Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 juillet 2019 à 01:12:41

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'antichambre de l'édition » Quelques conseils pour se faire éditer, par Sophie Audouin-Mamikonian

Auteur Sujet: Quelques conseils pour se faire éditer, par Sophie Audouin-Mamikonian  (Lu 5163 fois)

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 915
  • Championne de fautes de frappe
L'auteur de la saga fantasy pour jeunesse à succès Tara Duncan (bah quoi, c'est vrai, dans l'absolu ! :-¬?), Sophie Audouin-Mamokonian, révèle sur son blog quelques ficelles des démêlés avec les éditeurs. J'ai trouvé ça intéressant, alors je vous le copie-colle ici :) (Je trouve ça sympa qu'un auteur donne les rouages techniques du métier, comme ça ; d'habitude c'est une phase assez obscure, un milieu fermé façon Mystères d'Eleusis, lol)


"1) Un éditeur est un acheteur. Rien de plus, rien de moins. Il va vous payer pour avoir le droit d’éditer votre livre. Mon premier livre, par exemple m’a été payé 3100 euros. J’avais en plus, un pourcentage sur chaque livre vendu qui allait de 10% du prix hors taxes jusqu’à 10 000 exemplaires vendus, 12 % au dessus de 20 000, 14% à partir de 50 000 exemplaires vendus.
L’éditeur se rembourse de l’avance, c’est à dire qu’il ne commence à vous payer la seconde partie, c’est à dire les pourcentages sur livre vendu, qu’à partir du moment où la somme de 3100 euros, la fameuse “avance”, est remboursée par les ventes de livre. Donc, quoi qu’il arrive, sauf aux éditions Plon qui ont exigé le remboursement de mon avance lorsqu’ils ont décidé de ne pas me publier après m’avoir signé mon contrat (ce qui est minable et se pratique très peu dans le milieu), vous garderez cet argent, même si votre livre ne se vend pas du tout.

2) Quel est le travail de l’éditeur ?

A) Il travaille votre livre avec vous. Vous signale vos erreurs, ce qui va et ne va pas. Soyons clairs, les éditeurs sont des êtres humains comme les autres, il y en a des bons et des mauvais. Mais en général, ils sont plutôt de bon conseil.

B) Ensuite, l’éditeur va faire travailler les graphistes afin que vous ayez la couverture la plus efficace possible. Il y a des outils marketing pour cela. Les éditeurs qui pincent le nez en disant qu’ils ne font pas de livres commerciaux utilisent exactement les mêmes outils, c’est toute l’ironie de ce curieux métier. C’est là où les éditeurs sont crucifiés. Ils disent faire un métier très noble, intellectuel et tout et tout, sauf que ce métier doit payer leur steak de tous les jours. Donc pas le choix, ils doivent vendre…

C) L’autre grand atout de l’éditeur, c’est qu’il dispose d’un circuit de distribution. C’est à dire que ses commerciaux vont aller voir les librairies, les supermarchés etc afin qu’ils prennent votre livre. En fonction du nombre de livres qui sont mis en place, vous avez une plus ou moins grosse exposition. Par exemple aujourd’hui, Tara est mise en place à 50 000 exemplaires. Pour mon premier livre, Seuil l’avait mis en place à 8 000 exemplaires.

D) Ensuite, pour en faire la promotion, l’éditeur fait intervenir une attachée de presse. Là aussi, il y a de bonnes attachées de presse et des mauvaises. C’est un métier passionnant, mais terrible. Les journalistes sont de plus en plus submergés par des centaines de livres à lire ou à défendre et selon le talent de l’attachée de presse, le vôtre peu parfaitement passer à la trappe. C’est ce qui est arrivé à mon amie Martine Mairal, avec son excellent polar “Lorsque la lune sera bleue” qui n’a eu quasiment aucun papier. Elle a clairement eu un mauvais attaché de presse, ou pire, un attaché de presse qui avait d’autres livres plus “importants” à défendre. Comme des livres “people” qui sont faciles à placer auprès des journalistes, surtout de télévision.
En revanche, lorsqu’on en a une bonne, comme celle de chez XO, c’est total bonheur. Attention, cela ne veut pas forcément dire que les articles seront élogieux hein, mais au moins, les journalistes en parleront et c’est ce qui est important…

E) Enfin, ce qui est loin d’être négligeable, il y a aussi tous les services annexes : Déclinaison de votre livre au cinéma ou à la télé, vente de votre livre aux éditeurs étrangers. Chaque année, il y a ce qu’on appelle des “book fairs” dans le monde entier, où les éditeurs envoient leurs services de droits étrangers montrer votre livre et essayer de le vendre. C’est comme ça que Seuil a vendu mon livre dans 12 pays. Chaque pays paye une somme forfaitaire et un pourcentage sur les ventes, cet argent est partagé à 50/50 avec l’éditeur. Enfin, il y a la négociation des droits avec les livres de poches, qui sont d’autres maisons d’éditions spécialisées. Là aussi, l’argent est partagé en deux.

Tout ceci, un imprimeur est incapable de le faire, bien évidemment. Alors, ces soit-disant maisons d’édition qui vous annoncent qu’ils vont vous publier si vous les payez sont ce qu’on appelle des maisons à compte d’auteur. C’est en fait, comme si vous vous publiez vous-même. Et là, bien évidemment, ils acceptent tous les textes, même les plus mauvais, puisqu’ils veulent juste faire du chiffre d’affaire. Donc en aucun cas cela ne démontre de la qualité de votre texte.

Pour terminer, beaucoup d’entre vous me demandent comment faire pour se faire éditer, si on ne risque pas de leur “piquer” leur texte et si à 12, 14, 18 ans, ils ont une chance de se faire publier. Voici donc ma réponse
1) Je ne vois pas bien pourquoi vous mettriez votre âge sur votre lettre d’accompagnement. L’éditeur se fout totalement que vous ayez 1 an ou 102 ans, seul le talent compte
2) Une lettre courte du type “Voici xxxxx, mon roman de fantasy/polar/thriller/histoire d’amour, j’espère que vous aurez autant de plaisir à le lire que j’ai eu de plaisir à l’écrire, bien à vous” et votre signature. Les longues proses expliquant le pourquoi du comment, ils ne le lisent pas.
3) Ne mettez ni dessin ni carte, ni machins décoratifs. Ils s’en fichent et de toutes les façons le graphisme ne dépendra pas de vous, alors inutile de vous fatiguer. Ne mettez pas non plus de remerciements sur la page de garde, ça fait prétentieux, vous le ferez lorsque vous serez sûrs d’être édités.
4) Votre tapuscrit doit être écrit en corps de police 12, avec un interligne et demi entre chaque ligne. C’est plus facile à lire pour l’éditeur. Aucun éditeur n’accepte de fichiers mails, tout simplement parce que cela leur ferait trop cher à imprimer et qu’il est impossible de travailler sur un texte sur un ordinateur. Il doit impérativement être imprimé.
5) Sur la page de garde, remettez votre nom, votre adresse, votre tel et votre adresse mail, les éditeurs perdent souvent les pages d’accompagnement.
6) Envoyez votre tapuscrit A TOUS LES EDITEURS ! C’est tellement difficile de se faire éditer que “choisir” est complétement débile. Le bon éditeur sera celui qui vous choisira et vous achetera. Point.
7) Personne ne vous piquera votre texte. Les éditeurs reçoivent en moyen 5000 manuscrits par éditeur et par an. Sachant qu’il y a rarement plus de 4 éditeurs par maison d’édition, ils n’ont aucune raison de vous voler votre texte, il est plus simple de vous publier…
8) Enfin, les éditeurs ont rarement le temps de lire votre livre en entier. Si les premières pages ne sont pas bonnes, ils ont tellement de manuscrits à lire qu’ils mettent à la poubelle tout de suite. Donc la règle numéro 1, c’est qu’il faut que les premières pages soient ébloulissantes et les dernières aussi…ainsi, votre tapuscrit aura une bonne chance d’aller en comité de lecture et peut être d’être choisi !
9) Enfin, faites corriger autant que possible vos fautes avant d’envoyer votre travail. C’est une simple question de courtoisie pour le travail de l’éditeur. Un livre truffé de fautes au point d’être illisible sera vite rejeté.

Ben voilà, je vous ai dévoilé quelques unes des règles d’or de ce métier. A présent, bon courage !"

Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 871
    • au bord du littéral
Hum, pour ce que j'en connais, je trouve pas toujours ses remarques très pertinentes.

Par exemple limiter le rôle de l'éditeur à celui d'acheteur, c'est un peu réducteur quand même  :mrgreen:

Et puis le truc d'envoyer à tous les éditeurs c'est débile :
1) ça coûte cher à celui qui veut se faire publier (eh quoi, c'est important)
2) quand t'as 30 clampins qui envoient du théâtre à un éditeur de littérature générale, les gens pètent un câble et ton manus du tonnerre risque de passer à la trappe avec d'autres (c'est la fin de la journée, faut liquider la pile)
3) mieux tu vises plus t'as de chances d'attirer l'attention. Ca flatte les gens quand ton manuscrit "correspond à la ligne éditoriale de telle ou telle collection" parce que ça montre que tu penses pas qu'à toi et que t'as fait attention à ce que toi tu publies

Par contre l'idée d'être sur le devant de la scène est archi crucial. Y'a des mystères qu'on comprend pas, comme le succès fulgurant de l'Élégance du hérisson (alors que bon, ça casse pas des briquettes), et puis y'a tous les bons qui se vendent pas parce qu'on en parle pas. A mon avis à notre époque le + efficace quand on connaît pas du beau monde c'est de créer du buzz sur internet. Mais bon, tous les textes ne se prêtent pas à ça.

Bref, elle a des propos intéressants mais disons que ça concerne son expérience à elle, c'est-à-dire des gros tirages et un succès quasi immédiat. C'est loin d'être la loi du commun des mortels à plume.

D'après ce que j'ai vu, quand tu envoies ton manuscrit :
1) ils regardent qui tu es, si tu as déjà publié et où
2) on lit le résumé s'il y en a un
3) les 20 premières pages, la fin
4) si c'est convaincant, tout

Nous on reçoit tous nos manuscrits ou presque par mail. C'est + simple à gérer pour les réponses et moi ça ne me gêne pas de lire sur ordi, mais c'est pas le cas de tout le monde. Si on veut aller + loin de toutes façons, on fera un pré-tirage papier pour les corrections diverses. Par contre les manuscrits numériques se perdent facilement. N'hésitez pas à relancer (généralement les réponses se font sous trois mois) si pas de nouvelles.

Désolée de pourrir le sujet mdr, mais ça m'a fait réagir un peu.

Hors ligne Krapoutchniek

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 161
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Re : Quelques conseils pour se faire éditer, par Sophie Audouin-Mamikonian
« Réponse #2 le: 12 avril 2010 à 19:24:56 »
Des bons conseils, mais effectivement, il y a 2-3 trucs bizarres.


Une simple phrase leur suffirait ? Même pas de résumé ?

Et point de vue graphismes, je ne vois pas pourquoi ils redessineraient tout alors qu'on leur envoie des dessins ? C'est quand même l'auteur qui est le plus à même de pouvoir dessiner clairement un personnage ou tracer une carte de son propre monde. De toute façon, j'imagine que les graphistes assoment l'auteur de questions quand ils doivent bosser là-dessus...
Un Nano pour les gouverner tous...

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 871
    • au bord du littéral
Ta remarque est pertinente Krap, d'autant plus que les éditeurs serrent les bourses et s'ils font appel à des infographistes, ce sera des freelance. Le problème c'est qu'il faut que l'image que tu envoies (enfin, que tu dis que tu as) elle ait une très haute définition et qu'il n'y ait pas de transparence ou de blanc "papier" (c'est-à-dire que le blanc doit être une couleur).

Hors ligne Krapoutchniek

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 161
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Je n'ai encore rien envoyé, je suis loin d'avoir fini  :D


Pas de blanc pur alors ? Pourtant, il me semble que les cartes ont généralement un fond blanc ?
Un Nano pour les gouverner tous...

Hors ligne Matt

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 530

Citer
Envoyez votre tapuscrit A TOUS LES EDITEURS ! C’est tellement difficile de se faire éditer que “choisir” est complétement débile. Le bon éditeur sera celui qui vous choisira et vous achetera. Point.

Cela me fait trop rire.   :D

Faut pas envoyer à n'importe qui non plus, hun.  :huhu:
Les Oeuvres d'Art ont quelque chose d'infiniment solitaire, et rien n'est aussi peu capable de les atteindre que la critique.

Seul l'amour peut les saisir, les tenir, et peut être équitable envers elles.

Rainer Maria Rilke

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.618 secondes avec 24 requêtes.