Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

17 juin 2019 à 08:49:35

Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Archives croulantes » Revue » Numéro 8 » [T09] Pas si clair ? Pas si creux ? V2

Auteur Sujet: [T09] Pas si clair ? Pas si creux ? V2  (Lu 1106 fois)

Hors ligne Mout

  • Mout
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 165
[T09] Pas si clair ? Pas si creux ? V2
« le: 05 septembre 2016 à 10:31:38 »
Pas si clair ? Pas si creux ?


   PAS SI CLAIR ?



Au début, il y avait une porte. Rien d’autre que du bois. Une planche et un chambranle. Cela aurait pu être simple … et définitif. Une porte close, un avis de non recevoir. Terminé. Passons à autre chose.

Seulement une porte n’a jamais été une fin en soi. C’est le genre de truc qui ne fait que changer d’état. Ouverte ou fermée, on ne sait jamais comment la retrouver. Ce n’est pas un objet sur lequel on peut compter. Ambivalente, elle n’est pas fiable. Au final, on peut même douter de son utilité.

En fait une porte n’est qu’une frontière légèrement voilée. Une étape. Un palier de transition entre deux destins. Avant de se retrouver en ce lieu, Georges sentait qu’il s’était passé quelque chose. Il avait vécu, c’est certain mais il n’avait conscience que de quelques bribes de situations et d’une lente déambulation dans un monde en décomposition. Cette porte n’était donc que le tout début de l’histoire, mais en aucun cas sa genèse.

La question de franchir ou non ce passage ne se posait même pas. Georges savait intuitivement qu’il était inutile de se retourner. Derrière lui rien de tangible n’existait, juste un grand vide et quelques ombres lugubres. Il n’avait pas d’autres choix que de traverser ce sas. La porte ne lui résista pas lorsqu’il décida de l’ouvrir. Alors il s’engagea vers l’aventure d’un pas décidé … et du pied gauche.

A peine avait-il franchi le seuil que la chose lui tomba sur le front. Il crut tout d’abord au bon vieux gag du seau d’eau sur la tête. Mais il se rendit bien vite compte de son erreur. Il n’était pas question de plaisanterie grotesque. Il avait été tout simplement investi par une masse invisible. Une sorte de conscience qui le pénétrait et lui ouvrait les yeux sur un nouvel univers. Subitement, après tant d’années d’errance, il savait enfin où se diriger.

Et maintenant qu’il avait un but, il ne lui restait plus qu’à trouver la révélation. ' From Genesis to revelation'.



PAS SI CREUX ?


Incroyable ! Il était donc possible de longer la voie fluviale dans l’autre sens ! Le cheval de trait l’avait fait, il était reparti d’où il était venu ! Jusque là Georges n’y avait jamais songé. Il ne savait plus de quand datait son arrivée sur le chemin blanc mais ce dont il était sûr c’est qu’il l’avait toujours parcouru dans le même sens. Avec le cœur à l’intérieur. Au centre, le plus près possible de l’eau. Cela lui semblait tout naturel. Mais maintenant que ce cabotin équestre lui avait ouvert l’esprit, il se rappela une anecdote que lui racontait son prof de gymnastique quand il était encore étudiant : Celui-ci prétendant qu’en demandant de faire un tour de piste à cent personnes n’ayant jamais vu un stade d’athlétisme de leur vie, on pouvait s’apercevoir que quatre-vingt cinq d’entre elles crapahutaient avec le cœur à l’intérieur du stade. Au centre. Outre la confirmation que Georges n’était qu’un mouton, cette statistique voulait bien dire quelque chose, mais quoi ? Peut-être Jules César en tirerait-il la conclusion qu’une république se gouverne au centre, les pieds dans le Rubicon.

Georges avait donc la possibilité de se retourner et de refaire le chemin à l’inverse. S’il le désirait rien ne lui empêcherait de doubler le plaisir, se payer un aller-retour. Tant qu’à faire, il pouvait également quitter le chemin et s’aventurer à travers champs: il n’était toujours pas fatigué et il était libre.. Rien ne le lui interdisait. Il pourrait même atteindre ces montagnes qu’il voyait au loin. Il pouvait même le faire avec un doigt dans le nez.

Effectivement il en était capable mais dans quel but ? Il n’avait pas non plus de réponse à cette question.

Il décida que cela faisait beaucoup d’interrogations en suspens et qu’il était plus prudent de continuer sa route jusqu’à ce qu’il en sache plus sur le sens de la vie en cet endroit. Il se promit qu’après il prendrait une décision. Du but dépendait la direction, cela lui sembla logique.

Cependant, en son for intérieur il était persuadé qu’aujourd’hui était différent : il ne cherchait plus le sens de la vie, il marchait vers lui. Et il n’était plus pressé de le rencontrer. Il décida qu’il avait le temps de minauder. Ce chemin lui rappelait le chemin de l’école qu’il empruntait avec ses frères. Il se rappela les parties de football endiablées qu’ils faisaient alors. Ces joutes sportives qui se terminaient immanquablement par des écorchures aux coudes – coudes par ailleurs tout à fait normaux, c'est-à-dire avec une rotation inférieure à cent quatre vingt degrés, rien à voir avec les articulations démesurément ambitieuses de ce cheval prétentieux.

Et comme au bon vieux temps, il commença à jouer au football avec une pierre un peu plus grosse que les autres. Il avait aux pieds de belles chaussures de marche que la conduite de balle d’un caillou n’effrayait pas.  Après avoir dribblé plusieurs adversaires, il frappa au but. Et la balle improvisée alla taper le tronc d’un tilleul.

Le son que fit le galet contre le bois fut anormal. Georges s’attendait à un bruit mat suivi éventuellement d’énormes applaudissements du stade car il avait marqué dans la lucarne mais il n’en fut rien. Le choc émit un bruit aigu qui résonna quelques instants. Un bruit caverneux.

Georges en fut intrigué. Cela n’était pas normal. Comme l’aurait fait n’importe qui, il voulut retenter l’expérience. A la recherche d’une autre pierre, il se baissa. Il en saisit une, de même taille que la première, et la lança à peu près au même endroit sur le tronc. Il prit soin également d’y mettre une force équivalente afin que l’éthique scientifique soit respectée. Résultat : Approximativement le même son. Aucun doute, le tronc de cet arbre était creux !

Georges lança deux autres pierres, une à l’arbre situé un peu en avant et une autre à celui situé juste après. Ils sonnaient comme des arbres : Bong ! Bong ! Ils sonnaient solides. C’étaient des arbres sur qui on pouvait compter : Des tilleuls tisanes ! Une référence.

Alors il s’acharna sur celui du milieu. Mais toujours il y avait ce même son : BING ! BING ! BING ! D’apparence tous trois étaient semblables. On aurait juré de vrais sosies. Et voilà que l’un d’entre eux se différenciait par la qualité de son absorption et sa résonance. Afin d’être tout à fait sûr de ce qu’il avançait, notre héros fit le tour de l’arbre creux à la recherche d’une petite porte ou d’une armée de termites mais il ne trouva rien. D’apparence, ils étaient bien tous trois identiques.

Georges eut alors une idée – C’est peut-être la résonance de la pierre qui convient mal à cet arbre ci- Il décida donc d’employer un autre projectile que de la pierre afin d’éprouver sa nouvelle théorie. Hélas, il n’y avait rien qui ressemblait de près ou de loin à ce genre d’ustensiles aux alentours. Ce n’est pas avec des joncs qu’il pourrait lever le doute ! Pourtant Georges n’était pas du genre à abandonner. Il devait savoir ! C’était impératif ! On l’avait placé devant un problème, il le résoudrait – Même si je dois y passer la nuit !- Il y avait d’ailleurs peut-être là un secret qui lui permettrait d’avancer dans sa quête de l’absolu, d’ouvrir une porte au sens de la vie.

Oui, Georges était ambitieux et il allait se donner les moyens de sa prétention. Il n’y a pas d’objet dur comme une pioche ? Qu’à cela ne tienne ! Décidé, il se posta tout près de l’arbre. Le corps bien droit, ses deux mains saisirent le tronc. Je vais découvrir pourquoi tu es différent mon bonhomme. Tout en maintenant un contact manuel avec l’écorce, il recula au maximum la tête. Puis il entreprit un mouvement de balancier aussi rapide qu’irréversible.

Il est frappant, si le mot n’est pas trop fort, de voir à quel point notre mémoire est sélective. Cela est dû au fait que notre capacité à enregistrer les images est elle-même sélective. On nous cache déjà tout mais en plus nous n’avons pas les aptitudes pour garder en mémoire tout ce qu’on voit. Alors au final, il ne nous reste pas grand-chose.

La notion d’image sélective est ainsi apparue très clairement à Georges ce jour-là. En effet, alors qu’il s’approchait dangereusement du choc frontal, il ne voyait qu’une masse marron. Mais soudain, arrivé immanquablement près de l’obstacle, il eut la révélation d’une image sélective. Il aperçut très clairement une petite inscription faite avec un objet contondant sur l’écorce de l’arbre : « Plus con que toi, tu meurs ! » Ce n’est qu’à ce moment là qu’il se rendit compte de sa stupidité. Hélas, il était bien trop tard pour tout arrêter, inexorablement la tête de Georges se dirigea vers l’énorme morceau de bois qui bien que suspect, n’en était pas moins très réel. Lorsqu’elle le heurta, il y eût véritablement un son de cloche : Bien creux ! Mais il ne provenait pas de l’arbre.



« Modifié: 23 septembre 2016 à 19:32:59 par Mout »
Je suis le mout, tu es le mout, il est le mout, elle est le mout, nous sommes le mout, vous êtes le mout, ils sont le mout.
Le mout est multiple, le mout est omniscient : le mout est tout.

Hors ligne Chouc

  • ex ChoucrouteEstivale
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 548
  • Chercheuse dort
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #1 le: 06 septembre 2016 à 08:59:13 »
Salut Mout !

Au fil de la lecture, tout d'abord :

Citer
Il chercha à se rassurer mais en son for intérieur[....] En son fort intérieur,
La répétition est voulue ? En tout cas, la faute, je pense pas ^^

Citer
C’étaient des arbres sur qui on pouvait compter : Des tilleuls tisanes ! Une référence.
:D



Zut alors !
En ouvrant ton texte tout à l'heure, je me suis dit que j'aurais pas le temps de le lire avant de partir bosser, mais c'était déjà foutu. A la première phrase, j'étais captivée.
Tout ce début qui évoque un chemin blanc sur lequel il ne va que d'un seul sens, le coeur vers l'intérieur, j'avoue que ça m'a troublé. Je pensais que tu te servirais de ça plus tard, et pas du tout. Du coup, je me dis qu'il y a peut-être simplement une référence qui me manque, mais qu'importe.

Tu m'as fait rire et tu m'as mis en retard pour aller bosser, mais je ne regrette rien  :D

Ton texte est très bien écrit, ça coule tout seul, et l'histoire est fort rigolote  :mrgreen:

Merci pour cette lecture, au plaisir  ;)

Hors ligne Mout

  • Mout
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 165
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #2 le: 07 septembre 2016 à 14:01:47 »
Bonjour Choucroute estivale.

Merci beaucoup pour les compliments ... et pour la correction.

Je voudrais m'excuser pour l' avertissement reçu suite à cet énième retard matinal.

Je suis heureux d'avoir pu te faire rire avec cette histoire qui en fait est un chapitre d'un roman (genre absurde) où le chemin blanc est en effet essentiel.
Je suis le mout, tu es le mout, il est le mout, elle est le mout, nous sommes le mout, vous êtes le mout, ils sont le mout.
Le mout est multiple, le mout est omniscient : le mout est tout.

En ligne Kanimp

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 975
  • mangeur de pop corn
    • page perso
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #3 le: 08 septembre 2016 à 09:55:29 »
Bonjour Mout,

Dès le départ, j’ai détecté le genre « absurde » et je me suis que je n’allais pas tout comprendre.
Et c’est j’ai compris la chute, c’est le tenant et aboutissant que je n’ai pas compris.

Il n’appartient pas à mon style de lecture de prédilection et je n’ai pas trouvé quelque chose qui m’attire vraiment dans ce texte. Toutefois, je l’ai trouvé agréable.

Une autre fois peut-être.

Intéressé par Star Citizen. Utilisez le code STAR-6JJV-BSWP pour obtenir 5000 UEC.

Hors ligne Kerena

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 547
  • Générateur d'improbabilités
    • Dans les nuages
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #4 le: 08 septembre 2016 à 10:29:23 »
Salut Mout !

Citer
Avec le cœur à l’intérieur. Au centre, le plus près possible de l’eau.

peut-être que ça va s'éclaircir plus loin, mais pour l'instant, je ne saisis pas cette idée de "cœur au centre"/"cœur au milieu"

Citer
Coudes, par ailleurs tout à fait normaux, c'est-à-dire avec une rotation inférieure à cent quatre vingt degrés.

Heu, ben j'espère pour eux  :/ - La première virgule est à retirer

Citer
il le résolverait

résoudrait  :mrgreen:



Alors,  je suis assez sceptique. Dans l'ensemble le texte est très chouette. Néanmoins, il y a une foule de choses qui sont à moitié dites, et qui suggèrent un monde différent de nôtre sans pour autant chercher plus de détails.
Par exemple, au début. Le personnage semble comprendre qu'un autre chemin est possible. Qu'est-ce qui lui interdit un changement de sens ou de trajectoire ? La société ?
Autre chose, ses questions métaphysiques sur le "sens de sa vie", dont je ne comprends pas l'intérêt ici.

Bref, j'attends une réponse pour éclairer ma lanterne. Dans l'état, j'ai besoin de plus d'éléments avant de me faire un avis définitif !
Je crois qu’il y a dans le cœur des hommes une place créée pour l’émerveillement, une place endormie qui attend de s’épanouir. ~ Ambre, Les aventuriers de la mer, R. Hobb

Hors ligne Mout

  • Mout
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 165
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #5 le: 08 septembre 2016 à 12:56:10 »
Bonjour Kanimp,

Comme tu n´aimes pas trop ce genre de littérature, je te remercie doublement d´avoir été jusqu´au bout du texte.
Je suis le mout, tu es le mout, il est le mout, elle est le mout, nous sommes le mout, vous êtes le mout, ils sont le mout.
Le mout est multiple, le mout est omniscient : le mout est tout.

Hors ligne Mout

  • Mout
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 165
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #6 le: 08 septembre 2016 à 13:37:42 »
Bonjour Kerena,

Tout d´abord merci pour les corrections :
               --> Resolvait : Incroyable, je vis dans un pays lusophone et j´ai relut mou(l)t fois le texte sans que mon esprit français ne se rebelle.


Sur le texte :

Comme le sujet est Anormalies, j´ai pensé que je pouvais me permettre de ´bousculer´un peu les personnes qui auraient la patience de me lire. C´est pourquoi j´ai pris un chapitre d´un roman sans en modifier une ligne.  A cause de cela, il y a des références qui te manquent.

Le roman est constitué de petites histoires vécues par une sorte de randonneur. Le titre actuel est ´le sens de la vie´(d´où l´idée de trajectoire) et les petites histoires esquissent, par touches, un portrait de ce ´sens de la vie´ ( du moins, c´est ce que je souhaitais faire.)

La question que tu poses , - Qu´est-ce qui lui interdit un changement de sens ou de trajectoire ?, mon bonhomme va essayer d´y répondre au long de ses aventures. Ainsi tes remarques sont précieuses pour moi. Je voulais bousculer gentiment mais sans te perdre. Et, je vois que tu es déjà sur le point d´aider mon personnage à s´y retrouver dans ce monde étrange.

T´ais-je apporté les réponses que tu souhaitais ?

En tout cas merci beaucoup.
Je suis le mout, tu es le mout, il est le mout, elle est le mout, nous sommes le mout, vous êtes le mout, ils sont le mout.
Le mout est multiple, le mout est omniscient : le mout est tout.

Hors ligne Kerena

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 547
  • Générateur d'improbabilités
    • Dans les nuages
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #7 le: 08 septembre 2016 à 16:06:40 »
Bonjour Kerena,

Comme le sujet est Anormalies, j´ai pensé que je pouvais me permettre de ´bousculer´un peu les personnes qui auraient la patience de me lire. C´est pourquoi j´ai pris un chapitre d´un roman sans en modifier une ligne.  A cause de cela, il y a des références qui te manquent.

En effet, je comprends beaucoup mieux le contexte du texte.
Néanmoins et pour le coup, en tant que texte individuel, il a besoin de toutes ces précisions dont tu prives le lecteur occasionnel. Peut-être que pour cet AT, il vaut la peine d'être un peu remanié afin que le lecteur ne soit pas tout à fait perdu. En l'état, il nous manque des références pour comprendre.
Du coup, j'espère voir des modifications sur ton texte, car si tu as lu le mode de vote tu sais qu'on met des genre de notes, et là j'hésite entre deux :D
A toi de remanier pour avoir plus de chances d'apparaître dans notre Mout !

Merci pour ton retour en tout cas :mafio:
Je crois qu’il y a dans le cœur des hommes une place créée pour l’émerveillement, une place endormie qui attend de s’épanouir. ~ Ambre, Les aventuriers de la mer, R. Hobb

Hors ligne Mout

  • Mout
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 165
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #8 le: 08 septembre 2016 à 16:50:13 »
Re-bonjour Karena,

Merci pour tes commentaires et tes conseils. Voici les modifications apportées :

--> Le lieu de l´action est plus clair ( Dans la première version, vous ne saviez pas que mon personnage marchait le long d´un canal. Cette précision explique l´eau et le coeur au centre).
--> J´ai lié le personnage et le cheval ( Ceci adoucit les coudes et les degrés).
--> J´ai supprimé une partie des reflexions métaphysiques qui alourdissent ce texte court.

Je suis le mout, tu es le mout, il est le mout, elle est le mout, nous sommes le mout, vous êtes le mout, ils sont le mout.
Le mout est multiple, le mout est omniscient : le mout est tout.

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 599
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #9 le: 10 septembre 2016 à 00:30:11 »
Alors, ça ne m'a franchement pas passionné. Je n'ai rien à reprocher à la forme, le style est plaisant et ça se laisse lire sans accroc, mais le fond ne m'a pas du tout emballé.
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile

Hors ligne Mout

  • Mout
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 165
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #10 le: 10 septembre 2016 à 14:41:27 »
Bonjour Weg,

Désolé de n´avoir pas su t´accrocher mais je comprends et te remercie pour ton commentaire.

Juste une précision :

Dans ce roman, mon personnage cherche un fond à toute chose, à toute situation et cela lui complique nettement la vie.

Je suis le mout, tu es le mout, il est le mout, elle est le mout, nous sommes le mout, vous êtes le mout, ils sont le mout.
Le mout est multiple, le mout est omniscient : le mout est tout.

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 550
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #11 le: 11 septembre 2016 à 14:04:17 »
Salut Mout !

Citer
c’est qu’il avait toujours été dans le même sens.
J'aime pas trop "été dans le même sens"
=> c’est qu’il l'avait toujours parcouru dans le même sens. (?)

Citer
cabotin equestre
équestre

Citer
Il pouvait s’il le désirait doubler le plaisir, se payer un aller-retour. Il se dit que tant qu’à faire, il pouvait également quitter le chemin et s’aventurer à travers champs. Rien ne lui interdisait. Il pourrait même atteindre ces montagnes qu’il voyait au loin. Il le pouvait sans problème : il n’était toujours pas fatigué et il était libre. Il pouvait même le faire avec un doigt dans le nez.
pas fan de toutes ces phrases démarrant par "il"

Citer
Georges s’attendait à un bruit mat suivit
suivi

Citer
Le choc émit un bruit aigu qui résonna quelques instants. Un bruit caverneux.
aigu et caverneux ?

Citer
se différenciait par son absorption et sa résonance aux chocs.
se différencier "par sa résonance aux chocs" me semble être une formule pas géniale

Citer
Le corps bien droit, ses deux mains saisirent le tronc. Je vais découvrir pourquoi tu es différent mon bonhomme. Et superbe, il s’apprêta à le marteler avec la tête. Tout en maintenant un contact manuel avec l’écorce, il recula au maximum la tête. Puis il entreprit un mouvement de balancier aussi rapide qu’irréversible.
j'adore ce passage :)

Et la chute est sympa aussi.

Bon, cette quête du sens de la vie est bien absurde et soulève des questions avant que la fin du texte désamorce le tout par une pirouette, une "connerie" si je puis dire. J'ai bien aimé l'écriture, je me suis posé des questions avant de finir sur un sourire. Au final, je me demande ce qu'est cette vie du personnage, qui a priori ne fait rien d'autre que parcourir un chemin dans le même sens, mais qui a quand même eu une enfance et une vie étudiante... Sur ces points-là, je trouve qu'on frise l'incohérence et plus l'absurde, mais bon...

Rémi

Hors ligne Mout

  • Mout
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 165
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #12 le: 11 septembre 2016 à 21:56:01 »
Bonjour Rémi de Lille,

Merci pour les corrections et les commentaires.

J' ai corrigé les fautes et tenter d' alléger le texte. Oui, tous ces ' il' ...

Pour le bruit aigu et caverneux ? Je ne sais pas trop, je trouve qu'il a bien le droit d' être les deux à la fois ce cri. Cela te gêne vraiment ?

Merci pour ta remarque sur l' incohérence de son comportement, et là, je bute un peu.
Dans le roman, il y a un prologue qui donne une clé mais, sur ce texte court, je ne peux pas l' intégrer comme cela.  Je vais y réfléchir.
Mais, en même temps, absurde ou pas, conscient ou pas, nous allons souvent dans le même sens, en troupeau et il est très rare que nous arrivions à être objectif sur notre vécu. Revenir en arrière (pour corriger, pour réessayer...), ce n' est pas si facile. Revenir en arrière, c' est souvent se démarquer des autres.
Ce bonhomme peut revenir sur ses pas, et puis non, il continue et vit une nouvelle mésaventure.

Voilà, j' espère t' avoir éclairé sur le sujet, même si je ne suis pas sûr de modifier le texte.



Je suis le mout, tu es le mout, il est le mout, elle est le mout, nous sommes le mout, vous êtes le mout, ils sont le mout.
Le mout est multiple, le mout est omniscient : le mout est tout.

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 593
  • Homme incertain.
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #13 le: 12 septembre 2016 à 16:15:16 »
Salut Mout !
D'abord les vétilles :
Citer
ce dont il était sûr c’est qu’il avait toujours parcouru dans le même sens
qu'il l'avait
Citer
Rien ne lui interdisait.
Rien ne le lui interdisait
Citer
beaucoup d’interrogations en suspend
en suspens
Citer
Le choc émit un bruit aigu...Un bruit caverneux.
ça me paraît antinomique, et vu le contexte j'aurais mis "son grave"plutôt que bruit aigu...
Citer
BING ! BING ! BING !
plutôt DONG! DONG! DONG ! du coup, non ?
Citer
On aurait juré de vrais clones.
Je trouve le mot un peu galvaudé et plutôt choquant par conséquent.
Citer
Et superbe, il s’apprêta à le marteler avec la tête.
Cette phrase est vraiment inutile, elle souligne l'action, la déflore et gâche un peu l'effet.

Voilà.

Alors, pour ce qui est du texte, sache qu'en temps normal je ne suis pas réfractaire du tout à un récit dont je sentirais que tous les éléments ne m'ont pas été donnés. Être parachuté dans un monde dont les règles non explicitées m'échappent, vraiment, pas de souci.
Cela dit, quand je vois le nombre de fois où il te faut faire référence, dans tes réponses aux commentaires, à ce que l'on pourrait apprendre dans les autres chapitres de ton livre, je me demande si en l’occurrence, ton texte se suffit à soi-même.
Il n'est pas inintéressant, loin de là. Il est bien écrit et le personnage est assez bien décrit dans son fonctionnement, mais... le flacon est peut-être un peu vide pour apporter l'ivresse.

Voilà, cher Mout, je serais très curieux de lire d'autres passages du texte d'origine.
Bon courage !
- peut-être que le monde est une blessure et quelqu'un en ce moment la recoud...

Alessandro Baricco            Océan mer

Hors ligne Mout

  • Mout
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 165
Re : [T09] Pas si creux ?
« Réponse #14 le: 12 septembre 2016 à 18:05:40 »
Bonjour Gage,

Merci beaucoup pour les corrections et les suggestions. Le texte ne put qu' en être meilleur.

Ton commentaire général est très pertinent. Anormalies n'est pas suffisant pour noyer un lecteur. Pour me faire pardonner, je viens de poster une version 2. Sera-t-elle plus accessible ? Je l' espère en tout cas.
Je suis le mout, tu es le mout, il est le mout, elle est le mout, nous sommes le mout, vous êtes le mout, ils sont le mout.
Le mout est multiple, le mout est omniscient : le mout est tout.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.611 secondes avec 24 requêtes.