Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 février 2019 à 06:34:00

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Théâtre et poésie » [Poésie] Cahier d'un retour au pays natal (Aimé Césaire)

Auteur Sujet: [Poésie] Cahier d'un retour au pays natal (Aimé Césaire)  (Lu 324 fois)

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 731


Une biographie : http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,3447.0.html

C'est l'oeuvre qui marque le début de la négritude, publié en 1939. C'est un texte en vers libres. J'ai bien aimé certains passages, mais l'ensemble a de forts relents d'un surréalisme verbeux qui m'indiffère, malgré la richesse notable du vocabulaire. J'ai apprécié le non usage assez récurrent de la ponctuation qui facilite une parole comme une sorte de torrent. Et le pays natal, c'est la Martinique, Césaire doit y retourner et il écrit ce Cahier à Paris. Préfacé par Breton, comme de par hasard.
« Modifié: 05 avril 2017 à 19:42:09 par Eveil »
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 215
Re : [Poésie] Cahier d'un retour au pays natal (Aimé Césaire)
« Réponse #1 le: 05 avril 2017 à 21:00:32 »
Je l'avais feuilleté, voici bien longtemps, et ça m'était un peu tombé des mains. (A l'époque, je m'étais dit que c'était parce que j'étais un jeune con. Je ne suis pas certain que je dirais, aujourd'hui, que c'est parce que je suis un vieux con). Bref, je te suis.
(comme "de" par hasard, c'est du Mémé ?)

Hors ligne Doctor Grimm

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 522
  • Reine solaire
    • Trois fois dès l'aube
Re : [Poésie] Cahier d'un retour au pays natal (Aimé Césaire)
« Réponse #2 le: 26 janvier 2019 à 10:41:24 »
Oh ben zut u.u


Je l'ai terminé hier et ai beaucoup aimé : le format a été un peu difficile pour moi au début (j'ai vraiment pas l'habitude des longs poèmes, donc je recherchais des unités et des coupures là où il n'y avait pas vraiment lieu d'en chercher, et je suis passée un peu à coté des 20 premières pages, ce qui est dommage).

Je te rejoint assez, Eveil, sur le "surréalisme verbeux" et la richesse des mots, sauf qu'ils n'ont pas rencontré chez moi l'indifférence : c'étaient un peu des plages de repos dans la lecture, une manière de se laisser porter par les mots pendant quelques lignes avant de retourner dans une "vraie" lecture ? (je sais pas si je suis très claire).

Quelques passages qui donneront peut-être envie :

Citer
Je me cachais derrière une vanité stupide le destin m'appelait j'étais caché derrière et voici l'homme par terre, sa très fragile défense dispersée,
ses maximes sacrées foulées aux pieds, ses déclamations pédantesques redant du vent par chaque blessure,
voici l'homme par terre
et son âme est comme nue
et le destin triomphe qui contemple se muer
en l'ancestral bourbier cette âme qui le défiait.

Citer
ne faites point de moi cet homme de haine pour qui je n'ai que haine

Citer
Elle est debout la négraille

la négraille assise
inattendument debout
debout dans la cale
debout dans les cabines
debout sur le pont
debout dans le vent
debout sous le soleil
debout dans le sang

debout
        et
            libre
debout et non point pauvre folle dans sa libertéet son dénuement maritimes girant en la dérive parfaite et la voici :
plus inattendument debout
debout dans les cordages
debout à la barre
debout à la boussole
debout à la carte
debout sous les étoiles

debout
        et
            libre

et le navire lustral s'avancer impavide sur les eaux écroulées.

Je m'arrête là u.u j'en conclurai que c'est le deuxième Césaire que je lis (après Ferrements l'hiver dernier) et je suis vraiment contente de l'avoir découvert  :coeur: :coeur:
Toute ma peau est maladésir.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.039 secondes avec 22 requêtes.