égal à soi-même.

Comment prendre en compte nos différences ? Quels mots employer ?

Hors ligne Ariane

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 719
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #5 le: 23 octobre 2017 à 07:41:38 »
Alan, je ne suis pas sûre de comprendre ce que tu entends par "élite", je pense que ce mot peut revêtir beaucoup de significations.

J'adhère beaucoup au commentaire de Aube.

Citer
Ce qui me questionne, ce serait plutôt de savoir s'il existe une élite littéraire, et si oui, saurait-elle partir de ce principe pour tolérer ses différences avec les autres métiers ?
Qu'entends-tu par "tolérer ses différences avec les autres métiers" ?
Bref, j'ai encore du mal à bien cibler ton questionnement...

Pour ma part, l'écriture ne me sert pas du tout à rechercher à atteindre un niveau supérieur de la société... Juste à faire ce qui me fait plaisir, voilà tout. Je ne suis pas sûre que la reconnaissance sociétale envers un écrivain est automatiquement d'une ampleur telle que l'on puisse dire que l'écrivain est considéré comme une élite ! Mais comme le dit Aube, c'est tout de même une reconnaissance du travail accompli. Il en est de même pour la reconnaissance des pairs... Bien sûr, si je suis publiée, je guetterai la reconnaissance d'autres écrivains / éditeurs / critiques littéraires... Mais je suis très méfiante à considérer ce regard comme celui d'une élite. En fait, je crois que le mot "élite" comporte à mes yeux un côté prétentieux qui du coup s'éloigne du côté réellement intellectuel. De mon point de vue, on ne peut pas être à la fois intelligent et ouvert d'esprit et se considérer clairement supérieur aux autres ; ce dernier point comporte forcément quelque chose d'obtus.

Alan, tu écris aussi :
Citer
Est-il possible qu'un écrivain ne soit pas nécessairement issu d'une élite ? Et qu'il soit quelqu'un de tout à fait banal ?
Ici le sens d'élite est encore différent, non ? Tu ne parles pas d'une élite littéraire ? Mais du coup tu parles de quelle élite ?

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #6 le: 23 octobre 2017 à 11:29:59 »
Bonjour Ariane,

La question qui se pose aujourd'hui, c'est comment peut-on parvenir à intégrer des auteurs dans un environnement parfois difficile ? Ils doivent commencer par assumer leur propre identité, c'est mon avis.

Je comprends le malaise que ces questions peuvent provoquer chez toi, Ariane, mais sache que l'un des sujets principaux de ce forum reste de viser la professionnalisation.

Si jamais tu nous proposais de travailler "juste à faire ce qui nous fait plaisir, voilà tout," sache que beaucoup d'auteurs ici te répondront qu'il leur arrive fréquemment de travailler sur des sujets profondément sérieux, et ne comptent laisser tomber cette part de ce travail sous prétexte qu'il serait... prétentieux...

Cela, bien sûr, n'exclut pas les jeux littéraires et autres plaisirs du mot dont nous avons toutes & tous besoin.

Si certaines & certains viennent ici par plaisir, ils doivent comprendre qu'il existe en même temps des auteurs qui travaillent sur des sujets auxquels ils attachent beaucoup d'importance. Ce lieu existe grâce à la qualité excellente des textes que l'on peut y trouver, si tu ne t'en es pas aperçue, ce n'est pas grave, il te reste beaucoup à apprendre. La principale préoccupation des auteurs fait, tu t'en es rendue compte, qu'ils ne voient pas toujours le monde qui tourne autour d'eux. Ils peuvent avoir parfois des comportements incompréhensibles sans que tu n'y comprennes rien ; n'aies pas peur, on ne mord pas !

Je suis d'accord avec toi, le mot élite n'est pas forcément adapté pour autant ; mais ça reste ce qui ressort le plus des moins initiés à la lecture de nos échanges.

Effectivement nous devons trouver un équilibre toutes & tous ensemble, sinon ce sont les disputes et la colère qui prennent le dessus. La question que je pose donc à travers le mot "élite" est la suivante : comment trouver un équilibre des uns avec les autres (j'entends avec des gens comme toi également) ?

J'espère ne pas être trop brutal dans mes explications, mais je reste très préoccupé par le fait que notre Monde reste un lieu de sérénité.

Je suis heureux de participer à ce débat avec toi, ça prouve qu'on a enfin fait un pas en avant.

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 591
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #7 le: 23 octobre 2017 à 12:02:11 »
Travailler un texte sérieux sur le forum implique généralement d'envoyer des MP à des gens de confiance qui passeront le commenter. De mon expérience en tout cas. Est-ce que c'est de l'élitisme ? Je ne pense pas, dans la mesure où je le poste pour tout le monde au final, mais je vais quand même accorder plus d'importance à un avis par rapport à un autre, ça c'est vrai.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 734
  • Lial' | Calamar placide
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #8 le: 23 octobre 2017 à 13:45:22 »
Je ne sais pas trop quoi répondre sur "l'élite" mais je tiens juste à réagir sur :

Citer
Je comprends le malaise que ces questions peuvent provoquer chez toi, Ariane, mais sache que l'un des sujets principaux de ce forum reste de viser la professionnalisation.
Non. Enfin, ça dépend ce qu'on entend par là. "viser la professionnalisation" ça voudrait dire que le but premier d'un membre du forum, c'est d'être publié et de vivre du métier d'écrivain/auteur (enfin, c'est comme ça que je le comprends).
Alors que pour moi, le MdE vise à améliorer ses textes, à échanger sur l'écriture, à faire partie de la communauté... mais je pense que beaucoup de membres ne visent pas la "professionnalisation" à tout prix.
Quand je compare au forum Cocyclics, par exemple, c'est très différent : sur Cocy, le but premier, c'est d'aider à corriger des livres (en littérature de l'imaginaire) pour les publier. Et du coup c'est pas organisé comme sur le MdE, et les membres n'ont clairement pas la même volonté.

L'un n'est pas plus mal que l'autre, mais ça me parait juste bizarre de dire "l'un des sujets principaux de ce forum reste de viser la professionnalisation" : c'est peut-être le cas de certains membres, mais pas tous, loin de là.

(et ça n'a d'ailleurs aucun rapport avec une histoire d'élites écrivains)
(et ne pas vouloir devenir professionnel de l'écriture ne veut pas dire qu'on ne peut pas travailler un texte sérieusement)
(mais en fait j'ai beau lire tes messages Alan, je crois que je n'ai toujours pas compris ce que tu voulais dire par "élite")
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 591
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #9 le: 23 octobre 2017 à 14:01:18 »
Ouais je ne pense pas que la professionalisation soit l'un des sujets principaux du forum, loin de là au fait. Et je suis d'accord avec Lial pour dire que ça n'exclue pas le sérieux d'un texte.
Alan on ne serait pas en train de basculer sur l'éternel débat du "les gens qui viennent au MDE pour s'amuser contre ceux qui prennent l'écriture au sérieux ?"
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #10 le: 23 octobre 2017 à 14:06:15 »
Bonjour Kailiana,

Il y a de tout, ici, tout ce qu'il faut pour faire un Monde de l'Écriture (et je ne suis pas surpris que nous soyons beaucoup plus diversifiés que cocyclics, car la diversité compte beaucoup ici).

Je remarque parfois que des critiques ont pu émaner de certains auteurs parce que le forum ne serait "pas assez sérieux", quand d'autres aspirent à ce que le forum soit "moins prise de tête".

C'est assez contradictoire, entendons-le, et ça peut stimuler les tensions.

C'est dans le cadre de ces discussions que je me pose la question de l'ouverture des uns envers les autres, de celles & ceux qui travaillent sur des textes sérieux, et des autres qui prennent un grand plaisir et font vivre la communauté. Je préfère en parler avec des mots significatifs, quitte à stimuler le débat, plutôt que de sombrer dans les non-dits.

C'est justement cette diversité qui nous permet de construire un projet commun. Le forum est ce que les membres en font.

J'essaie peut-être par la même occasion d'inviter certains auteurs qui voudraient publier un livre à admettre qu'on a besoin les uns des autres pour trouver un véritable équilibre; il n'y a pas de diversité sans ouvertures ; on doit pouvoir être tolérants les uns envers les autres.

Je ne doute pas que nous serons capables d'accepter nos différences, quelles qu'elles soient.



EDIT

Ouais je ne pense pas que la professionalisation soit l'un des sujets principaux du forum, loin de là au fait. Et je suis d'accord avec Lial pour dire que ça n'exclue pas le sérieux d'un texte.
Alan on ne serait pas en train de basculer sur l'éternel débat du "les gens qui viennent au MDE pour s'amuser contre ceux qui prennent l'écriture au sérieux ?"

Si, c'est quelque part le problème que j'essaie de soulever, avec l'espoir qu'on sorte du manichéisme sordide dans lequel on s'épuise.

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 734
  • Lial' | Calamar placide
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #11 le: 23 octobre 2017 à 14:25:00 »
Du coup (désolée, j'essaie de reformuler ce que tu dis pour être sûre de bien comprendre), tu parles plutôt de personnes qui auraient la volonté première d'être publiées, et qui se verraient supérieures à ceux qui n'ont pas cette volonté ?

En fait j'ai du mal à comprendre parce que d'un autre côté, on peut tout aussi bien ne pas avoir la volonté d'être absolument publié mais vouloir retravailler un texte jusqu'à sa perfection (subjective  ::) ) et se sentir supérieur à quelqu'un qui retravaillerait moins un texte ;

tout comme quelqu'un peut se sentir supérieur en tant que, euh, "auteur qui sait qu'il est bon et qui n'a même pas besoin de publier pour ça"

et bref on peut se sentir "supérieur" de plein de façons.

J'avoue ne pas participer assez en ce moment sur le forum pour avoir le ressenti que tu décris Alan, donc je ne sais pas du tout si il y a effectivement des membres qui trouvent le forum "trop sérieux ou pas assez". Certains peuvent avoir pour but la publication oui, et (comme pour tout), peuvent considérer les auteurs comme une "élite" = un groupe auquel il fait bon d'appartenir et supérieur (?) aux autres ; je ne pense pas avoir les informations nécessaires pour pouvoir en juger en rapport avec le forum.

En dehors du forum, pour avoir participé à pas mal de festivals de littérature de l'imaginaire : les auteurs sont des humains comme les autres, avec des qualités et des défauts. On peut vouloir appartenir à ce groupe, le considérer comme une élite, en être envieux, de la même manière qu'on peut l'être envers d'autres groupes de personnes. Je ne suis personnellement pas sûre que ce soit très sain d'être trop envieux/de se sentir supérieur, mais en même temps en moindre mesure, c'est aussi normal d'avoir des envies et, par exemple, de vouloir publier un livre et "faire partie des auteurs" si on aime écrire.

(à titre personnel par exemple, j'aime bien la communauté SFFF et je trouverais ça cool de faire partie de ses auteurs ; ce n'est pas pour ça que je considère les écrivains comme une élite)

Désolée mon message est carrément fouillis, j'ai eu du mal à ordonner mes pensées...  :D
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 267
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #12 le: 23 octobre 2017 à 15:04:48 »
Eh ! Beh, comme dirait Milora, tu dis exactement ce que je ressens, je ne vois pas quoi ajouter. :-[

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 591
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #13 le: 23 octobre 2017 à 15:23:20 »
Je rejoins Lial pour les festivals. Généralement les auteurs sont juste content de pouvoir échanger avec les gens, quels qu'ils soient. Ce que j'ai ressenti aussi à la Y-Con.
Alors parler d'élite, bof.
« Modifié: 23 octobre 2017 à 15:25:07 par WEG »
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne Ariane

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 719
Re : Une élite d'écrivains ?
« Réponse #14 le: 23 octobre 2017 à 17:06:19 »
Citer
Bonjour Ariane,

La question qui se pose aujourd'hui, c'est comment peut-on parvenir à intégrer des auteurs dans un environnement parfois difficile ? Ils doivent commencer par assumer leur propre identité, c'est mon avis.

Je comprends le malaise que ces questions peuvent provoquer chez toi, Ariane, mais sache que l'un des sujets principaux de ce forum reste de viser la professionnalisation.

Si jamais tu nous proposais de travailler "juste à faire ce qui nous fait plaisir, voilà tout," sache que beaucoup d'auteurs ici te répondront qu'il leur arrive fréquemment de travailler sur des sujets profondément sérieux, et ne comptent laisser tomber cette part de ce travail sous prétexte qu'il serait... prétentieux...

Cela, bien sûr, n'exclut pas les jeux littéraires et autres plaisirs du mot dont nous avons toutes & tous besoin.

Si certaines & certains viennent ici par plaisir, ils doivent comprendre qu'il existe en même temps des auteurs qui travaillent sur des sujets auxquels ils attachent beaucoup d'importance. Ce lieu existe grâce à la qualité excellente des textes que l'on peut y trouver, si tu ne t'en es pas aperçue, ce n'est pas grave, il te reste beaucoup à apprendre. La principale préoccupation des auteurs fait, tu t'en es rendue compte, qu'ils ne voient pas toujours le monde qui tourne autour d'eux. Ils peuvent avoir parfois des comportements incompréhensibles sans que tu n'y comprennes rien ; n'aies pas peur, on ne mord pas !

Je suis d'accord avec toi, le mot élite n'est pas forcément adapté pour autant ; mais ça reste ce qui ressort le plus des moins initiés à la lecture de nos échanges.

Effectivement nous devons trouver un équilibre toutes & tous ensemble, sinon ce sont les disputes et la colère qui prennent le dessus. La question que je pose donc à travers le mot "élite" est la suivante : comment trouver un équilibre des uns avec les autres (j'entends avec des gens comme toi également) ?

J'espère ne pas être trop brutal dans mes explications, mais je reste très préoccupé par le fait que notre Monde reste un lieu de sérénité.

Je suis heureux de participer à ce débat avec toi, ça prouve qu'on a enfin fait un pas en avant.

  :o ??????
Je suis sincèrement navrée que tu aies aussi mal interprété mon message. J'ai dû très mal m'exprimer, pour recevoir une telle réponse ! Tu m'en vois désolée.

Quand je disais que j'écris pour le plaisir, cela n'exclut absolument pas la professionnalisation ! Loin de là ! C'est justement parce que j'aimerais pouvoir vivre de ce que j'aime que j'aimerais passer à ce stade. Je t'aurais répondu de la même manière si tu m'avais demandé si pour moi, les astrophysiciens visent à appartenir à une élite : réponse, non pas forcément, certains peuvent aussi faire ce métier par pur plaisir. Le plaisir serait pour toi irrémédiablement dissocié du domaine professionnel ?

A aucun moment je n'ai remis en question la qualité des textes de ce forum... J'ai du mal à croire que tu aies pu l'interpréter comme ça, vraiment. Ca ne remet pas en cause non plus ma compréhension des comportements des auteurs etc... J'ai juste dit que pour moi souhaiter être écrivain n'était pas synonyme de souhaiter appartenir à une élite. Et encore, j'ai insisté sur le fait que je ne me prononçais que "en ce qui me concerne". ("pour ma part"... "à mes yeux"... "de mon point de vue"...).

Donc voilà, non je ne considère pas les écrivains comme une élite, mais tout simplement parce que j'ai du mal à considérer qui que ce soit comme une élite, d'où le fait que je te posais plus de questions sur ce que tu mets derrière ce mot.

Oui j'écris pour le plaisir ; oui je souhaiterais pouvoir faire cela en tant que professionnelle ; non ce plaisir n'est pas en opposition avec le fait de réaliser un réel travail de fond, minutieux voire obsessionnel, dans le but de s'améliorer autant que possible ; oui le plaisir peut être associé au sérieux du travail proposé et au sérieux des sujets abordés. Oui je vois bien la qualité des textes de ce forum ; oui je respecte totalement le fait que d'autres (comme moi du coup) aient envie de faire de l'écriture leur métier.

Citer
La question que je pose donc à travers le mot "élite" est la suivante : comment trouver un équilibre des uns avec les autres (j'entends avec des gens comme toi également) ?
Je serais ravie que tu m'éclaires davantage sur cette phrase.



EDIT :
Kailiana, je souscris en tout point à ce que tu as écrit dans tes différents messages. Merci, c'est agréable à lire :) .
« Modifié: 23 octobre 2017 à 18:00:29 par Ariane »

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 1.036 secondes avec 22 requêtes.