Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 juin 2019 à 12:00:29

Le Monde de L'Écriture » Autour de l'écriture » L'antichambre de l'édition » L'Harmattan

Auteur Sujet: L'Harmattan  (Lu 4662 fois)

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 786
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : L'Harmattan
« Réponse #15 le: 27 janvier 2017 à 14:34:24 »
De leur site tu veux dire,  ils l'affichent en tant qu'argument de promotion u_u

Publier autant de livres par mois,  ça montre qu'il n'y a aucun travail éditorial et qu'ils se contentent d'imprimer à la chaîne dans la plupart des cas (une  vraie maison qui sort 15 titres par mois, c'est déjà beaucoup) ,  pas la peine de réagir comme ça à loic,  Alan, c'est la maison qui n'est pas sérieuse editorialement, pas ce qui est publié.
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 133
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : L'Harmattan
« Réponse #16 le: 28 janvier 2017 à 01:20:12 »
Alors !

Déjà, Ben.G, je te rappelle que tu as estimé que "les éditeurs s'arrachent les cheveux pour trouver les dernières tendances", les maisons d'éditions traditionnelles ne font plus leur travail d'édition non plus.

Un véritable éditeur est en capacité d'inscrire un livre dans un courant, c'est ainsi.

Tu es loin d'avoir un regard éclairé sur la situation.

Ensuite, pour ceux qui seraient curieux d'en savoir plus sur l'Harmattan, j'ai pu rencontrer Denis Pryen, le directeur de cette maison d'édition. Nous avons parlé pendant près d'une heure, il a répondu à toutes mes questions. Cet homme défend des valeurs que je respecte, même s'il propose des contrats absolument pas adaptés au travail de l'auteur.

On est très loin de ce que l'on avait pu imaginer...

Je vois que la crise du livre a pris ses racines dans les quarante dernières années.

Le mode de fonctionnement de l'Harmattan est le suivant : ils sélectionnent une première fois leurs auteurs au moment de la signature du contrat, puis une seconde au moment de la promotion du livre. Cela signifie que l'auteur doit s'engager à défendre son livre avant même que l'éditeur ne le fasse, il faut comprendre la situation pour y voir les véritables enjeux.

Le reproche que fait D. Pryen aux auteurs est le suivant : "Bien souvent, nous avons des auteurs qui écrivent seuls dans leur coin, et au moment de la promotion du livre, ils sont incapables de parler de quoi que ce soit."

Souvenez-vous, vous m'aviez demandé : "Qu'est-ce qu'un auteur professionnel pour toi, Alan ?" et je vous avez répondu : "Quelqu'un qui est en capacité de présenter sa démarche d'écriture."

Effectivement, nous avons sur ce forum des auteurs qui, non seulement ne retravaillent pas leurs textes, mais ont en plus une grande difficulté à répondre aux commentaires, nous ne pouvons pas le nier. De tels auteurs écrivent, mais ne savent pas dire grand chose sur ce qui nourrit leur démarche. Cette maison d'édition n'aurait pas pu acquérir la crédibilité qui est la sienne sans faire un minimum de travail d'édition, en revanche, elle publie des auteurs avant de savoir si elle va les soutenir dans la promotion du livre.

C'est comme si tu signais un contrat, mais que tu n'avais pas idée de si tu bénéficierais d'un soutien ou non.

Tout est là.

En ce qui me concerne, j'ai besoin de publier dans une maison d'édition prestigieuse pour me démarquer du reste, c'est comme un label. Sans cette marque de qualité, les libraires seront beaucoup moins sensibles à mes publications (quelle tristesse d'en arriver là...).

Eh ! Oui, si je ne souhaite pas ressembler à une patate, j'en viens à sacrifier une partie de mon travail : voilà ce qu'on fait de nos auteurs !!

J'ai regardé le contrat de plus près, en réalité, je peux bénéficier d'un certain nombre de livres à 30%  de leur prix de vente, mais cela m'oblige à les vendre moi-même. 30%, c'est un très gros chiffre, ça comprend le droit d'auteur et la promotion du livre.

Si je me rends capable de vendre moi-même une grande quantité de livres, je ferai de gros bénéfices.

La maison d'édition attend de voir la capacité de l'auteur à présenter son travail, sa capacité à expliquer sa démarche en vendant quelques livres, et ensuite le lancement se fait. Cela pose une autre question : Doit-on passer par de tels extrêmes pour identifier un amateur d'un professionnel ? N'est-on plus en capacité, en tant qu'éditeur, de faire soi-même cette démarche d'identification ? Tout cela m'attriste énormément.

C'est un contrat très dur, et très risqué, comme vous le faites bien remarquer. Cependant, c'est une façon de reconnaître les auteurs qui est plus honnête que la politique éditoriale qui a lancé Nabilla numéro Un. Publier chez l'Harmattan impose le respect, et c'est ce qui contraint l'auteur à accepter des conditions drastiques. Il faut choisir : soit la réputation, soit l'isolement ; cela a un prix.

Publier aux côtés d'un livre communiste qui aurait été mal écrit, c'est moins dangereux que de publier à côté de Marc Lévy, de Nicolas Sarkozy ou d'Eric Zemmour.

La politique éditoriale de l'Harmattan est la suivante : ne publier un auteur que s'il est dans une logique d'effort et d'investissement, comme pour affirmer le métier d'auteur comme tel. Je partage ces valeurs, mais je ne partage pas la méthode employée, me voici à nouveau dans une situation insupportable.

En ce qui me concerne, cela ne fait que renforcer ma détermination à dénoncer la crise du livre. Comment en est-on arrivés là ? Pourquoi personne ne fait changer les choses ? Sommes-nous obligés d'avoir recours à de telles horreurs pour arriver seulement à faire le tri entre un auteur et un autre ?
« Modifié: 28 janvier 2017 à 01:25:43 par Alan Tréard »

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 786
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : L'Harmattan
« Réponse #17 le: 28 janvier 2017 à 01:57:57 »
Citer
Déjà, Ben.G, je te rappelle que tu as estimé que "les éditeurs s'arrachent les cheveux pour trouver les dernières tendances", les maisons d'éditions traditionnelles ne font plus leur travail d'édition non plus.

Un véritable éditeur est en capacité d'inscrire un livre dans un courant, c'est ainsi.
Et une bonne citation fallacieuse, une  ::)

Si tu veux me citer fais le bien : j'ai utiliser le terme comprendre et non trouver, et juste tendances et non la dernière. Ce que je voulais dire était simplement que les livres qui marchent bien surpennent souvent les éditeurs eux-mêmes. Tout l'inverse donc d'éditeurs alchimistes qui dictent la tendance : ils restent tributaires des lecteurs à la fin quoiqu'ils fassent. Quoique que tu sous-entende, tu m'a mal interpreté (Tiens pour ton projet fil sur l'édition, on pourrait parler ligne éditoriale, ca serait intéressant, de demêler ce que tu appelles courant, tendance, vision de l'édition, choix de l'éditeur, tout ça)
Donc merci de ne pas détourner mes propos pour servir les tiens, c'est extrêmement désagréable.

Et quand je te parle de travail éditorial ici à propos de l'Harmattan, je te parle du coeur du métier, le vrai, celui du retravail du texte avec l'auteur, les corrections, les conseils. (même si tu t'es bien rendu compte aussi que la politique de la maison en terme de promo n'est pas juste.)
« Modifié: 28 janvier 2017 à 13:05:33 par Ben.G »
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

anlor

  • Invité
Re : L'Harmattan
« Réponse #18 le: 28 janvier 2017 à 07:46:56 »
Euh, il n'y a RIEN qui IMPOSE à l'Harmattan de se faire de l'argent sur le dos des auteurs (parce que c'est quand même de cela qu'il s'agit). L'éditeur ce n'est pas un imprimeur, encore moins un simple tampon sur un livre. Ça fait parti du métier de prendre le temps de retravailler le texte avec l'auteur (comme le dit Ben.G) ainsi que de défendre le livre publié. Alors oui, des fois, les auteurs ne font pas tous les salons de France et de Navarre pour défendre leur bouquin et tu sais pourquoi ? Parce que souvent on ne les paie pas pour faire ça ; et à mon avis, le problème de l'investissement des auteurs (si problème il y a ; je suis à peu près convaincue qu'un auteur qui aura bossé pendant des mois/années avec son éditeur sur un texte fera le déplacement pour défendre son truc) est plutôt à chercher de ce côté-là.

En bref, j'ai peut-être pas été assez claire dans mes posts précédents, mais pour moi, entre les centaines de publications par mois qui ne font aucun sens dans un marché du livre déjà saturé et les différentes affaires de contrats non respectés qui sortent régulièrement à propos d'eux, l'Harmattan, ça fait partie des maisons dont je vomis la ligne éditoriale. Genre vraiment. Et non, ça n'en impose pas d'être publié par eux, tout comme ça n'en impose pas d'être chez Publibook ou Mon Petit Éditeur ou whatever du genre tout simplement parce que n'importe qui peut y être.


Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 871
    • au bord du littéral
Re : L'Harmattan
« Réponse #19 le: 28 janvier 2017 à 09:48:58 »
Je comprends que leur principe chez l'Harmattan, c'est de faire signer des contrats de ce type à des auteurs dont ils sont sûrs qu'ils ne dépasseront jamais, ou trop rarement pour être financièrement inquiétant, les 500 exemplaires vendus. Il n'y aura probablement pas autant de ventes car il n'y a aucun accompagnement ni dans le travail de l'auteur ni dans la promotion de son livre auquel l'éditeur ne croira que si voudras bien aligner des ventes et/ou peut-être de l'argent. Du coup, tout va dans leur poche et toi tu perds l'exclusivité de ton texte.

En résumé, ton texte peut sans doute trouver un meilleur éditeur. Enfin, un vrai éditeur quoi.

Mais ce n'est que mon avis.

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 133
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : L'Harmattan
« Réponse #20 le: 28 janvier 2017 à 12:52:43 »
Merci pour vos retour, cela m'amène à poser de nouvelles questions.

En ce qui concerne l'Harmattan, cette maison d'édition n'a pas du tout le même retour que d'autres marques comme Publibook ou Mon Petit éditeur. C'est une erreur d'interprétation.

En revanche, la question se pose du travail investi, et de la nécessité pour un auteur de travailler avec un éditeur de qualité. Pour le moment, j'ai besoin de poser les bonnes questions, et je verrai ensuite ce qui me permet de faire les bons choix. Il y a également un grave problème de popularités dans toutes les maisons d'édition qui gravitent autour de personnages connus pour en tirer un bénéfice innaccept

Nous avons un grave problème de clarté dans les enjeux actuels. Il est devenu impossible de faire la distinction entre un auteur et l'autre. Il en est de même de l'éditeur. Je vois également que vous êtes extrêmement préoccupés par la question, je pense que vous-mêmes auriez besoin de voir des améliorations dans ce monde tourmenté qu'est le livre.

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 574
  • Cas désespérant
Re : L'Harmattan
« Réponse #21 le: 28 janvier 2017 à 13:23:32 »
Merci pour vos retour, cela m'amène à poser de nouvelles questions.

En ce qui concerne l'Harmattan, cette maison d'édition n'a pas du tout le même retour que d'autres marques comme Publibook ou Mon Petit éditeur. C'est une erreur d'interprétation.

En revanche, la question se pose du travail investi, et de la nécessité pour un auteur de travailler avec un éditeur de qualité. Pour le moment, j'ai besoin de poser les bonnes questions, et je verrai ensuite ce qui me permet de faire les bons choix. Il y a également un grave problème de popularités dans toutes les maisons d'édition qui gravitent autour de personnages connus pour en tirer un bénéfice innaccept

Nous avons un grave problème de clarté dans les enjeux actuels. Il est devenu impossible de faire la distinction entre un auteur et l'autre. Il en est de même de l'éditeur. Je vois également que vous êtes extrêmement préoccupés par la question, je pense que vous-mêmes auriez besoin de voir des améliorations dans ce monde tourmenté qu'est le livre.

Ah bon ? Tu as déjà acheté/lu/vu en librairie de la littérature non scientifique de chez l'Harmattan ?
"Moi je crois aux histoire auxquelles les autres ne croient pas encore."
Angèle

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 133
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : L'Harmattan
« Réponse #22 le: 28 janvier 2017 à 22:42:16 »
J'ai acheté La Journaliste en Lutte, un bouquin très intéressant (et qui a probablement motivé mon choix).

Il est probable que l'Harmattan publie des impubliables, c'est un constat que j'avais déjà fait à propos de moi-même.

Il est clair que l'attitude de cette maison d'édition est très offensive vis à vis des autres maisons d'édition, ça ne fait aucun doute. Le modèle de la concurrence est très ancré dans l'esprit des éditeurs, nous ne pouvons qu'espérer en sortir un jour. Denis Pryen justifie sa politique éditoriale en disant, en quelque sorte : "ce n'est pas moi, ce sont les autres."

Pour le moment, le mauvais contrat proposé par l'Harmattan me permettra de faire le nécessaire, cela ne signifie pas que je cautionne l'attitude de cette maison d'édition. Comme vous le savez, les maisons d'édition que nous aimons ont mis la clé sous la porte. A une époque, j'aurais pu signer avec une maison d'édition indépendante dans de bonnes conditions, aujourd'hui ce n'est plus le cas.

Ne faites pas comme si l'on était vingt ans en arrière, ça n'a pas de sens.

Ce que je vais faire, c'est utiliser ce fil pour informer tout le monde sur ce qui ressort de mon parcours avec cette maison d'édition ; et s'il faut vraiment s'en inquiéter, vous en serez immédiatement informés.

La question se pose également de savoir pourquoi les quelques éditeurs survivants se sont positionnés dans une bulle faite de stars et d'illusions qui amène de nombreux auteurs différents à publier dans les pires conditions envisageables.

Effectivement, vos paroles font ressortir le fait que je pourrais perdre ma dignité ou perdre de l'argent ou du temps à publier dans une telle maison d'édition. Essayons de trouver un équilibre. En ce qui concerne ma dignité, elle ne dépend pas du label avec lequel je signe, elle dépend de ma capacité à vivre de mon métier et à signer des contrats. Je dois pouvoir bénéficier d'une marque de distinction dans un monde plein de confusions. En ce qui concerne l'argent, je n'en ai pas tant que je ne suis pas publié. En ce qui concerne le temps, celui-ci a déjà été rentabilisé par de nouvelles réflexions sur le monde du livre, et nous voyons ô combien les choses doivent changer au plus vite.

anlor

  • Invité
Re : L'Harmattan
« Réponse #23 le: 28 janvier 2017 à 23:15:17 »
Mais mec, les maisons indés intéressantes elles existent toujours. Je sais pas, rends-toi sur des salons, va faire un tour sur libfly, renseigne-toi quoi. En cautionnant ce genre de pratiques éditoriales tout ce que tu fais c'est leur enfoncer un peu plus la tête sous l'eau.

Franchement, je ne comprends pas ton discours. Tu t'inquiètes sur la condition de l'auteur. Dans cette maison, ils s'arrangent pour ne jamais payer leurs auteurs, c'est comme ça qu'ils font leur blé. Il te suffit de chercher un peu et tu trouvera pas mal d'articles (dont celui que j'ai cité plus haut) sur le sujet. Tu t'inquiètes sur le système qui nous fait prendre des livres pour des patates. Ces gens publient des centaines de livres par mois. Des CENTAINES. Ils ne publient pas les "impubliables", ils publient tout ce qui leur passe par la main, pourvu qu'ils puissent se faire de la thune sur le dos d'auteurs pas très regardants. Enfin j'sais pas, faut pas être sorcier pour se rendre compte que c'est justement le genre de boite que tu devrais combattre, pas défendre.
« Modifié: 29 janvier 2017 à 00:04:43 par anlor »

Hors ligne OliveDuWeb

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 705
  • Une tapenade de mots dans une mer d'huile d'idées
    • Page auteur
Re : L'Harmattan
« Réponse #24 le: 28 janvier 2017 à 23:17:58 »
Bonjour !

Une maison d'édition qui ne rémunère pas avant le 500ème exemplaire pour des auteurs inconnus, et qui en plus leur demande de vendre eux-même avant de considérer éventuellement l'idée de les promouvoir, désolé d'être cru, mais j'appelle ça du foutage de gueule. Si j'arrive à vendre sans eux, c'est qu'ils ne me servent à rien alors aucune raison de les engraisser, autant tout garder pour moi.

Ça reste mon opinion rien qu'à moi et je n'en veux pas à ceux qui ne la partagent pas.

Bises  :mrgreen:
"Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse" (Coco Chanel)

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 914
  • Championne de fautes de frappe
Re : L'Harmattan
« Réponse #25 le: 29 janvier 2017 à 00:13:27 »
Je plussoie Anlor et OliveDuWeb. Des maisons d'édition indépendantes et pas microscopiques, y en a (ou même, pas indépendantes, au sens où elles appartiennent à un.gros groupe, mais ont gardé leur indépendance artistique). Y aura sans doute des erreurs dans ma liste mais rien qu'à brûle-pourpoint je pense à Mnémos, La Volte, Cambourakis, Aux forges de Vulcain, Atalante, Viviane Hamy, Scrineo... Alan, il ne s'agit pas de reconnaître avoir tort ou de vouloir convaincre que tu as raison ; et puis si tu veux publier chez l'Harmattan, tu en as tous les droits. Mais ne le justifie pas par l'état actuel du marché de l'édition. C'est cet argument qui est horripilant, parce qu'il est fondamentalement faux et que c'est précisément l'argument fallacieux que brandissent les maisons d'édition "à la chaîne" pour que les auteurs mal renseignés aillent chez eux et leur rapportent de l'argent. Et c'est pas pour juger ta démarche que les paticipants continuent à réagir (vivement) sur ce fil. On respecte tous ta liberté et on ne te jugera pas mal d'accepter ce genre de contrats, toi, personnelement. Mais ceci est un forum public à destination d'auteurs plus ou moins expérimentés, donc c'est très frustrant d'y voir exposés des raccourcis erronés qui peuvent faire croire uee la seule option pour un auteur actuellement est de signer pour une édition sans travail éditorial et sans diffusion. Non, c'est faux.

Après, évidemment que l'Harmattan est légal, ce n'est pas une arnaque, ils ne mentent pas et tiennent leurs engagements. Mais il est totalement faux de dire que ce type d'édition (qui est plus une forme de service d'impression) est la seule façon de publier son livre. L'édition au sens complet du terme - travail éditorial, à-valoir payé d'avance à l'auteur, investissement financier et en temps de la maison d'édition, diffusion et promotion du livre - ça existe et, comme dit Anlor, ça se bat pour exister.
« Modifié: 29 janvier 2017 à 00:24:16 par Milora »
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 786
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : L'Harmattan
« Réponse #26 le: 29 janvier 2017 à 00:16:53 »
Citer
cela ne signifie pas que je cautionne l'attitude de cette maison d'édition.
Bah du coup, si, sinon tu refuserais comme tu refuses la politique des maisons pompe à fric.


Je surplussoie anlor du coup. Ce n'est pas parce que tu as vécu l'exemple de maisons indé qui ferment qu'il n'y en a plus aucune qui existent et qu'elles sont toutes vouées à disparaitre, justement il faut les soutenir et tu sais bien par tes recherches qu'il en existe plein. Dire qu'il n'existe plus que des maisons fondées sur des stars et le business, c'est totalement faux.


Maintenant si tu veux vraiment tenter, que tu es motivé à tenter ce genre d'aventure, je te souhaite sincèrement bone chance. Tu auras eu notre avis.
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 133
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : L'Harmattan
« Réponse #27 le: 29 janvier 2017 à 00:25:18 »
Anlor, je comprends ta colère, mais je rappelle que je ne suis pas en position pour négocier.

En ce qui concerne votre vision d'un auteur qui publierait dans un confort ou rien, elle ne correspond pas à mon quotidien, celui d'un homme qui n'est pas entendu. Le marché du livre est au plus mal, les incertitudes sont gigantesques.

J'ai bien réfléchi avant de faire mon choix, vos discours semblent penser le contraire. Je rappelle que les éditions L'Harmattan bénéficient d'un réseau solide et de moyens de promotion considérables, vos propos ne sont pas raisonnables. Je vous prie de respecter ma personne et de comprendre la situation dans laquelle nous sommes. Nous devons être capables de proposer un autre modèle, sinon, c'est le présent modèle qui restera ; et anlor, tu sais combien il est difficile de faire des propositions. Il est plus sécurisé pour moi de publier chez un éditeur cultivé que de me retrouver dans une édition minuscule qui risque de fermer dans les deux jours.

Ensuite, les livres publiés par l'Harmattan sont moins scandaleux que ceux publiés chez les autres. Vous oubliez bien vite les bêtises qui sortent chaque jour dans les rayons, ça n'a pas l'air de vous scandaliser tant que ça.

Plusieurs fois j'ai essayé d'en parler avec vous, le dialogue reste cependant très difficile. Effectivement, mon opinion n'engage que moi, elle est critique vis à vis de la situation, et ne changera pas demain.

Cela ne signifie pas que je cautionne, mais que je survis. Ensuite, j'ose espérer que les consciences s'élèveront et mettrons en place un autre monde du livre, mais avant cela, il me faut attendre que les esprits se réveillent. Je ne suis pas un auteur qui abandonne ses principes, je suis un homme qui doit surmonter les menaces provoquées par l'isolement.

Merci.

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 786
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : L'Harmattan
« Réponse #28 le: 29 janvier 2017 à 00:37:15 »
Si ton choix est fait, pourquoi nous demander notre avis dans ce cas ?

Citer
Ensuite, les livres publiés par l'Harmattan sont moins scandaleux que ceux publiés chez les autres.
Dans la centaine de livres qu'ils publient (et qui n'arrivent jamais chez un libraire par manque de diffusion, et avec des corrections de textes peu poussées par manque de temps et de travail à la chaine), à mon avis dans ce tas il doit y en avoir des tout aussi scandaleux. Mais bon. Effectivement on se concentre sûrement trop sur le positif  ::)
Pour pouvoir proposer autre chose il faut avant tout préserver et developper coute que coute ce qui existe de bien actuellement. Comme en politique. Pour moi cette maison ne représente pas ça, ce n'est que mon avis, si pour toi c'est ta seule solution en tant qu'auteur, alors soit, je l'entends (et comme dit milora, on ne te juges en aucun cas, tu nous as demandé notre avis sur cette maison, tu l'as.).

Citer
je suis un homme qui doit surmonter les menaces provoquées par l'isolement
Sans doute la plus touchante chose que j'ai lu de toi (je le dit sans aucune ironie et j'y ajouterai bien un câlin, l'ami)

Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 10 914
  • Championne de fautes de frappe
Re : L'Harmattan
« Réponse #29 le: 29 janvier 2017 à 00:38:01 »
Je me permets juste de te répondre encore, Alan, parce que tu sembles blessé par la conversation. Mais comme je disais, personne ne te jugera mal de signer chez L'Harmattan. Tu nous dis en gros que tu as essayé le reste et que ça ne marche pas, et que L'Harmattan te propose une solution d'édition, pas idéale, mais qui te convient. Il n'y a rien d"infâmant à ça et tu ne perds le respect de personne, je t'assure !
Ce qui a fait s'élever des voix, c'est l'idée - fausse - selon laquelle l'édition, actuellement, se résume à de gros groupes inaccessibles ou à des maisons comme L'Harmattan. Non, c'est faux. Si on signe avec L'Harmattan, on doit savoir que ce type de contrat n'est pas la règle de fonctionnement habituel du monde de l'édition. C'est tout, c'est pour ça qu'on réagit. C'est pas.pour juger ton choix. Et je te souhaite, comme Ben G, plein de réussite et de satisfaction personnelle dans ton entreprise. Je suis curieuse que tu nous racontes ton expérience, d'ailleurs ! Ce sera très intéressant (cette phrase pourrait paraître ironique dans le contexte mais non, elle ne l'est pas, c'est toujours intéressant de suivre des parcours ! :) )
« Modifié: 29 janvier 2017 à 00:40:28 par Milora »
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.058 secondes avec 22 requêtes.