Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 juin 2019 à 07:52:45

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » Salle de débats et réflexions sur l'écriture » La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?

Auteur Sujet: La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?  (Lu 1965 fois)

En ligne Ariane

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 530
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #15 le: 17 octobre 2017 à 18:20:41 »
Citer
Cette idée de "il faut créer un monde mais pas trop", "pas avoir trop de détail", "pas un truc trop différent de ce qu'on connait", "il faut pas perdre son lecteur", je la trouve vachement stéréotypé et dans la pratique assez fausse.
Ah non ce n'était pas du tout ça que je voulais dire.
Je voulais dire qu'il ne faut pas oublier ce que le lecteur ignore, en ce qui concerne les choses nécessaires à comprendre l'histoire. J'ai du mal à trouver un exemple là tout de suite donc je vais prendre un truc tout pourri : s'il y a une créature que seul un personnage peut voir, il faut peut-être le préciser à un moment, sinon le lecteur va se demander pourquoi tout le monde s'en fiche de la créature. Ce que je voulais dire c'est que parfois des choses coulent de source pour l'auteur, au point d'oublier d'expliquer certaines choses, qui auraient besoin d'être précisées pour le lecteur. Ce qui n'empêche pas du tout de détailler son univers à mort et de le faire très différent de ce qu'on connait etc etc.

milena-owein

  • Invité
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #16 le: 17 octobre 2017 à 18:32:26 »
Oui tout à fait d'accord : d'où l'intérêt d'avoir des relecture et des beta lecteur.
Mais pour moi il faut bien faire la différence entre un défaut de narration et un défaut de construction.
Là ce que tu me décris, pour moi c'est un défaut de narration (ce que l'auteur veut raconter n'est pas compréhensible pour le lecteur) mais la construction d'univers n'en est pas la cause (ce n'est pas parce que l'univers serait "trop complexe"). Au mieux se serait une cause indirecte : l'auteur, trop immergé dans son univers, n'arrive plus à se mettre à la place d'un lecteur n'en connaissant rien. Mais ce n'est pas un défaut de la pratique de la construction d'univers, ni un défaut de la construction elle-même.

D'où mon idée que selon moi dire "il ne faut pas trop construire un univers sinon tu n'arrives pas à le rendre accessible au lecteur" est une idée reçut assez fausse.

En ligne Ariane

  • Modo
  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 530
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #17 le: 17 octobre 2017 à 18:52:15 »
Citer
Au mieux se serait une cause indirecte : l'auteur, trop immergé dans son univers, n'arrive plus à se mettre à la place d'un lecteur n'en connaissant rien
Voilà, c'est exactement ça que je voulais dire :) .

Citer
D'où mon idée que selon moi dire "il ne faut pas trop construire un univers sinon tu n'arrives pas à le rendre accessible au lecteur" est une idée reçut assez fausse.
Je suis totalement d'accord avec toi :) .

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 739
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #18 le: 18 octobre 2017 à 10:15:25 »
J'ai pas dis qu'il ne fallait pas avoir un truc trop "riche". Juste penser de temps à autre qu'une personne étrangère peut décrocher si on omet certains détails. Ce que j'entendais par "être trop immergé dans son monde".
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 598
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #19 le: 18 octobre 2017 à 10:50:05 »
Mais quel genre de détails ?
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 739
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #20 le: 18 octobre 2017 à 11:32:48 »
Détails d'ordre géopolitiques par exemple... En tant qu'auteur j'ai une idée plus ou moins précise des relation entre peuple et pourquoi... Si j'oublie de préciser certaines choses, on peut passer à côté de la compréhension d'une action ou de la pensée d'un personnage, par exemple.
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Hors ligne Shaike

  • Plumelette
  • Messages: 8
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #21 le: 18 juillet 2018 à 22:11:27 »
Dans mon cas, j'ai commencer à écrire autour de mes personnages. Puis mes personnages ont changés. Le monde aussi.

Maintenant, le monde que j'ai créer a ses propre règles, ses nations, sa physique propre, sa logique, et même une part de sociologie. J'ai mis des années à créer cette univers. J'ai même dû me créer à titre personnel un lexique en trois langues différentes pour ne pas faire de fautes d'orthographes ou de vocabulaires quand mon personnage voyage. Et j'ai toujours sous le coude mon "carnet de voyage" qui retrace l'histoire de chaque pays/ville, de toutes les cartes dessinées de mes mains, les croquis de mes objets, et créations.

En soit, ce monde s'est créer un peu tout seul, il s'est imposé, et à évoluer dans le temps, comme le nôtres. Je pense pas que l'on puisse réellement parler de créer un univers. Je pense plutôt qu'il s'agit d'une sorte de créature qui se fait elle-même, au gré des expériences des personnages de l'histoire. Après x années à travailler dans ce monde, il a fini par devenir plus vivant que si je m'était réveillé le matin en me disant: je vais créer un monde. Littéralement, on pourrai parler de Big-Bang, mais après, tout ce fait un peu tout seul, avec le temps.

Après, quand un monde devient (trop) complexe vient un autre problème: comment expliquer a un invité comme le lecteur la logique du monde? Le problème est encore plus vrai dans une scène d'action. y'a a mon sens deux solutions. L'expliquer dans le texte au risque de cassé l'action/ l'ambiance, ou même un astérisque, qui vous renvois au choix en bas de page, ou a la fin du livre (c'est souvent mon cas). Mais il faut toujours que l'explication soit cohérente. On ne peu pas faire demander au valet du roi qui est son seigneur. Ce serait étrange...


Hors ligne emma

  • Plumelette
  • Messages: 11
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #22 le: 04 octobre 2018 à 22:32:51 »
un univers en tout cas ce n'est pas nécessairement à comprendre dans le sens "monde parallèle"genre fantasy ou science fiction, on peut construire un univers à partir de chose à priori existantes, mais simplement en les présentant selon une logique absurde et poétique. Jacques Tati faisait çà très bien.

Hors ligne Mutgnan - Lip

  • Plumelette
  • Messages: 13
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #23 le: 06 octobre 2018 à 16:25:56 »
Je me trouve en ce moment même au prise avec la création de l'univers de mon roman. Je parlais au tout début du diable mais je me suis rendue compte que ce terme ne colle pas avec ce que je veux développer dans mon histoire, qu'il est trop connu et a donc déjà tout un bagage avec lui. J'ai donc créé deux divinités qui correspondent mieux. Ce qui me semble complexe est d'amener leur ''définition'' dans le cours de l'histoire. Idem lorsque je veux définir la ''carte'' de mon monde, mais j'espère quand écrivant la suite je trouverais le bon moment pour l'aborder.

Hors ligne Karas

  • Scribe
  • Messages: 92
  • Daga Kotowaru!
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #24 le: 15 octobre 2018 à 12:44:00 »
Pour moi, la construction d'univers est quelque chose qui doit être stable et organisé pour l'auteur, mais qui n'a pas forcément à être expliqué intégralement et immédiatement au lecteur/public. En ce moment, j'ai l'impression que beaucoup de gens se questionnent et bloquent dès que quelque chose n'est pas parfaitement et immédiatement clair dans les oeuvres de fiction, plutôt que de juste se faire leurs propres hypothèses ou d'accepter que c'est quelque chose qui fonctionne et qu'ils auront peut-être des explications plus tard, ou se dire qu'ils ont tout simplement raté des indices qui étaient venus avant.

Bon, parfois c'est parce que l'histoire ne donne réellement pas assez d'éléments pour qu'on comprenne sa logique, donc va savoir si c'est la fiction qui s'attend trop à ce que l'audience remplisse les trous, ou si l'audience est trop paresseuse pour les remplir, ou trop impatiente pour attendre les explications. Mais bon, ça c'est un autre débat.

Avec tous les mondes fictifs qui ont été créés, il y a forcément des points communs entre chaque, donc à moins de faire quelque chose de complètement original et qui s'éloigne de tout ce qui est connu, dès que l'univers qu'on crée rentre dans une catégorie bien déterminée (fantasy, SF, polar, horreur etc.), on y retrouvera probablement des éléments présents dans d'autres oeuvres du même type, donc quand on crée un univers de SF, pas besoin d'expliquer une fois de plus au lecteur ce qu'est un pistolet laser ou un téléporteur, à moins encore une fois que leur fonctionnement soit différent de ce qu'on connait et/ou très important pour le récit. Pas besoin d'expliquer dans un monde de fantasy que les gens peuvent tirer des boules de feu avec les mains, ou de faire un aparté sur les vampires dans un récit d'horreur.

Donc, quand on construit un monde, mais qu'on le base sur une catégorie précise, on se doit de mettre ses éléments uniques en avant, et garder les trucs plus habituels, généraux et répandus plus vagues, parce que les lecteurs les ont déjà probablement vu des tas de fois auparavant, et n'ont pas besoin qu'on leur réexplique les bases. Et d'un autre côté, vu que d'après moi, la plupart des histoires se déroulent au-travers du point de vue d'un personnage vivant dans un univers, le texte se doit de nous montrer le monde comme s'il était normal et habituel aux yeux du protagoniste, qui n'a lui non plus pas besoin qu'on lui explique tout vu qu'il est né et vit dans le monde où se déroule l'histoire.

Du coup, à moins de raconter un récit d'un point de vue externe, avec un narrateur omniscient ou en tout cas qui décrit tout ce qui se passe de manière objective, un univers peut se permettre de garder des parts d'ombre aux yeux du lecteur, de cacher des éléments qui sont pourtant censés être connus de certains personnages, voire de tout le monde, mais qui n'ont pas à être mis en avant tout de suite.

Dans mon texte actuel, l'histoire est vue au-travers de l'héroïne, qui connaît déjà bien le monde dans lequel elle vit, et même si elle est "suivie" par un narrateur qui décrit l'action autour d'elle et fait des petits apartés réguliers pour clarifier des détails qui sont justement originaux à cet univers et/ou importants pour le déroulement du scénario, beaucoup de choses sont livrées de but en blanc comme si elles n'avaient rien de spécial alors qu'elles pourraient faire lever quelques sourcils.

Du coup, c'est là que la frontière devient floue, entre l'auteur qui s'attend un peu trop à ce que les lecteurs soient capables de faire leurs propres interprétations, et les lecteurs qui veulent des explications immédiates. Parce que d'un côté j'ai des lecteurs qui saisissent vite la nature des humains artificiels présents dans mon récit ainsi que de leurs super-pouvoirs à la limite entre la magie, les pouvoirs de X-Men et le Ki à la Dragon Ball. Et j'en ai d'autres qui n'arrivent toujours pas à déterminer si ce sont des êtres organiques ou robotiques, ou ce que leurs pouvoirs de manipulation énergétique sont censés être, même au bout de plusieurs chapitres où on les voit utiliser leurs compétences sous diverses formes qui auraient sans doute plus leur place dans un roman de fantasy ou un manga shonen.

Mais justement, là-aussi ça rentre dans la construction d'univers à partir de modèles et d'éléments déjà connus, parce que d'après moi il ne s'agit que d'un mélange de trucs qui existent déjà dans d'autres œuvres, même si elles ne sont pas du même style. D'un côté je lis un récit de fantasy qui possède quand même quelques éléments de technologie alimentée à la magie, et qui ne prend pas spécialement la peine d'expliquer comment ça marche, mais qui l'introduit comme si c'était parfaitement naturel dans cet univers. Un peu comme dans la réalité, où la plupart des gens n'ont aucune idée de comment fonctionnent les appareils qu'ils utilisent tous les jours au delà de "je branche la prise et j'appuie sur l'bouton", mais vivent avec sans se poser de questions.

Du coup c'est quelque chose que j'apprécie, que j'essaie d'appliquer et que j'aime voir dans d'autres œuvres. Pour moi un univers est bien construit quand il est naturel pour les personnages qui y vivent, et que ses concepts uniques ne sont pas trop gros ou mis en avant trop vite pour déstabiliser un lecteur qui vient d'arriver et qui découvre. Quand j'ai joué à Skyrim, Fallout 4 ou Dragon Age Inquisition sans avoir touché aux volets précédents, j'étais content de voir que les concepts généraux déjà vu des milliards de fois tels que la magie, les démons, les robots ou les mutants étaient présents très vite sans avoir besoin qu'on s'arrête dessus en mode "Mais dis-moi Jamy", parce que ça fait partie intégrante du paysage quotidien dans ces mondes. Mais dès qu'on tombait sur des trucs plus importants et uniques à ces mondes tels que le conflit entre l'Empire et les Nordiques, les Super Mutants ou le Lyrium, le scénario ou les personnages prenaient toujours un temps (ou nous proposaient une option) pour nous renseigner sur leur nature et leur signification.

Donc voilà, je sais pas trop où j'essaie d'en venir, vu que j'ai encore une fois réussi à me perdre dans mes radotages, mais pour moi la construction d'univers doit être bien soudée dans l'esprit de l'auteur, mais ne doit pas tout donner tout de suite au lecteur, à la fois pour garder la surprise sur certains éléments de l'histoire, mais aussi pour ne pas le prendre pour un imbécile en lui réexpliquant des trucs qu'il aurait pu comprendre tout seul avec juste quelques indices et termes bien placés.

Et c'est en partie là-dessus que je dois bosser dans mon propre récit, afin de combler les vides que le lecteur ne peut pas remplir, et éviter de lui expliquer ce qui coule de source, parce que justement j'arrive encore à dire des évidences et à omettre de partager des infos qui sont claires pour moi, mais qui sont sans doute floues voire imperceptibles pour d'autres.
Projet Brainchild, mon récit de SF en cours, à fortes inspirations de mangas et de super-héros, mais avec beaucoup plus de bla-bla que je ne pensais en commençant.

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 739
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : La construction d'univers : quoi qu'est-ce ?
« Réponse #25 le: 17 octobre 2018 à 14:43:56 »
Donc, quand on construit un monde, mais qu'on le base sur une catégorie précise, on se doit de mettre ses éléments uniques en avant, et garder les trucs plus habituels, généraux et répandus plus vagues, parce que les lecteurs les ont déjà probablement vu des tas de fois auparavant, et n'ont pas besoin qu'on leur réexplique les bases. Et d'un autre côté, vu que d'après moi, la plupart des histoires se déroulent au-travers du point de vue d'un personnage vivant dans un univers, le texte se doit de nous montrer le monde comme s'il était normal et habituel aux yeux du protagoniste, qui n'a lui non plus pas besoin qu'on lui explique tout vu qu'il est né et vit dans le monde où se déroule l'histoire.
Ça dépend de certains facteurs. Si on se base sur un monde "primitif" (fantasy ou post apocalyptique) il est fort à parier qu'un type ne connaisse que ce qui se situe à une centaine de kilomètres alentours et que le reste ne soit que très fragmentaire ou légendaire. Dans ce cas, il faut alors expliquer ce qui nous semble à nous logique. Mais le faire dans la narration, dans l'optique d'une découverte pour l'un des protagonistes. Je pense qu'un viking de base ne connaissait rien à la mythologie celtique ou gréco-romaine, alors qu'à nous cela semble le B-A BA.


Par contre je suis d'accord pour ne pas tout dévoiler mais surtout savoir le faire sans donner l'impression de donner un cour ou de faire digression sur digressions. Comme tu en donnes l'exemple par rapport à ton texte.

Par contre, pour l'histoire de la magie, j'ai beaucoup aimé la vision de Javier Negrete sur le concept de magie développé dans ses romans Zémal et Syfron.
Avec des Si on fait de la musique monotone...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.672 secondes avec 23 requêtes.